MONASTÈRE SAINTE-CLAIRE

Les Clarisses à Ronchamp

 
 
 
 
 
 
 

Une lampe sur mes pas, ta Parole...

 

St Matthieu copie

Saint Matthieu du bréviaire de sainte Colette

(14 ème siècle)

 

"Claire avait plaisir à entendre la Parole de Dieu,

sachant que sous les mots se cache une amande à savourer.

Elle avait l'art de tirer du sermon de n'importe quel prédicateur

ce qui pouvait profiter à son âme,

sachant cueillir une fleur sur un buisson d'épines

comme atteindre aux fruits d'un arbre bien cultivé."

 

d'après la Vie de sainte Claire d'Assise par frère Thomas de Celano n°37

 

Lundi 24 juin 2024

Que sera donc cet enfant ?

Luc 1, 57-66,80

 

Les parents ont de grands désirs pour leur enfant. Ils veulent le meilleur pour lui.

Ils veulent lui transmettre le meilleur de ce qu'ils ont, de ce qu'ils sont, des valeurs, des biens... faire de lui leur héritier...

... au risque de l'enfermer dans leurs propres projets.
Dès la naissance de Jean le Baptiste, ses parents, Élisabeth et Zacharie, ont perçu qu'ils avaient donné la vie à un être de leur chair, mais autre, libre de parcourir son propre chemin de vie.

N'est-ce pas un appel pour tout parent ?

... et plus largement, pour chacun, chacune de nous à l'égard de ceux, celles que nous aimons ?...

 


Dimanche 23 juin 2024

L'autre rive

Mc. 4, 35-41

 

Jésus invite ses disciples à passer sur l'autre rive, mais il ne leur dit pas ce qu'il auront à traverser.

Pourquoi ne leur dit-il pas ? Non pas pour les éprouver ou par je ne sais quelle perversité. Non, simplement Jésus est installé confortablement dans la confiance, la confiance à son Père. Rien ne peut lui enlever ce sentiment de confort intérieur au point qu'il dort profondément même quand les éléments se déchaînent.

Et c'est cela à quoi nous sommes appelés : faire confiance, quoiqu'il arrive,  non pas dans une naïveté béate mais simplement dans la foi à l'amour du Père. Cela ne veut pas dire que nous n'aurons pas à traverser les épreuves de la vie. Mais simplement que les épreuves habitent tout être humain dans son chemin vers Dieu car l'homme n'a pas encore atteint sa plénitude. La plénitude : l'autre rive.

 


Samedi 22 juin 2024

Choix de vie

Mt. 6, 24-34

 

Nous continuons notre marche sur notre chemin de choix de vie qui s'ouvre devant nous en compagnie de Jésus.

Un premier choix : Dieu ou l'argent. L'argent n'est pas maudit puisqu'à un autre moment, Jésus nous dira "rendez à César ce qui est à César". Simplement, ne pas en être esclave et dans le même mouvement le partager sans mesure.

Effectivement, la suite de l'évangile nous invite à ne pas nous inquiétez. Tout ira pour le mieux si nous savons d'abord chercher la justice, la justice du Royaume, celle qui répond à tous les hommes sans exception et sans tri. Le partage n'est pas un don que l'on jette à son voisin/proche sans le voir ou le regarder.  Partager, c'est vivre ensemble, dans la joie et dans la peine, mais toujours dans la foi que le Seigneur partage lui aussi ces moments de vie.

 


Vendredi 21 juin 2024

Quels vrais trésors ?

Mt 6, 19-23

 

Aujourd'hui, l'invitation de Jésus n'est pas très expicite : il nous dit de nous amasser des trésors dans le ciel, mais ne nous dit pas quels trésors il nous faut amasser dans le ciel et où les trouver.

Peut-être la réponse est-elle dans l'oeil qui est la lampe du corps?

Il est donc question de lampe, de lumière. Où trouver la lumière?

La réponse n'est toujours pas explicite.

Peut-être la trouvons-nous dans un passage de l'évangile quelques versets plus loin, mais l'Eglise a coupé ce texte en deux.

Les trésors du ciel, la lumière qui nous éclairera, c'est Dieu lui-même qui nous les donnera si nous faisons confiance à son amour et à sa grâce. La réponse est peut-être simplement dans cette injonction : "ne vous inquiétez pas, le Père sait de quoi vous avez besoin".

 


 

Jeudi 20 juin 2024

Le pardon du Père

Mt. 6, 7-15

 

Comme tous les évangiles de ces derniers jours, nous sommes renvoyés au Père et à ses oeuvres.

Aujourd'hui, il s'agit du pardon du Père. Comment le Père nous pardonne-t-il ? Et qu'a-t-il à nous pardonner ?

J'ose dire tout, oui tout ce que nous ne sommes pas.

Et si le Père nous pardonne, il nous renvoie aussi au pardon de nos frères. Pardon à donner nous-mêmes. C'est ce que François d'Assise nous dit lorsqu'il écrit, dans le pater paraphrasé : "Et ce que nous ne pouvons pas pardonner, fais Seigneur que nous le pardonnions". Ainsi François ne nous incite pas à laisser le Père pardonner à notre place, mais au contraire à demander la force et l'esprit du Père pour pardonner comme lui pardonne.

 


Mercredi 19 juin 2024

Les bienfaits du secret

Mt. 6, 1-6 ; 16-18

 

D'habitude, lorsque l'on fait les choses secrètement, c'est que l'on a quelque chose à cacher.

Aujourd'hui, Jésus nous invite au secret. Aurions-nous quelque chose à cacher ?

Il nous invite au secret de la prière et du jeûne. Ou plutôt, de prier et de jeûner en secret, ce qui n'est pas tout à fait la même chose.

Alors, pourquoi cette insistance de la part de Jésus ? Qu'aurions-nous à perdre ou à gagner si prier ou jeûner se faisait en pleine lumière?

On a l'habitude de répondre à cette question en pensant que nous risquerions de nous glorifier de nos bonnes actions. Est-ce si sûr ?

J'ai tendance à penser que le risque n'est pas dans l'orgueil mais plutôt dans le risque d'oublier le but premier et unique de la prière et du jeûne qui n'est autre que de creuser tous les jours un peu plus notre relation au Père et ainsi d'être revêtu de son amour et de se laisser habiter par lui.

 


Mardi 18 juin 2024

Aimer ses ennemis

Mt. 5, 43-48

 

Là, Jésus nous demande l'impossible. On veut bien aimer, aider ceux qui nous aime mais ceux qui nous veulent du mal on peut, à tut le moins les ignorer. Mais les aimer, ce n'est pas du registre humain.

Et oui, sans le Seigneur, nous ne pouvons pas le faire. C'est pourquoi Jésus nous renvoie à la perfection du Père. Non pas une perfection enfermée dans nos limites humaines, mais une perfection qui peut se réaliser si nous nous laissons conduire et aimer par le Seigneur.

 


Lundi 17 juin 2024

La loi du talion

Mt. 5, 38-42

 

Et voilà, en une phrase, Jésus vient d'abolir dfinitivement la loi du talion. Dans l'Ancien Testament, il était permis de se venger à la mesure de la blessure reçue.

Aujourd'hui, Jésus nous dit : ce n'est plus possible. Jésus nous demande d'être encore plus généreux lorsque nous sommes blessés : si tu reçois une gifle, présente l'autre joue pur en recevoir une autre. Difficle à accepter, et pourtant la miséricorde est la clef de notre entente fraternelle.

 


Dimanche 16 juin 2024

Carte d'identité du Royaume des cieux

Mc. 4, 26-34

Deux très belles paraboles : celle du grain qui pousse tout seul et celle de la graine, la plus petite au monde, qui va grandir de telle sorte qu'elle deviendra capable d'abriter les plus grands oiseaux du monde.

Le grain qui poussse tout seul nous dédouane de la culpabilité lorsqu'il n'y a pas de fruit mais que nous avons fait tout ce qui est en notre pouvoir. Une façon de nous dire : les fruits ne t'appartiennent pas mais sont de Dieu.

La graine de moutarde : Quel bonheur de devenir lieu de résidence des oiseaux, des autres ! C'est sans doute ce qui nous est demandé dans notre vie chrétienne : être simplement là pour que d'autres puissent s'abriter et surtout découvrir qui est Dieu.

 


 

Samedi 15 juin 2024

Toujours la justice divine

Mt. 5, 33-37

 

Et Jésus persiste et signe ! Nous sommes à nouveau appelés à suivre la ligne du Père et à garder une cohérence totale entre nos paroles et nos actes.

Que votre oui soit oui, que votre non soit non.

Il n'est pas interdit de dire non. L'essentiel est de le dire avec vérité et authenticité, tout comme le oui d'ailleurs.

Cela peut sembler un peu brutale comme réponse, mais y en a-t-il d'autre lorsqu'il s'agit de la vie ?

 


Vendredi 14 juin 2024

La justice à contre-courant

Mt. 5, 27-32

 

Nous voici de nouveau appelés par Jésus à faire l'inverse de ce qui se fait habituellement en matière de justice. Jésus nous place devant des situations qui seules portent l'amour du frère, à la façon de l'amour du Père pour chacun des hommes.

Il faut bien reconnaître que ce n'est pas facile  d'accepter de perdre un oeil, une main pour éviter le péché. Mais est-ce réellement ce que Jésus nous demande ?

Peut-être tout simplement est-ce une invitation à ne pas nous mettre dans des situations où nous pourrons pécher. Une façon de se défendre contre le mal en demandant l'aide de l'Esprit Saint.

 


Jeudi 13 juin 2024

La leçon de justice

Mt. 5, 20-26

 

En cette fête de siant Antoine de Padoue, celui qui est vénéré dans le monde entier pour réparer nos oublis, vaut mieux que d'être un moyen de récupérer les objets perdus.

 

En sa fête, nous sommes appelés par Jésus à avoir une justice humaine digne et à la hauteur de la justice divine. Et la justice divine s'illustre par sa miséricorde sans limite, sa gratuité, sa bonté et sa douceur. Et ce sont bien les qualités que nous retrouvons en saint Antoine. Alors, louons le Seigneur de nous l'avoir donné comme guide sur nos chemins qui parfois nous égarent.

 


Mercredi 12 juin

Le iota de la loi

Mt. 5, 17-19

 

Nous voilà bien embêtés car même un iota ne peut pas être retiré de la Loi. Et on aurait tendance parfois à prendre quelques libertés, qu'on juge légitimes, avec la Loi.

Mais de quelle loi s'agit-il? de quelle loi Jésus parle-t-il?

Jésus nous parle d'une loi à accomplir. Il lui faudra toute sa vie d'homme pour l'accomplir. C'est celle de l'amour inconditionnel et gratuit que lui a enseignée son Père. Ce Père qui nous accueillera à bras ouverts dans son Royaume, c'est-à-dire dans la sphère de l'amour.

 


 

Mardi 11 juin 2024

Sel et lumière

Mt. 5, 13-16

Pour la fête de l'apôtre Barnab é, l'Eglise nous propose un évangile dans lequel nous sommes identifiés au sel de la terre ou à la lumière.

Deux éléments indispensables à la vie : tous le monde connaît les carences dues à l'absence de sel ou de lumière.

Mais si nous sommes lumière et sel, ce n'est pas pour notre propre petite bonne santé individuelle et égoïse. Le Seigneur nous demande de les transmettre afin que tous aient la vie. Il fait ainsi de nous des co-créateurs de vie.

 


Lundi 10 juin 2024

Plénitude de Béatitude

Mt. 5, 1-12

 

L'évangile de ce jour nous invite à la Béatitude parfaite.

Difficile à entendre aujourd'hui dans notre monde si violent, si apte à prendreles armes, notre monde où la vie de chacun n'a pas de poids.

Alors que dans l'Ancien Testament, il nous est dit : "tu as du prix à mes yeux et je t'aime".

Oui, la plénitude de la Béatitude c'est d'être aimé et, de surcroît, de le savoir. Être aimé d'un amour qui n'est pas entamé ou diminué par le mal que nous pourrions faire. Un  amour qui nous dit, en toutes circonstances : "relève-toi, j'ai confiance en toi, tu vaux plus que ta chute et je suis là pour t'aider à marcher."

Merci Seigneur pour tant de tollicitude gratuite de ta part.

 


Dimanche 9 juin 2024

Fraternité selon Dieu

Mc 3, 20-35

 

« Nul n’est prophète en son pays. »

Tel est le proverbe qui convient pour l’épisode évangélique de ce jour.

La mission de Jésus ne semble pas comprise par ses proches

qui l’ont trop connu autrement,

avant que sa vraie personnalité ne se déploie.

 

Quitter sa famille pour aller vers son destin,

cela nous arrive à tous et toutes.

Mais les liens peuvent demeurer en Dieu

et dans la réalité quotidienne.

Par la foi, nous demeurons à jamais

frères ou sœurs de Jésus et entre nous.

Telle est la « déclaration universelle de la fraternité humaine » selon le Christ !

 


 

 

Samedi 8 juin 2024

Pourquoi ?

Lc 2, 41-51

 

Combien de parents aujourd’hui se demandent

pourquoi leur fils ou leur fille les a tant fait souffrir ?

Soit l’enfant s’est perdu dans la drogue,

soit il a quitté brutalement le foyer

pour vivre en rupture avec l’éducation reçue,

soit il est parti au loin donner sa vie

pour une idéologie ou une juste cause.

 

« Mon enfant pourquoi nous as-tu fait cela ?

Vois comme ton père et moi,

Nous avons souffert en te cherchant ? »

 

L’attitude de Marie dans l’évangile de ce jour

ouvre le chemin de la reconnaissance du destin

de chaque humain, de sa mission et sa place unique en ce monde.

 

A nous de méditer en notre cœur ces événements

que nous ne comprenons pas

mais qui font partie du mystère

et de la dignité divine de chaque être ,

fusse cette dignité demeurer enfouie.

 


Vendredi 7 juin 2024

Accomplissement

Jn 19, 31-37

 

Saint Jean l’évangéliste contemplatif a besoin de souligner

qu’il fut témoin de la mort de Jésus.

Cet événement douloureux du supplice s’apaise

en l’accomplissement des Ecritures qui justifie sa foi.

La fausse espérance d’un Messie triomphant

s’efface devant le cœur ouvert de Jésus, le Christ, le Fils unique du Père.

 

En cette fête du Sacré-Cœur  de Jésus,

L’expérience fondatrice du disciple du Christ

saint Jean suivi de tant d’autres,

nous invite à reconnaître l‘amour que Jésus a ici et maintenant pour nous.

 

Rejoignons cette prière de sainte Marguerite-Marie,

à l’origine de la fête du Sacré Coeur de Jésus :

« Jésus, doux et humble de cœur,

rends mon cœur semblable au tien.

Coeur Sacré de Jésus,

J’ai confiance en toi et je t’aime. »

 


Jeudi 6 juin 2024

À l’écoute

Mc 12, 28b-34

 

La parole de ce jour nous montre un bel échange exégétique

entre un scribe bienveillant

et Jésus reconnu par lui comme parlant vrai.

 

Faut-il hiérarchiser les commandements de Dieu ?

Vraisemblablement, c’était déjà envisagé dans la tradition juive.

 

Un petit mot débute la réflexion : l’écoute :

Les 2 personnes en dialogue s’écoutent mutuellement

et croient profondément en la force de l’Ecriture Sainte.

En tirer l’essence, l’essentiel, ce qui peut porter une vie intègre et heureuse

aboutit à 3 sortes d’amour : aimer Dieu, le prochain et soi-même.

 

Quand les paroles importantes sont sélectionnées,

Il ne suffit pas de les méditer,

Il s’agit de les faire vivre, les agir :

Engager toute sa personne dans cet amour

implique d’y mettre son cœur, son intelligence et sa force.

Recevoir de Dieu même la force d’aimer.

 


Mercredi 5 juin 2024

S’égarer ou non ?

Mc 12 , 18-27

 

Pour ne pas nous égarer en voyage, le GPS doit

connaître l’adresse exacte du lieu de destination.

 

Le but de l’échange entre Jésus et les Sadducéens

concerne le moment, le lieu voire l’existence même de la résurrection.

 

Pour comprendre et ressusciter sans s’égarer,

Jésus propose deux moyens efficaces :

« ne pas méconnaître les Ecritures ni la puissance de Dieu »

Il illustre ses conseils d’une exemple fort de l’interprétation des Ecritures :

Au buisson ardent, Dieu a dit à Moïse,

« Moi je suis le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac, le Dieu de Jacob. »

Dieu est ainsi le Dieu des vivants et non des morts !

 

Pourrons-nous relire les événements de nos vies

à la lumière des Ecritures et y déceler

la puissance agissante et ressuscitante de Dieu ?

 


Mardi 4 juin 2024

 

Parler vrai

 

Mc 12, 13-17

 

En ce temps de campagnes électorales européennes,

Il est bien difficile de discerner entre

d’une part les débats francs et les paroles intègres

et d’autre part, « les pièges pour faire parler » ,

les invectives ou accusations variées.

 

Parler vrai, garder son calme, analyser la situation rationnellement,

Etre lucide sur les intentions de ses interlocuteurs :

telle est l’attitude de Jésus dans l’évangile de ce jour !

 

En suivant ses traces, nous apprendrons

« le chemin de Dieu selon la vérité. »

 


Lundi 3 juin 2024

Soigner la vigne du Seigneur

Mc 12, 1-12

 

Cultiver une vigne, en tirer un bon cru demande

des soins précis, un savoir-faire transmis d’une génération à l’autre

et des conditions climatiques favorables.

C’est ici que le bât blesse avec la sécheresse et les gels imprévus.

 

Dans la parabole évangélique de ce jour, le problème de la culture de la vigne

serait en quelque sorte lié aux conditions sociales,

au respect de chaque être humain qui a droit à la vie.

« Ils respecteront mon fils. » :

cela n’a pas lieu, une violence extrême gangrène les relations sociales.

Le mobile du crime est l’appropriation de la vigne.

 

Aujourd’hui encore, l’appât du gain conduit à se comporter

avec  violence envers la terre, les personnes dans la précarité.

Tout l’espoir du maître de la vigne

comme toute l’espérance du monde demeure

dans le souci et le soin des générations futures.

Comment respecter les fils et les filles de notre terre ?

 


Dimanche 2 juin 2024

Vie partagée

Mc 14, 12-16.22-26

 

En cette fête du saint sacrement, l’Eglise nous invite

à recevoir « en pleine conscience »

le pain et en certains lieux le vin,

corps et sang du Christ donnés pour nous.

 

Le théologien et exégète André Wenin

envisage à l’envers,

le mystère eucharistique expliqué comme transsubstantiation

du pain en Corps du Christ et du vin en Sang du Christ.

Jésus nous dirait ainsi :

« Je vous donne mon corps comme du pain à partager entre tous. »

La nourriture essentielle à la vie de nos âmes , c’est le pain eucharistique.

Idem pour le vin :

Ce sang versé pour nous est vin à boire

pour se réjouir du règne de Dieu.

 

Saint Sacrement ou vie partagée reçue pour l’Eternité,

pour diviniser nos vies humaines ?

 


Samedi 1er juin 2024

Parole autorisée

Mc 11, 27-33

 

Est-ce que je peux prendre la parole, m’exprimer, donner mon interprétation ?

Cette difficulté-là n’est pas ajustée à un partage d’évangile !

Tous et toutes ont reçu l’Esprit à leur baptême

et comme membres du peuple de Dieu

accueillent, vivent et annoncent cette parole.

 

L’évangile de ce jour manifeste combien Jésus

est écouté et entendu par la foule quand il parle dans le temple.

Mais les autorités spirituelles et religieuses

voient cette autorité de Jésus d’un mauvais œil !

En lui posant la question de l’origine de son autorité d’enseignant,

ils se retrouvent renvoyés à eux-mêmes et à leur propre jugement.

A leur question Jésus répond par une autre :

le baptême de Jean est-il de Dieu ou des hommes ?

Ils refusent de répondre car la foule a reconnu Jean comme un prophète.

S’ils l’avaient voulu, en reconnaissant que les actes et paroles de Jésus faisaient autorité,

N’auraient-ils pas pu reconnaître en lui le Fils de Dieu qui dit les paroles de son Père ?

 


Vendredi 31 mai 2024

Le temps de la rencontre

Lc 1, 39-56

 

Combien de travailleurs pressés et exploités déposent  des colis à nos portes

et ont à peine le temps de nous saluer et d’être remerciés ?

Combien de soignants entrent dans une chambre de malade

avec le stress de la performance pour l’acte à accomplir

et si peu de temps pour la relation ?

Combien de bénévoles visitant les malades, les personnes isolées, leurs voisins… ?

 

L’évangile de ce jour nous raconte

une visite de Marie à Elisabeth qui a duré "environ 3 mois !"

Deux femmes enceintes pour la première fois prennent le temps

de s’entraider, de se rencontrer.

Cette visitation est sous le signe de l’allégresse

et de l’action de grâces envers le Seigneur.

Elisabeth porte en elle le précurseur, Jean-le-Baptiste,

qui désignera le Messie attendu en la personne de Jésus, l’enfant de Marie !

 

Un long temps de rencontre a permis à ces deux femmes

de louer le Seigneur et de se réjouir des merveilles

qu’Il accomplit dans leurs vies et dans l’histoire de l’humanité.

 

Puissions-nous en ce jour de fête de la visitation

faire mémoire de ce que le Seigneur accomplit pour nous et pour le monde.

 


Jeudi 30 mai 2024

Clairvoyance

Mc 10, 46b- 52

 

La guérison de l’aveugle Bartimée relève

d’une reconnaissance réciproque.

Bartimée a vu clair sur l’identité de Jésus de Nazareth,

fils de David et messie attendu.

Jésus reconnaît la foi de Bartimée, la confiance qu’il donne à Jésus

et c’est elle qui le sauve, lui rend la vue.

 

Au niveau écologique,  si la planète peut encore demeurer

habitable, elle a besoin de la clairvoyance de ses habitants humains.

Celle-ci leur sera-t-elle donnée par le Créateur lui-même ?

Nous pouvons l’espérer grâce à un regard admiratif

sur la nature et tous les vivants

à transformer en gratitude pour le Créateur.

L’origine du Cantique des créatures où saint François

loue Dieu pour toutes ses créatures vient de ce constat :

«  Chaque jour, toutes les créatures servent à nos besoins ,

sans elles nous ne pourrions vivre

et par elles , les humains offensent le Créateur en

méconnaissant ses bienfaits ! » (Légende de Pérouse)

 


Mercredi 29 mai 2024

Esprit de service ou souci de carrière ?

Mc 10, 32-45

 

Alors que Jésus annonce sa Passion,

deux apôtres lui demandent un avancement dans leur carrière !

Cela scandalise les 10 autres qui en espéraient peut-être autant.

 

Dans la logique évangélique,

les apôtres seraient appelés

non à commander en maître mais à servir.

Servir tous et toutes demande

une conscience aiguë  du Bien Commun

et cette aptitude à promouvoir

une vie digne et heureuse pour chaque personne

à commencer par les plus petits.

 

Prions pour les ministres qui selon l’étymologie du mot

sont les serviteurs de leurs frères et soeurs en humanité

et de tous les êtres vivants qui peuplent la terre.

 


 

Mardi 28 mai 2024

 

Un seul Père

 

Mc 10, 28-31

 

L’évangile de ce jour nous parle de séparations créatrices,

qui nous rendent de nouvelles relations au centuple !

Nos choix pour l’évangile et nos cheminements avec le Christ nous libèrent de biens

ou nous éloignent de ceux et celles qui prennent d’autres chemins.

 

Entre la liste de ceux et celles qui nous quittons

et celle des personnes que nous recevons,

il y a une petite différence qui interroge :

Dans la seconde liste, le mot père n’est pas prononcé !

Saint François d’Assise peut nous éclairer 

Quand il recommande à ses frères : 

« N’appelez personne père car vous n’avez qu’un seul Père

qui est aux cieux et vous êtes tous frères. »

L’infinie dignité de tous les humains leur vient de leur filiation divine

et les rend tous frères et sœurs.

 


Lundi 27 mai 2024

Eloge du dépouillement

Mc 10, 17-27

 

Qui veut vivre pour l’Eternité doit prendre le chemin de la loi de vie.

Cette loi de vie nous signifie ce qui mène à son contraire, la mort.

Les interdits fondateurs sont ainsi rappelés par Jésus :

« Ne commets pas de meurtre, ne commets pas d’adultère, ne commets pas de vol,

ne porte pas de faux témoignages, ne fais de tort à personne. »

et en positif : « honore ton père et ta mère .»

Ce respect des père et mère concerne ceux qui nous ont mis au monde.

 

Au-delà de l’éthique survient la quête de l’être, l’écoute du désir profond.

Celui-ci consonne avec une spiritualité du manque :

« Va, vends, donne »

Cet éloge du dépouillement conduit à devenir disciple, à marcher avec Jésus

sur le chemin de la vie éternelle, les mains vides pour accueillir les bontés de Dieu.

 

« Nul n’est bon sinon Dieu seul ! »

Voilà le secret, le trésor découvert par saint François, le petit pauvre d’Assise.

Il chante à son Dieu :

« Toi qui seul est bon, miséricordieux, suave et doux. »

 


 

 

 

Dimanche 26 mai 2024

Fête de la Sainte Trinité

Deutéronome 4,32-40/Romains 8,14-17/Matthieu 28,16-20

 

 

Moïse disait au peuple de l’ancienne Alliance : « Sache donc

aujourd’hui, et médite cela en ton cœur : C’est le Seigneur

qui est Dieu, là-haut dans le ciel comme ici-bas sur la terre ;

il n’y en a pas d’autre ! »

 

Jésus ressuscité nous révèle le mystère d’un Dieu communion :

« Tout pouvoir m’a été donné au ciel et sur la terre.

Allez, de toutes les nations, faites des disciples. Baptisez-les au

nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. Apprenez-leur à observer

tout ce que je vous ai commandé. Et moi, je suis avec vous tous les

jours, jusqu’à la fin du monde. »

 

Et Paul d’ajouter : « Tous ceux qui se laissent conduire par l’Esprit

de Dieu, ceux-là sont fils de Dieu. Vous avez reçu un Esprit qui fait

de vous des fils. C’est en Lui que nous crions : Abba ! Père !

Nous sommes donc  enfants de Dieu, héritiers de Dieu, héritiers

avec le Christ, si nous souffrons avec lui, pour être avec lui

dans la gloire ! »

 

Mystère ineffable d’un Dieu Un et Trine.

 


Samedi 25 Mai 2024

Vie quotidienne dans la foi

Jacques 5,13-20/Marc 10,13-16

 

 

Jacques nous dit :

« L’un de vous se porte mal : qu’il prie ! Un autre va bien,

qu’il chante !  Confessez vos péchés les uns aux autres,

et priez les uns pour les autres afin d’être guéris. La

supplication du juste agit avec beaucoup de force... »

 

Des gens présentaient à Jésus des enfants pour qu’il pose

la main sur eux, mais les disciples les écartaient vivement.

Voyant cela, Jésus se fâcha : « Laissez les enfants venir à moi,

car le royaume de Dieu est à ceux qui leur ressemblent.

Celui qui n’accueille pas le Royaume de Dieu à la manière

d’un enfant n’y entrera pas ! »

 

Vivons dans la simplicité de la foi en Dieu qui nous aime.

 


Vendredi 24 Mai 2024

Aimer dans la durée

Jacques 5,9-12/Marc 10,1-12

 

 

Jésus enseigne les foules assemblées auprès de lui...

Il est mis à l’épreuve par les pharisiens : « Est-il permis

à un mari de renvoyer sa femme ? »

Jésus remonte à l’origine de l’amour entre homme et femme :

« Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas ! »

 

L’apôtre Jacques élargit la réponse : « Ne gémissez pas

les uns contre les autres, ainsi, vous ne serez pas jugés.

Prenez pour modèle d’endurance et de patience les prophètes.

Nous proclamons heureux ceux qui tiennent bon. Vous avez vu

ce qu’à la fin le Seigneur a fait pour Job : car II est tendre et

miséricordieux.

Que votre OUI soit un OUI. Que votre NON soit un NON. »

 

Nous sommes invités fortement à la responsabilité, et

à la persévérance, appelés à l’amour, à l’amitié qui durent.

 


Jeudi 23 Mai 2024

Le bien ou le mal ?

Jacques 5,1-6/Marc 9,41-50

 

 

Jésus met sous nos yeux les contrastes du monde des

hommes, et les conséquences de nos actes :

« Celui qui vous donnera un verre d’eau, il ne restera

pas sans récompense... mais celui qui est un scandale,

une occasion de chute pour un seul de ces petits qui

croient en moi, il vaudrait mieux pour lui qu’on lui attache

au cou une meule, et qu’on le jette à la mer... Chacun sera

salé au feu ! Ayez du sel en vous, et vivez en paix entre vous. »

 

L’apôtre Jacques est encore plus virulent pour dénoncer

les situations d’injustice :

« Vous autres, les riches, lamentez-vous sur les malheurs

qui vous attendent ! Vous avez amassé des richesses, le salaire

dont vous avez frustré les ouvriers qui ont moissonné vos champs,

le voici qui crie, et ces clameurs sont parvenues aux oreilles du

Seigneur de l’univers. Vous avez mené sur terre une vie de luxe

et de délices, et vous vous êtes rassasiés au jour du massacre.

Vous avez condamné le juste et vous l’avez tué. »

 

Où nous situons-nous ?

 


Mercredi 22 Mai 2024

Ouvrir nos horizons

Jacques 4,13-17/Marc 9, 38-40

 

 

St  Jacques nous conseille « Vous devriez dire :

si le Seigneur le veut bien, nous serons en vie et  nous

ferons ceci ou cela ! » Sinon, vous mettez votre fierté dans

vos vantardises, et toute fierté de ce genre est mauvaise. »

 

Attention à bien situer nos projets : en Dieu !

 

Jésus voit large :

Un disciple lui dit : nous avons vu quelqu’un expulser les

démons en ton nom ; nous l’en avons empêché, car il n’est

pas de ceux qui nous suivent.

Jésus répond :

« Ne l’en empêchez pas... Celui qui n’est pas contre nous

est pour nous ! »

 


 

Mardi 21 mai 2024

A contre courant

Jacques 4,1-10/Marc 9,30-37

 

 

« Jésus enseignait ses disciples en leur disant : Le Fils de l’homme

est livré aux mains des hommes ; ils le tueront, et trois jours après

sa mort, il ressuscitera. Mais les disciples ne comprenaient pas, et ils

avaient peur de l’interroger... En chemin, ils discutaient entre eux

pour savoir qui était le plus grand !

Jésus leur dit alors : si quelqu’un veut être le premier, qu’il soit le

dernier de tous et le serviteur de tous... Quiconque accueille en mon

nom un enfant, c’est moi qu’il accueille, et il accueille

Celui qui m’a envoyé. »

 

Fort de cet enseignement, l’apôtre Jacques peut avertir sévèrement :

 

« Vous êtes pleins de convoitises, et vous n’obtenez rien, alors vous

tuez. Vous êtes jaloux et vous n’arrivez pas à vos fins, alors vous entrez

en conflit et vous faites la guerre... Vos demandes sont mauvaises.

Soumettez-vous donc à Dieu, et résistez au diable, il s’enfuira loin de vous.

Approchez-vous de Dieu, et lui s’approchera de vous. 

Aux humbles il accorde sa grâce.

Abaissez-vous devant le Seigneur, il vous élèvera. »

 

Conseils tellement réalistes pour aujourd’hui !

 


Lundi 20 Mai 2024

Marie mère de l'Eglise

Actes 1, 12-14/Jean 19,25-34

 

 

Luc nous rappelle : « Les apôtres, après avoir vu Jésus

s’en aller vers le ciel, retournèrent à Jérusalem, depuis

le mont des oliviers. Ils montèrent dans la chambre haute

où ils se tenaient habituellement. Tous, d’un même cœur,

étaient assidus à la prière, avec des femmes, avec Marie,

la mère de Jésus, et avec ses frères. »

 

« Près de la croix de Jésus se tenait sa mère... Jésus voyant sa

mère et près d’elle le disciple qu’il aimait, dit à sa mère :

Femme, voici ton fils ! Puis au disciple : Voici ta mère !

Et à partir de cette heure-là, le disciple la prit chez lui. »

 

C’est donc bien à juste titre que Marie fut proclamée par le pape

Paul VI, le 21 novembre 1954, Mère de l’Église.

 


 

Dimanche 19 mai 2024

Fête de la Pentecôte

Actes 2, 1-11/ Galates 5,16-25/Jean 15,26-27 ;16, 12-15

 

 

La promesse de Jésus se réalise aujourd’hui : « Quand viendra

le Défenseur, que je vous enverrai d’auprès du Père, l’Esprit de

vérité qui procède du Père, il rendra témoignage en ma faveur,

et vous aussi vous témoignerez, parce que vous êtes avec moi

depuis le commencement... Il vous conduira dans la vérité toute

entière. »

 

« Cinquante jour après Pâques, les apôtres se trouvaient réunis

tous ensemble. Soudain un bruit survint, comme un violent coup

de vent. Alors leur apparurent des langues de feu qui se partageaient

et il s’en posa une sur chacun d’eux. Tous furent remplis d’Esprit

Saint : ils se mirent à parler en d’autres langues, chacun selon don

de l’Esprit.

Il y avait à Jérusalem des juifs venant de toutes les nations, et chacun

d’eux entendait dans son propre dialecte ceux qui parlaient. Dans la

stupéfaction et l’émerveillement, ils disaient : tous, nous les entendons

parler dans nos langues des merveilles de Dieu... »

 

C’est le début de l’annonce ! Mais pour durer, écoutons l’apôtre Paul :

« Marchez sous la conduite de l’Esprit Saint, et vous ne risquerez pas de

satisfaire les convoitises de la chair » (nous les connaissons bien, comme

aussi les fruits de l’Esprit !)

« Puisque l’Esprit nous fait vivre, marchons sous la conduite de l’Esprit ! »

 


 

Samedi 18 Mai 2024

Quel avenir ?

Actes 28,16-31/Jean 21,20-25

 

 

C’est la question qui préoccupe Pierre à propos de son

compagnon : « Et lui, Seigneur, que lui arrivera-t-il ? »

Jésus lui répond fermement : « Que t’importe ! Toi, suis-moi ! »

 

C’est ce disciple qui témoigne de ces choses, et nous savons

que son témoignage est vrai.

 

« Quant à Paul qui est en prison à Rome,  il y demeura  deux

années entières, dans le logement qu’il avait loué (avec le

soldat qui le gardait). Il accueillait tous ceux qui venaient

chez lui ; il annonçais le règne de Dieu, et il enseignait ce qui

concerne le Seigneur Jésus Christ, avec une entière assurance,

et sans obstacle. »

 

Conditions idéales pour poursuivre jusqu’au bout sa mission

d’apôtre des nations !

Tout concourt au bien de ceux qui aiment Dieu...

 


 

Vendredi 17 Mai 2024

En mission: Pourquoi et Jusqu'où?

Actes 25,13-21/Jean 21,15-19

 

 

Nous voici auprès du lac de Tibériade, après la résurrection de Jésus

Celui-ci pose à Pierre, par trois fois, la question de confiance :

« M’aimes-tu ? »  De sa réponse affirmative découlera sa mission :

« Sois le berger de mes brebis ! » Il lui annonce aussi par quel genre

de mort Pierre rendrait gloire à Dieu... Mais dans l’immédiat,

une seule chose compte : « Suis-moi ! »

 

Nous retrouvons l’apôtre Paul dans sa prison à Césarée, et l’embarras

dans lequel se trouve le gouverneur Festus :

« au sujet d’un certain Jésus qui est mort,

 mais que Paul affirme être en vie. »

Paul a fait appel de son jugement, et Festus a ordonné de le garder

en prison jusqu’au renvoi de sa cause devant l’empereur.

 

L’important pour lui est d’accomplir sa mission jusqu’au bout..

jusqu’à Rome !

 


 

Jeudi 16 mai 2024

Prière et témoignage

Actes 22,30.23 ; 6-11/Jean 17,20-26

 

 

Suite de la grande prière de Jésus :

« Père saint, je ne te prie pas seulement pur ceux qui sont là,

mais encore pur ceux qui, grâce à leur parole, croiront en moi.

Que tous soient un, comme Toi, Père, tu es en moi et moi en toi.

Je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée, pour qu’ils soient

un comme nous sommes UN : moi en eux, et Toi en moi.

Ceux que tu m’as donnés, je veux que là où je suis, ils soient,

eux aussi, avec moi, et qu’ils contemplent ma gloire, celle que

tu m’as donnée, parce que tu m’as aimé avant la fondation du

monde. Père juste, le monde ne t’a pas connu, mais moi, je t’ai

connu, et ceux-ci ont reconnu que tu m’as envoyé... Que l’amour

dont tu m’as aimé soit en eux, et que moi aussi, je sois en eux. »

 

Profondeur de ces paroles...

 

Vacarme, affrontements entre des opinions religieuses diverses

autour de Paul... Le Seigneur lui dit : « Courage ! Le témoignage que

tu m’as rendu à Jérusalem, il faut que tu le rendes aussi à Rome ! »

 


Mercredi 15 Mai 2024

En se quittant

Actes 20, 28-38/Jean 17, 11-19

 

 

Voici la grande prière de Jésus :

« Père saint, garde mes disciples unis dans ton nom.

Qu’ils soient un, comme nous-mêmes ; J’ai veillé sur

eux, et maintenant je viens à Toi... Je ne te prie pas pour

que tu les retires du monde, mais pour que tu les gardes

du Mauvais. Sanctifie-les dans la vérité : ta parole est vérité.

Pour eux je me sanctifie moi-même,  afin qu’ils soient,

eux aussi, sanctifiés dans la vérité. »

 

Et voici les adieux de Paul aux Anciens de l’Église d’Éphèse :

« Veillez sur vous-mêmes et sur tout le troupeau dont l’Esprit

Saint vous a établis responsables... Je vous confie à Dieu et à la

parole de sa grâce, lui qui a le pouvoir de construire l’édifice.

En toutes choses je vous ai montré qu’en se donnant de la peine,

il faut secourir les faibles et se souvenir des paroles du Seigneur

Jésus... »

 

Quoi qu’il arrive, restons toujours centrés sur l’essentiel.

 


Mardi 14 Mai 2024

Fête de saint Matthias

Actes 1,15-26/Jean 15,9-17

 

 

Dans les débuts de l’Église,

Il fallait remplacer Judas qui avait trahi et livré Jésus.

Pierre se leva au milieu des frères qui  étaient réunis

au nombre d’environ cent vingt personnes, et déclara :

« Il y a des hommes qui nous ont accompagnés durant

tout le temps où le Seigneur Jésus a vécu parmi nous...

Il faut donc que l’un d’entre eux devienne avec nous

témoin de sa résurrection. » On pria, on tira au sort entre

Justus et Matthias, et le sort tomba sur Matthias qui fut donc

associé par suffrage aux onze apôtres.

Les paroles de Jésus sont comme une feuille de route

pour tout nouvel apôtre :

« Comme le Père m’a aimé, moi aussi je vous ai aimés.

Demeurez dans mon amour... pour que ma joie soit en

vous, et qu’elle soit parfaite.

Aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimés.

Je vous appelle mes amis. C’est moi qui vous ai choisis

et établis afin que vous alliez, que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure. Alors, tout ce que vous demanderez

au Père en mon nom, il vous le donnera. »

 


Lundi 13 Mai 2024

Quel accomplissement ?

Actes 19,1-8/Jean 16,29-33

 

 

Les disciples disent à Jésus, avant sa Passion :

 « maintenant, nous savons que tu sais toute chose :

voilà pourquoi nous croyons que tu es sorti de Dieu...

Et Jésus répond : 

« L’heure vient où vous laisserez seul !

Mais je ne suis pas seul : le Père est avec moi. »

 

Paul demande à un groupe d’Éphésiens :

« Lorsque vous êtes devenus croyants, avez-vous reçu l’Esprit Saint ?

Nous n’avons même pas entendu dire qu’il y a un esprit Saint !

Alors ils se firent baptiser au nom du Seigneur jésus, et l’Esprit

Saint vint sur eux. »

 

Père, Fils, Esprit : telle est la foi chrétienne, la foi en Dieu Trinité.

 


Dimanche 12 mai 2024

Unité féconde

Jn 17, 11b-19

 

Jésus rêve que nous soyons unis.
Non pas à la manière de Babel !... dont l'ambition totalitaire formate des clones !...

L'unité dont Jésus rêve pour l'humanité, est à l'image de celle de la Trinité,

unité qui crée la vie,

qui crée la joie,

en abondance,

en ouverture,

plus puissante que la haine,

plus vivante que le mal

Tel est le chemin de la sainteté,

tel est le chemin de l'humanité !...

 


Samedi 11 mai 2024

Carte d'identité

Jn 16, 23b-28

 

Nous sommes réellement introduits eu cœur de l'identité de Jésus,

au cœur de son intimité avec le Père.
Il a réalisé, dans son être même, la communion totale et parfaite entre le Père et nous.

"Je suis sorti du Père et je suis venu dans le monde; maintenant, je quitte le monde et je vais au Père".

et il nous emmène avec lui,

il emmène toute la création,

matière et esprit.
Désormais, tout est sacré,

imprégné de la bénédiction du Père.

Tout a un sens éternel,

les plus humbles créatures,

le quotidien le plus secret...
Tout est revêtu et imprégné de transcendance...

 


Vendredi 10 mai 2024

le poids de la joie

Jn 16, 20-23a

 

La Bonne Nouvelle, ce n'est pas que la souffrance va être éliminée.
Jésus ne promet pas un bonheur à l'eau de rose, en dehors de la réalité, en dehors de la vie.
La Bonne Nouvelle, c'est que la souffrance n'a pas le dernier mot !

Elle peut devenir féconde.

Elle est pour la vie...

     à l'image de la souffrance de l'enfantement.
Elle est pour la joie,

une joie que personne ne peut nous enlever,

celle que François d'Assise appelait la "joie parfaite",

plus intime, plus profonde, plus réelle que tout.

Nous le percevons bien lorsque, après avoir traversé une douleur, une angoisse, un danger, nous ne sortons pas indemne,

mais avec la conscience que notre vie a pris du poids,

notre joie est Autre...

 


 

Jeudi 9 mai 2024

harmonie

Marc 16, 15-20

 

L'Ascension de Jésus unit définitivement la terre et le ciel.
En lui, l'humanité entre en pleine communion avec Dieu.
En lui, l'humanité devient Dieu.
Il n'y a plus de distance entre la matière et l'Esprit.

Jésus confie à ses disciples, à nous, la mission d'annoncer l'Évangile à toute la création.
Pas seulement à un peuple particulier,

pas seulement aux êtres humains,

mais à toutes les créatures.
Mieux : à toute la création dans son unité.

Et le signe que matière et esprit ne font qu'un dans le Christ, c'est que les envoyés seront en harmonie, en fraternité avec toute la création.
Ce qui est cause de souffrance dans les créatures (serpent, poison, maladies...) sera apprivoisé et ne pourra plus faire de mal.
La vie dans l'Esprit se révèle dans cette fraternisation avec toute créature.

 


Mercredi 8 mai 2024

Maître intérieur

Jn 16, 12-15

 

Jésus nous quitte, il prend de la distance, pour, paradoxalement, nous être présent de façon plus réelle, plus intérieure.

Les apôtres l'ont reconnu comme leur maître, leur rabbi.

Il devient maintenant, par son Esprit, un maître intérieur.
Son Évangile, sa Parole est semée en nous.

Elle est en nous.

Et l'Esprit la déploie peu à peu, avec pédagogie, à notre rythme, à notre mesure, jusqu'à nous conduire progressivement dans la Vérité toute entière.
Il nous enseigne de façon à la fois très personnelle, adaptée à chacun, chacune de nous, être unique,

et de façon universelle.

 


Mardi 7 mai 2024

Où vas-tu ?

Jn 16, 5-11

 

Les disciples étaient tout tristes du départ de Jésus avec qui ils avaient vécu tant de moments importants, déterminants.
Cette absence est pourtant nécessaire, vitale.
Désormais, Jésus ne leur est plus extérieur. Aussi proche était-il d'eux, sa présence était en face d'eux, en vis à vis.

Désormais, grâce à cette absence, par son Esprit, sa Présence va leur devenir intérieure.
Désormais, sa Présence de Crucifié-Ressuscité ne connaîtra plus de frontières de temps et d'espace.
"Où vas-tu ?"

Il va en Dieu,

au cœur de ses disciples,

au cœur de tout être humain,

de tout pays,

de tout temps,

... jusqu'à nous...

 


Lundi 6 mai 2024

Ressources de l'Esprit

Jn 15,26 - 16,4a

 

Jésus compte sur nous pour rendre témoignage à l'Évangile.

Il a pleinement confiance en nous pour témoigner de sa Bonne Nouvelle !

Mais il ne nous laisse pas démunis.
Il nous envoie l'Esprit de vérité. C'est lui qui nous inspire les mots, les attitudes, les comportements justes.

À son écoute, attentifs à sa présence en nous et autour de nous, nous ne craignons pas l'hostilité ni la violence.
Lui seul nous soutient pour que nous ne nous laissions pas entraîner ni dans l'abattement, ni dans l'agressivité.

Car, avec lui, nos ressources sont d'un tout autre ordre.

 


Dimanche 5 mai 2024

Amis de Dieu

Jn 15, 9-17

 

Fini la servitude !

Finies les religions de servitude !

Le Christ nous appelle ses amis.
Avec lui, nous entrons dans une relation d'amitié avec Dieu... avec tout ce que cela signifie en terme de réciprocité dans la confiance, dans le don à l'autre, dans l'accueil de l'autre.
Quel bonheur que cette intimité avec Dieu, notre ami !

Il nous a choisis pour être ses amis.
Cela ne peut que donner du fruit dans notre vie, dans nos relations les uns avec les autres.
Entrons dans ce mouvement !

 


Samedi 4 mai 2024

Chamboule tout

Jn 15, 18-21

 

On a parfois reproché à la religion d'endormir les consciences.
En tout cas, ce n'est pas le propos de Jésus !

Tout au contraire, il prévient clairement ses disciples qu'il ne faut pas qu'ils s'attendent à ce que "ça baigne" !

C'est le moins qu'on puisse dire !

Vivre l'Évangile dérange !

Il est arrivé que certaines révolutions, qui se voulaient novatrices, renversent des dictateurs... pour en mettre de nouveaux !

Vivre l'Évangile est autrement révolutionnaire dans le sens qui chamboule totalement ce qui nous gouverne intérieurement.

Et ça, c'est déstabilisant !

C'est pourquoi, cela provoque des réactions dont la violence est à la mesure de nos peurs !

Tous ceux et celles qui cherchent des chemins alternatifs à ceux du monde, en savent quelque chose !

Et, nous, chrétiens, avons-nous la même audace à la suite du Christ ?

 


Vendredi 3 mai 2024

Cela nous suffit !

Jn 14, 6-14

 

"Seigneur, montre-nous le Père, cela nous suffit."

Elle me plaît bien cette parole de l'apôtre Philippe !

Elle est révélatrice du climat de liberté que Jésus a su instaurer entre ses disciples et lui.

Ce n'était pas un maître que l'on pouvait craindre, qui aurait pu provoquer des comportements serviles.

Les apôtres se sentaient libres de poser des questions, de réagir.
Cette parole de Philippe montre aussi que ce qui peut apparaître naïf dans sa requête, révèle, en fait, un regard, une préoccupation tournée vers l'Essentiel : le Père, la Source de Vie et d'Amour.
Cette liberté de Philippe alliée à la profondeur de sa recherche entraîne Jésus dans la Révélation de sa véritable identité.

 


Jeudi 2 mai 2024

Où demeures-tu ?

Jn 15, 9-11

 

Le trop plein du cœur de Jésus déborde.

Le trop plein de l'Amour de Dieu,

Le trop plein de sa Joie.
Dans ces quelques lignes de l'Évangile, nous sommes vraiment témoin de son bonheur.
La perspective de sa Passion et de sa mort, loin d'éteindre ce jaillissement, l'enracine, renforce sa communion d'Amour avec la Source.
Et ça déborde !... Son seul désir est que nous connaissions le même amour, la même joie !

Face au tragique qui parfois peut se profiler, face aux enjeux cruciaux de nos existences, nous sommes renvoyés à l'Essentiel :

Demeurez dans son Amour, ancrage solide, source de joie intarissable.

 


Mercredi 1er mai 2024

Intelligence corporelle

Mt 13, 54-58

 

"D'où lui viennent cette sagesse et ces miracles ?"

"N'est-il pas le fils du charpentier ?"

Oui ! et c'est justement là qu'il a puisé une véritable sagesse !

L'intelligence des mains, du corps, des sens n'est pas un vain mot.

Le travail concret, le corps à corps avec la matière a enraciné le Fils de Dieu dans la sagesse humaine.

Son enseignement, ses paraboles sont imprégnés du travail de l'être humain.

Même ses miracles se réalisent par son corps !

Le travail que nous accomplissons nous permet d'exprimer une intelligence de tout notre être. S'il est le fruit de l'intelligence de notre tête, il la nourrit et bien souvent, l'aide à s'éclaircir.

Miracle de la nature humaine

... créée à l'image du Christ Fils de Dieu, fils du charpentier.

 


Mardi 30 avril 2024

Quelle paix ?

Jn 14, 27-31a

 

Jésus nous donne la paix.

Il précise : sa paix.

Pas la paix du "fichez-moi la paix !",

ni celle des dictatures ou esclavagismes en tout genres ,

pas la "pax romana" !

Il ajoute que ce n'est pas à la manière du monde qu'il nous la donne.

pas avec les armes de la terreur, de la domination, de la manipulation, des addictions...

Lorsque nous suivons les infos, nous sentons notre monde bien loin de la paix !...

Or Jésus, non seulement nous la donne au présent, mais nous assure de sa présence.

Serait-ce une mauvaise farce ?!

Si nous nous laissons griser par le vacarme des armes et des mots, oui !

Essayons d'être toujours plus attentifs, à l'écoute de la foule innombrable qui ne fait pas la Une des médias,

ceux et celles qui vivent humblement, concrètement, en tissant des liens de fraternité, d'entraide, et qui ne cessent de franchir les obstacles de la peur, de la haine,

qui ne cessent de se relever des décombres

pour que triomphe la Vie...

 


Lundi 29 avril 2024

Doctorat des humbles

Mt 11, 25-30

 

"Tu l'as révélé aux tout-petits"

Ce n'est ni par privilège, ni par condescendance que Dieu révèle son Mystère aux tout-petits.
C'est la conséquence même de son Être.
Sa Nature a à voir avec celle des tout-petits.

C'est pourquoi seuls les tout-petits peuvent en percevoir la profondeur.

Seuls les tout-petits sont attachés au joug même du Christ qui allège leur propre fardeau.

Catherine de Sienne est l'une de ces tout-petits dont la sagesse et la science a dépassé celles des "sages et des savants" de son époque.
L'Église l'a reconnu en lui conférant le titre de "docteur de l'Église".

 


Dimanche 28 avril 2024

Travail de vigneron

Jn. 15, 1-8

 

La comparaison du peuple de Dieu avec les vignes est bien connue.

Aujourd'hui, j'ai envie de passer quelques instants avec le vigneron.

Jésus nous dit que son Père est le vigneron. Il coupe, il émonde, il sarcle la terre. Tout ceci pour donner de beaux raisons qui réjouiront le coeur de l'homme, comme dit le psaume.

Mais le vigneron n'est pas tout seul. Il y a le cep et c'est Jésus le Christ lui-même qui est le cep. Le cep fait monter la sève dans les sarments.

Et les sarments ce sont les hommes d'hier, d'aujourd'hui et de demain.

Que dire? si ce n'est que sans le Père et le Fils nous n'aurions aucune vie, aucune fécondité. Le terme de l'évangile est "demeurer", ce qui signifie "être avec". Demeurer en Christ grâce à la sève qu'il nous infuse, c'est être avec Lui et le Père par l'Esprit tous les jours.

 


Samedi 27 avril 2024

Unité du Père et du Fils

Jn. 14, 7-14

 

Quel bel évangile dans lequel Jésus montre toute la bonté, la beauté, la grandeur, l'amour du Père.

Et, dans le même mouvement, celui du Fils puisqu'il sont un, l'un en l'autre, sans distinction et pourtant sans fusion.

Et cette si belle union/unité débouche sur une promesse toujours tenue : "si vous demandez quelque chose en mon nom, je le ferai".

Ainsi à aucun moment Jésus ne nous laissera tomber, sans condition. Simplement c'est la confiance totale en lui et en son amour qui nos permettra de le rencontrer, à condition que, comme dit dans l'Apocalypse, quand Jésus frappe, nous lui ouvrions; Ainsi nous pourrons souper avec lui et lui avec nous. Communion à l'unité du Père et du Fils.

 


Vendredi 26 avril 2024

Chemin, Vérité ou vie?

Jn. 14, 1-7

 

Et bien non, ce n'est pas l'un ou l'autre mais Jésus est tout à la fois Chemin, Vérité et vie. Et il nous invite à le suivre sur ce chemin pour se revêtir de la vraie vie.

Il y a beaucoup de doutes et d'interrogations parmi ses disciples et on peut le comprendre aisément. Aujourd'hui encore, qui ne se pose pas de question sur ce que veut dire "suivre Jésus à sa façon"? Car sa façon, c'est d'être crucifié et de mourir sur la croix. C'est un programme peu enthousiasmant et peu engageant.

N'oublions pas que si Jésus se révèle comme étant le chemin, la vérité, la vie, cela ne veut pas dire que nous avons à devenir ses clônes. Non, il est le chemin, le chemin d'amour vers l'amour. Nous n'aurons sans doute pas une fin aussi tragique que la sienne mais, nous savons que, parce qu'il est le chemin, il sera avec nous partageant lui aussi la souffrance et la détresse si nous devons en passer par là.

 


Jeudi 25 avril 2024

La foi pour tous

Mc. 16, 15-20

 

Aujourd'hui, fête de saint Marc , un évangéliste et un apôtre.

Une belle fête qui nous permet de rendre grâce pour notre foi reçue grâce aux témoignages des apôtres.

Dans l'évangile de ce jour, la foi en Jésus est montrée comme la base du salut. On peut s'étonner que certains soient exclus du salut par manque de foi. En effet, souvent nous entendons : la foi est un don et pourquoi le Seigneur ne me l'a pas donnée ?

Oui, la foi est un don mais, contrairement à une lecture trop superficielle de l'évangile, elle est un don pour tous car, en aucune circonstance, le Seigneur ne fait commerce du salut : le salut contre la foi! Ce serait absurde.

Pour répondre à la foi proposée, offerte, un seul chemin : celui d'accepter la dépendance à un Dieu, de ne pas se mettre à la place du Créateur, puisque nosu sommes à son image et à sa ressemblance, mais nous ne sommes pas Lui.

 


Mercredi 24 avril 2024

La parole une du Père et du Fils

Jn. 12,44-50

 

Dans cet évangile, Jésus se présente comme la lumière venue pour libérer le monde de ses ténèbres. Et c'est effectivement bien ce qu'il est puisqu'il dit la parole reçue de son Père, qu'il la fait sienne et qu'il transmet à l'humanité :

"Moi la lumière, je suis venu dans le monde, afin que quiconque croit en moi ne demeure pas dans les ténèbres".

Ne pas demeurer dans les ténèbres n'est pas autre chose que de vivre dans la lumière du Christ, dans la lumière du Père qui nous assure de la vie éternelle.

La vie éternelle proposée, qu'est-elle ? Peut-être tout simplement une participation pleine et entière à l'amour de Dieu pour le monde. Y a-t-il un sens plus beau, plus enthousiasmant, plus porteur du souffle de l'Esprit à notre vie?

 


Mardi 23 avril 2024

Qui es-tu ?

Jn. 10, 22-30

 

Les Juifs sont très perplexes devant ce personnage qu'est Jésus. Qui est-il ?

La réponse, une fois de plus n'est pas directe : regardez mes oeuvres et vous saurez qui je suis.

Et Jésus poursuit sur le thème du troupeau et des brebis, thème ouvert les jours précédents.

Ces brebis appartiennent d'abord au Père avant de lui appartenir.

Et la phrase finale de cet évangile est la réponse à la question des juifs : "Le Père et moi, nous sommes un". En d'autres mots, si vous voulez savoir qui je suis, connaissez et rencontrez d'abord le Père. Mais une précision s'impose : quand Jésus dit "le Père et moi nous sommes un" c'est sans fusion ni confusion des personnes. Et Celui qui vous aidera à nous re-connaître c'est l'Esprit.

 


Lundi 22 avril 2024

Berger, porte et chemin

Jn. 10, 1-10

 

Nous continuons notre route avec le  berger.

Aujourd'hui, il est le berger (et non le mercenaire), mais il est aussi la porte.

Etil nous faut passer par lui pour marcher librement sur le chemin tracé par lui et, pour nous, conduits par lui.

On peut s'étonner que Jésus soit à la fois la porte, le berger et le chemin, tout à la fois. Et ceci dans un même mouvement.

Mais il ne nous faut pas raisonner avec des points de repères strictement humains.  N'oublions jamais que nous sommes à l'image et à la ressemblance de Dieu. Il s'agit donc pour nous de laisser Jésus diviniser  notre part humaine et de le laisser aussi humaniser notre part divine. Car, en fait les deux sont inséparables.

Ainsi, nous pourrons passer sans encombre la porte que Jésus est, et le suivre en écoutant sa voix sur le chemin qu'il est tout à la fois.

 


Dimanche 21 avril 2024

Donner sa vie par amour

Jn. 10, 11-18

 

Aujourd'hui, dimanche appelé traditionnellement dimanche du Bon pasteur. Pourquoi?

Parce que Jésus se situe en berger qui aime ses brebis à l'opposé du berger qui garde les brebis dans une perspective de gain financier.

Ce bon berger aime ses brebis, bien. Nous trouvons cela normal.

Mais au plus profond de lui-même, il aime ses brebis jusqu'à donner sa vie pour leur sauvegarde, leur survie. Il se situe en rempart, en défenseur, devant le loup.

Il y a une autre dimension dans ce passage d'évangile : une relation directe entre l'amour du Père pour Jésus et l'amour du berger pour ses brebis. C'est un même amour car, sans l'amour du Père, Jésus le bon berger ne pourrait pas aimer les brebis. Il est là pour aimer à la façon du Père, pour être le relais de l'amour du Père pour chacun de ses enfants. Et c'est pourquoi il peut donner sa vie car il sait par connaissance intime que le don de sa vie n'est qu'amour.

 


Samedi 20 avril 2024

Scandale divin

Jn. 6, 60-69

 

Les auditeurs de Jésus sont scandalisés par ce que leur dit Jésus : "mangez ma chair et buvez mon sang". Pris au premier degré, il y a effectivement de quoi être scandalisé. Mais Jésus ne cherche pas à transformer les juifs en anthropophages.

Alors où se situe le vrai scandale ?

Peut-être, tout simplement dans deux versets :

1/ "Quand vous verrez le Fils de l'homme monter là où il était auparavant". Et c'est cette identité de Jésus qui le fera mourir, lorsqu'on lui reprochera de se prendre pour le fils de Dieu.

2/ "C'est l'esprit qui vivifie, la chair ne sert de rien. Les paroles que je vous ai dites sont esprit et elles sont vies." Faut-il voir ici un reniement de l'homme dans sa chair au profit de l'esprit? Je ne le pense pas sinon Jésus, fils de Dieu, ne se serait pas incarné en fils d'homme. Cependant l'esprit sans chair n'existe pas et la chair sans esprit n'existe pas non plus.  Car à qui donner la vie s'il n'y a pas une personne pour la recevoir? L'autre aspect du scandale divin : esprit et chair sont liés intrinsèquement.

 


Vendredi 19 avril 2024

Espérant contre toute espérance

Jn. 6, 52-59

 

Dans l'évangile de ce jour, j'ai choisi de méditer sur deux éléments mais il y en a bien d'autres :

D'abord, au verset 57, Jésus nous dit : "Le Père qui est vivant". Ainsi nous savons déjà que son Père et notre Père n'est pas icône figée quelque part dans le ciel mais qu'il est vivant, c'est-à-dire qu'il nous aime de façon vivante et non pas fossilisée pour toujours. Ainsi son amour est toujours en accord avec ce que nous vivons chaque jour. Si j'ose dire, son amour est acutalisé au jour le jour pour chacun des êtres humains.

Puis, Jésus nous dit au verset 56 : "celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi et moi en lui". Cette inhabitation du Fils en chacun des hommes est un vrai motif d'espérance contre toute espérance : rien ne peut empêcher le Fils de Dieu d'être vivant en chacun de nous. Et ainsi, à l'image du Fils, nous pouvons espérer en chacun, quelle que soite sa tendance du jour.

 


Jeudi 18 avril 2024

Le pain de Dieu

Jn.6, 44-51

 

L'enseignement par Jésus sur sa véritable identité, celle d'être fils de Dieu, et pain de vie pour tous se continue aujourd'hui.

Avons-nous réellement conscience de ce que représente cette assertion de Jésus : "je suis le pain de vie" pour que personne ne meurt?

Etre le pain de vie, le pain de Dieu, quelle responsabilité!

Et Jésus, non seulement assume cet état, mais il me semble qu'en fait il est heureux d'être pain de vie, heureux de pouvoir transmettre la vie qu'il a reçue de son Père à tous les hommes. On ne sent aucun regret, aucune nostalgie dans ses paroles.

Et nous aussi, nous pourrions être pain de Dieu, à la suite de Jésus, comme l'a été Ignace d'Antioche qui disait :"ne m'empêchez d'être le froment moulu par les bêtes".

 


Mercredi 17 avril 2024

Vie éternelle = Résurrection

Jn. 6, 35-40

 

Nous retrouvons ici la ligne de conduite que Jésus aura jusqu'à sa mort : ne pas faire sa volonté mais se joindre à celle du Père pour n'en faire plus qu'une.

Et la volonté du Père c'est de donner la vie éternelle à chacun.

Par la vie ternelle, Jésus ressuscite tous ceux que le Père lui a donné, au dernier jour. Et cela fait beaucoup de monde car il s'agit de la résurrection de tous et de chacun.

Quand cela arrivera ? Nul ne le sait et cela n'a pas beaucoup d'importance. L'essentiel est de croire que Jésus ne laissera personne sur le bord de la route et que tous nous ressusciterons avec lui.

 


Mardi 16 avril 2024

N'avoir faim et soif que de Dieu

Jn. 6, 30-35

 

Jésus se révèle comme vrai et unique pain de vie.

A nouveau difficile à comprendre pour des esprits qui sont parfois un peu étroits, ceux d'hier et ceux d'aujourd'hui.

A nouveau nous nous trouvons confrontés au fait que nous ne pouvons envisager qu'une nourriture terrestre.

A nouveau nous avons à faire un acte de foi qui nous conduira aux portes de la vie éternelle. Car le code d'ouverture de cette porte n'est autre que d'avoir faim et soif de Dieu.

 


Lundi 15 avril 2024

Demeurer dans la vie éternelle

Jn. 6, 22-29

 

Etonnant message de Jésus à l'égard de cette foule venue chercher du pain.

Et Jésus leur répond : la seule nourriture que je peux vous donner, c'est de vous aider à faire les oeuvres du Père.

Et faire les oeuvres du Père, c'est cela qui ouvre la porte de la vie éternelle.

Peut-on comprendre ?

Oui, car on sait de foi que les motivations du Père et du Fils sont toujours en faveur de l'homme.

Non, car on ne sait pas "comment cela se fera".

Il y a donc une dimension de confiance dans l'entrée de la vie éternelle, un saut dans la foi qui nous est demandé et que nous pouvons faire grâce à Jésus.

 


Dimanche 14 avril 2024

 

Les blessures du Ressuscité

 

Lc 24, 35-48

 

L’apparition de Jésus ressuscité aux 11 apôtres

ne manque pas de susciter des émotions fortes : bouleversés,

Ils passent de la frayeur à la joie qui n’ose pas encore y croire.

N’est-ce pas semblables sentiments qui habitent

certains nouveaux baptisés au moment de leur conversion ?

 

Pour ceux qui l’ont connu sur les routes de Palestine,

c’est voir et toucher les blessures de sa Passion, les cicatrices de sa crucifixion

qui attestent que c’est bien lui.

 

Nos blessures de tous ordres physiques ou psychiques laissent des traces en nous…

L’art du kintsugi est celui de réparer la fêlure, brisure du vase avec de l’or.

Les blessures de la Passion sont transfigurées de beauté

dans le corps du Ressuscité mais elles demeurent.

Serons-nous encouragés à vivre avec nos failles dès lors qu’elles peuvent

s’habiller de  beauté dès maintenant et plus encore à la résurrection des corps ?

 


 

 

Samedi 13 avril 2024

 

Jésus « surfe »

 

Jn 6, 16-21

 

Au chevet d’un malade ou près d’un enfant qui a peur du noir,

il nous arrive de dire « C’est moi. » en les rejoignant doucement ,

en supposant ainsi les rassurer.

 

Dans l’épisode évangélique de ce jour,

Jésus s’approche silencieusement de ses disciples

avec un mode opératoire surprenant :

en marchant sur les eaux,

mieux que le surf !

Mais les disciples éprouvés par les vents contraires

prennent peur de jésus !

 

C’est un comble pour les disciples de Jésus,

que nous sommes aussi,  d’avoir peur de lui !

Serait-ce parce que lors de ses venues en nos vies,

il n’arrive jamais où nous l’attendons

mais dans nos ténèbres, là où nous n’oserions pas l’accueillir ?

Or, si nous le laissons traverser nos peurs,

nos ténèbres peuvent se dissiper à sa lumière.

C’est sans doute un des messages de la fête de la Résurrection du Christ :

«  C’est moi, n’ayez plus peur ! »

 


Vendredi 12 avril 2024

 

Tant de monde

 

Jn 6, 1-15

 

Sur les gravats dans la bande de Gaza,

sur  les décombres des villes ukrainiennes bombardées,

sous les tentes de camps de réfugiés et déplacés,

« tant de monde » a faim !

 

La fête de la Pâque des juifs célèbre leur libération,

leur exode hors du pays de l’esclavage.

L’évangile de ce jour nous relate une multiplication des pains !

Alors que Philippe est découragé, dépassé

par l’amplitude des besoins de nourriture auxquels il s’agit de répondre,

André  a une heureuse initiative.

Il propose de donner le peu qu’il voit !

 

En ce 12 avril 2024, chacun et chacune de nous peut donner un peu

pour enclencher une solidarité humaine à l’échelle de la planète.

C’est la goutte d’eau du colibri pour éteindre l’incendie !

 

La tradition juive l’énonce ainsi :

Nul ne te demande de terminer l’ouvrage

mais tu ne dois point t’y dérober !

L’Esprit de Jésus ressuscité ne nous en donne-t-il pas la force ?

 


Jeudi 11 avril 2024

 

Croire, avoir et voir

 

Jn 3, 31-36

 

Qu’il faille croire pour vraiment voir

est tout à fait juste en ce qui concerne notre vie spirituelle.

Un minimum de confiance en la vie permet en effet

à tout un chacun, de saisir qu’il y a plus grand que nous,

que la vie est don,

que l’éternité nous dépasse.

 

Notre foi pascale, en reconnaissant en Jésus ressuscité le Fils de Dieu,

nous donne d’avoir la vie éternelle.

Ces réflexions toutes habitées par l’Esprit donné sans mesure

peuvent nous laisser perplexes !

Une certitude demeure :

nous sommes vivants et Celui qui est « le chemin, la vérité, la vie »

le Christ, Seigneur des vivants,

nous le confirme par l’évangile de ce jour.

 


Mercredi 10 avril 2024

 

Pour ne pas se perdre

 

Jn 3, 16-21

 

Les randonneurs d’aujourd’hui partent avec un smartphone

avec GPS intégré et lampe pour s’éclairer.

Ils ne risquent donc pas de se perdre hormis une absence de réseau !

 

Sur les chemins de la vie spirituelle,

l’Evangile de ce jour nous apprend

comment ne pas se perdre :

- oser  se laisser rejoindre par l’amour du Père

que le Fils est venu donner au monde.

- faire confiance au Fils de Dieu,

préférer sa lumière aux ténèbres du mal.

- agir en conséquence : faire la vérité, venir à la lumière

et faire le bien.

 


Mardi 9 avril 2024

 

Entre terre et ciel

 

Jn 3, 7b-15

 

Entre ciel et terre, porter son regard vers une croix qui sauve !

 

L’évangile de ce jour propose une renaissance d’en Haut.

Les choses de la terre et celles du ciel ne se confondent pas.

Le temps pascal nous invite à méditer sur la Résurrection :

les choses du ciel  déjà là sur terre

mais en voie d’accomplissement,

grâce à notre relation au Christ ressuscité.

Mettre en lui notre confiance

nous donne la vie éternelle,

l’accès aux choses du ciel sur terre !

 

Nous comprenons bien que Nicodème n’a eu l’accès à ces réalités

qu’après la résurrection du Christ !

 


Lundi 8 avril 2024

 

Comblée de grâce

 

Lc 1, 26-38

 

La logique du calendrier liturgique nous fait aujourd’hui

contempler Marie en son Annonciation.

Alors que nos chants résonnent encore de la joie pascale proclamant la Résurrection,

voici le mystère de l’Annonce faite à Marie

pour passer à l’origine de la venue sur terre de Jésus, le Fils de Dieu.

 

Après les alleluias de Pâques, un retour au quotidien

est éclairé par Marie comblée de grâce :

une jeune femme dans un petit village inconnu,

enceinte du Fils de Dieu-même.

Marie en ce jour nous fait signe vers une présence toute intérieure

qui nous anime comme ce le fut pour elle en sa chair :

L’Esprit de Jésus ressuscité ne travaille-t-il pas l’ordinaire

de nos jours et de nos vies ?

 


Dimanche 7 avril 2024

 

Que règne la Vie

 

Jn 20, 19-31

 

D’heureuses initiatives citoyennes conduisent

à accompagner des personnes âgées en Ehpad

afin qu’elles écrivent leur récit de vie.

Ces sortes d’autobiographies leur donnent l’occasion de relire leur histoire,

préparer son accomplissement,

transmettre à leurs descendants.

Ceux-ci vont croire sans avoir vu ni vécu

tout ce que la personne leur partage  en confiance !

 

L’évangéliste saint Jean n’était pas un écrivain public

mais témoignait de sa foi, de son histoire de vie avec Jésus.

A la fin de la seconde apparition de Jésus ressuscité à ses disciples,

Thomas y compris,

il donne le sens de son œuvre d’Ecriture !

 

Nous qui croyons à tous ces témoins qui se succèdent depuis 2000 ans,

Sommes –nous heureux ?

Comment accueillons-nous la promesse d’avoir la vie en Christ ?

 


Samedi 6 avril 2024

 

Accueillir une contemplation

 

Mc 16, 9-15

 

Transmettre son enthousiasme d’avoir contemplé le Ressuscité :

tel est le message de Pâques !

Si nous nous désolons de n’être guère accueillis, reçus, écoutés,

sachons que c’était déjà le cas, au moins pour les femmes, 

il y a 2000 ans peu après l’événement.

Cette résurrection, nous le croyons, a pourtant

changé le cours de l’histoire !

Quand des grands parents se désolent d’une non transmission

de la foi pascale à leurs petits enfants,

une parole de réconfort demeure :

Jésus invite à croire ceux et celles qui l’ont contemplé ressuscité !

Jésus lui-même vient encore toucher les cœurs

par le biais de la joie des croyants enthousiasmés

par leur intimité relationnelle avec lui.

Approchons-nous du Ressuscité et nos proches seront approchés par lui !

Annonçons-le à toute la Création !

 


Vendredi 5 avril 2024

Se jeter à l’eau

Jn 21, 1-14

 

« Si c’est le Seigneur, je me jette à l’eau, je lui fais confiance

et je vais le suivre par les airs, la terre  ou la mer :

j’y vais. »

Serait-ce ainsi que se manifeste la foi post-pascale de saint Pierre ?

Si elle pouvait nous faire envie !

Pouvons-nous l’apercevoir que les plages  françaises, en été,

quand des jeunes osent évangéliser ?

Pourrions-nous en ce temps pascal nous souhaiter

une jeune ferveur pleine d’audace,

avec le goût du risque

pour célébrer, annoncer et servir ?

 


Jeudi 4 avril 2024

A nous de témoigner

 

Lc 24, 35-48

 

Les 3 derniers versets de l’évangile du jour tracent

le programme d’actions des disciples

pour témoigner de la Résurrection du Christ.

Dans la foi pascale, serait-ce à nous de prendre le relais et de témoigner ?

Les Ecritures l’annoncent et en témoignent :

le Crucifié est ressuscité le 3ème jour, chaque dimanche notre credo le proclame !

Annoncer la conversion au nom du Christ : qu’est-ce qui en nos vies,

en nos histoires collectives doit être converti, changé ? Vaste programme !

Pour le pardon des péchés : les violences envers les humains et la terre offensent le Créateur.

Un chemin de réconciliation et de pardon est bien nécessaire.

Pour toutes les nations en commençant par Jérusalem : aspirer à la paix pour Jérusalem au carrefour des 3  monothéismes : la mission n’est pas impossible puisqu’elle nous est confiée par le Ressuscité.

 


Mercredi 3 avril 2024

Aller au village

Lc 24, 13-35

 

A chacun et chacune son petit Emmaüs :

le village d’enfance où l’on retourne se ressourcer

après l’échec professionnel, avec la maladie

ou pour y vivre en retraité.

Ce peut être aussi le village rêvé d’un urbain saturé

de pollutions sonores, lumineuses

et du stress de la course à la consommation.

 

Les deux disciples d’Emmaüs vont au village

moralement effondrés par la mort violente

de celui en qui ils avaient mis toute leur confiance :

le Messie tant attendu !

Mais tout en parlant en chemin,

ils font une relecture, à la lumière de la Parole de Dieu,

des événements vécus à Jérusalem.

La Bible peut éclairer leurs consciences.

Un cours accéléré d’herméneutique

leur est donné par un troisième compagnon :

le Ressuscité en personne

qu’ils ne reconnaîtront qu’à la fraction du pain.

 

Dans la joie pascale, gardons le goût de la méditation des Ecritures

pour approfondir notre vécu,  soutenir les traversées

de nos difficultés personnelles et collectives.

Ainsi aurons-nous le cœur brûlant de l’amour divin.

 


Mardi 2 avril 2024

Un heureux retour sur soi

Jn 20, 11-18

 

A force de pleurer comme une madeleine un défunt,

Marie de Magdala ne voit plus clair, n’entend plus bien

et devra faire nombre de retournements entre le dedans et le dehors !

 

Plongeant son regard dans l’abîme du tombeau vide,

elle ne réalise pas que l’absence du défunt est une Bonne nouvelle !

Se retournant, elle entend celui qu’elle ne reconnaît pas

et ne le comprend donc pas !

Mais quand son prénom est prononcé, elle se retourne encore :

Est-ce au dedans d’elle-même, dans le secret de son intériorité,

par « un heureux retour sur soi »,

que Celui qui est « plus intime à elle-même qu’elle-même »

lui parle ? Ainsi peut-elle entrer

dans une relation confiante avec le Christ.

 

Entendons-nous Celui qui nous parle ainsi ?

En cette octave de Pâques, la joie du Ressuscité

est à portée de bible et de cœur,

nous touchant sans nous prendre !

 


Lundi 1er avril 2024

Théorie du complot

Mt 28, 8-15

 

Au-début comme à la fin de l’Evangile,

deux espaces vides protégeant le mystère du Fils de Dieu fait homme,

sont soumis à de malveillantes rumeurs.

La Vierge qui n’a pas connu d’homme a mis au monde un fils

qui était, croyait-on fils de Joseph !

Après l’ensevelissement,  le tombeau a été trouvé vide

mais le corps a été volé !

 

En cette octave de Pâques, pourrons-nous accueillir

avec joie et sans suspicions

ce beau mystère annoncé, proclamé, célébré

depuis plus de 2000 ans :

Le Fils de Dieu ressuscité est présent à nos vies quotidiennes !

Secret d’amour qui nous accompagne, nous précède, nous attend

avec une rayonnante discrétion.

Aurons-nous assez de foi pour en témoigner

par nos manières d’aimer tout homme, toute femme, tout enfant

dans une présence ressuscitante ?

 


 

 

 

Dimanche de Pâques – 31 mars 2024 -  

L'événement inouï et ses suites

Actes 10, 34-43/Colossiens 3,1-4/Jean 20,1-9

 

 

De grand matin, Marie Madeleine se rend au tombeau :

Elle le découvre ouvert et vide : « On a enlevé le Seigneur de

son tombeau. Où l’a-t-on déposé ? » Pierre et un autre disciple,

avertis, accourent en hâte : Que voient-ils ? Seulement les linges

pliés et le suaire roulé. Rien d’autre.  « Jusqu’alors, les disciples

n’avaient pas encore compris que, selon les Écritures, il fallait

que Jésus ressuscite d’entre les morts. »  Ce matin-là, le disciple

arrivé le premier au tombeau  « vit et il crut ».

 

 

C’est le début des témoignages qui se répandent ensuite comme

une traînée de poudre : Pierre, devant le centurion Corneille qui

l’a fait venir : « Jésus de Nazareth, Dieu lui a donné l’onction

d’Esprit Sainte et de puissance. Partout où il passait, il faisait le bien.

Celui qu’ils ont supprimé en le suspendant au bois du supplice,

Dieu l’a ressuscité le troisième jour. Nous avons mangé et bu avec lui

après sa résurrection d’entre les morts.

C’est à Jésus que tous les prophètes rendent ce témoignage :

quiconque croit en lui reçoit par son nom le pardon de ses péchés. »

 

Et Paul, aux chrétiens de Colosse : « Si vous êtes ressuscités avec le

Christ, recherchez les réalités d’en-haut. C’est là qu’est le Christ,

assis à la droite de Dieu. Vous êtes passés par la mort, et votre vie

reste cachée avec le Christ en Dieu. Quand paraitra le Christ, votre

vie, alors vous paraitrez avec lui dans la gloire. »

 

L a foi en la résurrection de Jésus demeure notre grand trésor,

qui donne sens à notre vie, à notre mission, car elle est bien destinée

à tous les hommes, toutes les femmes de cette terre, et de tous les temps.

 


Samedi Saint 30 mars 2024

Descente au enfers et repos en Dieu

Hébreux 4,1-13

 

 

Silence du tombeau !

Dessous la pierre on dépose le corps :

Voici l’heure du repos, le temps de l’espérance.

 

Détresse du tombeau !

Avant le don de l’Esprit défenseur :

Voici l’heure du repos, le temps de la promesse.

 

Victoire du tombeau !

Laisse la mort, Adam, car aujourd’hui :

Voici l’heure du repos, le temps de notre gloire.

 

1° Lettre de Pierre 3, 18-21

« Le Christ est mort une fois pour les péchés, juste pour

des injustes, afin de nous mener à Dieu. Mis à mort selon

la chair, il a été vivifié selon l’Esprit. C’est en lui qu’il s’en alla

même prêcher aux esprits en prison, à ceux qui jadis avaient

refusé de croire lorsque temporisait la langanimité de Dieu,

aux jours où Noé construisait l’arche dans laquelle un petit

 nombre – en tout huit personnes – furent sauvés à travers

l’eau. Ce qui y correspond, c’est le baptême qui vous sauve à

présent, et qui n’est pas l’enlèvement d’une souillure charnelle,

mais l’engagement à Dieu d’une bonne conscience par la résurrection

de Jésus Christ ».

 

 

HOMÉLIE ANCIENNE POUR LE GRAND ET SAINT SAMEDI

« ÉVEILLE-TOI, Ô TOI QUI DORS »

« Dieu est mort dans la chair, et le séjour des morts s’est mis

à trembler.  C’est vers Adam captif, en même temps que vers Eve

que Dieu se dirige, et son Fils avec lui. Le Seigneur s’est avancé vers

eux, muni de la croix, arme de sa victoire. Lorsqu’il le vit, Adam

le premier homme, se frappant la poitrine dans sa stupeur s’écria

vers tous les autres : Mon Seigneur avec nous tous ! Et le Christ répondit

à Adam : et avec ton esprit !  Il le prend par la main et le relève en disant :

« Éveille-toi, ô toi qui dors, relève-toi d’entre les morts, et le Christ

t’illuminera ! »  Je ne t’ai pas créé pour que tu demeures captif du séjour

des morts. Moi, je suis la vie des morts. Lève-toi, mon semblable qui a été

créé à mon image. Éveille-toi, sortons d’ici. Car tu es en moi et moi en toi,

nous sommes une seule personne indivisible...C’est  pour toi  que j’ai été

crucifié :. Vois les crachats, les soufflets, la flagellation, les clous...

Les trésors du bonheur sont ouverts, et le royaume des cieux est prêt de

toute éternité... »

 


VENDREDI SAINT 29 MARS 2024

Célébration de la Passion et de la mort du Seigneur

Isaïe 52,13à53,12/ Hébreux 4,14-16 et 5,7-9/Jean 18,1 à 19,42

 

 

 

4° Chant du serviteur de Dieu : « La multitude avait été consternée

en le voyant, car il était si défiguré qu’il ne ressemblait plus

à un homme... Nous l’avons méprisé, compté pour rien. En fait,

c’étaient nos souffrances qu’il portait, nos douleurs dont il était

chargé. C’est à cause de nos fautes qu’il a été broyé. Maltraité,

humilié, il n’ouvre pas la bouche. Arrêté puis jugé, il a été supprimé.

Il a été frappé à mort pour les fautes de son peuple. S’il remet sa vie

en sacrifice de réparation, il verra une descendance, il verra la lumière.

Le juste justifiera les multitudes. Il s’est dépouillé lui-même jusqu’à la

mort, et il a été compté avec les pécheurs, alors qu’il portait le péché

des multitudes et qu’il intercédait pour les pécheurs. »

 

Comment ne pas penser à la Shoah, puis à Jésus en écoutant ce texte ?

 

La Lettre aux Hébreux nous éclaire encore :

« Frères, en jésus le Fils de Dieu, nous avons le grand-prêtre

par excellence : Il a été éprouvé en toute chose, à notre ressemblance,

excepté le péché... Pendant les jours de sa vie dans la chair, il offrit,

avec un grand cri et dans les larmes, des prières et des supplications

à Dieu qui pouvait le sauver de la mort, et ils fut exaucé.

Bien qu’il soit le Fils, il apprit par ses souffrances l’obéissance, et

conduit à sa perfection, il est devenu pour tous ceux qui lui obéissent

la cause du salut éternel..

Tenons donc ferme l’affirmation de notre foi ! »

 

Le grand récit de la Passion du Christ, selon l’évangile de Jean,

nous fait suivre pas à pas, depuis son arrestation, puis son procès

inique, ses tortures, son chemin de croix, sa crucifixion, sa mort

et son ensevelissement, la dernière phase de la vie d’un homme,

l’Agneau de Dieu, ayant accepté de mourir « en rançon pour la

multitude », « venu dans le monde pour rendre témoignage à la Vérité »

Lui qui pouvait dire à ceux qui l’arrêtaient : Qui cherchez-vous ?

Jésus le Nazaréen – C’est moi, je le suis ! Ceux-là, laissez-les partir. »
Et ses dernières paroles : « Tout est accompli ! 
»

puis inclinant la tête, il remit l’esprit... 

 

Mystère d’un homme si grand, qui s’est révélé Fils de Dieu, envoyé

pour sauver tous les hommes en les arrachant au pouvoir du démon

et les ramenant  par amour à son Père et notre Père.

 

Tout semble fini aujourd’hui, mais dans sa résurrection le troisième jour,

Tout commencera

 


 

JEUDI SAINT 28 MARS 2024

Il est grand, le mystère de la foi

Exode 12,1-14/1° Cor. 11,23-26/ Jean 13,1-15

 

 

 

C’est le récit de la Pâque, la dramatique sortie d’Egypte :

« Vous prendrez un agneau par famille, par maison. On

l’immolera au coucher du soleil. On prendra du sang.

Vous le mangerez en toute hâte, la ceinture aux reins,

les sandales aux pieds, le bâton à la main : c’est la Pâque

(le passage) du Seigneur ! Contre tous les dieux d’Égypte,

j’exercerai mes jugements Je frapperai tout premier-né au

pays d’Égypte. A la vue du sang sur le linteau de vos maisons,

je passerai et vous serez épargnés.

Ce jour-là sera pour vous un mémorial, que vous fêterez

d’âge en âge. »

 

« Avant la fête de la Pâque, sachant que l’heure était venue

pour lui de passer de ce monde à son Père, Jésus, ayant aimé

les siens qui étaient dans le monde, les aimé jusqu’au bout. »

 

Toute la vie de Jésus est ici résumée. Il lui reste un geste :

laver les pieds de ses disciples, en signe d’humble amour

et de service. « Comprenez-vous ce que je viens de faire

pour vous ? Si moi, le Seigneur et le Maître, je vous ai lavé

les pieds, vous aussi, vous devez vous laver les pieds les uns

aux autres. C’est un exemple que je vous ai donné. »

 

Autre signe, rapporté par st Paul : « La nuit où il était livré,

le Seigneur Jésus prit du pain, puis, ayant rendu grâce, il le

rompit et dit : « Ceci est mon corps, qui est pour vous. Faites

cela en mémoire de moi. » Après le repas, il fit de même avec

la coupe : « Cette coupe est la nouvelle Alliance en mon sang.

Chaque fois que vous en boirez, faites cela en mémoire de moi. »

 


Mercredi Saint 27 mars 2024

Jésus livré par un des siens

Isaïe 50,4-9/Mat. 26,14-25

 

 

3° chant du serviteur : «Le Seigneur mon Dieu

m’a donné le langage des disciples pour que je puisse,

d’une parole, soutenir celui qui est épuisé. Le Seigneur

mon Dieu m’a ouvert l’oreille, et moi, je ne me suis pas

révolté, je ne me suis pas dérobé... Le Seigneur mon Dieu

vient à mon secours, c’est pourquoi je ne suis pas atteint

par les outrages. »

 

Le premier outrage pour Jésus dans sa Passion,

c’est Judas qui le livre contre de l’argent.

C’est l’annonce aux douze de cet événement :

« L’un de vous va me livrer ! »  Serait-ce moi ? demande chacun,

profondément attristé.

Judas prend la parole : « Serait-ce moi ? »

Jésus lui répond : « c’est toi-même qui l’a dit !

Malheureux celui par qui le Fils de l’homme est livré !

Il vaudrait mieux pour lui qu’il ne fut pas né. »

 

C’était au cours du repas de la Pâque.

 


 

Mardi Saint 26 mars 2024

Réalisme

Isaïe 49,1-6/Jean 13, 21-38

 

 

Dialogue de Dieu avec son serviteur : « En toi,

je manifesterai ma splendeur. »

Et moi je disais : « je me sui fatigué pour rien, c’est

en pure perte que j’ai usé mes forces.  Et pourtant,

mon droit subsiste auprès de mon Dieu, j’ai de la valeur

aux yeux de mon Dieu, c’est mon Dieu qui est ma force. » 

 

Et maintenant, le Seigneur parle : « Je fais de toi la lumière

des nations, pour que mon salut parvienne jusqu’aux

extrémités de la terre. » 

 

La promesse de Dieu se réalisera, mais pour le moment,

c’est la Passion de Jésus qui commence, avec la trahison

de Judas, les élans de Pierre, mais la connaissance lucide

de Jésus qui voit loin... très loin. Au-delà de sa souffrance

et de sa mort.

 


Lundi Saint 25 mars 2024

Où sont nos priorités ?

Isaïe 42,1-7/Jean 12,1-11

 

 

A Jésus s’appliquent ces paroles du prophète,

venant de Dieu :

« Voici mon serviteur que je soutiens, mon élu

 qui a toute ma faveur. J’ai fait reposer sur lui mon Esprit.

Aux nations il proclamera le droit. Il ne criera pas...

Je t’ai appelé selon la justice. Je fais de toi l’alliance

du peuple, la lumière des nations. Tu feras sortir

les captifs de leur prison... »

 

Six jours avant la Pâque, Jésus vint à Béthanie, où

habitait Lazare, qu’il avait réveillé d’entre les morts.

Marie, sa sœur, répandit un parfum de grande valeur

sur les pieds de Jésus. Elle en fut critiquée par Judas...

Jésus prit sa défense :

« Laissez-la observer cet usage en vue du jour de mon

ensevelissement. Des pauvres, vous en aurez toujours

avec vous, mais moi, vous ne m’aurez pas toujours. »

 


Dimanche 24 mars 2024

Dimanche de la Passion du Seigneur

Isaïe 50,4-7/Philippiens 2,6-11/ Marc 14,1-15,47

 

 

Vision du prophète Isaïe :

« J’ai présenté mon dos à ceux qui me frappaient.

Je n’ai pas caché ma face devant les outrages et les

crachats. Le Seigneur mon Dieu vient à mon secours :

c’est pourquoi je ne sis pas atteint par les outrages. »

tel apparaît le Serviteur de Dieu.

Mémoire de Paul :

« Le Christ Jésus, ayant la condition de Dieu, ne retint pas

jalousement le rang qui l’égalait à Dieu.

Mais il s’est anéanti, prenant la condition de serviteur,

Il s’est abaissé jusqu’à la mort de la croix... »

Témoignage de Marc :

« La fête de la Pâque allait avoir lieu...L’un de vous va me

livrer... Mon âme est triste à en mourir... Crucifie-le !

Et Jésus, poussant un grand cri, expira.

Vraiment cet homme était fils de Dieu ! »

Et Paul peut reprendre et annoncer :

« C’est pourquoi Dieu l’a exalté : Il l’a doté du nom

qui est au-dessus de tout nom... afin que toute langue

proclame : Jésus Christ est Seigneur à la gloire de Dieu le Père. »

 


Samedi 23 mars 2024

Rêves et prévisions

Ézéchiel 37,21-28/Jean 11,45-57

 

 

Dieu a des rêves : « Je vais prendre les fils d’israël parmi

les nations, je les sauverai, je les purifierai. Alors ils seront

mon peuple, et moi je serai leur Dieu. Ils n’auront tous qu’un

seul berger. Je conclurai avec eux une alliance de paix une

alliance éternelle. Je les rétablirai, je les multiplierai, je mettrai

mon sanctuaire au milieu d’eux pour toujours. Alors les nations

sauront que je suis le Seigneur. »

 

« Quand Lazare fut sorti du tombeau, beaucoup de juifs qui avaient

vu ce que Jésus avait fait crurent en lui.

Mais grands prêtres et pharisiens disaient : qu’allons-nous faire ?

Caïphe le grand-prêtre leur dit : Vous n’y comprenez rien :

qu’un seul meure pour le peuple ! et que l’ensemble de la nation

ne périsse pas... Jésus allait mourir pour la nation, et bien plus :

afin de rassembler dans l’unité les enfants de Dieu dispersés.

A partir de ce jour-là, ils décidèrent de le tuer. »

 

Dieu rêve de paix et de fécondité. Les chefs prévoient le pire

et décident d’éliminer le gêneur, de tuer...

Cela est toujours vrai aujourd’hui.

 


Vendredi 22 mars 2024

Mis à mort pour blasphème

Jérémie 20,10-13/Jean 10,31-42

 

 

Plainte du prophète Jérémie : 

« J’entends les calomnies de la foule. Tous mes amis guettent

mes faux-pas... Seigneur de l’univers, toi qui scrutes les reins

et les cœurs, c’est à toi que j’ai remis ma cause... »

 

De nouveau, des juifs prirent des pierres pour lapider Jésus.

« J’ai multiplié sous vos yeux les œuvres bonnes qui viennent du Père.

Pour laquelle voulez-vous me lapider ?

« C’est pour un blasphème : tu n’es qu’un homme et tu te fais Dieu !

« Mais celui que le Père a consacré et envoyé, vous lui dites :

tu blasphèmes, parce que j’ai dit : Je suis le Fils de Dieu.

Si vous ne me croyez pas, croyez les œuvres. Ainsi vous reconnaîtrez

que le Père est en moi et que je suis dans le Père. »

Eux cherchaient à l’arrêter, mais il échappa à leurs mains.

 

Il est si facile de déformer les paroles, de s’aveugler,

de condamner au nom de Dieu. Mais de quel Dieu ?

 


Jeudi 21 mars 2024

Controverse

Genèse 17,3-9/Jean 8, 51-59

 

Dieu dit à Abraham : « Voici l’alliance que je fais

avec toi. : tu deviendras le père d’une multitude

de nations. De génération en génération, ce sera

une alliance éternelle. Je serai ton Dieu, et le Dieu

de ta descendance après toi. »

 

Jésus disait :  « Si quelqu’un garde ma parole, jamais

il ne verra la mort.. »

on lui rétorque « pour qui te prends-tu ? »

« Dieu, je le connais, et sa parole, je la garde. Abraham    a

exulté, sachant qu’il verrait mon Jour. Il l’a vu et s’est réjoui. »

« Toi qui n’a pas cinquante ans, tu as vu Abraham ! »

« Amen ! Je vous le dis : avant qu’Abraham fut, moi, JE SUIS ! »

Alors, ils ramassèrent des pierres pour les lui jeter. Mais Jésus,

en se cachant, sortit du Temple.

 

Dialogue impossible si on n’accepte pas le mystère de Jésus.

 


Mercredi 20 mars 2024

Vérité - Liberté

Daniel 3,14-20.91-95/Jean 8,31-42

 

 

Trois jeunes juifs se refusent à idolâtrer la statue

d’or du roi, au prix de leur vie : « Si notre Dieu peut

nous délivrer, il nous délivrera de la fournaise de feu.

Et s’il ne le fait pas, sois-en bien sûr, ô roi, nous ne servirons

pas tes dieux, nous n’adorerons pas ta statue d’or ! »

Nabuchodonosor fut rempli de fureur...

Et Dieu les a délivrés.

Jésus disait : « Si vous demeurez fidèles à ma parole,

vous êtes vraiment mes disciples, alors vous connaîtrez

la vérité, et la vérité vous rendra libres. »

Une grosse discussion s’ensuit... Jésus ajoute :

« Maintenant, vous cherchez à me tuer, moi un homme

qui vous ai dit la vérité que j’ai entendue de Dieu.

C’est de Dieu que je suis sorti et que je viens. »

 

Jusqu’au bout, Jésus témoignera de cette vérité

qui vient de Dieu et qui rend libre.

 


 

Mardi 19 mars 2024

Fête de saint Joseph

Samuel 7,4-16/Romains 4,13-22/Mat.1,16-24

 

 

Une belle figure d’homme, de croyant...

Il est de la lignée d’Abraham, devenu, par sa foi,

« père d’un grand nombre de nations »

De la lignée de David à qui Dieu a promis : « Ta maison

et ta royauté subsisteront toujours devant moi. »

« Joseph, l’époux de Marie, de laquelle fut engendré Jésus,

que l’on appelle Christ. « 

Joseph, homme juste et discret, respectueux de la Loi

et de Marie, dont il ne comprend pas la situation...

Joseph le croyant, attentif à la voix de l’ange qui lui parle en

songe : « ne crains pas... L’enfant qui est engendré en elle

vient de l’Esprit Saint. Tu lui donneras le nom de Jésus. »

 

Et Joseph met en œuvre, tout au long de sa vie, le dessein

de Dieu.

 


Lundi 18 mars 2024

Hommes et femmes

Daniel 13,1-62/Jean 8,1-11

 

 

La première lecture de ce jour évoque une femme

qui crie vers Dieu son désespoir,

accusée injustement d’adultère, par convoitise et

dépit.

L’évangile évoque une femme accusée d’adultère

(apparemment réel) et amenée à Jésus pour le piéger.

Quel respect envers ces deux femmes ?

Pour la première :

Mensonge, soulèvement d’une foule par des « Anciens »

pervers qui réclament sa mort. Elle est sauvée par un

jeune garçon inspiré par Dieu, qui va faire jaillir la vérité.

Pour la seconde :

Silence de la femme et de Jésus. Il renvoie seulement

les accusateurs (des « Anciens » respectés) à leur conscience,

leur propre conduite... et resté seul, va simplement  poser une question

à la femme, lever la condamnation, lui ouvrir un nouvel avenir.

 

Quels visages d’hommes, de femmes révèlent ces deux passages ?

 


 

Dimanche 17 mars 2024

Lutte intérieure

Jn 12, 20-33

 

Dans cette page d'Évangile, nous sommes les témoins du combat spirituel de Jésus, de la lutte intérieure qui se joue en lui.

Alors que quelques uns s'approchent de lui, Jésus leur ouvre son cœur et témoigne de sa foi, de son espérance et de la conscience qu'il a de son destin.
Il utilise l'image du grain de blé tombé en terre qui porte du fruit. Telle est sa conviction intime...
Mais face à ce chemin, l'émotion l'envahit, l'angoisse le plonge dans une tentation de recul : "Père sauve-moi de cette heure."

et là, dans ce regard vers le Père, il retrouve la volonté de ne pas se dérober.
La paix revient en lui.

Il peut de nouveau se tourner vers ces personnes et témoigner de son espérance.

 


Samedi 16 mars 2024

Une liberté désarmante

Jn 7, 40-53

 

Malgré l'hostilité des chefs du peuple, des voix discordantes osent s'exprimer en faveur de Jésus. Au risque de représailles ou de dénigrement, ils se laissent toucher par sa Parole et ne peuvent s'empêcher de laisser jaillir : "C'est vraiment lui, le Prophète annoncé !"   "C'est lui, le Christ !"

Même les gardes qui, normalement, ont un devoir de réserve : "Jamais un homme n'a parlé de la sorte !". Ils sont comme empêchés de mettre la main sur lui !

Ce qui émane de Jésus les désarçonne, les désarme !... au risque du mépris des chefs.

Pourtant l'un de ces chefs, Nicodème, ose parler selon sa conscience.
Dans les régimes totalitaires, comment ne pas être impressionné par ces personnes qui restent libres et fidèles à leur conscience quoiqu'il leur en coûte ?!

C'est comme une force intérieure plus puissante que les armes...

L'Esprit à l'œuvre au cœur de ce monde...

 


Vendredi 15 mars 2024

Qui est-il ?

Jn 7, 1...30

 

C'est curieux, cette attitude de Jésus !

Il ne veut pas aller en Judée en raison des dangers pour sa vie,

puis il s'y rend quand même en secret...

en secret ?!... mais il se met à enseigner dans le temple en pleine fête !...

Comment comprendre ce qui apparaît comme une contradiction ? une indécision ?!...

Serait-il partagé entre la peur de la mort et le besoin impérieux de continuer sa mission : l'annonce de l'Évangile quoi qu'il lui en coûte ?

Autre étonnement : comme à Nazareth où ses proches, sûrs de le connaître, refusaient ce qui les déroutait en lui, à Jérusalem aussi, certains assurent qu'ils le connaissent, qu'ils savent ses origines.

Or Jésus se dit venant de plus loin, d'au-delà de ce qu'ils pensent...

et, de fait, leur échappe, comme il l'avait fait avec les habitants de Nazareth.

 


Jeudi 14 mars 2024

Témoignage

Jn 5, 31-47

 

À travers sa personne, son identité, Jésus pose la question du témoignage.
Il ne reçoit son témoignage ni de lui-même ni des hommes, mais du Père...

et ce témoignage s'exprime par les œuvres qu'il accomplit.
Laissons-nous interroger pour nous-mêmes.
Nous recherchons-nous pas, nous aussi, un témoignage en notre faveur sur notre identité véritable ?... que notre personnalité, nos origines soient reconnues ?

Ce témoignage de qui l'attendons-nous ?

des autres souvent et c'est tout-à-fait naturel.

Mais nous voyons bien que ce témoignage est partiel, partial, changeant...
Est-ce de nous-même que nous pouvons recevoir ce témoignage ?

Jésus nous assure que le seul témoignage est celui du Père, de Dieu notre Père, notre Créateur qui nous connaît et nous espère.
et qui discerne l'action de l'Esprit dans notre être.

 


Mercredi 13 mars 2024

ça coule de source...

Jn 5, 17-30

 

LE Signe que Jésus est le Fils de Dieu, c'est qu'il a le pouvoir de donner la vie... et de redonner la vie.

Une puissance de vie qui l'emporte sur le néant et sur la mort.

C'est LE SIGNE par excellence, car Dieu est le Dieu de la VIE,

Il EST LA VIE !

Jésus lui-même, reçoit cette vie de Dieu qui en est la source, l'auteur, le créateur.

Car personne, pas même le Fils, ne peut s'approprier la vie.
Comme l'eau, elle se reçoit pour être transmise.
C'est sa nature même.
Jésus en est LE Témoin.
C'est pourquoi, comme le dit le prophète Isaïe, Dieu ne peut pas oublier, abandonner ses enfants à qui il a donné la VIE...

 


Mardi 12 mars 2024

Veux-tu être guéri ?

Jn 5, 1-16

 

En voilà une question !

Pourquoi Jésus pose-t-il une telle question à cet homme malade ?!...

Eh oui, Jésus n'est pas un magicien, il est tel un médecin qui a besoin de l'adhésion, de l'engagement de son patient pour pouvoir le guérir.

Car la force de vie à l'œuvre dans la guérison n'est pas extérieure, elle est dans la personne.

Jésus poursuit dans la même dynamique : "Lève-toi, prends ton brancard et marche !"

L'homme est bel et bien acteur de sa guérison.

Il se relève par lui-même,

il porte son brancard qui le portait,

et re-devient autonome.
Et il marche, il va de l'avant !

C'est intolérable pour certains qui ont le pouvoir !

Ils préfèrent un homme à terre, qui ne peut bouger qu'un homme debout et libre !...

 


Lundi 11 mars 2024

Résurrection du père

Jn 4, 43-54

 

Le récit de ce jour nous donne un avant-goût du chemin de Pâques. Sur la route empruntée durant le carême, nous en recevons des signes.

De retour de Jérusalem où il est allé pour la pâque juive, Jésus est déjà porteur d'une vie nouvelle.

Cette vie se communique même à distance.

Jésus entraîne ce père dans une nouvelle paternité en redonnant vie à son fils.

Il l'invite à croire dans cette force de vie à l'œuvre dans son fils.

À Cana, il y avait eu le signe d'une alliance renouvelée avec l'eau changée en vin. Il y a maintenant le signe d'une paternité renouvelée,

signe de celle de Dieu Père

 


Dimanche 10 mars 2024

Lumineux...

Jn 3, 14-21

 

« Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique »
Et son Fils n’est pas venu pour juger le monde. C’est clair ! Ce n’est pas Dieu qui juge !
Alors, quel est ce jugement dont parle l’Évangile ?
Il découle de nos propres choix de vie
Si nous préférons fuir la lumière du Christ pour nous enfermer dans nos ténèbres, c’est peut-être bien parce que nous nous jugeons nous-mêmes, et que nous considérons Dieu à notre image, c’est-à-dire comme un juge implacable. Si nous croyons en Jésus Christ qui nous sauve, nous entrons dans un autre logiciel que celui du jugement.
Et nous n’avons alors, pas peur de sa lumière, car nous savons qu’elle va l’emporter sur nos ombres, et nous en libérer.

 


Samedi 9 mars 2024

La vérité libère

Luc 18, 9-14

 

Dieu n’attend pas de nous que nous soyons parfaits. Il attend que nous soyons nous-mêmes, que nous soyons vrais.
Dans la prière, dans le cœur à cœur intime avec lui, c’est bien là le lieu où nous pouvons être en vérité, sans crainte de jugement.
Le pharisien n’entre pas dans cette liberté. Il se présente devant Dieu comme un homme sûr de lui, content de lui-même… en dénigrant l’autre. Il attend de Dieu d’être applaudi. Mais, en fait, il se suffit à lui-même. Il n’a pas besoin de Dieu. Et donc Dieu ne peut rien lui donner. C’est pourquoi, il repart les mains vides.
Tandis que le publicain entre dans une confiance et une liberté totale vis à vis de Dieu. Il sait qu’il se reçoit de lui et ses mains de pauvre sont ouvertes pour accueillir le don de Dieu. Alors, il repart le cœur plein...

 


Vendredi 8 mars 2024

Fondation

Mc 12, 28-34

 

Sans cesse, il nous faut revenir à nos fondements chrétiens.
Oui, on le sait bien que l'Amour de Dieu et du prochain, c'est le premier, le seul commandement, l'unique exigence, le seul chemin de vie.

Et pourtant, dans notre quotidien comme dans les choix à faire ou les engagements, on l'oublie vite !

Il est si tentant de se raccrocher à des principes, à des réglements, à des habitudes, et de les ériger en idéologie, de les figer !

C'est alors que l'Amour de Dieu et du prochain risque fort d'en être dépendant et de passer au second plan.

L'Évangile nous redit avec force que cet Amour est premier ou il n'est pas !

 


Jeudi 7 mars 2024

Complotisme ?

Luc 11, 14-23

 

"Le muet se mit à parler"

Jésus, la Parole de Dieu faite chair nous rend la parole.

Parole qui fait de nous des humains. Elle nous permet de nommer les choses, de dialoguer avec Dieu et entre nous.
C'est un sérieux handicap d'être muet, de ne pas trouver ses mots, de ne pas pouvoir exprimer sa pensée.

Cet homme muet accède à la liberté de parole.

Et les foules sont dans l'admiration.

Cependant, certains sèment le doute. Ils utilisent leur parole pour distiller un poison de calomnie et de division.

Déjà du complotisme ?!...

ou la perfidie de retourner la parole contre elle-même,

d'appeler mal, le bien...
Que faire face à cette perversion ?

Se recentrer sur Jésus, Parole de Vérité

"Celui qui n'est pas avec moi est contre moi."

 


Mercredi 6 mars 2024

Accomplissement

Mt 5, 17-19

 

Aujourd'hui, c'est grande fête au monastère avec Sainte Colette, une grande figure de clarisse au XVème siècle.

Et l'Évangile de ce jour va très bien !

Colette a été une réformatrice de l'Ordre fondé par Sainte Claire d'Assise deux siècles auparavant.
Elle lui a redonné un souffle, un élan alors qu'il s'était affadi en s'éloignant du message de Claire.

Comment a-t-elle fait ? Elle est repartie aux sources, en remettant la Forme de Vie (=la Règle) de Claire au goût du jour.

En fait, c'est là notre mission à tous : puiser à nos racines, accueillir pleinement l'héritage transmis par ceux qui nous ont précédés...
... et faire fructifier le trésor reçu en l'actualisant...
Enracinement et créativité...
Accomplissement...

 


Mardi 5 mars 2024

Le pardonné pardonnant

Mt 18, 21-35

 

Pour aborder le difficile sujet du pardon, Pierre est dans le registre de la comptabilité... et donc des limites ; dans le registre de la dette et de ce qu'il faut faire pour être en règle.

Jésus répond par un élargissement qui casse la machine à calculer.
Puis il poursuit en donnant le fondement du pardon.

À l'origine, il y a le pardon de Dieu à mon égard, il y a sa miséricorde et son amour inconditionnel et gratuit pour moi.

Lorsque je prends conscience de cet amour grâce auquel je suis en vie, grâce auquel, quelques soient mes actes et mes chûtes, je peux me remettre debout et retrouver sens à mon existence,

lorsque j'en prends conscience, ma gratitude ne peut que s'exprimer dans le même élan d'accueil et de pardon vis à vis de mon frère, ma sœur.
Alors le pardon impossible devient possible.

 


Lundi 4 mars 2024

Il allait son chemin...

Luc 4, 24-30

 

"Aucun prophète n'est reçu dans son pays"

Laissons-nous interroger par ce qui est devenu un dicton si populaire :
pourquoi un prophète n'est-il pas reçu dans son pays ?...

Est-ce qu'on croit si bien le connaître qu'on ne peut plus se laisser surprendre par lui ?...

Est-ce que l'on préfère la sécurité du connu au risque de l'inconnu ?...

la peur des vagues, des conséquences pour la famille, le clan, le pays lorsque l'un de ses membres échappe aux codes, aux cases ?...

Ou bien ne serait-ce qu'un prophète, pour prendre son envergure, déployer son message, a besoin d'un champ plus large qui va au-delà de toute forme de frontières ?...

"Mais Jésus, passant au milieu d'eux, allait son chemin"...

 


Dimanche 3 mars 2024

Quel temple ?

Jn. 2, 13-25

 

Jésus chasse les marchands du temple, évangile bien connu de tous.

Mais quel est le point important de cet épisode ?

Est-ce le fait que Jésus évacue le temple ?

Est-ce parce que l'identité du temple est bafouée ?

Je pense pour cette deuxième solution.

Jésus rappelle que le temple, lieu des sacrifices est devenu lieu du sacrifice, de l'unique sacrifice car nous sommes en train de passer de l'ancienne à la nouvelle alliance.

Et c'est Jésus qui est l'unique temple, incarnation de la présence de Dieu sur terre. C'est déjà l'annonce de sa mort et de sa résurrection, c'est déjà l'annonce que nous sommes un seul corps en tant qu'Eglise dont la tête est le Christ.

 


Samedi 2 mars 2024

Le saint jaloux

Lc. 15, 1-3 ; 11-32

 

Cette parabole est universellement connue. On l'appelle, selon la spiritualité : le fils prodigue ou le père prodigue. Elle est les deux, bien sûr. Le mot prodigalité n'étant pas pris dans le même sens : soit "on jette l'argent par les fenêtres", soit on aime au-delà de toute mesure humaine.

Depuis quelque temps déjà, l'Eglise aussi se penche sur le troisième personnage : le fils aîné.

Il est parfait, est obéissant jusqu'au bout des ongles et pourtant il explose en crise de jalousie. Tant qu'il était l'aîné en toutes circonstances, celui qui était toujours là et que peut-être on préférait parce que bien sous tout rapport, tout allait bien.

Il suffit d'un amour exprimé par le père envers le deuxième fils pour le faire rejeter son père. Cette jalousie risque de le mener à la mort. Mais cela ne fait pas dévier le père de sa trajectoire d'amour pour les deux fils, amour exprimé différemment selon les besoins de chacun, mais toujours un amour au-delà de toute mesure humaine.

 


Vendredi 1er mars 2024

La pierre d'angle

Mt. 21, 33-46

 

Voici un terrible passage d'évangile.

Terrible parce qu'il s'agit de meurtres à répétition. Et ces meurtres ont lieu pour des raisons de gains, de pouvoir, de possession, de vols, d'usurpation, etc.

Terrible aussi parce que ce n'est qu'une parabole mais qu'elle s'adresse de manière cachée à des êtres humaines bien vivants et que Jésus compare à toute cette racaille de voleurs et de meurtriers.

Terrible enfin parce que les grands prêtres et les pharisiens comprennent que Jésus parle d'eux mais cela ne les poussent pas à changer de vie. Au contraire, ils cherchent à le faire mourir.

Car ils prennent en compte leur propre vie qu'ils considèrent comme plus importante que Jésus et donc, ils ne l'arrêtent pas afin de ne pas se faire lyncher par le peuple qui, lui, croit en Jésus.

Ce Jésus qui s'identifie à la pierre angulaire parce qu'il est venu faire l'oeuvre de son Père.

 


Jeudi 29 février 2024

Les anges et Lazare

Lc. 16, 19-31

 

Nous retrouvons notre ami Lazare,  le pauvre Lazare dont personne ne veut, ni les riches ni les autres. Seuls les chiens ont compassion de lui et viennent le soigner en léchant ses plaies.

Il meurt. L'homme riche aussi meurt.

Nous sommes tous égaux devant la mort, c'est-à-dire que tous nous mourrons un  jour. Cela, l'homme riche semble l'avoir oublié. Il s'est centré, concentré pendant toute sa vie autour de lui même, de ses richesses, de son pouvoir. Au point de ne pas voir un mendiant à sa porte.

Comment le verrait-il maintenant qu'il est mort ? Et il ne le voit pas, ou plutôt il le voit comme un instrument qu'il veut mettre à son service. Il n'a donc rien appris et continue à se comporter comme le centre du monde.

Par contre, Lazare fait la connaissance des anges de Dieu, des anges qui ont compassion de lui et le conduisent directement chez le Seigneur. Ainsi Dieu n'abandonne pas ses enfants et leur détresse devient la détresse de Dieu. De cette détresse partagée naîtra le bonheur de Lazare.

 


 

Mercredi 28 février 2024

Le serviteur

Mt. 20, 17-28

 

Nous sommes toujours avec Jésus qui apprend à ses disciples, qui nous apprend que l'honneur, le sens de la vie, c'est d'être au service de...

Servir, voilà notre mission.

Mais servir à la façon du Fils, c'est-à-dire en donnant sa vie pour la vie du monde.

Voilà notre feuille de route : essayer de suivre le Christ sur le chemin du don total que lui-même vit et qu'il incarne. Nous ne pouvons pas le dépasser, mais nous pourrons peut-être le vivre avec lui car il sera toujours avec nous, en nous pour ce chemin de service. C'est un grand honneur que Jésus nous fait.

 


Mardi 27 février 2024

Être premier

Mt. 23, 1-12

 

Jésus, une fois de plus, s'oppose violemment à l'hypocrisie. A ses yeux, rien ne la justifie. Vouloir être premier n'a pas sa raison d'être dans son milieu et dans le monde chrétien d'aujourd'hui.

On ne peut être parmi les premiers qu'au moment de la résurrection. Jésus nous le dit ailleurs : "celui qui est le plus petit aujourd'hui sera parmi les premiers dans le Royaume des cieux. Même Jean-Baptiste ne peut être premier".

A nous de comprendre que vouloir être premier ne relève d'aucun dessein ou droit divin. Essayer d'être à la hauteur du Christ, voilà ce qui nous est proposé.

 


Lundi 26 février 2024

Grammaire du don

Lc. 6, 36-38

 

Dans cet épisode de l'évangile de Luc, Jésus nous apprend (une fois de plus) la gratuité. On pourrait dire que c'est un terme récurrent du carême:

Ne jugez pas et vous ne serez pas jugés

Ne condamnez pas et vous ne serez pas condamnés

Remettez et il vous sera remis

Donnez et l'on vous donnera.

Ce ne sont pas des conseils de marchandage que Jésus nous donne. Non, par cette alternances positif/négatif, Jésus tente de nous faire comprendre et admettre que tout acte fait sans gratuité n'a pas de portée universelle. Au contraire, le don gratuit qui n'attend rien, devient source de bonheur intérieur quinous met en communion avec Jésus.

 


 

Dimanche 25 février 2024

3 tentes

Mc. 9, 2-10

 

2e dimanche de carême, traditionnellement celui de la Transfiguration.

Par son apparence blanche translucide, Jésus donne les prémices de la résurrection. C'est pourquoi elle est appelée Transfiguration.

Cet aperçu que Jésus donne, les trois disciples présents voudraient bien en profiter toujours. C'est pourquoi Pierre propose de monter trois tentes.

Mais Jésus n'en veut pas car il ne veut pas que soit chosifiée ou idolâtrée sa résurrection. Il en donne les prémices mais ce n'est pas pour que cela devienne notre chose, mais que cela devienne une espérance. C'est aussi pourquoi Jésus demande à ses disciples de n'en point parler.

Les trois tentes de Pierre ne sont pas devenues caduques. Elles n'appartiennent tout simplement pas au paysage saint, sacré de Jésus.

 


Samedi 24 février 2024

Soleil et pluie pour tous

Mt. 5, 43-48

 

La bonté du Seigneur nous est révélée par le fait que les éléments naturels qui sont bons pour l'homme (le soleil et la pluie) sont destinés à tous et fécondent la terre de tous, bons ou méchants.

Pour nous, c'est un bel exemple car, souvent, nous voulons bien récompenser ou donner à ceux qui "le mériteraient", mais non pas à ceux qui réaliseraient le mal.

Et bien le Seigneur, lui, ne fait pas d'exception. Pourquoi ? Sans doute parce que , pour le Seigneur, personne ne peut être réduit au mal qu'il fait et qu'il y a toujours, en Dieu, une espérance pour chacun d'entre nous, quel que soit notre méfait.

Cette espérance, cette foi en l'homme, Dieu nous la communique chaque fois que "nous le faisons à l'un de ces petits".

 


Vendredi 23 février 2024

Etre juste

Mt. 5, 20-26

 

Aujourd'hui, l'évangile nous emmène auprès de nos amis et de nos ennemis et aussi jusqu'au tribunal. Ou plutôt, comment éviter le tribunal. Mais non pas dans le sens d'être épargné par un jugement trop rude pour nous. Mais dans le sens que nous pouvons nous réconcilier gratuitement, sans avoir recours à un juge. Par contre, nous ne pouvons nous réconcilier sans l'aide du Seigneur. C'est lui qui nous donnera l'Esprit de réconciliation, de pardon, cet Esprit qui nous permettra de vivre en bon entendement avec celui qui nous a blessés.

Ainsi le Seigneur se fera justice divine, c'est-à-dire gratuité, en nous. De cette justice pourront naître des hommes justes.

 


Jeudi 22 février 2024

Parole de Dieu

Mt. 16, 13-19

 

Aujour'hui, fête de la chaire de saint Pierre, une fête un peu étonnante de nos jours. Mais l'Eglise nous donne de la fêter.

Qu'est-ce qu'elle veut dire ?

Dans cette expression, "la chaire de saint Pierre", le mot "chaire" signifie lieu de la parole. Ainsi, la chaire de saint Pierre, c'est le lieu de la parole de saint Pierre, premier des papes. Mais n'oublions pas que ce qui prime, dans la parole du pape, c'est lorsqu'elle est dite, inspirée par l'Esprit, et ce n'est pas automatique. La parole des papes se donne à entendre comme parole de Dieu au même titre que tous les humains qui sont, par leur existence même, parole de Dieu pour les autres. Sans doute la pape a-t-il été choisi par ses pairs pour l'être.

 


Mercredi 21 février 2024

Suivre les ninivites

Lc. 11, 29-32

 

Nous voici invités à avoir autant de foi que les ninivites.

Pourquoi?

Ils ont su entendre la parole de Dieu, la comprendre et la suivre.

Et c'était quoi cette parole ?

Une invitation de la part de Dieu, relayée par Jonas, pour nous convertir.

Mais il ne s'agit pas de nous convertir pour nous convertir, comme seul but unique de notre vie. Non la conversion demandée, proposée, n'a pour seul but que de nous faire goûter au bonheur, au bonheur d'être enfant de Dieu. Il n'y a pas d'ascèse derrière cela, simplement une promesse de Dieu.

 


 

Mardi 20 février 2024

Partenaires de mission

Mc. 6, 7-15

 

Jésus envoie ses disciples en mission, deux par deux, une façon de leur dire, et de nous dire aujourd'hui que la mission n'est la propriété de personne mais que tous enb sont responsables et dépositaires.

Aussi une autre manière de nous rappeler que pour annoncer Jésus Christ et la Bonne Nouvelle du Royaume, il faut être mandatés et aussi enseignés.

La feuille de route que Jésus leur donne pourrait sembler ne pas être d'actualité. Nous devons nous méfier de tels sentiments trop péremptoires. Les démons à chasser nesont pas forcément des bêtes hideuses et cornues. Il suffit de regarder en nous et autour de nous, et dans ce temps de guerre, d'exclusion, de famine, d'élimination, etc. pour savoir que le mal est toujours à l'affut mais bien présent.

Si l'on veut que le Royaume soit Bonne Nouvelle dès maintenant, à nous de retrouser nos manches, nos prières, etc. pour que chacun puisse trouver une place dans notre monde car il y a de la place pour tout le monde.


Lundi 19 février 2024

Héritiers du Royaume

Mt. 25, 21-36

 

Cet épisode est habituellement appelé "jugement dernier". Je préfère parler d'héritage du Royaume. Il me semble que c'est plus proche de l'intention de Jésus car à aucun moment, dans l'évangile, il ne nous est montré Jésus portant un jugement sur qui que ce soit.

Et ceci, parce que tout ce qu'il fait, comme il le dit lui-même, il l'a appris de son Père. Ainsi il n'y a pas de tribunal du Père, simplement des personnes qui, dans leur liberté, refusent l'amour de ce Père et ainsi s'excluent d'eux-mêmes.

 


Dimanche 18 février 2024

 

Aller au désert

 

Mc 1, 12-15

 

Dans un environnement hostile,

se retrouver seul(e) face à soi-même, à son Dieu, aux autres (en pensée).

Voilà le carême à portée de tous et toutes :

 

Face à soi-même, faire la vérité en soi,

en apprivoisant ses ombres,  ses bêtes sauvages intérieures.

 

Face à Dieu, faire silence et se mettre à l’écoute de sa Parole

pour éclairer nos vies.

 

Face aux autres humains, confier nos relations au Seigneur.

 

Face à sœur notre mère la terre, éprouver gratitude et  respect.

 

Serait-ce une révision de vie de carême pour se préparer

à toutes nos résurrections espérées et à la fête de Pâques à venir ?

 


 

 

Samedi 17 février 2024

Table d’hôtes

Lc 5, 27-32

 

Dans notre belle région, certains agriculteurs proposent des gîtes à la ferme.

Les personnes accueillies se retrouvent à une longue table

pour un très convivial repas partagé !

 

Dans l’évangile de ce jour, une grande tablée

mise ne place par un tout nouveau disciple de Jésus,

suscite les récriminations des pharisiens.

 

La mixité sociale n’a pas la cote partout

surtout au nom du « religieusement correct ».  

Quoiqu’en pensent nos détracteurs,

puissent nos tablées humaines nous donner un avant-goût

du festin que le Seigneur nous prépare dans son Royaume.

Le Seigneur de l’univers préparera pour tous les peuples,

sur sa montagne, un festin de viandes grasses et de vins capiteux,

un festin de viandes succulentes et de vins décantés.

 Sur cette montagne, il fera disparaître le voile de deuil

qui enveloppe tous les peuples et le linceul qui couvre toutes les nations.

Il fera disparaître la mort pour toujours.  Isaïe 25, 6-8

 


Vendredi 16 février 2024

Du jeûne

Mt 9, 14-15

 

Dans nos sociétés de surconsommation et de produits alimentaires transformé,

l’appel à manger-bouger, voire jeûner est très fréquent.

 

Carême et Ramadan donnent

une autre dimension  au jeûne alimentaire.

Il s’agirait de vivre un manque pour creuser en nous le désir de Dieu

et pour partager avec «  nos  prochains. »

Jeûner pour solliciter la Présence du Seigneur en nos vies !

Dès lors, il est facile de comprendre l’évangile de  ce jour

où la présence de Jésus auprès de ses disciples ne nécessite pas de jeûner.

 


Jeudi 15 février 2024

Qui perd gagne

Lc 9, 22-25

 

Tant de soldats partent aujourd’hui au combat au risque de leur vie,

Tant de mères en pays de famine,en camps de réfugiés

partent quêter des soins et de la nourriture pour leurs enfants.

 

Lorsque Jésus dit à ceux et celles qui le suivent

« qui perd sa vie à cause de moi  la sauvera »,

il ne se situe peut–être pas au niveau de la vie biologique

mais à un niveau plus existentiel.

Là se joue notre identité profonde,

celle qu’il s’agit de ne pas perdre ni détruire.

Pour ne pas perdre la vie éternelle qui nous est promise,

quels renoncements et pertes sont à vivre ?

Juste « prendre sa croix chaque jour »,

porter l’épreuve du moment en marchant avec Jésus.

 


Mercredi 14 février 2024

Parfum de cendres

Mt 6, 1-6.16-18

 

En ce jour du mercredi des cendres,

les couleurs liturgiques deviennent violettes :

mélange du rouge comme le feu de l’Esprit

et de bleu du ciel de notre Père.

Nous sommes invités en ce carême qui commence

à retrouver l’ardeur de la foi,

à nous retourner vers le Père qui fait descendre sur nous sa miséricorde

par son Fils bien-aimé.

 

Puissions-nous entrer en communion d’amour

avec Dieu, avec notre propre cœur,

avec tous nos frères et soeurs en humanité

avec toute la Création.

Alors les cendres qui marquent nos fronts

donneront à nos proches de respirer largement un parfum de bonté.

La qualité de notre vie intérieure se réclamant de l’Evangile

ne peut en effet que diffuser de la bonté.

 


Mardi 13 février 2024

Vivre avec le manque

Mc 8, 14-21

 

Le souci pour la nourriture, la peur de manquer de pain,

et les agriculteurs qui prédisent leur fin et notre faim,

tout cela préoccupe les disciples du Christ que nous sommes.

 

Une même peur habitait les disciples dans la barque.

La réponse cinglante de Jésus est aussi pour nous :

« Vous ne comprenez pas encore ? »

La sobriété de vie  qui serait l’attitude juste de nos pays occidentaux

dont  la surconsommation est évidente

touche à notre aptitude à vivre le manque pour creuser le désir.

Ce désir de vie nous ouvre-t-il à chercher le Christ,

Verbe de Vie qui nous sauve ?

 


Lundi 12 février 2024

Exaspération

 

Mc 8, 11-13

 

Comment ces versets d’Ecriture Sainte sont-ils Bonne nouvelle

pour nous ici et maintenant ?

Les attitudes que Jésus avait à supporter de ses contemporains

ne sont guère réjouissantes :

des contradictions répétées,

des demandes de signes du ciel comme certitudes rassurantes.

 

« Un soupir jusqu’au profond de lui-même »

manifeste-t-il le découragement de Jésus ?

Loin de provoquer le signe, il quitte les lieux !

 

Renvoyés nous aussi à nous-mêmes,

sommes-nous provoqués à la confiance en Jésus

même si aucun signe éclatant ne nous rassure ?

Quelle est la mesure de notre foi

en la discrète présence du ressuscité à nos côtés ?

« Aujourd’hui, ne fermons pas notre cœur,

mais écoutons la voix du Seigneur. »

 


Dimanche 11 février 2024

De la volonté et du pouvoir

Mc 1, 40-45

 

« Si tu veux, tu peux. »

Deux petits verbes qui peuvent marcher ensemble ou non !

Notre volonté nous donne-t-elle automatiquement le pouvoir d’agir ?

Cela dépend des circonstances.

Combien de malades veulent guérir et cela ne leur arrive pas ?

 

Le lépreux de l’évangile manifeste sa confiance en Jésus

en lui disant que s’il le veut, il peut le guérir.

Ce qui arrive doit être constaté par les représentants de la loi

pour une réinsertion sociale.

Mais l’homme guéri répand la nouvelle

et Jésus poursuivi par la foule va se retirer à l’écart.

Cet écart est espace pour prier son Père afin que sa volonté soit faite.

La volonté du Père et du Fils est que l’humanité soit sauvée.

 

En ce qui nous concerne, que nous soyons malades ou bien portants,

aurions-nous juste le pouvoir de vouloir ce que Dieu veut pour nous ?

Cette vie éternelle qui nous advient à son Heure !

 


Samedi 10 février 2024

Avoir et don

Mc 8, 1-10

 

Concerné par la faim d’une foule, la compassion de Jésus se change

en miracle de redistribution des avoirs selon les besoins de tous.

Cette interprétation du miracle des pains donne à penser

pour la gestion d’une économie mondiale

qui appauvrit beaucoup de personnes et en enrichit quelques unes.

 

La compassion de Jésus s’active en 3 étapes :

- analyser la situation : renvoyés chez eux les gens risquent de défaillir en route
- consulter ses proches pour comme on dit familièrement

« se débrouiller avec ce que l’on a » : 7 pains et quelques petits poissons
- susciter le partage

 

Puisions-nous aujourd’hui exercer notre compassion à la manière de Jésus !

Serait-ce choisir une économie solidaire ou circulaire ?

 


Vendredi 9 février 2024

 

À l’écart

 

Mc 7, 31-37

 

Quelles que soient leurs convictions religieuses ou philosophiques,

nombre de nos contemporains fréquentent des monastères

pour s’y poser quelques jours, prendre du recul et se ressourcer.

 

Le sourd-muet amené à Jésus est mis à l’écart.

Sa rencontre personnelle avec Jésus le fait entendre et parler.

Il retrouve ensuite la société d’où il a été sorti avec

sa propre parole et son entendement.

 

Aller vers soi  par la rencontre du Tout Autre

nous fait advenir à notre être unique.

Comment est-ce possible ?

 

Puissions-nous en ce jour nous émerveiller

de paroles bonnes et vraies entendues ou prononcées !

 


Jeudi 8 février 2024

 

Incognito

 

Mc 7, 24-30

 

Une étrangère vient sortir Jésus de sa cachette

pour en faire un libérateur pour tous les humains,

sans se préoccuper  de leur nationalité, leur culture, leur religion.

 

Qui dirait qu’aujourd’hui même des hommes et des femmes

n’attendent pas un tel messie ?

Une mère éplorée a réussi à changer la vie de sa fille

Par son humilité et sa vivacité d’esprit ?

Sa réplique sur les miettes données aux petit chiens est imparable !

 

Dès lors que pour notre foi, le messie est déjà venu,

il nous revient de mettre au monde ce sursaut libérateur

et d’attendre avec une confiance vigilante

la paix et la justice promises par Dieu.

 



Mercredi 7 février 2024

Jésus flexitarien

Mc 7, 14-23

 

La santé humaine se joue aujourd’hui au niveau mondial

et est solidaire de la santé de « soeur notre mère la terre. »

L’alimentation dépendante de l’industrie agro-alimentaire ou de l’agro-écologie :

Y-a-t-il un lien avec le mal qui est dans l’homme ?

 

« Ce qui sort de l’homme, c’est cela qui le rend impur. »

Ce verset d’évangile ne pourrait-il pas soutenir nos efforts

pour prendre soin de nos santés et de celle de notre planète ?

Essayons de déployer le bien et la justice

par une consommation mesurée et fraternelle des biens de ce monde .

 


Mardi 6 février 2024

 

Traditions humaines ou de Dieu ?

 

Mc 7, 1-13

 

Toute tradition religieuse mêle dans ses rites

des éléments religieux et d’autres liés

au contexte historique et sociologique.

L’évangile de ce jour peut-il nous éclairer ?

 

Au nom du respect des particularités culturelles,

nos paroles risquent de s’auto-censurer sans fin.

En ce qui concerne les pratiques à propos des parents et des ablutions avant les repas,

Jésus relève que ne pas se conformer à des rites

n’a pas grand chose à voir avec les commandements de Dieu.

C’est le cœur tourné vers Dieu qui importe.

 

Est-ce que nous honorons Dieu en vérité

lorsque nous participons à des célébrations liturgiques ?

 


Lundi 5 février 2024

Hôpital de campagne

Mc 6, 53-56

 

Alors que le pape François compare l’Eglise à un hôpital de campagne,

nous assistons dans l’Evangile de ce jour

à l’attrait d’une maison médicale de plein air.

Amener des malades auprès d’un bon thaumaturge

relève d’une vraie solidarité entre les membres d’une même société.

Quand le « bouche à oreilles » fonctionne bien,

la bonne réputation d’un personnage publique s’accroît rapidement.

Les débuts de la vie publique de Jésus auraient été de cet ordre.

 

Aujourd’hui, quel bien nous fait notre attachement au Christ ?

Ouvre-t-il en nous un espace de bienfaisance, bienveillance, biendisance ?

De quoi nous sauve-t-il ?

Fonder nos solidarités avec les malades, les réfugiés,

les blessés des guerres, les exclus de toutes sorte,

sur cette puissance qui sort de Jésus, nous donne-t-elle plus d’énergies ?

 


 

 

5e Dimanche T.O. B -  4 février 2024

Un feu intérieur

Job 7,1-7/1 Co. 9, 16-23/Marc 1, 29-39

 

 

Plainte de Job atteint par la maladie : « Souviens-toi, Seigneur,

ma vie n’est qu’un souffle, mes yeux ne verront plus le bonheur ! »

 

Après le coucher du soleil, on amenait à Jésus tous ceux qui étaient

atteints d’un mal ou possédés par des démons. La ville entière se

pressait à la porte. Il guérit beaucoup de gens.

Le lendemain, Jésus se leva bien avant l’aube. Il se rendit dans un

endroit désert, et là, il priait.

Quand ses disciples le trouvent, ils lui disent : Tout le monde te cherche !

Il leur dit « Allons ailleurs ! et il parcourt toute la Galilée, proclamant

l’évangile dans leurs synagogues et expulsant les démons. »

« C’est pour cela que je suis sorti », disait Jésus.

 

Et Paul reprend « Annoncer l’évangile, c’est une nécessité qui s’impose

 à moi ! C’est une mission qui m’est confiée. Sans rechercher aucun avantage,

libre à l’égard de tous, je me suis fait l’esclave de tous afin d’en gagner

le plus grand nombre possible. Je me suis fait tout à tous, afin d’en sauver

à tout prix quelques uns. Et tout cela, je le fais à cause de l’évangile, pour

y avoir part, moi aussi ! »

Sommes-nous habités, nous aussi, par ce feu ?

 


Samedi 3 février 2024

Ouverture du Coeur

1 Rois 3,4-13/Marc 6,30-34

 

 

A Gabaon, pendant la nuit, le Seigneur apparut en songe

à Salomon et lui dit  « Demande ce que je dois te donner. »

« Seigneur mon Dieu, c’est toi qui m’a fais roi. Or, je suis

un tout jeune homme, ne sachant comment se comporter,

et me voilà au milieu du peuple si nombreux que tu as élu.

Donne à ton serviteur un cœur attentif pour qu’il sache gouverner

ton peuple et discerner le bien et le mal. »

 

Ce cœur intelligent et sage était aussi celui de Jésus, quand il disait

à ses apôtre revenant de mission : «Venez à l’écart dans un endroit

désert, et reposez-vous un peu. » Alors, ils partirent en barque pour

un endroit désert. Mais en arrivant, Jésus vit une grande foule. Il fut

saisi de compassion envers eux, parce qu’ils étaient comme des brebis

sans berger, et il se met à les enseigner longuement. 

 

Jésus est bon pour ses disciples, mais ne compte pas sa propre fatigue

pour aider ceux qui l’attendent de façon imprévue.

 


 

Vendredi 2 février 2024

Présentation de Jésus au temple

Malachie 3,1-4/Luc 2,22-40

 

 

« Voici que j’envoie mon messager pour qu’il prépare

le chemin devant moi ; et soudain viendra dans son Temple

le Seigneur que vous cherchez, le messager de l’Alliance que

vous désirez... »

 

Les parents de Jésus l’amenèrent à Jérusalem pour le

présenter au Seigneur selon ce qui est écrit dans la Loi.

Siméon, un homme juste et religieux, attendait la  Consolation

d’Israêl. Sous l’action de l’Esprit Saint, il vint au Temple et reçut

l’enfant dans ses bras ; Il bénit Dieu et dit : « Mes yeux ont vu

le salut que tu préparais à la face des peuples, lumière qui se

révèle aux nations et donne gloire à ton peuple Israël ! »

Une femme prophète, Anne, qui ne s’éloignait pas du Temple,

servant Dieu jour et nuit dans le jeûne et la prière, survenant à

cette heure même, proclamait les louanges de Dieu et parlait de

l’enfant à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem.

 

C’est aussi aujourd’hui la fête de la Vie Consacrée, de la Rencontre...

 


Jeudi 1er février 2024

Engagements

1 Livre des Rois 2,1-12/Marc 6,7-13

 

Conseils du roi David à son fils Salomon :

« Sois fort, sois un homme courageux ! Tu garderas les

observances du Seigneur ton Dieu... Ainsi tu réussiras...

Le Seigneur réalisera cette parole : « Si tes fils veillent

à suivre leur chemin en marchant devant moi avec loyauté,

de tout leur cœur et de toute leur âme, jamais tes descendants

ne seront écartés du trône d’Israël. »

 

A son tour, mais bien différemment, Jésus appela les Douze,

ses proches disciples ; « il commença à les envoyer en mission

deux par deux. Il leur donnait autorité sur les esprits impurs,

et il leur prescrivit de ne rien prendre pour la route, mais

seulement un bâton...

Ils partirent et proclamèrent qu’il fallait se convertir...

Ils expulsaient beaucoup de démons et guérissaient de nombreux

malades. »

 

Les richesses et le pouvoir peuvent corrompre,

Le dénuement et l’esprit de conversion à Dieu peuvent sauver.

 


 

Mercredi 31 janvier 2024

Surprenant !

2 Samuel 24, 2-17/Marc 6,1-6

 

 

David veut faire le recensement de son peuple. 

Mais cet acte d’orgueil se révèle pour lui un péché

envers le Seigneur, qui va entrainer un châtiment 

dont va souffrir tout le peuple « C’est moi qui suis

coupable, mais ceux-là, qu’ont-ils fait ?  Que ta main

s’appesantisse donc sur moi ... »

 

Beau sens de la responsabilité !

 

Quant à jésus, on dit de lui « Quelle est cette sagesse

qui lui a été donnée ? et ces grands miracles qui se

réalisent par ses mains ? N’est-il pas le charpentier ? »

Ils étaient profondément choqués... Jésus leur dit :

« Un prophète n’est méprisé que dans son pays, sa

parenté et sa maison.  Et là,  il ne pouvait accomplir

aucun miracle. Et il s’étonnait de leur manque de foi. »

 


Mardi 30 janvier 2024

Amour et foi

2 Samuel 18,9-30 à 19,4/Marc 5, 21-43

 

 

Le fils de David, Absalon, a fomenté une révolte.  Mais

le voilà en fuite, et transpercé. Est-ce une bonne nouvelle

qu’on annonce à David ? Pas du tout : son cœur de père

est bouleversé, il se met à pleurer : « Mon fils Absalon !

Pourquoi ne suis-je pas mort à ta place ? Mon fils, mon fils ! »

 

Un autre père, chef de synagogue, tombe aux pieds de Jésus :

« Ma fille est  à la dernière extrémité. Viens lui imposer les mains

pour qu’elle soit sauvée et qu’elle vive ! »... « Ne crains pas, crois

seulement ! »

En chemin, une femme souffrant d’hémorragie, touche son

vêtement et se sent guérie... «  Qui m’a touché ? » La femme, toute

tremblante, lui dit toute la vérité. « Ma fille, ta foi t’a sauvée !

Va en paix et sois guérie de ton mal. »

Jésus pénètre là où reposait l’enfant : « Talitha koum ! Jeune

fille, lève-toi ! » Aussitôt, elle se leva et se mit à marcher.

Ils furent frappés d’une grande stupeur... Jésus leur dit de la

faire manger.

 

Quand Dieu se révèle Père, quelle force d’amour envers

ses enfants !

 


Lundi 29 janvier 2024

Face aux démons

2 Samuel 15,13-14 et 16,5-13/Marc 5, 1-20

 

 

Le  fils de David, Absalon s’est levé contre son père :

Réponse : « fuyons, sinon il nous précipitera dans le

malheur ». En chemin, David reçoit des malédictions...

Réponse «  Laissez-le maudire, si le Seigneur le lui a

ordonné. Peut-être que le Seigneur considérera ma

misère et me rendra le bonheur... »

Réponse de foi et d’humilité.

 

Jésus se trouve face  à un possédé, terrifiant. « Esprit impur,

sors de cet homme ! » La légion de démons sort et va dans un

troupeau de porcs qui se précipitent dans la mer.

Les gardiens s’enfuient et racontent l’histoire.

Les gens arrivent et trouvent le possédé revenu à la raison.

Peu leur importe : ils supplient Jésus de quitter leur territoire.

 

Que vaut un homme libéré face à une perte de gain ?

Quels seront nos sentiments : Peur ou admiration ?

Rejet ou reconnaissance ? 

 


4e Dimanche T.O. – 28 janvier 2024

Le Prophète

Deut. 18,15-20/1 Co. 7,32-35/ Marc 1,21-28

 

 

Moïse disait au peuple d’Israël : « Le Seigneur me dit :

Je ferai lever un prophète comme toi. Je mettrai dans

sa bouche mes paroles, et il dira tout ce que je lui

prescrirai. Si quelqu’un n’écoute pas ses paroles

prononcées en mon nom, je lui en demanderai compte ! »

 

Le jour du sabbat, Jésus se rendit à la synagogue, et là,

il enseignait, en homme qui a autorité.  Un homme

tourmenté par un esprit impur se mit à crier : « Que nous

veux-tu ? Je sais qui tu es, le Saint de Dieu ! »

Jésus l’interpella vivement « Sors de cet homme ! »

Poussant un grand cri, il sortit de lui.

Ils furent tous frappés de stupeur : Qu’est-ce que cela

veut dire ?  et la renommée de Jésus se répandit partout.

 

L’apôtre Paul pouvait dire à son tour : « J’aimerais vous voir

libres de tout souci... afin que vous soyez attachés au Seigneur

sans partage. »

 


Samedi 27 janvier 2024

Tempêtes

2 Samuel 12,1-17/ Marc 4, 35-41

 

 

Le Seigneur envoya vers David le prophète Nathan

pour lui faire prendre conscience de son péché : il a fait tuer

Ourias le Hittite après lui avoir pris sa femme.  « Désormais,

l’épée ne s’écartera plus jamais de ta maison. Je ferai surgir

contre toi le malheur... »

« J’ai péché contre le Seigneur ! »... « Le Seigneur a passé sur

ton péché, tu ne mourras pas. Mais le fils que tu viens d’avoir

mourra. »  Et cela fut.

 

Les disciples essuient une violente tempête sur le lac.

Jésus dort. « Maître, nous sommes perdus, cela ne te fait rien ? »

Jésus menaça le vent. Le vent tomba et il se fit un grand calme.

« Pourquoi êtes-vous si craintifs ? N’avez-vous pas encore la

foi ? » 

« Saisis d’une grande crainte, ils se disaient entre eux : Qui

est-il donc, celui-ci ? »

 

Dieu et le Christ sont présents à notre vie. Ils nous sauvent, mais

il faut aussi assumer les conséquences de nos actes mauvais.

 


Vendredi 26 janvier 2024

Foi et confiance

Timothée 1,1-8/Marc 4, 26-34

 

 

Conseils de Paul à son disciple : « J’ai souvenir

de la foi sincère qui est en toi... Ravive le don gratuit

de Dieu, Car ce n’est pas un esprit de peur que Dieu

nous a donné, mais un esprit de force, d’amour et de

pondération... avec la force de Dieu, prends ta part de

souffrances liées à l’annonce de l’évangile. »

 

Ce qui fonde la confiance de l’apôtre, ce sont les paroles

mêmes de Jésus :

« Il en est du règne de Dieu comme d’un homme qui jette

en terre la semence : nuit et jour, qu’il dorme ou qu’il se lève,

la semence germe et grandit, il ne sait comment.  La terre produit

d’abord l’herbe, puis l’épi, enfin du blé plein l’épi. Et dès que

le blé est mûr, il y met la faucille, puisque le temps de la moisson

est arrivé."

 

Quelle vision positive et dynamique de notre vie en Dieu !

 


Jeudi 25 janvier 2024

Conversion de saint Paul

Actes 22,3-16/Marc 16,15-18

 

 

Quelle aventure pour ce juif enragé contre les disciples

de Jésus ! Relisons cet épisode qui va le transformer :

« Une grande lumière... je tombai sur le sol... Une voix :

Saul, pourquoi me persécuter ? Qui es-tu, Seigneur ?

Je suis jésus le Nazaréen, celui que tu persécutes...

Va jusqu’à Damas, on te dira tout ce qu’il t’est prescrit

de faire !  Je ne voyais plus rien. Conduit chez le disciple

Ananie, celui-ci lui dit : Saul, mon frère, retrouve la vue !

Le Dieu de nos pères t’a destiné à voir celui qui est le Juste.

Tu seras pour lui, devant tous les hommes, le témoin de ce que

tu as vu et entendu. Lève-toi, reçois le baptême et sois lavé de

tes péchés. »

 

C’est la mise en œuvres des dernières paroles de jésus ressuscité :

« Allez dans le monde entier, proclamez l’évangile à toute la

création... »

 

Cette œuvre de l’Esprit et cette mission se poursuivent aujourd’hui !

 


Mercredi 24 janvier 2024

Promesses et risques

2 Samuel 7,4-17/ Marc 4,1-20

 

 

La parole du Seigneur fut adressée  au prophète Nathan :

« Va dire à mon serviteur David : Est-ce toi qui me bâtira une

maison pour que j’y habite ?  Jusqu’à ce jour, j’ai été comme

un voyageur parmi tous les fils d’Israël, sous la tente qui était

 ma demeure. Ai-je demandé : Pourquoi ne m’avez-vous pas

bâti une maison de cèdre ?

Le Seigneur t’annonce qu’il te fera lui-même une maison...

Ta maison et ta royauté subsisteront toujours devant moi. »

 

Jésus enseignait au bord de la mer de Galilée. Une foule très

nombreuse était rassemblée. Il monta dans une barque. Il disait :

« Voici que le semeur est sorti pour semer... »

Il explique ensuite à ses disciples : Le semeur sème la Parole.

Mais que va-t-il en advenir ? Beaucoup d’obstacles se présentent :

Satan... l’absence de racines... les soucis, séductions, convoitises,

empêchent la Parole de fructifier. Enfin, une bonne terre d’accueil

fera porter du fruit en abondance.

 

Tout dépend de Dieu, tout dépend de nous !

 


Mardi 23 janvier 2024

Libération

2 Samuel 6,12-19/Marc 3,31-35

 

 

« David fit monter l’arche de Dieu au milieu des cris de joie.

Il dansait devant le Seigneur en tournoyant de toutes ses

forces. Ils installèrent l’arche au milieu de la tente, puis David

offrit des sacrifices de paix, et bénit le peuple au nom du Seigneur. »

David sait manifester sa reconnaissance à Dieu qui l’a si souvent

sauvé.

 

« Une foule était assise autour de Jésus ; On lui dit : Voici

que ta mère et tes frères sont là, dehors, ils te cherchent !

Mais il répond :  Qui est ma mère ? Qui sont mes frères ?

Celui qui fait la volonté de Dieu est pour moi un frère, une

sœur, une mère ! »

La famille de Jésus pensait qu’il avait perdu la tête... Jésus

ne veut pas être récupéré par son clan, et prend ses distances

avec ces liens charnels, étroits, qui risquent de l’emprisonner.

Il doit accomplir sa mission, celle que Dieu lui a confiée.

 

Savons-nous rester libres et même nous libérer des emprises ?

 


Lundi 22 janvier 2024

Quel royaume ?

2 Samuel 5,1-10/Marc 3, 22-30

 

 

Ce récit de l’Ancien Testament nous parle du règne de David :

« Le Seigneur t’a dit : Tu seras le berger d’Israêl mon peuple ! »

Ce règne ne fut pas de tout repos. David régna sur Juda pendant sept ans

et demi, et à Jérusalem trente-trois ans, à la fois sur Israël et sur Juda.

 

Jésus, expulsant les démons,  était accusé d’être possédé

par le chef des démons. Mais...

« si un royaume est divisé contre lui-même, ce royaume ne peut

tenir !  Si Satan est divisé contre lui-même, il ne peut tenir... »

Jésus est témoin du Royaume de Dieu et non de Satan.

« Si quelqu’un blasphème contre l’esprit Saint, il n’aura jamais

de pardon » ajoute Jésus.  Il parla ainsi parce qu’ils avaient dit :

« Il est possédé par un esprit impur ! »

 

Attention à nos jugements hâtifs lorsque quelqu’un nous dérange !

 


Dimanche 21 janvier 2024

Aussitôt !

Mc 1, 14-20

 

L'arrestation de Jean le Baptiste est comme un électrochoc pour Jésus.
Mais, au lieu de le paralyser de douleur pour son cousin et prophète, et d'angoisse pour les risques encourus, cet événement le lance dans l'urgence de l'annonce de l'Évangile.
Et il appelle les disciples de Jean : Pierre, André, Jacques, Jean.

Ils ont été touchés par la parole du Baptiste.

Elle a muri en eux.
Jésus va maintenant les entraîner plus loin dans l'aventure de Dieu.
Ils y sont prêts et répondent sans attendre à son appel.

 


Samedi 20 janvier 2024

Fou de Dieu !

Mc 3, 20-21

 

"Il a perdu la tête !"

Eh oui ! parfois les choix de nos proches nous déconcertent. Et, lorsqu'ils comportent particulièrement des risques, nous avons peur pour ce membre de notre famille... et peut-être aussi pour les conséquences pouvant rejaillir sur nous-mêmes.

L'affection qui nous lie rend notre angoisse prégnante.

C'était un bon garçon, bien sage, travailleur, pieux, ce Jésus, fils de Marie et de Joseph !...

Le voilà devenu un vagabond s'entourant d'illettrés, de voleurs, de femmes de mauvaise vie !...

attirant des foules de miséreux

attirant les foudres des autorités civiles et religieuses...

"Il a perdu la tête !"

Le verdict est clair et simple !

Ils "vinrent se saisir de lui" tel un prisonnier d'un amour familial devenant prison !...

Pas toujours facile de savoir accompagner nos proches, tout en les laissant tracer leur propre chemin...

 


Vendredi 19 janvier 2024

Rencontre rayonnante

Mc 3, 13-19

 

Et là, maintenant, Jésus choisit ses missionnaires.
Il les choisit librement, non pas sous la pression de ceux qui s'auto-instituent comme tels (à l'image des esprits impurs d'hier).
Il y a un préalable essentiel :

... "pour qu'ils soient avec lui et pour les envoyer proclamer la Bonne Nouvelle avec le pouvoir d'expulser les démons"

Les deux aspects, être avec lui et être envoyé, sont indissociables pour la mission.
Si le missionnaire abandonne ce cœur à cœur, ce coude à coude avec le Christ, vaine est sa mission.

Il n'annonce que lui-même

et nous voyons les dégâts que cela peut faire !...

À l'opposé, lorsque nous vivons le cœur à cœur avec le Christ, nous n'avons qu'un désir, celui de partager ce bonheur.
La mission, c'est le trop plein qui rayonne irrésistiblement autour de nous.

 


Jeudi 18 janvier 2024

Congrès mission

Mc 3, 7-12

 

En contemplant Jésus, nous voyons comment il vit la mission.
Il n'est pas du tout dans un esprit de com' !

Il ne fait pas dans la pub pour attirer son monde !...

et il ne se laisse pas griser par le succès !...

Il se retire avec ses disciples...
et voilà que ce sont les gens qui viennent à lui. Une foule d'origine de plus en large.
En ce début de la semaine de prière pour l'unité des chrétiens, on peut en remarquer la diversité de sensibilités religieuses.

Le congrès mission est au top !...

La manière de Jésus de gérer ce succès, c'est de prendre du recul,

et de demander aux esprits impurs, c'est-à-dire tous ceux qui voudraient se l'approprier pour leur compte, de leur "défendre vivement de le faire connaître".

On n'est pas missionnaire dans n'importe quel état d'esprit !

ça porte à réfléchir...

 


Mercredi 17 janvier 2024

Étends la main

Mc 3, 1-6

 

Moïse étendit la main... et la mer se retira pour laisser passer le peuple.

"À mains fortes et à bras étendus"

C'est ainsi que Dieu a libéré son peuple de l'Ennemi, celui qui en voulait à sa vie et sa liberté.

C'est le drame de cet homme, dans l'évangile de ce jour, dont la main est atrophiée...

et ce que représente pour lui, la faculté de pouvoir l'étendre.

Parole recréatrice du Christ

... qui, hélas, déchaîne encore plus les forces du mal et de la mort , qui alors, se retournent contre l'Auteur de la Vie.

Plus tard, Jésus Christ étendra les bras sur la croix...

 


Mardi 16 janvier 2024

loi pour la vie

Mc 2, 23-28

 

Décidément, ces disciples de Jésus, ils s'en permettent des écarts par rapport aux réglements religieux ! Ils ne respectent plus rien !!

Dès qu'on sort des sentiers battus, les défenseurs de l'ordre établi se dressent en se présentant comme des défenseurs de la loi de Dieu, lui-même !

Mais :

- et d'1 : Dieu n'a pas besoin qu'on le défende.

- et de 2 : Il s'est souvent avéré, malheureusement, que de tels défenseurs avaient commis des "écarts" sur des aspects de la loi autrement plus essentiels, pour de conséquences bien plus dramatiques.

- et de 3 : "le sabbat est fait pour l'homme et non l'homme pour le sabbat"

S'il n'est pas subordonné à la croissance, à la vie de l'humanité, il n'a plus de sens,

pire, ce n'est plus le sabbat !...

 


Lundi 15 janvier 2024

Essence de fête

Mc 2, 18-22

 

Les disciples du Christ entrent peu à peu dans la liberté des Fils de Dieu.

Comme le dira Saint Paul, nous ne sommes plus esclaves, mais fils. Et Jésus ne nous appelle plus serviteurs, mais amis.
Donc peu importe le "politiquement correct", le "socialement correct", ou le "religieusement correct" !!...

Il ne s'agit pas de s'opposer pour s'opposer.
Mais de se recentrer avec bon sens sur l'Essentiel.
Si le Christ est là, comment pourrions-nous avoir une face de carême ?!...

Comment pourrions-nous nous enfermer dans quelque rigidité stérile ?!...

Entrons dans la fête !...

Osons dans la nouveauté !!...

 


Dimanche 14 janvier 2024

Yallah !

Jn 1, 35-42

 

Quelles belles rencontres humaines, nous avons aujourd'hui !

toutes de liberté, de respect, de bon sens, d'ouverture, de simplicité !...

Jean le Baptiste ne s'approprie pas ses disciples et leur montre le Christ.
Ceux-ci se mettent en route,

le dialogue entre eux et le Christ ne se paie pas de mots !

"Que cherchez-vous ?" = quel est votre désir profond, votre attente ?

"Rabbi, où demeures-tu ," = quel est ton ancrage ? ce qui t'anime ?

"Venez et vous verrez" = c'est par vous-mêmes que vous devez voir ce qu'il en est en réalité.

... et c'est ce qui arrive...

L'un des disciples en parle alors à son frère qui entre, dans une même simplicité, un même naturel, en relation avec le Christ.
Puissions-nous cultiver de telles relations, de tels échanges avec nos proches et ceux et celles que nous rencontrons

et notre élan de vie en sera renouvelé...

 


Samedi 13 janvier 2024

Chez moi

Mc 2, 13-17

 

Encore quelque chose de surprenant !

Jésus dit à Lévi :"Suis-moi !"

et juste après, on nous dit qu'il était à table dans la maison de Lévi.

Donc, en suivant Jésus, Lévi s'est retrouvé dans sa maison, chez lui !

(comme l'homme paralysé d'hier !...)

Et l'on découvre que lorsqu'on rentre dans sa maison, à la demande de Jésus, on ne se retrouve pas seul.

Jésus est là ! Il nous a précédé.

... alors, c'est la fête !

avec un repas, lieu de communion.
Et il y a du monde : il y a les disciples de Jésus, et il y a les anciens collègues de Lévi, les amis de sa vie.
Suivre Jésus n'est pas renier son passé, son chez-soi, c'est le prendre avec soi pour que Jésus l'habite.

 


Vendredi 12 janvier 2024

5 x 5

Mc 2, 1-12

 

Nous sommes parfois comme cet homme paralysé.
Paralysé au point de ne même pas pouvoir nous rapprocher de Jésus par nous-même.
Nous avons besoin de frères et sœurs pour nous porter et nous amener à lui.
Il y a des choses étonnantes dans ce récit.

À Noël, les cieux se sont déchirés pour que descende le Verbe.
Ici, ce sont les hommes qui déchirent le toit pour descendre jusqu'à Jésus, jusqu'à Dieu !...

Et de quelle façon, Jésus libère cet homme de sa paralysie ?

en lui disant : "Tes péchés sont pardonnés"

Le péché est une rupture de relation, une paralysie.
Pardonner, c'est libérer, relever, remettre en marche, recréer une relation

et l'homme peut alors rentrer chez lui : "rentre dans ta maison"

Relation avec ses frères et sœurs, relation avec Dieu, relation avec soi-même

rétablie 5 x 5.

 


Jeudi 11 janvier 2024

Un pas de côté

Mc 1, 40-45

 

Dans le récit d'hier, c'est Jésus de lui-même qui se mettait à l'écart, dans un endroit désert, pour prier.
Aujourd'hui, cela lui est imposé parce qu'il a touché le lépreux et que celui-ci, guéri, en a répandu la nouvelle.
Aller à l'écart pour prier, pour communier avec Dieu.
Aller à l'écart en conséquence d'une communion avec le lépreux.

Aller à l'écart, non comme une fuite,

mais pour une communion plus profonde, renouvelée

... "de partout cependant, on venait à lui."...

...fruit de cette communion...

 


Mercredi 10 janvier 2024

Jésus surbooké ?!

Mc 1, 29-39

 

Finies les vacances de Noël !

Comme nous, Jésus est pris par le tourbillon de la vie !...et ses multiples sollicitations !...

Voyons comment il s'y prend pour ni se laisser engloutir, ni se dérober !...

On le voit très disponible pour répondre aux demandes nombreuses et de toutes sortes.
Mais il a à cœur de se ménager un peu de temps pour se mettre à l'écart et prier.

Indispensable pour se recentrer sur l'essentiel et puiser à la source, l'énergie et le sens de son action.

C'est ainsi que s'élargit l'horizon de sa mission...

 


Mardi 9 janvier 2024

Dépollution

Mc 1, 21-28

 

Le texte de l'évangile de ce jour est encadré par deux fois la même affirmation : "il enseignait en homme qui a autorité", et "voilà un enseignement nouveau, donné avec autorité"

Qu'est-ce que cet enseignement ?

Quelle est cette autorité ?

Au cœur de ce récit : un échange entre un esprit impur et Jésus. Ou plutôt un combat. Jésus le fait taire et l'expulse de l'homme, de l'être humain.

Un esprit impur, c'est ce qui est troublé en nous, confus, embrouillé, au point parfois de nous tyranniser.
L'enseignement avec autorité de Jésus a pour effet de nous en libérer, afin que nous retrouvions la pureté, que notre source d'eau redevienne claire, limpide, jaillissante, vivante.
Voilà bien la vraie autorité, le seul enseignement qui vaille !

 


Lundi 8 janvier 2024

La brêche

Mc 1, 7-11

 

"Je ne suis pas digne de m'abaisser"

Cette parole de Jean le Baptiste est merveilleuse !

Oui, s'abaisser est un geste d'une grande dignité, car il requiert une réelle grandeur d'âme.

encore une preuve que l'évangile vient tout chambouler nos repères, les convictions derrière lesquelles nous aimons nous barricader. L'évangile vient remettre notre monde et nos cœurs à l'endroit.
Se baisser, se reconnaître vulnérable, ne pas tenir tête, accueillir ce que notre frère, notre sœur peut nous apporter... exige une force et une paix intérieures profondes.
En cela est notre humanité, créée à l'image de Dieu, créée pour l'alliance avec Dieu.
Cette humanité en Jésus Christ, Fils de Dieu, provoque la déchirure des cieux. Elle ouvre une brêche entre le ciel et la terre, à travers laquelle l'Esprit descend sur l'être humain, comme une colombe, en douceur et lumière.

"Tu es mon Fils bien-aimé, ma fille bien-aimée, en toi, je trouve ma joie."

 


Dimanche 7 janvier 2024

Petit roi d'humilité

Mt. 2, 1-12

 

Aujourd'hui, fête de l'Epiphanie, fête de la révélation du roi des nations au monde. Mais ce n'est pas n'importe quel roi, c'est le roi d'humilité. Les mages, savants de l'époque, l'ont bien reconnu puisque, sans sourciller et sans se sentir offensés, ils sont venus s'agenouiller devant un nourrisson pour l'adorer. Ils sont venus avec les présents qui étaient à leurs yeux, ce qu'il y a de plus précieux : l'or, l'encens et la myrrhe. On a beaucoup épilogué sur la signification symbolique de ces présents. Je n'en rajouterai pas.

Mais, l'essentiel, c'est qu'effectivement, eux aussi ont donné de leur essentiel (comme la veuve au temple) et non pas de leur superflu. Ils ont donné le fruit de leurs recherches. Ils ont donné leurs recherches. Bien que mages, ils ont écouté la voix de l'ange du Seigneur, la voix de Dieu, en acceptant de faire un détour, et non pas celle du roi Hérode, la voix bien humaine.

C'est le petit roi d'humilité qu'ils sont venus chercher et qu'ils ont trouvé. Merci à eux.

 


Samedi 6 janvier 2024

La dernière place

Mc. 1, 7-11

 

Jean le Baptiste se présente comme n'étant pas digne de délier les sandales de Jésus. Alors que ce service était réservé aux serviteurs comme de laver les pieds aux hôtes quand ils arrivaient.

Pourquoi n'est-il pas digne de s'agenouiller devant Jésus ?

Peut-être tout simplement parce que Jésus a choisi la meilleure place, c'est-à-dire le dernier échelon de l'échelle humaine et qu'on ne peut pas être plus bas que lui Jésus.

Ainsi Jésus, par la voix de Jean le Baptiste, nous invite à ne pas prendre sa place, à ne pas prendre la place de Dieu, mais de venir avec lui à la dernière place pour mieux le rencontrer et le reconnaître.

 


Vendredi 5 janvier 2024

Le Verbe de Dieu

Jn. 1, 43-51

 

Philippe appelle Nathanël et lui dit : "viens et vois" pour rencontrer et sans doute faire connaissance avec Jésus, celui qu'il appelle le Messie.

Ainsi Philippe utilise la même expression que Jésus quand il a appelé André et Simon.

Alors, on peut se poser la question : "qu'y a-t-il à voir ?"

Il y a à voir un homme venu de Nazareth, donc d'un lieu méprisé par les juifs, il est le fils de Marie et Joseph, donc une famille tout ordinaire. Pourquoi faudrait-il faire sa connaissance ?

C'est quand Jésus en personne lui adresse la parole que Nathanaël le reconnaît comme fils de Dieu, et non plus comme fils de Marie et Joseph.

Nous ne sommes donc plus dans le "voir" mais dans la "parole". En se faisant reconnaître par la parole, Jésus se montre réellement le Verbe de Dieu.

 


Jeudi 4 janvier 2024

Où demeures-tu ?

Jn. 1, 35-42

 

"Où demeures-tu?", c'est une question étonnante comme entrée en matière pour connaître Jésus. En général on poserait plutôt la question "qui es-tu?" quand on veut connaître quelqu'un.

Mais ici il s'agit du lieu de vie de Jésus. Sans doute pouvons-nous entendre cette question sur deux registres :

- Le premier sur celui traditionnel du lieu d'habitation.

- le deuxième, ce "où demeures-tu?" peut être lu comme un questionnement sur la spiritualité, le caractère sacré de Jésus. C'est-à-dire : es-tu homme, es-tu Dieu, es-tu les deux ? Où te situes-tu sur l'échelle de la personnalité humaine?

Et nous, comment recevons-nous Jésus : un homme? un thaumaturge? Dieu incarné?

 


Mercredi 3 janvier 2024

L'Esprit et Jésus

Jn. 1, 29-34

 

Jean-le-Baptiste continue son témoignage sur le Christ.

Maintenant, il annonce à ceux qui sont venus l'interroger que c'est l'Esprit qui révèle qui est Jésus et non pas lui. Ce qui veut dire qu'il ne parle pas de lui-même, mais qu'il se laisse inspirer par l'Esprit.

C'est pourquoi il peut affirmer avec conviction que Jésus est celui qui est le salut en personne, le Dieu qui sauve tous les hommes. Et Jean-le-Baptiste s'incline devant lui et le propose au monde entier.

 


Mardi 2 janvier 2024

La voix du désert

Jn. 1, 19-28

 

Jean baptise dans l'eau et cela provoque de la contrariété chez certains car il le dit clairement : je ne suis pas le Messie.

Il se définit comme étant la voix qui crie dans le désert. Le désert, là où il n'y a personne et là où les chacals et autres bêtes sauvages sont les maîtres. Ce qui, effectivement, ne donne envie à personne d'y aller.

Cependant, dans la bible, le désert est aussi le lieu de la rencontre, la rencontre avec le Seigneur (cf. par exemple Moïse et le buisson ardent). Et si Jean se définit comme étant la voix qui crie dans le désert, c'est une invitation de sa part à venir entendre une voix que l'on ne connaît pas et qui pourtant, est la voix du salut.

 


Lundi 1er janvier 2024

Theotokos et Mère de la paix

Lc. 2, 16-21

 

Aujourd'hui, tout le monde célèbre l'an neuf. Mais nous, les chrétiens nous célébrons d'abord Marie, Mère de Dieu et Mère de la paix.

Dans nos jours si troublés, il est de la plus haute importance que la paix soit appelée à grands renforts de cris et de prière, de suplications. Cette paix, si ardemment désirée par les petits, les pauvres, les exclus, ceux qui n'ont pas voix au chapitre, elle est remise entre les mains de Marie, comme l'enfant Dieu a été remis entre ses bras. Et jamais elle ne l'a abandonné, jusque sur la croix où elle l'a accompagné. Ne doutons pas que la paix est en de bonnes mains, même si tous les événements essaient de nous dire le contraire. Mais ce n'est pas magique. Sans notre aide, Marie, comme son fils, ne peut rien faire. Alors, n'hésitons pas à jouer la paix dans nos familles, nos maisons, notre travail. La paix est plus contagieuse que le mal.

 


Dimanche 31 décembre

La foi d'une famille juive

Lc. 2, 22-40

 

Aujourd'hui c'est l'épisode de la présentation de Jésus au temple qui est proposé par l'Eglise pour honorer la sainte famille, c'est-à-dire Marie, Joseph, Jésus. Mais pourquoi avoir proposé ce passage ? Un passage que nous avons lu dans la semaine et que nous retrouverons le 2 février.

Je voudrais retenir deux mots : salut et foi. Syméon, en tenant l'enfant Jésus dans ses bras, tient le salut. Foi, celle de Marie et Joseph qui respectent les préceptes de la loi de Moïse alors qu'ils savent pertinemment par l'ange que leur enfant aura un destin exceptionnel divin.

Le salut, tenu dans les bras de Syméon, s'est incarné, a un visage, un corps, etc. Mais cette vision du salut incarné n'est pas que d'il y a deux mille ans. Aujourd'hui encore il s'incarne, et nous ne pourrons le reconnaître que si nous faisons appel à notre foi, si nous remettons entièrement notre vie entre les mains de Dieu, comme ce même Dieu a entièrement remis son Fils, le salut du monde, d'abord dans les bras de Syméon puis dans les bras de l'humanité de tout temps.

Et tout ceci grâce à la foi d'une famille juive. Merci, Seigneur.

 


Samedi 30 décembre 2023

Foi et Loi

Lc. 2, 36-40

 

Marie et Joseph se conforment à la loi de Moïse en présentant Jésus au temple et en sacrifiant deux petites colombes.

Mais la façon dont ils sont accueillis aussi bien par Syméon que par Anne, deux vieillards totalement imprégnés de Dieu et de son amour, nous révèle qu'il ne s'agit pas simplement d'une démarche légaliste de la part des parents de Jésus.

S'ils vont offrir leur enfant à Dieu, c'est mus par leur foi profonde en ce Dieu qui leur a confié l'avenir d'Israël et de son peuple. Ils ont accepté cette mission divine avec foi, sans savoir les chemins à venir.

Mais leur unique chemin aujourd'hui, c'est leur foi, leur foi en Dieu, leur foi en l'homme, leur foi en cet enfant qui leur est confié.

Merci Seigneur pour cette foi.

 


Vendredi 29 décembre 2023

Salut et contradiction

Lc. 2,22-35

 

Si proche de sa naissance, Jésus est déjà identifié à un signe de contradiction, comme celui qui va entraîner la chute et le relèvement d'Israël. Et, de plus, il  provoquera la souffrance de sa mère, telle une épée qui lui traversera le coeur.

Comme projet de vie et d'avenir, on fait mieux!

Et pourtant il est ce nourrisson de quelques semaines que les bergers sont venus adorer et louer en chantant "gloria".

Syméon est le messager du Seigneur, il dit de la part du Seigneur que cet enfant est le Messie, celui qui est envoyé par Dieu puisqu'il sera à l'origine du relèvement de beaucoup; Syméon a compris que la grâce du Seigneur lui avait été accordée car il peut dire "mes yeux ont vu ton salut" en parlant de Jésus.

Et nous, aujourd'hui, sommes-nous assez des hommes de foi pour attendre le salut, pour le reconnaître même dans les souffrances actuelles et à venir ? Et pourtant, cela fait deux mille ans, et plus, que cette annonce a été faite et rien ne l'a empêchée de se répandre et de continuer à vivre.

 


 

Jeudi 28 décembre 2023

L'enfant et sa mère

Mt. 2, 13-18

 

Dans cet évangile, il est question d'enfants. D'abord grâce à Joseph qui accepte de partir en emmenant l'enfant et sa mère en Egypte, puis RAchel qui pleure ses enfants.

Déjà l'expression "l'enfant et sa mère" est une très belle expression : dans toute humanité, on ne sépare pas un enfant de sa mère. De plus, ici, l'enfant est cité avant sa mère, ce qui donne à l'enfant toute son importance.

Après le massacre décidé par Hérode, Rachel pleure et ne veut pas être consolée. Là aussi une très belle expression "ne veut pas être consolée". Une mère ne se remet jamais du décès de son enfant parce qu'elle lui a donné la vie. C'est une partie d'elle-même qu'on arrache en tuant son enfant.

Aujourd'hui, ne cherchons pas à consoler par des mots, aussi profonds et vrais soient-ils, toutes ces mères de Palestine et d'Israël à qui on arrache l'enfant, quel que soit son âge. Simplement laissons-nous, à notre tour, habiter par cette souffrance et remettons la, tout simplement, entre les mains de Marie.

 


Mercredi 27 décembre 2023

Du symbole à la foi

Jn. 20, 2-8

 

Déjà nous sommes à la résurrection de Jésus. Simplement, parce que l'évangile veut nous faire comprendre la profondeur de la foi de saint Jean.

Il voit et il croit. C'est-à-dire, il comprend et croit. Il n'a pas une foi aveugle.

C'est une foi qui a été nourrie tout au long de sa vie par les enseignements de son maître. C'est pourquoi, à sa résurrection, il n'est pas étonné, il croit. Il savait.

Et nous, aujourd'hui, nous croyons sans voir. Est-ce bien vrai?  Nous ne voyons pas le tombeau vide, oui, c'est vrai, mais nous rencontrons Jésus ressuscité tous les jours dans nos vies, si nous savons décrypter les signes de sa présence, comme Jean a su décrypter le linge posé au fond du tombeau.

 


Mardi 26 décembre 2023

L'Esprit s'est fait parole

Mt. 10, 17-22

 

Ne vous inquiétez pas de ce que vous aurez à dire, l'Esprit parlera pour vous.

Quelle délicatesse de la part du Seigneur : vos hésitations, vos angoisses, vos doutes, je les prends sur moi, en moi. Ne vous inquiétez pas, si vous restez dans la logique de la vérité, de l'authenticité, l'Esprit sera avec vous, et pour vous et en vous.

Même si nous sommes persécutés, et nous le serons. Aujourd'hui, pas comme hier, mais nous le serons et nous le sommes déjà, chacun à sa place.

Ne doutons pas de la venue du Fils fait chair, de l'Esprit qui parle à notre coeur et nous inspire ce qu'il faut dire et faire.

Tout celà n'est autre que l'expression utime, totale, originelle, de l'amour de Dieu pour chacun de nous. Mais saurons-nous l'entendre et y répondre ?

 


 

Lundi 25 décembre 2023

Le Verbe s'est fait chair

Jn. 1, 1-18

 

Comme tous les ans, c'est Noël. De plus en plus, ce sont des flonflons, des cadeaux, des réveillons, etc.

Mais que reste-t-il du premier Noël?

Peut-être cette première phrase de l'évangile de Jean et qui a traversé les siècles :

"Le Verbe s'est fait chair."

Quelle belle expression pour annoncer que Dieu se fait l'un de nous pour que nous soyons à son image et ressemblance.

Dieu l'un de nous, Dieu avec nous, Dieu en nous. C'est tout un programme de vie, c'est tout un programme d'éternité. Inutile d'en dire plus.

 


Dimanche 24 décembre 2023

Le temps fut accompli

Lc 2, 1-14

 

Dans la ville de Bethléem,

«  quand le temps où elle devait enfanter fut accompli,

Marie mit au monde son fils premier-né,

l’emmaillota et le coucha dans une mangeoire…
Bonne nouvelle et grande joie pour tout le peuple :

un Sauveur nous est né.»

Cette parole, mystère de l’Incarnation,

Dieu prend chair de notre fragile humanité 

est au fondement de la foi des chrétiens :

notre espérance est là depuis deux millénaires déjà .

 

Pour Noël à Bethléem, en cis- Jordanie occupée,  en cette année 2023,

pas de festivités mais un appel à la prière et au recueillement

pour tous les habitants de toutes confessions.

 

Oserons-nous voir encore dans la fête de Noël

la promesse de la paix pour notre terre ?

Cultiver l’espérance parce que le temps fut accompli .

 


Samedi 23 décembre 2023

Accomplir le temps

Lc 1, 57-66

 

« Que sera donc cet enfant ? »

Question posée par l’entourage de Jean le Baptiste

et assez courante à toute naissance.

 

Pour nos enfants, nous espérons le meilleur,

une réalisation de soi toute personnelle dans le futur.

Mais il arrive que le meilleur pour lui ne corresponde pas du tout

à ce que nous projetions !

 

En ce jour, nous pouvons nous réjouir du beau nom,

inédit dans leurs familles, qu’Elisabeth et Zacharie

donnent à leur fils unique : JEAN.

Jean signifie « Dieu fait grâce »

 

Assurer à chaque être humain sur notre terre

une place unique et un avenir choisi

serait-ce faire confiance au Seigneur, au Tout Autre

qui l’accompagne de sa grâce ?

 


Vendredi 22 décembre 2023

Prière du fond des âges

Lc 1, 46-56

 

Le Magnificat de Marie serait une prière du fond des âges

parce qu’elle y reprend nombre de versets bibliques :

psaumes, deutéronome, prophètes…

Son chant reflète une constance de l’attitude du Dieu d’Israël :

l’attention aux plus petits.

 

Le Fils de Dieu petit enfant sur le sein de sa mère,

que nous contemplerons à Noël,

n’est-il pas l’ami des humbles, des opprimés, des rejetés,

au point de les élever à sa hauteur, la hauteur de son amour «  doux et humble » ?

 

C’est avec la force, la foi et la joie des humbles que Marie

ose se reconnaître bénie entre toutes les femmes !

 

Puissions-nous nous reconnaître chacun et chacune

nous aussi bénis par Dieu

en ce temps d’intériorité,  temps de l’Avent.

 


Jeudi 21 décembre 2023

Don d’une heureuse visite

Lc 1, 39-45

 

Deux femmes enceintes qui se rencontrent

se partagent leur espérance pour leur enfant à naître.

Quoi de plus banal, quoi de plus intense aussi !

 

Pour pratiquer nous-mêmes cet évangile,

Nous pourrions envisager ces rencontres

où nous parlons à partir du meilleur,

du plus profond de nos cœurs, là où la vie de Dieu nous porte.

Quand notre parole éprouve un écho et une complicité

chez la personne à qui nous nous adressons, alors notre foi grandit !

C’est le moment de rendre grâces pour cette rencontre qui est don de Dieu :

« D’où m’est-il donné que la Mère de mon Seigneur

vienne jusqu’à moi ? » s’exclame Elisabeth !

 


Mercredi 20 décembre 2023

Divin bouleversement

Lc 1, 26-38

 

Un événement imprévu, une rencontre déterminante,

une expérience spirituelle profonde peuvent venir

bouleverser nos vies et tellement les impacter

que nous en sommes transformé.es.

 

L’annonciation ou annonce à Marie

de sa maternité particulière est bien de cet ordre.

Bouleversée à la parole de l’ange, Marie garde son ouverture d’esprit,

et demeure à l’écoute de ce qu’il lui dit de surprenant.

Elle comprend aussi que la venue du Messie attendu

pourrait advenir par et grâce à elle.

Du coup, il faut que ce soit tout de suite :

elle pose la question du « comment cela va-t-il se faire? »

Son oui, fruit d’une conscience éclairée par les enseignements de l’ange

a été pour notre foi, la source du salut !

 

Puisse ce consentement de Marie à la Parole du Seigneur

éclairer nos cheminements personnels

quand des bouleversements arrivent en nos vies !

 


Mardi 19 décembre 2023

Détournement de rigorisme

Lc 1, 5-25

 

Faire la cuisine en respectant mot à mot la recette

donne un bon plat mais la suivre d’un peu loin

en changeant un ingrédient ou le mode de cuisson

peut donner un très bon plat.

Bref trop de rigueur nuit à l’inédit.

 

Zacharie et Elisabeth étaient un couple modèle :

Ils menaient une vie exemplaire conforme

en tous points aux prescriptions du judaïsme de leur époque.

Ils souffraient de stérilité ce qui à l’époque était vu comme une honte.

L’ouverture à l’inédit de Dieu va changer leur vie

et un fils naîtra de leur amour.

 

Aujourd’hui encore la pression extérieure comme interne au couple

transforme des cas de stérilité en grande souffrance.

Pourtant l’ouverture à d’autres fécondités existe.

 

Portons en ce jour dans nos prières tous les couples

en désir d’enfants qui ne sont pas exaucés.

 


Lundi 18 décembre 2023

Fidèle rêveur

Mt 1, 18-24

 

L’annonce à Joseph révèle un homme fidèle à Marie, son premier amour.

Il est assez aimant pour appliquer la loi juive

qu’il respecte avec une bonne dose de discrétion :

Il décide de renvoyer Marie en secret.

Mais ce projet n’est ni celui de Dieu ni le sien !

Un  songe l’invite en effet

à prendre chez lui son épouse, la mère de l’Emmanuel.

 

Comment nos manières d’aimer reflètent-elles

le projet de bonheur qui nous habite

en toute concordance avec le projet de Dieu pour nous ?

 


Dimanche 17 décembre 2023

Au milieu de nous

Jn 1, 6-8.19-28

 

Si à Noël nous célébrons l’Emmanuel, Dieu avec nous,

nous avons tout l’Avent pour le chercher au milieu de nous.

Il y a en effet une discrète présence de Jésus, le Ressuscité

que nous ne reconnaissons pas sans diverses médiations.

 

Serait-il au milieu de nous quand nos actes

diffusent un peu de sa lumière

ou quand nous la discernons chez autrui ?

 

Le Messie tant attendu apporte la justice, la paix, le droit, la fraternité.

Puissions-nous le faire advenir au milieu de nous

par des actes qui lui ressemblent en ce 3ème dimanche de l'Avent.

 


Samedi 16 décembre 2023

Tout à sa place

Mt 17, 10-13

 

Le chaos d’une chambre d’adolescent, d’une grève où un train sur 4 fonctionne,

d’une banlieue où le trafic de drogue est florissant,

tout cela donne envie de faire le ménage par  la force

ou plus sainement par l’application de lois de vie

et le respect de l’humain en chacun.

 

Au plus fort des dictatures et des états d’urgence,

les défenseurs des droits humains, des forêts ou des peuples autochtones

risquent leur vie  à tout moment.

Qui annonce la venue du Règne de Dieu, règne de justice et de paix

risque aussi sa vie en certains pays.

 

La Passion de Jean le Baptiste annonçait celle de Jésus.

Prendrons-nous la défense des personnes qui luttent

pour la justice et la paix ?

Comment participons-nous à la venue du règne de Dieu ?

 


Vendredi 15 décembre 2023

Bienveillante sagesse

Mt 11, 16-19

 

La Parole de ce jour nous présente deux personnes « en vue »

enfermées une fois pour toutes

dans des préjugés et des à-priori défavorables :

un ascète possédé, Jean

et un glouton ivrogne ayant de mauvaises fréquentations, Jésus !

En notre monde qui prêche la transparence,

les personnages publics doivent faire preuve de cohérence et d’intégrité.

 

Jésus comme Jean étaient bien intègres et droits

mais leur faire confiance, il fallait sortir

de ses schémas « religieusement corrects ».

Alors seulement, il était possible d’avancer

sur un chemin tout intérieur où

la sagesse s’allie à la bienveillance.

 


Jeudi 14 décembre 2023

Un petit très grand

Mt 11, 11-15

 

Pourquoi Jean le Baptiste est-il le plus grand

et le dernier parmi les prophètes du Premier Testament ?

Parce qu’il a la joie de voir et de désigner

le Messie attendu par son peuple depuis des siècles.

Dès lors que Jésus le Fils de Dieu est venu parmi nous, en Seigneur et en frère,

nous sommes tous et toutes des petits très grands !

 

Notre éminente dignité est de côtoyer mystérieusement

le Ressuscité qui est avec nous jusqu’à la fin du monde.

Puisse cette dignité se révéler en ce jour

dans l’amour de Dieu à diffuser autour de nous.

 


Mercredi 13 décembre 2023

Le vrai repos

Mt 11, 28-30

 

Pour que nos âmes reposent en paix,

il ne s’agit pas d’attendre d’être décédé et inhumé !

 

La Parole de ce jour nous invite à fonder nos vies

ici et maintenant sur la suite du Christ .

Prendre le joug du Christ, c’est recevoir

un peu de sa douceur et de son humilité

et gagner la paix du cœur.

Le joug posé sur l’échine de 2 bœufs tirant la charrue,

leur permet de marcher au même rythme

et de coordonner leur force de travail.

Quand notre vie est un dur labeur,

quelle force reçue si nous faisons confiance au Christ

qui marche à nos côtés !

Quelle humilité du Fils de Dieu, quelle dignité

pour ces animaux domestiques qui partagent parfois nos vies.

 

Comme Noël approche, puissions nous penser

à la compagnie de Jésus  sur nos chemins,

en contemplant ...l’âne et le bœuf à la crèche !

 


Mardi 12 décembre 2023

Égaré et retrouvé

Mt 18, 12-14

 

S’il nous arrive de nous perdre nous-mêmes

en des divertissements futiles ou en forêt,

la joie nous habite quand nous retrouvons

notre vie profonde, notre chemin !

 

La Bonne Nouvelle de ce jour serait que

cette joie habite Dieu lui-même

quand il voit un de ses enfants perdus retrouvé en lui

ou par ses frères ou soeurs en humanité !

 

Alors accordons aujourd’hui plus d’importance

à la miséricorde du Seigneur

qu’à nos égarements passés ou ceux des autres

pour chercher le chemin de la vraie joie :

 « On t’a fait savoir homme ce que Yavhé réclame de toi :

Rein d’autre que de pratiquer la justice, aimer avec tendresse et

marcher humblement avec ton Dieu. » disait le prophète Michée.

 


Lundi 11 décembre 2023

 

La foi solidaire

 

Lc 5, 17-26

 

Il fallait de l’audace et de la créativité pour conduire

un malade près de Jésus,  dans une maison où la foule était dense.

Cette compassion active rejoint sans doute

l’expérience des brancardiers à Lourdes.

Les aidants familiaux sont des milliers en France

à prendre soin de leurs proches  en perte d’autonomie.

 

A tous ceux et celles-là et aux malades, l’évangile de ce jour 

apporte-t-il un réconfort ?

Confiance, pardon accordé et corps qui va mieux ou qui guérit :

Cette série ne se réalise pas toujours complètement.

Toutefois, en nos vies tout est lié :

relations à Dieu, aux autres, à nous-mêmes et à toute la Création.

Sachant cela, nous espérons pour nous et les malades,

un cheminement d’espérance et de foi

jusqu’à une harmonie de tout notre être qui se rétablit.

 


 

 

 

 

2e dimanche de l’Avent – 10 décembre 2023

Aujourd'hui... hier... demain

Isaïe 40,1-11/ 2 P 3,8-14/ Marc 1,1-8

 

 

« Commencement de l’Évangile de Jésus, Christ,

Fils de Dieu. »

« Jean, celui qui baptisait, parut dans le désert. Il

proclamait un baptême de conversion pour le pardon

des péchés... Il proclamait surtout : Voici venir derrière

moi celui qui est plus fort que moi ; Je ne suis pas digne

de m’abaisser pour défaire la courroie de ses sandales.

Il vous baptisera dans l’Esprit Saint. »

Auparavant :

« Consolez mon peuple, dit Dieu, au temps d’Isaïe le prophète.

Dans le désert, préparez le chemin du Seigneur. Toi qui portes

la bonne nouvelle, élève la voix : Voici votre Dieu ! Il vient avec

puissance, comme un berger... »

 

Et demain :

« Le jour du Seigneur viendra comme un voleur... Ce que nous

attendons, selon la promesse du Seigneur, c’est un ciel nouveau

et une terre nouvelle où résidera la justice. Attendez, hâtez ce jour ! »

 


Samedi 9 décembre 2023

Coeur de Dieu, coeur du Christ

Isaïe 30, 19-26/Mat.9,35 à 10,1-8

 

 

Deux textes qui nous parlent magnifiquement

du cœur de Dieu. Il faut les relire en entier. En

voici seulement quelques extraits, si réconfortants :

 

« Peuple de Sion, tu ne pleureras jamais plus ! A l’appel

de ton cri, le Seigneur te fera grâce. Le Seigneur te

donnera du pain dans la détresse, et de l’eau dans

l’épreuve. Tes oreilles entendront derrière toi une

parole : Voici le chemin, prends-le !... Le Seigneur

pansera les plaies de son peuple et guérira ses

meurtrissures. »

« Jésus parcourait toutes les villes et tous les villages,

enseignant dans leurs synagogues, proclamant

l’Évangile du Royaume et guérissant toute maladie.

Voyant les foules, Jésus fut saisi de compassion envers

elles, parce qu’elles étaient désemparées et abattues

comme des brebis sans berger. »

 

Si Jésus revenait, ne ferait-il pas la même constatation ?

 


Vendredi 8 décembre 2023

La conception immaculée de Marie

Genèse 3,9-20/Éphésiens 1,3-12/Luc 1,26-38

 

 

Remontons aux origines : « Quand Adam eut

mangé du fruit de l’arbre interdit, il prit peur

et se cacha... La femme que tu m’as donnée...

Qu’as-tu fais là ? Le serpent m’a trompée, et

j’ai mangé ! »  Seule issue trouvée par Dieu :

« Je mettrai une hostilité entre toi (le serpent)

et la femme, entre ta descendance et sa descendance :

celle-ci te meurtrira la tête, et toi, tu lui meurtriras le

talon. »

 

Et voici l’annonce faite à Marie : « Comblée de grâce,

le Seigneur est avec toi ! Voici que tu vas concevoir

et enfanter un fils. Tu lui donneras le nom de Jésus.

L’Esprit Saint viendra sur toi  et la puissance du Très-Haut

te prendra sous son ombre, c’est pourquoi celui qui va

naître sera saint, il sera appelé Fils de Dieu... »

« Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta Parole. »

 

L’apôtre Paul peut alors s’écrier : « Béni soit Dieu, le Père de

notre Seigneur jésus Christ ! Il nous a bénis et comblés des

bénédictions de l’Esprit, au ciel, dans le Christ ! »   

 


Jeudi 7 décembre 2023

Le roc de nos vies

Isaïe 26,1-6/Mat.7, 21-27

 

 

Ce cantique sera chanté dans le pays de Juda :

« Nous avons une ville forte ! Le Seigneur a mis

pour sauvegarde muraille et avant-mur...

Tu préserves la paix de qui s’appuie sur Toi.

Prenez appui sur le Seigneur, le Roc éternel ! »

 

Jésus reprend la même image : « Celui qui entend

les paroles que je dis et les met en pratique est

comparable à un homme prévoyant qui a construit

sa maison sur le roc : pluie, torrents, vents.. la maison

ne s’est pas écroulée, car elle était fondée sur le roc. »

 

Chaque jour nous voyons s’écrouler des maisons

construites sur le sable, en zones inondables, ou

sans fondations... Sur quelles fondations notre vie

est-elle construite ? 

 


Mercredi 6 décembre 2023

Dieu de compassion

Isaïe 25,6-10/Mat.15, 29-37

 

 

Le prophète Isaïe annonçait : « Le Seigneur de l’univers

préparera pour tous les peuples,  sur sa montagne, un

festin... Il fera disparaître le voile de deuil qui enveloppe

tous les peuples. Il fera disparaître la mort pour toujours.

Il essuiera les larmes sur tous les visages, et par toute la

terre, il effacera l’humiliation de son peuple.

Et ce jour-là on dira : voici notre Dieu, en lui nous espérions,

et il nous a sauvés ! »

 

Voici notre Dieu ! « Jésus arriva près de la mer de Galilée :

De grandes foules s’approchèrent de lui avec beaucoup de

malades, et il les guérit... La foule était dans l’admiration, et

ils rendirent gloire au Dieu d’Israël.

Jésus dit à ses disciples : je suis saisi de compassion pour cette

foule. Depuis trois jours, ils restent auprès de moi et n’ont rien

à manger. »  La multiplication des pains s’opère entre ses mains.

Aucune misère n’est étrangère à la compassion de Dieu,

qui doit passer aujourd’hui à travers nous...

Sommes-nous conscients du trésor que nous portons ?

 


Mardi 5 décembre 2023

L'Esprit fait des merveilles

Isaïe 11,1-10/Luc 10,21-24

 

 

Nous voici à nouveau devant ce texte magnifique

d’Isaïe : « Un rameau sortira de la souche de Jessé,

père de David, un rejeton jaillira de ses racines.

Sur lui reposera l’Esprit du Seigneur... avec droiture

il se prononcera en faveur des humbles du pays...

Alors : le loup habitera avec l’agneau... il n’y aura plus

de mal sur toute ma montagne sainte, car la connaissance

du Seigneur remplira le pays... »

Cette connaissance de Dieu, Jésus nous la révèle :

« Exultant de joie sous l’action de l’Esprit Saint, il dit :

Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta

louange. Ce que tu as caché aux sages et aux savants,

tu l’as révélé aux tout-petits. Oui, Père, tu l’as voulu

ainsi dans ta bienveillance. Heureux les yeux qui voient

ce que voyez ! »

 

Ces paroles s’adressent à nous :

Entrons dans ce mouvement de l’Esprit ! 

 


Lundi 4 décembre 2023

S'accueillir

Isaïe 2,1-5/Mat. 8,5-11

 

 

Jésus voit s’approcher de lui un centurion romain,

de l’armée d’occupation. Celui-ci le supplie pour son

serviteur qui souffre. Contre toute attente, Jésus l’accueille

et est prêt à se déplacer. Mais celui-ci reprend : « Seigneur,

je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit, mais dis

seulement une parole, et mon serviteur sera guéri ! »

Jésus est dans l’admiration d’une telle foi et ajoute :

« Beaucoup viendront de l’orient et de l’occident et

prendront place avec Abraham... au festin du royaume

des cieux ! »

C’est l’annonce d’un monde réconcilié, dont rêvait Isaïe le

prophète : « Il arrivera dans les derniers jours que la

montagne de la maison du Seigneur se tiendra plus haute

que les monts. Vers elle afflueront toutes les nations...

Dieu sera l’arbitre de peuples nombreux...

Ils n’apprendront plus la guerre. Venez, maison de Jacob !

Marchons à la lumière du Seigneur ! »

Comme nous avons besoin de retrouver l’attitude de Jésus

et de cet « ennemi romain » !

 


1er Dimanche de l’Avent - 3 décembre 2023 –

Désirer... Attendre... Veiller

Isaïe 63,16-19  64-2-7/1 Co. 1,3-9/Marc 13, 33-37

 

« Ah ! Si tu déchirais les cieux, si tu descendais !

Voici que tu es descendu : Tu viens rencontrer

celui qui pratique avec joie la justice... Nous nous

sommes égarés. Nul ne se réveille pour prendre appui

sur toi.. ; Mais c’est toi notre Père. Nous sommes l’argile,

c’est toi qui nous façonnes. Nous sommes tous l’ouvrage

de tes mains. »

 

Réponse de l’apôtre Paul : « Je ne cesse de rendre grâce

à Dieu à votre sujet pour la grâce qu’il vous a donnée dans

le Christ Jésus. En lui, vous avez reçu toutes les richesses,

car le témoignage rendu au Christ s’est établi fermement

parmi vous. C’est lui qui vous fera tenir fermement jusqu’au

bout. »

 

Et que nous dit Jésus ? « Prenez garde, restez éveillés : car

vous ne savez pas quand ce sera le moment. Veillez, car vous

ne savez pas quand vient le maître de la maison : il ne faudrait

pas qu’il vous trouve endormis ! »

 


Samedi 2 décembre 2023

Fresque des derniers temps

Daniel 7, 15-27/Luc 21,34-36

 

 

Interprétation des visions de Daniel :

Succession de royaumes persécuteurs...

« Les saints seront livrés au pouvoir du

dernier. Puis le tribunal siégera, et ce

royaume sera détruit et totalement anéanti.

La domination et la puissance de tous les royaumes

de la terre sont données au peuple des saints

du Très-Haut. Sa royauté est éternelle et tous les

empires le serviront et lui obéiront. »

 

Jésus nous dit à son tour : « Tenez-vous sur vos

gardes, de peur que votre cœur ne s’alourdisse,

et que ce jour-là tombe sur vous à l’improviste

comme un filet... Restez éveillés et priez en tout

temps. Ainsi vous aurez la force d’échapper à tout

ce qui doit arriver, et de vous tenir debout devant

le Fils de l’homme. »

Ces paroles sont toujours d’actualité !

 


Vendredi 1er décembre 2023

Visiion d'avenir

Daniel 7,2-14/Luc 21,29-33

 

 

Visions de Daniel au cours de la nuit :

Des bêtes effrayantes, destructrices,

dévorant tout... Une vision de feu et de

lumière divine, des milliers de milliers

servant Dieu... Un grand combat...

Puis, sur les nuées du ciel, comme un

Fils d’homme : «  il lui fut donné domination,

gloire et royauté ; tous les peuples, toutes les

nations le servirent. Sa royauté ne sera pas

détruite. »

Jésus nous livre une belle parabole : « Quand le

figuier bourgeonne, vous savez que l’été est

tout proche...  De même, vous aussi, lorsque

vous verrez arriver cela (toutes ces catastrophes)

sachez que le royaume de Dieu est proche.

Le ciel et la terre passeront, mes paroles ne

passeront pas ! »

 

Paroles étonnantes, mais réconfortantes. 

 


Jeudi 30 novembre 2023

Fête de l'apôtre saint André

Romains 10,9-18/Mat.4,18-22

 

 

« Si de ta bouche tu affirmes que Jésus est Seigneur,

Si dans ton cœur tu crois que Dieu l’a ressuscité

d’entre les morts, alors, tu seras sauvé ! Quiconque

 met en lui sa foi ne connaîtra par la honte ! »

 

André a connu Jésus et a cru en lui.

« Juifs et païens ont le même Seigneur, généreux

envers tous ceux qui l’invoquent... » écrit Paul.

 

L’évangile relate l’appel des deux frères, Simon et

André : « Venez à ma suite, et je vous ferai pêcheurs

d’hommes.

Aussitôt, laissant leurs filets, ils le suivirent. »

 

Une réponse, une décision qui oriente et féconde

toute la vie !

 


Mercredi 29 novembre 2023

Où est notre coeur ?

Daniel 5, 1-28/Luc 21,12-19

 

 

Le roi Balthazar donne un somptueux festin

pour les grands du royaume, et après avoir bu

dans les vases sacrés du Temple, ils entonnent

la louange de leurs dieux ; Mais soudain ils voient

une main qui écrivait. Très troublé, le roi fait appeler

Daniel pour en avoir l’interprétation. Cela signifie :

« Dieu a compté les jours de ton règne et y a mis fin.

Tu as été pesé et trouvé trop léger. Ton royaume a

été partagé et donné aux Mèdes et aux Perses. »

C’est la justice de Dieu qui s’annonce.

 

Jésus poursuit l’annonce des épreuves pour ses disciples. Mais :

« Cela vous amènera à rendre témoignage. Vous n’avez pas

à vous préoccuper de votre défense : c’est moi qui vous

donnerai un langage et une sagesse à laquelle tous vos

adversaires ne pourront ni résister ni s’opposer...

Pas un cheveu de votre tête ne sera perdu. C’est par votre

persévérance que vous garderez votre vie. »

 

On se souvient de la phrase de St Paul : « Si Dieu est pour

nous, qui sera contre nous ? »  Cela change tout !

 


Mardi 28 novembre 2023

Au-delà de tout

Daniel 2,31-45/ Luc 21,5

 

 

Daniel interprète le songe du roi Nabuchodonosor :

les royaumes terrestres se succèdent... mais « le roi du

ciel suscitera un royaume qui ne sera jamais détruit,

et dont la royauté ne passera pas à un autre peuple.

Ce dernier royaume pulvérisera et anéantira tous les

autres, mais lui-même subsistera à jamais... Le songe

disait vrai, l’interprétation est digne de foi. »

 

Et Jésus déclare à son tour à la vue du Temple :

« Des jours viendront où il n’en restera pas pierre sur

pierre : Tout sera détruit ! »

Évoquant d’autres catastrophes, il ajoute : « Prenez

garde de ne pas vous laisser égarer... ne soyez pas terrifiés,

il faut que cela arrive d’abord, mais ce ne sera as aussitôt

la fin »... D’autres cataclysmes arriveront encore...

 

Ces évocations sont bien d’actualité. Mais gardons

l’espérance et veillons sur l’avenir du monde avec le Christ.

 


Lundi 27 novembre 2023

En cohérence avec son être profond

Daniel 1, 1-20/Luc 21,1-4

 

Le prophète Daniel nous conte l’histoire de quatre

jeunes israélites déportés à la cour du roi  de

Babylone. Ceux-ci, de grande valeur, avaient

part aux mets royaux. Mais ils réclamèrent un régime

correspondant à leurs règles de foi (légumes et eau).

Après 10 jours d’épreuve, ils avaient plus belle mine

et meilleure santé que tous les autres. Dieu leur accorda

science et habileté en matière d’écriture et de sagesse...

interprétation des visions et songes. Ils entrèrent donc

au service du roi.

Jésus qui enseigne dans le Temple remarque une pauvre

veuve qui met deux piécettes dans le Trésor, et il l’admire :

« Elle a mis plus que tous les autres, elle a mis tout ce qu’elle

avait pour vivre ! »

 

Savoir tout donner à Dieu, à sa mesure, est admirable !

 


Dimanche 26 novembre 2023

Christ Roi

Venez, venez, venez...

Mt 25, 31-46

 

"Venez" : oui, nous sommes invités, nous sommes attendus. Le Roi en personne guette notre arrivée pour nous accueillir.

"Les bénis de mon Père" : le Père nous bénit. Il dit du bien de nous. Il nous fait une belle réputation !

"Recevez en héritage" : un héritage fabuleux, sans droit de succession.

"Le Royaume préparé pour vous" : cet héritage, c'est le Royaume lui-même, en entier, et, de plus, préparé (il a été installé, aménager, entretenu, décoré) pour nous.

"Depuis la fondation du monde" : avant même notre venue sur terre, avant même que le monde existe, le Royaume a été préparé pour nous, pour être notre demeure, notre propriété, notre lieu de vie.

Mais, pourquoi ce cadeau fabuleux ?!

... parce que, dès cette terre, nous est proposé de vivre l'actualité du Royaume et la présence du Roi dans notre quotidien, dans la fraternité avec les plus pauvres à qui le Christ s'identifie.

 


Samedi 25 novembre 2023

La vie vivante

Luc 20, 27-40

 

Encore une fois, les opposants à Jésus cherchent à le coincer, à le mettre en porte-à-faux !

Mais ils ne rendent pas compte à quel point ils en viennent à être ridicules avec leurs pinaillages absurdes !... qui leur font passer à côté de l'essentiel, pour se perdre dans des raisonnements de commerce !...

Comme quoi, les meilleurs thèses n'ont pas besoin des méandres de phrases à rallonge pour convaincre ! Au contraire !

Et en une parole, Jésus les rencentre sur le cœur de Dieu, le cœur de la vie, faisant tomber d'elles-mêmes leurs périphrases scabreuses.
Suivez-vous un dieu des morts ou un Dieu des vivants ? un dieu mort ou un Dieu vivant ?

Ne tuons pas Dieu par nos mesquineries et nos rivalités !

 


Vendredi 24 novembre 2023

Maison ou caverne

Luc 19, 45-48

 

"Ma maison sera une maison de prière. Or vous, vous en avez fait une caverne de bandits."

N'est-ce pas, hélas trop souvent, ce que nous faisons de notre Église, de nos paroisses, de nos communautés ?!...
... lorsque nous utilisons les critères de chiffres, de rendements pour évaluer notre pastorale ?...

... lorsque nous nous adonnons aux querelles de clochers, aux rivalités de personnes ou de communautés ?...
... lorsque nous nous laissons fasciner par telle ou telle personnalité en vogue, oubliant que Jésus Christ seul est notre Sauveur ?...

Heureusement, il surgit aujourd'hui comme hier quand on ne l'attend pas.
Tel un lanceur d'alerte, il vient mettre le doigt sur nos disfonctionnements collectifs.
Alors, écoutons-le !

et faisons de notre Église, de nos paroisses et communautés, de nos cœurs, des maisons de prière : restons branchés sur notre Source.

 


Jeudi 23 novembre 2023

Larmes pour la paix

Luc 19, 41-44

 

Jésus Christ a, lui aussi, des émotions, une sensibilité.
Il pleure sur la ville de Jérusalem.

C'est elle-même qui fait son propre malheur en ne reconnaissant pas "en ce jour ce qui donne la paix" !

Cependant Jésus ne la condamne pas .
Non, il est rempli de tristesse et de compassion en constatant que son comportement la conduit droit dans le mur, dans le désastre, dans un engrenage de violence et de terreur qui n'épargnera personne, pas même les enfants.

Jésus est démuni parce qu'il ne peut aller à l'encontre de notre liberté.
Aujourd'hui encore, il pleure sur Jérusalem qui, aujourd'hui encore, court à son malheur.
Ses larmes nous disent l'immensité de son amour, y compris quend nous le refusons.

Puissent ces larmes toucher nos cœurs.

 


Mercredi 22 novembre 2023

Sur paroles !

Luc 19, 11-28

 

"Je vais te juger sur tes paroles."

La parabole de ce jour fait écho à celle déjà entendue dimanche dernier dans l'Évangile de Matthieu. Méthode répétitive pour mieux nous enseigner et nous faire réfléchir.

Jésus semble insister sur le fait que notre relation à Dieu dépend beaucoup de l'image que nous nous faisons de lui.

Est-ce que nous n'avons pas tendance à voir Dieu à notre image ?!...
Cette exigence, proche de l'intolérance, cet esprit de profit, d'appropriation que nous pouvons prêter à Dieu, à l'instar du 3ème serviteur de la parabole, ne font-ils pas écho à notre propre état d'esprit ?...

En tout cas, par notre regard, nous enfermons Dieu dans un rôle, et nous nous enfermons nous-mêmes dans une posture, dans une peur paralysante et stérile.

Alors que si nous accueillons Dieu comme il nous accueille, sans arrière-pensées et sans lui prêter nos propres pensées calculatrices, mais en toute confiance et simplicité,

alors notre réponse coulera de source et nous ouvrira encore davantage à la vérité de Dieu.

 


Mardi 21 novembre 2023

une volonté féconde

Mt 12, 46-50

 

Jésus confirme que Marie est bel et bien sa mère ! car elle a fait la volonté de son Père.
C'est bien grâce à son oui qu'elle est devenue sa mère !

Faire la volonté du Père est source de vie, de fécondité.
De même qu'une famille est faite pour s'élargir toujours plus, celle de Jésus n'est jamais restée cantonnée à sa dimension intime.

Elle a vocation à accueillir tous les enfants du Père.
Chacun, chacune de nous faisant la volonté de vie et d'amour du Père, devient frère, sœur de Jésus Christ et l'enfante au monde, comme le disait si bien François d'Assise.

 


Lundi 20 novembre 2023

Vision de foi

Luc 18, 35-43

 

"Jésus, fils de David, prends pitié de moi !"

Sans voir, cet homme aveugle croit !

Sa foi franchit les obstacles de la foule et de ceux qui veulent le faire taire.
Et il crie de plus belle :"Fils de David, prends pitié de moi !"

Sa foi ouvre ses oreilles à la parole de Jésus et le fait entrer en dialogue avec lui.

Jésus l'interroge : "Que veux-tu que je fasse pour toi ?"... pour l'aider à clarifier son désir, et à le laisser jaillir de toute sa puissance. À être acteur de sa guérison.

"Retrouve la vue ! Ta foi t'a sauvé !"

Oui, Jésus s'émerveille de la foi de cet homme !

Sa prière exaucée, celui-ci retrouvant la vue, devient disciple de Jésus et missionnaire en rendant gloire à Dieu !...

 


Dimanche 19 novembre 2023

Déploiement

Mt 25, 14-30

 

Nous avons tous reçu des talents : notre vie, notre personnalité, nos potentialités... Voilà nos pièces d'or !...
Tous ces dons sont en germe à notre naissance, et notre existence nous est offerte pour nous permettre de les déployer afin qu'ils portent du fruit.
Notre chemin est unique et irremplaçable. Personne ne peut le suivre à notre place.

Nos choix de vie sont des moyens que nous nous donnons pour nous aider dans ce déploiement.

Quelle belle aventure nous est proposée !...
Découvrir progressivement les harmoniques de notre personnalité, apprendre à jouer avec nos forces et nos fragilités pour que la vie se fraie un chemin et les féconde...
Voilà ce que Dieu attend de nous !

Est-ce que nous le croyons ?!...

 


Samedi 18 novembre 2023

Crier justice

Luc 18, 1-8

 

Elle en a du cran, cette femme veuve !... Malgré les obstacles, elle persévère dans sa lutte pour obtenir justice ! Il faut dire que, pour elle, c'est une question de vie, de survie !...
Alors, elle ne se laisse pas décourager par l'inertie de ce juge, sa réticence à répondre à sa requête.
Il en faut du courage, quand on est pauvre et "sans relation", il en faut des luttes, pour être respecté, avoir le minimum vital !...
Cela finit par être entendu. Beaucoup de nos droits humains ont été gagnés de haute lutte par ceux et celles qui nous ont précédés.
Et, heureusement (!...), le monde de Dieu ne fonctionne pas comme ça !...

Il nous met à l'écoute les uns des autres.
Il suscite et envoie des hommes et des femmes répondre aux besoins, aux attentes vitales de leurs semblables.

 


Vendredi 17 novembre 2023

Étourdissement ?

Luc 17, 26-37

 

Comme c'est curieux !

Les catastrophes, dites naturelles, s'enchaînent

... et elles n'ont plus seulement lieu dans des pays lointains,

elles sont là dans nos sociétés occidentales !

Régulièrement les journaux les relatent et répètent inlassablement qu'elles sont la conséquences du réchauffement climatique, du recul de la biodiversité... et que ça coûte cher aux victimes, aux assurances, aux collectivités publiques...

...

Et oui ! et alors ?!...

Et alors, on continue à vivre comme avant, sans rien changer, ou presque !...

On s'aménage des petites BA écolo

... mais on "mange, on boit ou vend, on plante, on bâti...."

... on consommes, on jette...

on s'étourdit dans le confort et le divertissement...

Quand allons-nous réveiller ? !

entrer dans une conversion concrète, réelle ?!... qui nous mène au vrai bonheur...

 


Jeudi 16 novembre 2023

Comme l'éclair...

Luc 17, 20-25

 

"Voici, il est là-bas !" "Voici, il est ici !"

Et non ! nous dit Jésus, lorsque le Règne de Dieu surgit, il illumine TOUT l'horizon !

N'écoutez donc pas ceux qui cherchent à le localiser ici ou là.
Manière de se l'approprier ? d'attirer vers eux ? ou de se croire plus près de Dieu que les autres ?...

Le Fils de l'homme est présent d'un bout à l'autre de l'horizon

... et en même temps, comme l'éclair, il nous échappe ! Impossible de mettre la main dessus !

Donc, il ne s'agit pas de courir à droite à gauche,

mais d'être attentifs à son surgissement là où nous sommes, sur notre terre, dans notre cosmos,

être prêts à reconnaître sa lumière au cœur de notre monde, à nous laisser illuminer.

Tenir là, dans les ombres de la nuit,

car il vient sûrement !...

 


Mercredi 15 novembre 2023

Joie étrangère

Luc 17, 11-19

 

C'est curieux cette anecdote où, parmi les dix personnes guéries d'une maladie douloureuse, invalidante et excluante, seul l'étranger revient vers son bienfaiteur pour rendre grâce !

François d'Assise se disait "pélerin-étranger en cette terre"... tout en nommant celle-ci "sœur notre mère la terre".
Peut-être ce sentiment d'être étranger préserve de la tentation de nous ériger en propriétaire à qui tout serait dû !

Cet étranger connaissait la précarité physique et sociale due à la maladie.
Lorsque Jésus le guérit, il goûte d'autant mieux le cadeau instimable qu'il demeure, en tant qu'étranger, dans une situation vulnérable.

... et si les étrangers autour de nous, étaient là pour nous rappeler que nous sommes tous, toutes des étrangers ?!

Une belle invitation à nous réjouir mutuellement d'être accueillis sur cette terre, de nous accueillir les uns les autres.
Goûter à quel point tout est cadeau...

 


Mardi 14 novembre 2023

Service en coulisses

Luc 17, 7-10

 

Qu'est-ce qui m'anime lorsque je rends service ?

ESt-ce une corvée dont j'ai hâte de ma débarrasser ?

Est-ce que j'en attends de la reconnaissance ?

Est-ce que je goûte la joie du service dont parle Jésus ?

... Un service qui ne se transforme pas en valeur marchande... (autrement ce n'est plus un service !..)

Mais un service qui se vit de façon toute naturelle quand les circonstances nous y appellent.

Sur le devant de la scène de notre société, on met en avant le "donnant-donnant", le "j'ai droit à"... et on est abreuvé de chiffres (argent, temps, population...) comme si tout devait se mesurer, se monayer.

Tournons-nous vers les coulisses de notre société. Alors quel émerveillement pour toutes ces personnes (dont nous sommes peut-être sans même en avoir conscience), qui servent les autres sans tambour ni trompette : les parents, les aidants familiaux, les soignants, les éducateurs et enseignants, les membres d'association...

 


Lundi 13 novembre 2023

Croire au pardon

Luc 17, 1-6

 

"Même si sept fois par jour, ton frère commet un péché contre toi, et que sept fois de suite, il reviennne à toi en disant :"Je m'en repens", tu lui pardonneras."

En entendant cette exigence, les apôtres réagissent : "Seigneur, augmente en nous la foi."

Pourquoi ce lien entre le pardon et la foi ?!

Mais oui ! les apôtres perçoivent bien à quel point la foi en Dieu entraîne la foi en mon frère, la foi en Dieu agissant en lui, et entre nous.

Pour pardonner sept fois par jour le même frère, il en faut de la foi !

Continuer à croire en lui, renouveler notre confiance en lui, en sa parole !

Pour demandre pardon sept fois par jour, il en faut de la foi !

Continuer à croire que l'on va être accueilli !

Pour les deux frères, continuer à croire que la relation n'est pas dans une impasse irrémédiable, qu'elle est encore possible.
Parfois, il s'agit réellement d'un arbre à déraciner !...

et qu'il se plante dans la mer, cet arbre de la discorde, que les flots l'engloutissent !...

 


Dimanche 12 novembre 2023

Portes closes

Mt. 25, 1-13

 

Cet évangile peut paraître comme une leçon de prévoyance : si vous ne voulez pas rester dehors, être rejeté, pensez à mettre de l'huile dans votre lampe ou, aujourd'hui, de l'essence dans le moteur de votre voiture.

Mais est-ce bien cela que Jésus veut nous dire ?

Cela me semble quelque peu superfétatoire. Jésus prendrait-il  le temps d'une parabole pour nous apprendre la prévoyance ?

Alors? La réponse est à la dernière ligne : "vous ne savez ni le jour ni l'heure".

Oui, mais le jour et l'heure de quoi, de qui?

On a tendance à penser que nous ne connaisons pas le jour où la mort va venir nous surprendre. Mais j'ai envie de penser qu'aujourd'hui il ne s'agit pas de mort, mais de vie : Jésus nous dit : "vous ne savez pas l'heure où le maître de la vie va passer pour vous donner la vie, alors tenez-vous prêt". Oui, se tenir prêt, disponible pour la vie donnée et reçue pour chacun d'entre nous.

Ici il est question de noces, de mariage, donc de vie, ne l'oublions pas. Soyons prêts pour le jour de la conversion.

 


Samedi 11 novembre 2023

Le vrai bien

Lc. 16, 9-15

 

Décidément, Jésus nous emmène sur des chemins bien imprévisibles et improbables. Nous faire passer par la route de l'argent pour nous conduire à lui relève du paradoxe total.

Et pourtant, c'est ce détour (qui n'est pas une impasse) que Jésus choisit pour nous faire comprendre que la fidélité, la gratuité, ne s'achètent pas, même avec tout l'or du monde.

Cette fidélité, cette gratuité de l'amour, c'est ce que Jésus appelle le vrai bien. Qui n'en voudrait pas? Et pourtant ils sont si nombreux à le refuser. Prions le Seigneur  d'aimer et de rechercher de plus en plus ce vrai bien afin que beauoup le reconnaissent à travers nous.

 


Vendredi 10 novembre 2023

La triche

Lc 16, 1-8

 

Ct évangile sera toujours un mystère pour beaucoup d'entre nous.

A première lecture, il semble que Jésus fasse l'éloge de la malhonnêteté et de la ruse.

Cet intendant s'en sort en trichant et en trompant son maître.

Mais il ne faut pas s'arrêter au premier sentiment.

Cet esprit de ruse dont fait usage l'intendant, c'est lui qui faut regarder pour le bien des autres : utiliser toutes nos capacités d'intelligence pour partager, aider, pour le bénéfice des autres, et non pour soi.

 


Jeudi 9 novembre 2023

Consécration

Jn. 2, 13-22

 

Fête de la dédicace de la basilique du Latran.

Qu'est- e que cela veut dire aujourd'hui ?

Pourquoi fêter la consécratioin d'églises de pierre ?

L'évangile de Jean nous donne la réponse :

L'église de pierre est un symbole. C'est nous qui sommes le temple de Dieu, nous avec nos corps, nos âmes, nos esprits.

Et c'est bien normal que par des fêtes successives, nous célébrions et rendons grâce à Dieu pour ce bienfait.

 


Mercredi 8 novembre 2023

Sable ou roc ?

Lc. 14,  25-33

 

Jésus, une fois de plus, nous emmène dans des terrains mouvants : haïr son père ou sa mère est ce qui serait demandé pour le suivre. Un peu dur à entendre et à pratiquer.

Mais il faut lire le texte jusqu'au bout: on arrive à la parabole de la maison construite sur le sable et qui s'écroule tandis que celle construite sur le roc résiste.

Aujourd'hui, les déferlements climatiques nous parlent beaucoup. Et nous en connaissons les causes et les conséquences.

Quel rapport avec "la haine" de ses parents et la maison bâtie sur le sable ou le roc?

Peut-être tout simplement de ne pas se tromper de fondation. Si notre amour pour nos parents n'est pas fondé sur le Christ, il risque de déraper. Cette haine dont parle Jésus n'est pas la haine telle qu'on la conçoit habituellement. A nous de renoncer/haïr à donner une place unique en omettant de l'arrimer à la fondation qu'est le Christ. Sans fondation, une maison s'écroule, un amour s'éteint.

 


Mardi 7 novembre 2023

Tout est prêt

Lc. 14, 15-24

 

Encore une invitation au repas de la part de Jésus. Mais, apparemment nous avons toujours quelque chose de plus important, de plus intéressant, de plus urgent que de répondre à cette invitation.

Ce qui peut nous paraître stupéfiant c'est que Jésus, le maître, ne se démonte pas : "vous ne voulez pas venir. Bien. D'autres seront heureux de venir s'asseoir à ma table". Et voilà les serviteurs partis sur les chemins pour rassembleer tous les exclus, les laissés pour compte, les malades, ceux qui ne paient pas de mine mais dont le coeur prend toute la place dans leur poitrine.

Ce maître s'est donné beaucoup de mal pour organiser ce repas car le Royaume est ouvert à tous, quel que soit son état.Nous avons seulement à répondre. Mais c'est vrai que la réponse engage.

 


Lundi 6 novembre 2023

L'invité surprise

Lc. 14, 12-14

 

Aujourd'hui Jésus nous invite à ne pas convier nos amis, parents et alliés lorsque nous donnons un repas.

Un peu difficile à respecter car si nous donnons une fête, c'est en général pour nous réjouir avec ceux que l'on aime, que l'on connaît. Alors, que faire ?

Je ne pense pas que Jésus nous invite à nous couper de toute relation amicale ou familiale, comme lorsqu'il nous invite à quitter les parents pour le préférer. Il s'agit de mettre les choses dans le bon ordre : tout amour, tout invitation, si cela est fait dans le but d'un retour, ce n'est pas une bonne attitude. Jésus nous invite à la gratuité. Dans cette gratuité, nous recevrons un invité surprise que nous n'attendons pas et qui pourtant ne peut se manifester que si nous sommes libres de tout calcul intérieur.

 


Dimanche 5 novembre 2023

Le serviteur

Mt. 23, 1-12

 

Nous retrouvons Jésus au milieu de cette polémique avec les pharisiens et les scribes: qui est le plus grand? qui prendra la première place? qui se fera appelé maître?

Et Jésus nous donne la feuille de route: ne faîtes pas comme ceux qui font peser de lourds fardeaux sur le dos des autres, mais ne lèvent pas le petit doigt. C'est à prendre au sens propre et au sens figuré. Porter les charges, c'est bon pour le serviteur; l'ascèse et la pénitence c'est pour ceux qui déjà ne mangent pas à leur faim.

Mais Jésus nous dit : le serviteur a la meilleure place. Donc, n'hésitons pas à nous faire serviteur de tous, à partager entre tous le peu que nous avons, ce qui nous empêchera de dominer les autres et de les charger de ce qu'ils ne peuvent pas porter. Mais par contre ils pourront vivre pour louer le Seigneur.

 


Samedi 4 novembre 2023

Mon ami

Lc. 14, 1.7-11

 

Être appelé "mon ami" par Jésus est vraiment une grâce qu'il nous faut apprécier de près. C'est ce qui arrive à l'homme qui n'a pas d'ambition personnelle, si ce n'est celle de s'asseoir à la table du Christ et de partager le repas avec lui.

Quand Jésus nous dit : " tout homme qui s'élève sera abaissé et celui qui s'abaisse sera élevé." cela ne veut pas dire autre chose que la première et la dernière place sont déjà prises. Elles sont prises par une seule personne qui est l'alpha et l'oméga tout à la fois : le plus grand et le plus bas, c'est-à-dire le Christ lui-même.

Alors, laissons-le nous appeler "mon ami et restons à notre place de serviteurs. C'est là qu'il nous rencontrera.

 


Vendredi 3 novembre 2023

Charité et sabbat

Lc. 14, 1-6

 

Une fois de plus Jésus, par ses questions, surprend ses auditeurs. Pourtant, il s'est rendu chez un pharisien, un homme de loi. Jésus n'hésite pas à faire de certains d'entre eux ses amis et à se laisser nourrir par eux.

Mais en même temps, il les provoque : "Ai-je le droit de guérir le jour du sabbat"? Provocation  et dans le même mouvement il les accule dans leurs propres contradictions, au point qu'ils ne peuvent répondre.

Cependant Jésus continue sa route d'amour et guérit ce malade, quoiqu'ils en pensent. Et une deuxième fois dans ce bref épisode, les pharisiens ne savent que dire.

Dans l'espérance, osons penser que cela aura fait réfléchir quelques uns d'entre eux. Qu'ils auront pu comprendre par le coeur que charité et sabbat ne s'opposent pas mais au contraire se donnent vie mutuellement.

 


Jeudi 2 novembre 2023

Les humbles de  Dieu

Mt. 11, 25-30

 

Aujourd'hui, commémoration des défunts.

Selon l'évangile, c'est la fête des tout petits.

Oui, on fête tous ceux qui n'ont jamais fait parler d'eux et qui pourtant sont à l'origine de tous les bonheurs qui existent sur terre. Sans ces personnes inconnues, petites, humbles, cachées, qui travaillent dans l'ombre sans attendre de gloire, de reconnaissance ou d'amitié, le royaume de Dieu ne serait pas aussi attrayant. C'est eux qui nous ouvrent la route de l'amour parce qu'ils en ont fait l'expérience et qu'ils ont su, voulu la vivre jusqu'à la fin.

J'aime à penser qu'ils sont "les petites mains de Dieu", comme on parlait autrefois des petites mains de la couture. Une vocation qui donne envie de la vivre.

 


 

Mercredi 1er novembre 2023

Les petites mains de  Dieu

Mt. 11, 25-30

 

Aujourd'hui, fête de tous les saints.

Selon l'évangile, c'est la fête des tout petits.

Oui, on fête tous ceux qui n'ont jamais fait parler d'eux et qui pourtant sont à l'origine de tous les bonheurs qui existent sur terre. Sans ces personnes inconnues, petites, humbles, cachées, qui travaillent dans l'ombre sans attendre de gloire, de reconnaissance ou d'amitié, le royaume de Dieu ne serait pas aussi attrayant. C'est eux qui nous ouvrent la route de l'amour parce qu'ils en ont fait l'expérience et qu'ils ont su, voulu la vivre jusqu'à la fin.

J'aime à penser qu'ils sont "les petites mains de Dieu", comme on parlait autrefois des petites mains de la couture. Une vocation qui donne envie de la vivre.

 


Mardi 31 octobre 2023

Moutarde et levain

Lc. 13, 18-21

 

Les comparaisons employées par Jésus pour décrire le Royaume de Dieu sont osées, et peut-être peu compréhensibles. En effet, comparer le Royaume de Dieu à une graine de moutard ou à du levain dans la pâte, c'est-à-dire à ce qui est le plus petit et ne se voit pas, risque d'être mal compris. La tendance est tellement aux honneurs, à la gloire, au paraître que de vouloir devenir un habitant du Royaume de Dieu, c'est-à-dire humble, caché, sans reconnaissance publique, relève du parcours du combattant, de l'utopie ou tout simplement de l'inconscience, pour beaucoup de personnes aujourd'hui. Et pourtant ce Royaume des Cieux, le plus petit que l'on ne voit pas, est le lieu où l'amour peut se développer, s'étendre au mieux. Alors, n'hésitons pas dans nos choix.

 


Lundi 30 octobre 2023

Loi ou charité

Lc. 13, 10-17

 

Aujourd'hui, Jésus est en butte aux controverses des "docteurs de la loi" qui donnent priorité à la loi avant les personnes.

Et Jésus ose d'opposer à eux en leur rappelant que la personne est première. Il va jusqu'à leur reprocher qu'ils soignent mieux leurs animaux que les personnes.

Dur à entendre pour les scribes, mais par contre la foule est enthousiaste.

La priorité donnée à l'amour, à la charité, n'est pas accessoire. A nous de nous en souvenir lorsque nous fuyons nos responsabilités et nous cachons derrière la loi.

 


Dimanche 29 octobre 2023

 

Au cœur de la bible

 

Mt 22, 34-40

 

Mettre à l’épreuve les données d’un article scientifique,

la divergence d’interprétations des exégètes sur tel verset biblique,

avec la conscience éveillée et ouverte

de qui cherche à vivre selon l’esprit et non la lettre.

 

Tout cela peut conduire à des transformations intérieures

suscitées par des rencontres en vérité, des lectures…

 

Avoir l’esprit libre de trop de préjugés, suspicion et naïveté.

C’est ainsi que les pharisiens auraient pu accueillir

le Règne de Dieu que leur offrait Jésus .

 

Puissions-nous ce dimanche accueillir

la Parole et recevoir le Pain

pour notre salut et pour les conversions

qui nous donneront la vie en abondance.

 


Samedi 28 octobre 2023

 

Parler et guérir

 

Lc 6, 12-19

 

Enseigner et libérer des maladies et des emprises,

voilà la mission accomplie par Jésus au début de sa vie publique.

Cette mission, il l’exerce collectivement

en choisissant 12 apôtres pour être avec lui.

Tous différents pour réaliser ensemble une même mission.

 

Si nous poursuivons aujourd’hui

cette mission évangélisatrice,  avec nos différences assumées,

nous sommes préservés de la dépendance

d’une seule et même personne en nous sentant corresponsables.

Est-ce le chemin de la synodalité qui se cherche si bien ?

 

Pourrons-nous en ce jour, accueillir les autres

et y reconnaître le visage du crucifié-ressuscité,

celui qui ne cesse de nous envoyer en son nom ?

 


Vendredi  27 octobre  2023

Interprétation libre

Lc 6, 12-19

 

Sous le coup du réchauffement climatique,

divers indices sont dans le rouge.

Ils nous invitent à une transition énergétique

et à un passage à une nouvelle ère, celle de la post-croissance.

Nous pouvons nous sentir individuellement démunis

et collectivement créatifs et responsables.

 

En se laissant éclairer par l’évangile,

nous pourrons exercer notre jugement

et surtout dialoguer avec nos contradicteurs :

« quand tu vas avec ton adversaire devant le magistrat,

pendant que tu es en chemin mets tout en œuvre 

pour t’arranger avec lui. »

 

Conciliation, réconciliation, convivialité, fraternité ;

voilà le beau chemin de vérité à rechercher sans cesse.

 


Jeudi 26 octobre 2023

 

Séparations

heureuses ou douloureuses

 

Lc 12 ,49-53

 

Les familles qui aujourd’hui sont

russo-ukrainiennes ou israélo-palestiniennes

vivent plus douloureusement encore que d’autres

les conflits territoriaux en cours.

Mais ils peuvent sans doute être portés

grâce à l’amour intrafamilial.

 

Dans l’évangile, aimer Jésus a plutôt un effet séparateur.

Face au Christ, il s’agit de se décider

et ceci conduit à nous distinguer des influences,

voire des emprises de notre famille.

 

Le feu de l’Esprit Saint rend Jésus libre

et impatient d’accomplir sa mission.

Ce même feu accueilli nous libère de certains déterminismes

pour une vie de disciple missionnaire.

 


Mercredi 25 octobre 2023

Haut potentiel

Lc 12, 39-48

 

Aujourd’hui, chacun est en quête de l’expression de son potentiel.

Les détecteurs de talents eux, cherchent les PDG

aptes à gérer des entreprises

avec le défi d’une croissance du chiffre d’affaires !

 

La pointe de l’évangile de ce jour donne à penser :

« A qui l’on a beaucoup donné, on demandera beaucoup. »

Nos talents, nos potentialités nous sont donnés

et agir dans ce don implique de donner en proportion.

 

En reconnaissant le don de Dieu, une part de sa divine générosité

passera par nous avec notre consentement

et nos responsabilités bien assumées.

 


Mardi 24 octobre 2023

 

Vivre en mode veille

 

Lc 12, 35-38

 

L’évangile de ce jour ne félicite pas les insomniaques

mais promeut la vigilance du cœur :

-Garder son cœur ouvert pour aimer

dès que l’occasion se présente.

-Guetter tout au fond de soi

une Présence qui remplit d’amour.

-Être prêt à aimer Dieu, son prochain et soi-même,

quelles que soient les circonstances,

avec le coeur en mode veille.

-Attendre une rencontre du Seigneur

toujours possible mais imprévisible.

 

Puisse cette invitation évangélique

porter des fruits en nos vies !

 


Lundi 23 octobre 2023

 

Rentier du Bon Dieu

 

Lc 12, 13-21

 

Le principe de la distribution universelle des biens

fait partie de la doctrine sociale de l’Eglise.

Le propriétaire d’une immense récolte

qui accumule tout pour lui-même

au lieu d’être riche en vue de Dieu

est l’avidité personnifiée !

Mais le bon sens commun nous l’assure :

il n’emportera rien au paradis !

 

Dès lors, partageons, faisons circuler nos biens,

même les céréales ukrainiennes

ou l'aide humanitaire partout où cela est nécessaire.

Voilà ce qui est juste et bon selon Dieu

qui s’est fait pauvre pour nous enrichir de sa pauvreté.

 


Dimanche 22 octobre 2023

 

Déjouer les questions perverses

 

Mt 22, 15-21

 

Le pervers est flatteur pour mieux exercer

son emprise sur sa proie.

Les éloges des pharisiens sur la droiture de Jésus

sont de ce type :

« Tu es toujours vrai et tu enseignes le chemin de Dieu en vérité ;

tu ne te laisses  influencer par personne,

car ce n’est pas selon l’apparence que tu considères les gens. »

 

En ne se laissant pas influencer par les hypocrites qu’ils sont,

Jésus va justement « leur renvoyer la balle » !

 

Faire la vérité  face à Dieu,

à l’écoute de sa conscience, voilà le bon chemin.

Si nous l’empruntons, notre jugement a des chances d’être impartial

et de ne pas se fier seulement aux apparences.

 

Est-ce que nous rendons à Dieu ce qui est à lui ?

Alors nous pourrons nous joindre à la louange

de saint François :

« Toi Dieu qui seul est bon,

Tu es tout bien,

Tu es le bien total

et de toi procèdent tous les biens. »

 


Samedi 21 octobre 2023

L’ici et maintenant

Lc 12, 8-12

 

Entre un passé d’abondance, un présent de sobriété et un avenir incertain,

l’angoisse sévit parmi les occidentaux avertis.

L’évangile de ce jour avertit les croyants qu’ils doivent s’attendre

à des persécutions, contradictions

et aujourd’hui, une indifférence empreinte d’ironie.

 

Me revient en mémoire une chanson de Julos Beaucarne :

« Je fréquente le Christ dans la lumière blanche.

Il est si mal noté par ses amis, ses ennemis, par tous les autres,

que je n’ose sortir avec lui le dimanche. »

 

Dire ou ne pas dire notre foi en Christ serait pardonnable.

Dire que nous parlons selon l’Esprit de Dieu

alors que seuls nos intérêts humains sont en jeu

voilà l’impardonnable.

Faisons la vérité en agissant selon notre conscience

et à l’écoute de l’Esprit du Seigneur murmurant au fond de nos coeurs.

Cet Esprit nous est donné au temps opportun.

En son écoute, notre journée peut se passer en confiance

dans l’ici et maintenant.


Vendredi 20 octobre 2023

Plus qu’une multitude de moineaux

Luc 12, 1-7

 

En notre 21ème siècle, en Europe,

le nombre de moineaux diminue fortement

tout comme le nombre des disciples de Jésus d’ailleurs.

Nos modes de vie consuméristes peuvent être incriminés

dans les deux cas.

L’évangile nous rassure :

ni les moineaux ni les disciples que nous sommes

ne sont oubliés au regard de Dieu.

Et si les moineaux sont importants combien plus les humains

créés à l’image et à la ressemblance de Dieu le sont-ils !

 

Pour croître en confiance en la présence de Dieu à nos côtés,

Jésus préconise une vie sans hypocrisie,

avec la droiture et l’authenticité qui le caractérise,

lui qui est pour nous « le chemin, la vérité, la vie. »


Jeudi 19 octobre 2023

Harcèlement

Lc 11, 47-53

 

Sur les réseaux sociaux, les adolescents risquent toujours

de se faire harceler par des élèves de leur classe.

Cette emprise est un véritable fléau dans notre société.

D’où les recherches éducatives pour former

chacun et chacune au respect de la dignité d’autrui.

 

Dans l’évangile de ce jour, nous assistons

à du harcèlement en présentiel.

Le comportement des pharisiens et des scribes

fait barrière à la grâce de Dieu pour eux-mêmes

comme pour ceux qu’ils enseignent.

Jésus s’en insurge avec une divine miséricorde.

Après les avoir dénoncés, il ose dire :

« Quel malheur pour vous ! »

 

Prions pour que les relations sociales

évoluent hors harcèlement

par toutes les prises de conscience

et les changements de comportement nécessaires.


 

Mercredi 18 octobre 2023

Une mission pacificatrice

Lc 10, 1-9

 

Alors qu’un synode sur l’avenir de l’Eglise catholique est en cours,

il est de bon ton dans notre Eglise de considérer

que tous les chrétiens et les chrétiennes sont des disciples-missionnaires.

 

Saint Luc que nous fêtons en ce jour nous présente

dans son évangile, une mission de 72 disciples.

Cette mission n’est pas idyllique mais elle peut devenir source de paix :

- la pauvreté matérielle des missionnaires implique

qu’ils deviennent des hôtes apportant leur paix à qui les accueille.

-en cas de non recevoir, partir en toute humilité

toujours accompagnés en esprit par le Seigneur,

celui qui nous rend forts et pacifiques.

- goûter cette proximité du Seigneur pour chacun de nous,

tel est le cœur du message à annoncer.

 

Puissions-nous en ce jour de fête ressentir cette proximité

du Seigneur à notre vie et en témoigner humblement !

 


Mardi 17 octobre 2023

Invités pour le repas

Lc 11, 37-43

 

La bienséance nécessite pour les invités

l’appréciation de ce qui leur est offert.

De nos jours, ce n’est pas simple pour une maîtresse de maison

d’accueillir ensemble, flexitariens, végétariens, végans

et personnes souffrant d’allergies alimentaires variées.

 

Au temps de Jésus, ce sont les rites de purifications

très contraignants qui s’imposent.

Mais pour Jésus, ce qui compte ce n’est pas la logique du pur/impur

mais celle du juste/injuste.

En d’autres termes, il insiste sur la pratique de l’aumône,

soit la charité qui est aussi justice envers

les plus démunis de nos frères et sœurs en humanité.

Cet amour-là rend purs les objets, les aliments et les personnes.

 

Est-ce qu’au quotidien, l’hygiène de la morale nous importe ?

 


Lundi 16 octobre 2023

Détecteur

Lc 11, 29-32

 

Le détecteur de mouvements permet

d’éclairer un couloir sombre pour y passer.

Comment détecter les signes

de la présence du Christ à nos côtés au fil du quotidien ?

Serait-ce par une ouverture du cœur à la parole d’évangile méditée,

par ces petites lumières qui soudain éclairent notre esprit  ?

 

Les signes sont à recevoir d’autrui et du monde.

Seules notre foi, notre espérance et notre charité vont  les authentifier.

Alors commencera un chemin de conversion.

 

Béni sois-tu Seigneur pour ta Parole qui nous éclaire.

 


 

 

28e Dimanche A  – 15 octobre 2023 –

S'offrir au bonheur de Dieu

Isaïe 25,6-10/Philippiens 4,12-20/Matthieu 22,1-14

 

 

Magnificence de Dieu révélée par Isaïe : 

« Le Seigneur de l’univers préparera pour tous les peuples

un festin... Il fera disparaître le voile de deuil qui enveloppe

tous les peuples. Il fera disparaître la mort pour toujours...

Il essuiera les larmes sur tous les visages... Il effacera par

toute la terre l’humiliation de son peuple. »

 

Paul ajoute : « Je peux tout en Celui qui me donne la force !

Mais vous avez bien fait de vous montrer solidaires quand

j’étais dans la gêne. Et mon Dieu comblera tous vos besoins

selon sa richesse, magnifiquement, dans le Christ Jésus. »

 

C’est que Jésus a superbement évoqué cette générosité

de Dieu : « Le royaume des cieux est comparable à un roi qui

célébra les noces de son Fils ». Il invita largement, mais ne rencontra

que refus ou indifférence. Il invita plus largement encore, mais là

aussi se heurta  à l’inertie, au mutisme de celui qui ne voulait même

pas de la tenue de noce offerte gratuitement. Que faire pour Dieu ?

Rien devant notre liberté...

 

Mais pourtant, la salle de noce sera remplie de convives, pour

la joie de Dieu et de tous.  

En serons-nous ?

 


Samedi 14 octobre 2023

Discerner la présence de Dieu

Joël 4,12-21/Luc 11,27-28

 

 

Le prophète Joël annonce de terribles épreuves :

« Il est tout proche, le jour du Seigneur dans la

vallée du Jugement ! Le soleil et la lune se sont obscurcis,

les étoiles ont retiré leur clarté. Le ciel et la terre sont

ébranlés, mais le Seigneur est un refuge pour son peuple.

Vous saurez que je suis le Seigneur votre Dieu !

Jérusalem sera un lieu saint... Il y aura toujours des habitants,

de génération en génération... et le Seigneur aura sa demeure

en Sion. »

 

« Heureux ceux qui écoutent la parole de Dieu, et qui la gardent »

dit Jésus.

 

Elle est vie et salut pour tous les temps.

 


Vendredi 13 octobre 2023

Face au danger

Joël 1,13-15 ;2,1-2/Luc 11,15-26

 

 

Le prophète appelle à une conversion radicale :

Jeûne, prière...Le danger est proche :

« Voici venir le jour du Seigneur,

jour de ténèbres et d’obscurité ! Comme la nuit qui

envahit les montagnes, voici un peuple nombreux et fort ! »

 

Jésus est aux prises avec les démons qui nous habitent,

et voici qu’il est lui-même accusé d’être au service du chef des démons...

Mais Jésus résiste et questionne... Qui est le plus fort ?

« Celui qui n’est pas avec moi est contre moi,

celui qui ne rassemble pas avec moi disperse... »

L’esprit impur n’est jamais en repos, et il peut revenir

plus fort dans la maison d’où il est sorti !  

 

Alors, soyons vigilants, et sachons à quel Maître

nous appartenons ! Pour la vie ou la mort ?

 


Jeudi 12 octobre 2023

Quel sens a notre vie ?

Malachie 3,13-20/Luc 11,5-13

 

 

« Vous avez contre moi des paroles dures, dit le Seigneur :

Servir Dieu n’a pas de sens  A quoi bon ? Nous en venons à

dire bienheureux les arrogants, même ceux qui font le mal

sont prospères...

Mais en faveur de ceux qui le craignent et ont le souci de

son Nom, le Seigneur déclara : Ils seront mon domaine particulier

pour le jour que je prépare, brûlant comme la fournaise.

Vous verrez de nouveau qu’il y a une différence entre le juste

et le méchant. Tous ceux qui commettent l’impiété seront de la paille.

Le jour qui vient ne leur laissera ni racine ni branche. Mais pour vous,

le Soleil de justice se lèvera : il apportera la guérison dans son

rayonnement. »

Où nous situons-nous ?

 

Les paroles de Jésus sont un encouragement :

« Quiconque demande reçoit ; qui cherche trouve ; à qui frappe,

on ouvrira... Si vous savez donner de bonnes choses à vos enfants,

combien plus le Père du ciel donnera-t-il l’Esprit Saint à ceux ui

le lui demandent ! »

Cela suppose de notre part confiance envers Dieu, simplicité,

courage et persévérance.

 


 

Mercredi 11 octobre 2023

Dieu est miséricorde

Jonas 4,1-11/ Luc 11,1-4

 

 

« Quand Jonas vit que Dieu pardonnait aux gens de Ninive,

il se mit en colère et fit cette prière : Seigneur, prends ma vie.

Mieux vaut pour moi mourir que vivre !

Le Seigneur lui répliqua : Comment n’aurais-je pas pitié de

Ninive où, sans compter une foule d’animaux, il y a  plus de

cent vingt mille êtres humains qui ne distinguent pas encore

leur droite de leur gauche ? »

 

Le prophète Jonas fait monter vers Dieu une prière de  colère

et de mort... Jésus nous apprend à prier autrement :

« Père, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne.

Donne-nous le pain dont nous avons besoin pur chaque jour.

Pardonne-nous nos péchés, car nous-mêmes nous pardonnons

aussi à tous ceux qui ont des torts envers nous.

Et ne nous laisse pas entrer en tentation... »

 

Comment prions-nous ?

 


Mardi 10 octobre 2023

Ecouter la Parole

Jonas 3, 1-10/Luc 10,38-42

 

 

Jonas, envoyé à Ninive, annonce de la part du Seigneur :

« Encore 40 jours, et Ninive sera détruite ! »

Les gens de Ninive crurent en Dieu, et le roi fit proclamer :

« Hommes et bêtes ne mangeront pas et ne boiront pas,

on criera vers Dieu de toute sa force, chacun se détournera

de sa conduite mauvaise et de ses actes de violence. Qui sait

si Dieu ne se ravisera pas... 

En voyant leur réaction, et comment ils se détournaient

de leur conduite mauvaise, Dieu renonça au châtiment dont

il les avait menacés. »

 

La Parole de Dieu est efficace et porteuse de vie.

 

L’évangile nous en donne un autre exemple, plus modeste :

« Marie, s’étant assise aux pieds du Seigneur, écoutait sa

Parole... » Et Jésus en fait l’éloge :

« Marie a choisi la meilleure part, elle ne lui sera pas enlevée. »

 

Essayons-nous de vivre la Parole de Dieu au quotidien ?

 


 

Lundi 9 octobre 2023

Amour de Dieu et du prochain

Jonas 1,1 à 2,11/Luc 10, 25-37

 

 

Nous avons aujourd’hui un large commentaire de

ce grand et double commandement de vie :

 

Le prophète Jonas envoyé par Dieu à Ninive, s’enfuit

dans la direction inverse et suscite une terrible tempête.

Reconnaissant sa faute, il est jeté à la mer et avalé par un

gros poisson (qui le rejettera dans la bonne direction)

tandis que la tempête se calme... Humour et sagesse pour

« apprendre Dieu. »

Jésus interrogé :  Qui est mon prochain ? évoque l’histoire

d’un homme de bonté (hérétique) qui secourt un blessé,

tandis que prêtre et lévite de passage, s’étaient écartés de lui.

Conclusion :

« Qui a été le prochain de l’homme tombé aux mains des bandits ?

Celui qui a fait preuve de pitié envers lui.

Va, et toi aussi, fais de même ! »


Dimanche 8 octobre 2023 – 27° Dimanche A - 

Une vigne décevante

Isaïe 5, 1-7/Philippiens 4,6-9/Mat. 21,33-43

 

 

Nous sommes dans le registre des paraboles,

qui, à travers des images fortes, nous délivrent

un message important :

« Je veux chanter pour mon ami le chant du

bien-aimé à sa vigne... »

Et Dieu parle : « Pouvais-je faire pour ma vigne

plus que je n’ai fait ? J’attendais de beaux raisins,

pourquoi en a-t-elle donné de mauvais ?

La vigne du Seigneur de l’univers, c’est la maison d’Israël ! »

 

Jésus reprend cette image de la vigne, mais cette fois,

il s’y ajoute de la violence : « Les vignerons se saisirent

des serviteurs, frappèrent l’un, tuèrent l’autre, lapidèrent

le troisième... Voyant le fils, ils se dirent : Voici l’héritier,

tuons-le, nous aurons son héritage... »

Il donne le sens de ce massacre : « Le Royaume de  Dieu

vous sera enlevé pour être donné à une nation qui lui

fera produire ses fruits. »

Lui, le Fils de Dieu, fait ainsi l’annonce de sa passion,

sa mort, sa résurrection, et du don de l’Esprit pour

toutes les nations.

 


 

Samedi 7 octobre 2023

Notre Dame du Rosaire

Actes 1, 12-14/Luc 1, 26-36

 

 

Si nous retrouvons dans la première lecture

de ce jour, au chapitre 1 des Actes des apôtres,

ces mêmes  apôtres réunis et assidus à la prière

« avec des femmes, avec Marie, le mère de Jésus,

et avec ses frères... »  on peut se demander de quoi

était faite cette prière ?

Peut-être une relecture de tous les évènements

passés, vécus avec Jésus... Peut-être l’attente croyante

d’un événement annoncé par Jésus, un appel, un désir...

 

L’évangile nous relate l’annonce faite à Marie, qui l’a

lancée sur un chemin de foi, d’espérance et d’amour.

 

La prière du rosaire est cette mémoire vivante de

l’œuvre de l’Esprit en nous comme en Marie, pour

une actualisation incessante et progressive de l’Alliance

de Dieu avec les hommes, les femmes de tous les temps.

Nous en sommes un maillon indispensable !

 


Vendredi 6 octobre 2023

Confession et avertissement

Baruc 1,15-22/Luc 10,13-16

 

 

« Au Seigneur notre Dieu appartient la justice,

mais à nous la honte sur le visage... Nous n’avons

pas écouté la voix du Seigneur... Aussi, le malheur

s’est attaché à nous... Chacun de nous, à travers les

pensées de son cœur mauvais, est allé servir d’autres

dieux et faire ce qui est mal aux yeux du Seigneur

notre Dieu. »

 

Tel est le constat du prophète Baruc...

 

Aux yeux de Jésus, ce n’est pas mieux en son temps :

 

« Si les miracles qui ont eu lieu chez vous avaient

eu lieu à Tyr et à Sidon, il y a longtemps que leurs

habitants auraient fait pénitence !

Celui qui vous écoute m’écoute ; celui qui vous

rejette me rejette, et celui qui me rejette rejette Celui

qui m’a envoyé ! »

Et pour nous aujourd’hui ?

 


 

Jeudi 5 octobre 2023

Annoncer la parole

Néhémie 8,1-12/Luc 10,1-12

 

 

« En ces jours-là, tout le peuple se rassembla, on demanda

au scribe Esdras d’apporter le livre de la loi de Moïse, que

le Seigneur avait prescrite à Israël. Esdras fit la lecture en

présence de l’assemblée depuis le lever du jour jusqu’à midi.

Quand il ouvrit le livre, tout le monde se mit debout. Esdras

lisait un passage, puis les lévites traduisaient, donnaient le

sens et l’on pouvait comprendre. Ils pleuraient tous en entendant

les paroles de la Loi. Mais  Esdras leur dit : Ne vous affligez pas :

la joie du Seigneur est votre rempart ! »

 

C’est le renouvellement de l’Alliance avec Dieu pour le peuple

d’Israël après l’exil...

 

Quand Jésus envoie ses disciples annoncer la Bonne Nouvelle,

il leur dit : « Priez... ne portes ni bourse, ni sac, ni sandales. Dans

toute maison où vous entrerez, dites d’abord : Paix à cette maison !

Le règne de Dieu s’est approché de vous ! »

 

Sommes-nous à l’écoute de cette Parole de Dieu toujours

vivifiante ?

 


Mercredi 4 octobre 2023

Fête de saint François

Galates 6, 14-18/Matthieu 11, 25-30

 

 

Comme l’apôtre Paul, François peut s’écrier :

« Que la croix de notre Seigneur jésus Christ

reste ma seule fierté ! »

Cette croix qui lui a parlé en la petite Église de

Saint-Damien à Assise, et lui a révélé sa mission...

Cette croix qui s’est imprimée dans sa chair à l’

Alverne, le configurant plus totalement au Christ :

« Que personne ne vienne me tourmenter, car je

porte dans mon cœur les marques des souffrances

du Christ ».

François stigmatisé a reçu aussi le don de

la joie : « Tu es le seul saint, Seigneur Dieu, Toi qui

fais des merveilles ! »

Avec Jésus, appelant à lui tous

ceux qui peinaient, il est pleinement entré avec toute

la création dans le mystère d’amour de Dieu Père,

Fils et Saint Esprit : « Louez et bénissez mon Seigneur,

rendez-lui grâce et servez-le, en grande humilité ! »

 


Mardi 3 octobre 2023

Dieu ne pense pas comme nous

Zacharie 8,20-23/Luc 9, 51-56

 

 

Vision surprenante du prophète : « Des peuples nombreux

viendront à Jérusalem chercher le Seigneur de l’univers.

En ce jour-là, dix hommes de toute langue saisiront un juif

par son vêtement et lui diront : Nous voulons aller avec vous,

car nous avons appris que Dieu est avec vous ! »

Quelle sera la réponse ?

 

Devant le refus des samaritains de recevoir Jésus et ses

disciples qui se dirigent vers Jérusalem, Jacques et Jean

s’exclament : « Veux-tu que nous ordonnions qu’un feu tombe

du ciel et les détruisent ? »  Mais Jésus les réprimanda...

Puis ils partirent pour un autre village.

 

Pas de violence ni d’exclusivisme pour les disciples du Christ !

 


 

Lundi 2 octobre 2023

Fête des Anges gardiens

Exode 23,20-23/Mat.18, 1-5.10

 

 

La Bible parle souvent de ces être spirituels,

mystérieux, souvent chargés par Dieu de mission

envers les hommes, mais avant tout au service de

la louange et de l‘adoration envers le Très-Haut.

La liturgie de ce jour nous en donne deux exemples :

Dieu parle ainsi à son peuple en exode :

« Je vais envoyer un ange devant toi pour te garder

en chemin et te faire parvenir au lieu que je t’ai préparé.

Respecte sa présence, écoute sa voix. Ne lui résiste pas ! »

 

Plus proche de nous, voici ce que dit Jésus, en réponse aux

questions de ses disciples : « Qui donc est le plus grand dans

le Royaume des cieux ? »

« Celui qui se fera petit comme un enfant, celui-là est le plus

grand dans le Royaume des Cieux... Gardez-vous de mépriser

un seul de ces petits, car leurs anges dans les cieux voient

sans cesse la face de mon Père qui est aux cieux. »

Contemplation permanente des anges, et présence attentionnée

auprès de chacun d’entre nous.

Savons-nous reconnaître notre ange gardien ?

 


Dimanche 1er octobre 2023

Liberté d'un oui

Mt 21, 28-32

 

Jésus nous met en garde afin de ne pas juger sur les apparences et les belles paroles. Il nous invite aussi à la cohérence entre nos paroles et nos actes, nos comportements.

Plus profondément, il nous met en garde contre le risque et le danger de se croire juste.
Car rien de tel pour devenir aveugle sur soi-même, pour se forger un personnage, pour s'éloigner de la droiture et de la clarté.

Rien de tel pour s'empêcher de devenir soi-même et de développer notre personnalité avec ses failles et ses ressources.
Dieu ne désire pas des clones ni de bons petits soldats, ni des statues sans tâche !

Il veut des hommes et des femmes debout, libres, uniques

et alors, nous aurons la joie d'aller travailler à sa vigne, d'y apporter notre contribution unqiue et irremplaçable.

 


Samedi 30 septembre 2023

prêt à porter ou kit ?

Luc 9, 43b-45

 

Jésus, encore une fois, nous étonne !

Voilà qu'il fait un tabac monstre ! "Tout le monde était dans l'admiration devant tout ce qu'il faisait."

Les sondages le désigneraient au top des intentions de vote !

ou au hit parade des stars en vogue !

C'est le moment de "capitaliser" sa popularité !...

... Et plaf ! Voilà qu'il annonce à ses disciples qu'il "va être livré aux mains des hommes"

"Mais les disciples ne comprennaient pas cette parole "

Ça c'est sûr ! son attitude est aux antipodes de nos désirs de puissance et de gloire (y compris quand c'est pour la "bonne cause" !)

Pourtant, quelque part, cette annonce dramatique est une bonne nouvelle, en ce sens que cela prouve qu'il n'est pas comme les gourous, ou les vendeurs de bonheur bisounours, ou les pros du développement personnel offrant un bonheur en kit !...

Il est un vrai prophète, le Fils de Dieu, qui ouvre le chemin de vie sans nous cacher que celui-ci traverse les épreuves et la mort... là est son triomphe !...

 


Vendredi 29 septembre 2023

Quel bel a priori !

Jn 1, 47-51

 

Comme c'est bouleversant, ce regard de Jésus sur Nathanaël ! Il le comprend si bien dès l'instant de leur rencontre , que Nathanaël se retrouve connu, reconnu par lui... et accède lui-même à une vraie connnaissance de Jésus !

Tant de fois, nous croyons connaître les autres ou les autres croient nous connaître. Et nous ne nous reconnaissons pas dans le regard que l'autre porte sur nous. Cela devient des étiquettes indécollables qui parasitent toute vraie rencontre. La relation s'en trouve impossible, bloquée, non ajustée !

Si le regard de Jésus rejoint si bien Nathanaël dans la vérité de son être, c'est parce qu'il est mû par l'amour, par un a priori bienveillant.

 


Jeudi 28 septembre 2023

Quelle curiosité ?

Luc 9, 7-9

 

Le roi Hérode, qui est jaloux de son pouvoir, fait l'expérience de ne pas tout savoir ! Il a éliminé un prophète !... Et voici qu'un autre surgit !... Et il ne sait pas qui il est !

Qu'est-ce qui motive sa curiosité ?

Aurait-il peur d'un simple va-nu-pieds parce que celui-ci sait parler aux foules ?!...

Pourquoi cherche-t-il à le voir ?!

Va-t-il continuer à supprimer tous les gêneurs ?...
... ou se laisser toucher par sa parole ?

Et nous ? Comment réagissons-nous lorsque quelqu'un nous surprend, nous interpelle, nous déstabilise ?...

 


Mercredi 27 septembre 2023

Job du chrétien

Luc 9, 1-6

 

À la suite des Douze, Jésus nous donne "pouvoir et autorité sur tous les démons", de "faire des guérisons", de "proclamer le règne de Dieu".

C'est à nous de faire le job !

Notre prière ne sera exaucée que si nous nous retroussons les manches pour aider le Christ à déployer ses forces de vie et d'amour à travers nous et autour de nous.

Pour cela, nous devons rester dans une attitude de pauvre, d'accueil, de mendiant qui dépend d'autrui.

Il ne s'agit surtout pas d'aller en conquérant vers les gens !

Ceux-ci ne pourront recevoir la Bonne Nouvelle que si nous suscitons de leur part le besoin de le vivre, et que nous reconnaissons le Christ déjà présent au milieu de nous, au cœur de notre rencontre avec eux.

 


Mardi 26 septembre 2023

Large regard

Luc 8, 19-21

 

Jésus ne reste pas cloisonné dans sa famille de chair et de sang. Il ouvre une fraternité plus vaste. Il ne réduit pas Marie, sa mère, à sa maternité. Pour lui, la femme n'est pas considérée sous le seul angle de son rôle d'épouse et de mère. Son identité profonde s'exprime dans une attitude de disciple écoutant la Parole de Dieu, la Parole de Vie, et la vivant.

Il en va de même pour ses "frères". Une identité plus forte, plus profonde que le sang ou la nationalité est à l'origine de cette fraternité.
Une identité qui s'enracine et se construit dans une écoute commune de la Vie.

 


Lundi 25 septembre 2023

Au-delà des apparences...

Luc 8, 16-18

 

"Rien n'est caché qui ne doive paraître au grand jour; rien n'est secret qui ne doive être connu et venir au grand jour."

Est-ce à dire que tout doit être étalé sur la place publique ? dans les médias ? sur les réseaux sociaux ?!...

Il me semble qu'il ne faut pas confondre la discrétion indispensable pour le respect de chaque personne et de la paix sociale, avec la dissimulation.
Celle-ci est comme un ver dans le fruit. Même si le ver est caché, des tâches apparaîssent peu à peu et, tôt ou tard, le fruit pourrit, révélant ainsi ce qui l'habite.

Heureusement, pour les beaux secrets, il en va de même. Tôt ou tard, se révèlera le trésor qui habite une personne, une œuvre, une communauté, un peuple...
Invitation à ne pas s'arrêter aux apparences...

 


Dimanche 24 septembre 2023

Quel mauvais comptable !

Mt 20, 1-16

 

Encore une fois, la Parole du Christ nous impressionne par son actualité !

Nous nous interrogeons sur l'opportunité d'un revenu minimum. Des réponses se cherchent : RMI, RSA, allocations diverses... sont en débat.

Certains pointent du doigt d'éventuels profiteurs, d'autres, au contraire, révèlent que beaucoup passent à côté.
Plus profondément, cette parabole dit quelque chose de l'égalité.

Déjà dans la bible, on nous raconte que les hébreux dans le désert recevaient chacun la quantité de manne dont il avait besoin.
L'égalité n'est pas du domaine du donnant-donnant, elle ne se pèse pas, elle n'est pas uniforme.
Elle est indissociable de la fraternité inscrite sur les frontons de nos mairies.

Chacun doit recevoir ce dont il a besoin pour vivre. Ainsi est-il pour tous les besoins à quelque niveau que ce soit. C'est la manière de compter de Dieu !

 


Samedi 23 septembre 2023

pas de tri sélectif !

Luc 8, 4-15

 

Avec cette parabole du semeur qui sème dans toutes les terres, Jésus nous donne une image de son comportement... et de ce qu'il attend de nous, ses disciples...
Il n'a pas d'à priori, de jugement sur ceux et celles qu'il rencontre, sur son auditoire...

Il ne fait pas de tri !

Il s'adresse à tous comme on l'a vu tout au long des lectures de cette semaine : au centurion romain, aux pharisiens, aux publicains, aux pécheurs, aux femmes, à une veuve... et même à son fils mort !!!...

Il sème en abondance sans compter...

... et toute la liberté et la responsabilité reviennent à l'auditoire de préparer sa terre, de la nourrir, de la travailler...

et alors, elle donnera du fruit...
... et en abondance !...

 


Vendredi 22 septembre 2023

Jésus et les femmes

Luc 8, 1-3

 

Voilà que des femmes suivent aussi Jésus ! Ce n'est pas dans la culture de l'époque qu'un rabbi ait des femmes parmi ses disciples ! Une belle preuve de la liberté de Jésus, et de celle de ces femmes !...

De plus, un certains nombre devaient être mises à l'écart de la société du fait de leurs maladies.
Il semble que Jésus les ait guéries. Expérience forte, inédite, qui les a tellement bouleversées qu'elles ont tout quitté pour le suivre, bravant les risques de critiques.
Comme le groupe des apôtres, elles sont, elles aussi, issues de milieux très variés.

Il y avait Marie de Magdala qui devait être assez démunie, du fait de cette exclusion due au fait qu'elle ait été possédée de démons. Il y avait Jeanne, la femme de l'intendant d'Hérode, donc d'un niveau de vie social, économique, politique privilégié... et proche de l'occupant romain.

"et beaucoup d'autres". Ce n'était pas qu'une ou deux femmes un peu originales qui suivaient Jésus, mais "beaucoup" !

Ces femmes servaient Jésus et les apôtres, en prenant sur leurs ressources. Elles mettaient en pratique la prédication de leur maître par le partage de leurs biens et un service concret, annonçant par leur attitude la Bonne Nouvelle. Elles seront les plus fidèles disciples de Jésus en le suivant jusqu'à la croix, lorsque les apôtres auront fui.

 


Jeudi 21 septembre 2023

Pas très clean !

Mt 9, 9-13

 

Qu'est-ce que la sainteté ?

Être parfait sur tous les points ?

Cocher toutes les cases des bonnes prières ? des bonnes mœurs ? de la bonne foi catholique ?!...

Bon, eh bien, ce n'est pas le cas de Saint Matthieu !...
Un voleur de ses semblables sur le dos desquels il s'enrichit impunément !

Un traitre à son peuple qui collabore avec l'occupant !

Un glouton et un ivrogne qui fait des banquets avec les pareils que lui, publicains et pécheurs !...

Mais voilà que cet homme, tel qu'il est, au cœur-même de ce qu'il vit, voilà que Jésus l'appelle "suis-moi !"

... et voilà que cet homme se laisse bouleverser par Jésus et quitte tout pour le suivre.
En Jésus, la sainteté de Dieu a irradié en lui.
Et sa pauvreté a été une porte d'entrée pour Jésus dans ce monde de pécheurs,

pour les inonder de sa lumière...

 


Mercredi 20 septembre 2023

Flûte, alors !

Luc 7, 31-35

 

Oui, nous nous comportons bien souvent comme des gamins, nous qui nous présentons comme des adultes responsables et sérieux !...
Nous sommes tellement drapés dans nos personnages que nous ne nous rendons même pas compte de nos incohérences, de nos ambivalences, de nos propentions à passer d'une rébellion de principe pour nous affirmer, à une attitude de moutons de panurge pour être dans le vent !...

Dans sa sagesse de Dieu, Jésus nous donne une voie pour sortir de cette gaminerie :

être comme des enfants;

laisser vivre en nous l'enfant,

oser danser au son de la flûte et pleurer avec ceux qui pleurent,

oser se laisser toucher par l'autre et communier à ce qui l'habite et qu'il désire partager.

 


Mardi 19 septembre 2023

Contagion de vie

Luc 7, 11-17

 

Jésus, le Fils unique, fait route ave ses disciples et "une grande foule" !

Ils rencontrent une "foule importante" qui accompagne une veuve enterrant son fils unique.

Deux foules se croisent : l'une suit un mort, l'autre suit le Vivant.

C'est alors que la Vie du Fils unique se révèle plus puissante que la mort de ce fils unique : elle lui redonne l'énergie pour "se redresser" et le souffle pour "parler".
Oui, Jésus, "le grand prophète qui s'est levé parmi nous" !

Dans ce geste, il prophétise que Dieu visite son peuple, qu'il le relève de la mort. Et lui, le Fils unique rend ce peuple vivant à Marie,sa Mère et notre Mère.

 


Lundi 18 septembre 2023

Jésus admire

Lc 7,1-10;1Tm2,1-8

 

Paul nous demande de prier pour les chefs d'État et tous ceux qui exercent l'autorité.
Jésus dialogue avec un centurion de l'armée occupante et répond à sa prière.
Oui, notre foi chrétienne nous plonge au cœur du monde, au cœur de nos sociétés telles qu'elles sont.
Elle nous rend toujours plus attentifs à nos contemporains, partie prenante de ce qui se vit, tant au niveau social qu'individuel.
Si nous sommes ancrés dans le Christ Jésus, seul médiateur entre Dieu et les hommes, notre seul maître, nous pourrons reconnaître et encourager l'œuvre de l'Esprit et les germes de la foi. Il ne s'agit pas de naïveté, mais d'un parti-pris de bienveillance et d'un regard de lumière.

 


Dimanche 17 septembre 2023

La patience du pardon

Mt. 18, 21-35

 

Cette parabole du pardon et du remboursement de la dette est difficile.

Car le pardon, ce n'est pas rien et ce n'est surtout pas une petite lessive qui lave plus blanc.

Le pardon est donné gratuitement et il réclame de la patience à celui qui pardonne. Il lui faut attendre que l'offenseur soit prêt à être pardonné, et cela peut demander des années et des années. Pour être prêt à être pardonné, il faut dans un premier temps, reconnaître que l'on a mal agi, et cela n'est pas évident pour tout le monde.

Le pardon ne demande rien en échange et même plus, il donne et redonne la vie.

C'est ce qu'a fait Jésus sur la croix quand il dit :"Père, pardonne-leur ils ne savent pas ce qu'ils font". Oui, Jésus demande au Père de redonner vie aux hommes par le don de sa vie à lui, fils de Dieu.

 


Samedi 16 septembre 2023

Le bon arbre

Lc. 6, 43-49

 

A entendre au premier degré cette parabole de Jésus sur le bon arbre qui donne de bons fruits et le mauvais arbre qui donne de mauvais fruits, on pourrait croire que tout est foutu pour nous car qui pourrait prétendre à être un bon arbre.

Alors on peut se poser la question : c'est quoi un bon arbre ?

Et surtout, y a-t-il plusieurs bons arbres ?

J'ai envie de répondre par la négative : il n'y a qu'un seul bon arbre, c'est Jésus, fils de Dieu et fils d'homme. Et donc il est le seul à donner de bons fruits.

Mais son amour pour les hommes, comme l'amour du Père pour les hommes, est tel qu'il incorpore à lui-même toute l'humanité comme on greffe un arbre (mais à l'envers) et ainsi toute l'humanité devient un bon arbre, à l'image et à la ressemblance de Dieu.

Donc tout est possible si nous laissons le Christ construire notre maison sur le roc.

 


Vendredi 15 septembre 2023

Don de la mère

Jn. 19, 25-27

 

Jésus est en train de mourir. Il voit sa mère qui souffre avec lui, pour lui, en lui.

La communion entre la mère et le fils, dans la souffrance, est totale. C'est une même souffrance qui les unit, tout comme il n'y a qu'un seul amour entre eux.

Ainsi Jésus, en donnant sa mère à Jean, la donne aussi à toute l'humanité, à nous aujourd'hui.

Et Notre Dame des Douleurs que nous célébrons aujourd'hui, c'est Marie communiant à toutes nos douleurs, ne faisant qu'un avec nos souffrance, particulièrement les plus abjectes et injustes.

Mais nous pouvons aussi rendre grâce au Père pour la force de son Fils qui, malgré sa souffrance, trouve encore de l'amour et de la force en lui pour nous donner sa mère.

 


Jeudi 14 septembre 2023

Du ciel et de la terre

Jn. 3, 13-17

 

Aujourd'hui, à l'un de ses premiers disciples, Nicodème, Jésus révèle sa véritable identité : il vient du ciel et il y retournera, non sans avoir sauvé les hommes.

Une phrase très belle est à relever : "Jésus n'est pas venu condamner les hommes mais les sauver". Et ce salut, ce n'est pas autre chose que le passage de l'homme dans l'amour du Christ. Il devient participant à l'amour du Père pour l'humanité.

C'est pourquoi la Croix que nous fêtons aujourd'hui est une croix glorieuse, victorieuse du mal et qui, par Jésus, unit pour toujours la terre et le ciel en un seul amour. Cet amour unique unissant Dieu et l'homme, c'est ce que nous pouvons appeler le salut.

 


Mercredi 13 septembre 2023

Heurs et malheurs

Lc. 6, 20-26

 

Bénédictions et malédictions sonnent comme une forme de chantage : "si vous ne faîtes pas ceci, vous connaîtrez le deuil et les larmes". Par contre "si vous faîte ceci, votre récompense sera grande dans les cieux".

Difficile de croire que Jésus se livre à une telle manipulation.

Alors, que veut-il nous dire ?

Peut-être tout simplement ceci : "Le Père ne se livre pas à la distribution de bons ou de mauvais points. Le Père vous a donné la liberté d'agir. Soyez responsables de vos actes et assumez-en les conséquences".

Ainsi haîr ou faire du mal provoque chez l'auteur de ce mal tristesse et haine ; donner sa vie provoque le bonheur.

En résumé l'amour engendre le bonheur et la violence engendre la violence, dès maintenant.

 


Mardi 12 septembre 2023

Force tranquille

Lc. 6, 12-19

 

Jésus, après une nuit de prière, choisit ses disciples. Une nuit de prière. Ainsi, il n'est pas seul à choisir. C'est avec son Père qu'il choisit.

Puis, ensuite, il redescend avec eux dans la plaine. Et là les foules se pressent pour l'entendre, le toucher, être guéri.

Une phrase est à garder dans son coeur : "il sortait de Jésus une force qui les guérissait tous".

Une force de guérison, une force venant de Dieu. Et cette force n'a pas d'autre nom que celui de l'amour. C'est la force de l'amour qui guérit les foules. Une force douce, patiente, tranquille ; aucun heurt ni compétition ni violence. Une simple force qui dit tout de Dieu.

 


Lundi 11 septembre 2023

Quoiqu'il arrive

Lc. 6, 6-11

 

Encore une guérison un jour de sabbat et qui, encore une fois mettra les scribes et pharisiens en fureur.

Pourquoi sont-ils en fureur ? N'est-ce pas tout simplement parce qu'ils ont le sentiment que Jésus leur vole le pouvoir ? et aussi parce que violer la loi de Moïse est une déchirure trop forte pour eux. Ils n'arrivent pas à passer de la loi de Moïse à la loi du Père.

Mais Jésus ne se situe pas du tout dans ce contexte de loi. Ce qui lui importe, c'est de guérir, guérir, guérir, quelles qu'en soient les conséquences pour lui.

Ce "quoi qu'il arrive" ou "quoi qu'il en coûte" n'a rien à voir avec des dépenses matérielles. Jésus se situe au coeur de l'amour du Père et, par cette guérison et beauocup d'autres, accepte de mourir pour les hommes. Merci pour cette gratuité.

 


Dimanche 10 septembre 2023

"En son nom"

Mt. 18, 15-20

 

Aujourd'hui, le Seigneur nous invite à nous réunir pour le louer, le prier, lui faire nos demandes.

Si c'est en son nom, il est au milieu de nous.

Mais qu'est-ce que veut dire "en son nom"?

Car il ne s'agit pas de se servir du Christ pour obtenir du Père tout ce que nous désirons en secret, sorte de manipulation spirituelle.

Peut-être s'agit-il tout simplement, de nous laisser habiter par lui et donc d'agir, de prier à sa suite, comme lui, avec lui? C'est-à-dire dans un amour gratuit pour les autres sans désir de retour. Jusqu'au don de soi, aussi bien don de sa vie que don de sa mort.

 


 

 

Samedi 9 septembre 2023

Les épis du Sabbat

Lc. 6, 1-6

 

Nous voici une nouvelle fois devant une discussions un peu stérile entre Jésus et les pharisiens. Il  s'agit de savoir si la loi de Moïse l'emporte sur celle de Dieu, tout cela à propos d'épis arrachés pour cause de faim par les disciples un jour de sabbat.

Tout d'abord on peut penser qu'en n'autorisant pas les disciples à grapiller les épis, Jésus ne porte pas secours à personnes en danger. Avoir faim sous un soleil de plomb est dangereux.

Mais pour Jésus, c'est surtout une occasion de remettre les choses à leur juste place: ce ne sont pas les hommes qui sont maître du Sabbat, c'est le Fils de Dieu. Autrement dit, froisser des épis un jour de Sabbat ne relève pas de la loi de Moîse, et il n'y a donc aun péché à le faire. La loi de Dieu est faite pour nous faire grandir, nous faire avancer et non nous faire mourir;

 


Vendredi 8 septembre 2023

Nativité de la Vierge,

Mt. 1, 1-16-18-23

 

La nativité de la Vierge nous vaut la joie d'entendre ou de é-entendre la généalogie de Jésus.

C'est parfaitement enthousiasmant de constater que l'Eglise relie directement la nativité de la Vierge à la nativité de Jésus, que l'une ne va pas sans l'autre.

Un hymne "la terre desséchée" nous plonge dans le sein virignal de Marie qui devient fécond grâce à l'Esprit. Il a fallu toute la généalogie de Jésus et surtout sa naissance par une femme de la tribu de David pour que sa nativité devienne réelle et célébrée comme il se doit : Naissance de Marie, mère de Dieu, Théodokos.

 


Jeudi 7 septembre 2023

Filets de pêche

Lc. 5, 11-11

 

Aujorud'hui, c'est une sorte de pêche miraculeuse à laquelle Jésus nous invite. Mais ce n'est pas n'importe quelle pêche ni n'importe quel filet.

Après avoir pris des poissons, Jésus "prend" dans ses filets, quatre disciples. C'est une manière de parler. Ces filets ne sont pas des filets ordinaires, ce sont des filets virtuels, divins, mais bien réels. Jésus appelle quatre disciples, non pas d'abord à prendre des poissons, mais à répandre la bonne nouvelle de Jésus. Et cela a réellement dû convaindre les disciples puisque "laissant tout, ils le suivirent".

Et nous, même dans les toutes petites choses, savons-nous tout laisser pour le suivre ?

 


Mercredi 6 septembre 2023

Amour en expansion

Lc. 4, 38-44

 

La journée de Jésus à Capharnaüm est bien chargée et pourtant Jésus n'est pas au bord du burn out. On peut se demander pourquoi puisque chaque personne, depuis la belle-mère de Simon Pierre jusqu'aux foules de plus en plus nombreuses, le sollicite et le pressurise pour recevoir de par son énergie divine la guérison.

Donc où Jésus trouve-t-il ses ressources sans limite ?

Il me semble qu'il trouve cette énergie divine dans l'amour qu'il porte pour chacun des hommes et dans le même mouvement dans l'amour que le Père lui porte. La circulation d'amour au sein de la Trinité est, si j'ose dire, en exansion, se renouvelle et s'accroît chaque jour un peu plus et c'est elle qui permet à Jésus de donner plus que tout, de donner sa vie, de donner sa mort, de donner sa vie divine aux hommes.

C'est pourquoi chacun des hommes d'hier, d'aujurd'hui et de demain sera toujours irradié, même sans le savoir, par cet amour en expansion.

 


Mardi 5 septembre 2023

Etrange révélation

Lc. 4, 31-37

 

Etrange révélation de l'identité de Jésus : elle est faite par un démon. On peut s'en étonner. Est-ce pour nuire à Jésus que ce démon révèle son identité avant l'heure ? Est-ce par peur de ce qui va lui arriver ?

Ce qui est sûr c'est que Jésus fait taire ce démon mais, en même temps, il ne le contredit pas. Cette information donnée par un démon n'est donc pas une fake news.

Et pour le prouver, même s'il ne faut pas le dire, Jésus expulse ce démon de l'homme "sans lui faire de mal". J'aime cette précision : "sans lui faire de mal". Jésus ne se manifeste pas par de grandes actions bruyantes. Non, comme toujours, il garde une certaine discrétion car, pour lui, l'important c'est d'abord le pauvre, le malade, celui qu'il guérit. La gloire qu'il pourrait en tirer ne l'intéresse pas.

A nous aussi de trouver notre juste place lorsque le Seigneur nous conduit sur un chemin particulier.

 


Lundi 4 septembre 2023

Qui est Jésus ?

Lc. 4, 16-30

 

Après avoir lu le livre d'Isaïe qui déclare que l'Esprit du Seigneur repose sur... Jésus s'identifie à ce personnage sur qui l'Esprit du Seigneur repose.

Etonnement et colère des personnes présentes qui s'interrogent sur son identité véritable.

Mais Jésus "enfonce" le clou en rappelant que le Seigneur a envoyé des prophètes non pas exclusivement aux hébreux mais à des païens également. Ce qui sous-entend que les juifs n'étaient pas les seuls destinataires de la parole du Seigneur. Et même que, parfois, les païens sont plus dignes que les jufis.

Il ne faut alors pas s'étonner de la fureur que cela déclenche parmi les membres de l'assemblée.

Le voyage du pape François en Mongolie et ses rencontres inter-religieuses illustrent bien ce passage : l'amour du Seigneur n'est pas réservé à une élite : il est donné à tous, quelle qu'en soit la religion.

 


 

Dimanche 3 septembre 2023

 

Risquer la vie

 

Mt 16, 21-27

 

Être accompagné par le Christ sur notre chemin de vie

exige de nous 3 démarches selon l’Évangile de ce jour :

renoncer : dire non à tous nos égoïsmes, nos étroits calculs

où nous ne cherchons que nos intérêts soit dégonfler notre égo !

prendre sa croix : prendre à bras le corps,

soulever ce qui nous empêche de vivre,

accueillir l’échec et la souffrance pour pouvoir les traverser

se mettre à la suite de Jésus, devenir son disciple

soit prendre le chemin des béatitudes

 

Puissions-nous ainsi devenir d’heureux disciples missionaires .

 


Samedi 2 septembre 2023

 

Talents en croissance

 

Mt 25, 14-30

 

De deux choses l’une, ou bien cette parabole fait l’éloge

du capitalisme et honore tous les banquiers,

ou bien elle reconnaît les talents singuliers de la créativité humaine.

Optons pour cette seconde  possibilité

et  prenons en considération

les capacités humaines à achever l’œuvre du Créateur.

 

Ainsi peut se comprendre

« à celui qui a, on donnera encore et il sera dans l’abondance » :

Les talents de l’artiste, de l’artisan ne s’accroissent-ils pas avec le temps ?

 

En ce mois de la Création, prions

pour qu’en observant les créatures non humaines et leurs résiliences,

nous puissions garder et cultiver la terre avec la même ingéniosité !

« Loué sois-tu Seigneur par toutes tes créatures »

chantait François d’Assise.

 


Vendredi 1er septembre 2023

 

Pénurie d’huile

 

Mt 25, 1-13

 

Inflation, augmentation du prix des aliments,

Pénurie de certains produits : conséquences des guerres.

 

La parabole de ce jour déplore un manque d’huile :

celle de lampes pour participer à des noces.

De quoi ces lampes pourraient-elles être le symbole ?

de l’ouverture du cœur qui permet

de communier à la joie des mariés

des énergies spirituelles à alimenter

par la flamme de la foi, de l’espérance et de la charité

 

Veillons donc à avoir de cette huile pour que s’ouvre pour nous

la porte du Royaume des cieux !

 

En ce premier jour du temps de la Création,

confiants en l’Esprit à l’œuvre dans ce monde,

prions afin que l’humanité s’engage résolument à restaurer

notre planète, notre maison commune

pour qu’elle demeure habitable de générations en générations.

 


Jeudi 31 août 2023

 

Vigilance d’amour

 

Mt 24, 42-51

 

Veilleurs de nuit, caméras de surveillance,

géolocalisation des utilisateurs de smartphone,

reconnaissance faciale :

toutes ces réalités donnent à penser que l’évangile de ce jour

est complètement dépassé.

Pas de surprises en notre monde, tout est sous contrôle.

Sécurité et liberté individuelle sont les deux pôles d’un lourd débat.

 

Une issue serait-elle possible par le choix délibéré

de la bienveillance, la responsabilité envers autrui et la juste place de chacun ?

 

Être à sa place, agir le bien

et se réjouir d ‘une possible rencontre avec le Seigneur

au cœur de notre quotidien.

Heureuse surprise de moments d’humanité très denses qui touchent au divin.

Eclats de joie furtifs mais non moins certains !

 


Mercredi 30 août 2023

 

Colère de Dieu

 

Mt 23, 27-32

 

Nous le psalmodions chaque jour dans la liturgie des heures :

« Dieu est  tendre et miséricordieux,

lent à la colère et plein d’amour . »

 

Nous méditons en ce jour sur une colère du Christ :

« sépulcres blanchis » retentit

comme une injure à tous les hypocrites.

A deux reprises toutefois,

Apparaît la tendresse et la miséricorde :

« Malheureux êtes-vous ! »

Quel malheur, quel dommage :

le mal justement dénoncé fait du mal

et rend malheureux celui qui le commet.

 

Puissions-nous en ce jour être tendres et miséricordieux

envers qui nous semblera mal-heureux !

 


Mardi 29 aout 2023

 

Paroles vraies et paroles « en l’air »

 

Mc 6, 17-21

 

La parole d’un sage, d’un juste, d’un homme ou d’une femme de Dieu

cible le meilleur en celui qui l’écoute.

Combien de paroles vraies développeraient

le meilleur en nous si nous les écoutions vraiment ?

 

Voilà ce qui aurait pu arriver à Hérode

gouvernant débauché et violent

qui semblait pourtant apte à accueillir la parole de Jean le Baptiste.

De là à la mettre en pratique, il n’y avait qu’un pas à faire !

Au lieu de faire le pas, il lance une parole en l’air

qui aboutit à tuer un prophète !

 

Puissions-nous aujourd’hui,

accueillir l’évangile de Jésus-Christ et le pratiquer.

Prions pour les personnes emprisonnées,

torturées par des pouvoirs corrompus

et pour la conversion des oppresseurs.

 


Lundi 28 août 2023

Des serments adaptés

 

Mt 23, 13-22

 

Dans ces diatribes contre les hypocrites,

Jésus invite à sortir de la casuistique

pour gérer les priorités et raison garder.

 

Plus particulièrement, il s’agit de veiller aux serments que l’on fait :

un serment par le sanctuaire ou par le ciel est serment par Celui qui l’habite.

 

Nous veillerons donc à tenir parole

quand nous prenons le ciel à témoin

pour ne pas instrumentaliser notre Dieu.

 

En ce temps de la Création qui commence bientôt,

nous prierons  pour que les engagements pris

pour la réduction des gaz à effet de serre

et la protection de la biodiversité

ne demeurent pas que des vœux pieux.

 


Dimanche 27 août 2023

 

Reconnaissance d’identité

 

Mt 16, 13-20

 

Si tout humain est d’abord un être en relations,

nous nous identifions et nous sommes reliés à nous-mêmes

grâce aux relations qui se sont tissées autour de nous depuis l’enfance

et à celles que nous avons choisies.

 

Dans l’Evangile de ce jour,

Jésus s’inquiète de ce qui est dit de lui.

La rumeur publique voit en lui un prophète.

Voilà qui est juste

car le prédicateur de Nazareth réveille les consciences

et ses paroles et ses actes renvoient

à la justice et à la justesse des relations avec Dieu.

 

Mais la meilleure identification sort de la bouche de Pierre

et c’est une révélation reçue :

« Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant ! »

Heureux est-il cet apôtre de si bien connaître le Messie.

 

Heureux serons-nous ce dimanche

si en rejoignant une communauté chrétienne célébrant son Seigneur,

notre relation au Christ se renforce.

 

Samedi 26 août 2023

 

Serviteur

 

Mt 23, 1-12

 

Être omniprésent sur les plateaux de télévision,

avoir la une des journaux,

être un influenceur avec des milliers de followers :

« Vanité des vanités ! »

 

L’évangile de ce jour nous invite à ambitionner le plus grand service

et la plus grande égalité entre les humains.

« Tel est l’homme devant Dieu,  tel il est sans plus. »

disait saint François d’Assise.

Face au Père des cieux nous sommes tous frères et sœurs.

Voilà la source de l’humilité et de la fraternité des franciscains.

Avec eux, puissions-nous grandir en humanité

en nous servant les uns les autres.

 


 

Vendredi 25 août 2023

 

Le grand commandement

 

Mt 22, 34-40

 

Dans les actualités,

nombre de commandements militaires sont évoqués.

 

Dans l’évangile de ce jour, un docteur de la Loi, la parole de Dieu

est en quête du plus grand commandement.

Si la Loi de Dieu ne contient que des paroles de vie,

alors, c’est l’injonction à aimer qui prime.

Classiquement, aimer s’ouvre à 3 directions :

Dieu, soi-même et nos prochains soit tous les humains.

 

A l’heure de la crise écologique et dans la mouvance de l’encyclique Laudato ‘si,

nous n’oublierons pas d’aimer « sœur notre mère la terre » 

et tous les vivants qui l’habitent.

En nous reconnectant à la nature en ces belles journées d’août,

nous pourrons louer le Créateur, goûter le bien-être que procure la forêt

et vivre en communion avec toutes les créatures

nées comme nous de l’amour de notre Père des cieux.

 


Jeudi 24 août 2023

 

La foi sous l’arbre

 

Jn 1, 45-51

 

Méditer sous un arbre, se poser le cœur ouvert

à la lecture d’un passage de la parole bible.

Se retrouver envahi de confiance en la Parole de Dieu

qui nous dépasse et nous promet

la vie en abondance, la réalisation de l’attente de toute une vie.

 

Voilà ce qui est arrivé à Nathanaël, juif fidèle à la loi

et espérant la venue du messie.

Invité à voir Jésus par lui-même,

c’est parce qu’il est auparavant vu par lui sous un arbre

qu’il le reconnaît comme le Messie.

 

À nous de chercher le bon arbre…pour méditer !

 


Mercredi 23 août 2023

 

Justice sociale et bonté divine

 

Mt 20, 1-16

 

Entre hommes et femmes, la sentence « à travail égal salaire égal »

n’est pas toujours respectée.

Les femmes sont souvent moins bien payées que les hommes.

 

La parabole de ce jour parle de la durée du travail :

des ouvriers ayant travaillé toute une journée reçoivent ce qui a été convenu

Mais c’est autant que les derniers venus qui n’ont travaillé qu’une heure !

Voilà non pas une injustice car le contrat de travail des premiers est respecté

mais plutôt du favoritisme pour les derniers venus.

C’est ce que les premiers sont en droit de penser !

 

Jésus porte sur les derniers venus le regard divin de la bonté,

passant de la stricte justice à son au-delà !

Fécondité de la bonté divine !

 

Puissions-nous en ce jour exercer cette divine bonté vis-à-vis des migrants,

ces derniers venus sur notre territoire,

qui ont risqué leur vie pour subvenir aux besoins de leur famille,

pour chercher un avenir meilleur.

 


Mardi 22 août 2023

 

Notre-Dame de la Foi

 

Lc 1, 26-38

 

La foi populaire a paré Marie de Nazareth,

mère de Dieu et de tous les hommes,

de tous les titres et de tous les pouvoirs.

 

Les artistes quant à eux ont paré Marie

de grâce et de beauté de multiples manières.

Entre une Vierge peinte par Memling au 15ème siècle

et une Veierge peinte par Arcabas au 20ème siècle,

que d’œuvres variées toutes teintées

de l’admiration et l’idéalisation des auteurs !

 

Aujourd’hui, dans la liturgie, la sainte Vierge est reine !

« Qu’il m’advienne selon ta parole »

a dit Marie, la servante du Seigneur.

Laissons-la régner en nos cœurs,

elle y préparera cet accueil de la Parole.

Quand il s’agira de la pratiquer,

le bien que nous agirons fera advenir Fils de Dieu au monde.

 


Lundi 21 août 2023

Entrer dans la vie…

Mt 19, 16-22

 

Nombreuses sont les personnes

qui possèdent plus qu’il ne leur faut pour vivre,

sont honnêtes et consciencieuses dans leur travail

et vivent secrètement un manque.

 

Se demander quoi faire pour avoir la vie

alors qu’il respecte scrupuleusement les commandements de Dieu ;

ne pas pouvoir se détacher de ses avoirs pour mieux aimer :

l’insatisfaction existentielle du pauvre « jeune homme riche » est émouvante 

dans l’évangile de ce jour.

 

Puisse notre manque de vie toute intérieure se transformer

en désir d’aimer en toute liberté,

à l’écoute de l’appel de l’évangile.

Alors, le « Viens et suis-moi » sera une joie de vivre

liée à une prise de risque ô combien vertueuse :

choisir d’aimer en se donnant !

 


 

 

 

20° Dimanche – 20 août 2023 –

Ouverture à tous

Isaïe 56,1-7/Rom.113-32/Mat.15,21-28

 

 

Le prophète Isaïe nous révèle déjà de la part de Dieu :

« Les étrangers qui se sont attachés

au Seigneur pour l’honorer, pour aimer son nom... Je les

conduirai à ma montagne sainte, je les comblerai de joie

dans ma maison de prière, car ma maison s’appellera

« maison de prière pour tous les peuples ».

 

Jésus est harcelé par une cananéenne qui le supplie de

délivrer sa fille... Sa première réaction est un refus. Mais

devant l’insistance de cette mère, il admire la foi de cette

païenne : « Femme, grande est ta foi ! Que tout se passe

pour toi comme tu le veux. » Et à l’heure même sa fille

fut guérie ».

 

Paul en conclut : « Dieu a enfermé tous les hommes (juifs et païens)

dans le refus de croire pour faire à tous miséricorde. »

 


Samedi 19 août 2023

Engagement

Josué 24, 14-29/Mat.19,13-15

 

 

Josué continue son discours au peuple :

« Maintenant, craignez le Seigneur, servez-le

dans l’intégrité et la fidélité. Écartez les dieux

que vos pères ont servi au-delà de l’Euphrate

et en Égypte. Servez le Seigneur. S’il ne vous plait

pas de le servir, choisissez aujourd’hui qui vous

voulez servir. Moi et les miens, nous voulons servir

le Seigneur.

Le peuple répondit : plutôt mourir que d’abandonner

le Seigneur pour servir d’autres dieux !...C’est le Seigneur

notre Dieu que nous voulons servir, c’est à sa voix que

nous voulons obéir !

En ce jour-là, Josué conclut une Alliance pour le peuple.

Il inscrivit out cela dans le livre de la loi de Dieu.

Voici une pierre qui servira de témoin contre nous,

pour vous empêcher de renier votre Dieu. »

Puis Josué mourut à l’âge de 110 ans. »

 

Jésus ne nous présente aujourd’hui que cette

parole : « Laissez les enfants, ne les empêchez pas

de venir à moi, car le royaume des cieux  est à ceux

qui leur ressemblent. »

 


Vendredi 18 août 2023

Rappelle-toi

Josué 24, 1-13 / Mat. 19, 3-12

 

 

« En ces jours-là, Josué réunit toutes les tribus d’Israël

à Sichem. Puis il appela les anciens d’Israël avec les

chefs, les juges et les scribes ; ils se présentèrent devant

Dieu. Josué dit alors à tout le peuple : « Ainsi parle

le Seigneur... »  et c’est le long récit de l’histoire d’Israël,

depuis Abraham, qui se déroule, avec l’évocation de

toutes les interventions de Dieu.

 

Les pharisiens s’approchent de Jésus pour le mettre

à l’épreuve : « Est-il permis à un homme de renvoyer

sa femme pour n’importe quel motif ? »

Jésus revient aux commencements : « Le Créateur les

fit homme et femme et dit : A cause de cela, l’homme

quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme,

et tous deux deviendront une seule chair. Donc, ce que

Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas. »

 

Si des difficultés surviennent dans nos vies, rappelons-nous

toujours nos commencements, et la belle œuvre de Dieu

dans l’amour humain.

 


Jeudi 17 août 2023

Passages

Josué 3, 7-17/Mat. 18,21 à 19,1

 

 

« Le Seigneur dit à Josué : Aujourd’hui, je vais

commencer à te grandir devant tout Israël, pour

qu’il sache que je suis avec toi comme j’ai été avec

Moïse... »

Et ce fut le passage du Jourdain, avec l’arche d’Alliance

du Seigneur de toute la terre... « Tout Israël traversa

à pied sec, jusqu’à ce que toute la nation eut fini de passer

le Jourdain. »

 

Autre passage, non moins miraculeux : 

« Lorsque mon frère commettra des fautes contre moi,

combien de fois dois-je lui pardonner ?

Jésus répondit : Je ne te dis pas jusqu’à sept fois, mais

jusqu’à 70 fois 7 fois... »

Et devant le refus des cœurs endurcis :

« Mon Père du ciel vous traitera de la même façon, si

chacun de vous ne pardonne pas à son frère du fond du cœur. »

 

 


 

Mercredi 16 août 2023

Transmission

Deut.34,1-12/Mat.18,15-20

 

 

Revenons sur terre : Le Deutéronome évoque la mort

de Moïse, le serviteur du Seigneur, au pays de Moab.

« Il ne s’est plus levé en Israël un prophète comme Moïse,

lui que le Seigneur rencontrait face à face...Mais  Josué,

(son successeur) était rempli de l’esprit de sagesse,

parce que Moïse lui avait imposé les mains. »

 

Comment, maintenant, rencontrer le Seigneur ?

 

Jésus nous dit : « Si deux d’entre vous, sur la terre,

se mettent d’accord pour demander quoi que ce soit,

ils l’obtiendront de mon Père qui est aux cieux.

En effet, quand deux ou trois sont réunis en mon nom,

je suis là, ai milieu d’eux. 

Tout ce que vous aurez lié sur la terre sera lié dans le ciel,

et tout ce que vous aurez délié sur la terre sera délié dans

le ciel. »


 

Mardi 15 août 2023

Fête de l'Assomption de Marie

Ap. 11,19 et 12 ,1-10/1 Co. 15,20-27/Luc 1, 39-56

 

 

Nous commençons modestement par le récit de la

visite de Marie à sa cousine Élisabeth. Mais cette dernière

prononce déjà des paroles prophétiques : « Tu es bénie

entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni.

Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles qui

lui furent dites de la part du Seigneur ! » Et Marie chante

alors : « Mon âme exalte le Seigneur... Il s’est penché sur son

humble servante, désormais tous les âges me diront bienheureuse ! »

 

L’apôtre Jean verra plus tard : « Un signe grandiose apparut

dans le ciel, une Femme ayant le soleil pour manteau, la lune

sous les pieds, et sur la tête une couronne de douze étoiles... »

(c’est ce que nous pouvons contempler à Notre-Dame du haut !)

 

L’apôtre Paul nous révèle à son tour : « Le Christ est ressuscité

d’entre les morts, lui le premier parmi ceux qui se sont endormis.

C’est dans le Christ que tous recevrons la vie... Le dernier ennemi

qui sera anéanti, c’est la mort. »

Marie en est le prototype, mais cela nous concerne tous !

 


 

Lundi 14 août 2023

Paroles fondamentales

Dt 10,12-22/Mat.17,22-27

 

 

Moïse disait au peuple : «Maintenant, sais-tu,Isarël,

ce que le Seigneur ton Dieu te demande ? Craindre le

Seigneur ton Dieu, suivre tous ses chemins, aimer le

Seigneur ton Dieu, le servir de tout ton cœur et de toute

ton âme, garder les commandements du Seigneur que

je te donne aujourd’hui pour ton bien.

C’est au Seigneur ton Dieu qu’appartiennent les cieux

et les hauteurs des cieux, la terre et tout ce qu’elle renferme.

Et pourtant, c’est uniquement à tes pères que le Seigneur

ton Dieu s’est attaché par amour... Pratiquez la circoncision

du cœur, n’ayez plus la nuque raide, car le Seigneur votre

Dieu est le Dieu des dieux, le Seigneur des Seigneur...

C’est Lui qui rend justice à l’orphelin et à la veuve, qui aime

l’immigré... C’est à Lui que tu resteras attaché, c’est Lui que

tu dois louer... » 

 


19° Dimanche - 13 août 2023 –

Rencontrer Dieu

1° Rois 19,9-13/Rom.9,1-5/ Mat. 14,22-33

 

 

Le prophète Élie, fuyant la mort, tenté par le

désespoir au désert, et réconforté par un ange,

a pourtant marché à la rencontre de Dieu.

Comment s’est-Il manifesté ? « Il y eut un ouragan,

un tremblement de terre, un feu, mais le Seigneur n’y

était pas. Après ce feu, le murmure d’une brise légère... »

 

Les disciples de Jésus sont seuls dans la barque, battue

par les vagues, car le vent était contraire.

« Vers la fin de la nuit, Jésus vint vers eux en marchant sur

la mer. Les disciples furent bouleversés et prirent peur.

Jésus leur parla : confiance, c’est moi !

Seigneur, si c’est bien toi, dit Pierre, ordonne-moi de venir

vers toi ! – Viens ! –

Pierre descendit de la barque et marcha sur les eaux,

mais voyant la force du vent, il eut peur et commençait à

enfoncer : Seigneur, sauve-moi ! – Homme de peu de foi,

pourquoi as-tu douté ?   Montés dans la barque, le vent tomba. »

 

La tourmente et l’angoisse précèdent la rencontre

de Dieu, de jésus... Mais Dieu lui-même est douceur, paix...

Il suffit de tendre vers Lui avec foi, sans se regarder vers

soi-même !  Plus facile à dire qu’à faire !

 


 

Samedi 12 août 2023

Avoir foi en Dieu

Dt 6,4-13 / Mat.17,14-20

 

 

« Écoute, Israël : Le Seigneur notre Dieu est l’Unique.

Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de

toute ton âme et de toute ta force. Ces paroles que je

te donne aujourd’hui resteront dans ton cœur, tu les

répèteras sans cesse... garde-toi d’oublier le Seigneur

qui t’a fait sortir de la maison d’esclavage... »

 

Cette profession de foi du peuple d’Israël, était-elle

vraiment pratiquée au temps de Jésus  pour qu’il s’exclame :

« Génération incroyante et dévoyée, combien de temps

devrai-je vous supporter ? »

Pourtant, par compassion, il accède à une demande de

guérison, mais avertit ses disciples  qui ont échoué :

« C’est en raison de votre peu de foi... Si vous avez de la foi

gros comme une graine de moutarde... rien ne vous sera

impossible ! »

 

A nous aussi d’entendre cette parole et d’en vivre.

 


Vendredi 11 août 2023

Fête de sainte Claire

2°Cor 4,6-7/ Jean 14, 23-27

 

La vocation de Claire est un don de Dieu,

qui a fait briller sa lumière dans son cœur,

mais, comme elle le rappelle avec St Paul,

ce trésor, nous le portons dans des vases d’argile.

Ce don de Dieu, c’est sa présence même :

« Si quelqu’un m’aime – dit Jésus – mon Père

l’aimera et nous viendrons vers lui, et nous ferons

en lui notre demeure. »

C’est pourquoi Claire pouvait s’émerveiller : «Ce Créateur

que les cieux immenses et toutes les autres créatures

ne peuvent contenir, l’âme du fidèle à elle seule devient

son séjour et sa demeure...

Tu pourras contenir en toi Celui qui te contient,

toi et tout l’univers ! »

 

Croire à ces paroles peut transformer notre vie ! 

 


Jeudi 10 août 2023

Fête de saint Laurent

2° Corinthiens 9,6-10/Jean 12,24-26

 

Diacre et martyr de Rome au 3e siècle,

Laurent fut remarquable pour sa charité

envers les pauvres, « trésor de l’Église ».

Fidèle jusqu’à la mort par le feu lors des

grandes persécutions contre les chrétiens,

il mit en actes ces paroles du Christ :

« Si quelqu’un veut me servir, qu’il me suive,

et là où moi je suis, là aussi sera mon serviteur.

Si quelqu’un me sert,  mon Père l’honorera. »

 

« Si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas,

il reste seul. Mais s’il meurt, il porte beaucoup

de fruit. »

 

St Laurent est une belle image du diacre serviteur.

 


Mercredi 9 août 2023

Fête de sainte Thérèse Bénédicte de la Croix (Edith Stein)

Osée 2, 16-22/Mat.25,1-13

 

 

Cette grande philosophe juive, fut disciple de Husserl

en  Allemagne. Elle  rencontra le Christ

à travers les écrits de Thérèse d’Avila, comme

la réponse totale à sa quête spirituelle.

Devenue carmélite à Cologne puis réfugiée en Hollande,

elle fut arrêtée par les nazis en 1942 en envoyée en

déportation au camp d’Auschwitz où elle mourut.

Répondant à l’amour de Dieu déjà révélé dans l’Ancien

Testament : « Mon épouse, je vais la conduire au désert,

et je parlerai à son cœur... »

dans l’horreur de l’extermination,

Elle a tenu jusqu’au bout sa lampe allumée,

ayant épousé le Christ en croix.

Le pape Jean-Paul II la nommée co-patronne de

l’Europe avec Catherine de Sienne et Brigitte de

Suède.

Nous avons besoin de sa foi et de sa charité,

aujourd’hui plus que jamais.

 


Mardi 8 août 2023

Fête de saint Dominique

2° Tim. 4,1-5/Mat 5, 13-19

 

 

« Vous êtes le sel de la terre... vous êtes

la lumière du monde », dit Jésus à ses disciples.

 

Comment le fondateur des Frères Prêcheurs

l’a-t-il vécu ? En vivant  les conseils de Paul à

Timothée :

« Proclame la Parole, interviens à temps et à

contretemps... Un temps viendra où l’on ne

supportera plus l’enseignement solide. Mais

les gens iront chercher une foule de maîtres

pour calmer leur démangeaison d’entendre

du nouveau... Toi, garde ton bon sens, supporte

la souffrance, travaille à l’annonce de l’Évangile,

accomplis jusqu’au bout ton ministère. »

 

Les choses ont-elles changé depuis saint Paul

et saint Dominique (XIII° siècle) ?

 


Lundi 7 août 2023

Faim des hommes

Nombres 11,4-15/Mat.14,13-21

 

 

Moïse se trouve affronté à la faim du peuple

au désert. Cela va mal : ils se révoltent contre

lui, contre Dieu. Bien qu’ils aient la manne, ils

veulent de la viande. Moïse lance vers Dieu une

prière désespérée...  qu’Il exaucera...

Les disciples de jésus se trouvent à leur tour

avec une grande foule dans une région désertique.

Que faire ? « Renvoie la foule ! » disent-ils à Jésus...

« Donnez-leur vous-mêmes à manger ! » répond Jésus.

Mais ils n’ont presque rien...

« Alors Jésus, levant les yeux au ciel, prononça la

bénédiction, rompit les quelques pains, et les donna

aux disciples qui les distribuèrent... » en abondance.

Désormais, c’est Dieu lui-même, en Jésus, qui est

au milieu de nous, saisi de compassion...

Il agit, mais jamais sans ses disciples !

Multiplication des pains : annonce de l’eucharistie.

 


Dimanche 6 août 2023

"Il est bon que nous soyons ici !"

Mt 17, 1-9

 

Allez ! Si nous profitions de la période estivale pour nous laisser emmener à l'écart par Jésus ! sur une haute montagne, au sens propre ou (et) figuré !...
Prenons le temps pour faire une pause dans l'enchaînement de nos activités de travail ou de détente.
Apprendre à ne rien faire
Être là, simplement

Dans le silence, la contemplation, l'émerveillement...
Beaucoup de ceux et celles qui osent faire cette démarche témoignent du bienfait qu'ils, elles, en ont reçu :

une réelle transfiguration intérieure, une présence mêlée de paix et d'élan de vie,

une ouverture à la beauté,

une approche, consciente ou non, du visage du Christ...

 


Samedi 5 août 2023

Fragile puissance

Mt 14, 1-12

 

Le roi Hérode est au pouvoir. Il se croit tout puissant. Il se veut tout puissant !

Mais le texte de ce jour nous fait bien percevoir les failles de cette "puissance".

Hérode continue d'être hanté par le souvenir de Jean-Baptiste qu'il a assassiné, au point de le voir revivre en Jésus !

La vie de sa victime est plus puissante que son pseudo-pouvoir !

Les dictateurs ont beau persécuter et assassiner ceux qui les dérangent, d'autre prophètes se lèvent, et eux-mêmes ne peuvent goûter la paix.

Quel fameux exemple de ces dictateurs dont le totalitarisme est à la mesure de leur sentiment de fragilité, de précarité. Au fond, ils vivent dans une angoisse permanente et ce sont eux-mêmes qui l'entretiennent par leur comportement.

Et voilà Hérode qui se retrouve coincé entre ses multiples peurs de la foule, des notables de sa cour... et il se livre au bon vouloir d'une petite jeune fille, elle-même manipulée par sa mère ! Il est impressionnant de voir d'où vient la cruauté !

Cette page d'évangile n'a pas pris une ride !...
... heureusement, elle se termine avec la personne de Jésus, nous ouvrant une porte d'espérance.

 


Vendredi 4 août 2023

Décollage

Mt 13, 54-58

 

Comme on a vite fait de mettre des étiquettes sur les gens !...

Des étiquettes indécollables !...

Ainsi de Jésus : les gens de son village étaient sûrs de tout savoir sur lui ! et ont eu vite fait de l'enfermer dans son identité familiale !

Ainsi de Jean-Marie Vianney  : l'étiquette "inculte", "illettré" a bien failli l'empêcher  de réaliser ce à quoi Dieu l'appelait !...

Ce n'est qu'en quittant son lieu d'origine que Jésus a pu déployer toute sa sagesse et son œuvre de salut.

Quant au saint curé d'Ars, il a su, lui aussi, faire mentir les étiquettes et se révéler d'une sagesse plus sage que les savants, faisant de ce petit village, un lieu de rayonnement évangélique universel.

 


Jeudi 3 août 2023

Du neuf et de l'ancien

Mt 13, 47-53

 

Ce qui me frappe dans l'architecture de la chapelle construite par Le Corbusier, c'est l'alliance entre le neuf et l'ancien.
En effet, elle est d'une audacieuse innovation, mais l'architecte a eu l'intuition géniale de mettre les pierres de l'ancienne chapelle à l'intérieur des murs en béton. Et la statue de Marie de cette ancienne chapelle a été mise à l'honneur dans la nouvelle.
Il en est de même dans l'oratoire de notre monastère: la croix remontant à Sainte Colette et devant laquelle tant de générations de clarisses ont prié, s'élance sur le mur de béton.

Il en est ainsi de chacune de nos vies personnelles, communautaires, sociales : la vie est mouvement et nous entraîne dans une créativité toujours nouvelle, sans quoi elle se sclérose et meurt. Mais pour cela, elle ne part pas de rien. Elle doit s'enraciner dans notre histoire et dans l'héritage reçu de nos prédécesseurs, de nos anciens. Sans quoi, elle meurt faute de racines.
Puisons dans nos racines l'élan de notre créativité !

 


Mercredi 2 août 2023

Quelle perle !

Mt 13,44-46

 

Dans la famille franciscaine, nous célébrons la fête de la Portioncule, cette petite chapelle Notre Dame des Anges, située non loin d'Assise. Elle est le berceau de notre famille.
C'est là que François a enraciné sa Fraternité, et c'est là, qu'avec ses premiers frères, il a accueilli Claire.

"Portioncule" : une petite portion de terre. Un lieu tout petit et modeste pour fonder une famille de frères mineurs et de sœurs pauvres.

François et Claire ont découvert ce trésor caché dans un champ, le champ du monde, cette perle de grande valeur pour laquelle ils ont vendu tout ce qu'ils possédaient.
Puissions-nous, nous aussi, découvrir, ou redécouvrir ce trésor, cette perle,

et faire, dans notre quotidien, les choix radicaux à la mesure de cet enjeu.

 


Mardi 1er août 2023

Fournaise ou soleil ?

Mt 13, 36-43

 

Toutes les causes de chûte, tout le mal sera détruit ! Il n'en restera rien !

La parole de Jésus est radicale : le mal n'est pas éternel ! Il est voué, non seulement à mourir, mais à disparaître totalement.

Le soleil, la lumière vont triompher. Et non pas d'une façon extérieure, mais à travers tous les témoins de la lumière, de sa splendeur.

Cette Bonne Nouvelle n'a pas pour but de nous donner un peu de baume au cœur, en endormissant nos capacités de lutte !

Au contraire, elle nous stimule dans l'énergie de l'espérance, pour rayonner de cette lumière, et continuer à cultiver notre terre en dépit de toute l'ivraie qui, parfois, semble l'étouffer.

Cette parole du Christ nous stimule dans notre élan de vie par la promesse de son triomphe !

 


Lundi 31 juillet 2023

Pour ta plus grande gloire

Mt 13, 31-35

 

En cette fête de Saint Ignace de Loyola, on peut recevoir la parabole de la graine de moutarde en pensant à lui et à son œuvre.
Une toute petite semence imperceptible a été semée dans ce petit homme malingre, avec sa vie cabossée et son tempérament tout de paradoxe !

Il a cultivé cette semence, avec questionnements, tâtonnements, en puisant dans son terreau, et à l'écoute de ses frères, de son environnement.

Aujourd'hui, on ne peut que s'émerveiller du bel arbre de la famille ignatienne, et de la nourriture précieuse et vivifiante qu'elle apporte à tant d'hommes et de femmes, dans l'Église et bien au-delà !...

 


Dimanche 30 juillet 2023

Du grand art !

1R 3,5,7-12

 

"Tu ne m'as pas demandé de longs jours, ni la richesse, ni la mort de tes ennemis."

Dieu a l'habitude de nous entendre lui demander ce genre de choses : la santé, la prospérité, la mort de nos ennemis, de tous les obstacles, épreuves et souffrances... et des gens qui nous font du mal !...

Du coup, Dieu est impressioné par la prière que lui fait Salomon !

Il en est scotché !...

Salomon ne lui demande pas de faire son job d'homme à sa place, de lui donner un bonheur clé en main, de bâtir sa vie à sa place !...

Il lui demande de lui donner les moyens d'y parvenir par lui-même.

D'autre part, sa demande n'est pas centrée sur son petit bonheur perso ! Mais ce qu'il demande, c'est pour mieux accomplir sa mission de servir ses frères et sœurs.
Il demande "le discernement, l'art d'être attentif et de gouverner."

Il ne demande pas à Dieu de tout faire à sa place,

mais de faire de lui un grand artiste !...

 


Samedi 29 juillet 2023

Entre amis

Luc 10,38-42;Jn 11,19-27

 

Dans les deux passages d'évangile proposés au choix en cette fête des saints Marthe, Marie et Lazare, nous entrons avec Jésus dans l'intimité de cette famille.
Ce sont des amis proches chez qui Jésus est en confiance. Il y est comme chez lui !

Cette relation d'amitié est réciproque. Dans sa façon de s'adresser à Jésus, Marthe n'a aucune gêne. Elle peut se permettre de s'exprimer sans détour. Sa spontanéïté jaillit aussi bien pour se plaindre que pour confesser sa foi vive !

Puissions-nous avoir cette même affection spontanée avec Jésus !...

 


Vendredi 28 juillet 2023

Terre des hommes, terre de Dieu

Mt 13, 18-23

 

Laissons-nous porter par cet évangile qui nous parle de notre terre, qui nous parle de la Parole venue habiter notre terre et la rendre féconde :

 

Prions pour l’Église envoyée pour annoncer la Parole de Dieu et reconnaître son œuvre,

qu’elle rejoigne tous les terrains de notre humanité sans distinction, en semant largement l’espérance dont nous avons tant besoin pour avancer.

 

Prions pour les agriculteurs dont la mission est de nourrir la population et d’entretenir la campagne,

qu’ils puissent être davantage soutenus et encouragés dans des méthodes de culture et d’élevage puisant leurs ressources dans la biodiversité et favorables à la santé de tous, et la leur.

 

Prions pour les vacanciers qui vivent un moment de repos et découverte,

que leur bien-être s’enracine dans l’émerveillement respectueux de la beauté de la nature, de la culture et des habitants des régions visitées.

 

Prions pour les militants pour le climat et l’écologie dans son ensemble qui communient intensément aux gémissements de la création tout entière,

que toutes leurs actions soient inspirées par l’Esprit de justice et de paix, et qu’elles soient entendues par les pouvoirs publics et les grandes entreprises.

 

Sur la terre des hommes, fais briller, Seigneur, ton amour.

 


Jeudi 27 juillet 2023

Un pro de la com'

Mt 13, 10-17

 

Jésus fait l'expérience de la difficulté à se faire comprendre, à toucher les cœurs.
Il y a un tel abîme entre le Mystère de Dieu et nos petits univers personnels trop souvent enchaînés par la peur et l'égoïsme !

Mais Jésus ne se décourage pas, car il connaît aussi la puissance de notre soif.
Alors il s'adapte. Il s'adresse à chacun, chacune de façon unique.
Les paraboles en constituent un excellent moyen.
Chacun, chacune de nous peut y entendre ce dont il , elle, est apte à recevoir et dont il, elle, a besoin.
Mais si Jésus fait appel à cet art oratoire. C'est davantage une pédagogie qu'une méthode de "com", car elle n'est en aucune façon intrusive, manipulatrice !...
... chacun, chacune reste libre d'ouvrir ou non son cœur.

 


Mercredi 26 juillet 2023

Semeurs d'avenir

Mt 13, 1-9

 

En ce jour de la fête de Sainte Anne et Saint Joachim, nous pensons aux grands-parents qui ont le rôle de semeurs.
Semeurs de tendresse, d'écoute,

semeurs d'enracinement, d'Histoire, de valeurs humaines,

semeurs de paroles de vie et d'encouragement,

semeurs de la Foi en Jésus Christ lorsqu'ils sont chrétiens.
Prions pour qu'ils continuent de semer avec espérance, sans se soucier de la qualité de la terre, de la receptivité de leurs petits-enfants.
Tôt ou tard, au-delà des aléas de leur croissance, ce qu'ils ont semé portera du fruit !

En vérité, ils sont eux-mêmes le terreau et les racines de leurs petits-enfants.

 


Mardi 25 juillet 2023

À l'image du Christ

Mt 20, 20-28

 

Les apôtres, tels Jacques et Jean, ont eu, eux aussi, leur chemin à faire.
Chemin de simplification, d'humilité pour découvrir et accueillir la vérité bouleversante du Dieu de Jésus Christ.

Eux aussi ont eu tendance à créer Dieu à leur image, à l'image des hommes.

Jésus les a choisi comme ils étaient, en connaissance de cause,

... et a marché à leur rythme pour les accompagner progressivement plus loin.
En vivant au plus près de lui, au cœur à cœur, ils se sont laissés transformer et ont compris la grandeur de servir... à l'image du Christ.

 


Lundi 24 juillet 2023

Signes à profusion

Mt 12, 38-42

 

Pourquoi chercher toujours des signes ?!...

Pourquoi avons-nous tant besoin de signes éclatants, indiscutables ?!

Pourquoi voulons-nous que Dieu manifeste sa puissance à l'image des puissants de ce monde ?... en s'imposant à nous, à notre intelligence, à notre sensibilité,

en envahissant notre territoire intérieur,

tel un gourou ou un dictateur ?!...

Pourquoi préférons-nous une sécurité totalitaire à la liberté de la foi ?!...

En tout cas, Jésus nous montre que ce dieu-là n'est pas le sien !

Les signes sont déjà là, c'est à nous d'y être attentifs et réceptifs.
La foi ne s'impose pas, elle se vit comme une aventure, une découverte, une ouverture toujours renouvelée...

 


Dimanche 23 juillet 2023

Humilité de Dieu

Mt. 13, 24-43

 

Il y aurait beaucoup de choses à dire sur cet évangile, mais je me contenterai d'une seule : l'humilité de Dieu.

Oui, humilité car le Royaume qu'Il nous promet est une graine de moutarde, ou du levain dans la pâte, bref tout ce qui est petit, invisible, mais qui donne goût et nourrit. C'est là où Dieu se trouve le mieux : le petit, l'humble, le sans voix, le transparent. Ce n'est pas pour humilier les riches, les intelligents, les grands car souvent ils ne sont pas responsables de leurs richesses, de leur intelligence, de leur grandeur.

Mais Jésus nous apprend que ce n'est pas la possession qui permet d'exister, mais le partage, le don, l'altérité, l'altruisme. Et cela n'est possible que si l'on accepte de disparaître, d'être plus petit que, au service de. Ainsi nous sommes appelés à suivre le Seigneur Dieu dans son humilité afin d'être de vrais enfants légitimes.

 


Samedi 22 juillet 2023

Mission magdaléenne

Jn. 20 11-18

 

On connaît tous les pleurs de Marie-Madeleine et sa joie lorsqu'elle comprend que c'est Jésus le Christ qui est ressuscité et qui lui parle.

Ce sont de très beaux sentiments à ne pas dévaluer. Mais, à mon avis, il y a quelque chose de plus grand, plus fort : Jésus l'envoie en mission, pas n'importe quelle mission. Elle est non seulement la première à qui le Christ est apparu après sa résurrection, mais elle est aussi la première à recevoir la mission d'annoncer d'abord aux disciples puis à tous.

La Bonne Nouvelle est confiée à une femme. Quelle confiance a Jésus en elle car s'il la lui confie, c'est qu'il est sûr de sa force pour annoncer l'impensable. On peut alors dire que la patronne de la mission, c'est d'abord elle.

 


Vendredi 21 juillet 2023

Le permis et le défendu

Mt. 12, 1-8

 

Et voilà que nous est présenté aujourd'hui Jésus en transgresseur de la loi. Difficile pour des pharisiens d'accepter cela et, par voie de conséquence, de mettre leur confiance dans ce rabbi qui se joue de la loi.

Mais de quelle loi s'agit-il ?

D'une loi dite de Dieu ? qui oublie que la loi est faite pour le bénéfice des hommes.

Ou d'une loi dite humaine mais qui, en réalité est bien de Dieu : elle est celle qui privilégie les hommes et leurs tourments avant les rites tout sacrés qu'ils fussent.

Ainsi le Seigneur Dieu n'est pas un distributeur de permission ou d'interdiction. Il est celui qui conseille la meilleure loi qui va aider l'homme à vivre en vrai homme.

Merci Seigneur.

 


Jeudi 20 juillet 2023

L'école de Jésus

Mt. 11, 28-30

 

On a l'habitude de lire ce passage d'évangile en ne voyant que la légèreté du fardeau que nous propose Jésus.

Aujourd'hui j'ai envie de m'arrêter sur l'expression "mettez-vous à mon école, car je suis doux et humble de coeur".

Jésus, maître d'école, ce n'est pas banal ! Mais c'est une école expérimentale qui n'a jamais existé avant lui.

Qu'a-t-elle de si extraordinaire ?  Tout simplement parce que Jésus la définit par la douceur et l'humilité, deux états de vie qui n'ont pas bonne presse aujourd'hui. La majorité des personnes ne trouvent le sens de leur existence que dans la force et la gloire/paillettes.

Pourtant, c'est par la douceur et l'humilité que Jésus arrive à nous rejoindre et que nous pourrons à notre tour rejoindre ceux qui nous entourent.

 


Mercredi 19 juillet 2023

Gratuité du pardon

Mt. 11, 25-27

 

Aujourd'hui le pardon est le centre de gravité de notre évangile.

Jésus en parle comme si c'était facile.

Nous savons bien que cela ne l'est pas.

Cela ne l'est pas parce que nous attendons toujours un retour à un pardon que nous donnons.

Pourtant, lorsque Jésus nous parle de la façon dont le Père pardonne, il nous donne le chemin à suivre : pardonner gratuitement parce que nous sommes pardonnés gratuitement.

Et lorsque nous introduisons la gratuité dans le pardon, cela devient plus facile car nous ne sommes plus seuls dans le pardon que nous donnons.

 


Mardi 18 juillet 2023

Colère de Jésus

Mt. 11, 20-24

 

Cet épisode d'évangile est extrêmement violent.

Non seulement violent parce que Jésus se met en colère.

Mais surtout parce que les propos de Jésus rejoignent presque la malédiction.

Nous ne sommes pas habitués à voir, entendre Jésus maudire quelqu'un. En général il guérit, il console, il apaise, il convertit.

Là Jésus semble manquer de foi sur la capacité de ces villes d'être converties. Comme s'il baissait les bras devantla tâche à accomplir.

Mais est-ce que Jésus vraiment maudit ces villes, ou au contraire, les avertit de manière forte de leur sort si elles ne se convertissent pas?

 


 

Lundi 17 juillet 2023

Hospitalité

Mt. 10,34-11,1

 

La vie à laquelle Jésus appelle chacun des hommes n'est pas un long fleuve tranquille qui s'écoulerait selon une plate béatitude conçue humainement.

Non, Jésus nous appelle à aimer de façon radicale, de poser l'option préférentielle des enfants de Dieu, c'est-à-dire de renoncer à tout égoïsme au profit  des frères et soeurs. Quand on choisit le Christ de façon radicale, il ne s'agit pas d'oublier ses frères humains mais au contraire de les choisir car c'est eux qui nous transmettent l'amour du Père pour nous.

Ainsi l'hospitalité à laquelle nous sommes appelés se trouve dans la gratuité que nous mettons pour accueillir ceux que le Seigneur nous envoie, sans acception des personnes ou des rangs sociaux, mais peut-être prioritairement les plus exclus de toute forme de fraternité.

 


 

Dimanche 16 juillet 2023

Laudato Si'

Mt. 13, 1-23

 

L'évangile de ce jour est centré sur les semailles et sur le semeur.

On imagine facilement le "geste auuste" du semeur qui sème le plus large possible.

Puis il y a les terrains prêts ou pas à recevoir cette bonne graine.

Ainsi on constate que la réception de la parole de Dieu ne se fait pas si facilement, chacun ayant beaucoup d'autres choses à faire "plus importantes" que d'écouter la parole de Dieu.

Cependant, cet évangile n'est pas d'abord une leçon de morale ou uneinvitation à l'introspection.

Il y a cette invitation de la part du semeur à la fraternisation entre tous les éléments de la création (nature, hommes, etc.).

On peut ainsi dire que cette parabole de Jésus est déjà l'introduction à Laudato Si'.

Merci Seigneur.

 


Samedi 15 juillet 2023

Faire la vaisselle

Mt. 5, 13-19

 

Le titre de ce billet peut sembler étrange parce que l'évangile de ce jour nous parle de sel de la terre, de lumière du monde, de la loi à accomplir.

Cet évangile a été choisi par l'Eglise pour célébrer saint Bonaventure, grand saint franciscains s'il en est.

Il a été proclamé docteur de l'Eglise en raison de son enseignement, de sa pensée, de sa sagesse, de sa foi.

Il fut appelé au service de cardinal. Et c'est là que c'est intéressant : quand les légats du pape sont venus le lui annoncer, sa seule réponse fut : "laissez-moi d'abord finir la vaisselle". Ainsi, l'un des plus grands théologiens et docteurs de l'Eglise trouvait sa sagesse dans l'humble service. C'est aussi un signe de vie fraternelle : les tâches ménagères sont partagées entre tous et aucun service ne positionne quelqu'un au dessus des autres.

 


Vendredi 14 juillet 2023

La meilleure défense : l'Esprit

Mt. 10, 16-23

 

Pourquoi Jésus nous dit-il de ne pas nous inquiéter en cas de persécution ? Vous penserez, et à juste titre, que c'est facile à dire, mais pas forcément à faire.

Et aussi, on peut se demander purquoi être persécuté ? Pourquoi être livré, dénigré, par son frère, son père, sa mère ?

Pourquoi être haïs au nom du Christ ?

De réponse pragmatique, il n'y en a pas, mais cela se joue dans la foi en l'amour de Dieu pour l'humanité. Etre attaqué, vendu, vilipendé parce qu'on croit en Dieu est grave, très grave et c'est très difficile de s'en remettre.

Cependant, pour ne pas se laisser submerger et rester en vie, il nous faut ne pas répondre par l'attaque. Il ne s'agit pas de se laisser anéantir car la volonté de Dieu n'est pas là. Il s'agit de continuer à aimer, selon nos forces. Si la violence attire la violence, sa réciproque est vraie : l'amour attire l'amour

Et en plus, commencer à aimer nous donnera envie d'aimer. Cela nous ne le faisons pas seul, mais avec l'Esprit. Pour que l'Esprit soit notre meilleure défense, il nous faut l'écouter, non pas avec nos oreilles, mais avec le coeur et la foi.

 


 

Jeudi 13 juillet 2023

Gratuité versus gratuité

Mt. 10, -15

 

"Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement", tel est le commmandement de Jésus.

Mais nous, les humains, savons-nous ce qu'est la gratuité ?

Même si on aime gratuitement, on attend toujours, secrètement, d'être un peu aimé en retour.

Pouvons-nous épouser la gratuité de Jésus qui n'attend rien en retour de son amour : simplement il donne sa vie pour notre bonheur. Pas un bonheur à la petite semaine. Non. Jésus, en donnant sa vie et sa mort (les deux) se fait incarnation de la gratuité du Père. Ainsi le Père e le Fils donnent gratuitement, unis par l'Esprit

N'oublions jamais que l'amour de Dieu pour les hommes ne peut être que gratuité absolue, sinon il n'est pas? A nous de lui emboîter le pas, à nos petits moyens, mais en sachant que quelques soient les petits pas que nous faisons, ils seront reçus comme de grandes enjambées par le Seigneur.

 


Mercredi 12 juillet 2023

Mission ciblée

Mt. 10, 1-7

 

Après avoir choisi ses disciples, Jésus les envoie en mission. Mais pas n'importe quelle mission.

Et c'est cela qui est étonnant : il s'agit de ne pas sortir des limites du peuple d'Israël. En lisant rapidement, on pourrait croire que Jésus limite le salut aux "brebis perdues d'Israël". Comment sortir de cette aporie ?

Peut-être en donnant du temps à Jésus, en nous donnant du temps : on ne peut pas partir comme cela au grand vent sans avoir commencé petit. Une fois que les "brebis perdues d'Israël" seront converties/convaincues, elles pourront à leur tour aller plus loin et répandre la bonne nouvelle du salut.

A notre tour, commençons là où nous pourrons annoncer Jésus Christ, et le reste se fera en son temps, au temps de Dieu.

 


Mardi 11 juillet 2023

Quelle récompense ?

Mt. 19, 27-29

 

Oui, quelle récompense pour avoir suivi le Christ ? Quelle récompense pour avoir tout quitté, en particulier père, mère, frères, mari, femme, etc. ?

Si on en reste à une lecture au premier degré, on peut s'étonner que Jésus soit dans un registre de marchandage, de donnant-donnant : "si vous faites ceci, vous aurez cela".

Personnellement, je ne pense pas que Jésus promette quelque chose à condition de...

Et puis quitter sa famille, ce n'est pas la renier.

Je l'entends comme : "si vous mettez chaque personne à sa place, chaque chose, vous deviendrez le plus heureux des hommes". Ainsi suivre le Christ (qui n'est pas autre chose que d'aimer contre vents et marées) dans n'importe quelle condition humaine, nous plongera dans le bonheur du don total. Et c'est cela l'essence de l'être humain.

 


Lundi 10 juillet 2023

12 ans d'attente

Mt. 9, 18-26

 

L'évangile de ce jour nous présente Jésus dans ce qu'il aime le mieux faire : guérir et sauver les gens.

Depuis une guérison presque instantanée avec la fille de Jaïre, et une guérison attendue depuis plus de 12 ans par la femme hémorroïse, c'est la même attitude. La même attitude aussi bien de Jésus que des deux personnes concernées : toutes les deux ont confiance en Jésus et en sa capacité non seulement de les guérir mais d'abord de les aimer.

Alors, si nous trouvons aujourd'hui que le Seigneur se fait attendre pour nous combler de ses grâce, soyons comme la femme et sachons attendre tout en continuant à croire, comme Jaïre qui croit que la situation n'est pas désespérée même si sa fille semble morte.

 


Dimanche 9 juillet 2023

 

Le BAC selon l’évangile

 

Mt 11, 25-30

 

Dans notre société où, à juste titre,

la formation pour avoir un emploi est importante,

les BAC +7 ou davantage sont en quelque sorte avantagés.

 

Pour rencontrer Dieu, les tout-petits eux sont avantagés.

Le BAC du cœur doux et humble est à portée de tous

et l’attitude intérieure de pauvreté

est hors de portée de toute compétition ou comparaison.

 

A la suite de saint François d’Assise, « voyons l’humilité de Dieu »

qui s’incarne pour nous manifester l’amour du Père.

Adorons le Très-Haut  qui s’est fait pour nous le Très-Bas.

Vivons au niveau de l’humus sur la terre vivante.

« La vérité germera de la terre

et du ciel se penchera la justice » Psaume 84, 13

 


 

 

 

Samedi 8 juin 2023

A chacun son ascèse

Mt 9 , 14-17

 

Les injonctions à jeûner sont aujourd’hui multiples :

pour réduire une obésité, pour se désintoxiquer, pour prier…

 

Le jeûne à l’honneur dans la religion de Jésus

avait pour but cette « purification qui rapproche de Dieu ».

Jésus sort de ces coutumes parce qu’il sort de l’opposition pur/impur

pour l’opposition juste/injuste.

 

Creuser en soi et s’ouvrir aux relations justes et ajustées

avec Dieu, soi-même, les autres et toute la création :

cela peut passer pour nous par des moments de jeûne

en avent et en carême notamment.

Pour renouveler nos pratiques,

il s’agit d’être au clair avec ce qui nous motive :

« A vin nouveau, outres neuves. »

Pour les disciples de Jésus au temps de l’évangile,

comme ils étaient en relation directe et ajustée

d’apprentissage du règne de Dieu,

le jeûne ne pouvait guère être d’actualité !

 


Vendredi 7 juillet 2023

Être appelés

Mt 9, 9-13

 

L’appel des disciples par Jésus suscite en eux un élan de vie libérateur.

Répondre à l’appel revient aussi à quitter un état de pécheur

et à pratiquer une hospitalité sans frontières

si ce n’est celles des purs, des pharisiens trop politiquement corrects

pour s’ouvrir à des « conversions subites ».

 

Jésus est venu appeler « non pas les justes mais les pécheurs ».

Nous retrouvons en écho ce que nous chantons à la Vigile pascale :

«  Heureuse faute qui nous valu un tel sauveur. »

Réjouissons-nous en ce jour d’être disciples de celui qui nous libère,

nous rend bien-portants et justes !

 


Jeudi 6 juillet 2023

Pouvoir

Mt 9, 1-8

 

Alors que certains économistes voient

dans la croissance du PIB (produit industriel brut) la santé d’une nation,

d’autres cherchent l’indice de bonheur de la population

ou encore le pouvoir de vivre de chacun.

 

Dans l’évangile de ce jour une guérison de la paralysie du corps d’un homme

prouve le pouvoir de pardonner de Jésus,

pardon qui fait sortir de la culpabilité

pour une réconciliation avec soi, avec autrui et avec Dieu.

Le Christ se révèle ainsi comme celui qui a le pouvoir de rendre à autrui

son pouvoir de bien vivre, qui est un don de Dieu pour lui.

 

« Les foules rendirent gloire à Dieu qui a donné un tel pouvoir aux hommes. »

Ce dernier verset nous met en situation pour exercer notre mission de louange de Dieu

et donner aux autres ce pouvoir de vivre qui rend heureux

par les pardons donnés et demandés

 


Mercredi 5 juillet 2023

 

Agressivité

 

Mt 8, 28-34

 

L’agressivité, la violence qui se déploie pour faire la guerre,

les tueries perpétrées par des terroristes, des civils armés déséquilibrés,

tout cela a à voir avec un chemin de mort et de mal.

 

Des possédés qui surgissent d’entre les tombes

et un troupeau de porcs qui se jette dans la mer,

qu’est-ce que cela  a à voir avec les sociétés violentes du 21ème siècle ?

Un  verset de l’évangile donne à penser :

« Ils étaient si agressifs que personne ne pouvait passer par ce chemin. »

 

La parole de ce jour nous inviterait à travailler

nos peurs du mal et celles qui nous font faire le mal.

Dès lors que nous reconnaissons le mal en nous et autour de nous,

les disciples du Christ que nous sommes

peuvent espérer des libérations semblables

à celles advenues sur un chemin maudit de Palestine.

Ce  chemin où Jésus a osé marcher

et y libérer deux possédés.

 


Mardi 4 juillet 2023

 

Être obéi par les vents et la mer

 

Mt 8, 23-27

 

Ah si les vents, les pluies, le feu, les GES (gaz à effet de serre)

étaient maîtrisés par un humain,

comme les éco-anxieux, les scientifiques, les écolos,

les jeunes qui marchent pour le climat seraient consolés !

 

La nouvelle création qui nous est promise,

comment adviendra-t-elle ?

Serait-ce avec nos efforts pour prendre soin de la première création,

de notre petite et unique planète terre ?

Avec la grâce qui nous porte à la foi, la charité et l’espérance,

osons nous mettre à l’écoute

des clameurs de la terre et des pauvres

et répondre par les petits pas à faire pour aller dans le bon sens.

 


Lundi 3 juillet 2023

 

Croire pour voir

 

Jn 20, 24-29

 

Croire en Dieu Créateur et voir dans la beauté du monde

les traces de la bonté de Dieu.

S’émerveiller de la splendeur de la nature

et croire qu’elle est cadeau de Dieu pour nous.

 

Si nous tentons d’articuler les verbes croire et voir à la lumière de l’Evangile,

il y a la promesse de bonheur pour ceux qui croient sans voir

et l’opprobre  pour l’incrédulité de saint Thomas.

Celui-ci déclare en effet qu’il croira si et seulement si il peut voir !

 

Puissions-nous regarder en ce jour

ce qui et ceux qui nous entourent

avec les yeux de la foi.

Nous aurons alors le bonheur de voir Dieu parmi nous.

 


Dimanche 2 juillet 2023

 

Accueil de l’autre

 

Mt 10, 37-42

 

A l’heure où l’Europe cherche à se doter

de règles communes pour accueillir les migrants,

l’évangile de ce jour développe pour nous une étonnante politique d’accueil :

«  Qui vous accueille m’accueille

et qui m’accueille accueille celui qui m’a envoyé. »

 

Accueillir toute personne au nom du Christ,

c’est se hisser à hauteur d’humain dans une réciprocité féconde.

Une dimension de l’accueil est aussi divine :

Reconnaître Dieu en l’autres qui réciproquement reconnaît Dieu en nous.

L’hospitalité considérée comme sacrée ne vient-elle pas de là ?

Devenir soi-même un prophète parce qu’on a accueilli un prophète ;

devenir disciple du Christ parce qu’on a accueilli un disciple du Christ !

 

Quand l’étranger devient un frère, une soeur,

Dieu est là et notre humanité s’accomplit.

Comment être concerné par le sort des migrants entassés

dans de précaires embarcations en Méditerranée ?

 


Samedi 1er juillet 2023

 

Croire sur parole

 

Mt 8, 5-17

 

Faire confiance en la parole d’autrui

parce qu’elle agit le bien, fait ce qu’elle dit.

Ainsi se vivent les justes relations entre nous

parce que nous pouvons nous croire sur parole.

 

Le célèbre récit de la guérison du serviteur du centurion,

nous en faisons mémoire à chaque eucharistie

avec ces mots avant de communier :

« Seigneur , je ne suis pas digne de te recevoir,

mais dis seulement une parole et je serai guéri. »

Si le Seigneur nous répond à chacun :

« Rentre chez toi, que tout se passe pour toi selon ta foi »,

alors la joie de Dieu est pour nous, avec nous et en nous

si nous mettons en lui notre foi !

Sainte Claire bénissait ainsi ses sœurs :

« Que le Seigneur soit toujours avec vous

et puissiez-vous être, vous aussi,  toujours et partout avec lui. »

Souhaitons-nous donc une belle journée avec le Seigneur !

 


Vendredi 30 juin 2023

 

Guérir incognito

 

Mt 8, 1-4

 

L’anonymat de ceux et celles qui pratiquent la délation

nous met mal à l’aise

mais les guérisons « incognito » peuvent nous émerveiller !

 

En transgressant la loi et en touchant le corps du lépreux,

Jésus guérit le corps de l’homme atteint d’une maladie excluante

mais il veille aussi à sa réinsertion sociale !

Voilà ce que signifie l’injonction à ne rien dire à personne et

à se montrer au prêtre qui va valider la guérison.

 

Prions en ce jour pour toutes les personnes malades, en chemin vers une guérison,

grâce à tous ceux et celles qui y contribuent incognito

par les soins quotidiens,

par les visites qui réconfortent,

par la  découverte  et la production de médicaments.

 


 

Jeudi 29 juin 2023

 

Les clés de saint Pierre

 

Mt 16, 13-19

 

Nous trouvons dans l’évangile de ce jour,

l’origine de toutes les représentations

où saint Pierre a une clé en mains.

C’est la grâce de pardonner

qui s’offre à chacun et chacune de nous :

Un pardon délie du mal subi et du mal commis

et ce sur la terre comme au ciel.

Aspirer à la paix, à la réconciliation sur la terre,

n’est-ce pas faire advenir la joie du ciel sur terre ?

 

En ce jour de la fête des saints Pierre et Paul,

prions pour tous les artisans de paix

que l’Esprit suscite en notre monde,

pour notre Europe déchirée par la guerre,

pour nos Eglises chrétiennes traversées de diverses sensibilités.

 


Mercredi 28 juin 2023

Des paroles fiables

Mt 7, 15-20

 

Peut-on accorder crédit à tout ce qui se lit sur le net,

croire toutes les publicités qui promeuvent une consommation croissante,

croire tous les « coach » et formateurs en développement personnel ?

Nous savons bien que la prudence et l’esprit critique,

le recul sont plus que nécessaire pour discerner le faux du vrai.

 

L’évangile de ce jour nous invite à nous méfier des faux prophètes

et à ne porter crédit qu’aux vrais prophètes

que l’on reconnaît aux fruits de leur prédication.

Les travaux issus de la CIASE l’ont bien montré 

"quand ils préconisent de ne plus utiliser la métaphore de l’arbre bon(en Mt 7)

pour justifier une œuvre et son auteur."

Saint Antoine de Padoue, vrai prophète disait :

« Celui qui est rempli du Saint-Esprit parle diverses langues.

Ces diverses langues sont les divers témoignages rendus au Christ,

comme l’humilité, la pauvreté, la patience et l’obéissance.

Nous les parlons quand, en les pratiquant nous-mêmes,

nous les montrons aux autres.

La parole est vivante, lorsque ce sont les actions qui parlent. »

 


Mardi 27 juin 2023

Rouler ou randonner

 

Mt 7, 6.12-14

 

Le plus facile, le plus rapide et la plus grande empreinte carbone

pour aller d’un point à un autre ,

c’est bien sûr l’autoroute à péage !

En ce temps de vacances qui s’annonce,

la randonnée par les petits chemins de traverse,

c’est bon pour la planète et  pour soi-même.

L’effort physique, les rencontres inédites,

l’émerveillement pour la nature et toutes les créatures,

nous rendent plus vivants, libres et heureux.

 

En nous hissant au niveau du sens de notre vie,

du choix de relations vivifiantes, l’évangile de ce jour

ne nous conduit-il pas sur des chemins de traverses, étroits,

plutôt que sur des autoroutes ?

Puissions-nous en ce jour,

Trouver notre petit sentier pour faire du bien au prochain

et percevoir en nous la perle de l’intériorité,

 celle de la Vie fragile et belle qui se donne à nous.

 


Lundi 26 juin 2023

Vivre ensemble

Mt 7, 1-5

 

Vivre ensemble au quotidien avec assez d’harmonie

pour voir en l’autre un frère, une sœur à ne pas juger

nécessite sans aucun doute le sens de la mesure.

Il s’agit en effet de se supporter mutuellement

dans ses différences, ses manières de parler, d’agir,

de réaliser les petites tâches quotidiennes, voire de ranger ses affaires !

 

Cela réclamerait-il surtout une bonne dose d’humour ?

L’évangile de ce jour  nous le suggère bien

avec la métaphore de la paille et la poutre !

Passer du détail qui agace au projet de vie commune

exige de relativiser ce qui nous heurte chez les autres

par la lucidité sur nous-mêmes.

 


Dimanche 25 juin 2023

témoins de l'espérance

Mt 10, 26-33

 

Non, le baptême chrétien ne fait pas de nous des privilégiés, à l'abri du malheur, pour qui il suffirait de prier et Dieu écarterait de nous tous les obstacles et calamités !

Le Christ lui-même n'a pas connu le cocon sécurisant que certains leaders promettent à leurs disciples.

En choisissant de vivre selon l'Évangile, nous savons que, quoi qu'il arrive, nous ne sommes jamais seul. Et, en regardant la croix de Jésus Christ, nous savons que la mort et la haine n'ont pas le dernier mot.
L'Esprit Saint nous apprend à discerner la Vie qui se fraie un chemin à travers tout, les signes de l'Amour à l'œuvre au cœur du monde.

Il nous apprend à reconnaître que la puissance n'est pas dans le plus spectaculaire et le plus bruyant, mais dans la multitude de graines qui germent dans le silence...
Là est le fruit de notre prière,

Là est notre espérance,

Là est notre mission...

 


 

 

Samedi 24 juin 2023

Un heureux événement !

Luc 1, 57-66,80

 

La naissance d'un enfant : célébration de la vie ! joie ! étonnement !

"Il est bien de notre famille ! il ressemble à son papa, à sa maman !"

... et il est autre !...

Une personne autre, avec son mystère, son étrangeté, sa non-conformité à nos attentes...

ce tout-petit entre nos mains, si dépendant...

... il nous renvoie à notre propre vulnérabilité,

car, déjà, il nous échappe, il nous interroge...

"Que sera donc cet enfant ?!", se disent entre eux la famille et les amis entourant Jean Baptiste.
En posant cette question, nous lui ouvrons cet avenir inconnu,

nous lui offrons la possibilité de "grandir et de se fortifier"

... et de nous étonner encore !...

"La main du Seigneur était avec lui"...

... comme avec chaque nouveau-né, avec chaque être humain...

 


 

Vendredi 23 juin 2023

Le bon filon

Mt 6, 19-23

 

Nous avons besoin de sans cesse nous rappeler quel est LE TRÉSOR de notre existence. Ce qui a de la valeur à nos yeux, ce qui est essentiel.
Ne nous laissons pas si facilement séduire, manipuler par les mirages de la consommation sans limite, de la compétition pour la gloire !

Nous sommes tellement naïfs en croyant que nous serons ainsi comblés !

... Et lorsque les accidents de la vie nous en dépouillent, c'est la cata !...

Oh ! Bienheureuse liberté intérieure ! Voilà un de ces trésors qui vaut la peine de faire grandir !

Entretenons la lumière de notre regard !

Stoppons cette fuite en avant vers les ténèbres !

Ne nous laissons pas voler le Trésor de notre espérance !

 


 

Jeudi 22 juin 2023

Rabâcher ou prier ?

Mt 6, 7-15

 

La pauvreté, la sobriété à laquelle l'Évangile nous appelle, commence dans notre manière de prier. Avec le Dieu de Jésus Christ, pas besoin de faire de grandes et belles phrases, d'apprendre à bien parler !

Il n'écoute pas mieux le brillant orateur que celui qui bredouille !

À tous, Jésus nous apprend la prière des chrétiens, le "Notre Père".

Elle est très courte, va droit à l'essentiel.

Notre Dieu est, à la fois, si intime qu'il est notre Père, et Tout-Autre car il est "aux cieux".
Il est proche de notre quotidien avec ses nécessités (le pain), ses ombres (les dettes), ses dangers (la tentation du Mal),

et, en même temps, il nous ouvre notre horizon à la sainteté, à son règne, à sa volonté que terre et ciel soient unis.

 


 

Mercredi 21 juin 2023

laaargement...

2 Co 9,6-11; Mt 6,1-6,16-18

 

Dans sa lettre aux Corinthiens, Paul lui-même commente la page d'Évangile proposée en ce jour.
Lorsque l'on désire être dans une démarche de don, faisons-le de bon cœur, généreusement, largement, sans contrainte.
Si nous faisons l'aumône, prions ou jeûnons pour être remarqués par les autres, nous nous imposons une restriction. Nous transformons notre offrande en marchandisation. Ce calcul du donnant-donnant sape notre démarche dans ses fondations.

Demandons l'Esprit de liberté pour élargir notre cœur et dépasser notre désir légitime de reconnaissance.
Nous serons alors étonnés, émerveillés de recevoir la joie en abondance !

 


 

Mardi 20 juin 2023

Humanité +++

Mt 5, 43-48

 

Comme notre monde aurait besoin de se convertir à cette folie de l'Évangile !...

Seule et unique voie pour nous sortir des impasses, des ornières des guerres qui provoquent tant de dégâts et de drames !...
Nous nous sentons démunis, impuissants !

Aimer nos ennemis ne signifie pas les laisser nous détruire et nous persécuter.
Mais c'est le meilleur et unique moyen de détruire en nous la haine et le désir de vengeance. Notre lutte se concentre sur le Mal et non sur les auteurs.

Pas d'autre arme pour rompre le cercle infernal et mortifère de la destruction !

Il est vrai que cette forme de lutte est autrement exigente !

Elle nous accule à nous imerger en Dieu le Père qui est "parfait" = "fait +++".
"Soyez parfaits !"

= Soyez au max de votre identité humaine à l'image de Dieu.

 


 

Lundi 19 juin 2023

Puissante paix

2 Co 6, 1-10. Mt 5, 38-42

 

La non-violence radicale que prône le Christ peut nous sembler provocante !

Le témoignage de Paul dans sa lettre aux Corinthiens nous éclaire. La violence, les agressions et pressions qu'il subit n'ont pas de prise sur sa paix et sa joie intérieures. Répondre à la violence par le violence montrerait que l'agresseur a eu gain de cause puisque, d'une part, il a détruit notre sérénité, et d'autre part, il nous a entraîné dans sa logique, dans ce à quoi nous nous opposions !

Paul dit qu'il se présente avec "les armes de la justice", et s'appuie sur la puissance qui vient de Dieu.
La seule qui puisse sortir notre humanité de ce cercle infernal !

 


 

Dimanche 18 juin 2023

Contagion gratuite

Mt 9, 36-10,8

 

Depuis quelques décennies, on (re-)découvre que nos pays de tradition chrétienne sont (aussi !) des terres de mission !

Diverses propositions sont faites aux chrétiens pour vivre la dimension missionnaire de leur Foi, reprenant l'expression forgée par le pape François : nous sommes des "disciples-missionnaires".

Il ne faut cependant jamais perdre de vue le soubassement chrétien de ces "missions", afin de ne pas risquer de tomber dans le mimétisme d'autres "missionnaires" !

Il ne s'agit pas de faire de la propagande, du prosélytisme, ni de mesurer la réussite de la mission avec des chiffres ou des conversions grand spectacle !

Évangéliser, c'est avant tout, écouter chaque personne, reconnaître en elle un être unique aimé de Dieu, et le lui manifester.
Seule l'attraction, la contagion de l'Amour, de la joie profonde, pourra conduire au Christ.

 


 

Samedi 17 juin 2023. Cœur Immaculée de Marie

Enfantement

Luc 2, 41-51

 

"Sa mère gardait dans son cœur tous ces événements"

Il y a bien des événements qui nous interrogent, qui nous laissent perplexes, que nous ne comprenons pas dans nos propres vies ou autour de nous !

La tentation est de trouver des réponses, des raisons, des explications le plus vite possible. Cela peut nous sécuriser !

Mais n'est-ce pas une façon de mettre un couvercle dessus ?!

Une autre tentation est de fuir, de regarder ailleurs, de passer à autre chose...

Marie nous indique une autre voie : "garder dans notre cœur ces événements". Les laisser mûrir.
Nous qui sommes formatés au tout-tout-de-suite, cela paraît inconfortable, voire anxiogène à première vue !

Osons avec Marie, la main dans sa main, entrer dans cette démarche... et nous verrons les événements s'éclairer, les paroles prendre du sens, se frayer un chemin de vie en nous, par nous... comme Marie, la mère de Jésus.

 


 

Vendredi 16 juin 2023. Fête du Cœur de Jésus

Cœur à cœur

Mt 11, 25-30

 

Pourquoi est-ce que la sagesse de Dieu est "cachée aux sages et aus savants " et "révélée aux tout-petits" ?

Jésus met-il en question la nécessité d'une formation chrétienne ?!

À moins qu'il ne donne là une orientation de fond pour une bonne catéchèse, une saine théologie ?!

Notre connaissance et notre annonce de la Foi ne peuvent être spéculatives, livresques...
Elles ne peuvent éveiller à la profondeur du Mystère de Dieu que dans la mesure où elles rejoignent la profondeur de la personne humaine, de son expérience, de sa propre sagesse.

Elles ne peuvent porter du fruit que si cette personne ouvre son cœur.
Un cœur désencombré de certitudes,

un cœur de pauvre, de petit.

 


 

Jeudi 15 juin 2023

Un regard qui espère

Mt. 5, 26-30

 

La parole de Dieu d'aujourd'hui est redoutable ! surtout lorsque on a choisi de vivre dans un monastère dont les deux pôles sont justement la vie de prière et la vie fraternelle !

Comment oser une parole ?...

Il faut bien sûr reconnaître que les germes des guerres et des conflits fratricides sont en nous, et les frottements de la vie en communauté sont là pour enlever toute illusion.

Mais alors, allons-nous tomber dans l'anesthésie, la révolte ou le désespoir ?!...

Une fois encore Jésus qui connaît le coeur de l'homme propose des moyens terre à terre, concrets, humains.

Tisser, retisser humblement jour après jour, instant après instant, les liens distendus, rompus. Regarder mon frère, ma soeur, moi-même avec un regard toujours neuf qui espère.

La foi, l'espérance et l'amour m'habitent dans la vie de prière dans la mesure où je les expérimente dans la vie fraternelle.

 


Mercredi 14 juin 2023

vers un accomplissement

Mt 5, 17-19

 

On entend parfois dire que l' "Ancien Testament" n'a plus d'intérêt parce qu'il comporte beaucoup de violence et de paroles difficiles à comprendre. Et que le "Nouveau Testament" l'aurait aboli en constituant une avancée.
Mais si on le lit de façon plus approfondie, on peut y discerner tout ce qui se trouve en germe de ce que le Christ nous annonce et que les deux Testaments s'éclairent mutuellement.

La Bible n'est pas un code de morale, mais un chemin de vie. Impossible, tant au niveau personnel que communautaire ou social, de faire l'impasse sur les étapes de ce chemin.

Dieu nous apprend, avec pédagogie, pas à pas, à accueillir tout ce qui nous habite, afin de le convertir vers lui.
Une belle histoire du salut que Jésus vient accomplir !

 


 

Mardi 13 juin 2023

Quelle saveur ?

Mt 5, 13-16

 

On ne pense au sel que lorsqu'il manque ou, qu'au contraire, il y en a trop !

On ne pense à la lumière que lorsqu'elle manque ou, qu'au contraire, elle nous aveugle !

Le sel n'est pas un aliment en soi. On l'utilise pour mettre en valeur la nourriture.
La lumière n'est pas faite pour être regardée, mais pour éclairer le lieu, les personnes, l'activité que nous faisons...
Donc, si Jésus nous appelle à être sel et lumière, ce n'est pas pour attirer l'attention et les regards sur nous, les chrétiens !

C'est pour que, par notre présence, nous mettions en valeur, nous donnions du goût, nous offrions de la lumière à la vie de nos frères et sœurs, la vie du monde.

... mais sans les aveugler,

ni les assoiffer par trop de sel !...

 


 

Lundi 12 juin 2023

Ressources insoupçonnées

Mt 5, 1-12

 

À l'heure des promesses de "l'intelligence artificielle" ou de "l'homme augmenté", Jésus vient nous montrer que notre chemin de bonheur ne peut pas se trouver dans la recherche d'une perfection idéalisée, mais dans l'accueil de notre vulnérabilité.

Celle-ci est constitutive de notre humanité. En la rejetant, nous risquons de devenir des machines sans âme ou... des tyrans !...

En l'accueillant, nous communions aux trésors de grâce qui sont en nous et en nos frères et sœurs, et nous sommes stimulés à déployer des ressources de force, de paix et de joie, de fraternité insoupçonnées !...

 


 

Dimanche 11 juin 2023

FÊTE DU CORPS ET DU SANG DU CHRIST

Deut.8, 2-16/1° Cor. 10,16-17/Jean 6, 51-58


Moïse rappelle au peuple d’Israël : « Souviens-toi :

Au désert, Dieu t’a fait passer par la pauvreté, il t’a

fait sentir la faim, et il t’a donné à manger la manne,

pour que tu saches que l’homme ne vit pas seulement

de pain, mais de toute parole qui sort de la bouche

de Dieu... »

Jésus rappelle, et va plus loin : « Vos pères ont mangé

la manne dans le désert, et ils sont morts. Celui qui mange

ce pain vivra éternellement. »

Quel pain ?

« Moi, je suis le pain vivant descendu du ciel : Si quelqu’un

mange de ce pain, il vivra éternellement. Le pain que je

donnerai, c’est ma chair donnée pour la vie du monde ! »

 

Étranges paroles d’un Dieu qui se fait Homme, qui se fait Pain !

Et pourtant, L’apôtre Paul en témoigne :

« Frères, le pain que nous rompons n’est-il pas communion au

corps du Christ ? Puisqu’il y a un seul pain, la multitude que nous

sommes est un seul corps, car nous avons tous part à un seul pain. »

IL EST GRAND, LE MYSTÈRE DE LA FOI !

 


 

 

 

Samedi 10 juin 2023

ÉLOGE DE LA GRATUITÉ

Tobie 12,1-20/Marc 12,38-44


 

Jésus donne cet avertissement : « Méfiez-vous

des scribes qui se promènent en vêtements

d’apparat, aiment les salutations sur les places

publiques, les places d’honneur... Ils dévorent

les biens des veuves, et pour l’apparence, font de

longues prières. »

Dans la salle du Trésor, Jésus regarde : beaucoup

de riches mettaient de grosses sommes. Une pauvre

veuve mit deux piécettes... « Cette pauvre veuve a mis

plus que tous les autres : Tout ce qu’elle avait pour vivre. »

 

Le guide de Tobie refuse de l’argent et se révèle :

« Je suis Raphaël, l’un des anges qui se tiennent devant

la gloire du Seigneur. C’est moi qui lui présentais votre

prière. Dieu m’a envoyé pour vous guérir. Bénissez-le

et célébrez-le devant tous les vivants pour le bien qu’il

vous a fait. Bénissez-le et chantez son nom. »

 


Vendredi 9 juin 2023

ESPRITS SIMPLES OU RETORS ?

Tobie 11,5-17/Marc 12,35-37

 

Le livre de Tobie nous raconte aujourd’hui

la joie des retrouvailles familiales, la guérison

des yeux du vieux Tobith grâce à du fiel de poisson

rapporté par son fils, l’accueil de la jeune femme

de Tobie.. Tout est bénédiction, action de grâce :

« Béni soit Dieu ! Béni soit son grand nom ! Bénis

soient tous ses saints anges ! Car Dieu m’avait frappé,

mais voici que je revois mon fils Tobie ! »

Les habitants de Ninive furent émerveillés...

Tobith continua : « sois la bienvenue, ma fille ! Béni soit

ton Dieu de t’avoir menée vers nous ! Sois comblée

de bénédictions et de joie ! »

 

Joie des gens dont la foi est simple. Alors que pour

les esprits retors, tout est compliqué...

Le Messie fils de David ?  Mais comment David lui-même

le nomme-t-il Seigneur, dans le psaume 109 ?

Jésus enseigne et pose des questions dérangeantes

pour les scribes, toujours prêts à polémiquer...

 « Mais la foule nombreuse l’écoutait avec plaisir. »

 


Jeudi 8 juin 2023

BONHEUR

Tobie 6,10 à 8,9/Marc 12,28-34


Premier des commandements, évoqué à la fois

par Jésus et par un scribe : « Le Seigneur notre Dieu

est l’unique. Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout

ton cœur, de toute ton âme, de tout ton esprit et de

toute ta force ». Et voici le second : « Tu aimeras ton

prochain comme toi-même. »  

 

Le jeune Tobie a reçu en mariage sa parente, Sarra,

malgré le danger de mort évoqué par le père.

Mais leur premier acte est la prière : « Béni sois-tu,

Dieu de nos pères, béni soit ton nom dans toutes les

générations à jamais... Daigne me faire miséricorde

ainsi qu’à elle, et nous mener ensemble à un âge avancé. 

Puis ils dirent d’une seule voix : Amen ! Amen ! »

 

Et ils furent heureux...

 


Mercredi 7 juin 2023

PRIÈRE ET FAUSSETÉ

Tobie 3, 1-17/Marc 12, 18-27


Deux prières de détresse :

Tobit : « Seigneur, lasse-moi partir au séjour

éternel, et ne détourne pas de moi ta face. Mieux

vaut mourir que connaître tant d’adversités ! »

 

Sarra, sa nièce, dont sept maris sont morts avant

de s’unir à elle, pensait à se pendre. Mais elle se

ravisa et fit cette prière : « Béni sois-tu, Dieu de

miséricorde ; béni soit ton nom pour les siècles ! »

 

« La prière de l’un et l’autre fut portée devant la

gloire de Dieu où elle fut entendue. Et l’ange Raphaël

fut envoyé pour les guérir tous deux... »

 

Les Saducéens vinrent présenter à Jésus une histoire

absurde pour le piéger à nouveau. Sa réponse ouvre

de grands horizons « Quand on ressuscite, on ne prend

ni femme ni mari, mais on est comme les anges dans les

cieux. Dieu n’est pas le Dieu des morts, mais des vivants. »

La prière entre au cœur de Dieu, non les esprits tortueux.

 


Mardi 6 juin 2023

ÉPREUVES

Tobie 2,9-14/Marc 12, 13-17

Il y a toutes sortes d’épreuves ou de mises

à l’épreuve. Tobit, homme juste, devient aveugle

par accident. Il le supporte bien au début, mais

dans le passage cité aujourd’hui, il entre en conflit

avec sa femme, qui voit ce que lui ne voit plus...

L’épreuve n’est pas voulue par Dieu, elle est permise.

Il sera guéri plus tard par un bienfait de Dieu.

 

Jésus, lui, est mis à l’épreuve par des questions

piège sur des situations délicates : Est-il permis

de payer l’impôt à César ? Jésus se soumet au réel :

« Faites-moi voir une pièce d’argent ! De qui est cette

effigie ? »  Et voici la réponse à cette hypocrisie :

« Ce qui est à César, rendez-le à César, et à Dieu ce

qui est à Dieu ! »

Sagesse qui est justice et vérité,

qui ouvre à plus grand que soi.

 


Lundi 5 juin 2023

CONTRASTES

Tobie1,3.2,1-8/ Marc 12,1-12


Les livres de sagesse de l’Ancien Testament

nous présentent un beau visage de croyant, en

la personne de Tobith, déporté à Ninive.

Il désire partager un repas de fête avec un pauvre,

Mais son fils découvre en ville un juif assassiné, et

Tobith quitte tout pour l’enterrer, au péril de sa vie.

 

Jésus, par contre, se heurte aux chefs des prêtres,

scribes et pharisiens qui ne peuvent le supporter.

C’est l’histoire des vignerons homicides dans la

vigne de Dieu...

« Les chefs du peuple cherchaient à arrêter Jésus,

mais ils eurent peur de la foule... Ils avaient bien

compris qu’il avait dit la parabole à leur intention.

Ils le laissèrent donc et s’en allèrent. »

 

La foi peut engendrer des attitudes bien différentes :

Humilité et amour fraternel ou orgueil, et volonté de

faire taire « l’autre » qui me dérange, même au prix

de sa mise à mort.

 


Dimanche 4 Juin 2023

FÊTE DE LA SAINTE TRINITÉ

Exode 34,4-9/2° Cor. 13,11-13/Jean 3,16-18

 

Les textes de ce dimanche sont très courts, mais

essentiels. Ils nous révèlent vraiment qui est Dieu,

dans son mystère trinitaire révélé par Jésus.

Il se découvre à Moïse  comme « Le Seigneur, Dieu

tendre et miséricordieux, lent à la colère, plein d’amour

et de vérité. »

« Dieu a tant aimé le monde – dit Jésus – qu’il a donné

son Fils unique, afin que quiconque croît en lui ne se

perde pas, mais obtienne la vie éternelle. »

 

Enfin Paul nous presse : 

« Soyez dans la joie, encouragez-vous, soyez d’accord

entre vous, vivez dans la paix, et le Dieu d’amour et de

paix sera avec vous. »

Et enfin, il résume sa foi : « Que la grâce du Seigneur

Jésus-Christ, l’amour de Dieu et la communion du

Saint-Esprit soient avec vous tous. »

Telle est notre foi !

 


Samedi 3 juin 2023

Droiture et faux-fuyant

Ben Sira 51,12-20/Marc 11,27-33

 

Le témoignage du Sage est remarquable

de droiture lorsqu’il évoque son itinéraire spirituel.

« Quand j’étais encore jeune et que je n’avais pas

erré ça et là, aux yeux de tous j’ai cherché la Sagesse

dans ma prière... »

 

Quel contraste avec les grands prêtres, les scribes

et les anciens de Jérusalem, interlocuteurs de Jésus

avec leurs questions-pièges ! Mais Jésus a la finesse

de la vérité qui dérange. Lui aussi posera la

question qui les renvoie à eux-mêmes, et on en

restera là dans ce dialogue impossible.

Puisse l’Esprit Saint simplifier nos cœurs.

 


Vendredi 2 juin 2023

UN ENSEIGNEMENT SUBVERSIF

Ben Sira 44,1.9-13/Marc 11,11-25


« Faisons l’éloge de ces hommes glorieux

qui sont nos ancêtres... »  disait le Sage.

 

Est-ce le cas pour Jésus ?

 

« Entré dans le Temple de Jérusalem, Jésus

se mit à expulser ceux qui vendaient et achetaient

dans le Temple. Il déclarait :

L’Écriture ne dit-elle pas : ma maison sera appelée

maison de prière pour toutes les nations ?

Or, vous en avez fait une caverne de bandits !

Apprenant cela, les grands prêtres et les scribes

cherchaient  comment le faire périr. En effet, ils avaient

peur de lui, car toute la foule était frappée par son

enseignement. »
Jésus disait encore : « Ayez foi en Dieu !  Tout ce que vous

demandez dans la prière,  croyez que vous l’avez obtenu,

et cela vous sera accordé. Et quand vous vous tenez en

prière, si vous avez quelque chose contre quelqu’un,

pardonnez, afin que votre Père qui est aux cieux vous

pardonne aussi vos fautes. »

 

Le Maître de la prière qu’était Jésus ne se faisait pas

que des amis par son enseignement ! Mais sa Parole demeure.

 


Jeudi 1° juin 2023

LA GLOIRE DE DIEU

Ben Sira 42,5-25/Marc 10, 46-52


Le Sage exulte devant les œuvres du Seigneur :

« Comme le soleil dans son éclat regarde chaque

chose, ainsi la gloire du Seigneur rayonne dans

toute son œuvre. Le Seigneur a scruté les abîmes

et les cœurs. Il a discerné leurs subtilités, car le

Très-Haut possède toute connaissance, il a observé

les signes des temps... Aucune pensée ne lui a échappé,

pas une parole ne lui a été cachée. »

Jésus poursuit l’accomplissement des œuvres de Dieu :

« Un aveugle qui mendiait était assis au bord du chemin.

Il se mit à crier : Jésus, fils de David, aie pitié de moi !

Jésus s’arrête et dit : Appelez-le ! L’aveugle courut vers

Jésus : Que veux-tu que je fasse pour toi ?  Rabbouni,

que je retrouve la vue ! va, ta foi t’a sauvé !

Aussitôt l’homme retrouva la vue, et il suivait jésus

sur le chemin. »

Tout est possible à celui qui croit et se confie à Jésus,

le Fils bien-aimé de Dieu.

 


Mercredi 31 mai 2023

FÊTE DE LA VISITATION DE MARIE

Romains 12,9-16/Luc 1, 39-56

 

Même si c’est une fête de la jeunesse de Marie

cet épisode garde tout son impact dans la vie

d’aujourd’hui, comme en témoigne saint Paul :

« Soyez unis les uns aux autres par l’affection

fraternelle, rivalisez de respect les uns pour les

autres, ne ralentissez pas votre élan, restez dans

la ferveur de l’Esprit, servez le Seigneur, ayez la

joie de l’espérance, soyez assidus à la prière... »

St luc écrit :

« Marie se rendit avec empressement vers la

région montagneuse. Elle entra dans la maison

de Zacharie et salua Élisabeth, qui fut remplie

d’Esprit S. aint et s’écria : Tu es bénie entre toutes

les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni...

Marie dit alors : Mon âme exalte le Seigneur,

exulte mon esprit en Dieu mon Sauveur... Sa

miséricorde s’étend d’âge en âge sur ceux qui le

craignent. Il élève les humbles, il se souvient de

son amour... »

 


 

 

 

Mardi 30 mai 2023

JUSTE RELATION AVEC DIEU

Siracide 35,1-15/Marc 10, 28-31

 

Le Sage nous dit :

« Donne au Très-Haut selon ce qu’il te donne,

et sans être regardant, selon tes ressources,

car le Seigneur est Celui qui paye de retour :

Il te rendra sept fois plus que tu n’as donné. »

 

C’est bien ce que dit Jésus :

« Nul n’aura quitté, à cause de moi et de l’Évangile,

une maison, des frères, des sœurs, une mère, un père,

des enfants ou une terre.... sans qu’il reçoive,

en ce temps déjà, le centuple : maisons, frères, sœurs,

mères, enfants et terres .... avec des persécutions,

et dans le monde à venir, la vie éternelle ! »

Y croyons-nous vraiment ?

 


Lundi 29 mai 2023

MARIE, MÈRE DE L’ÉGLISE

Actes 1,12-14/ Jean 19,25-34


C’est le 21 novembre 1964, au cours du

Concile Vatican II, que le pape Paul VI

déclarait Marie Mère de l’Église, et le 11

février 2018, le pape François demandait

que l’Église célèbre la mémoire de Marie

sous ce vocable le lundi de Pentecôte. C’est

en dire l’importance pour la vie du peuple

de Dieu à travers les temps. Pourquoi ?

 

Marie se tenait au pied de la croix avec Jean

lorsque Jésus dit à sa mère : « Femme, voici

ton fils ! » et au disciple « Voici ta mère »

Jean nous représentait tous...

Et l’on retrouve Marie dans l’attente de

l’Esprit Saint « Les disciples montèrent

dans la chambre haute où ils se tenaient

habituellement. Tous, d’un même cœur,

étaient assidus à la prière avec des femmes,

avec Marie, la mère de Jésus, et avec ses frères. »

Nous pouvons faire confiance en son intercession.

 


 

 

Dimanche 28 mai 2023

Recevez l'Esprit Saint

Jn 20, 19-23

 

La fête de la Pentecôte, grande fête par excellence pour les Juifs et les chrétiens. Pour les Juifs, fête de l'Alliance de Dieu avec son peuple, pour les chrétiens fête de l'envoi de l'Esprit sur tous les hommes qui l'accueilleront.

Cet envoi de l'Esprit ressemble fermement à une alliance car si Jésus envoie l'Esprit, c'est bien pour consolider l'alliance que le Père a liée avec l'humanité.

Cet Esprit n'est pas qu'une question de pardon des péchés par une catégorie particulière. L'Esprit est donné à chacun pour qu'il puisse, à son tour, transmettre sa foi au Dieu vivant. C'est l'Esprit qui nous permet, à la suite du Fils, d'appeler Dieu "abba", et d'appeler le Fils "Seigneur". Et non seulement de nommer, mais d'y croire du fond de notre âme et de notre coeur et de recevoir ainsi la vie.

"Viens, Esprit Saint, en nos coeurs et envoie du haut du ciel un rayon de ta lumière".

 


Samedi 27 mai 2023

Souffle de Dieu

Jn. 21, 20-25

 

Ce passage d'évangile n'est que souffle, souffle de Dieu ou souffle de l'Esprit. Ce souffle donne aux disciples réunis la foi en la parole de Jésus qui leur est apparu, la foi en sa résurrection. Mais ce souffle n'a pas encore atteint Thomas puisqu'il était absent. C'est pourquoi il ne peut croire : il n'a pas encore bénéficié, comme ses amis disciples, du souffle de l'Esprit. On ne peut donc lui reprocher son manque de foi.

On reconnaît l'expression de Jésus : le vent souffle où il veut, d'où qu'il vienne et où qu'il aille. Mais ce souffle donne la vie, de l'énergie, de l'audace d'aller de l'avant aux disciples.

Puissions-nous nous laisser atteindre avec la même force par ce souffle de Dieu afin que beaucoup puissent en bénéficier, à l'instar des disciples qui n'hésitent pas à témoigner.

 

Viens Esprit de courage et de force, viens habiter le coeur des fidèles ! Qu'ils soient brûlés au feu de ton amour.

 


Vendredi 26 mai 2023

Suivre par amour

Jn. 21, 15-19

 

Par trois fois Jésus demande à Pierre s'il l'aime. Par trois fois Pierre répond : "oui, Seigneur, tu le sais". Une façon de dire à Jésus : "mais pourquoi me le demandes-tu ? as-tu besoin d'être confirmé par mon amour ?"

Et je ne pense pas non plus que Jésus ait pu douter de l'amour de Pierre et donc que sa question en trois étapes serait pour se rassurer !

 

Alors, on peut imaginer que cette question est en fait destinée à Pierre, mais aussi à nous aujourd'hui : pour suivre le Christ il faut l'aimer, voilà ce que Jésus nous dit. Et Pierre remplit toutes les cases, de cet amour. Comme quoi on peut aimer et être aimé tout en faisant de graves erreurs. Car l'essentiel n'est pas de tomber mais la manière dont nous nous relevons.

Une fois relevés, sans doute aidés par le Christ lui-même, nous pouvons l'aimer suffisamment pour le suivre.

 


Jeudi 25 mai 2023

Amour partagé

Jn. 17, 20-26

 

La prière que Jésus adresse à son Père n'est que sa confiance, son amour,  pour le Père et pour les hommes.

Tout l'amour que Jésus reçoit du Père, il le donne à l'humanité.

Tout l'amour que Jésus donne à son Père, il le donne aussi à l'humanité dans le même mouvement

 

Toute l'unité que Jésus a avec le Père, il la partage avec l'humanité.

Et ainsi toute inhabitation du Père en son Fils devient inhabitation du Père en l'humanité.

 

La promesse du Royaume de Dieu pour les hommes se trouve révélée, réalisée dès cette prière de Jésus à son Père.

 

Viens Esprit d'unité et d'amour, viens habiter le coeur des hommes !

 


 

Mercredi 24 mai 2023

Vérité est Joie

Jn. 17, 11-19

 

Jésus annonce à ses disciples son départ. Il va retrouver son Père. Mais en fait, son Père et Lui ne se sont jamais quittés puisqu'ils sont l'un en l'autre et réciproquement. C'est pourquoi il peut dire, à propos de Lui et de son Père : "nous sommes un".

Cette unité, cette union provoque en lui la joie, joie que Jésus veut communiquer à ses disciples. Une joie qui vient du Père dont la parole de vérité les consacrera.

Consacrer, un terme bien difficile à comprendre, mais qui est éclairé par le terme vérité. Ainsi c'est la vérité, celle qu'est Jésus et celle qu'est le Père (qui en fait ne'est qu'une seule et même vérité), qui donne aux disciples la capacité et la joie de témoigner du Royaume et de Jésus, fils de Dieu. Viens, Esprit de vérité et de joie, viens consacrer l'unviers!

 


 

Mardi 23 mai 2023

Visites de l'Esprit Saint

Ac. 20, 17-27

 

Aujourd'hui, l'évangile est le même que celui de dimanche. Donc, il vous faut vous reporter à dimanche. C'est pourquoi j'ai choisi les Actes des Apôtres, le passage où Paul part à Jérusalem, enchaîné vers un destin qu'il ne connaît pas.

Il réclame qu'on lui fasse droit de son honnêteté et de sa persévérance : il a bien couru sa course.

Mais ce qui est notable, c'est sa foi, sa foi en Christ, mais aussi sa foi en l'Esprit. Il se dit assisté de Lui dans chaque ville et il l'est certainement.

Et nous croyons-nous que nous sommes assistés de l'Esprit dans chacune de nos actions, etc ? Essayons de repérer combien de fois nous avons été assistés par l'Esprit dans nos vies, nos journées ? Et nous pourrons constater que, réellement, l'Esprit est à l'oeuvre dans nos vies, à chaque instant et nous pourrons en rendre grâce.

 


Lundi 22 mai 2023

Communion divine

Jn. 16, 29-33

 

Les disciples se réjouissent de comprendre enfin Jésus. Pour eux, il s'exprime clairement.

Mais que leur dit Jésus : "Je pars et vous allez me laisser seul". Ce n'est pas un reproche qu'il leur adresse, c'est l'annonce de son départ, sans eux. Ce n'est pas encore l'heure des disciples de partir avec Jésus.

Par contre, même si Jésus part seul, contrairement aux apparences, il n'est pas seul car il est en son Père et son Père est en lui. Donc Jésus vit une solitude qui peut se résumer en un seul mot : communion divine.

Voilà ce à quoi nous sommes appelés.

 


Dimanche 21 mai 2023

Connaître le seul vrai Dieu

Jn. 17, 1-11

 

La vie éternelle, c'est de connaître le seul vrai Dieu, nous dit Jésus.

Est-ce à dire que la vie éternelle est déjà commencée puisque les chrétiens sont en relation avec le seul vrai Dieu ?

Est-ce à dire que ceux qui ne sont pas chrétiens n'ont pas accès à la vie éternelle dès maintenant ?

Je ne pense pas que ce soit cela. Les directives ou instructions que Jésus donne s'adressent à ceux qui l'ont déjà rencontré. A aucun moment, il n'exclut qui que ce soit. Mais, peut-être, le fait de le connaître, de connaîtree le Père, nous donne plus de devoirs que de droits. Et c'es devoirs, ce n'est pas autre chose que de garder sa parole de afin que le monde croie et qu'il goûte dès à présent à la vie éternelle.

 


Samedi 20 mai 2023

Demande et joie

Jn. 16, 23-28

 

L'évangliste Jean poursuit sur la joie mais en lui donnant une nouvelle coloration.

Le fait de demander au Père, au nom du Christ, nous donnera également la joie parfaite.

Cette joie parfaite trouve ses fondements dans l'amour du Christ pour nous, du Père pour nous.

A aucun moment le Christ ne nous abandonne, ni le Père, mais en nous envoyant l'Esprit de vérité, le Christ confirme notre appartenance au Père et combien le Père nos aime.

Alors, invoquons le Père de nous envoyer l'Esprit, comme Il l'a toujours fait et c'est l'unique demande à formuler aujourd'hui.

 


Vendredi 19 mai 2023

La joie parfaite

Jn. 16, 20-23

 

La joie dont parle Jésus n'est pas de la même couleur que celle dont parlait François d'Assise.

La couleur de cette joie promise par Jésus est une joie permanente, éternelle, qui ne disparaît pas et ne s'amenuise pas.

Même la tristesse de voir partir Jésus ne peut supplanter cette joie promise car elle est du Père par l'Esprit en Jésus.

Alors, dans les moments sombres de nos vies, n'oublions pas que le socle de notre foi ne peut être atteint. Il peut être caché mais pas enlevé. Là est la joie parfaite.

 


Jeudi 18 mai 203

En mission avec Jésus et l'Esprit

Mt. 28, 16-20

 

Aujourd'hui, fête de l'Ascension, fête du départ de Jésus d'auprès de nous pour retrouver le Père.

Mais c'est un départ qui n'est pas un deuil, bien au contraire. Jésus nous donne une mission, celle d'annoncer l'Evangile aux quatre coins du monde. Ainsi, nous devenons les relais de l'eovure de Jésus. Nous pouvons le devenir grâce à l'Esprit Saint qui nous est envoyé.

Mais n'oublions pas le coeur de la mission : annoncer que Jésus est avec les hommes, tous les hommes, tous les jours jusqu'à la fin du monde.

 


Mercredi 17 mai 2023

La vérité tout entière

Jn. 16,12-15

 

La vérité, un mot bien galvaudé aujourd'hui car chacun possède sa vérité et il n'y en aurait pas d'autre.

Jésus se situe délibérément dans un autre registre. Il parle de vérité tout entière, c'est-à-dire de vérité que nous ne pouvons pas embrasser d'un seul regard ou d'un seul désir car Jésus parle de la vérité divine.

Et cette vérité tout entière, l'Esprit vient nous en dévoiler ce que nous pouvons recevoir, comprendre, porter. Et il le fait en nous partageant quelque chose de la place de Jésus, de la place de cet Esprit, dans le Père.

Comme Jésus est dans le Père, nous sommes nous aussi dans le Père. Mais c'estde foi et pourtant c'est la vérité tout entière.

 


Mardi 16 mai 2023

Ce n'est pas un adieu

Jn. 16, 5-11

 

Jésus continue à préparer les disciples pour la venue de l'Esprit Saint.

Cet Esprit, n'est pas un remplaçant de Jésus, ni un substitut, comme si il fallait quelqu'un d'autre, de nouveau.

Non l'Esprit est Jésus puisqu'il est l'Esprit de Jésus.

C'est pourquoi Jésus peut dire à ses disciples que cet Esprit fera les mêmes oeuvres que lui-même et qu'il vient du Père comme lui, Jésus vient du Père. On peut dire que la promesse de Jésus "je ne vous laisserai pas orphelin" est accomplie, et que la "présence-absence" de Jésus se réalise.

 


Lundi 15 mai 2023

Garder la mémoire

Jn 15,26-16,4

 

Jésus promet le Paraclet, l'Esprit Saint, mais il ne se contente pas de le romettre.

Il s'assure que les disciples ont bien compris et qu'ils gardernt bien cela en mémoire pour que le jour où l'Esprit Saint sera env oyé, ils soient capables de le reconnaitre et de l'accueillir.

Avec cette promesse, il prévient que tout ne sera pas rose et qu'être chrétien, c'est-à-dire aimer comme lui Jésus a aimé, comporte des souffrance. Mais ces souffrances sont la porte pour la vie

 


Dimanche 14 mai 2023

 

L’Esprit défenseur

 

Jn 14, 15-21

 

Nous vivons tous et toutes à certaines heures des situations

où une autre personne nous confirme,

prend notre défense face à nos détracteurs.

Heureux moments où ces encouragements

nous sont donnés pour

persévérer dans nos recherches, actions et convictions !

 

Pressentant un avenir à construire pour ses disciples quand il les quittera,

Jésus les prévient et leur donne de quoi défendre leur foi :

l’Esprit de vérité qui fait le lien entre le Père et le Fils,

l’amour de Dieu, gage de vie profonde,

le Christ en nous et nous en lui.

 

Sous le souffle de l’Esprit, reconnaissons et engageons-nous

dans cet amour du Fils qui conduit au Père et nous le manifeste

 


Samedi 13 mai 2023

Haine par ignorance

Jn 15, 18-21

 

Aujourd’hui même, combien de chrétiens seront expulsés de chez eux,

en butte à la persécution, accusés de blasphème ?

 

D’où vient cette haine ?

De l’ignorance de qui a envoyé le Christ.

« Les gens vous traiteront ainsi à cause de mon nom,

parce qu’ils ne connaissent pas Celui qui m’a envoyé »

Entendons-nous en écho, cette parole du Christ en croix :

« Père pardonne-leur car ils ne savent ce qu’ils font. » ?

 

Mais tout n’est pas perdu pour les chrétiens persécutés :

« Si l’on a gardé ma parole, on gardera aussi la vôtre. »

Espérance qu’une parole soit accueillie un jour

et qu’elle donne vie à qui la reçoit !

 


Vendredi 12 mai 2023

Vivre en amitié

 

Jn 15, 12-17

 

Aimer jusqu’à donner sa vie.

Ce mode d’être du Fils de Dieu, Jésus le Christ  est à notre portée

dans la mesure où nous nous aimons les uns les autres.

 

Être assez tournés vers autrui pour que sa vie à lui nous importe ;

transformer en amitiés les inimitiés les plus graves.

Ceci n’est pas un défi impossible

si nous accueillons tout l’amour du Père

que le Fils nous transmet en toute amitié.

 

Appelés par le Christ, nous ne comprendrons pas la société

comme un rassemblement de « bisounours »

mais comme le lieu du dépassement de soi

pour construire une communauté humaine fraternelle

où nous nous aimons les uns les autres .

 


Jeudi 11 mai 2023

Rester en sa demeure

Jn 15, 9-11

 

Une joie pascale éclaire l’Evangile de ce jour.

A la demande de demeurer dans son amour,

Jésus adjoint la promesse de sa joie en nous.

 

Parfaite est cette joie car elle est pascale

et nous introduit dans l’intimité du Ressuscité.

 

« Reste avec nous car le soir tombe »

disaient les deux disciples d’Emmaüs 

au Ressuscité qu’ils n’avaient pas reconnu.

Une fois reconnu, il disparaît à leurs yeux

Mais la joie de cette rencontre demeure en eux

et les brûle d’amour pour Jésus !

 


Mercredi 10 mai 2023

 

Fécondité reçue et fruits partagés

 

Jn 15, 1-8

 

Disciples du Christ, notre fécondité missionnaire

nous vient exclusivement de lui.

La promesse de fruits à partager se réalisera dans la mesure

où nous oserons le demander au Père.

Les fruits viendront en leur temps

et à la mesure de notre attachement au Christ,

de notre fidélité à observer, pratiquer ses commandements.

 

La Corée s’est auto-évangélisée par un groupe de coréens dès 1770

ayant étudiés  un livre de Matteo Ricci s.j écrit en chinois

même si en 1785 le christianisme est interdit, il continue à se répandre…

 

Nous n’avons donc pas à nous inquiéter des fruits

de nos vies de disciples missionnaires.

Le temps de Dieu n’est pas le nôtre

et la fécondité de nos actes peut demeurer secrète très longtemps !

 


Mardi 9 mai 2023

 

Le Père, aller-retour

 

Jn 14, 27-31a

 

Quand Jésus explique à ses disciples

son futur retour vers le Père, ils sont bouleversés.

Quand un de nos proches entame son ultime passage de la mort à la vie éternelle,

un aller-simple vers le Père, il y a en nous des bouleversements.

La peine de la séparation se profile

et une inouïe espérance nous habite :

la joie pour lui de son retour à Dieu dans la béatitude éternelle.

 

Puissions-nous vivre ce jour dans la mystérieuse présence du Ressuscité

qui nous communique une profonde paix intérieure.

Sa paix qui fera de nous des pacificateurs sur notre terre déchirée :

« Heureux les artisans de paix, ils seront appelés Fils de Dieu. »

 


Lundi 8 mai 2023

 

Que se passe-t-il ?

 

Jn 14, 21-26

 

Eco-anxieux et collapsologues se demandent

comment toute notre civilisation, notre maison commune

pourrait s’effondrer, basculer vers une planète inhabitable par l’humanité !

Mais tous n’espèrent-ils pas en même temps un possible monde meilleur ?

 

Avant la Passion, les disciples pressentent bien

que leur histoire avec jésus risque de mal tourner.

« Alors que se passe-t-il ? » demande Judas à Jésus :

Comment et à qui vas-tu te manifester en ton être de Fils de Dieu ?

La réponse de Jésus est limpide :

un simple appel à la joie de l’intériorité dirigeant nos actes :

« Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole, mon Père l’aimera

et nous viendrons vers lui, et chez lui, nous nous ferons une demeure. »

Et si nous voulons savoir comment cela va se passer,

comptons sur l’Esprit Saint qui nous est donné.

 


Dimanche 7 mai 2023

 

GPS divin

 

Jn 14, 1-12

 

Cela fait une semaine que la liturgie nous propose de méditer

ce chapitre 14 de l’Evangile de saint Jean.

Et Philippe et Thomas manquent toujours de GPS

pour suivre Jésus dans son discours !

L’inouï des propos de Jésus a en effet de quoi nous désorienter.

Nous en arriverions à confondre le Père et le Fils

et à ne plus nous y retrouver.

 

Mais si nous suivons les pronoms personnels qui s’énoncent

dans les propos de Jésus tout peut s’éclairer :

«  Je suis le chemin ; qui me voit, voit le Père ;

qui demeure en moi fait ses propres œuvres

et les paroles que je dis viennent de lui. »

 

En deux mots comme en cent,

chacun et chacune de nous sommes invités à entrer en relation

avec le Père de Jésus-Christ

qui nous ouvre la porte du lieu où il se trouve :

en notre cœur profond où l’amour se vit.

 


Samedi 6 mai 2023

 

Porte-Parole

 

Jn 14, 7-14

 

Nombre de communicants portent la parole d’un autre,

politicien, artiste, entrepreneur en lui donnant

une forme accessible, crédible, voire vertueuse !

 

Dans nos églises, nos voix portent des paroles bibliques

qui ont d’abord été écrites par des auteurs inspirés.

Par notre proclamation, la parole de Dieu devient une Parole vivante

qui s’adresse ici et maintenant à tous les auditeurs

 

Dans l’Evangile proclamé ce jour, Jésus se dit le porte-parole du Père.

Il est venu pour nous le faire connaître

et nous partager cette relation d’amour filial qui nous est aussi offerte.

N’a-t-il pas dit à Marie-Madeleine :

« Je monte vers mon Père et votre Père,

vers mon Dieu et votre Dieu ? » Jn 20, 17

 


Vendredi 5 mai 2023

 

Habitats partagés

 

Jn 14, 1-16

 

S’il y a beaucoup de demeures dans la maison du Père,

est-ce pour tous les habitants de ce monde,

quelles que soient leurs états de vie et leurs convictions ?

 

Si Jésus va vers le Père, revient vers nous

puis nous emmène près de lui,

est-ce qu’entrer en relation avec lui nous donne accès à une demeure inédite,

celle du plus intime de nous où son Esprit murmure abba Père ?

 

Habités par ces questions,

en demeurant auprès du Christ dans la prière,

veillerons-nous à donner un toit, une place

à tous ceux et celles qui partagent aujourd’hui

cette maison commune qu’est notre planète ?

 


Jeudi 4 mai 2023

 

Accueillir les envoyés

 

Jn 13, 16-20

 

Dans nos sociétés, les « anges » ont le vent en poupe ou dans les ailes.

Chercher des signes et des messages pour aborder le mystère

de ce qui nous dépasse,  ce qui soutient et fonde nos vies,

rien de plus compréhensible !

 

L’Evangile de ce jour nous remet les pieds sur terre

ou dans l’eau du service et du soin.

Qui sera celui ou celle que Jésus m’envoie aujourd’hui ?

Pourrais-je entendre la voix du Maître

dans l’auxiliaire de vie qui vient soigner un proche avec délicatesse ;

dans la personne qui aujourd’hui a préparé mon repas ?

 


Mercredi 3 mai 2023

 

Grandes œuvres

 

Jn 14, 6-14

 

Les compagnons qui restaurent

la cathédrale Notre-Dame de Paris à l’identique

participent certes à une grande œuvre !

 

Les artisans de l’Evangile, disciples du Christ font aujourd’hui,

l’œuvre du Père initiée par le Fils

qui s’est incarné pour instaurer le règne de Dieu.

Avec la grâce et notre bonne volonté,

Puissions-nous en ce jour annoncer, célébrer et servir,

disciples missionnaires de l’amour de Dieu pour toute l’humanité.

 


Mardi 2 mai 2023

Mutuelle reconnaissance

Jn 10, 22-30

 

On juge une personne sur ses actes plus que sur ses paroles.

L’évangile de ce jour nous apprend comment juger Dieu même

sur la vie éternelle donnée par une connaissance mutuelle.

Loin de nous la présomption de connaître Dieu

sauf par ce qu’il n’est pas !

 

Mais nous pouvons nous reconnaître appelés, aimés et attendus

par la douce parole de l’Evangile que Jésus nous adresse aujourd’hui :

« Mes brebis écoutent ma voix. »

Personne ne veut se comporter comme un mouton de Panurge,

encore moins un pauvre animal d’élevage intensif !

 

Toutefois nous pouvons observer qu’entre un berger et son modeste troupeau,

entre un éleveur de vaches et ses animaux appelés par leur nom,

il y a une sorte de reconnaissance mutuelle par la voix.

 

Une écoute de l’évangile peut-elle y ressembler ?

« Venez, venez » à moi nous dit Jésus

et je vous donnerai la vie éternelle.

 

 


Lundi 1er mai 2023

 

De quel enclos ?

 

Jn 10, 11-18

 

A l’heure où notre civilisation s’interroge sur les communs et les propriétés privées,

l’histoire des « enclosures » revient :

quand certains ont mis « des frontières » décidant que c’était leur terre.

 

L’Evangile du bon pasteur nous apprend  que celui-ci

possède plusieurs « enclos » mais un seul troupeau.

Notre humanité est bien « une »

dans une seule maison commune à sauvegarder.

Jésus le Christ, notre Seigneur et pasteur en prend soin dans sa globalité.

Le ressuscité nous conduit, sa vie nous est toute donnée.

L’enclos spécial aux « disciples du Christ » abrite ceux et celles

qui ont mission d’annoncer la Bonne nouvelle.

Puisse l’Esprit de Jésus nous conduire en ce jour.

 


 

 

4e DIMANCHE DE PÂQUES – 30 AVRIL 2023 –

Jésus notre unique berger

Actes 2,14.36-41/1 Pierre 2,20-25/Jean 10,1-10

 

 

Inoubliables paroles de Jésus :

« Celui qui entre par la porte, c’est le pasteur, le berger

des brebis. Elles écoutent sa voix. Ses brebis à lui, il les

appelle chacune par son nom, et il les fait sortir. Quand

il a poussé dehors toutes les siennes, il marche à leur tête,

et les brebis le suivent, car elles connaissent sa voix...

Moi, je suis la porte. Si quelqu’un entre en passant par moi,

il sera sauvé ; il pourra entrer, il pourra sortir, et trouvera

un pâturage... Je suis venu pour que les brebis aient la vie,

la vie en abondance. »

Avec un si bon guide, que risquons-nous face aux voleurs,

aux bandits qui ne viennent que pour voler, égorger, faire périr ?

 

« Convertissez-vous, disait Pierre à la foule rassemblée

le jour de la Pentecôte, et que chacun de vous se fasse baptiser

au nom de Jésus Christ pour le pardon de ses péchés ; vous

recevrez alors le don du Saint-Esprit. Car la promesse est pour vous... »

 

« C’est pour vous que le Christ a souffert ; – écrit-il encore – Par ses

blessures, nous sommes guéris. Car vous étiez errants comme des

brebis, mais vous êtes retournés vers votre berger, le gardien de vos âmes. »

 


 

Samedi 29 avril 2023

Sainte Catherine de Sienne

1 Jean 1,5 – 2,2/Mat.11,25-30

 

 

« Bien-aimés – écrit Jean – tel est le message que nous

avons entendu de Jésus Christ : Dieu est lumière ; si nous

marchons dans la lumière, comme il est lui-même dans la

lumière, nous sommes en communion les uns avec les autres,

et le sang de Jésus, son Fils, nous purifie de tout péché...

C’est lui qui, par son sacrifice, obtient le pardon de nos péchés,

non seulement les nôtres, mais encore ceux du monde entier. »

 

Tel est le message de Jean, comme celui de Catherine de Sienne,

nommée par Jean-Paul II co-patronne de l’Europe. Nous pouvons

donc recourir à elle avec confiance dans les si grands besoins

présents, enracinés dans la parole de Jésus :

« Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange :

Ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé

aux tout-petits. Venez à moi,  vous tous qui peinez, et moi,

je vous procurerai le repos. »

 


Vendredi 28 avril 2023

Coup de tonnerre

Actes 9, 1-20/ Jean 6,52-59

 

 

La conversion de Saul de Tarse en Paul, apôtre des nations :

Saul était toujours animé d’une rage meurtrière contre

les disciples du Christ.  Soudain, une lumière venue du ciel

l’enveloppa de sa clarté. Il fut précipité à terre, et une voix

lui disait : Saul, Saul, Pourquoi me persécuter ? Qui es-tu, Seigneur ?

Je suis Jésus, celui que tu persécutes. Entre dans la ville, on

te dira ce que tu dois faire.

Le Seigneur envoie près de lui le disciple Ananie, plutôt réticent :

« Va, car cet homme est l’instrument que j’ai choisi pour faire

parvenir mon nom auprès des nations, des rois et des fils d’Israël.

Et moi, je lui montrerai tout ce qu’il faudra souffrir pour mon nom »...

« Saul, mon frère, celui qui m’a envoyé, c’est le Seigneur Jésus.

Tu vas retrouver la vue et tu seras rempli d’Esprit Saint. »

Saul retrouva la vue, se leva et fut baptisé. Il prit de la nourriture

et les forces lui revinrent

"Il passa quelques jours à Damas avec les disciples, et sans plus

attendre, il proclamait Jésus dans les synagogues, affirmant que

celui-ci est le Fils de Dieu. »

Un tel retournement affermit notre confiance : rien n’est impossible

à Dieu, à son Christ, à l’Esprit Saint !  Avec notre collaboration de disciple.

 


Jeudi 27 avril 2023

Rencontre de foi et de joie

Actes 8, 26-40/ Jean 6, 44-51

 

 

Suite des aventures du diacre Philippe :

L’ange du Seigneur lui dit : « Mets-toi en marche,  

en direction du sud... Un eunuque éthiopien était

venu à Jérusalem pour adorer. Dans son char, il lisait

le prophète Isaïe. L’Esprit dit à Philippe de le rejoindre.

Comprends-tu ce que tu lis ?  Et comment le pourrai-je

s’il n’y a personne pour me guider. Alors Philippe prit

la parole, et à partir de l’Écriture, lui annonça la Bonne

Nouvelle de Jésus. »

Celui-ci avait dit : « Quiconque a entendu le Père et reçu

son enseignement vient à moi... Il a la vie éternelle, celui

qui croit ! »

« Arrivés à un point d’eau, l’eunnuque dit : voici de l’eau,

qu’est-ce qui m’empêche d’être baptisé ? Et Philippe

baptisa l’eunnuque... qui poursuivit sa route tout joyeux. »

 

L’annonce de Jésus et sa promesse transforment la vie !

 


Mercredi 26 avril 2023

La persécution et ses fruits

Actes 8,1-8/ Jean 6, 35-40

 

 

Après le meurtre d’Étienne, la persécution contre l’Église

de Jérusalem redouble. Saul y est en tête. Mais... « ceux qui

s’étaient dispersés annonçaient la Bonne Nouvelle là où ils

passaient. Philippe, arrivé dans une ville de Samarie, proclamait

le Christ, et il y eut dans cette ville une grande joie. »

C’est bien la mise en œuvre des paroles de Jésus :

« Tous ceux que me donne le Père viendront jusqu’à moi.

Telle est la volonté de Celui qui m’a envoyé : Que je ne perde

aucun de ceux qu’il m’a donné, mais que je le ressuscite au

dernier jour. ... Que celui qui voit le Fils et croit en lui ait la vie

éternelle, et moi, je le ressusciterai au dernier jour. »

 

Jésus est déjà passé par la Samarie... Maintenant, ses disciples

persécutés prennent la suite, et ce pays « hérétique » accueille

leur témoignage : «  Les foules, d’un même cœur, s’attachaient

à ce que disait Philippe.. » Que rien ne nous arrête dans notre mission !

 


Mardi 25 avril 2023

Fête de saint Marc

1 Pierre 5,5-14/ Marc 16,15-20

 

 

Jésus ressuscité se manifesta aux apôtres et leur dit :

« Allez dans le monde entier, proclamez l’évangile à

toute la création... Voici les signes qui accompagneront

ceux qui deviendront croyants en mon nom... »

 

Jésus en cite un certain nombre, mais Pierre en donne

d’autres, qui modèlent la vie des chrétiens et valent encore

pour nous : « Prenez l’humilité comme tenue de service.

Abaissez-vous sous la main puissante de Dieu, pour qu’il

vous élève au temps voulu. Déchargez-vous sur lui de tous

vos soucis, puisqu’il s’occupe de vous. Soyez sobres, veillez :

votre adversaire, le diable, rôde, cherchant qui dévorer.

Résistez-lui avec la force de la foi. Après que vous aurez souffert

un peu de temps, le Dieu de toute grâce vous rétablira, vous

affermira, vous fortifiera, vous rendra inébranlable...

Marc, mon fils, vous salue. Paix à vous tous qui êtes dans le Christ. »

 

« Et ils s’en allèrent proclamer partout l’évangile. Le Seigneur

travaillait avec eux et confirmait la Parole par les signes qui

l’accompagnaient. » 

Cela est toujours vrai pour nous aujourd’hui ! Soyons en sûrs !

 


 

Lundi 24 Avril 2023

Où est l'essentiel ?

Actes 6, 8-15/ Jean 6, 22-29

 

 

« Étienne, rempli de la grâce et de la puissance de Dieu, accomplissait

parmi le peuple des prodiges et des signes éclatants. Certains hommes

produisirent de faux témoins devant le Conseil suprême...

Les yeux fixés sur Étienne, Ils virent que son visage était comme celui

d’un ange... »

 

Après la multiplication des pains, Jésus disait : «  Travaillez  non pas

pour la nourriture qui se perd, mais pour la nourriture qui demeure

jusque dans la vie éternelle, celle que vous donnera le Fils de l’Homme.

 

Que devons-nous faire pour travailler aux œuvres de Dieu ?

L’œuvre de Dieu, dit Jésus, c’est que vous croyiez en celui qu’il a envoyé. »

 


3e Dimanche de Pâques – 23 avril 2023

L'identirté de Jésus

Actes 2, 14-33/1 Pierre 1, 17-21/ Luc 24, 13-35

 

 

Témoignage de Pierre le jour de Pentecôte :

« Jésus le Nazaréen, homme que Dieu a accrédité auprès

de vous... Cet homme, vous l’avez supprimé en le clouant

sur le bois par la main des impies. Mais Dieu l’a ressuscité

en le délivrant des douleurs de la mort. C’est de lui que parle

David dans le psaume 15. Nous en sommes témoins.

Élevé par la droite de Dieu, il a reçu du Père l’Esprit qui était

promis et il l’a répandu sur nous, comme vous le voyez et l’entendez. »

 

Autre témoignage de Pierre : « Ce n’est pas par des biens corruptibles

que vous avez été rachetés, mais c’est par un sang précieux, celui

d’un agneau sans défaut et sans tache, le Christ. Dès avant la fondation

du monde, Dieu l’avait désigné d’avance, et il l’a manifesté... »

 

Témoignage des pèlerins d’Emmaüs : « Jésus lui-même s’approcha, et il

marchait avec eux...Mais leurs yeux étaient  empêchés de le reconnaître.

Il leur : Esprit sans intelligence ! Comme votre cœur est lent à croire

ce que les prophètes ont dit ! Et partant de Moïse et de tous es prophètes,

il leur interpréta dans toute l’Écriture ce qui le concernait...

De retour à Jérusalem, ils racontaient ce qui s’était passé sur la route,

et comment le Seigneur s’était fait reconnaître à la fraction du pain. »

 

Et nous, savons-nous le reconnaître ?

 


Samedi 22 avril 2023

Cherchez... vous trouverez

Actes 6, 1-7/ Jean 6,16-21

 

 

Deux expériences sont relatées ici :

Des récriminations surgissent entre frères de langue

grecque et frères de langue hébraïque...

Les disciples de Jésus s’embarquèrent : un grand vent

soufflait et la mer était agitée.

 

Les douze cherchent une solution : « Il n’est pas bon que

nous délaissions la Parole de Dieu pur servir aux tables.

Cherchez plutôt  des hommes qui soient estimés de tous ,

remplis d’Esprit Saint et de sagesse et nous les établirons

dans cette charge... Et l’on choisit, après avoir prié... »

 

« Jésus marchait sur la mer et s’approchait de la barque.

Il leur dit : c’est moi, n’ayez plus peur ! Aussitôt, la barque

toucha terre. »

 

Quelques soient les difficultés, Jésus est présent, et l’Esprit

suscite toujours des solutions.

 


Vendredi 21 avril 2023

Changement de cap ?

Actes 5, 34-42/ Jean 6, 1-15

 

 

Intervention du pharisien Gamaliel : « Prenez garde

à ce que vous allez faire à ces gens-là ! Si leur entreprise

vient des hommes, elle tombera. Mais si elle vient de Dieu,

vous ne pourrez pas les faire tomber. Ne risquez donc pas

de vous trouver en guerre avec Dieu. »  Les membres du Conseil

se laissèrent convaincre.

Les apôtres fouettés, interdits de parler, relâchés, repartaient

tout joyeux d’avoir été jugés dignes de subir des humiliations

pour le nom de Jésus. Sans cesse ils enseignaient et annonçaient

la Bonne Nouvelle : le Christ, c’est Jésus.

 

Les apôtres ne veulent pas dévier de leur mission.

 

Jésus, le premier, avait fait ce choix : après la multiplication des

pains, la foule, enthousiasmée, disait : « C’est vraiment lui le Prophète

annoncé !. Mais Jésus savait qu’ils allaient venir l’enlever pur faire

de lui leur roi. Alors, il se retira dans la montagne, lui seul. »

 

A quelle mission sommes-nous fidèles ?

 


Jeudi 20 avril 2023

Accueil ou refus ?

Actes 5, 27-33/ Jean 3, 31-36

 

 

Le conflit perdure entre les apôtres et les autorités juives :

 

« Il faut obéir à  Dieu plutôt qu’aux hommes ! Le Dieu de nos

pères a ressuscité Jésus, que vous aviez exécuté en le suspendant

au bois du supplice. C’est lui que Dieu a élevé en faisant de lui le

Prince et le Sauveur, pour accorder à Israël la conversion et le

pardon des péchés. Quant à nous, nous sommes les témoins de

tout cela, avec l’Esprit Saint que Dieu  a donné à ceux qui lui

obéissent »...

 

Exaspérés, ils projetaient de les supprimer !

 

C’est bien ce que Jésus avait annoncé : 

« Celui qui vient de la terre est terrestre, et il parle de façon

terrestre. Celui qui vient du ciel est au-dessus de tous, il témoigne

de ce qu’il a vu et entendu, et personne ne reçoit son témoignage.

Celui qui croit au Fils a la vie éternelle.

Celui qui refuse de croire le Fils ne verra pas la vie. »

 

     Nos pensées viennent-elles du ciel ou de la terre ?

 


Mercredi 19 avril 2023

Quitte ou double ?

Actes 5, 17-26/ Jean 3, 16-21

 

 

« Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné

son Fils unique, afin que quiconque croit en lui

ne se perde pas, mais obtienne la vie éternelle.

La lumière est venue dans le monde, et les hommes

ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leur

œuvres étaient mauvaises. Mais celui qui fait la vérité

vient à la lumière, pour qu’il soit manifeste que ses

œuvres ont été accomplies en Dieu. »

 

Ces paroles de Jésus s’accomplissent dans les apôtres :

 

Ils ont été mis au cachot pour les faire taire... mais

« l’ange du Seigneur ouvrit les portes de la prison et les

fit sortir... Partez, tenez-vous dans le Temple, et là,

dites au peuple toutes ces paroles de vie. »

 

C’est ce qu’ils firent, à la grande surprise du Conseil suprême.

 


Mardi 18 avril 2023

Avant... et après

Actes 4, 32-37 / Jean 3, 7-15

 

 

Écoutons parler Jésus au début de son ministère :

« Nous parlons de ce que nous savons, nous témoignons

de ce que nous avons vu. Si vous ne croyez pas lorsque

je vous parle des choses de la terre, comment croirez-vous

quand je vous parlerai des choses du ciel ? »

 

Nicodème, maître en Israël ne comprend pas bien Jésus...

 

Heureusement, après la Pentecôte, « la multitude de ceux qui

étaient devenus croyants avaient une seul cœur et une seule âme.

Personne ne disait que ses biens lui appartenaient en propre, mais

ils avaient tout en commun. C’est avec une grande puissance que les

apôtres rendaient témoignage de la résurrection de Jésus, et une

grâce abondante reposait sur eux tous. »

 

Qu’en est-il pour nous ?

 


Lundi 17 Avril 2023

Au souffle de l'Esprit

Actes 4, 23-31 / Jean 3,1-8

 

 

Dans les persécutions, les disciples de Jésus se mettent en prière :

ils évoquent la Passion de leur Maître et demandent de l’aide

 pour accomplir leur mission :

« alors, le lieu où ils étaient réunis se mit à trembler,  ils furent

 tous remplis du Saint-Esprit et ils disaient la Parole de Dieu

avec assurance. »

 

Cette présence de l’Esprit Saint était annoncée par Jésus :

« Il vous faut naître d’en-haut. Le vent souffle où il veut. Tu

entends sa voix, mais tu ne sais ni d’om il vient, ni où il va.

Il en est ainsi pour qui est né du souffle de l’Esprit. »

 

C’est bien ce que vivent les disciples après le départ de Jésus,

mais toujours en réponse à la prière.

 


Dimanche 16 avril 2023

La Foi en question

Jn 20, 19-31

 

Thomas signifie jumeau.

C'est mon jumeau, je réagis un peu comme lui.

Je voudrais voir, comprendre pour pouvoir croire.

Et Jésus ne remet pas cela en cause. Il refait même le déplacement pour répondre au besoin de Thomas !

Les questions, les doutes qui nous traversent, nous habitent, non seulement ne sont pas contraire à la Foi, mais nous stimulent à la creuser, l'approfondir, la rendre plus solide, et mieux percevoir à quel point notre Foi est en harmonie avec le réel, avec notre humanité, avec la création.

Thomas nous invite, par son exemple, à ne pas laisser nos questionnements en friche, à chercher toujours.
Et quand, huit jours après, Jésus vient répondre à sa recherche persévérante, il ne lui reproche pas d'avoir voulu voir et toucher pour croire. Mais il l'appelle à un dépassement.
Le chemin avec Jésus nous conduit toujours plus loin...

 


 

Samedi 15 avril 2023

La grande Manif'

Mc 16, 9-15

 

En ce moment, les manifs' se multiplient en France et dans bon nombre de pays, les peuples expriment leur désir d'un monde plus juste et solidaire !

Or, depuis huit jours, nous célébrons la plus grande Manif(estation) qui soit, la plus profonde, la plus existentielle !

Le Christ, par sa mort et sa résurrection, nous a fait entrer dans la Révolution de l'Amour ! La Révolution de la Vie, la Révolution de nos échelles de valeur, de nos mentalités !

"Ce qu'il y a de faible dans le monde, ce qui est d'origine modeste, méprisé dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi pour couvrir de confusion ce qui est fort !"

Comme les disciples, nous avons bien du mal à y croire !

Si nous entrons, chacun, chacune, dans cette Révolution inouïe, libératrice, alors germera le Monde Nouveau ! Alléluia !...

 


 

Vendredi 14 avril 2023

Le sens de l'ordinaire

Jn 21, 1-14

 

Pierre et les autres retrouvent leur métier habituel, leur vie quotidienne. Ils s'en vont à la pêche !... comme si l'aventure avec Jésus n'avait été qu'un parenthèse !...

Non, leur travail, toute leur existence ne sera plus jamais comme avant !

Tout est habité.
C'est au cœur même de leur activité ordinaire que Jésus Ressuscité les rejoint... et de nouveau, se met à leur service, prend soin d'eux !...

Sa présence transfigure les moindres gestes, les moindres paroles... et c'est la surabondance !...

Tout de nos vies revêt un sens nouveau, un poids qui, tout en s'enracinant dans cet ordinaire, nous dépasse et dilate notre existence...

 


 

Jeudi 13 avril 2023

Par-delà nos murs

Luc 24, 35-48

 

C'est alors que, reconnectés à la communauté de l'Église, la communauté des ami(e)s du Christ, nous recevons la force de la paix.

Elle nous est offerte par la présence du Christ au milieu de nous ! Laissons-lui la place dans nos communautés !

Nous nous sommes réfugiés derrière des murs, croyant nous protéger, et nous nous retrouvons enfermés !

Laissons le Christ passer à travers nos murs, nos frontières !

Le partage du Pain et de la Parole est une bien meilleure garantie de paix et de sécurité !

 


 

Mercredi 12 avril 2023

La marche de l'espérance

Luc 24, 13-35

 

Lorsque nous sommes, comme les pèlerins d'Emmaüs, accablés par le découragement, le désespoir, le non-sens...

- levons-nous, marchons, même si nous nous trompons d'orientation, osons en prendre le risque,

- n'ayons pas peur de partager entre nous ce qui nous questionne, d'exprimer notre désarroi,

--- Alors le Christ nous rejoint et ajuste son pas au nôtre.

 

- relisons la bible en écho avec la vie du Christ, avec notre vie, laissons les textes s'éclairer les uns les autres, et cherchons comment ils nous rejoignent dans notre aujourd'hui.

- Invitons le Christ à notre table, dans notre auberge

--- Alors la communion avec lui brûlera notre cœur

et nous reconnectera à toute la communauté de l'Église, à la communauté humaine.

Alléluia !...

 


 

Mardi 11 avril 2023

Fécondité de l'Amour

Jn 20, 11-18

 

La rencontre de Marie de Magdala avec Jésus ressuscité, au matin de Pâques, se déroule dans un jardin. Comme la bien-aimée du Cantique des cantiques, elle a couru à travers la ville alors qu'il faisait encore nuit. Seul, son amour pour Jésus lui donne de braver sa peur et son angoisse. Mais c'est un corps mort qu'elle cherche, et le comble de l'intolérable, c'est qu'il a disparu !

C'est dans ce deuil désespéré, ce désarroi total que l'Inouï va la rejoindre !

Ce n'est que progressivement que le Christ va se révéler à elle, tout en douceur.
Après l'avoir pris pour le jardinier (ce qu'il est vraiment, le jardinier de ce nouveau jardin de la nouvelle création), elle va le reconnaître au timbre de sa voix, à son nom prononcé, dans une reconnaissance mutuelle, unique, personnalisée.

Puis, Jésus l'appelle à le lâcher, à aller plus loin dans son amour, dans sa liberté. C'est ainsi que son amour, sa vie aura une pleine fécondité par son témoignage d'apôtre des apôtres.

 


 

Lundi 10 avril 2023

Marionnette ou apôtre ?

Mt 28, 8-15

 

Deux états d'esprit, deux choix, deux mondes nous sont présentés dans le récit de ce lundi de Pâques.

Celui des femmes qui entendent les paroles de l'ange et aussitôt courent annoncer la nouvelle aux disciples. Dans ce mouvement, elles rencontrent le Christ ressuscité et deviennent apôtres.

Celui des gardes qui, eux aussi, vont "annoncer" ce qui s'est passé. Mais leur annonce est un simple rapport de subalterne. Les grands prêtres stoppent leur annonce en achetant leur silence.

Tandis que les gardes sont rabaissés au rang de jouets de leurs chefs manipulateurs, les femmes sont élevées à la mission d'apôtres des apôtres.

 


 

Dimanche de Pâques 9 avril 2023

Jogging christique

Jn 20, 1-9

 

Le jogging du dimanche matin, ça ne date pas d'aujourd'hui !

Marie-Madeleine, Pierre et Jean l'ont inauguré ce matin-là !

Leur motivation n'était cependant pas leur forme physique ou mentale !

C'est Jésus qui les fait courir !... Ou plutôt, son absence !

Ai-je autant de curiosité, de dynamisme, de ténacité, d'endurance pour le chercher lorsqu'il a disparu ?!... lorsqu'il semble absent, mort dans notre monde, dans mon monde ?!...

Oui, comme les premiers disciples, retrouvons notre élan de Vie ! Courons pour la "grande cause" de notre existence !...
Alors, nous pourrons, comme eux, à travers d'humbles signes, voir et croire que le Christ est vraiment Ressuscité !... Alléluia !...

 


 

Samedi Saint 8 avril 2023

Silence

 

Le temps entre la mort de Jésus et sa résurrection est souvent occulté ! Même en milieu chrétien, on a vite tendance à utiliser ce jour en préparatifs de la fête de Pâques. Ce qui est normal ! Sauf qu'à "remplir" ce jour des frébilités des préparatifs, on passe peut-être à côté de ce que ce jour a à nous dire.

Le samedi saint est jour de deuil, mais surtout jour du grand silence, de l'absence, le jour où il ne se passe rien.
Et c'est peut-être ça qui nous fait peur, qui nous dérange !

On a si souvent tendance à remplir son emploi du temps ! Et de se persuader qu'on y est contraint ! Y compris en vacances ou à la retraite !

C'est dans l'air du temps, de la culture du rendement ! Il faut que tout soit rentable, y compris le temps !

Osons accueillir ce temps où il ne se passe rien. Temps d'attente, du non-savoir. Temps de la maturation...

 


 

Vendredi Saint 7 avril 2023

Visage de notre Sauveur

Isaïe 52,13-53,12

 

Nous sommes si souvent attirés par ce qui brille, impressionnés par ceux qui se présentent en sauveur !

Nous sommes à la fois fascinés et apeurés, parfois même terrorisés par les grands de ce monde !

Inutile de chercher le visage de notre Dieu parmi ces personnages !

... d'ailleurs, ils s'écroulent les uns après les autres !

Notre Dieu s'est manifesté à nous sous les traits de son Fils, un homme "méprisé, abandonné des hommes, homme de douleur, familier de la souffrance, compté pour rien"

Cet homme accusé injustement, torturé, ridiculisé, assassiné, on en parle encore 2000 ans après !...

"Les rois resteront bouche bée"!

Oui, ceux que l'on croit maîtres du monde en deviennent muets, tant ça les dépasse !

Ne nous trompons pas de sauveur !

Son visage, sa présence, sa force de vie se manifeste dans l'homme défiguré !

 


 

Jeudi Saint 6 avril 2023

Dieu à genoux

Jn 13,1-15

 

Dieu se met à genoux devant moi, devant nous.

Il le fait alors même que l'un de nous va le trahir !

Ce n'est donc pas parce que nous sommes des gens bien, que nous sommes les meilleurs, dignes d'une considération spéciale, d'une grandeur au-dessus de la norme !

Non, Dieu se met à genoux devant chacun de ses disciples, de ceux, celles qu'il a choisi pour transmettre sa Parole.

Dieu n'est pas au-dessus de nous. Il est plus bas, là, à nos pieds.

Et il les lave.

Il lave mes pieds qui me permettent d'être debout, de marcher, de prendre appui sur la terre, qui permettent d'être un être humain, créé d'humus et s'élançant vers le ciel.

Il prend soin de mes pieds salis par la poussière et la boue, afin que je me lève et que je reprenne la marche du pélerin, la marche du missionnaire à la rencontre des mes frères et sœurs, et de toute créature,

pour annoncer la Bonne Nouvelle de notre Dieu qui se met à genoux devant sa Création.

 


 

Mercredi Saint 5 avril 2023

Trahir l'Ami ?

Mt 26, 14-25

 

Voilà le 3ème jour que la liturgie nous parle de Judas !

Cette lourde insistance est dérangeante !

On se sent mal à l'aise !

... C'est que la Bonne Nouvelle de l'Évangile est tout sauf bisounours !...

Il ne suffit pas d'être disciple de Jésus quand tout baigne !

Écouter sa Parole, manger à sa Table, comme cela a été pour Judas, ne nous préserve pas de toute tentation, de tout dérapage !

Et c'est à l'heure dramatique que va se vérifier notre relation au Christ.

"Celui qui s'est servi au plat en même temps que moi, celui-là va me livrer."

Judas était l'un des intimes, et il l'a trahi !

Appel pour nous à rester humble et vigilant

pour ne pas risquer de tomber dans la trahison par nos comportements ou nos paroles...

 


 

Mardi Saint 4 avril 2023

Les deux options

Jn 13, 21-33,36-38

 

Avec le passage d'évangile de ce mardi saint, nous pouvons faire le parallèle entre l'attitude de Judas et celle de Pierre.

Au départ, entre trahir le Christ et le renier, c'est assez équivalent ! L'un ne vaut pas mieux que l'autre !

Cependant avant leur acte, il y a une petite différence et elle n'est pas anodine ! Quand Jésus s'adresse à Judas : silence radio !... La relation est déjà coupée !...

Tandis qu'avec Pierre, le dialogue, aussi décalé soit-il, est encore présent !

Après leur acte, Judas s'enfonce dans sa nuit et désespère.
Pierre est tout autant dévasté. La différence est qu'il se laisse rejoindre par le regard du Christ... Regard d'amour assez puissant pour non seulement le relever, mais faire de sa chûte un atout : Pierre pourra être un pasteur à l'image de son maître humble et pauvre.

 


 

Lundi Saint 3 avril 2023

Parfum de communion

Jn 12, 1-11

 

Jésus pressent que ses jours sont comptés. Il se prépare à entrer dans une semaine dramatique, une semaine décisive. Il éprouve le besoin de faire une halte chez ses ami(e)s de Béthanie. Un lieu tout proche de Jérusalem, mais tout de même à l'écart. Un havre de paix et de confiance.

De fait, Marie, l'une des membres de cette famille amie composée de Lazare, Marthe et Marie, a tout-à-fait compris ce que vit Jésus et ce qu'il s'apprête à traverser.
Elle l'a bien mieux perçu que Judas, l'un des disciples de Jésus qui a pourtant vécu au plus près de lui durant trois ans, bénéficiant de son enseignement et de son témoignage de vie. Judas n'a rien voulu, ou rien pu comprendre, accueillir !

Marie l'a perçu au plus profond d'elle-même, et elle désire l'exprimer à Jésus, lui dire sa communion en cet instant crucial.
Elle le fait par un geste humble et simple, au-delà des mots.

 


 

Samedi 1er avril 2023

La fin justifie les moyens

Jn. 11, 45-57

 

Grands prêtres et pharisiens ont décidé de faire mourir Jésus car "il vaut mieux qu'un seul meure pour tous". On peut s'étonner de cette générosité subite des grands prêtres à l'égard de Jésus. On peut aussi peut-être se dire que les grands prêtres cherchaient d'abord à garder leur pousoivr avant de sauver la nation.

Jetter ainsi l'opprobe sur quelqu'un uniquement pour garder ses prérogatives, c'est un peu dur à accepter, même pur soi-même. Alors, on le couvre d'une bonne pensée : en faire mourir un seul vaut mieux que des dizaines. Et voilà, le tour est joué, la fin justifie les moyens. Pas certain que cela soit dans le plan de Jésus. Et en effet, beaucoup croient en lui malgré les interdictions des autorités religieuses. Comme quoi l'amour sera toujours plus puissant que le puvoir.

 


 

Vendredi 31 mars 2023

Le déni

Jn. 10, 31-42

 

Oui, les juifs sont dans le déni de l'identité de Jésus.

Ils n'acceptent pas que Jésus se dise fils de Dieu. Et pourtant il l'est.

Qu'est-ce qui les dérange dans cette affirmation, cette réalité ? pour qu'ils aillent jusqu'à l'accuser de blasphème et tenter de le lapideer.

Effectivement Jésus ne correspond au Messie qu'ils attendaient, qu'ils espéraient. L'incarnation de Dieu ne leur convient pas car elle met à mal tout désir de puissnace: "si Dieu n'est pas tout puissant, nous ne pouvons l'être."

Et alors, le déni vaut mieux que de perdre son pouvoir.

Mais pendant ce temps, Jésus continue sa mission et beaucoup de gens croient en lui. Des gens sans grade, qui n'ont pas de fonctions officielles ni religieuses, mais qui croient. Ainsi les petits, les sans grade deviennent les premiers à croire, les premiers dans le Royaume des cieux.

 


Jeudi 30 mars 2023

Je Suis

Jn. 8, 51-59

 

Discussion ardue et serrée entre Jésus et les juifs. Ces derniers ne comprennent pas le langage de Jésus quand il dit : avant Abraham, je suis. En effet cela, à mon avis, est inadmissible à la raison humaine : dire que l'on est depuis toujours, de toute éternité, c'est bien au-delà de l'entendement humain.

Et pourtant c'est ce que Jésus demande de croire. Et les juifs ne peuvent pas aller jusque là et lui lancent des pierres qui ne l'atteignent pas et ainsi Jésus peut s'échapper.

Et nous, aujourd'hui, pouvons-nous croire à ces paroles ? Où en est notre foi ? Qui va la nourrir ?

Il n'y a pas de réponse toute faite, simplement une espérance que les paroles du Seigneur sont Esprit et Vie.

 


 

Mercredi 29 mars 2023

Vérité et Liberté

Jn. 8, 31-42

 

"La vérité vous rendra libres" dit Jésus aux juifs. Mais ceux-ci ne l'entendent pas ainsi car ils ne se sont jamais considérés comme esclaves.

Et pourtant, c'est bien ce que Jésus est en train de leur dire : vous êtes esclaves du péché, ce péché dont Jésus est venu nous libérer.

Comme les juifs d'hier, pouvons-nous entendre que nous ne sommes pas des êtres libres ? Sans doute des êtres indépendants, mais pas des êtres libres ?

La liberté dont parle Jésus, c'est ce choix de vie entièrement tournée vers les autres et la fidélité à l'être toujours.Pour cela il nous faut descendre dans notre vérité intérieure car c'est là seulement que nous trouverons la liberté d'être enfants de Dieu à 100 %.

 

Un but de tous les jours qu'on ne peut atteindre sans le Christ, mais un but qui apporte la paix et la sérénité.

 


Mardi 28 mars 2023

Parole créatrice

Jn. 21-30

 

Dans son discours aux juifs, Jésus n'essaie pas de les convaincre. Il témoigne simplement de qui il est et de ce qu'il a reçu de son père comme mission.

Tous sont furieux parce qu'il prend Dieu pur Père.

Mais cette parole n'est pas perdue pour tout le monde.

La finale de l'évangile : "Comme il disait cela, beauocup crurent en lui."

Nous-mêmes, par notre vie, notre prière, nous témoignons de Jésus et de son Père. L'appel à devenir chrétien ne relève pas de nous. C'est la parole de Dieu est est créatrice, fondatrice, pas la nôtre. Alors, remplissons notre mission de témoins et les appels de Dieu porteront leurs fruits.

 


Lundi 27 mars 2023

Prendre le temps

Jn. 8, 1-11

 

Episode de la femme adultère, épisode où tout le monde se demande ce que Jésus pouvait bien écrire sur le sol.

A la lecture de cet évangile, aujourd'hui, j'y lis autre chose.

Jésus prend le temps.

Il prend le temps d'écouter les accusateurs.

Il prend le temps de réfléchir.

Il prend le temps de Prier.

Il prend le temps d'écouter la femme accusée.

Et, en final, il prend le temps en deux mots de lui dire : "va, ne pèche plus". Pas une accusation, mais une reconnaissance de la personne dans ce qu'elle est.

Ainsi prendre le temps est toujurs bénéfique pour tout le monde.

Qu'on se le dise aujourd'hui où plus personne n'a le temps.

 


Dimanche 26 mars 2023

Celui que tu aimes

Jn. 11, 1-45

 

La résurrection de Lazare. Un épisode de la vie de Jésus bien connu.

Un épisode où Jésus non seulement est saisi d'émotion, mais il la montre. Lazare était son ami.

Episode qui préfigure notre propre résurrection, même s'il ne s'agit ici que d'une réanimation de cadavre.

S'appuyer sur "celui que tu aimes" et entendre "ceux que tu aimes, c'est à dire tous". Ainsi nous sommes tous aimés d'un amour unique et privilégi par le Christ. Et puis si Jésus est pris de compassion pour Lazare, il est aussi pris de compassion pour chacun d'entre nous de la même manière, avec la même intensité.

Et si Jésus ressuscite Lazare c'est que, dans le même mouvement, chacun est ressuscité par lui au moment voulu.

Et nous voilà au coeur du salut : la résurrection qui nous fait entrer, devenir partie prenante de la vie divine. Quelle sera-t-elle ? C'est trop tôt pour le dire mais entrer dans une vie d'amour est forcément exceptionnel.

 


Samedi 25 mars 2023

Annonciation du Seigneur

Lc. 1, 26-38

 

On a l'habitude de mettre en valeur la Vierge Marie le jour de l'Annonciation. Et ce n'est pas faux.

Pourtant le personnage central c'est l'enfant à naître. C'est sur lui qu'il faut focaliser tous nos regards.

Non pas parce qu'il va naître d'une vierge. Mais bien parce que c'est le salut venu sur terre qui s'incarne. D'ailleurs la fête est bien appelée "annonciation du Seigneur" et non pas annonce faite à Marie.

Marie est indispensable mais pas première : elle porte la lumière mais n'est pas la lumière. Elle porte l'enfant Dieu mais n'est pas divine. Elle est et reste bien humaine, simplement toute acquiessante à la demande du Père par l'Esprit.

Si elle accepte cet enfant, c'est pour le donner et là elle nous montre la voie pour accueillir le salut.

Merci Marie.

 


Vendredi 24 mars 2023

Liberté de parole

Jn. 7, 1-2, 14, 25-30

 

Jésus monte à Jérusalem pour la fête de la Pâque. Il choisit le moment le plus dense, le plus intense, pour se montrer : le milieu de la fête.

Et il choisit non seulement de se montrer, mais aussi de parler, au risque de se faire lapider ou, du moins, expulsé.
Mais rien ne lui fait peur, il a un message à délivrer, celui de son Père : "Je ne suis pas venu de moi-même; c'est le Père qui m'a envoyé."

Et donc, une fois de plus, aux yeux des juifs, il se fait l'égal de Dieu.

Mais en réalité, il ne se fait pas l'égal de Dieu, puisque le Père et Lui sont Un. Comme il a dit à Philippe : "Qui me voit, voit le Père".

Cette liberté de parole le conduira à la croix, mais le conduira aussi à sauver le monde.

 


 

Jeudi 23 mars 2023

Les oeuvres du Père

Jn. 5, 31-47

 

Rendre témoignage : Dans cet évangile, il ne s'agit pas de témoigner comme on témoigne au cours d'un procès en faveur ou au détriment d'un accusé.

Ici, il est question de l'identité de Jésus et seul le Père peut témoigner qu'il est Fils de Dieu.

Jean pourra témoigner de la Vérité, mais ce n'est qu'un témoignage partiel.

Les oeuvres que le Père accomplit par son Fils, voilà qui rend témoignage à Jésus. Pourquoi? Parce que seul le Fils de Dieu peut accomplir les oeuvres du Père dans son unicité avec Lui.

On peut s'étonner que cet évangile soit choisi pendant le carême, temps privilégié par excellence pour nous rapprocher du Père. Pourtant ce rapprochement ne peut se faire qu'en considérant, en contemplant les oeuvres d'amour du Père par le Fils dans l'Esprit. Cet amour qui ira jusqu'à mourir sur la croix, pour tous, sans exception (bons, mauvais, justes, injustes, etc.).

 


Mercredi 22 mars 2023

De Père en Fils

Jn. 5, 17-30

 

Jésus nous surprendra toujours.

Aujourd'hui Jésus nous parle de la résurrection des morts et comment il accomplit ce que le Père lui a montré (enseigné ?). Mais surtout, comment il le fait toujours.

La question à se poser est : quelle est la volonté du Père ? Dans cet épisode, il n'y a qu'une seule volonté : celle de ressusciter les morts.

C'est l'oeuvre du Père mais c'est aussi l'oeuvre du Fils car le Père a tout remis entre les mains du Fils.

Et le Fils, en nous ressuscitant, remet tout entre nos mains, remet le Royaume entre nos mains. Ainsi le Père, par le Fils, nous rend partie prenante du Royaume, fait de nous les héritiers et les gestionnaires de ce Royaume.

Nous n'aurons pas suffisamment d'un carême, de tous les carêmes pour  nous rendre capable de cette gestion divine. Mai le Père nous donne aussi l'Esprit pour nous condurie jusqu'à l'accomplissement total. Alors merci Seigneur pour ces temps de carême qui nous conduisent à la vie éternelle.

 


Mardi 21 mars 2023

L'eau vive

Jn. 5, 1-16

 

Jésus est pris de compassion à la vue de cet infirme qui n'arrive pas être plongé dans la piscine de Bézatha depuis plus de trente ans, alors que tous ses compagnons d'infortune trouvent plus ou moins quelqu'un pour les aider. Car cette eau miraculeuse guérit, elle donne et redonne vie.

Scientfiquement, je ne sais pas si cela peut être expliqué. Peu importe.

L'eau a toujours tenu dans la foi chrétienne une place importance : depuis l'eau du baptême qui nous confirme dans notre situation d'enfant de Dieu, jusqu'à toutes ces eaux vives de par le monde qui guérissent les malades, en passant par l'eau vive qui jaillit du coeur du Christ au moment de sa passion et de sa mort, symbole du salut pour les hommes.

L'eau vive : une eau vivante qui désaltère et permet la marche en toute liberté vers toi,  Seigneur ; une marche que toi seul connaît, reconnaît, accompagne. Tu es avec nous au début, sur le chemin et tu nous attends. Merci, Seigneur, pour cette eau vive.

 


Lundi 20 mars 2023

Adolescence divine

Lc. 2, 41-51

 

Aujourd'hui, pour la fête de saint Joseph, l'Eglise nous propose l'épisode de Jésus au milieu des docteurs de la loi.

Ses parents le cherchent. On peut dire qu'il fait sa première fugue d'adolescence, mais c'est pour un bon motif.

Un bon motif, oui, mais en même temps, il fallait que Jésus la fasse s'il voulait s'affranchir, comme tout bon adolescent, de la dépendance enfantine et passer à l'âge adulte.

Pour Jésus, l'âge adulte, c'est révéler au monde qu'il est fils de Dieu, même si cela doit faire de la peine à ses parents, surtout son père.

Mais Joseph est prêt à cette éloignement car, depuis toujurs, il a fait confiance à Marie, à l'Esprit Saint dans un don total de sa vie e et de lui même.

Merci à Joseph de nous montrer une route à suivre.

 


Dimanche 19 mars 2023

Lumière de la terre

Jn 9, 1-41

 

« Je suis la lumière du monde…Cela dit, Jésus cracha à terre

et fit de la boue avec la salive… »

Quand la lumière du monde irradie la terre,

notre émerveillement peut reconnaître le Créateur !

Ce verset inaugural de guérison d’un aveugle-né

ne décrit-il pas une sorte d’assomption de la matière

par le Fils de Dieu lui-même ?

Ce qui est à voir est une présence, une providence

que seuls voient les pauvres de cœur,

prêts à accueillir le Tout-Autre qui s’est fait Tout-Proche.

 

L’aveuglement des adversaires de Jésus n’est imputable qu’à eux-mêmes.

Ce sont les disciples membres d’une Eglise encore à naître

qui voient l’aveugle-né, l’exclu de la périphérie.

Ils s’interrogent sur son sort

et Jésus fait venir au jour l’œuvre du Père :

Donner la vie…la vue profonde

où tous et toutes peuvent devenir fils et filles de Dieu,

frères et sœurs du Christ, le Fils bien-aimé.

 


Samedi 18 mars 2023

Humble prière

Lc 18, 9-14

 

S’il y a bien une attitude humaine qui échappe

à toute grille d’évaluation, c’est la prière !

Comment oser dire, j’ai très bien prié

après m’être tourné vers Dieu en toute simplicité ?

 

La parabole de ce jour vient nous enseigner

que l’orgueil tue la relation à Dieu

et l’humilité la promeut.

Devenir juste en retournant chez soi après la messe,

ou en retournant à ses occupations après un office liturgique

pour les moines et les moniales,

c’est tout simplement avoir prié ou médité

dans l’humble attitude de celui ou celle qui s’est vidé de lui-même 

et ouvert à la grâce en la quémandant !

 


Vendredi 17 mars 2023

Dans 3 directions

Marc 12, 28b-34

 

Pour bien cibler le sens de nos vies,

scruter les Ecritures Saintes est pertinent.

Le scribe qui interroge Jésus aimerait connaître son avis :

Quel est le premier commandement ?

Qu’est-ce qui est le plus important pour bien orienter nos vies ?

 

Aimer dans 3 directions :

Dieu, soi-même et les autres, nos prochains,  nous dit l’Evangile.

Relu à l’heure de l’anthropocène et de la transition écologique,

il est sans doute sage d’ajouter un 4ème amour,

celui de la nature ou plutôt de la Création.

Nous voilà ainsi bien motivés pour cheminer dans la vie

en faisant advenir le Règne de Dieu.

 


Jeudi 16 mars 2023

Des armes, des destructions, des démons

Luc 11, 14-23

 

Les mots de l’Evangile nous renvoient aux images

de l’Ukraine agressée et de la Turquie et la Syrie

où la terre a tremblé.

Les démons évoquent ces forces du mal

qui s’épanouissent là où se divise l’humanité,

là où elle se laisse gagner par la corruption.

 

Où reconnaître le doigt de Dieu à l’œuvre en notre monde

si ce n’est là où reculent les forces du mal,

où la parole vraie et libre

surgit de la bouche de l’opprimé, de l’exclu, du muet ?

 

Osons croire au règne de Dieu déjà là,

offert à notre discernement.

 


Mercredi 15 mars 2023

Des lois et le chemin de la vie

Mt 5, 17-19

 

Chez un peuple qui connaît la Torah, la loi

Et ne cesse d’en débattre et de l’interpréter,

Jésus intervient pour l’accomplir.

En quelque sorte, il s’agirait de dépasser la loi tout en la pratiquant..à fond !

 

Sur les tables de la loi, Moïse a reçu les 10 paroles de vie,

celle qui indiquent le chemin :

des interdits fondateurs et deux exhortations

à aimer le seul Dieu et à honorer ses parents.

Même si ces indications se déploient en une multitude de codes,

garder la visée, c’est s’accomplir

et participer à la venue du Règne de Dieu, de la justice et de la paix.

Puissions-nous motiver nos existences

pour accueillir la vie en plénitude sous la loi de Dieu.

 


Mardi 14 mars 2023

Par  don

Mt 18, 21-35

 

Acquitter mon débiteur de dettes vis-à-vis de moi,

c’est œuvrer au redressement financier de mon prochain,

à son rétablissement social.

Pardonner les fautes commises à mon égard,

trahison, médisance, calomnies etc… ;

c’est plus délicat !

 

Jésus invite ses disciples

à toujours pardonner et du fond du cœur.

Ainsi gagnons-nous un cœur paisible,

des relations apaisées et l’amitié de Dieu.

Que des avantages !

Mais si les blessures demeurent,

nous espérerons qu’après avoir été reconnus victimes,

la cicatrisation se fera en son temps.

Nos blessures se dissoudront au fond de notre cœur,

dans ce lieu de nous qui nous dépasse car

la miséricorde de Dieu l’imprègne.

 

Nous prierons comme saint François :

« Et ce que nous ne pardonnons pas pleinement,

toi Père, fais que nous le pardonnions ! », par don !

 


Lundi 13 mars 2023

Transclasse

Luc 4, 24-30

 

Nul n’est prophète en son pays :

cet adage exprime un cheminement parfois douloureux

pour ceux et celles que notre société appelle les transclasses :

une réussite professionnelle qui fait une élite d’une personne

issue des milieux dits populaires voire du quart-monde.

 

Jésus n’est pas vraiment accueilli parmi les villageois de Nazareth

où il a vécu 30 ans « sans sortir du lot ».

Il s’y montre pourtant libre, assumant sa mission et très bon juge de la situation.

 

Puissions-nous en ce jour regarder tous nos proches

avec l’estime qui leur est due.

Ils sont pour nous des frères et des sœurs en Christ.

Chacun, chacune a une mission unique et spécifique sur terre.

Prions pour tous les enfants (parfois « Mozart qu’on assassine »)

afin que l’accès à l’éducation leur soit possible.

 

 


Dimanche 12 mars 2023

Source et moisson

Jn 4, 5-42

 

Pour ce 3ème dimanche du carême, un beau récit de rencontre

auprès d’un puits est offert à notre méditation.

Une femme ni religieusement ni moralement « correcte »

reçoit en avant–première dans l’évangile de Jean

la bonne nouvelle de l’identité profonde de Jésus :

il est le Messie attendu !

 

Ce qu’il attend de nous est simple :

l’adoration du Père en esprit et en vérité.

A ce lieu-là, à ce moment-là qui est partout et de tout temps,

pointe la vie éternelle :

assez de vie en abondance pour aborder au rivage de l’Eternel,

de l’Éternité, de la vie en Dieu et avec Dieu.

 

N’hésitons pas à boire à la source :

« l’eau que je donnerai deviendra en toi

une source d’eau jaillissant pour la vie éternelle. »

N’hésitons pas à recevoir le fruit d’une moisson qui nous vient d’en haut gratuitement :

« le moissonneur récolte du fruit pour la vie éternelle. »

 


Samedi 11 mars 2023

Être fils , fille ?

Luc 15, 11-32

 

Dans nos relations familiales,

la reconnaissance mutuelle de sa juste place, le pardon et la fête

s’entremêlent pour ouvrir l’espace

à des relations ajustées à l’être de chacun.

 

La parabole du fils perdu et retrouvé est aussi

celle du père compatissant  et du frère jaloux .

Cet aîné pourrait aussi se reconnaître fils aimé pour lui-même

sans se comparer au cadet.

 

Puissions-nous en ce carême convertir nos relations

à l’image de l’amour prévenant et inconditionnel du Père des cieux

ou du père de la parabole devenu vraiment père

en reconnaissant son fils perdu et retrouvé.

 


Vendredi 10 mars 2023

Grands propriétaires terriens

Mt 21, 33-43. 45-46

 

En notre 21ème siècle, la propriété des terres

est effectivement une source de violences sans nom :

Latifunda où travaillent des paysans sans terre exploités,

industrie agro-alimentaires qui conduisent

des agriculteurs à l’endettement et au suicide,

sécheresses en terres d’Afrique

provoquant famines et nombreux réfugiés écologiques.

 

Alors, une parabole où un propriétaire de vigne a

des vignerons violents, jaloux et meurtriers

auxquels il réagit en les tuant,

cela ne fait que refléter notre monde !

Pour sortir de la spirale de la violence,

il aurait fallu nous dit l’Evangile « Respecter le Fils » !

 

Essayons-nous à un récit alternatif :

Toute notre planète est une seule vigne

aimée par son Créateur et confiée à toute l’humanité.

Pour qu’elle produise des fruits, il s’agirait d’accueillir

le Christ, le Fils de Dieu et notre frère

en nous reconnaissant tous et toutes frères et sœurs

issus d’un même Père et ayant tous droit à tout l’héritage !

 


Jeudi  9 mars 2023

Condition de conversion

Luc 16, 19-31

 

Quand conversion rime avec changement de vie,

nous pensons à des formations de Pôle Emploi

pour une reconversion professionnelle ;

à des ruptures dans nos lieux de résidences :

de l’appartement urbain au béguinage ou à l’éco-lieu !

 

L’evangile de ce jour nous propose le récit décontenançant

du pauvre Lazare qui gagne son ciel en souffrant sur terre 

et du riche indifférent qui meurt et s’en va aux enfers !

La pointe du texte évoque une conversion par l’écoute

de Moïse et des prophètes !

Là était le chemin de salut pour les cinq frères du riche !

 

Voilà un cheminement de carême à portée de mains,

si nous ouvrons la bible pour nous convertir

à l’amour de Dieu, selon Dieu.

 


Mercredi 8 mars 2023

Servir : humilité ou grandeur ?

Mt 20, 17-28

 

Pleine de paradoxes la lecture de ce jour invite

à reconsidérer toutes nos relations pour les mettre

au diapason du Crucifié ressuscité, notre Roi et notre frère !

 

Parmi les chrétiens et les chrétiennes que nous sommes,

le mode de relations préconisé par Jésus

exclut la domination et le pouvoir.

Il devrait y avoir entre nous une sorte d’émulation pour le service

tel que le plus grand ce soit comporté comme l’esclave de tous et toutes.

Alors, les fils de Zébédée, leur mère et tous  les autres disciples indignés

de la recherche des premières places

sont remis en place par Jésus : la bonne direction c’est vers la dernière place !

C’est celle que Jésus crucifié prendra pour nous donner sa vie par amour,

dans la non violence .

Sortant de la relation maître-esclave, tentons donc de nous mettre

au service de la vie des uns et des autres en soignant plus particulièrement

en ce jour des droits des femmes,

les relations de partenariat entre hommes et femmes.

 


Mardi 7 mars 2023

Tous frères et sœurs

Mt 23, 1-12

 

Dans le petit monde bien spécifique des religieux,

les frères mineurs ou franciscains sont très heureux.

Après de longues démarches, leur ordre

est enfin reconnu comme un ordre de frères.

Cela signifie que frères prêtres ou frères non prêtres

sont tous également susceptibles de recevoir de leurs pairs

un service de gouvernement.

C’est un retour aux sources, à la volonté de saint François d’Assise

qui pour pratiquer notre évangile du jour disait :

« N’appelez personne père car vous êtes tous frères

et vous n’avez qu’un seul Père qui est aux cieux. »

 

A la suite des franciscains, recherchons cette fraternité universelle

qui est aussi une amitié sociale comme le dit le pape François

dans son encyclique « Fratelli tutti », tous frères et sœurs…

Quelle invitation pour chacun de nous ?

En ce carême, temps des conférences offertes par les paroisses,

écoutons et recevons les appels enseignés.

Ayons conscience que nous sommes tous fils et filles du Père,

frères et sœurs du Christ seul enseignant.

Alors la Parole du prédicateur ou de la prédicatrice,

ne manquera pas d’avoir un impact sur nous :

le conférencier n’est-il pas au service d’une Parole qui nous dépasse,

nous attire et nous fait vivre ?

 


Lundi 6 mars 2023

Mesure divine

Luc 6, 36-38

 

La cuisinière consciencieuse pèse tous ses ingrédients au gramme près.

La cuisinière créative mélange en évaluant du regard et selon son humeur.
Dans les deux cas, le repas est très bon

et dans le second, jamais nous ne goûterons exactement le même plat.

A la cuisine du Bon Dieu, tout est surdosé, débordant, en trop.

 

L’Evangile de ce jour invite à être trop bon avec autrui,

à excuser, pardonner, donner avec largesse

et une confiance qui n’ont de limite que la mesure divine.

Comme celle-ci est sans limite, nous sommes toujours

entre de bonnes mains avec Dieu.

Puissions-nous devenir pour autrui ces bonnes personnes

où transparaît la miséricorde et la bienveillance divines.

 


 

-

2° Dimanche de Carême A – 5 mars 2023

Transfigurations

Genèse 12,1-4/2° Timothée 1,8-10/Mat.17,1-9

    

 

« Le Seigneur dit à Abram : Quitte ton pays, ta parenté, et va

vers le pays que je te montrerai. Je ferai de toi une grande nation.

Je te bénirai, et tu deviendras une bénédiction. En toi seront bénies

toutes les familles de la terre.. »

Paul écrit à Timothée : « Dieu nous a sauvés. Il nous a appelés à une

vocation sainte, à cause de son projet à lui et de sa grâce. Elle nous

a été donnée dans le Christ Jésus : Il a détruit la mort et fait resplendir

la vie et l’immortalité par l’annonce de l’évangile. »

« Jésus prit avec lui Pierre, Jacques et Jean. Il les emmena à l’écart

sur une haute montagne, et il fut transfiguré devant eux. Voici que leur

apparurent Moïse et Élie  qui s’entretenaient avec lui... D’une nuée

lumineuse, une voix disait : Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui je

trouve ma joie. Écoutez-le !

Ne parlez de cette vision à personne, avant que le Fils de l’homme soit

ressuscité d’entre les morts. »

 


Samedi 4 mars 2023

Elargissement du coeur

Deut.26,16-19/Mat.5, 43-46

 

 

« Moïse disait au peuple d’Israêl :

Aujourd’hui, tu as obtenu du Seigneur cette déclaration :

Lui sera ton Dieu.  Toi, tu suivras ses chemins,

tu écouteras sa voix.

Aujourd’hui, le Seigneur a obtenu de toi cette déclaration :

tu seras son peuple, son domaine particulier, tu devras garder

tous ses commandements. Il te fera dépasser en gloire toutes les nations.

Tu seras un peuple consacré au Seigneur ton Dieu, comme il l’a dit. »

 

Jésus va encore plus loin : « Vous avez appris qu’il a été dit :

Tu aimeras ton prochain et tu haïras ton ennemi.

Moi je vous dis : Aimez vos ennemis, et priez pour ceux qui vous

persécutent, afin d’être vraiment les fils de votre Père qui est  au cieux,

car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, il fait

tomber la pluie sur les justes et sur les injustes....

Vous serez  parfaits comme votre Père céleste est parfait. »

 

La vocation du peuple d’Israël est certes unique au monde.

Il en est admiré ou honni.

Le peuple chrétien est appelé à des relations de bienveillance

sans limites, nourries de prière, car Dieu est Père de tous les hommes

sans exceptions.

 


Vendredi 3 mars 2023

Quelle est notre justice ?

Ezéchiel 18,21-28/Mat 5, 20-26

 

 

« Si le juste se détourne de sa justice, commet le mal

et meurt dans cet état, c’est à cause de son mal qu’il mourra.

Si le méchant se détourne de sa méchanceté pour pratiquer

le droit et la justice, il sauvera sa vie. Il a ouvert les yeux,

et s’est détourné de ses crimes. Il vivra et ne mourra pas. »

 

Et Jésus avertit ses disciples :« Si votre justice  ne surpasse pas

celle des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez pas dans le

royaume des Cieux : Colère, insulte devra passer en jugement,

(comme le meurtre)... Avant d’offrir ton offrande à l’autel, va

d’abord te réconcilier avec ton frère. Mets-toi vite d’accord avec

ton adversaire pendant que tu es en chemin avec lui... »

 

Si notre orientation est mauvaise, nous pouvons toujours en

changer. Dieu respecte notre liberté de choix. Il nous appelle

au mieux. A nous d’en tirer les conséquences, car tout acte

produit ses fruits, de mort ou de vie.

 


Jeudi 2 mars 2023

Crier vers Dieu

Esther 4,17 /Mat 7,7-12

 

 

Le peuple de Dieu va être massacré. Seule Esther

peut intercéder auprès du roi, mais elle est dans l’angoisse :

« Dieu d’Abraham, viens à mon secours, car je suis seule

et je n’ai pas d’autre défenseur que toi, Seigneur.

Car je vais jouer avec le danger... »

 

Jésus disait à ses disciples :

« Demandez, on vous donnera. Cherchez, vous trouverez.

Frappez, on vous ouvrira. Si vous qui êtes mauvais,

savez donner de bonnes choses à vos enfants,

combien plus votre Père qui est aux cieux donnera-t-il de

bonnes choses à ceux qui les lui demandent. Donc...

tout ce que vous voudriez que les autres fassent pour vous,

faites-le pour eux, vous aussi ! »

Si nous avons confiance en Dieu, libérateur et bon,

soyons aussi comme lui : « Voilà la Loi et les prophètes. »

 

La prière ?  En temps de guerre ?

Non une escalade de vengeance, mais appel et accueil

de la puissance divine qui peut changer les cœurs.

 


Mercredi 1er mars 2023

Païens croyants

Jonas 3, 1-10/Luc 11, 29-32

 

 

« La parole du Seigneur fut adressée à Jonas :

« lève-toi, va à Ninive, la grande ville païenne,

proclame le message que je te donne sur elle :

Encore 40 jours, et Ninive sera détruite ! »

Réaction étonnante pour une ville païenne :

Le roi, en tenue de pénitence, fit crier : « Hommes et bêtes

ne mangeront et ne boiront pas, on se couvrira de toile à sac

on criera vers Dieu de toute sa force, et chacun se détournera

de sa conduite mauvaise et de ses actes de violence.

Qui sait si Dieu ne se ravisera pas, et alors nous ne périrons pas ! »

Et Dieu renonça au châtiment.

 

Jésus dit à la foule : « Cette génération est une génération mauvaise :

elle cherche un signe, et il ne lui sera donné que le signe de Jonas.

Car Jonas a été un signe pour les habitants de Ninive.

Il en sera de même avec le Fils de l’homme pour cette génération.

Au jour du jugement,  les habitants de Ninive

se lèveront en même temps que cette génération

et ils la condamneront ; en effet, ils se sont convertis en réponse

à la proclamation faite par Jonas, et il y a ici bien plus que Jonas. »

Des païens plus réceptifs à la Parole de Dieu que des croyants d’Israël !

 


Mardi 28 février 2023

Fécondité de la parole

Isaïe 55, 10-11/Mat. 6,7-15

 

 

Ainsi parle Seigneur : « Ma Parole, qui sort de ma bouche,

ne me reviendra pas sans résultat, sans avoir fait ce qui

me plait, sans avoir accompli sa mission. »

 

Mais qu’en est-il de notre parole adressée à Dieu ?

Jésus nous met en garde : « Lorsque vous priez, ne rabâchez pas

comme les païens : ils s’imaginent qu’à force de paroles, ils seront

exaucés. Ne les imitez donc pas, car votre Père sait de quoi vous

avez besoin avant même que vous l’ayez demandé. Vous donc, priez

ainsi : Notre Père... »

Nous connaissons bien cette prière fondamentale pour tout

baptisé, qui nous ouvre à l’amour de Dieu et à l’amour des autres

(le grand et double commandement !). De plus, n’oublions pas que si

elle nous a été enseignée par Jésus, c’est donc la Parole du Verbe,

efficace et créatrice en notre bouche.

 Cela devrait suffire à nous rassurer...

 


Lundi 27 février 2023

Saints comme le Seigneur Dieu

Lévites 19,1-2.11-18/Mat 25,31-46

 

 

« Le Seigneur parla à Moïse et dit : parle à toute l’assemblée

des fils d’Israêl. Tu leur diras :Soyez saints, car moi, le Seigneur

votre Dieu, je suis saint.

Vous ne volerez pas, vous ne mentirez pas, tu n’exploiteras pas

ton prochain... Vous ne commettrez pas d’injustice. Tu ne réclameras

pas la mort de ton prochain. Tu ne haïras pas ton frère dans ton cœur.

Tu ne garderas pas de rancune contre les fils de ton peuple. Tu aimeras

ton prochain comme toi-même. Je suis le Seigneur. »

 

 Jésus reprend ces fortes paroles, mais les élargit considérablement :

« Toutes les nations seront rassemblées devant le Fils de l’homme

dans sa gloire. Il dira : j’avais faim, soif, j’étais étranger,  nu, malade,

en prison... et vous m’avez fait du bien... Chaque fois que vous l’avez

fait au plus petit de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait. »

Il n’y a pas de sainteté, de ressemblance à Dieu sans amour de l’autre.

 


Dimanche 26 février 2023

Tentation - Faute - Réparation

Genèse 2,7-9.3,1-7/Romains 5, 12-19/Mat.4,1-11

 

 

« L’arbre de vie et l’arbre de la connaissance du bien et du mal,

Dieu a dit : vous n’y toucherez pas, sinon vous mourrez ! »

« Pas du tout ! Vous serez comme des dieux ! » dit le serpent.

La femme prit de son fruit, elle en mangea et en donna à son mari.

Alors leurs yeux s’ouvrirent et ils virent qu’ils étaient nus... »

 

Paul commente : « Par un seul homme le péché est entré dans

le monde et par lui est venue la mort, passée en tous les hommes.

Mais si la mort a frappé la multitude par la faute d’un seul, combien

plus la grâce de Dieu s’est-elle répandue en abondance sur la

multitude, cette grâce qui est donnée en un seul homme, Jésus Christ. »

Comment ?

« Si tu es fils de Dieu, dit le diable, ordonne... »

« L’homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole qui

sort de la bouche de Dieu ! »

    « Si tu es fils de Dieu, jettes-toi en bas... »

    « Tu ne mettras pas à l’épreuve le Seigneur ton Dieu ! »

        « Tout cela, je te le donnerai si tu te prosterne à mes pieds... »

        « Arrière, Satan ! c’est le Seigneur ton Dieu que tu adoreras,

           à Lui seul tu rendras un culte. »

Alors le diable le quitte, et voici que des anges s’approchèrent,

et ils le servaient.

 


Samedi 25 février 2023

Au-delà des convenances

Isaïe 58,9-14/Luc 5, 27-32

 

 

« Jésus sortit et remarqua un publicain assis au bureau des impôts.

Il lui dit « Suis-moi ! » Abandonnant tout, l’homme se leva et il  le suivait.

Lévi donna pour Jésus une grande réception . Il y avait là une foule

nombreuse de publicains et d’autres gens attablés avec eux.

les pharisiens récriminaient : Pourquoi mangez-vous et buvez-vous

avec les pécheurs ?

« Je ne suis pas venu appeler des justes mais des pécheurs, pour

qu’ils se convertissent. »

 

Jésus met en œuvre les paroles du prophète Isaïe :

« Si tu fais disparaître de chez toi le geste accusateur,

si tu donnes à celui qui a faim ce que toi tu désires, ta lumière se

lèvera dans les ténèbres, et ton obscurité sera lumière de midi.

Le Seigneur sera toujours ton guide. Tu rebâtira les ruines anciennes.

On t’appellera « Celui qui répare les brèches. »

 

Les gens « de mauvaise vie » ont aussi besoin de cette lumière, de cette

proximité qui transforme, et Jésus assume cette mission.

Que feront ses disciples ?

 


Vendredi 24 février 2023

Le sens du jeûne

Isaïe 58, 1-9/Mat. 9,14-15

 

 

Reproches des croyants d’Israël à leur Dieu :

« Quand nous jeûnons, pourquoi ne le vois-tu pas ? »

Reproches de Dieu à ses fidèles :

« Oui, mais le jour où vous jeûnez, vous savez bien

faire vos affaires , et vous traitez durement ceux qui

peinent pour vous! Votre jeûne se passe en disputes

et querelles... Est-ce là le jeûne qui me plait, un jour

où l’homme se rabaisse ?

Le jeûne qui me plait : faire tomber les chaines injustes,

rendre la liberté aux opprimés, partager ton pain avec celui

qui a faim, accueillir chez toi les pauvres sans abri, ne pas te

dérober à ton semblable. Alors ta lumière jaillira comme l’aurore.

Alors, si tu appelles, le Seigneur répondra. Il dira : Me voici ! »

 

Jésus ajoute une autre dimension : sa présence ou son absence :

« Les invités de la noce pourraient donc être en deuil  quand

l’Époux est avec eux ? Des jours viendront où l’Époux leur sera

enlevé ; alors ils jeûneront ! »

 


Jeudi 23 février 2023

Feuille de route

Dt 30,15-20/Luc 9, 22-25

 

 

« Je mets devant toi la vie ou la mort. La bénédiction ou la malédiction.

Choisis donc la vie, pour que vous viviez, toi et ta descendance, en

aimant le Seigneur ton Dieu, en écoutant  sa voix, en vous attachant

à Lui. C’est là que se trouve ta vie, une longue vie... »

 

Jésus entre dans le concret, avec réalisme, sans tromper ses disciples :

« Il faut que le Fils de l’homme souffre beaucoup, qu’il soit rejeté,

qu’il soit tué, et que le troisième jour, il ressuscite.

Celui qui veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il

prenne sa croix chaque jour, et qu’il me suive. Celui qui veut sauver

sa vie la perdra, mais celui qui perdra sa vie à cause de moi la sauvera.

Quel avantage un homme aura-t-il à gagner le monde entier, s’il se

perd ou se ruine lui-même ? »

 

Beaucoup vivent cela au quotidien. Ne l’oublions pas !

 


Mercredi 22 février 2023

Mercredi des Cendres - Entrée en carême

Joël 2, 12-18/ 2° Cor.5,20-6,2/Mat. 61-6.16-18

 

 

Appel du prophète Joël : « Revenez de tout votre cœur

dans le jeûne, les larmes et le deuil. Déchirez vos cœurs

et revenez au Seigneur votre Dieu, car il est tendre et miséricordieux,

lent à la colère et plein d’amour... Faudra-t-il qu’on dise : où donc

est leur Dieu ?

Et le Seigneur s’est ému en faveur de son pays, il a eu pitié de son peuple. »

 

Paul, à son tour nous crie : « Nous vous le demandons au nom du Christ :

Laissez-vous réconcilier avec Dieu !

Celui qui n’a pas connu le péché, Dieu l’a pour nous identifié au péché,

afin qu’en lui nous devenions justes de la justice même  de Dieu.

Le voilà maintenant le moment favorable, le jour du salut... »

 

Et Jésus lui-même nous donne ces conseils de conversion :

« Quand tu fais l’aumône, que ta main gauche ignore ce que fait

ta main droite, afin que ton aumône reste dans le secret...

Quand tu pries, retire-toi dans la pièce la plus reculée, et prie ton

Père qui est présent dans le secret...

Quand tu jeûnes, que ton jeûne ne soit pas connu des hommes, mais

seulement de ton Père...

Et ton Père, qui voit dans le secret, au plus secret, te le rendra. »

 


Mardi 21 février 2023

Sagesse et folie

Ben Sira 2,1-11/Marc 9,30-37

 

 

« Si tu viens te mettre au service du Seigneur, prépare-toi

à subir l’épreuve ; fais-toi un cœur droit et tiens bon !

Vous qui craignez le Seigneur, ayez confiance en lui. espérez

le bonheur, la joie éternelle et la miséricorde. Ce qu’il donne

en retour est un don éternel, pour la joie. Celui qui a persévéré

a-t-il été abandonné ? Le Seigneur est tendre et miséricordieux,

il sauve au moment de la détresse. »

 

Jésus enseignait ses disciples : « Le Fils de l’homme est livré

aux mains des hommes, ils le tueront, et trois jours après sa

mort, il ressuscitera. » Mais les disciples ne comprenaient pas

ces paroles, et ils avaient peur de l’interroger.

 

Jésus pousse à l ‘extrême la confiance en Dieu des sages de l’Ancien

Testament, en acceptant et annonçant pour lui la folie de la croix...

et de la résurrection...

Il connaît Dieu à l’intime de lui-même et ne lui retirera jamais

sa confiance. A nous d’en faire humblement l’apprentissage.

 


Lundi 20 février 2023

Croire en Dieu, en Jésus

Ben Sira 1,1-10/Marc 9, 14-29

 

 

« Toute sagesse vient du Seigneur et demeure auprès de lui

pour toujours. La racine de la sagesse, qui en a eu la révélation ?

C’est le Seigneur qui a créé la sagesse ; il l’a vue et mesurée, il l’a

répandue sur toutes ses œuvres, parmi tous les vivants, dans la

diversité de ses dons, et ceux qui aiment Dieu en ont été comblés. »

 

C’est de cette sagesse puissante dont témoigne Jésus, dans la

délivrance d’un enfant. « Tout est possible à celui qui croit ! »

Lui qui aime Dieu à l’infini en a été comblé.

C’est pourquoi il peut répondre à ses disciples qui lui demandent :

« Pourquoi est-ce que nous, nous n’avons pas réussi à expulser ce mal ? »

« Cette espèce-là, rien ne peut la faire sortir, sauf la prière ! »

 

Alors, avec le père de l’enfant, nous pouvons nous écrier :

« Je crois ! Viens au secours de mon manque de foi ! »

 


Dimanche 19 février 2023

Soyons concrets !

Mt 5, 38-48

 

On peut avoir tendance à affadir certaines pages de l'Évangile ou à penser que cela concerne les autres...

Essayons de voir ce que cela représente concrètement dans ma vie d'aujourd'hui.

"Ne pas riposter au méchant" : au collègue qui m'a fait une vacherie; au type dans la rue qui m'a klaxonné(e); à mon conjoint dont la parole m'a blessé(e)...

"Et si quelqu'un veut te poursuivre en justice et prendre ta tunique, laisse-lui encore ton manteau."...
... Non, franchement ! là, c'est trop, Jésus !

Ce que tu me demandes me révolte !...

... Et pourtant, là est chemin de vie, seul capable d'enrayer les enchaînements de violence...

 


 

Samedi 18 février 2023

Éblouissement

Mc 9, 2-13

 

Élie et Moïse entourent Jésus dans sa transfiguration. Son message est bel et bien dans la continuité du leur. il en est l'accomplissement. Jésus est enraciné dans notre Histoire Sainte.

"Une nuée les couvrit de son ombre"...

... comme Moïse et le peuple hébreu dans le désert,

... comme Marie à l'Annonciation.
Et puis, "ils ne virent plus que Jésus seul avec eux"

Tout est en lui. Nul besoin de chercher ailleurs !

"Celui-ci est mon Fils Bien-aimé. Écoutez-le !"

Nous sommes, en lui, nous aussi, fils, fille bien aimé du Père.
C'est ce qu'a compris et vécu la petite Bernadette de Lourdes !

Nul besoin d'être savant pour entrer dans cet éblouissement !

 


 

Vendredi 17 février 2023

Une vie laaarge

Mc 8, 34-9,1

 

"Ce qui importe, ce n'est pas la longueur de la vie, mais sa largeur."

Je ne sais plus d'où vient cette citation, mais elle est en plein accord avec les propos de Jésus.

Lorsqu'il nous dit la nécessité de renoncer à nous-même, de prendre notre croix et de le suivre, si nous voulons marcher à sa suite, ce n'est pas un appel à être maso, et encore moins au suicide !

C'est un appel à oser vivre, et vivre pleinement !

Il est la Vie. Si nous voulons marcher avec le Christ, nous devons lâcher nos peurs et nos conforts.

Si nous nous agrippons à cette existence étriquée, de peur de la perdre, elle va se faner et mourir inanimée !

La vie est une aventure avec ses risques et ses découvertes.

N'ayons pas peur, le Christ est avec nous.

 


 

Jeudi 16 février 2023

Micro-trottoir

Mc 8, 27-33

 

Jésus fait un sondage. Il interroge ses disciples sur le résultat de leur micro-trottoir : "Au dire des gens, qui suis-je ?"

Des réponses diverses émergent : Jean le Baptiste, Élie, l'un des prophètes...

Puis Jésus resserre les rangs : "Et pour vous, qui suis-je ?"

La réponse de Pierre fuse : "Tu es le Christ !"

Bonne réponse !

Mais pourtant, interdiction de la diffuser sur les réseaux sociaux !

C'est qu'il ne faut pas se tromper sur le sens de ce mot.
Jésus leur explique ce qu'il recouvre.
Et là, ça coince !

Le même Pierre en vient à faire des reproches à celui qu'il a reconnu comme Christ, Messie de Dieu !

Comme il nous est difficile de comprendre qui est Jésus Christ ! Quelle est la vraie nature de sa puissance, de sa royauté !...

 


 

Mercredi 15 février 2023

Arbre ou homme

Mc 8, 22-26

 

C'est beau ! C'est émouvant cette guérison en deux étapes !

Et ce premier regard de l'aveugle : "j'aperçois des gens : ils ressemblent à des arbres que je vois marcher."

Oui, l'être humain et l'arbre ont des ressemblances. Tout deux se tiennent debout. Enracinés dans notre sœur la terre maternelle, ils se dressent vers le ciel. Leurs bras ou leurs branches s'élancent et se meuvent dans le vent.
Leurs silhouettes sont semblables.
Oui, ils sont vraiment frères, interdépendants.

Ils donnent la vie.

Et Jésus Christ est lui-même l'Arbre de la Vie.

Lorsque l'on voit cette réalité splendide, on n'est plus aveugle !

 


 

Mardi 14 février 2023

Au-delà !...

Mc 8, 14-21

 

Cette fois-ci, ce sont les disciples, les intimes de Jésus, qui n'ont rien compris au signe de la multiplication des pains !

Ils vivent encore dans la peur, l'inquiétude, et cela provoque des discussions entre eux !

Ils n'ont pas encore compris le Mystère de Jésus !

Quant à nous, que nous soyons des chrétiens pratiquants, que nous ayons une vie de prière ou, et, une vie d'engagement au service de nos frères et sœurs, que nous soyons des chrétiens de longue date ou de nouveaux convertis... gardons conscience que la personne du Christ est au-delà de nos représentations...

Et c'est une Bonne Nouvelle !

 


 

Lundi 13 février 2023

Dieu fait signe

Mc 8, 11-13

 

Aie ! aie ! aie !... Jésus vient de donner, dans la multiplication des pains (évangile de samedi dernier), un signe on ne peut plus parlant, une véritable parabole en acte !...

... et il y en a qui n'ont rien compris ! ou n'ont rien voulu comprendre !... et demandent un signe !...

Pas étonnant que Jésus leur oppose une fin de non-recevoir !

Si on lui ferme la porte, il ne peut, ni ne veut la forcer ! L'Amour ne peut s'imposer !...

Aujourd'hui encore les signes de la Présence de Dieu sont bien là au milieu de nous.

Saurons-nous les voir ?

Les reconnaître ?

... et en être porteurs ?...

Allons-nous cesser de fuir, en nous donnant toutes sortes de bonnes raisons ?!...

Plus que jamais, nous avons besoin de témoins d'espérance !...

 


 

Dimanche 12 février 2023

Choisis la VIE !

Mt 5, 17-37

 

"La vie et la mort sont proposées aux hommes, l'une et l'autre leur est donnée selon leur choix."

La morale chrétienne est souvent perçue comme quelque chose qui emprisonne et culpabilise.

L'Évangile de ce jour nous montre que c'est tout-à-fait le contraire.

Elle est libératrice !
Elle est chemin de vie !

Jésus en évoque quelques exemples :

- La colère entre frères, sœurs conduit à une forme de mort car elle tue la relation, l'amitié. Elle tue notre paix intérieure. Elle tue la paix entre nous.

- Le regard de convoitise méprise l'autre en voulant le posséder. Il est un obstacle majeur à de saines relations.

- L'attitude de domination de l'un(e) sur l'autre est de la même veine.

Jésus nous appelle à être en vérité avec nous-mêmes et avec les autres.

"Que votre parole soit oui, si c'est oui, non si c'est non.

Ce qui vient en plus vient du Mauvais."

"Choisis la VIE !"

 


 

Samedi 11 février 2023

Tutoriel d'économie

Mc 8, 1-10

 

Le récit de la multiplication des pains est tellement riche qu'il ouvre à de nombreuses lectures !

Il est, en lui-même, une nourriture abondante qui peut rassasier les foules dans nos déserts d'aujourd'hui !

Cette "grande foule " est depuis trois jours avec Jésus, consciente que sa Parole est plus vivifiante que du pain.

Cependant, Jésus a aussi le souci de nos corps.

Il nous livre alors une belle leçon d'économie : lorsqu'on a le sentiment d'être en recession, la sortie de crise ne peut se faire dans le chacun pour soi. Elle se trouve dans le partage entre tous... après avoir rendu grâce, reconnu que tout est don, tout est cadeau.

Et alors, non seulement il y en a pour tout le monde, mais il en reste en surabondance.

 


 

Vendredi 10 février 2023

Ouvre-toi !

Mc 7, 31-37

 

Vaste sujet de réflexion que cette question d'articulation entre "entendre", "écouter", et "parler" !

Des gens demandent à Jésus d'intervenir en faveur d'un "sourd qui avait aussi de la difficulté à parler".
Or eux-mêmes "n'écoutèrent pas Jésus leur demandant de se taire... Plus il leur donnait cet ordre, plus ceux-ci le proclamaient."

Impressionnant !...

Ils sont "extrémement frappés " au point qu'il leur est impossible d'écouter Jésus et de ne pas parler !

"Il fait entendre les sourds et parler les muets."

... Il revient de notre choix que cet "entendre" devienne "écoute" !...

Le passage de la Genèse nous invite à un pas de plus : Ève avait bien écouté Dieu (ou plutôt ce que Adam avait dû lui en dire"), mais lorsque le serpent intervient, c'est ce dernier qu'elle écoute. Elle accorde plus de crédit à sa parole qu'à celle de Dieu.

Sommes-nous sourds nous aussi ? De quelle surdité ? Qui écoutons-nous ? Et quelle parole découle de cette écoute ?...

 


 

Jeudi 9 février 2023

Comme une mère

Mc 7, 24-30

 

À plusieurs reprises dans la bible, on voit que Dieu est comme impressionné par l'amour dont est capable une mère. Il l'utilise comme image pour nous faire comprendre la puissance de son amour.

Et là encore, dans l'évangile de ce jour, Jésus en est tout chamboulé !

Cette femme, une étrangère en plus, est capable, pour l'amour de sa fille malade, de toutes les audaces, avec une humilité déconcertante !

Elle a réponse à toutes les objections du Maître Jésus... jusqu'à en bousculer les projets et la perception qu'il a de sa mission.

D'ailleurs, on peut rapprocher son attitude de celle de Marie, la mère de Jésus, qui, aux noces de Cana, avait aussi provoqué Jésus à commencer sa mission.

Alors Jésus craque ... et s'émerveille !...

 


 

Mercredi 8 février 2023

"La vérité vous rendra libre !"

Mc 7, 14-23

 

Jésus nous adresse un vibrant appel à la responsabilité, à la liberté. Et à la vérité vis à vis de nous-mêmes.

Bien souvent, lorsque quelque chose va mal dans notre vie, nous nous justifions en accusant des faits ou des personnes extérieures.

Jésus ne désire pas nous enfermer dans une culpabilité stérile, mais nous faire prendre conscience que, quelques soient les contextes extérieurs, notre liberté est plus grande que tout déterminisme.

C'est, certes, très exigeant,

mais là est la beauté de notre humanité !

 


 

Mardi 7 février 2023

Bon sens humain

Mc 7, 1-13

 

Ils ont bien raison, les pharisiens : il est tout-à-fait recommandé de se laver les mains avant de passer à table !

Règle élémentaire d'hygiène et de respect !

Pour eux, cela touche même au sacré, à l'acte religieux. Rien à redire !

... sauf qu'ils en ont fait un absolu !

Lorsque nous faisons de nos paroles, de nos comportements, de nos choix - aussi religieux soient-ils - un absolu... nous leur donnons la place de Dieu lui-même, ce Dieu qu'ils sont sensés servir, honorer...
Avec un simple bon sens humain, Jésus nous remet face à l'incohérence, à l'absurdité auxquelles cela mène...

... et qui risque de vite nous faire dériver vers une certaine forme d'inhumanité...

 


 

Lundi 6 février 2023

Contagion de la Vie

Mc 6, 53-56

 

Dans ce récit, ce n'est pas Jésus qui touche ou parle aux malades pour les guérir. Ce sont eux qui le touchent : "Ils le suppliaient de leur laisser toucher ne serait-ce que la frange de son manteau."

Et "tous ceux qui le touchèrent étaient sauvés".

À noter que l'on ne dit pas qu'ils sont "guéris", mais "sauvés".

Il y a comme une force de vie, une énergie de vie qui émane de Jésus, et elle est contagieuse, plus que toutes les maladies !

Lorsque je sens en moi, dans mon existence, quelque chose qui est malade, handicapé, ai-je ce même élan vers Jésus pour me rapprocher de lui, le toucher, afin d'être "contaminé" par sa force de vie ? être sauvé, libéré ?...

 


 

Dimanche 5 février 2023

Sel et lumière

Mt. 5, 13-16

 

Etre chrétien, c'est être sel et lumière tout à la fois ou en alternance.

C'est vraiment un beau, très beau programme que le Seigneur nous propos.

Mais c'est aussi exigeant :

être lumière c'est en fait être porte-lumière "christophore", être là pour révéler quelqu'un d'autre que nous-mêmes.

être sel, c'est tout aussi exigeant. Car il nous fait disparaître au bénéfice d'un autre. Mais en disparaissant, nous donnons le goût d'un autre à ceux qui nous mangent.

Que l'on soit sel, lumière ou les deux à la fois, ou les deux successivement, cela n'est pas de la première importance. Ce qui nous est demandé et qui compte, c'est de faire connaître le Seigneur, d'une manière ou d'une autre, par notre vie, par notre prière, par notre enseignement (peu importe), de faire connaître à tous que l'amour de Dieu est pour tous et non pas réservé à une petite élite de chrétiens.

 


Samedi 4 février 2023

Instruction religieuse

Mc. 6, 30-34

 

Jésus invite ses disciples à se mettre à l'écart dans un lieu désert et à se reposer.

Se reposer, c'est une vue de l'esprit car aussitôt, les foules se rassemblent autour de Jésus.

Ainsi Jésus, pris de compassion, les instruit.

La foule a faim et soif de nouriture spirituelle. Jésus le comprend bien et répond à leur attente, sans se préoccuper de la fatigue (la sienne et celle des disciples).

Quand nous sommes interpellés sur Dieu, sur notre foi, prenons-nous le temps de répondre quel que soit notre état ? Jésus se laisse attendrir par le fait qu'ils ont soif mais ne savent pas où est la source.

Dans un autre passage, Jésus dira : "donnez-leur vous-mêmes à manger, à boire".

On peut considérer que ce "donnez-leur vous-mêmes à manger" s'applique aussi aux nourritures spirituelles, et peut-être même en priorité.

Gardons en mémoire la phrase : "l'homme ne se nourrit pas seulement de pain mais de toutes paroles venant de la bouche de Dieu.

 


Vendredi 3 février 2023

Dans démoniaque

Mc. 6, 14-29

 

Cet épisode douloureux de l'évangile nous fait découvrir de manière concrète combien le regard de l'autre a de l'importance et peut nous conduire à des actes non seulement violents, immoraux mais surtout pervertir ce qu'on pourrait appeler la vérité, l'honnêteté, la fidélité.

En effet, Hérode fait couper la tête de Jean-le-Baptiste à la demande de la fille d'Hérodiade, pour ne pas déplaire à ses invités, pour rester fidèle à sa promesse de lui donner ce qu'elle veut et sans doute pour continuer à séduire Hérodiade elle-même.

Donc on peut dire que toutes ces bonnes intentions sont de fausses bonnes intentions car tant la fidélité à une promesse que l'honnêteté ou la vérité sont détournées de leur réalité première : prendre soin de l'autre par amour et par amitié.

Danser n'est pas répréhensible, bien au contraire, sauf si le but  est de plaire et séduire au lieu de poser des gestes de beauté et d'art. La séduction, l'identité même du démon.

 


Jeudi 2 février 2023

Présentation de Jésus au temple

Lc. 2, 22-40

 

C'est un très long évangile qui nous relate l'obéissance des parents de Jésus à la loi juive, leur rencontre avec deux fidèles parmi les fidèles de Dieu : le vieillard Syméon et la prophétesse Anne.

Tous deux reconnaissent en Jésus le Messie, le Sauveur annoncé par les Ecritures.

Pour pouvoir le reconnaître ainsi, il ne suffit pas qu'ils fussent très connaisseurs des Ecritures. Il leur faut aussi ce lien privilégié avec l'Esprit. Lequel lien avec l'Esprit est le résultat d'années et d'années de foi, de prières, d'intimité avec le Dieu de leurs pères.

En cette fête de la présentation de Jésus au temple, fête qui porte aussi le nom de fête de la vie consacrée, espérons que les religieux et religieuses sauront, voudront, rechercheront aussi tout au long de leur vie cette intimité avec le Seigneur, intimité qui sera annonce du Messie pour la vie du monde.

 


Mercredi 1er février 2023

Prophète de Dieu

Mc. 6, 1-6

 

Jésus enseigne et il étonne tous ses auditeurs. D'où lui vient cette sagesse puisqu'il n'est que le fils du charpentier ? et sa mère une humble femme à la maison ?

L'identité du prophète est ainsi calquée de très près sur la réussite sociale et sur les puissants : on ne peut pas être prophète si on ne sort pas de la lignée de prophètes.

Et voilà que Jésus vient tout renverser, inverser : N'est prophète que celui qui est appelé par le Père à cette mission. On ne s'autoproclame pas prophète.

La conséquence de ce refus de croire c'est que les guérisons ne peuvent avoir lieu puisque la guérison ne peut se réaliser que dans la foi, ou au moins le désir réel de guérir.

Ici nous avons une attaque de chefs campés sur leur prérogatives.

C'est dommage car, ainsi, ils en privent beaucoup de la guérison. Que celui qui a des oreilles entendent !

 


Mardi 31 janvier 2023

Amour sans limite

Mc. 5, 21-43

 

Cette histoire de la guérison de la petite fille de Jaïre et de l'hémoroïse est très émouvante. Elle est émouvante parce que ces deux personnages ont une foi sans borne, sans limite en la capacité d'amour de Jésus de guérir.

Et effectivement Jésus guérit par amour.

Une question que l'on peut se poser : pourquoi Jésus, presque toujours après une guérison, demande la discrétion aux bénéficiaires des guérisons ?

Sans doute parce qu'il ne veut pas être pris pour  ce qu'il n'est pas, un thaumaturge. Il ne fait pas des miracles parce qu'il a la capacité de faire des miracles. Il guérit les gens parce qu'il les aime, qu'il est fils de Dieu eet donc Dieu lui-même. Cela change tout dans son rapport aux gens. Et cela change tout dans notre rapport à Jésus.

 


Lundi 30 janvier 2023

Peur de l'inconnu

Mc. 5, 1-20

 

Un possédé guéri alorsque personne n'avait pu ni l'approcher et encore moins l'apprivoiser jusqu'à présent.

Des démons qui sont expulsés et trouvent domicile dans un troupeau de porcs.

Des porcs qui se précipitent dans la mer sous l'emprise des démons.

Et enfin un possédé tout beau, tout propre, bien habillé, tout serein.

Il y a de quoi avoir peur et les gens ont peur.

Ils ont peur de cette force surnaturelle, qu'ils ne comprennent pas et qui est capable de guérir un possédé.

Cette force surnaturelle me renvoie à l'épisode précédent où Jésus parle à la tempête et l'apaise.

Ainsi la force de Jésus est une force de paix, pour tous, aussi bien pour les personnes que pour les éléments naturels. Elle ne nous est pas inconnue mais sommes-nous prêts à la reconnaître ?

 


Dimanche 29 janvier 2023

Neuf Chemins de vie

Mt. 5, 1-12

 

Aujourd'hui, neuf chemins de vie nous sont proposés. A la première lecture, cela ressemble à des provocatins spirituelles. Qui peut se contenter d'être pauvre de coeur afin d'obtenir le Royaume des cieux ? On croit toujour que plus on est riche de coeur, plus on a de chance d'entrer dans le Royaume. Idem pour les coeurs purs, ou les artisans de paix, et ainsi de suite.

Et pourtant c'est bien Jésus qui nous invite à prendre ces chemins, chemins de dépouillement, de renonciation, de rencontre avec l'Essentiel.

Il n'est pas question d'en choisir un ou deux ou trois, mais de les suivre tous car ils ne peuvent exister individuellement. Chacun de ces chemins a une connection avec les autres. En choisir un, c'est les choisir tous, et c'est les suivre tous.

Et surtout, c'est choisir Jésus qui seul nous conduit au Père, au Royaume.

 


Samedi 28 janvier 2023

Présence-absence

Mc. 4, 36-41

 

Les disciples sont pris dans une tempête démesurée alors que Jésus dort.

Il le réveille afin qu'il fasse quelque chose. Et Jésus fera uelque chose ; il apaisera la tempête comme il nus est dit.

Mais au-delà de la violence des vents, il y a les disciples qui ont peur alors qu'ils sont avec Jésus. Mais le sommeil de Jésus les perturbe, leur fait oublier qu'ils sont avec lui dans la main de Dieu. Ils lui font le reproche de ne pas se soucier d'eux. Comme si Jésus pouvait ne pas se soucier de quiconque puisqu'il est venu spécialement pour l'humanité, pour toute l'humanité. La peur est souvent plus forte que la foi et la confiance. Pour rétablir la confiance, Jésus devra apaiser les vents et la mer. Cela ne suffira pas car les disciples continueront à se demander qui est Jésus, comme s'ils le rencontraient pour la première fois. Comment trouver suffisamment de foi pour croire à la présence de Jésus malgré les apparences contraire ? C'est une question qui est tout à fait d'actualité encore aujourd'hui !

 


Vendredi 27 janvier 2023

Eco-système divin

Mc. 4, 26-34

 

Aujourd'hui, Jésus nous plonge dans des questions d'agriculture, de culture, de terrains, de terroirs, bref au coeur d'une civilisation agraire.

L'évolution de la plante, depuis sa mise en terre jusqu'à sa floraison et le fruit qu'elle porte, voilà l'image du royaume de Dieu. Jésus nous redit que le royaume de Dieu n'est pas autre chose qu'un mouvement de vie, qui part de la naissance jusqu'à la vie, sans interruption et, de plus, sans qu'on en comprenne vraiment le processus.

Car, effectivement, ce processus de vie divine est en partie incompréhensible à nos esprits humains. La vie divine : pas autre chose que la gratuité de l'amour, la plénitude de la gratuité, un état que seul Dieu peut vivre et incarner. Nous pouvons y boire et c'est lui qui nous donne vie. Nous pouvons l'espérer. Nous pouvons y croire. Nous pouvons l'expérimenter. Cette plénitude de l'amour gratuit de Dieu nous la recevons par l'incarnatin du Fils. A sa suite, comme le dit saint Irénée, nous pourrons entrer en Dieu , c'est le fruit de la Création promis à tous.

 


Jeudi 26 janvier 2023

Une oreille qui écoute

Mc. 4, 21-25

 

La lumière qui est faite pour éclairer, illuminer, la mesure qui est faite pour être large, débordante. Voilà le don de Jésus.

Ainsi nous sommes invités à ne rien garder pour nous, non pas par peur d'hypothétiques représailles.  Non, parce que ce que nous recevons est fait pour être redonné si nous ne voulons pas rester stériles.

Des oreilles qui écoutent, ce n'est pas autre chose que d'accueillir la grâce de Jésus, de la partager, d'en garder le moins possible pour soi-même afin que les autres en profitent au maximum. C'est cela aimer son frère à la façon, à la suite de Jésus Christ.

 


Mercredi 25 janvier 2023

Allez par le monde entier

Mc. 16, 05-18

 

Aujourd'hui, en la fête de la conversion de saint Paul, l'Eglise nous invite à clôre la semaine de prière pour l'unité des chrétiens. Et pour clôre cette semaine, l'évangile proposé est celui de l'envoi en mission pour baptiser et guérir.

L'unité des chrétiens ne peut se faire sans guérison, guérison de nos divisions, de nos exercices du pouvoir, de domination qui tuent au lieu de faire vivre. Et ces guérisons sont pour tous, quelle que soit la maladie.

Cette semaine de prière pour l'unité des chrétiens est plus large que l'unité des chrétiens. Elle est destinée à prendre dans la prière le monde entier et à supplier que la paix dev ienne notre préoccupation de tous les jours.

 


 

Mardi 24 janvier 2023

Quelle volonté de Dieu?

Mc. 3, 31-35

 

Les liens familiaux naturels ne semblent pas être la préoccupatino première ni seconde de Jésus.

A ceux qui se font les porte-paroles de la famille de Jésus, il répond de manière énigmatique : qui sont mes frères ?

C'est sans doute une façon pour Jésus d'affirmer, d'appuyer sur le fait que nous sommes tous frères et soeurs puisque nous avons tous le même Père.

Faire la volonté du Père nous rend frères et soeurs. Mais attention : cette volonté du Père n'est pas un pouvoir sur nous, ni un ordre à exécuter. Jésus nous l'a montré par toute sa vie et son enseignement : faire la volonté du Père ce n'est pas autre chose que d'aimer à la façon du Père Beau programme de vie.

 


Lundi 23 janvier 2023

La grâce du pardon

Mc. 3, 22-30

 

Jésus est accusé d'exercer un pouvoir satanique. Une accusation quelque peu aberrante de la part des scribes qui utilisent tous les moyens calomnieux possibles pour asseoir leur pouvoir sur les gens.

Jésus répond d'abord par un peu d'ironie qui doit laisser quelque peu pantois les scribes.

Mais il termine par quelque chose de beaucoup plus sérieux : le pardon. Aux yeux de Dieu tout est pardonnable, même le blasphème. Ce qui ne l'est pas, c'est le blasphème contre l'Esprit Saint. Pourquoi n'est-ce pas pardonnable ?

Refuser l'Esprit Saint, blasphémer contre l'Esprit Saint, c'est déjà se mettre à la place de Dieu. Et comment Dieu pourrait-il se pardonner à lui-même s'il s'est divisé en blasphémant contre lui-même.

Ainsi Jésus se sert et inverse les accusatiions des scribes.

N'oublions jamais que Dieu nous pardonne tout, sauf de refuser sa grâce.

 


Dimanche 22 janvier 2023

Réfugié de l’intérieur

Mt 4, 12-23

 

Un emprisonnement d’un proche

pour cause d’exercice de la liberté de parole

peut provoquer des déplacements des personnes de sa famille.

 

Voilà ce qui arrive à Jésus quittant la Judée pour Capharnaüm

après l’emprisonnement de son cousin.

 

En communion avec tous les déplacés politiques, climatiques ou économiques,

cultivons cette espérance :

«  Sur les habitants des pays de l’ombre et de la mort,

une lumière se lève. »

 

C’est aujourd’hui que le Règne de Dieu est tout proche de nous :

Chaque fois que la Bonne Nouvelle est annoncée,

que nos gestes soignent, guérissent,

que des paroles libèrent des personnes ou des peuples.

Confions encore au Seigneur de la paix

tous les pays opprimés par des dictatures, des guerres civiles,

des agressions militaires ou terroristes.

 


Samedi 21 janvier 2023

 

Retour à la maison catastrophique

 

Mc 3, 20-21

 

Voyager puis rentrer à la maison ;

voilà évoqués pour nous  joie, sécurité, repos

quand tout ou presque tout va bien dans la famille.

 

Le retour de Jésus à la maison de Capharnaüm

évoqué par l’évangile de ce jour n’a vraiment pas la même tonalité.

Il continue à être poursuivi par la foule

ce qui prouve la pertinence de son enseignement.

Par contre, ses plus proches, ses parents

ont honte de lui et jugent qu’il a perdu la tête !

 

Quand nous subissons des incompréhensions de nos proches,

quand nos personnalités

en se développant ou en s’assumant dérangent,

pensons au Christ qui aurait perdu la tête

alors qu’il donnera sa vie pour nous sur la croix !

Que nous importe sinon de le suivre !

 


Vendredi 20 janvier 2023

Appelé et nommé

Mc 3, 13-19

 

Quelle que soit notre vie, nos goûts, notre âge, notre famille,

un appel du Christ nous attend.

Cela nous demande une pureté et une disponibilité du cœur.

Dans ce cas, à l’écoute du murmure divin en nous,

il nous advient d’être auprès du Christ.

 

L’appel à être avec lui comme apôtre peut alors résonner

selon les Eglises d’appartenance seulement pour les hommes

ou pour les hommes et les femmes.

Être avec lui, être envoyé proclamer la Bonne Nouvelle

et expulser les démons en son nom, voilà la mission de certains.

 

Pour tous et toutes, être appelé par son nom,

cela nous est promis dans l’apocalypse :

« Je lui donnerai un caillou blanc et inscrit sur ce caillou,

un nom nouveau que nul ne sait,

sauf celui qui le reçoit. » Ap 2, 17

Dans cette espérance, le Christ nous appelle

à être qui nous sommes pour lui.

 


Jeudi 19 janvier 2023

Une immanente bonté

Mc 3, 7-12

 

Supporters de clubs de foot, fans de comédiens ou chanteurs

peuvent être accaparants  ou empêcher leurs idoles de respirer.

 

De l’immense bonté de Jésus sortaient des paroles qui délivrent,

des gestes qui sauvent, qui guérissent.

Dès lors, il risquait d’être écrasé par la foule.

 

Les chrétiens et les chrétiennes lambda  que nous sommes

ne risquent pas d’être écrasés par la foule

mais juste un peu moqués pour leur foi ou leur espérance.

Dans ce cas, la bonté du Christ demeure

notre réconfort et notre soutien.

Que cette bonté  devienne la source de notre charité

envers tous nos proches et tous les lointains

qui sont aussi nos frères et soeurs en humanité.

 


Mercredi 18 janvier 2023

Prédication en actes

Mc 3, 1-16

 

Que dire face à la mauvaise foi et aux intentions tordues ?

Quand tout peut être source d’accusation, quelle peut être l’issue ?

 

Jésus choisit la prédication en actes.

Il commence par poser une question  à laquelle

pourront répondre ceux qui l’entendent 

avec un cœur ouvert et non endurci !

Il est évident que le jour du sabbat consacré au Dieu des vivants

est encore le meilleur jour pour sauver une vie.

Les adversaires invétérés de Jésus eux ne regardent

que les mots de la loi et non son esprit :

la loi du sabbat faite pour l’homme .

Quand l’amour d’autrui et de Dieu nous conduisent,

Mieux vaut d’heureuses transgressions de la loi

que l’inaction de son respect littéral !

 


Mardi 17 janvier 2023

 

Le Fils de l’homme né pour l’homme

 

Mc 2, 23-28

 

Si le chemin se fait en marchant, il a un but, un horizon.

Sabbat des juifs ou dimanche des chrétiens,

le premier jour de la semaine est temps de gratuité et de louange de Dieu.

Mettre nos vies trop mouvementées et affairées sur pause 

pour regarder vers où nous allons :

le Royaume de Dieu à venir où nous serons pour toujours en sa présence.

Ce royaume  est déjà là quand nous aimons avec largesse et gratitude.

Alors, les règles et les coutumes deviennent secondes

et le repos du dimanche lui-même peut être relativisé,

mis en relation avec l’amour de Dieu, des autres et de nous-mêmes.

 

Le Fils de l’homme est né pour l’homme, nous l’avons célébré à noël.

Il n’est pas né pou envahir nos dimanches d’interdits

mais plutôt de louanges et de vie ressuscitante.

 


Lundi 16 janvier 2023

 

Jeûne intermittent

 

Mc 2, 18-22

 

Dans la foulée des mouvements de société pour une vie saine, sobre et « bio »

il est préconisé des jeûnes intermittents qui consistent à sauter un repas.

 

L’Evangile de ce jour nous situe dans un autre type de jeûne :

creuser la faim du corps pour nous éveiller à la faim de nourriture spirituelle,

à la conversion intérieure.

Cette  conversion vise à nous rapprocher du Christ,

à mettre sa parole en pratique,

à nous laisser toucher et transformer.

Dès lors que nous sommes sensibilisés, renouvelés,

il n’est plus nécessaire de jeûner mais seulement d’agir l’amour de Dieu.

 


 

Dimanche 15 janvier 2023

 

Qui a baptisé Jean-Baptiste ?

 

Jn 1, 29-34

 

A cette question, Jean-Baptiste répondrait sans doute :

L’Esprit de Dieu !

En effet, Celui qui l’a envoyé baptiser dans l’eau

lui a fait voir Celui qui  baptise dans l’Esprit Saint.

Et nous les baptisés du 21ème siècle, avons –nous vu la colombe 

descendre sur le Christ?

 

Le Christ, nous ne pouvons en voir

que son corps et son sang, donnés pour nous

sous l’humble apparence du pain et vin eucharistiques.

Tel était l’émerveillement de saint François d’Assise

pour le saint sacrement !

 

Mais au plus profond de nous,

à l’intime de notre prière silencieuse,

murmure un fin silence, le battement d’aile de l’Esprit saint

qui prie en gémissements ineffables : « abba, Père ».

Telle est la dignité des enfants de Dieu

que nous sommes devenus par notre baptême.

 


Samedi 14 janvier 2023

 

Chez qui aller manger ?

 

Mc 2, 13-17

 

Dans un pays réputé pour sa gastronomie,

il est courant de se communiquer les adresses des bons restaurants.

 

Jésus lui accepte toutes les invitations à manger.

D’aucuns le taxent de glouton et d’ivrogne

ou pire encore de choisir de manger avec les publicains et les pécheurs,

bref des gens infréquentables pour les bien-pensants !

 

Un moment de convivialité est pourtant

un commencement de vécu fraternel

qui peut conduire à des échanges qui nous transforment

et le plus édifié n’est pas toujours celui qu’on pense.

Rendons grâces en ce début d’année

pour ce salut offert à tous et toutes sans distinction.

Jésus notre Seigneur qui s’est fait homme

n’est-il pas devenu notre frère ?

 


Vendredi 13 janvier 2023

 

Rétablissement intégral

 

Mc 2, 1-12

 

Quand la conscience n’est pas en paix,

il arrive que le corps aussi soit malade.

Dans l’Evangile de ce jour,

nous assistons à un rétablissement intégral :

pardon des péchés et guérison d’une paralysie.

Voilà l’œuvre de miséricorde tout aussi intégrale de Jésus le Christ.

 

Après les critiques envers Jésus qui se prend pour Dieu,

tous lui rendent gloire pour cette miséricorde

et cette compassion à l’œuvre en lui.

Quelle œuvre de miséricorde serait à notre portée aujourd’hui ?

 

Nous pourrons quant à nous rendre gloire à Dieu

pour le travail du secours catholique

et de tous ceux et celles qui tendent la main aux réfugiés.

 


Jeudi 12 janvier 2023

 

Avec toute ma gratitude

 

Mc 1, 40-45

 

Avec toute ma gratitude : cette belle expression est précieuse

pour dire officiellement publiquement  ou sur une plaque commémorative,

notre reconnaissance pour une personnalité qui a promu le bien commun !

Elle peut aussi s’écrire sur un cadeau fait à une personne plus proche.

 

Dans la parole de Dieu de ce jour, un malade exclu 

est à la fois guéri par Jésus et appelé à se réinsérer illico dans la société

en respectant une loi où il s’agit de se montrer au prêtre.

Or  par charité, Jésus vient de transgresser allègrement la loi

et les règles de prévention en touchant le lépreux !

Le bénéficiaire de cette douce compassion

ne peut qu’exprimer à tout vent son immense gratitude !

 

Puissions-nous en ce jour vivre en gratitude envers Dieu

et toutes les personnes qui nous aident, qui nous aiment.

 


Mercredi 11 janvier 2023

 

Attirer les foules

 

Mc 1, 29-39

 

En notre époque, ce qui déplace les foules

a pour le moins des origines variées :

les jeunes marchent pour le climat, pour les JMJ,

les iraniens clament  « femme, vie, liberté » ;

les travailleurs font grève pour une juste  reconnaissance de leurs droits,

des salaires plus justes

et dans les pays du Sud des émeutes de la faim menacent.

 

Il y a 2000 ans, la Bonne Nouvelle

annoncée dans les synagogues de Palestine

déplaçait les foules et attirait les malades en quête de guérison.

En ce 11 janvier 2023,

l’Evangile venu jusqu’à nous, comment nous déplace-t-il ?

Puisse-t-il nous attirer à vivre de notre foi,

rejoints par la Bonne Nouvelle de Jésus le Christ !

 


Mardi 10 janvier 2023

 

Exorcisme

 

Mc 1, 21-28

 

Pour parler avec sagesse,

pour que notre parole ait du poids et soit écoutée,

il ne faut surtout pas faire du « mauvais esprit ».

Dans l’Evangile, les « homélies » de Jésus

font mouche et le « mauvais esprit »  n’est pas de mise.

Il expulse justement les esprits impurs

qui polluent nos pensées et nos actes.

 

Comment discerner « mauvais esprit » et parole d’autorité ?

Une des clés offertes par la parole du jour :

L’enseignement nouveau devient  heureuse nouvelle,

parole vivante qui nous fait vivre et nous libère

de ces idoles et fausses prophéties qui nous perdent !

 


Lundi 9 janvier 2023

 

Voir, entendre, être

 

Mt 3, 13-17

 

Les disciples de Jean baptisent et

jusqu’à aujourd’hui, les disciples de Jésus baptisent.

Mais pourquoi Jésus de Nazareth s’est-il laissé baptiser par Jean ?

« Pour accomplir toute justice » nous dit l’évangéliste Matthieu.

 

La suite du texte nous décrit

une profonde expérience spirituelle de Jésus qui fait envie.

Les étapes en seraient les suivantes :

- Voir les cieux s’ouvrir : le lieu de Dieu fait portes ouvertes,

nous y avons accès ! L’Esprit de Dieu, son souffle se pose sur nous.

- Entendre : au plus intime de nous la voix du Père nous dire

« Tu es ma joie.  Je suis heureux que tu existes »

- Être : recevoir la vie de Dieu, l’accueillir et répondre à son appel

 


 

 

 

Dimanche 8 janvier 2023

Epiphanie du Seigneur

Isaïe 60, 1-6/Éphésiens 3,2-6/Matthieu 2,1-12

 

 

Vision universaliste du prophète Isaïe :

« Debout, Jérusalem, resplendis ! Les nations marcheront

vers ta lumière... Tous les gens de Saba viendront, apportant

l’or et l’encens ; il annonceront les exploits du Seigneur. »

 

Cela s’est réalisé, écrit Matthieu : « Jésus était né à Bethléem en Judée,

 au temps du roi Hérode le Grand. Or voici que des mages venus

d’Orient arrivèrent à Jérusalem et demandèrent : Où est le roi

des juifs qui vient de naïtre ?  Nous avons vu son étoile en Orient

et nous sommes venus nous prosterner devant lui ?

Le roi Hérode fut bouleversé, et tout Jérusalem avec lui.  

Où devait naître le Christ ? à Béthléem en Judée...

L’étoile  vint s’arrêter au-dessus de l’endroit où se trouvait l’enfant.

Tombant à ses pieds, ils se prosternèrent devant lui et offrirent leurs

présents : de l’or, de l’encens et de la myrrhe. »

 

Paul nous dit : « Dieu m’a fait connaître le mystère : Toutes les nations

sont associées  au même héritage, au même corps, au partage de la même

promesse, dans le Christ Jésus, par l’annonce de l’évangile. »

 

Quel en sera, en nous, le résultat ? Joie ou refus mortifère ?

 


Samedi 7 janvier 2023

Prière de foi

1 Jn. 5,14-21/Jean 2,1-11

 

 

« Il y eut un mariage à Cana, en Galilée. La mère de Jésus était là.

Jésus aussi avait été invité, ainsi que ses disciples. Or, on manqua

de vin. Marie, dit à Jésus : ils n’ont pas de vin ! Jésus lui répond :

Femme, que me veux-tu ? Mon heure n’est pas encore venue...

Sa mère dit aux serveurs : Tout ce qu’il vous dira, faites-le ! »

Et ce fut le miracle de l’eau changée en vin...

« Tel fut le commencement des signes que Jésus accomplit... Il

manifesta sa gloire, et ses disciples crurent en lui. »

 

Jean explicite pour nous : « Voici l’assurance que nous avons

auprès de Dieu : Si nous faisons une demande selon sa volonté,

Il nous écoute, et nous savons aussi que nous obtenons ce que

nous avons demandé.

Le Fils de Dieu est venu nous donner l’intelligence pour que nous

connaissions Celui qui est vrai. Et nous sommes en Celui qui est vrai,

en son Fils Jésus Christ. C’est lui qui est le Dieu vrai et la vie éternelle. »

 


Vendredi 6 janvier 2023

Témoignages

1 Jn. 5,5-13/Marc 1,7-11

 

 

Témoignage de Jean-Baptiste : « En ces jours-là, Jésus  vint

de Nazareth et il fut baptisé par Jean dans le Jourdain. Aussitôt,

en remontant de l’eau, il vit les cieux se déchirer et l’Esprit descendre

sur lui comme une colombe. Il y eut une voix venant des cieux :

Tu es mon Fils bien-aimé, en toi je trouve ma joie ! »

 

Jean l’évangéliste reprend :

 « C’est lui, Jésus Christ, qui est venu par l’eau et le sang.

Ils sont trois qui rendent témoignage : l’Esprit, l’eau et le sang,  et les

trois n’en font qu’un. Le témoignage de Dieu, c’est celui qu’il rend à

son Fils. Et ce témoignage, le voici : Dieu nous a donné la vie éternelle,

et cette vie est dans son Fils ;

Je vous écris cela pour que vous sachiez que vous avez la vie éternelle,

vous qui mettez votre foi dans le nom du Fils de Dieu. »

 

Sommes-nous conscients de ce don immense ?

 


Jeudi 5 janvier 2023

Réalisme

1 Jn. 3, 11,21/Jean 1,43-51

 

 

Suite des rencontres de Jésus :

Jésus part pour la Galilée. « Il rencontre Philippe

et lui dit :Suis-moi ! Philippe trouve Nathanaël et

lui dit : Celui dont il est écrit dan Loi de Moïse  et

chez les prophètes, nous l’avons trouvé, c’est Jésus,

fils de Joseph, de Nazareth... Viens et vois...

Jésus déclare : voici vraiment un Israélite : il n’y a

pas de ruse en lui... Rabbi, c’est toi le Fils de Dieu !

Jésus reprend : tu verras des choses plus grandes encore ! »

 

La première communauté chrétienne a du mal à se tenir

à ces hauteurs, dans un monde violent :

 « celui qui n’aime pas demeure dans la mort.

Quiconque a de la haine contre son frère est un meurtrier, et

vous savez que pas un meurtrier n’a la vie éternelle demeurant

en lui... N’aimons pas en paroles ni par des discours, mais par

des actes et en vérité... Et si notre cœur nous accuse, Dieu est

plus grand que notre cœur, et il connaît toute chose. »

 

Ces paroles nous parlent-elles ?

 


Mercredi 4 janvier 2023

Justice et vérité

1 Jn. 3,7-10/ Jean 1,35-42

 

 

Regards sur le monde : « Petits enfants, que nul ne vous égare !

Celui qui pratique la justice est juste, comme lui, Jésus, est juste.

Celui qui commet le péché est du diable... Voici comment se

manifestent les enfants de Dieu et les enfants du diable :

quiconque ne pratique pas la justice n’est pas de Dieu, et pas

davantage celui qui n’aime pas son frère. »

 

Ce discernement est à faire, mais quel contraste avec le

climat des premières rencontres avec Jésus !

« Voici l’Agneau de Dieu » , dit Jean Baptiste.

« Maître, où demeures-tu ? »  « Venez, et vous verrez ! »

Ils allèrent donc, et ils restèrent auprès de lui ce jour-là.

André avait suivi Jésus. Il trouve Simon, son propre frère

et lui dit « Nous avons trouvé le Messie ». Jésus posa son

regard sur lui et lui dit « Tu es Simon. Tu t’appelleras Képhas, »

ce qui veut dire Pierre. »

 

Vérité d’un dialogue simple, mais décisif, qui engage.

 


Mardi 3 janvier 2023

Croire en Jésus - coire en nous

1 Jn 2,29 à 3,6/Jean 1, 29-34

 

 

« Voyant Jésus venir vers lui, Jean le Baptiste

déclara : Voici l’Agneau de Dieu qui enlève le

péché du monde... J’ai vu l’Esprit descendre du ciel

comme une colombe et il demeura sur lui. Et moi,

je ne le connaissais pas, mais Celui qui m’a envoyé

baptiser dans l’eau m’a dit : Celui sur qui tu verras

l’Esprit descendre et demeurer, celui-là baptise  dans

l’Esprit Saint. J’ai vu, et je rends témoignage : c’est lui

le Fils de Dieu. »

 

Ce témoignage du Baptiste ouvre la voie à celui de

l’apôtre Jean : « Voyez quel grand amour nous a donné

le Père pour que nous soyons appelés enfants de Dieu,

et nous le sommes....Quand cela sera manifesté, nous lui

serons semblables, car nous le verrons tel qu’il est.

Quiconque met en lui une telle espérance se rend pur

comme lui-même est pur. Jésus s’est manifesté pour enlever

les péchés. Quiconque demeure en lui ne pèche pas. »

Gardons au cœur une telle foi, une telle espérance !

 


Lundi 2 janvier 2023

La vérité sur Jésus

1 Jean 2, 22-28/Jean 1,19-28

 

 

« Voici le témoignage de Jean le Baptiste, qui déclarait

ouvertement : je ne suis pas le Christ ! Moi, je baptise

dans l’eau. Mais au milieu de vous se tient Celui que vous

ne connaissez pas ; c’est lui qui vient derrière moi, et je ne

suis pas digne de délier la courroie de sa sandale. »

 

Paroles d’une vérité impressionnante... Jean Baptiste fut-il

cru ? Pas sûr, car Jean l’évangéliste de dire à son tour : « Le

menteur n’est-il pas celui qui refuse que Jésus soit le Christ ?

Quiconque refuse le Fils n’a pas non plus le Père ; celui qui

reconnaît le Fils a aussi le Père... Et telle est la promesse que

lui-même nous a faite : la vie éternelle !

Petits enfants, demeurez en Lui. »

 

Le souci de Jean que les siens ne s’égarent loin de la vérité

évangélique demeure toujours actuel. Mais l’onction que nous

avons reçue de Lui demeure en nous (l’Esprit Saint) ...

Soyons à son écoute !

 


Dimanche 1er Janvier 2023

Fête de Marie mère de Dieu et la nôtre

Nombres 6,22-27/Galates 4, 4-7/Luc 2,16-21

 

 

« Marie retenait tous ces évènements, et les méditait

dans son cœur... »

Phrase très brève, mais qui en dit long !

Quels évènements ? La naissance de Jésus à Bethléem,

l’adoration des bergers avertis par les anges, le récit qu’ils

en firent autour d’eux... La circoncision de l’enfant le 8° jour

et le nom de Jésus qui lui est donné (Dieu sauve).

 

St Paul élargit pour nous la compréhension de ces évènements :

« Lorsqu’est venue la plénitude des temps, Dieu a envoyé son

Fils, né d’une femme, pour que nous soyons adoptés comme fils.

Et voici la preuve que vous êtes des fils : Dieu a envoyé l’Esprit

de son Fils dans nos cœurs, et cet Esprit crie :Abba ! Père !

Ainsi tu n’es plus esclave mais fils, et puisque tu es fils, tu es aussi

héritier : c’est l’œuvre de Dieu. »

 

En ce début d’année, nous sommes dans la bénédiction de Dieu,

sous la mouvance de son Esprit, héritiers de son Royaume avec

le Christ. Que craindre alors ?

 


Samedi 31 décembre 2022

Du début à la fin

1 Jn 2, 18-21/ Jean 1,1-18

 

 

Jean nous redit, en ce dernier jour de l’année :

« Au commencement était le Verbe, et le verbe était auprès de Dieu,

et le Verbe était Dieu. C’est par lui que tout est venu à l’existence.

En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes... Il est venu

chez lui, et les siens ne l’ont pas reçu. Mais à tous ceux qui l’ont reçu,

il a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu, eux qui croient en son

nom... Et le Verbe s’est fait chair, il a habité parmi nous, et nous avons

vu sa gloire, la gloire qu’il tient de son Père comme Fils unique, plein

de grâce et de vérité...Tous, nous avons eu part à sa plénitude...

Dieu, personne ne l’a jamais vu. Le Fils unique, lui qui est Dieu,

lui qui est dans le sain du Père, c’est lui qui l’a fait connaître. »

 

« C’est la dernière heure. Il y a dès maintenant beaucoup d’anti-Christ.

Quant à vous, c’est de celui qui est saint que vous tenez l’onction, et

vous avez tous la connaissance. » ajoute saint Jean.

Nous avons dans notre foi en Jésus un trésor inestimable.

En sommes-nous vraiment conscients ?

 


Vendredi 30 décembre 2022

Fête de la sainte Famille

Col. 3, 12-21/Mat.2,13-15.19-23

 

 

Conseils de l’apôtre Paul :  « Puisque vous avez été choisis

par Dieu, sanctifiés, aimés par lui,revêtez-vous de tendresse

et de compassion, de bonté, d’humilité, de douceur, de patience.

Supportez-vous les uns les autres et pardonnez-vous mutuellement

si vous avez des reproches à vous faire. Par-dessus tout cela, ayez

l’amour, qui le lien le plus parfait... Vivez dans l’action de grâce.

Chantez à Dieu, dans vos cœurs, votre reconnaissance. »

 

La sainte famille de Jésus, Marie, Joseph, nous donne un bel

exemple de cette communion de foi et d’amour.

Ils ont fui en Égypte pour échapper à la mort... Après la mort

d’Hérode, l’ange du Seigneur apparaît en songe à Joseph et lui

dit : «  Lève-toi, prends l’enfant et sa mère, et pars pour le pays

d’Israël, car ils sont morts, ceux qui en voulaient à la vie de l’enfant.

Joseph, se leva, prit l’enfant et sa mère,  et il entra dans le Pays d’Israël.

Il se retira dans la région de Galilée et vint habiter dans une ville appelée

Nazareth. »

Disponibilité, responsabilité, capacité de tout assumer grâce à l’écoute

intérieure.  dans le bonheur comme dans les difficultés.

 


Jeudi 29 décembre 2022

Lumière et ténéèbres

1 Jn 2,3-11/Luc 2,22-35

 

 

« Les ténèbres passent, et déjà brille la vraie lumière. Celui qui

aime son frère demeure dans la lumière. Il n’y a en lui aucune

occasion de  chute. Mais celui qui a de la haine contre son frère

est dans les ténèbres :il marche sans savoir où il va, aveuglé... »

 

La manifestation de Jésus au vieillard Siméon, au Temple, va

illustrer ces paroles : « Mes yeux ont vu le salut, lumière qui se

révèle aux nations, et donne gloire à Israël. »

Pourtant, il ajoute : « Voici que cet enfant provoquera la chute

et le relèvement de beaucoup en Israël.  Il sera un signe de

contradiction »...  et s’adressant à Marie « ton âme sera traversée

d’un glaive : ainsi seront dévoilées les pensées qui viennent du

cœur d’un grand nombre. »

 

La présence de Jésus mettra les cœurs à nu : Chute ou relèvement ?

Cela est vrai aujourd’hui comme hier.

 


Mercredi 28 décembre 2022

Les Saints Innocents

1 Jean 1,5 à 2,2/Mat. 13-18

 

Encore une page sanglante autour de la fête de Noël !

Ne pouvons-nous pas nous réjouir pleinement sans nous

heurter à l’absolu du pouvoir, à la violence aveugle, à la

mort des innocents ? Telle est notre condition humaine,

qu’a voulu épouser le Fils de Dieu...

« Dieu est lumière, en lui, il n’y a pas de ténèbres.

Si nous disons que nous sommes en communion avec lui,

alors que nous marchons dans les ténèbres, nous sommes

des menteurs. »  Cela se vérifie chaque jour dans l’histoire du monde.

 

Nos turpitudes vont-elles contrecarrer le dessein de Dieu ?

Oui, car la mort d’enfants innocents et la douleur de leurs parents

est toujours intolérable à Dieu comme à nous. Non : car certains,

comme l’enfant Jésus, seront sauvés par l’écoute intérieure et le

courage de leurs parents, de leur entourage.

« Lève-toi, prends l’enfant et sa mère, et fuis en Égypte ! »

 

Foi et amour auront toujours le dernier mot, quoiqu’il en coûte...

 Mais par quels chemins de croix faut-il passer ?

 


Mardi 27 décembre 2022

Fête de saint Jean

1 Jean 1,1-4/Jean 20,2-8

 

 

« Ce qui était dès le commencement, ce que nous avons entendu,

ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé

et que nos mains ont touché du Verbe de vie, nous vous l’annonçons.

Oui, la vie s’est manifestée, nous l’avons vue, et nous rendons

témoignage : nous vous annonçons la vie éternelle qui était auprès

du Père et qui s’est manifestée à nous ... Nous vous l’annonçons pour

que vous soyez en communion avec nous... avec le Père et avec son Fils.

Nous vous écrivons cela afin que notre joie soit parfaite. »

 

Pas de commentaire à faire à ce témoignage essentiel : la rencontre

de Celui qui a bouleversé la vie de Jean.

Toute une vie partagée, puis la mort et la découverte du tombeau

vide au matin de Pâques. Deux simples mots à propos de Jean :

« Il vit et il crut ! » De cette expérience, il pourra écrire son Évangile,

et nous révéler le mystère de JÉSUS DE NAZARETH, VERBE DE DIEU.

 


Lundi 26 décembre 2022

Fête de saint Etienne

Actes 6,8-10 ;7,54-60/Mat.10,17-22

 

 

Chaque année, cette fête du premier martyr de l’Église

nous surprend au lendemain de Noël. Nous nous sommes

émerveillés de cette naissance  de l’Enfant annoncé  et

chanté par les anges... Mais réalisons aussi très vite que

ce Messie souffrirait, serait mis à mort... et ressusciterait,

monterait au ciel dans la gloire de Dieu son Père, tout cela

pour nous sauver et nous révéler notre vraie destinée.

C’est tout cela qu’évoque en raccourci la vie d’Étienne,

diacre de Jérusalem, à la parole de feu qui retrace toute

l’histoire sainte d’Israël, sans en cacher les méandres, les

refus, les horreurs. Tout cela est insupportable à entendre

et entraine sa mort. Mais une nouvelle histoire sainte s’est

ouverte avec Jésus : Étienne peut s’écrier en vérité :

« Seigneur Jésus, reçois mon esprit ! » puis, « Seigneur, ne

leur compte pas ce péché ! »... C’est qu’il a vu la gloire de Dieu,

et Jésus debout à la droite de Dieu.    Tout est changé désormais

pour l’humanité appelée à le rejoindre.

 

De Noël à Pâques, c’est le mystère du Fils de Dieu que nous

allons célébrer et revivre. Ne l’oublions pas !

 


Dimanche 25 décembre 2022

Naissance de la PAROLE

Jn 1, 1-18

 

Parole, je demande la parole, il donne la parole, vous parlez tous en même temps, paroles en l'air, paroles en trop, ne parlez pas si fort ! parole d'honneur, paroles, paroles, des paroles !...

...Mais qu'est-ce que le silence ?...

 

Tu lui coupes la parole,je n'ai pas droit à la parole, ils ne se parlent plus, il,elle l'empêche de parler, impossible de parler, paroles censurées, parole étouffée, parole interdite !...

... Mais est-ce le silence ?...

 

Pourtant, je sais qu'il existe une parole qui est silence,

un silence qui est parole

Comment entendre ce silence qui me parle ?

Comment entendre cette Parole qui se tait ?

 

... Avez-vous entendu ?

                 ... Dans le silence, la PAROLE est née : le VERBE FAIT CHAIR

 


 

Samedi 24 décembre 2022

Soleil Levant

Luc 1, 67-79

 

Ça y est, Zacharie lâche prise ! Il se détend !

Ça y est, le voilà qui se laisse toucher, entraîner dans la danse et le chant des femmes et des enfants !

Lorsque, sous l'impulsion de leurs enfants encore dans leur sein, Élisabeth et Marie étaient entrées dans cette fête, Zacharie demeurait muet, absent.

Avec la naissance de son fils Jean, la vie s'est déliée en lui, et, à son tour, il entonne son chant prophétique.

Et nous, savons-nous, nous aussi tout lâcher, pour nous laisser bouleverser par la naissance de l'Astre dans Haut ?

 


 

Vendredi 23 décembre 2022

1er rôle

Luc 1, 57-66

 

Décidément, dans son évangile, Luc trace des portraits de femmes bien présentes, qui ont du cran !

Aujourd'hui, c'est Élisabeth qui joue le premier rôle : elle met au monde son fils; elle accueille les voisins ; elle leur tient tête en donnant à son fils un nom non politiquement correct ! C'est donc lui qui tient le second rôle.

Ensuite, dans le troisième rôle, vient le père Zacharie. De toute façon, il est encore muet.

Ce n'est qu'au moment où il ratifie le nom prononcé par sa femme, en écrivant "son nom est Jean", qu'il retrouve la parole...

... histoire à suivre... Prochain épisode de cette série : demain 24 décembre !

 


 

Jeudi 22 décembre 2022

Révolution de lumière

Luc 1, 46-56

 

Marie continue de nous émerveiller par l'élan de sa jeunesse !

Son dynamisme, son espérance, sa joie de vivre pourraient bien parler aux jeunes d'aujourd'hui ! et être un stimulant pour ceux et celles qui sont découragés, désenchantés, anxieux.

Et pourtant, elle ne se voile pas la face sur la misère, les injustices, le tragique de notre monde.

Toute jeune qu'elle soit, elle a dû déjà être témoin, voire le vivre dans sa famille, des exactions et de la brutalité de l'occupant romain ou d'autres dignitaires !

La visite et l'accueil tout intime de Dieu en elle et de sa Promesse de Vie, régénèrent ses propres énergies vitales.
Son chant est loin d'être mièvre !

Il est révolutionnaire !

Il est audacieux !

Il est joyeux aussi et nous entraîne avec lui !

 


 

Mercredi 21 décembre 2022

Courir...

Luc 1,39-45

 

Et la voilà qui se met à courir, notre jeune ado !

On voit bien qu'elle est jeune, la Marie ! Elle a l'élan, la spontanéïté... et un peu d'inconscience !

En tout cas, après l'événement incroyable qu'elle vit, elle ne reste pas dans son petit monde perso !

Aussitôt, bravant tous les dangers de la route, du "quand-dira-t-on" et les risques pour sa grossesse, elle va rendre visite à la vieille cousine à qui il arrive aussi un drôle de truc !

Et toutes deux se mettent, avec les enfants qu'elles portent, à chanter, à danser !...

Plus tard, ce sont les bergers qui courront à la crêche.

Et encore plus tard, ce sont les femmes et les apôtres qui courront au matin de la Résurrection !

Alors, nous aussi, laissons-nous entraîner dans leur joie, dans leur danse !...

Allons, un peu de légèreté !...

 


 

Mardi 20 décembre 2022

Bouche bée

Luc 1, 26-38

 

La fécondité qui surgit dans l'Évangile de ce jour est encore plus déroutante que celle évoquée hier !

Hier, elle touchait un vieux couple; aujourd'hui, c'est une jeune ado vierge !

Pour la mentalité de notre société qui juge les vieux comme "HS", et les ados comme immatures, cette page d'évangile est décidément bien provocante !...

Dieu ne connait pas nos cases, nos classifications ! Sa vie surgit et déborde. Elle se fraie un chemin, quelques soient les obstacles et les accidents de nos parcours !

En Marie, toute vierge, toute neuve, toute libre et réceptive, la Vie de Dieu entre sur la pointe des pieds et dépose la semence de Celui qui va bouleverser, transfigurer toute vie.

Comme Zacharie, hier, nous n'avons pas de mot, nous restons bouche bée, muets !...

 


 

Lundi 19 décembre 2022

Trop beau pour y croire ?!

Luc 1, 5-25

 

Ils avaient tout bon, Zacharie et Elisabeth ! De bons croyants-pratiquants qui suivaient tous les commandements et les préceptes du Seigneur de façon irréprochable !...

Cependant, un drame avait traversé leur longue vie : la stérilité.

Ils n'avaient pas d'enfant, de descendance. Plus d'horizon, plus d'avenir (?!...)

Et voilà qu'au cœur du temple, au cœur de la prière de Zacharie -une prière, une offrande faite au nom du peuple-; voilà que surgit l'innattendu, l'impossible, l'impensable !...

Il reçoit la promesse d'un enfant !... Un enfant dont la vie avec Dieu dépassera le rêve de ses parents.

C'est trop beau pour y croire !

Zacharie doute, hésite... Il en perd la parole !...

Et nous, allons-nous accueillir une fécondité qu'on ne peut imaginer ?!...

 


 

Dimanche 18 décembre 2022

Nuit féconde

Mt 1, 18-24

 

Après avoir été éclairés sur les figures d'autorité et d'obéissance tout au long de la semaine, cette fois, c'est avec Joseph que nous poursuivons sur ce sujet.
Il est à la fois, figure d'autorité et figure d'obéissance.

En tant que futur chef de famille, il a déjà une autorité à exercer à l'égard de Marie, sa future épouse.

Mais l'autorité ne peut s'exercer sans une obéissance.

Obéissance à la Loi de son peuple,

Obéissance à sa conscience,

Joseph est devant un discernement difficile entre les deux.

C'est au cœur de la nuit, dans son sommeil, là où on lâche prise, que la lumière advient.

Elle surgit du plus profond de lui-même.

Obéissance à la Vie...

Son fruit est paix et détermination tranquille pour oser une aventure inédite.

 


 

Samedi 17 décembre 2022

À mes aïeux !

Mt 1, 1-17

 

À priori, la page d'évangile de ce jour paraît étonnante, voire rébarbative: toute cette longue liste de noms qui défilent !

Et pourtant quelle actualité ! Beaucoup de nos contemporains se passionnent pour leur arbre généalogique !

Mais je doute qu'ils arrivent à remonter aussi loin que celui de Jésus !

Est-ce que la tradition orale serait plus fiable que tous nos registres d'états civils ou paroissiaux ?!

La Bonne Nouvelle de ce texte, c'est que Jésus Christ est vraiment un homme qui se reçoit de toute une lignée humaine... et, franchement pas des gens parfaits, ni brillants de sainteté !...

... comme nos familles à nous, sans doute !

Et, c'est dans ce terreau que s'épanouit sa stature d'homme,

et que se révèle son identité divine...

 


 

Vendredi 16 décembre 2022

Le doigt ou la lune ?

Jn 5, 33-36

 

La figure de Jean Baptiste continue à nous enseigner sur ce qu'est un leader, une personne ayant une autorité.
La parole de Jean est puissante, elle est bouleversante de vérité, elle touche au cœur. Jean Baptiste est quelqu'un qui a vraiment du charisme, qui attire, qui met en marche ceux et celles qui vont à lui.

Et pourtant, il n'est qu'une lampe qui éclaire.

C'est beaucoup, c'est essentiel. Mais quand une lampe brille, ce n'est pas elle que l'on regarde !

On regarde ce qu'elle éclaire. Elle est comme le doigt qui montre la lune. Si on regarde le doigt et non la lune, c'est qu'on a vraiment rien compris et qu'on passe à côté de ce que le doigt lui-même veut nous montrer !

Et même Jésus ne veut pas que les regards s'arrêtent à lui. Il désire qu'ils aillent au-delà, toujours plus loin... jusqu'au Père...

 


 

Jeudi 15 décembre 2022

Leader selon l'évangile ?

Luc 7, 24-30

 

En s'adressant aux foules, Jésus fait appel à leur attrait spontané, à leur bon sens.

Pourquoi ont-elles été attirées par Jean le Baptiste ?

Pourquoi l'ont-elles écouté et ont-elles reçu de lui, le baptême ?

Lorsque nous sommes attirés par quelqu'un, que nous lui accordons de l'importance, une influence, une autorité, il est essentiel de nous demander pourquoi.

Qu'est-ce que sa parole éveille en nous ? À quelle(s) soif(s) cela correspond ?

Jésus ne répond pas à notre place. Il remet juste les points de repère en place : ce qui est grand et ce qui est petit, on ne peut le mesurer aux apparences, ni selon les critères à la mode. À nous d'y réfléchir...

 


 

Mercredi 14 décembre 2022

Comprenne qui pourra !

Luc 7, 18b-23

 

Aujourd'hui encore, la question de l'autorité de Jésus est posée, et de son identité.

Et Jésus ne répond pas par de beaux discours argumentés, impressionnants.
Il ne tente pas non plus de s'appuyer, de se retrancher sur des autorités incontestables, des grands de ce monde, des vedettes acclamées, reconnues !...

Il continue humblement, tout simplement, de prendre soin des malades, des exclus, des méprisés.

C'est là que réside toute son autorité, toute sa parole, la Bonne Nouvelle.

... À l'envers des repères de ce monde !...

... mais c'est peut-être notre monde qui marche à l'envers, sur la tête ?!...

 


 

Mardi 13 décembre 2022

P'têt ben qu'oui, p'têt ben qu'non ?!

Mt 21, 28-32

 

Hier, l'Évangile nous parlait des personnes exerçant une responsabilité. Aujourd'hui, Jésus attire notre attention sur ceux et celles qui les écoutent et ont mission de mettre en œuvre leurs orientations.

Quelle est mon attitude ?

Est-ce que je dis "oui, okay!"... et mes actes opposent une force d'inertie ?!

Est-ce que je conteste par mes paroles, mais, finalement, mes actes apportent une contribution à l'orientation souhaitée ?

Jésus n'est pas un idéaliste. Il sait qu'il y a souvent combat en nous-même, incohérence entre paroles et actes.

Il sait aussi que nous nous laissons facilement impressionner par les belles paroles !

Il aimerait que nous apprenions à considérer les actes, et surtout le cœur.

... le cœur de ceux et celles qui n'adhèrent pas aveuglément, mais qui savent aussi bouger intérieurement.

 


 

Lundi 12 décembre 2022

Service éclairé

Mt 21, 23-27

 

"Par quelle autorité fais-tu cela , et qui t'a donné cette autorité ?"

Question pertinente et tellement d'actualité !

Lorsqu'on détiend une autorité quelqu'elle soit, il est indispensable de ne jamais oublier que sa source n'est pas en soi-même. Sinon, il est facile de glisser vers l'appropriation de ce qui doit rester un service.

C'est un garde-fou pour ne pas être écrasé par une charge parfois lourde, ou, au contraire, la transformer en tyrannie d'autrui pour son propre service.

L'autorité est à l'image de celle d'un chef d'orchestre; il ne peut l'exercer en solitaire, ce n'est pas lui qui crée le concert.

Et nous tous, nous avons la responsabilité de renvoyer cette question aux personnes exerçant une autorité, par notre accueil et notre coopération éclairée et adulte.

 


 

Dimanche 11 décembre 2022

Le plus petit plus grand

Mt. 11, 2-11

 

D'habitude on entend cet évangile de deux façon :

- D'abord la question des disciples : Es-tu celui qui doit venir ?

- Puis préparer les chemins du Seigneur.

Mais j'ai envie de prendre une troisième lecture : celle du plus petit qui est le plus grand.

Qui est ce plus petit qui est plus grand que Jean le Baptiste?

Il n'y a pas 35 réponses, un seul peut être considéré comme le plus petit sur terre, l'imposteur, le fils d'un charpentier, celui qui ose se dire le fils de Dieu. Et c'est ce fils de Dieu qui est le plus grand dans le Royaume, celui par qui les aveugles voient, les boîteux marchent, les lépreux sont guéris. Et c'est pour lui qu'on prépare un chemin. Il s'appelle Jésus.

 


Samedi 10 décembre 2022

Le Fils de l'homme

Mt. 17, 10-13

 

Tout petit passage d'Evangile portant sur l'éventuel retour du prophète Elie.

Mais est-ce Elie qui est important ? Est-ce son éventuel retour ?

La fin de ce petit passage porte sur les souffrances du Fils de l'Homme. Des souffrances qui lui seront infligées par les scribes comme ils en ont infligé à ce nouvel Elie qu'ils n'ont pas reconnu et qui s'appelle Jean-Baptiste. A celui-là, ils ont coupé la tête et au Fils de l'homme, ils feront pire. Ne soyez donc pas surpris, dit Jésus à ses disciples, quand cela surviendra.

Mais il faut aussi s'arrêter sur l'expression "ils ne l'ont pas reconnu" : prophétie quant à l'enfant qui va naître à Bethléem : il ne sera reconnu que par les bergers ou les mages venus d'Orient, pas par les scribes et les pharisiens. Le fils de Dieu ne sera qu'un vulgaire migrant chassé hors de la ville et dont les parents se réfugient dans une bergerie/étable. Dès les premières heures de sa vie, il a rejoint les plus humbles, les plus défavorisés, ceux qui attendent le plus parce qu'ils n'ont rien.

 


Vendredi 9 décembre 2022

Possédé ou glouton ?

Mt. 11, 16-19

 

Nous voici devant un choix existentiel ! Que vaut-il mieux : être possédé  et suivre Jean le Baptiste ? ou être glouton et suivre Jésus ?

Ni l'un ni l'autre, choisirez-vous et vous aurez raison.

Mais alors pourquoi Jean le Baptiste et Jésus sont-ils affublés de tels sobriquets ?

Sans doute parce que détruire la réputation et l'honneur de quelqu'un est la meilleure arme pour l'éliminer et les pharisiens et les scribes veulent se débarasser des deux.

Jésus ne se laisse pas démonter et fait appel à la sagesse de Dieu pour renvoyer dans leurs filets tous ces opposants de métier. Il suffit qu'on les juge à leurs oeuvres.

Alors, le choix est simple : devenons ou redevenons ces enfants qui jouent sur la place publique et qui appellent tous les autres pour faire un grand jeu à la louange de Jésus.

 


Jeudi 8 décembre 2022

La parole du Seigneur

Lc. 1, 26-38

 

Le mot parole a un double sens dans les évangiles, et en particulier dans celui de Luc : il dit la parole "verbale" du Seigneur via l'ange Gabriel, et aussi la parole de Dieu, son Fils.

Et cette parole/Parole nous est donnée par Marie, une vierge et donc une femme qui, normalement, n'a pas droit à la parole.  Mais elle trouvera la force de questionner l'ange et de dire, en finale : "qu'il m'advienne selon ta parole", c'est-à-dire qu'elle dit oui à la proposition de Dieu de devenir enceinte et elle accepte de porter en elle la Parole de Dieu.

Le dogme de l'Immaculée interviendra bien plus tard, au 19e siècle, mais l'Eglise et les chrétiens ont depuis toujours célébré la Vierge Marie dans ce sens-là.

Avec Marie, louons le Seigneur pour tant de bonté et disons : "Mon âme exalte le Seigneur, exulte mon esprit en Dieu mon sauveur."

 


Mercredi 7 décembre 2022

Le joug du Seigneur

Mt 11, 28-30

 

D'habitude le mot "joug" fait penser plutôt à quelque chse qui vous entrave, qui vous blesse, qui vous maintient enchaîné.

Aujourd'hui, Jésus nous invite à prendre son joug, c'est-à-dire à se mettre à sa suite et nous serons libérés de tutes  nos entraves.

Une fois de plus, Jésus va à contre courant de tout ce qui se dit, se fait, se pense. Par nature, un fardeau c'est lourd, et là il est devenu léger. D'habitude un joug nous maintient ligoté et là le joug est aisé, il libère.

Que de contrastes avec le joug qui reliait deux boeufs entre eux. Ou alors, Jésus s'est arrimé à nous pour partager notre fardeau, notre joug, afin qu'il devienne léger parce que porté par l'amour.

 


Mardi 6 décembre 2022

SOS brebis perdue

Mt. 18, 12-14

 

Laisser 99 brebis pour en retrouver une seule peut paraître démesuré, hors de raison.

Oui, mais tout acte posé par le Seigneur est toujours un acte qui ne relève pas du raisonnable mais de l'amour.

Cette brebis égarée me fait penser aujourd'hui aux migrants perdus en mer. Quelques bateaux essaient bien de les sauver. Ils y arrivent ou n'y arrivent pas d'ailleurs. Mais la question est au-delà de ce premier sauvetage : que deviennent ces peersonnes qui ont fui leur pays ? Une fois qu'ils ont mis un pied sur la terre ferme, ils entrent dans une spirale d'administration, de lois, de confinements, etc. Ces lois tiennent-elles compte que ce sont des personnes et pas des pions qui sont déracinés.

En ce temps d'Avent, qui sera là pour oublier notre bien-être et accueillir ces personnes ?

 


Lundi 5 décembre 2022

Péchés pardonnés

Lc. 5, 17,26

 

L'épisode du paralytique descendu par quatre de ses amis par le toît pour être guéri par Jésus est bien connu. Mais la pointe de cet épisode n'est peut-être pas là où on l'attend. D'ailleurs les scribes et pharisiens ne s'y trompent pas. Le pardon des péchés est réservé à Dieu Seul.

Alors qui est ce petit rabbi qui se permet de prendre ainsi la place de Dieu ?

Mais Jésus ne se laisse pas démonter et pour révéler qu'il est le fils de l'homme, Jésus guérit aussi physiquement ce paralytique qui s'en va, son brancard sous le bras.

Le brancard sous le bras n'est pas anodin : l'homme est débarassé de ce qui le paralysait, de ce qui le ligotait ; mais repartir avec ses anciens liens c'est peut-être aussi une façon de dire : tu es toujours à la merci de retomber dans les ténèbres, sorte de mémoire  préventive, mémoire de précaution. La sauvegarde de l'homme est la préoccupation première de Jésus.

 


 

Dimanche 4 décembre 2022

De bons fruits

Mt. 3, 1-12

 

Aujourd'hui nous faisons la connaissance de Jean-Baptiste, un Jean-Baptiste très en colère et qui invective tout le monde.

A-t-il raison de se mettre en colère ? Je ne répondrai pas à cette question  mais ce qui me frappe c'est son énergie à annoncer celui qui vient après lui.

Il nous met en garde, par une volonté de nous protéger : voilà ce qui peut vous arriver si vous ne vous convertissez pas.

Se convertir, oui, mais à quoi ou à qui ? A Celui qui vous baptisera dans l'Esprit Saint afin que tout être vivant bénéficie du salut de Dieu.

Le salut, c'est le bon fruit qui nous est offert, gratuitement.

 


Samedi 3 décembre 2022

Mission universelle

Mt. 9,35-10,6

 

Pour la fête de saint François Xavier, l'Eglise nous propose l'évangile de l'appel des disciples et de leur envoi en mission. Rien de plus d'actualité quand on se rappelle que François Xavier est parti en Extrême Orient et qu'il y est mort.

Ainsi tous, absolument tous, sont bénéficiaires de l'annonce du Royaume de Dieu. Rien n'est réservé à une petite minorité qui serait privilégiée.

Aujourd'hui cela est toujours d'actualité. Simplement la mission se réalise autrement. On ne part plus en grands voyages convertir, de gré ou de force comme malheureusement cela a pu se produire.

On part, si nécessaire, ou on reste, on annonce et on laisse le Seigneur faire son boulot. C'est Lui qui convertit, ce n'est pas nous. Nous ne sommes que des courroies de transmission, c'est pourquoi Il nous envoie sans sacs ni chaussures de rechange. Nous n'en avons pas besoin puisqu'il est l'unique acteur.

 


Vendredi 2 décembre 2022

Une foi aveugle

Mt. 9, 27-31

 

Deux aveugles se précipitent sur Jésus pour être guéris. Une seule question de Jésus : "Croyez-vous que je puis le faire ?" Une réponse : "Oui, nous le croyons".

 

Jésus ne demande pas des choses extraordinaires, des exploits spirituels. Mais une simple foi bien enracinée dans la vie de l'homme.

 

Une question nous est posée : Pourquoi Jésus leur interdit-il de révéler qui les a guéris ? Est-ce la façon de Jésus de se préserver pour pouvoir continuer à accomplir la mission que le Père lui a donnée ? Est-ce une façon de nous dire : "la main droite doit ignorer ce que fait la main gauche", toute bonne action est une affaire entre l'homme et Dieu, et non pas entre les hommes pour briller à leurs yeux ?

 

C'est peut-être une question à creuser dans ce temps d'Avent ?

 


Jeudi 1er décembre 2022

Tsunami divin

Mt. 7, 21-27

 

La tempête se déchaîne, ce que nous appellerions aujourd'hui tsunami, et rien ne lui résiste, hormis le roc.

Bien sûr, il ne s'agit pas des catastrophes naturelles mais du tsunami démoniaque. Les forces du mal peuvent être destructrices jusqu'à l'extrême. Cependant, il y a un roc qui résiste à toutes forces des ténèbres. Nous allons célébrer bientôt l'anniversaire de sa naissance. Saint Jean nous dit dans le prologue de son évangile : "le verbe s'est fait chair, il était Dieu, la lumière des hommes, et les ténèbres ne l'ont pas arrêté." Pas de plus belle explication que celle-là, tout est dit : "les ténèbres ne l'ont pas arrêtée". Le tsunami divin n'est pas une force destructrice mais au contraire une force de vie qui relève chacun. Fêtons la venue du Christ dans cet esprit d'action de grâce pour les forces vives du Seigneur.

 


Mercredi 30 novembre 2022

L'appel

Mt. 4, 18-22

 

L'appel du premier disciple, André est souvent passé sous silence car on porte beaucoup l'accent sur Pierre, choisi par le Christ pour être le chef de l'Eglise.

Mais n'oublions pas que c'est André qui a parlé de Jésus à Pierre et qui, ainsi, a permis la réalisation du dessein de Dieu de bâtir sob Eglise.

Ce qu'il y a aussi de remarquable, c'est que tous, absolument tous, quittent leurs filets immédiatement pour suivre ce petit rabbi. Quelle force d'attraction divine Jésus portait en lui pour réussir ainsi tous ses premiers appels. N'oublions pas, cependant, que cette force d'attraction divine s'appelle Amour et que cet amour  se lit sur le visage de Jésus, s'entend dans sa voix, se reconnaît dans ses gestes ou ses paroles.

Tous nous sommes appelés depuis notre naissance à devenir ce que nous sommes, c'est-à-dire à devenir pleinement enfants de Dieu. Merci Seigneur pour cet appel.

 


Mardi 29 novembre 2022

La joie de Jésus

Luc 10, 21-25

 

Aujourd'hui, le bonheur et la joie de Jésus surprennent. Pourquoi ?

Parce que ce sont des bonheurs et des joies peu courantes dns notre humanité. Jésus exulte parce que l'Esprit s'est révélé et a révélé le Père à ceux qui sont petits, donc à ceux qui n'ont rien. Ce n'est pas l'éloge de la misère que Jésus fait.

Simplement il nous rappelle que la seule richesse que possède l'homme c'est de ne pas en avoir, d'avoir tout remis (coeur, intelligence, talents...) entre les mains du Père.

Ainsi nous sommes invités à remettre (joies, tristesses, ennuis, etc.) entre les mains de Dieu pour qu'Il puisse remplir son rôle entièrement.

Et le laisser conduire notre vie à notre place parce que nous serons devenus petits et Jésus nous partagera sa joie.

 


 

Lundi 28 novembre 2022

Le Festin d'Abraham

Mt. 8, 5-11

 

A partir d'un épisode relativement banal dans la vie de Jésus, la guérison d'un personnage, un serviteur, Jésus nous entraîne loin, très loin. Nous sommes déjà invités dans le Royaume des cieux, celui d'Abraham, d'Isaac et de Jacob, pour un festin aux viandes grasses et au vin capiteux comme dit l'Ancien Testament.

L'Eglise a choisi ce texte sans doute pour nous donner faim et soif de ce Royaume qui est et qui vient. L'Avent, non pas l'attente mais l'événement. L'événement : celui des épousailles de Dieu avec l'humanité. Et effectivement, lors de noces, il y a toujours un banquet.

Quel bel avenir nous est donné dès aujourd'hui. Ayons la foi de ce centurion qui n'a pas douté un seul instant de la miséricorde de Jésus.

 


 

Dimanche 27 novembre 2022

Il vient

Mt 24, 37-44

 

L’entrée dans une nouvelle année liturgique va nous offrir

4 semaines de préparation à la fête de Noël,

cette mémoire de Jésus venu prendre chair en notre humanité.

En même temps, nous attendons le retour du Fils de l’Homme.

 

Réjouissons-nous qu’entre ces deux venues du Christ,

il y a sa présence au quotidien.

Jésus vient à nous pour peu que notre cœur y veille.

Puissions-nous ce dimanche recevoir cette grâce

de la présence imprévisible, furtive

mais certaine du Christ en nos vies :

Il vient.

 

Veillons donc à vivre cet avent

dans la confiance et la perspicacité pour chercher sans relâche

où le Seigneur nous attend et nous pourrons marcher à sa lumière.

 


 

e

 

 

Samedi 26 novembre 2022

Se préparer à échapper

Lc 21, 34-36

 

L’appel à la vigilance de l’Evangile de ce jour porte

sur quelque chose qui doit arriver à la terre entière

mais nous n’en connaissons pas le moment.

 

Dans une perspective théologique et spirituelle qui est celle de l’évangile,

il ne s’agit ni d’un météorite menaçant que les scientifiques pourraient voir venir,

ni d’un effondrement lié à une crise climatique effectivement présente.

 

Que devrions nous craindre et attendre tout à la fois ?

Le Fils de l’Homme qui sera de retour un jour

pour emmener l’humanité et toute la Création en Dieu.

Mystère de la parousie qui intrigue sans vraiment nous impatienter.

 

Puisse ce retour nous inviter à une vie debout,

éveillée et sensible à l’Esprit Saint

qui nous guidera aux sentiers de vie

et nous ouvrira la maison de Dieu !

 


Vendredi 25 novembre 2022

 

Une foi arboricole

 

Lc 21, 29-33

 

À la sainte Catherine, tout bois prend racine.

C’est le bon jour pour planter ces arbres de nos jardins

qui s’épanouiront aux printemps à venir.

 

Si le bourgeonnement des arbres annonce la proximité de l’été,

se réjouir de la vie qui pousse et se déploie

devient expérience du règne de Dieu tout proche.

Notre Dieu n’est –il pas celui des vivants,

de tous les vivants arbres, animaux et humains ?

 

Voilà une expérience à vivre pour chaque génération,

éclairée par la même Bible

qui contient ces paroles que Dieu nous adresse

pour nous rendre toujours plus vivants.

 


Jeudi 24 novembre 2022

Catastrophes humanitaires et planétaires

Lc 21, 20-28

 

La Parole de ce jour ressemble à des informations télévisées

où les catastrophes humanitaires et climatiques extrêmes se succèdent.

Pas facile de discerner où est la Bonne Nouvelle annoncée !

Comment rassurer les jeunes générations à la fois lucides et éco-anxieuses ?

 

Il s’agirait de croire en un salut tout proche plutôt que de « mourir de peur ».

L ‘adage «  Aide-toi et le ciel t’aidera » convient ici :

Se redresser et relevez la tête évoque une remise en route,

l’énergie pour agir avec la compassion et l’inventivité créatrice

que nous donne la foi en un Sauveur qui a tout créé par amour pour nous.

 

Puissions-nous trouver les éco-gestes à poser au quotidien

et la force d’aimer à temps et à contre-temps,

faire un seul pas à la fois mais le faire !

 


Mercredi 23 novembre 2022

La sagesse de la persévérance

Lc 21, 12-19

 

Dans un monde où les possibilités

professionnelles et relationnelles sont très nombreuses,

la tendance à changer de travail comme de partenaires ou d’amis

a le vent en poupe !

 

Pourtant, la fidélité et la persévérance nous gardent en vie selon l’Evangile.

Vivre au nom du Christ ferait se lever nombre d’adversaires et de persécuteurs.

Nous vivons dans un pays où la liberté d’expression

et donc d’expression religieuse peut s’exercer.

Comment exprimer notre foi, notre adhésion à Jésus-Christ ?

L’ostentation n’est pas de mise et la culture du secret encore moins.

À nous de témoigner par nos actes d’attention aux plus petits qui sont visages du Christ,

à nous de rendre compte avec douceur de l’espérance qui nous habite.

Cette douceur est force de l’Esprit de Jésus qui est en nous :

« C’est moi qui vous donnerai un langage et une sagesse

à laquelle tous vos adversaires ne pourront ni résister ni s’opposer. »

 


Mardi 22 novembre 2022

 

Effondrement pas inquiétant

 

Lc 21, 5-11

 

En cette après COP 27,qui prend en compte les conséquences

du réchauffement climatique sans s’attaquer vraiment aux causes,

l’évangile du jour nous conduit à constater

les catastrophes sanitaires, climatiques ou guerrières

comme transitoires par rapport

à cet avènement du Royaume de Dieu toujours en train d’advenir.

Cultivons donc la confiance en la vie éternelle

toujours déjà donnée, si fragile et mystérieuse.

 

C’est à ceux et celles qui venaient honorer Dieu au temple de Jérusalem

que la vie sans fin était promise mais non aux murs du temple.

Voilà de quoi rassurer les moines et moniales

qui exercent des métiers en tension

dans des monastères plus tard détruits ou promis à d’autres usages.

 


Lundi 21 novembre 2022

Recherché par sa famille

Mt 12, 46-50

 

Que cherchons-nous à entendre de ceux et celles

qui sont liés à nous par des liens du sang ?

Nés sous X, combien d’adultes cherchent-ils

à rencontrer leur mère, leur père biologique,

même s’ils sont bien entourés par leur famille adoptive ?

 

Avec Jésus, la notion de famille s’élargit à toute personne

qui fait la volonté de Dieu, notre Père qui est aux cieux.

C’est comme si la suite du Christ impliquait avec lui des liens aussi forts

que les liens du sang mais d’une autre nature.

En écoutant  la Parole du Christ,

nous arrivons à découvrir la volonté du Père pour nous.

Or, ce Père ne nous veut que du bien.

Il nous donne de devenir frère, sœur, mère du Christ.

Comme le disait François d’Assise,

nous serons mère du Christ si nous l’enfantons

par nos actes bons qui font la volonté du Père !

 


Dimanche 20 novembre 2022

Rendez-vous au paradis

Lc 23, 35-43

 

Que tous les innocents morts en ce jour

victimes de la guerre, de la faim, de la maladie

entrent au paradis,

cela devrait nous réjouir

mais pas trop vite nous consoler !

Après les massacres d’enfants commandés

par la jalousie d’Hérode,

« Rachel pleure ses enfants

et ne veut pas être consolée car ils ne sont plus. »

Après le passage de la mer rouge où l’armée de pharaon est engloutie,

Dieu reproche à Myriam sa joie nous dit la tradition juive.

 

Jésus, l‘innocent mort pour les pécheurs,

donne au bon larron contrit et plein de remords

« rendez-vous au paradis » !

Voilà pour nous aujourd’hui

une source d’émerveillement  devant

l’infinie miséricorde du Christ-roi en croix !

Béni soit ce bon larron qui reconnaît l’innocence de Jésus, notre roi crucifié.

 

Prions pour tous les bourreaux, ceux qui torturent et commettent le mal.

Que leur cœur se tourne vers l’innocence de leur victime

et se convertisse au bien et à la contrition pour un « rendez-vous au paradis ».

 


Samedi 19 novembre 2022

Dieu ressuscitant chacun

Lc 20, 27-40

 

La preuve par l’absurde :

C’est à peu près ainsi que Jésus déjoue

les arguties des adversaires de la Résurrection.

 

Aujourd’hui, nombre de ceux et celles qui se disent chrétiens

préfèrent croire à la réincarnation plutôt qu’à la résurrection.

Méditer l’Évangile de ce jour ouvre pourtant une belle porte d’entrée

vers la vie de Ressuscité qui nous attend.

Pour notre Dieu, son Père et notre Père,

tous les morts sont vivants, nous dit Jésus.

 

La relation de chacun de nous avec Dieu traverse notre mort :

le Dieu d’Abraham, le Dieu de chacun de mes proches,

le Dieu que j’ai personnellement appris à connaître,

est en relation avec moi et chacun pour toujours.

Combien précieuse alors est la vie

de tout être humain en son unicité, promise à la résurrection.

 


 

Vendredi 18 novembre 2022

Enseigner ou commercer

Lc 19, 45-48

 

S’il est un temps pour tout, enseigner ou commercer,

nous reconnaissons bien que

« faire les magasins » et surconsommer

peut conduire d’autres à la mort.

La maison du Père qui est aussi notre maison commune

accueille nos prières,

celles qui viennent du coeur et non de nos besoins matériels

qui virent parfois à d’éphémères satisfactions et n’ont jamais de fin.

 

Nous qui sommes disciples du Christ,

comment sommes-nous encore suspendus à ses lèvres ?

Diverses options sont possibles :

ouvrir l’Evangile, le méditer puis le mettre en pratique

et expérimenter ainsi la rencontre du Christ

se mettre à l’écoute les uns des autres dans des petites fraternités d’évangile,

et s’entraider pour l’annoncer par l’amour qui nous unit

suivre une formation « théologique » pour nourrir notre foi

 


 

Jeudi 17 novembre 2022

Reconnaître ce qui donne la paix

Lc 19, 41-44

 

Combien de villes bombardées en ce jour ?

Il serait mal venu de croire :

c’est parce que tu n’as pas reconnu le temps où Dieu te visitait !

Mais si ce constat de la violence se poursuit

par la quête de ce qui donne la paix,

nous arrivons au cœur de chaque humain

belligérant, victime civile, observateur sidéré !

Là-même s’ouvre un chemin de conversion.

 

Notre pape parlerait de conversion à l’écologie intégrale

qui conduit à nous reconnaître tous frères et sœurs en humanité.

Quel vécu et engagements concrets en ce jour à la COP 27 ?

 

Qu’est-ce qui me presse ?

Qu’est-ce qui nous presse de tous côtés pour fuir notre intériorité ?

Aujourd’hui ne fermons pas notre cœur

pour écouter la voix du Seigneur

qui nous aime et ne nous veut que du Bien,

à l’échelle individuelle comme planétaire.

Puisse la COP 27 élargir nos consciences.

 


 

Mercredi 16 novembre 2022

Spéculer ou non ?

Lc 19, 11-28

 

Il se dit qu’il ne faut pas opposer la fin du monde et la fin du mois.

Un peu d’eschatologie, cette attente de la fin des temps,

de l’accomplissement du Royaume de Dieu

peut nous rendre résistants au catastrophisme écologique

en même temps que soucieux de nous convertir à l’écologie intégrale.

 

Si nous devons être les gestionnaires des affaires du Bon Dieu,

c’est à sa manière en servant !

Prendre nos responsabilités dans notre Eglise serait

faire fructifier les dons de la foi, l’espérance, la charité.

La générosité et la miséricorde qui s’exercent à tout vent

font retomber sur nous-mêmes la bonté.

 

Le bon gestionnaire qui a multiplié par 10 la somme reçue

reçoit le pouvoir d’être au service de 10 villes :

un cadeau avec les responsabilités qui vont avec.

 

Puissions-nous assumer avec confiance

les responsabilités qui sont les nôtres !

 


 

Mardi 15 novembre 2022

La lignée d’Abraham

Lc 19, 1-10

 

Depuis quelques milliers d’années, des croyants juifs, chrétiens et musulmans

se revendiquent de la lignée d’Abraham.

Nous descendons du père des croyants dans un monde

qui selon la lucidité des uns

va vers un effondrement et un nouveau monde inconnu

et selon le déni des autres

va vers mars ou la lune dans un transhumanisme triomphant !

 

A quoi notre condition de croyant nous invite-t-elle ?

Peut-être à renouer dans la communion des saints avec notre père dans la foi :

Abraham, à l’écoute de la voix de Dieu, quitta son pays, sa famille

pour aller à l’aventure vers cette terre promise qu’il ne connaissait pas !

Puisse notre foi nous donner la confiance nécessaire

pour avancer vers le royaume de Dieu.

 


 

Lundi 14 novembre 2022

Que veux-tu ?

Lc 18, 35-43

 

Notre relation au Christ a –t-elle atteint la profondeur de la simplicité

pour le supplier, le louer et se réjouir de sa présence ?

Si oui, la question adressée par Jésus à l’aveugle de Jéricho

vaut pour nous ici et maintenant :

« Que veux-tu que je fasse pour toi ? »

 

Que voulons-nous vraiment ?

Redoutable question qui nous conduit

au-delà des envies de consommation de biens matériels

vers des relations ajustées à nous-mêmes, aux autres, 

à  la création et à notre Dieu.

 

Mais il s’agit aussi de laisser Dieu faire pour nous !

Tenons notre cœur ouvert et disponible

et Dieu nous donnera plus et mieux que

ce que  nous oserions demander.

« De sa plénitude, nous avons tous reçu,

et grâce sur grâce.» Jn 1, 16

 


 

 

 

33° Dimanche C -  13 novembre 2022 –

Avenir

Ml. 3,19-20/2 Th. 3,7-12/Lc 21,5-19

 

 

Le prophète Malachie annonce : « Voici que vient le jour

du Seigneur, brûlant comme la fournaise. Tous les arrogants

seront de la paille. Le jour qui vient les consumera. mais

pour vous qui craignez mon nom, le Soleil de justice se lèvera

apportant la guérison dans son rayonnement. »

 

Comment se préparer à ce Jour ? Paul nous répond :

« Dans la peine et la fatigue, nuit et jour, nous avons travaillé

pour n’être à la charge d’aucun d’entre vous. A tous nous

adressons dans le Seigneur cet appel : Qu’ils travaillent

dans le calme pour manger le pain qu’ils auront gagné. »

 

Conseils bien réalistes face aux descriptions que Jésus fait

des temps à venir, assez terrifiants !

Mais...

« Cela vous amènera à rendre témoignage... C’est moi

qui vous donnerai un langage et une sagesse à laquelle tous

vos adversaires ne pourront résister ni s’opposer.

Vous serez détestés de tous à cause de mon nom, mais pas

un cheveu de votre tête ne sera perdu.

C’est par votre persévérance que vous garderez votre vie. »

 

Nous voici avertis : Quoiqu’il arrive, rien n’est perdu !

 


Samedi 12 novembre 2022

Foi - Prière - Justice

3 Jn.,5-8/Luc 18,1-8

 

 

Jésus insiste aujourd’hui sur la nécessité de toujours

prier sans se décourager : Dieu fera justice à ses élus

qui crient vers lui jour et nuit. Mais il pose aussi la question :

« Le Fils de l’homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi

sur la terre ? »

Jean semble y répondre : « Tu agis fidèlement dans ce que

tu fais pour les frères, et particulièrement pour des étrangers.

En présence de l’Église, ils ont rendu témoignage à ta charité.

C’est pour le nom de Dieu qu’ils se sont mis en route... 

Nous devons donc apporter notre soutien à de tels hommes,

pour être des collaborateurs de la vérité. »

 

Nous vivons notre foi dans la charité et le soutien mutuel

au service de Dieu. Et Lui soutient cette prière en actes.

 


Vendredi 11 novembre 2022

Devant l'inconnu

2 Jn. 1-9 /Luc 17,26-37

 

 

Jésus voit très loin : « Comme cela s’est passé dans les jours

de Noé, ainsi en sera-t-il dans les jours du Fils de l’homme...

Il en était de même dans les jours de Loth, cela se passera de

la même manière le jour où le Fils de l’homme se révèlera... »

 

Personne n’était prêt !  « Qui cherchera à conserver sa vie la

perdra. Et qui la perdra la sauvegardera... »

 

Comment donc se préparer ?

« J’ai eu beaucoup de joie à trouver plusieurs de tes enfants

qui marchent dans la vérité selon le commandement que nous

avons reçu du Père... Aimons-nous les uns les autres...

Prenez garde à vous-mêmes, pour ne pas perdre le fruit de

notre travail, » écrit Jean.

« Celui qui se tient à l’enseignement du Christ, celui-là reste

attaché  au Père et au Fils. »

Les temps actuels sont aussi incertains. Veillons !

 


Jeudi 10 novembre 2022

Où est le règne de Dieu ?

Lettre à Philémon 7-20/Luc 17,20-25

 

On demande à Jésus quand viendrait le règne de Dieu ?

Il répond : «Voici que le règne de Dieu est au milieu de vous ! »

Comment ?

Paul nous donne un exemple concret. Il s’adresse à Philémon,

un ami chrétien : « J’ai quelque chose à te demander pour Onésime,

mon enfant, à qui, en prison, j’ai donné la vie dans le Christ.

Je te le renvoie (esclave échappé) lui qui est comme mon cœur.

S’il a été éloigné de toi pendant quelque temps, c’est peut-être

pour que tu le retrouves définitivement, non plus comme un esclave,

mais comme un frère bien-aimé. Il l’est vraiment pour moi, combien

plus le sera-t-il pour toi. Accueille-le comme si c’était moi !

Fais que mon cœur trouve du repos dans le Christ. »

 

Cet exemple est à notre portée. Mais Jésus ajoute à propos du

règne de Dieu : « Comme l’éclair qui jaillit illumine l’horizon

d’un bout à l’autre, ainsi le Fils de l’homme quand son jour sera

là. Mais auparavant, il faut qu’il souffre beaucoup, et qu’il soit

rejeté par cette génération. » 

Le mystère du mal s’oppose toujours au règne de Dieu.

 


 

Mercredi 9 novembre 2022

Dédicace de la basilique du Latran

1 Co. 3,9-17/Jn. 2, 13-22

 

 

Jésus, révolté de ce qu’il voit au Temple de Jérusalem,

s’écrie :« Cessez de faire de la maison de mon Père une

maison de commerce ! »

 

Ces paroles s’adressent aussi à nous, car Paul nous dit :

« Vous êtes une maison que Dieu construit. Comme un

bon architecte, j’ai posé la pierre de fondation. Un autre

construit dessus. Mais que chacun prenne garde à la manière

dont il contribue à la construction. Personne ne peut poser

d’autre pierre de fondation que celle qui s’y trouve : Jésus Christ.

Ne savez-vous pas que vous êtes un sanctuaire de Dieu

et que l’Esprit de Dieu habite en vous...

Le sanctuaire de Dieu est saint, et ce sanctuaire, c’est vous. »

 

Sommes-nous assez conscients de cette grande dignité,

de ce mystère divin qui nous habite ?

 


Mardi 8 novembre 2022

Programme de vie

Tite 2,1-14/Luc 17,7-10

 

 

L’apôtre Paul donne  des conseils à son disciple Tite :

« Dis ce qui est conforme à l’enseignement de la saine doctrine.

Sois un modèle par ta façon de bien agir, par la solidité

inattaquable de ta parole...

Car la grâce de Dieu s’est manifestée pour le salut de tous

les hommes. Elle nous apprend à renoncer à l’impiété et aux

convoitises de ce monde, et à vivre dans le temps présent

avec justice et piété, attendant que se réalise la bienheureuse

espérance : la manifestation de la gloire de notre grand Dieu

et Sauveur Jésus Christ. Il s’est donné pour nous    afin de nous

purifier  pour faire de nous son peuple, un peuple ardent à

faire le bien. »

 

C’est ce grand dessein de Dieu qui nous permet de comprendre

et d’accepter cette parole de Jésus qui pourrait nous rebuter :

« Quand vous aurez exécuté tout ce qui vous a été ordonné, dites :

« Nous sommes de simples serviteurs : nous n’avons fait que notre devoir ! »

 

Surtout, n’oublions pas cette autre parole :

« Je ne vous appelle plus serviteurs, mais amis, car tout ce que

j’ai appris de mon Père, je vous l’ai fait connaître. »

 


 

Lundi 7 novembre 2022

La foi, un bien précieux à protéger

lettre à Tite 1,1-9/Luc 17,1-6

      

 

« Si vous aviez de la foi gros comme une graine de  moutarde,

vous auriez dit à l’arbre que voici : Déracine-toi et va te planter

dans la mer, et il vous aurait obéi ! »

Cette parole de Jésus, comment les disciples la vivront-ils ?

« Paul, serviteur de Dieu, apôtre de Jésus Christ au service de

la foi de ceux que Dieu a choisis et de la pleine connaissance

de la vérité qui est en accord avec la piété.

Nous avons l’espérance de la vie éternelle...

Je m’adresse à toi, Tite, mon véritable enfant selon la foi qui

nous est commune : à toi, grâce et paix de la part de Dieu

le Père et du Christ jésus notre Sauveur. »

 

La foi est bien l’essentiel de leur vie. Paul donne ensuite

des conseils d’organisation pour la communauté chrétienne.

Mais Jésus donne aussi des avertissements sévères :

« Il est inévitable que surviennent des scandales, des occasions

de chute, mais malheureux celui par qui cela arrive !»

 


32 Dimanche du Temps ordinaire -  6 novembre 2022

Dieu de Vie et de Résurrection

2 M. 7,1-14/2 Th. 2,16 à 3,5 / Luc 20, 27-38

 

 

Sous le roi Antiocos, 7 frères avaient été condamnés à mort :

« Mieux vaut mourir par la main des hommes, quand on attend

la résurrection pour la vie ! »   Quel témoignage rendu à Dieu !

 

Paul encourage ses frères : « Que notre Seigneur jésus Christ

lui-même, et Dieu notre Père qui nous a aimés, et nous a pour

toujours donné réconfort et bonne espérance par sa grâce,

réconforte vos cœurs et les affermisse en tout ce que vous pouvez

faire et dire de bien. Priez pour que nous échappions aux gens

pervers et mauvais, car tout le monde n’a pas la foi. »

 

Et Jésus, soumis à une question –piège et absurde, de répondre :

« Que les morts ressuscitent, Moïse lui-même le fait comprendre

dans le récit du buisson ardent, quand il appelle le Seigneur :

Le Dieu d’Abraham, Dieu d’Isaac, Dieu de Jacob. Il n’est pas le Dieu

des morts, mais des vivants. Tous en effet vivent pour Lui. »

 

Cette perspective ouvre à toutes les générations de grands

horizons.

 


Samedi 5 novembre 2022

Responsabilité, liberté, partage

Phil.4,10-19/Luc 16, 9-15

 

Jésus explicite sa pensée : « Celui qui est digne de

confiance dans la moindre chose est digne de confiance

aussi dans une grande...  Si vous n’avez pas été digne de

confiance pour l’argent malhonnête, qui vous confiera le

bien véritable ?

Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’argent ! »

 

Alors, comment agir ?

Paul nous ouvre une voie : « J’ai appris à me contenter

de ce que j’ai : Je sais vivre de peu, je sais aussi être dans

l’abondance. J’ai été formé à tout et pour tout : être

rassasié et souffrir de la faim. Je peux tout en celui qui

me donne la force. Cependant, vous avez bien fait de vous

montrer solidaires quand j’étais dans la gêne. Je ne recherche

pas les dons, ce que je recherche, c’est le bénéfice qui

s’ajoutera à votre compte. »

Liberté vis-à-vis de l’argent. Mais partage solidaire de ce

même argent. Telle est la voie tracée...

 


Vendredi 4 novembre 2022

Vivre en fils de lumière

Phl.317 à 4,1/Luc 16,1-8

 

 

Jésus raconte une histoire à ses disciples

pour leur faire bien réaliser que « les fils de

ce monde sont plus habiles entre eux que les

fils de la lumière. »

 

Alors, comment agir ?

Paul ose nous dire :  « Imitez-moi, et regardez bien

ceux qui se conduisent selon l’exemple que nous

vous donnons... Nous avons notre citoyenneté dans

les cieux, d’où nous attendons comme sauveur le Seigneur

Jésus Christ, lui qui transformera nos pauvres corps

à l’image de son corps glorieux, avec la puissance active

qui le rend même capable de tout mettre sous son pouvoir.

Ainsi, mes frères bien-aimés, ma joie et ma couronne,

tenez bon dans le Seigneur. »

 

Réalisons-nous quelle destinée fabuleuse nous est offerte ?

au lieu de ne penser qu’aux choses de la terre ?

 


Jeudi 3 Novembre 2022

Personne n'est perdu

Phi.3, 3-8/Luc 15,1-16

 

Jamais un homme n’est perdu pour Dieu.

Paul en témoigne, lui qui avait tellement confiance

en lui-même et persécutait les disciples du Christ.
 Mais la grâce de Dieu l’a saisi, et il peut écrire :

« Tous ces avantages que j’avais, je les ai considérés,

à cause du Christ, comme une perte à cause de ce bien

qui dépasse tout : la connaissance du Christ Jésus. »

 

Jésus lui-même nous révèle la joie de Dieu qui retrouve

sa brebis perdue... « Il y a de la joie devant les anges de

Dieu pour un seul pécheur qui se convertit. »

C’est pourquoi Jésus fait bon accueil aux pécheurs qui

viennent à lui pour l’écouter, et mange avec eux, quitte

à scandaliser les bien-pensant...

 

Cela devrait nous encourager.

Attention à nos jugements superficiels et parfois sans

appel !  De qui serons-nous les disciples ?

 


 

Mercredi 2 Novembre 2022

Commémoration de tous les défunts

1 Co.15,51-57/Mat. 11,25-30

 

 

« C’est un mystère que je vous annonce, dit Paul.

Tous nous serons transformés... Quand cet être mortel

aura revêtu l’immortalité, alors se réalisera la Parole de

l’Écriture : « La mort a été engloutie dans la victoire.

O mort, où est-il ton aiguillon ? L’aiguillon de la mort,

c’est le péché. Rendons gloire à Dieu qui nous donne la

victoire par notre Seigneur Jésus Christ ! »

 

Et c’est au tour de Jésus de rendre grâce au Père, Seigneur

du ciel et de la terre, qui lui a tout remis.

C’est pourquoi il peut dire : « Venez à moi, vous tous qui

peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai

le repos... car personne ne connaît le Père, sinon le Fils, et

celui à qui le Fils veut le révéler. »

le Don de Dieu, c’est la vie éternelle !

 


Mardi 1er novembre 2022

Fête de Tous les Saints

Ap. 7,2-14/1 Jn. 3,1-3/Mat. 5,1-12

 

 

Les saints ? Qui sont-ils ? Comment le devenir ?

Ce sont des gens heureux d’avoir écouté Jésus dire

à tous : « Heureux les pauvres de cœur, les doux,

ceux qui pleurent, ont faim et soif de la justice,

Heureux les miséricordieux, les cours purs,

les artisans de paix. Heureux les persécutés pour

la justice... le royaume des Cieux est à eux. » 

 

Ce sont des hommes, des femmes, devenus enfants

de Dieu.  « Mais ce que nous serons n’a pas encore été

manifesté : Alors, nous lui serons semblables, car nous

le verrons tel qu’il est... »

Est-ce réservé à une élite ? Non, nous dit Jean :

« J’ai vu une foule immense que nul ne pouvait dénombrer,

une foule de toutes nations, peuples et langues...

Vêtus de robes blanches, ils viennent de la grande épreuve

Ils ont lavé leurs robes par le sang de l’Agneau. »

Où sera notre place ?

 


Lundi 31 octobre 2022

Un monde à l'envers

Phil.2,1-4/Luc 14,12-14

 

 

Les conseils de Jésus peuvent surprendre, surtout

s’ils s’adressent à celui qui l’a invité :

« Quand tu donnes un déjeuner ou un dîner, n’invite pas

 tes amis, tes frères, tes parents, ni de riches voisins.

Eux aussi te rendraient l’invitation. Au contraire, invite

des pauvres, des boiteux, des aveugles. Heureux seras-tu,

parce qu’ils n’ont rien à te donner en retour : Cela te

sera rendu à la résurrection des justes. »

 

Les conseils de Paul aux chrétiens ne sont pas plus

évidents : « Si l’on est en communion dans l’Esprit,

recherchez l’unité. Ne soyez jamais intrigants ni

vaniteux,.. Que chacun de vous ne soit pas préoccupé

de ses propres intérêts, pensez aussi à ceux des autres. »

 

Si chacun agissait ainsi, le monde irait mieux !

 


Dimanche 30 octobre 2022

Qui cherche qui ?

Luc 19, 1-10

 

Zachée est un chercheur, un homme qui a soif.
C'est grâce à cela qu'une porte va s'ouvrir pour lui.
Il quitte la posture de collecteur d'impôts, de riche, de... pécheur... pour chercher "à voir qui était Jésus " !

C'est cette ouverture, cette brêche dans son personnage, cette soif qui va permettre sa rencontre avec Jésus .

Ensuite, pour que Jésus entre chez lui, il lui faut descendre le rejoindre.
Ce n'est plus dans les hauteurs - du pouvoir, de la richesse, de la grandeur... - qu'il peut trouver ce qu'il cherche, mais en bas, au niveau de la terre, au niveau des êtres humains.
Là est le salut !

En conclusion, Jésus révèle que c'est lui-même, le Fils de l'Homme, qui est venu le chercher.
Qui est venu à notre recherche...

 


 

Samedi 29 octobre 2022

"Mon ami, avance "

Luc 14 1,7-11

 

Jésus connaît la vie en société, avec ses codes, ses coutumes, ses protocoles, ses préséances. Il ne les fuit pas. Il y prend part en acceptant l'invitation d'un chef des pharisiens. Quelqu'un de la bonne société... et qui, de plus, fait partie d'un groupe qui lui est hostile !...
Jésus ne fuit rien de notre humanité. Il s'y plonge sans réserve pour l'appeler de l'intérieur, à une métamorphose salutaire.

Il s'appuie sur de belles réalités : les noces, les invitations, la fête.

Et il montre ce qui peut nuire à cette convivialité : les recherches de la meilleure place, les tentations de rivalités...
Et nous invite à les dépasser, à les renverser...

au profit de l'amitié.

 


 

Vendredi 28 octobre 2022

La nuit et le jour

Luc 6, 12-19

 

Avant toute chose, Jésus prend le temps de prier à l'écart... longuement, dans la nuit.
La nuit n'est pas le temps des décisions, c'est le temps de l'intériorité, du silence, du mûrissement, du combat parfois... des rêves aussi...

Le jour venu, quand on voit clair, il prend les décisions... avec une force intérieure, une paix... une autorité naturelle... et l'audace d'appeler ses disciples, de les nommer.
Après avoir formé cette première communauté évangélique, ensemble, ils descendent de la montagne. Jésus rejoint la foule, s'immerge, dans le mouvement de son Incarnation.

Et, en réponse à leurs attentes, il entre dans l'action pour apporter la Bonne Nouvelle : prédication, guérison, proximité...
Il peut le faire car, auparavant, il s'est ancré dans ce long cœur à cœur avec Dieu, en toute vérité, en toute intimité.

 


 

Jeudi 27 octobre 2022

Le renard et la poule

Luc 13, 31-35

 

Cela ressemble à une fable de la Fontaine !

Il y a un renard : le roi Hérode.

Il y a une poule : Jésus qui se présente comme prophète.
Il y a ses poussins : les habitants, les "enfants" de Jérusalem.
Hérode veut tuer le prophète comme un renard tue une poule.
Le prophète Jésus veut continuer à expulser les démons, faire des guérisons... jusqu'à Jérusalem, la cité de Dieu.

Il veut rassembler ses enfants, comme une poule rassemble ses poussins sous ses ailes, pour les protéger.

Hélas, la ville refuse et sera divisée entre tuer le prophète ou l'acclamer : "béni soit celui qui vient au nom du Seigneur".
Prenons conscience de ce tiraillement en nous-même. Allons-nous accueillir la guérison, l'unité, la bénédiction ?

 


 

Mercredi 26 octobre 2022

Ni passe-droit, ni visa !

Luc 13, 22-30

 

Il n'y a pas de passe-droit au pays de Dieu !

Le Christ n'est pas une star !

Les chrétiens ne sont pas tels les courtisans d'un empereur qui chercheraient à attirer ses faveurs et se glorifieraient de faire partie des élites, des intimes.
Car il ne suffit pas de manger et boire en sa présence, et d'avoir écouté son enseignement pour être de son royaume.
Le pays de Dieu est, avant tout, un état d'esprit, une manière d'être, une culture qui transcende les classes, les castes, les nationalités.
Pour entrer dans ce pays, il faut passer la porte étroite. Il fait voyager léger et svelte, abandonner tout le superflu. Comme les pélerins de Compostelle qui, au fur et à mesure de leur marche, prennent conscience de la nécessité de se délester pour pouvoir arriver au but.

Et, cependant, cette porte étroite peut accueillir une foule inombrable venant de l'Orient et de l'Occident, du Nord et du Midi.
Pas de passe-droit, mais pas de visa non plus !

 


 

Mardi 25 octobre 2022

Capital formation

Luc 13, 18-21

 

Jésus a bénéficié d'une belle formation humaine au contact d'artisans immergés dans la nature. Il s'est émerveillé des plus petites créatures, des plus petits gestes, et de l'interaction entre les vivants : êtres humains, graines, arbres, oiseaux...

École de Vie, école de Dieu.
Les humbles choses cachées... sont promesses de grandes choses offertes à tous.
Un peu de levain dans la farine... est promesse d'un pain savoureux à partager.
Rien qu'au plan strictement humain, il y a là, en nos temps troublés, de quoi nous stimuler, nous réveiller dans notre marche...

Et ce qui est merveilleux, c'est de prendre conscience que ces expériences humaines, naturelles, sont des expériences divines.

Ouvrons les yeux et apprenons de Jésus à voir toutes ces belles expériences si humbles, chargées d'humanité, chargées du règne de Dieu.

 


 

Lundi 24 octobre 2022

Élançons-nous !

Luc 13, 10-17

 

Une femme "était toute courbée et absolument incapable de se redresser."

C'est justement pour elle que le Christ est venu, pour l'être humain qui est courbé quelqu'en soient les causes.
Le Christ est venu pour que nous puissions nous redresser, être droit, debout, vivant, les pieds sur terre et le corps élancé vers le ciel.

Déjà en Égypte, Dieu avait vu la misère du peuple d'esclave hébreu courbé sous le joug de l'oppresseur et du travail harassant. Il avait appelé Moïse pour en faire un serviteur de la Liberté.

À présent, c'est lui-même qui vient en son Fils Jésus pour nous délivrer de toutes formes de joug qui nient notre humanité.

C'est le jour du sabbat, le jour de Dieu, le jour de la Vie, de la Résurrection !

 


 

Dimanche 23 octobre 2022

Fenêtre sur l'espérance

Luc 18, 9-14

 

C'est beau de se tourner vers Dieu dans l'action de grâce, mais, hélas, ce pharisien ne rend grâce que pour lui-même, en critiquant les autres en plus !

L'Histoire ancienne ou récente nous apprend cependant, que les plus grands donneurs de leçons, ont révélés en eux des abîmes d'incohérence, voire de perversité.
Ce qui attriste Jésus , c'est que tout est verrouillé chez lui.

Le publicain n'est pas meilleur que lui ! Il collabore avec l'occupant et a dû bien s'enrichir au détriment d'autrui.

Mais, ce jour-là, au Temple, devant Dieu, il ouvre une brêche, il reconnaît sa faille. Cette fêlure est une fenêtre ouverte par laquelle la lumière de Dieu va pouvoir entrer et le rejoindre.

Ce sur quoi Jésus nous alerte, ce n'est pas d'être pécheur. Mais de ne pas le reconnaître, de ne pas se laisser aimer par Dieu jusque là.

 


 

Samedi 22 octobre 2022

Culture durable

Luc 13, 1-9

 

Avec la parabole du figuier, Jésus bat en brêche les politiques à court terme.
Politiques à quelque niveau que ce soit : personnel, professionnel, national, international..., et de quelque ordre que ce soit : économique, social, culturel, énergétique, environnemental...

On est tellement trop souvent dans le "tout-de-suite" !... et "après moi le déluge" !

Ce qui peut provoquer soit des forces d'inertie ou des solutions du vite-fait-bien-fait effarentes !...
Le Christ nous invite à la conversion à une espérance active, ancrée dans le réel et ouverte à l'à-venir.
Alors continuons à bêcher autour de notre figuier pour y mettre du fumier...

 


 

Vendredi 21 octobre 2022

Retour sur investissement

Luc 12, 54-59

 

Nous passons beaucoup de temps à parler météo !

Bon, il est vrai qu'avec les dérèglements climatiques, ce n'est plus, loin de là, de simples conversations de salon !

On commence à chercher des interprétations autrement pertinentes sur les aléas de plus en plus extrêmes  du climat.

Allons-nous en tirer les conséquences ?

Nous sommes en route avec toutes les créatures, dans l'interdépendance.
Cette nature, que nous avons tant maltraitée, est devenue comme un adversaire de notre humanité !

"Pendant que tu es en chemin mets tout en œuvre pour t'arranger avec lui, afin d'éviter qu'il ne te traîne devant le juge... Je te le dis : tu n'en sortiras pas avant d'avoir payé jusqu'au dernier centime."

Oui, il est encore temps de nous réconcilier avec la création.
 


 

Jeudi 20 octobre 2022

Qu'est ce qui brûle ?!

Luc 12, 49-53

 

C'est fou ce que nous annonce Jésus ! "Je suis venu apporter un feu sur la terre."

"Pensez-vous que je sois venu mettre la paix sur la terre ? Non, je vous le dis, mais bien plutôt la division."

Commen entendre cela alors que nous sommes subergés par le feu et la division ?!

Feu de la sécheresse, des incendies, des guerres...

Divisions entre bien des pays, à l'intérieur des pays, entre l'humanité et les autres créatures !...

Dans ce contexte, les paroles de Jésus semblent plutôt hard !...

Mais justement, il utilise l'image du feu pour ouvrir nos horizons à une toute autre dimension. Il s'agit du feu de l'Esprit, le feu de l'Amour qui ne peut pas nous laisser tranquille dans un petit confort douillet et une pseudo paix bâtie sur des injustices.

Ce feu veut justement brûler toutes ces scories qui entravent la vie.

Et il rencontre forcément l'opposition de ceux qui s'accrochent à leur sécurité, de ce qui, en chacun, chacune de nous a peur de faire le grand saut.

 


 

Mercedi 19 octobre 2022

Comment tenir mon ménage

Luc 12, 39-48

 

On peut lire cette page d'évangile dans le registre social ou ecclesial. Et entendre que les intendants dont il est question sont les personnes en responsabilité. Le Christ les replace face à leur engagement au service de leurs frères et sœurs.

On peut aussi lire cette page dans le registre de notre vie intérieure.

Je suis l'intendant(e) de ma vie, de mon être. Mon "personnel", c'est toutes les composantes de mon corps, de mon esprit. Etre un intendant fidèle et sensé, c'est veiller sur mon "personnel", lui "donner en temps voulu sa ration de nourriture"

Je suis l'intendant de l'amour de mon maître, Jésus.

Et si je l'oublie, si je me déconnecte de cette source, il peut m'arriver de maltraiter, de malmener mon "personnel" !

... et j'en subirai tôt ou tard les conséquences par un déséquilibre dans mon corps, dans ma vie.

C'est tout simplement cela que le Christ veut nous éviter.

 


 

Mardi 18 octobre 2022

Feuille de route

Luc 10, 1-9

 

Le Christ nous envoie en mission.
Sa feuille de route est assez étonnante !

Il ne nous demande ni homélie, ni conférence, si témoignage...

...juste deux phrases très courtes :

"Paix à cette maison."

et "Le règne de Dieu s'est approché de vous."

Aucune annonce explicite de l'Evangile, ni même du Christ !...

Mais, entre ces deux paroles, tout un comportement, une façon d'être.

Être comme des agneaux au milieu des loups. Sans crocs, sans armure, sans assurance tout risque.

Une seule chose à offrir, à annoncer : la paix... Et en témoigner par notre seule attitude d'accueil, de réceptivité vis à vis de l'autre tel qu'il est, avec ce qu'il veut nous partager.

La paix s'annonce en offrant à l'autre la possibilté de déployer ses biens en les partageant.
Paix et partage : voilà le royaume de Dieu qui s'approche de nous...

 


 

Lundi 17 octobre 2022

Cage dorée

Luc 12, 13-21

 

Cette parabole tombe très bien pour cette journée internationale de lutte contre la pauvreté !

Jésus met en scène un homme riche qui s'est enrichi, enrichi... au point de ne plus savoir quoi faire de ses richesses !!! Il n'y a plus de place... dans son grenier, dans sa vie ! Voilà bien son grand souci !...

Alors, il décide de démolir ses greniers pour en construire de plus grands ! A son problème de trop plein, il y répond en voyant encore plus grand !... Engrenage de la course au toujours plus !

Alors Dieu le met face à l'absurdité d'amasser pour soi-même :"cette nuit-même, on va te redemander ta vie ! Et ce que tu auras accumulé, qui l'aura ?"

La richesse ne peut porter fruit que si elle est partagée.

 


 

Dimanche 16 otobre 2022

Sans attendre

Lc. 18, 1-8

 

Drôle de façon de rendre la justice : aquiescer uniquement pour avoir la paix !

Et ceci, au bout d'un certain temps, après avoir fait presque désespérer cette femme..

Aujourd'hui, nous sommes dans une société du tout tout de suite. Plus personne ne sait ou ne peut attendre. Alors c'est l'immédiateté, l'instantanéité qui priment.

Mais ce n'est pas dans ce registre que le Seigneur s'inscrit.

Il répond sans attendre aux pleurs de cette femme, uniquement par compassion et parce que c'est juste. Et aussi (peut-être surtout) parce qu'elle croit en la jsutice, en la bonté, en l'amour de Dieu. Elle a une foi à déplacer les montagnes puisqu'elle a réussi à déplacer un juge sans valeur.

Pour l'amour de Dieu et de l'humanité, nous pouvons déplacer les montagnes, instantanément. Qu'on se le dise !

 


Samedi 15 octobre 2022

Dieu seul suffit

Lc. 12, 8-12

 

"Que rien ne te trouble, que rien ne t'effraie, Dieu seul suffit", voilà ce qu'aimait à dire et à redire Thérèse d'Avila, sainte et docteur de l'Eglise, que nous fêtons aujourd'hui.

L'évangile proposé pourrait sembler non adapté à une telle femme. Et pourtant, la fin de l'évangile dit : "quand on vous conduira devant les synagogues, les magistrats et les autorités, ne cherchez pas avec inquiétude comment vous défendre ou que dire, car le Saint Esprit vous enseignera au moment même ce qu'il faut dire."

Et voilà, quelle que soit la situation dans laquelle nous nous trouvons, faisons confiance au Seigneur et à son Esprit. Lui saura nous assister.

Cela rejoint la même intuition de sainte Claire : "qu'une soeur mette le feu au monastère, ne t'inquiète pas ; c'est une situation qui te dépasse. Confie la au Seigneur et il en prendra soin.

 


Vendredi 14 octobre 2022

La valeur d'un homme

Lc. 12, 1-7

 

Jésus met en garde contre l'hypocrisie, une hypocrisie qui permet aux pharisiens de s'attribuer toutes les richesses mais aussi, et surtout, toutes les valeurs morales et spirituelles.

Et Jésus fait voler en éclat cette prétention : la valeur d'un homme se mesure, si l'on peut dire, à son coeur, à son âme et non à ce qu'il affiche. Ne vous trompez pas : certains peuvent montrer une grandeur d'âme qui n'est que masque devant leur mesquinerie et leur superbe. Nous sommes proches des reproches d'hier sur le lavage des coupes à l'extérieur et non à l'intérieur. Jésus n'a pas dévié d'un iota : Ce qui compte c'est le coeur et non ce qui se voit.

Notre valeur est dans le regard du Seigneur sur nous. Comme fait dire le prophète Osée à Dieu : "Tu as du prix à mes yeux et je t'aime".

 


Jeudi 13 octobre 2022

Responsable devant Dieu

Lc. 11, 47-54

 

Jésus met en avant la Sagesse de Dieu et ses paroles. Une façon de dire aux pharisiens et aux légistes : C'est à Dieu et à sa Sagesse que vous rendrez compte de vos actes. Vous êtes responsables de ce que vous dites, de ce que vous faites ou ne faites pas. Ce n'est pas la Loi qui vous jugera, mais vous-mêmes à la lumière de Dieu. Il viendra un jour où vous comprendrez combien c'est important, vital de mettre en cohérence actes et paroles.

Pour les scribes et les pharisiens, ces paroles de vérité sont trop dures à entendre, tellement ils sont convaincus que la Loi c'est Dieu, alors qu'elle n'est qu'un chemin qui mène à Dieu.

Mais ce qui est enthousiasmant dans ce triste passage, c'est que Jésus nous renvoie à nous-mêmes, a foi en notre capacité d'être responsables, de changer et d'avoir du jugement. Sinon, sa parole ne serait pas si véhémente s'il pensait que nous ne pouvons rien changer. Appelons l'Esprit de nous rendre disponibles à sa parole.

 


Mercredi 12 octobre 2022

Mort à l'hypocrisie

Lc. 11, 42-46

 

Jésus continue ses dures, très dures remontrances à l'égard des pharisiens et des légistes. Ces derniers ne sont pas dupes et ils se rebellent. Ils ne sont pas dupes car ils se reconnaissent dans les reproches de Jésus.

Ce qui est étonnant, c'est qu'ils se reconnaissent mais se sentent insultés. Ils ne semblent pas se remettre en cause. Leurs attitudes dictatoriales, ils ne les voient pas. Ils ont simplement de la compassion pour eux-mêmes et pour leur honneur. Dommage, ils ratent ainsi une belle occasion d'éradiquer en eux-mêmes toutes ces racines d'hypocrisie qui les empêchent de voir et d'entendre les autres.

 


Mardi 11 octobre 2022

Extérieur versus intérieur

Lc. 11, 37-41

 

Une fois de plus, Jésus part en bataille contre ceux qui ne vivent que par et pour les apparences. Il faut qu'ils brillent aux yeux des hommes et ils ne regardent pas au coeur de l'homme.

Jésus, s'il est invité par un pharisien, c'est que c'est son ami. Pourtant Jésus n'hésite pas à le tancer.

Une façon de dire : regarder votre coeur, regarder le coeur de l'autre et faites ce qu'il faut pour que les deux coeurs se rencontrent dans l'amitié et la vérité. Le partage, dont on parle beaucoup de nos jours, ne consiste pas seulement à donner de ses richesses, mais aussi, de la même manière, à recevoir des richesses des autres.

Les signes extérieurs de richesse n'ont pas lieu d'être en humanité.

 


Lundi 10 octobre 2022

Des signes

Lc. 11, 29,32

 

Aujourd'hui, Jésus est "raide" à l'encontre de toute une génération. Ce ne sont plus simplement les pharisiens ou les scribes.

A la demande : "donne-nous un signe", Jésus répond par le signe de Jonas. Qu'a fait Jonas? 3 jours dans un poisson ! Est-ce cela qu'il faut entendre? Ou est-ce la conséquence de ces trois jours dans un poisson? Jonas finalement accomplit sa mission d'apporter la "bonne nouvelle" aux ninivites.

Ce qui est en question : êtes-vous disposés à être convertis? Cela renvoie à Jésus disant au riche face au pauvre Lazarre : "quelqu'un reviendrait de chez les morts, ils ne se convertiraient pas".

Ainsi, n'attendons pas des signes multiples et variés; le seul qui soit réel et éternel : le Père a envoyé son Fils pour sauver les hommes et non pour les condamner. Mais si nous n'acceptons pas ce salut, qu'est-ce que Dieu peut faire ?

 


Dimanche 9 octobre 2022

Retour à la vie

Lc. 17, 11-19

 

Dix lépreux. Parmi eux, un samaritain, un étranger hérétique.

Et Jésus les guérit tous, sans distinction des personnes ou des origines. Tous ont crié : "Seigneur, prends pitié de nous" et Jésus a eu pitié de tous. Même plus que de la pitié, de la compassion et de l'amour.

Un seul s'en rend compte et revient rendre grâce.

Pourquoi un seul revient aors que tous ont supplié Jésus et tous sont guéris ? 

Ce samaritain revient, en n'ayant pas peur de désobéir. Jésus leur avait enfreint d'aller se montrer aux grands prêtres.  Mais lui  estime que l'essentiel, le plus urgent, est d'abord de remercier avant de faire constater sa guérison, ce constat lui redonnant accès à la vie avec tous. Il fait passer sa foi au Christ avant sa propre liberté, et son retour à la vie.

 


Samedi 8 octobre 2022

Jubilez

Lc. 11, 27-28

 

Une femme dans la foule qui écoute Jésus exprime tout haut son désir : être la mère qui a porté Jésus dans son sein. Jésus la rabroue presque : les plus heureux sont ceux qui écoutent la parole de Dieu et la mettent en pratique.

Il est vrai que les parents sont toujours fiers et heureux de voir que leurs enfants réussissent, qu'ils sont "bien" sous tous rapports. Ils les envient et en même temps ils s'identifient à leurs enfants, inversant les rôles.

Mais Jésus nous renvoie à un autre bonheur : celui de s'identifier à la parole de Dieu et de la mettre en pratique. Voilà pourquoi nous pouvons jubiler.

 


Vendredi 7 octobre

Mère de Dieu

Lc. 1,26-38

 

C'est toujours avec beaucoup d'étonnement spirituel que nous relisons le texte de l'annonciatioin, alors que nous le connaissons par coeur, au mot près.

Et pourtant, comme elle est étonnante cette jeune fille qui est bouleversée par la visite d'un ange,  d'un envoyé de Dieu. Et ce n'est pas le moindre des messagers de Dieu, il s'agit de archange Gabriel. Il vient lui annoncer qu'elle va enfanter le fils de Dieu. Même si elle est bouleversée, Marie ne se perd pas en fausses considérations mytiques et demande des explications pratiques.

Ce oui qu'elle dira à l'ange est le support de toutes nos prières tournées vers elle. Aujourd'hui, Notre Dame du Rosaire, le rosaire : une prière  qui nous unit à la mère de Dieu pour que nous contemplions le Fils de Dieu. Quelle délicatesse!

Merci au Seigneur pour sa mère. Merci à Marie d'être sur notre route et de nous conduire au Fils.

 


Jeudi 6 octobre 2022

Ami ou Père ?

Lc. 11, 5-13

 

La parabole de l'ami importun est un des grands passages de l'évangile qui nous révèle l'amour pédagogue du Père.

En effet, cet ami sans gêne vient réveiler son meilleur ami pour lui emprunter du pain. Jusque là, rien d'anormal : ils sont amis.

Mais le meilleur ami ne se montre pas ami mais enfermé dans son égoïsme et son confort nocturne. L'autre insiste et le premier, excédé, finalement ouvre et lui donne ce qu'il veut.

Mais ne faisons pas de comparaison hâtive : Dieu n'opère pas comme ce meilleur ami. Il se comporte en Père et il donne ce qu'il a de meilleur : son Esprit, sans tergiverser, sans attendre un merci ou un retour "sur investissement". Non, une fois de plus, Jésus nous montre son Père dans la plus pure et la plus totale gratuité. Rien n'est assez bon, assez grand, assez beau pour nous. En nous donnant son Esprit, il nous donne la meilleure part de lui-même. Ne l'oublions jamais et transmettons-la.

 


Mercredi 5 otobre 2022

Notre Père

Lc 11, 1-4

 

Les disciples, voyant Jésus prier, lui demandent de le leur apprendre.

La réponse de Jésus : "quand vous priez, dites : Père".

Ainsi Jésus non seulement se situe comme Fils en face de Dieu, mais il situe aussi tous les disciples d'hier, d'aujourd'hui et de demain comme fils d'un même et unique Père.

Quand nous récitons le Notre Père, avons-nous conscience que ce que nous disons nous unit les uns aux autres comme les doigts d'une même main, comme les membres d'une seule famille? Ce n'est pas d'abord une prière de pardon, mais une prière d'unité, une prière de fraternité. Alors n'h"sitons pas à nosu aimer les uns les autres comme des frères.

 


 

Mardi 4 octobre 2022

L'amour de ton amour

Mt. 11, 25-30

 

Aujourd'hui, fête de saint François. Grande fête dans la famille franciscaine.

L'évangile que l'Eglise a choisi pour louer le Seigneur pour le don qu'Il nous fait en nous donnant François d'Assise, est celui des petits, surtout le fait que le Seigneur confie tous ses secrets aux petits, aux plus humbles, à tous ceux qui sont rejetés. C'est cet amour totalement gratuit que François aime et qui lui fait dire : "l'amour de ton amour". On comprend alors pourquoi François a toujours aimé les petits ; il y rencontrait le Christ, celui qu'il avait rencontré dans le lépreux, celui qui lui avait parlé par l'écute de l'évangile, celui du crucifix de saint Damien.

Merci, Seigneur, pour saint François et toute la familel franciscaine depuis huit siècles.

 


 

 

Lundi 3 octobre 2022

Don de la vie éternelle

Lc. 10, 25-37

 

A la question "maître, que dois-je faire pour avoir la vie éternelle ?", Jésus répond par la parabole dite du bon samaritain.

Ce samaritain prend soin d'un homme préjugé ennemi ou, à tout le moins, adversaire. Il prend soin de cet homme non seulement en le ramassant sur le bord de la route, mais en le suivant dans sa convalescence jusqu'à sa guérison.

Et Jésus termine en disant : "va et fais de même".

Ainsi la vie éternelle se résume à un don : au sein du  don que nous faisons aux autres, nous recevons les prémices de la vie éternelle. La vie éternelle n'est pas une vie au-delà de toute incarnation, elle est déjà sur terre ,pour les hommes, au coeur de l'amour qu'ils se manifestent les uns pour les autres.

N'hésiton pas à donner, nous vivons déjà la vie éternelle ; elle n'est pas à acquérir mais à recevoir, à recevoir comme un don de Dieu dès aujorud'hui.

 


Dimanche 2 octobre 2022

Foi végétale

Lc 17, 5-10

 

Pendant ce mois de prière pour la sauvegarde de la Création,

prenons le temps de contempler la résistance des végétaux ,

la résilience du couvert végétal brûlé

et cultivons la confiance, la foi .

La Création de Dieu est dans les mains du Créateur.

A nous de la respecter et en quelque sorte de lui faire confiance.

Après la sécheresse estivale et les prairies brûlées,

tout reverdit.

Nos sœurs les herbes nous livrent leur message :

A quelle source d’eau vive abreuver nos vies intérieures

pour qu’elles reverdissent ?

 

Seigneur, augmente en nous la foi demandent les disciples :

Une petite dose de foi peut faire en nous des merveilles

nous rassure le Christ !

 


Samedi 1er octobre 2022

 

Eloge de la bienveillance

 

Lc 10, 17-24

 

La bienveillance est une qualité promue aujourd’hui

pour toutes nos relations sociales.

Selon l’évangile de ce jour, elle procure au Christ beaucoup de joie :

La bienveillance du Père s’offre à tous et toutes

Mais pour commencer aux tout-petits !

Les 72 disciples n’étaient sans doute pas des diplômés en théologie

mais ils vivaient dans l’enthousiasme,

avec au cœur un amour brûlant pour le Seigneur !

 

N’est-ce pas cet amour qui fait de « la petite sainte Thérèse », 

fêtée en ce jour , un docteur de l’Eglise grâce à sa découverte

de « la petite voie pour aller à Dieu ».

 

"Je veux chercher le moyen d’aller au Ciel

par une petite voie bien droite, bien courte,

une petite voie toute nouvelle…

Moi, je voudrais aussi trouver un ascenseur pour m’élever jusqu’à Jésus,

car je suis trop petite pour monter le rude escalier de la perfection…

l’ascenseur qui doit m’élever jusqu’au Ciel, ce sont vos bras, ô Jésus ! »

 


Vendredi 30 septembre 2022

 

Rejets à la chaîne

 

Lc 10, 13-16

 

Le dernier verset de l’évangile de ce jour évoque des rejets de personnes en cascade.

Comme d’aucuns font des chaînes de prière,

il y aurait des rejets à la chaîne.

Nous ne pouvons nous empêcher de penser

à ces migrants, ces sans papiers qui ne cessent d’être refoulés aux frontières européennes,

qui enfin accueillis se retrouvent dans des sortes de ghettos.

 

Notre foi nous dit qu’en chacun de ces exclus,

le Christ notre sauveur est vivant !

« Tout ce que vous aurez fait à l’un de ces petits

qui sont mes frères… »

Quelle considération, quelle prière, quelle possibilité d’action

monte en nos cœurs pour tous ces réfugiés ?

 


Jeudi 29 septembre 2022

Sous le figuier

Jn 1, 47-51

 

Dans la tradition juive, le figuier est l’arbre de la loi.

La Torah de Dieu, la Parole , tout bon juif pieux la pratique

et l’interprète à l’infini au cours de sa vie sur terre !

Un tel homme comme un bon arbre porte des fruits

en Dieu, pour Dieu et pour toute l’humanité.

Nathanaël fut ce vrai croyant apte à s’ouvrir

à l’action de Dieu dans le monde

et à reconnaître le Messie attendu.

 

Puissions-nous sous l’arbre de l’Evangile

Porter les fruits des béatitudes !

En ce temps de prière pour la sauvegarde de la création,

nous prendrons soin des arbres qui nous entourent,

créatures de Dieu qui maintiennent notre maison commune respirable

et symboles des humains qui marchent selon Dieu !

 


Mercredi 28 septembre 2022

En marche

Lc 9, 57-62

 

Sans domicile fixe, le Christ, en prédicateur itinérant,

avance au large.

Il va à la rencontre de tous les vivants

pour les rendre aptes au Royaume de Dieu,

un  règne de paix et d’amour,

d’enthousiasme et de joie,

de bonne nouvelle annoncée.

L’aventure évangélique n’a que faire des « timorés » :

Quitter, voyager légers, pendant un pèlerinage terrestre

dont le but ultime est le monde de Dieu.

« Quiconque met la main à la charrue, puis regarde en arrière,

n’est pas fait pour le Royaume de Dieu. »

 


Mardi 27 septembre 2022

Réprimander

Lc 9, 51-56

 

Pour couper à la racine des attitudes violentes,

nombre de parents et d’éducateurs

réprimandent les jeunes qui leur sont confiés .

Parce qu’ils veulent répondre par la violence à un refus d’accueil,

Jésus réprimande ses disciples et passe ailleurs.

 

Quand la surenchère aux armements et la violence de la guerre

déchirent l’Ukraine et déciment une population innocente,

comme nous aimerions une réprimande des assaillants efficace et pacificatrice !

 

Prions le Seigneur qui a donné sa vie pour nous

par  sa mort sur une croix , en « faisant non violence »,

pour le salut du monde :

Donne Seigneur la paix, ta paix

à tous les hommes et toutes les femmes,

à tous les peuples de l’univers.

 


Lundi 26 septembre 2022

Evangile subversif

Lc 9, 46-50

 

Dans les mains , nous avons en ce jour un évangile subversif.

Le geste prophétique de Jésus est d’une simplicité extrême :

« Jésus prit un enfant, le plaça à côté de lui. »

Le commentaire du geste nous livre le fondement de l’évangile :

Accueillir le plus petit comme s’il était le plus grand,

c’est accueillir le Christ en personne.

 

Cette grâce individuelle de l’attention envers l’exclu

se mue en une bienveillance universelle au niveau collectif :

« Qui n’est pas contre vous est pour vous. »

Subversion pour toutes les attitudes qui jouent sur les oppositions stériles ?

Il y a des politiciens qui sont contre leurs adversaires

mais  nous attendons d ‘eux un programme.

Il y a des discours qui déconstruisent

mais n’évoquent jamais les reconstructions alternatives.

 

 


Dimanche 25 septembre 2022

Chiens, anges, humains

Lc 16, 19-31

 

L’étrange histoire racontée par Jésus dans la Parole de ce jour

relève de notre rapport à l’au-delà de la mort,

à la vie dans le monde de Dieu,

qui est à notre portée de façon voilée ici-bas !

Mais cette vie éternelle nous est bel et bien promise.

 

Il est question dans ce récit d’humains, de chiens et d’anges.

Lazare est dans la misère et dans une maisonnée de 6 frères,

aucun n’a d’attention pour lui :

indifférence, inconscience, manque de compassion.

Seuls des animaux de compagnies, des chiens lèchent ses plaies.
Lazare à sa mort est emporté par des anges,

êtres spirituels,  intermédiaires entre ciel et terre.

Le riche n’aura pas cette chance et après sa mort se retrouve en enfer.

Si son sort nous fait peur, pour l’éviter nous dit la pointe du récit :

Ecoutons Moïse et les prophètes !

 

Qui en ce jour nous rendra attentifs au monde de Dieu

en commençant par nous sensibiliser

au sort de tous les « Lazares » de nos rues ?

 


Samedi 24 septembre 2022

L’écoute et le déni

Lc 9, 43b-45

 

Après 3 ans de vie communautaire,

les apôtres ne peuvent pas entendre

l’évocation de la mort violente de leur maître et ami.

Or, c’est le cœur de sa mission de donner sa vie pour le salut du monde.

Celui qui fait cela est celui « par qui tout a été fait

et rien de ce qui fut ne fut sans lui. » Jn 1, 3

 

En ce temps de prière pour la sauvegarde de la création,

face au beau mystère de l’Incarnation du Fils de Dieu,

pourrons-nous entendre les cris de la terre et des pauvres ?

Qu’avons-nous fait de cette création livrée entre nos mains ?

 

Ne craignons pas, nous pouvons agir et aimer cette terre et tous ses habitants !

 


Vendredi 23 septembre 2022

La bonne formulation

Lc 9, 18-22

 

Dans notre monde qui tend vers l’égale dignité de tous et toutes,

il devient de plus en plus compliqué

de naviguer entre les divers communautarismes.

Eviter les erreurs de langage,

qui pourraient évoquer une quelconque discrimination,

demande une grande délicatesse.

 

Dans l’évangile de ce jour, les foules sont dans l’erreur

quant à la véritable identité de Jésus.

Mais Pierre a trouvé la bonne formulation !

Jésus est le Christ, le Messie attendu !

Mais pourquoi donc les disciples ne peuvent-ils pas le dire ?

La véritable identité de chacun de nous se révèle et se découvre

par nos proches après un long compagnonnage.

De plus, c’est à la fin d’une vie que nous pouvons

connaître vraiment ce qu’une personne a été.

 

Après 200 ans de christianisme

qui a vraiment reconnu Dieu dans le Christ en croix ?

Faut-il l’Eternité pour le comprendre ?

 


Jeudi 22 septembre 2022

 

Tout ce qui se passe

 

Lc 9, 7-9

 

Avec tout ce qu’il se passe de complexe et de violent dans le monde,

Il y a de quoi se décourager de l’avenir.

 

La violence d’une décapitation, telle celle de Jean le Baptiste,

peut pourtant être suivie d’une émergence d’un nouveau leader,

d’un nouveau prophète encore plus pertinent face à ce qu’il se passe aujourd’hui..

Un défenseur de l’Amazonie et des peuples qui l’habitent est assassiné

et voilà que déjà d’autres prennent le relais.

 

L’injustice n’aurait-elle pas de prise réelle

sur la bonté du règne de Dieu qui vient ?

Cette espérance échappe à Hérode au pouvoir si violent et lâche à la fois.

Cultivons  l’espérance par notre vigilance à accueillir

les justes appels à la conversion que nous adressent Dieu

par les personnes qui nous interpellent par leurs paroles et leurs actes.

 


Mercredi 21 septembre 2022

 

Changement radical 

 

Mt 9, 9-13

 

Des étudiants promis à une prestigieuse carrière font leur « disruption »

lors de la remise de leur diplôme :

Convaincus que la société telle qu’elle fonctionne va dans le mur,

ils annoncent changer radicalement de vie.

Leur nouveau choix professionnel est en phase avec leurs valeurs

et la perspective d’une terre « maison commune » habitable pour les générations futures.

 

Passer de la collecte des impôts pour l’occupant 

à une vie de prédicateur itinérant à la suite de Jésus,

voilà une fulgurante conversion pour saint Matthieu fêté aujourd’hui !

 

Pour changer de vie de façon aussi instantanée,

sur une parole prononcée par Jésus,

quel désir profond, quelles ressources insoupçonnées , quelles énergies spirituelles

ont été atteintes et révélées en Matthieu ?

 

Ah ! si nous pouvions en ce jour rencontrer la parole d’évangile

qui réveille ne nous l’énergie spirituelle pour vivre en cohérence avec notre baptême !

 

Puissions-nous chacun là où nous sommes,

répondre à l’appel du Christ qui fera de nous des disciples

tout aussi enthousiastes que cohérents !

 


Mardi 20 septembre 2022

La pratique de la fraternité

Lc 8, 19-21

 

Aller trouver quelqu’un :

Parce que nous l’aimons et voulons le revoir, passer un moment avec lui ?

Est-il notre frère proche par les liens du sang

au point que nous avons le goût de prendre soin l’un de l’autre ?

La personne a un comportement déplacé et nous désirons pour elle qu’elle vive mieux ?

 

Peut-être que toutes ces motivations habitaient les proches de Jésus

au début de ses succès de prédicateur itinérant.

La réponse de Jésus face à toutes ces attentes est limpide :

La mise en pratique de la parole de Dieu suffira !

 

Joie d’être frère ou soeur du Christ,

à l’écoute de Dieu son Père et notre Père !

 


Lundi 19 septembre 2022

 

Rayonnement évangélique

 

Lc 8, 16-18

 

Lumière et transparence.

Par les temps qui courent, une sobriété énergétique choisie

nous fait souvent éteindre les dites lumières.

Quant à l’exigence de transparence, elle oscille entre intrusion

et juste vérification de la droiture,

légalité de nos comportements individuels et collectifs.

 

La Parole de ce jour nous inviterait à cultiver,

 en nos vies de disciples du Christ, 

une sorte de rayonnement évangélique.

Comment diffuser notre foi sans honte et sans prosélytisme ?

La petite lumière de la foi vivante en chacun de nous,

est une lampe qui éclaire ceux que nous accueillons

dans notre maison Eglise, dans notre maison commune  création de Dieu.

Une petite lumière nous n’avons pas à la cacher

Mais à oser la transmettre grâce à une vie d’écoute.

Ecouter les paroles, méditées dans la bible,

prononcées par nos proches.

 


 

 

 

25 Dimanche C – 18 septembre 2022

Justice et vérité

Amos 8, 4-7/1 Tim. 2,1-8/Luc 16, 1-13

 

 

Les textes de ce jour sont un appel vigoureux

à la justice. Le prophète Amos fustige ceux qui

conçoivent des trafics financiers qui lèsent les

pauvres dans leurs besoins essentiels.

Jésus se montre sévère aussi : « On ne peut servir

deux maïtres. Vous ne pouvez servir à la fois Dieu

et l’argent. »

Aux hommes, cela semble impossible, mais tout est

possible à Dieu, dit-il ailleurs. Aussi saint Paul peut-il

écrire à son disciple : 

« J’encourage,  avant tout, à faire des demandes, des

prières, des intercessions, pour tous les hommes, pour

les chefs d’État et tous ceux qui exercent l’autorité,

afin que nous puissions mener notre vie en toute piété

et dignité... Car Dieu veut que tous les hommes soient

sauvés et parviennent à la pleine connaissance de la

vérité. »

 

Nous pouvons tous expérimenter qu’une vie intérieure

bien ajustée peut nous inciter à des actes de justice et de

solidarité, indispensables à tous les niveaux de responsabilités.

Le contraire, hélas, se vérifie bien aussi.

 


 

Samedi 17 septembre 2022

Stigmates de saint François

Ga. 6, 14-18/Luc 9, 23-26

 

 

En 1224, François s’est retiré sur le mont Alverne

et prie intensément. Les paroles de Jésus ont résonné

en lui : « Qui perdra sa vie pour moi la sauvera. Quel

avantage un homme aura-t-il à gagner le monde entier

si c’est en le payant de sa propre existence ? »

Et François, en réponse à sa demande instante,

reçoit l’image du Crucifié

« reproduite en sa propre chair par le doigt du Dieu vivant. »

 

Avec saint Paul, il peut s’écrier : « Je porte dans mon corps

la marque des souffrances de Jésus Christ »

Les marques de sa Passion, de son amour sans mesure...

C’est l’aboutissement de toute une vie.

 


Vendredi 16 septembre 2022

Ressuscités, oui ou non ?

1 Co. 15,12-20/Luc 8,1-3

 

 

« Jésus, passant à travers villes et villages, proclamait

et annonçait la Bonne Nouvelle du règne de Dieu. Les
Douze l’accompagnaient, ainsi que des femmes qui

avaient été guéries de maladies et d’esprits mauvais.

Elles le servaient en prenant sur leurs ressources. »

 

Comme elles devaient lui être reconnaissantes !

Et pourtant, Paul peut affirmer : « Si nous avons mis

notre espoir dans le Christ pour cette vie seulement,

nous sommes les plus à plaindre de tous les hommes ! »

 

Qu’a-t-il donc de plus à nous dire ?

« Le Christ est ressuscité d’entre les morts, lui, premier

ressuscité parmi ceux qui se sont endormis ! »

« Si le Christ n’est pas ressuscité, votre foi est sans valeur,

et ceux qui se sont endormis dans le Christ sont perdus ! »

 

Alors, réfléchissons avant de proclamer : Je ne crois pas

en la résurrection... comme on l’entend trop souvent dire

aujourd’hui !  C’est le fondement de notre foi

et de notre espérance.

 


Jeudi 15 septembre 2022

Fête de Notre Dame des Douleurs

Heb. 5,7-9/Luc 2,33-35

 

 

Si la lettre aux Hébreux évoque la souffrance du Christ

et son sens :  « Bien qu’il soit le Fils, il apprit par ses

souffrances l’obéissance, et conduit à sa perfection,

il est devenu pour tous ceux qui lui obéissent la cause

du salut éternel... »

 

Marie a été étroitement associée à l’œuvre de son fils :

« Voici que cet enfant provoquera la chute et le relèvement

de beaucoup en Israël. Il sera un signe de contradiction, et

toi, ton âme sera traversée d’un glaive. »

Elle se tiendra debout, près de la croix, et Jésus, avant de

mourir lui dira de Jean « Femme, voici ton fils ! » Puis il dit

au disciple : »Voici ta mère ! »

Et à partir de cette heure, le disciple la prit chez lui...

 

Nous pouvons la prendre chez nous : Elle est notre mère.

 


 

Mercredi 14 septembre 2022

Fête de la Croix glorieuse

Philippiens 2,6-11/Jean 3, 13-17

 

 

Le mystère pascal se révèle ici dans toute son ampleur :

Saint Paul évoque, dans sa lettre aux chrétiens de Philippe,

la « kénose du Christ, sa descente : « semblable aux hommes,

il s’est abaissé jusqu’à la mort de la croix »... et sa glorification :

« c’est pourquoi Dieu l’a exalté... »

 

Mais pourquoi un tel drame ?

Jean nous donne la réponse :

 

« Dieu a tellement t aimé le monde qu’il a donné son Fils unique,

afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais obtienne

la vie éternelle.... pour que, par lui, le monde soit sauvé. »

 

Le Vendredi Saint trouve ici son sens plénier : le sacrifice

total du Fils unique au bénéfice de tous les hommes, pour

qu’ils puissent devenir à leur tout fils et filles de Dieu...

« dans la gloire de Dieu le Père. »

 


Mardi 13 septembre 2022

Un seul corps

1 Co.12, 12-31/Luc 7 11-17

 

 

L’évangéliste Luc nous relate l’épisode de la rencontre

de Jésus avec un cortège funéraire : le fils unique d’une

mère déjà veuve.  Jésus est saisi de compassion : « Ne

pleures pas, lui dit-il » Il s’approche, touche le cercueil

et dit : « Jeune homme, je te l’ordonne, lève-toi ! » Alors

le mort se redresse et se met à parler, et Jésus le rend

à sa mère. « Tous rendaient gloire à Dieu et disaient :

« Un grand prophète s’est levé parmi nous, et Dieu a

visité son peuple ! »

 

Fait extraordinaire, mais qu’en est-il pour nous ?

 

St Paul nous dit : « Nous tous,  nous avons été baptisés

pour former un seul corps. » Nous sommes le corps du Christ

et membres les uns des autres. La compassion peut nous

lier, mais nous ne recevons pas les mêmes dons : ils sont

différents et complémentaires.

Sachons les gérer, sans envie ni jalousie, mais pour la vie !

 


 

Lundi 12 septembre 2022

Foi et non... foi

1 Co.11,17-33/Luc 7,1-10

 

 

Jésus admire la foi d’un païen qui l’implore pour son

esclave malade : « Je ne suis pas digne que tu entres

sous mon toit, mais dis une parole, et que mon serviteur

soit guéri ! » Et les envoyés retrouvèrent l’esclave en

bonne santé.

 

Paul fait des reproches aux chrétiens : « Lorsque vous

vous réunissez tous ensemble, ce n’est plus le repas du

Seigneur que vous prenez... Je ne vous félicite pas !

Car chaque fois que vous mangez ce pain et que vous

buvez cette coupe, vous proclamez la mort du Seigneur

jusqu’à ce qu’il vienne ! »

Pas de privilège acquis et mal vécu !

 


24e Dimanche C -  11 septembre 2022 –

Miséricorde

Exode  32,7-14/1 Tim. 1,12-17/Luc 15,1,32

 

 

Idolâtrie ? C’est la tentation du peuple d’Israël au désert :

« Ils se sont fait un veau en métal fondu et se sont prosternés

devant lui... »

C’est la tentation du jeune fils évoqué par jésus : « Père,

donne-moi la part de fortune qui me revient !

Il partit pour un pays lointain où il dilapida sa fortune

en menant une vie de désordre. »

C’est la tentation du fils aîné : « Il y a tant d’années que

je suis à ton service sans avoir transgressé tes ordres... »

Il se mit en colère contre son père et refusait d’entrer pour

participer à la fête pour le fils perdu et retrouvé.

 

Tous se sont enfermés en eux-mêmes, pour aboutir à quoi ?

 

Mais la compassion de Dieu et sa miséricorde sont infinies ;

Moïse en fait déjà l’expérience. St  Paul aussi :

« Il m’a été fait miséricorde, car j’avais agi par ignorance,

n’ayant pas encore la foi ; la grâce de notre Seigneur a été

encore plus abondante, avec la foi, et avec l’amour qui est

dans le Christ Jésus. »

Car vraiment le Christ est bien le témoin de la miséricorde

de Dieu Père, et l’incarne totalement. C’est pourquoi Paul

peut ajouter : « Le Christ Jésus est venu dans le monde

pour sauver les pécheurs, et moi, je suis le premier, afin

qu’en moi le Christ Jésus montre toute sa patience... »

 


Samedi 10 septembre 2022

Choix de vie

1 Co.10,14-22/Luc 6 43-49

 

 

Jésus dit à ses disciples : « Chaque arbre se reconnaît

à son fruit : on ne cueille pas des figues sur des épines,

on ne vendange pas du raisin sur des ronces. L’homme bon

tire le bien du trésor de son cœur qui est bon, et l’homme

mauvais tire le mal de son cœur qui est mauvais. Car ce que

dit la bouche, c’est ce qui déborde du cœur.

 

Et pourquoi m’appelez-vous :Seigneur ! Seigneur ! et ne

faites-vous pas ce que je dis ? »

 

La question nous est posée :

Savons-nous construire notre maison ?  en posant les

fondations profondes sur le roc ? ou en construisant à même

le sol ?  En écoutant ces paroles du Christ et les mettant en

pratique, ou non ?

Nous en éprouverons les conséquences...

 


Vendredi 9 septembre 2022

Disciple-missionnaire

1 Co. 9,16-27/Luc 6,39-42

 

 

Jésus énonce une parole fondamentale :

« Le disciple n’est pas au-dessus du maître ;

 mais une fois bien formé, chacun sera comme son maître. »

 

 St Paul met cette parole en œuvre avec réalisme :

« Annoncer l’Évangile, ce n’est pas là pour moi un motif de

fierté, c’est une nécessité qui s’impose à moi, c’est une mission

qui m’est confiée... Libre à l’égard de tous, je me suis fait l’esclave

de tous, afin d’en gagner le plus grand nombre possible. Avec les

faibles, j’ai été faible, pour gagner les faibles. Je me suis fait tout

à tous, pour en sauver à tout prix quelques uns.

Et tout cela, je le fais à cause de l’Évangile, pour y avoir part moi aussi.

Tous les athlètes à  l’entraînement s’imposent une discipline sévère.,

pour recevoir une couronne de laurier qui va se faner, et nous, pour

une couronne qui ne se fane pas. Moi, si je cours, ce n’est pas sans fixer

le but... Je traite durement mon corps pour éviter qu’après avoir

proclamé l’Évangile à d’autres, je sois moi-même disqualifié. »

 

Transmettre l’évangile ? Oui, mais en vivre soi-même !

 


Jeudi 8 septembre 2022

Nativité de la Vierge Marie

Mi. 5,1-4/Rom. 8,28-30/Mat.1, 1-16.18-23

 

 

A travers les textes liturgiques de ce jour, la Vierge

Marie, dont on parle peu pour elle-même, semble bien

être une charnière indispensable pour la réalisation d’un

grand dessein de Dieu : Le prophète Michée annonce la

lointaine venue du Messie à Béthléem, « grâce à celle qui

doit enfanter »... Paul assure que « quand les hommes aiment

Dieu, lui-même fait tout contribuer à leur bien, puisqu’ils

sont appelés selon le dessein de son amour »...

Dans la grande généalogie de Jésus au sein du peuple élu,

s’insère Joseph, « l’époux de Marie, de laquelle fut engendré

Jésus, que l’on appelle Christ »... Enfin, la suite du récit raconte

comment fut engendré Jésus Christ : « Joseph, fils de David,

ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse, puisque

l’enfant  qui est engendré en allé vient de l’Esprit Saint... »

Nous fêtons aujourd’hui Marie, servante du Seigneur et mère

de l’Enfant-Dieu, Emmanuel : Dieu-avec-nous.

Une petite juive, toute transparente à l’amour de Dieu pour l’humanité,

dans le don de son Fils.

 


Mercredi 7 septembre 2022

Heureux... malheureux...

1 Co. 7,25-31/Luc 6,20-26

 

 

Réflexion de Paul, toujours valable :

« Il passe, ce monde tel que nous le voyons ! »

 

Le discours de Jésus sur la montagne n’en prend que plus

de relief : « Heureux vous, les pauvres, car le Royaume de Dieu

est à vous... Heureux vous qui avez faim maintenant, car vous

serez rassasiés... mais :

« Quel malheur pour vous, les riches, car vous avez votre

consolation !

Quel malheur pour vous qui êtes repus maintenant, car

vous aurez faim... »

Jésus manie le paradoxe en contemplant le réel, le présent

des hommes et leur avenir, leur vie fermée sur eux ou leur

béance ouverte à Dieu.

 

Lui ferons-nous confiance pour faire nos choix, accepter

des situations qui s’offrent ou s’imposent à nous ? Pas

d’évasion, mais une densité de vie intérieure qui permet de

tout traverser.

 


 

Mardi 6 septembre 2022

Jésus toujours vivant et agissant

1 Co. 6,1-11/Luc 6,12-19

 

 

« Jésus s’en alla dans la montagne. Il passa toute la nuit

à prier Dieu. Le jour venu, il appela ses disciples et en

choisit douze... Puis il descendit de la montagne avec eux

et s’arrêta sur un terrain plat. Il y avait là une grande

multitude de gens venus l’entendre et se faire guérir de

leurs maladies ; ceux qui étaient tourmentés par des esprits

impurs retrouvaient la santé... Une force sortait de lui et les

guérissaient tous. »

 

Paul s’adresse à son tour aux chrétiens de Corinthe : « Ne

savez-vous pas que ceux qui commettent l’injustice ne

recevront pas le Royaume de Dieu en héritage ? Voilà ce

qu’étaient certains d’entre vous... Mais vous avez été lavés,

sanctifiés, vous êtes devenus des justes, au nom du Seigneur

Jésus Christ, et par l’Esprit de notre Dieu. »

 

Jésus est toujours agissant, et qui que nous soyons, peut

nous transformer.

 


Lundi 5 septembre 2022

Droiture et perversité

1 Co. 5,1-8/Luc 6,6-11

 

 

Jésus, à la synagogue, se trouve devant un homme souffrant.

Il pose la question :  Est-il permis, le jour du sabbat, de faire

le bien ou de faire le mal ? de sauver une vie ou de la perdre ?

Première surprise : l’omission de bien est un mal.

Deuxième surprise : pas de réponse.

Mais des conséquences : Jésus guérit l’homme.

Scribes et pharisiens sont remplis de fureur : Que feraient-ils

à Jésus ?

Troisième surprise : A qui peut s’adresser la parole de St Paul :

« Purifiez-vous donc des vieux ferments, et vous serez une

pâte nouvelle ! Célébrez la Pâque, non avec les vieux ferments

de la perversité et du vice, mais avec du pain non fermenté,

celui de la droiture et de la vérité.»

La notabilité rigide n’est pas un gage de droiture devant Dieu...

Liturgie et vie sont étroitement liées.

En sommes-nous convaincus ?

 


Dimanche 4 septembre 2022

Impasse ou chemin ?

Luc 14, 25-33

 

Décidément ! Quelle sagesse dans les évangiles !

On aimerait que les gouvernements et les bâtisseurs "commencent par s'asseoir pour calculer la dépense et voir s'ils ont de quoi aller jusqu'au bout" !

La dépense sur le long terme et non uniquement dans l'immédiat. Car, souvent, les économies de court terme se révèlent très onéreuses au plan financier, humain, écologique. Contrairement aux idées qu'on nous assène, écologie et économie vont ensemble. Les pandémies et catastrophes climatiques en sont une démonstration redoutable !

On aimerait que ceux qui partent en guerre, commencent par s'asseoir avant d'engager leurs peuples dans des conflits meurtriers et sans issue !

On aimerait que les chrétiens, chacun,chacune de nous, nous prenions la mesure de notre choix de suivre le Christ :" Celui d'entre vous qui ne renonce pas à tout ce qui lui appartient ne peut pas être mon disciple."

 


 

Samedi 3 septembre 2022

Permis ? Pas permis ?!

Luc 6, 1-5

 

C'est beau de voir que, dès le début, les disciples entrent dans l'esprit de liberté de leur maître Jésus !

Mais cet esprit de liberté dérange beaucoup ! Et on a tôt fait de s'ériger en juge et en gardien de la loi : " Pourquoi faites-vous ce qui n'est pas permis ?!"

La liberté fait peur, tant la mienne que celle des autres. C'est normal car elle comporte des risques ! On craint de se tromper, on craint que les autres soient incontrôlables !

Il est vrai qu'elle est parfois faussée. Mais il ne s'agit pas tant de l'élimnier que d'éduquer sa conscience, afin de n'être le jouet de personne, ni de soi-même.

Le sabbat (ou le dimanche) et la maison de Dieu sont des temps et des lieux sacrés au service de notre liberté.
A nous de maintenir ce cap !...

 


 

Vendredi 2 septembre 2022

Soyons des pros !

Luc 5, 33-39

 

C'est la rentrée pour les scolaires, mais aussi pour tous ceux et celles qui travaillent.
Dans l'évangile de ce jour, Jésus fait appel à des savoirs professionnels : celui des couturiers et celui des oenologues.

Car l'évangile n'est pas une affaire d'amateurs, mais de pros. Nous professons notre foi !

Pour vivre l'évangile, il est utile de suivre une formation initiale et permanente, de creuser notre expérience.

Autrement, on risque de buter sur le moindre obstacle et d'en rester à des réactions telles que celles des scribes de l'évangile, à la surface du Mystère !

Ce qui risque de nous empêcher d'entrer dans une relation d'alliance, d'intimité avec Dieu.

Nous sommes donc invités, en cette rentrée, à soigner notre formation chrétienne autant, si ce n'est plus, que notre formation professionnelle.

Ainsi, nous apprendrons à distinguer le vieux et le neuf, et ce qui est bon dans l'un et l'autre.

 


 

Jeudi 1er septembre 2022

C'est la rentrée !

Luc 5, 1-11

 

C'est la rentrée scolaire !

Jésus enseigne.
Il enseigne de façon large, aux foules.
Il cherche des collaborateurs, une équipe d'enseignants.

Pour cela, il fait une évaluation de Simon et ses compagnons de travail et de vie.

Il s'appuie sur leur expérience humaine, professionnelle en les appelant à un dépassement.

Simon, dans sa réponse, parle vrai, tout en se montrant disponible pour relever en confiance le défi de Jésus.

Leur estime mutuelle a pour conséquence un résultat en surabondance.

Simon-Pierre reconnaît alors en Jésus un maître hors du commun.

Jésus leur ouvre des horizons plus vastes encore.

"Et laissant tout, ils le suivirent."

Prions pour que enseignants et élèves puissent eux aussi construire des relations qui les conduisent au large.

 


 

Mercredi 31 août 2022

Le bonheur de servir

Luc 4, 38-44

 

Dès que cette femme a été guérie par Jésus, elle se met au service d'autrui !

Eh oui ! Notre grandeur, notre bonheur est d'être au service des autres !

Cela tranche avec certains discours, certaines mentalités !

Et pourtant, c'est ce que Jésus a vécu !

Nous pressentons bien, pour l'expérimenter nous-mêmes ou le voir chez d'autres, que lorsque la maladie limite nos facultés, nous souffrons de ne pouvoir faire quelque chose pour les autres.

Et la première guérison qu'on peut recevoir, c'est que quelqu'un fasse appel à nous, pour rendre en service quelqu'il soit, à notre mesure.

On peut aussi perdre le goût du service, ou ne pas en avoir découvert la saveur. Alors, on risque bien de se sentir mal.

C'est ce bonheur du service que Jésus recrée en cette femme.
Quelle belle guérison !

 


 

Mardi 30 août 2022

"Moi, je sais !"

Luc 4, 31-37

 

L'esprit mauvais dit à Jésus :"Je sais qui tu es !" ="moi, je sais !"

N'avons-nous pas tendance, trop souvent, à jouer à ce petit jeu du "moi, je sais " ?!...

Parfois, cela frise la compétition, à qui renchérit le plus ! Tout le monde se met alors à parler sans écouter les autres !... le ton peut vite monter jusqu'à "crier d'une voix forte", comme cet esprit de l'évangile, pour être sûr de se faire entendre !: "Je sais !"

Avoir des connaissances, des savoirs, une culture et les partager, c'est très bien.
Tout dépend de ce qui nous anime.

Jésus a bien perçu que l'intention de son interlocuteur était faussée. Et que, du coup, son savoir, au lieu d'apporter de la lumière, n'est là que pour provoquer perturbation et division.

La réponse de Jésus est limpide : il ne dit rien et délivre l'homme de cet esprit impur (im-pur = non pur = mêlé = confus )

Il l'ouvre alors à la vraie connaissance = sa puissance de vie et d'amour !

 


 

Lundi 29 août 2022

Qui perd la tête ?

Mc 6, 17-29

 

Dans cette histoire du martyre de Jean le Baptiste,  on ne sait pas qui perd vraiment la tête !

Dans la tête du roi Hérode, c'est un vrai méli-mélo !

Quand il écoute Jean, il est embarrassé... mais il l'écoute avec plaisir !

Une jeune fille lui plaît... et aussitôt il lui promet la lune ! en s'engageant par serment qui plus est !

Quand celle-ci exige la tête de Jean, Hérode est contrarié... mais le "quand dira-t-on" de ses dignitaires lui fait commettre un meurtre, à l'encontre de sa propre conscience !

... Et derrière tout ça, il y a son épouse -qui est la femme de son frère (!) - en puissante manipulatrice !

Chaos dans la tête de Hérode ! chaos dans sa vie !

Il en perd la tête !

En décapitant celle de Jean, n'est-ce pas une tentative désespérée pour exhorciser le chaos de sa propre tête ?!

Pourtant, Hérode sombrera toujours plus dans le chaos !

Tandis que ce qui habitait la tête de Jean le Baptiste continuera de vivre à travers ses disciples, à travers Jésus lui-même qui le portera à son accomplissement.
 

 


 

Dimanche 28 août 2022

Place de choix

Luc 14, 1,7-14

 

Nous vivons dans un monde de hiérarchie, de préséance qui provoquent souvent rivalités et exclusions !

Encore une fois, Jésus nous déconcerte car il ne condamne pas ce monde, mais il le renverse !

Ce monde qui est à l'envers, qui marche sur la tête, Jésus le remet à l'endroit. Il joue tant et si bien avec les mots "places", "dernière", "première", "élevé", "abaissé"... qu'on en est tout chamboulé !

Alors, il prend le soin de nous expliquer : la place de choix, nous allons la trouver en invitant "des pauvres, des extropiés, des boiteux, des aveugles"...
Et en quoi est-ce une place de choix ?!

Parce que cette proximité va me révéler à moi-même, va me libérer de mes carapaces et armures tellement lourdes et qui m'entravent.

 


 

Samedi 27 août 2022

Dieu est parti ?!...

Mt 25, 14-30

 

"Un homme qui partait en voyage appela ses serviteurs et leur confia ses biens."

"Puis il partit"

Dieu est parti en voyage !

Qu'allons-nous faire ?

Nous plaindre de son absence ?

Vivre dans la peur de son absence ?

La peur de son retour ? La peur de lui ?

Qui est Dieu pour nous ? pour moi ?

De ma perception de Dieu va découler mon comportement en son absence.

Si je le perçois tel un homme dur, pas étonnant que je n'ai pas le cœur à l'ouvrage ! pas d'énergie pour m'investir dans ma mission, dans ma vie !

Si je considère les biens, les talents qu'il m'a confiés, alors, sans même qu'il ait besoin d'exprimer une attente, spontanément, je développe en moi un dynamisme passionné pour les faire fructifier !

La confiance de Dieu est puissance de vie en moi, en nous !

Puissions-nous la laisser transformer le monde !

 


 

Vendredi 26 août 2022

Carburant renouvelable

Mt 25, 1-13

 

La première réaction, souvent, en lisant la parabole des dix jeunes filles, c'est de se dire que les "prévoyantes" auraient tout de même pu partager avec les "insouciantes" !

Cependant, il est des choses qui ne peuvent se partager. Car elles relèvent de la responsabilité personnelle, de la liberté de chacun, chacune, du for interne.

L'huile de notre lampe est de cet ordre-là. C'est ce qui anime mon être, ma vie. Ce qui le nourrit. Il m'appartient de veiller à avoir toujours de ce carburant en moi-même.

Attendre l'époux, ce n'est pas une attitude inerte ! Même si je dors, mon cœur veille.
Cela rejoint en quelque sorte le récit d'hier. Ce n'est pas pour satisfaire l'époux que je dois entretenir ma lampe.
Quand il n'est pas là, l'attendre, c'est vivre, dès maintenant, de sa puissance de vie.

 


 

Jeudi 25 août 2022

ça grince !

Mt 24, 42-51

 

Décidément, il est encore question d'hypocrisie !

Le "serviteur fidèle et sensé", c'est celui qui remplit la tâche, la mission que le maître lui a confiée, que celui-ci soit là ou pas !

Ce serviteur ratifie la confiance qui lui a été faite en vivant lui-même dans cette dynamique, en homme responsable.

Le"mauvais serviteur", lorsqu'il voit que le maître tarde, non seulement, il abandonne sa mission, mais il maltraite ses compagnons. Il trahit la confiance qui lui a été faite quand celui-ci a le dos tourné !

C'est pour cela que Jésus dit qu'il partagera "le sort des hypocrites" : "là, il y aura des pleurs et des grincements de dents."

Oui, il va s'en mordre les doigts !

Quelle est notre motivation lorsque nous nous mettons au service de Dieu, de nos frères et sœurs ?!

Si c'est en vue d'une récompense, c'est que nous ne sommes pas encore entrés dans l'Esprit de Jésus. Soyons vrais envers nous-mêmes !

 


 

Mercredi 24 août 2022

"Pas de ruse en lui"

Jn 1, 45-51

 

Hier, dans l'évangile, nous assistions à la tristesse de Jésus face à l'hypocrisie.
Aujoud'hui, le voilà heureux, lumineux face à Nathanaël : "il n'y a pas de ruse en lui !"

Un homme droit, limpide.

Avec lui, un vrai dialogue, une vraie rencontre est possible.
Et c'est bien là, le bonheur de Jésus !

Alors, tout peut se déployer dans ce face à face entre ces deux hommes : la foi de Nathanaël qui reconnaît Jésus dans son identité humaine et divine, et la promesse de Jésus qui ouvre devant lui, un horizon encore plus vaste, vers l'infini.

Peu importe nos failles, si nous sommes dans notre axe, en vérité avec nous-mêmes et devant Dieu et les autres, le ciel s'ouvre. Il n'y a plus de frontières entre le ciel et la terre, entre le cœur de Dieu et le nôtre.

 


 

Mardi 23 août 2022

vie de façade ?

Mt 23, 23-26

 

Le Christ touche un point sensible, douloureux de la manière de vivre et transmettre notre religion.Autant il est compatissant et accueillant vis à vis des pécheurs, des gens jugés de "petite vie". Autant il se montre vigoureux pour dénoncer l'hypocrisie des religieux, de ceux et celles qui se réclament haut et fort de la bonne religion !

Jésus n'a que faire des titres, des étiquettes ! Il voit le cœur. Il voit les agissements profonds. S'il se montre sévère, ce n'est pas pour condamner, mais pour réveiller, mettre le doigt sur l'incohérence, l'hypocrisie... qui fait tant de ravages... à commencer pour ceux-là même qui la pratiquent !

Jésus les reconnaît "malheureux" ! Car lorsque leur façade s'effritera, s'écroulera, cela risque de leur faire mal, très mal !...

Alors vaut mieux laisser la façade s'entrouvrir dès maintenant.

 


 

Lundi 22 août 2022

Reine de beauté

Luc 1, 26-38

 

Qu'est-ce qu'être reine selon Dieu ?

Marie vit dans un petit bled d'une région excentrée, au carrefour de peuples étrangers.
Elle n'est pas issue d'une grande famille du CAC 40, ni d'une bonne famille catho.

Elle n'a ni diplôme, ni expérience dans son CV.

Quand l'ange entre chez elle, elle n'a ni secrétaire, ni garde du corps pour faire barrage.
Elle est tout accueil !

Tout accueil de cette présence soudaine et insolite.
Tout accueil de son message inédit et déconcertant.

Elle va enfanter un fils qui sera roi, qui sera Fils de Dieu.
Aussitôt le message entendu, le messager reparti, elle se fait à son tour messagère et servante du Roi, et d'Elisabeth.
Voilà bien la beauté de notre Reine !...

 


 

Samedi 20 août 2022

Maître ou serviteur

Mt. 23,1-12

 

Jésus est en colère contre les scribes, les pharisiens, les docteurs et même sans doute un peu contre ses disciples.

En effet, le fait de suivre le Christ en disciples ne donne à personne de privilège de bienséance ou de supériorité.

Le seul privilège donné aux disciples de Jésus, c'est d'être appelés et d'être en réalité serviteurs.

Cela rejoint tout à fait le privilège de pauvreté donné aux soeurs clarisses.

Cela rejoint tout à fait la spiritualité de saint Bernard que nous fêtons aujourd'hui.

Rendons grâce au Seigneur de nous donner ce privilège : être serviteur.

 


 

Vendredi 19 août 2022

1 + 1 +1 = 1

Mt. 22, 34-40

 

Les pharisiens essaient de piéger Jésus. Mais Jésus répond par une nouvelle formule mathématique : un commandement + un commandement, cela n'en fait pas deux, mais un seul.

Pourquoi n'est-ce qu'un seul commandement?

Aimer Dieu et son frère, c'est la même chose : on ne peut pas aimer son frère sans aimer Dieu, et on ne peut pas aimer Dieu sans aimer son frère. Les deux ne font qu'un comme l'époux et l'épouse ne font qu'un. On ne peut pas dire qu'ils sont indissociables car cela voudrait dire qu'ils sont différents, séparés ou séparables. Non il n'y a qu'un seul et même commandement qui se décline en plusieurs personnes : aimer Dieu, aimer le prochain, aimer soi-même. Ne pas oublier cette troisième personne que l'on est car si on ne s'aime pas, on ne peut pas aimer Dieu ou les autres.

 


Jeudi 18 août 2022

Invitations tous azimuth

Mt. 22, 1-14

 

La façon de faire de ce roi peut nous paraître étonnante : inviter à tous les vents alors que les invités se sont récusés les uns après les autres. Cela peut sembler une invitation de deuxième zone : on t'invite à la place de...

Quel est la pointe de cette parabole : la déception du roi ? les invités qui ne viennent pas ? les invités qui viennent pratiquement de force ?

En plus, l'un de ceux que l'on a forcé se retrouve dans les ténèbres car il n'a pas revêtu sa robe de noce.

C'est un peu rude et expéditif comem façon de faire !

Pourtant cette parabole semble nous dire plusieurs choses :

D'abord que celui qui n'a pas revêtu la robe de noce est quelqu'un qui n'a pas compris l'importance de l'invitation et surtout que le Seigneur n'attendait de lui qu'une robe de noce lui appartenant, c'est-à-dire, peutêtre des haillons ou au contraire un très beau costume, mais il fallait que ce fut la robe de noce.

Par ailleurs, cet invité de la dernière heure reste muet. On peut imaginer que le roi était tout prêt à entendre toutes les explications, mais il n'a pas daigné entrer en dialogue. Le refus du dialogue, de la rencontre est un refus de Dieu.

 


Mercredi 17 août 2022

Un patron juste

Mt. 20, 1-16

 

Le salaire des ouvriers de la vigne est objet de discorde.

Etonnant ?

Pas tellement puisque ceux qui ont travaillé peu reçoivent autant que ceux qui ont travaillé lourdement, supportant la chaleur de la journée. Ce n'est pas une questionde jalousie, mais de justice humaine ou de justice entrepreneuriale;

Vous imaginez aisément, aujourd'hui, l'émeute si l'un des patrons venait à privilégier financièrement ceux qui travaillent le moins !

Mais, est-ce vrai que le patron privilégie ceux qui ont travaillé le moins ? Est-ce un privilège ?

Si le patron donne autant aux derniers qu'aux premiers, c'est sans doute que, pour lui, là se trouve la justice : donner selon les besoins de chacun. Et cela, c'est la justice divine, la justice de Dieu qui sauve tous les hommes, pécheurs, malades ou bien portants, criminels ou saints.Quel Dieu est grand comme toi !

 


Mardi 16 août 2022

Quelle pauvreté ?

Mt. 19, 23-30

 

Aujourd'huui, Jésus nous invite à tout quitter pour pouvoir entrer au Royaume des cieux, c'est-à-dire pour pouvoir être partie prenante et intégrante de son amour pour l'humanité.

De quelle pauvreté s'agit-il ? De quoi faut-il se débarasser ?

On a tendance à penser que c'est d'abord une pauvreté, une sobriété matérielle. Je n'en suis pas si sûre.

Il me semble que Jésus lui-même nous donne la réponse et des éclaircissements à ce sujet: "Quiconque aura quitté père, mère, frère, soeurs, etc. pour Nom aura en partage la vie éternelle".

Voilà notre vraie pauvreté, notre vrai renoncement: quitter sa famille, ses amis, ses relations, non pas dans un gete de mépris, bien au contraire. Jésus ne nous demande pas de ne pas ou de ne plus les aimer. Il s'agit simplement de se remplir d'abord de l'amour du Père, du Fils, pour pouvoir mieux aimer ses amis, famille, relations. Si nous voulons les aimer, il nous faut d'abord aimer et être aimé de Dieu car c'est cette richesse d'amour divin qui nous permet d'aimer à notre tour.

 


Lundi 15 août 2022

Assomption de la sainte Vierge

Lc. 1, 39-56

 

Le choix de l'Eglise de l'évangile e la Visitation pour la fête de l'Assomption peut paraître étrange.

En effet, il s'agit de célébrer solennellement l'arrivée de Marie au ciel, et nous méditons sur les débuts de sa vie, en particulier sur sa rencontre avec Elisabeth. Quel est le point central de cet évangile ? La reconnaissance par Jean-Baptiste depuis le sein de sa mère Elisabeth de la divinité de l'enfant de Marie. 

Ainsi, tout dans la vie de Marie, aura cette coloration de divin tout en vivant une vie bien ordinaire, avec ses joies (Cana), ses souffrances (la Passion du Christ et sa mort sur la croix), sans oublier la disparition de Jésus enfant (les docteurs au temple) ou la relégation de la famille au second plan (qui est ma mère?).

C'est pourquoi Marie, par son humanité,  nous est donnée à tous comme mère ; et par son assomption ouvre le chemin de Dieu à tous. Assomption, parce que Marie porte en elle le Fils de Dieu, ce Fils de Dieu que chacun d'entre nous porte aussi en lui.

 


 

Dimanche 14 août

Incendie du coeur

Lc.12, 49-53

 

Jésus nous dit qu'il est venu apporter la division dans les familles. Comme c'est étrange et même inadmissible! Comment comprendre cette division ? Particulièrement quand Jésus dit qu'il est impatient de le voir embraser la terre.

Le feu, et aujourd'hui ce n'est un secret pour personne, brûle et détruit tout sur son passage. Que vient-til détruire . Les reltions familiales?

On a envie de dire,: bien sûr que non ! Alors quoi ?

Le feu détruit tout le mal, toute la sécheresse qui sont en nous, mais tout le monde n'est pas prêt à se laisser brûler de l'intérieur. Et c'est ce refus qui provoque la division, le refus du feu de Dieu. Jésus sait bien qu'il ne sera pa suivi par tout le monde sur ce terrain dangereux de l'incendie du coeur. car, à ce moment-là, on remet tout entre les mains de Jésus. Toute décision relève de lui, et là ce n'est pas admissible par tous et tout le temps. D'où l'explosion entre les familles, les pays, les continents, etc. Mais cet incendie est vivifiant car il régénère notre coeur.

 


 

Samedi 13 août 2022

Qui au Royaume des cieux ?

Mt. 19, 13-15

 

Aujourd'hui, Jésus ne nous demande pas de devenir comme des enfants. Il me semble que c'est un appel encore plus profonds.

Dans les sociétés d'autrefois, les enfants n'étaient pas considérés comme des personness. Et Jésus nous dit : le Royaume des cieux appartient aux enfants.

On peut donc dire que Jésus rend sa dignité à tous les enfants, comme hier il a rendu sa dignité à la femme.

La ségrégation n'existe pas dans le coeur de Jésus et il nous est demandé la même démarche. La même démarche dès maintenant : aucune ségrégation dans nos vies. Laisons à Dieu le soin de juger qui peut le rejoindre au Royaume des cieux.

 


 

Vendredi 12 aout 2022

Fidélité ou divorde

Mt. 19, 3-12

 

Aujourd'hui, la question ne se poserait plus de la même façon. Le mot divorce n'existe pratiquement plus. On est en couple et on se sépare quand ce serait le moment.

Alors, comment comprendre aujourd'hui cet appel de Jésus à la fidélité ?

J'ai envie de répondre qu'avant d'être un appel à la fidélité (ce qui n'est pas exclu), c'est d'abord un appel au respect de chacun, en particulier de la femme. Elle n'est pas un mouchoir qu'on jette.

Jésus a toujours été le grand défenseur de la dignité de la femme. Et cela se confirme encore aujourd'hui dans ce texte.

Pourtant, 20 siècles plus tard, justice n'est pas toujours rendue aux femmes, mais avec l'espérance chevillée au coeur, on va y arriver !

 


Jeudi 11 août 2022

La vigne et le sarment

Jn. 15, 1-12

 

Sainte Claire, que nous célébrons avec joie et reconnaissance aujourd'hui, écrit à Agnès de Prague : "tu portes en toi Celui que l'univers ne saurait contenir".

Aujourd'hui, l'évangéliste Jean nous dit que nous sommes greffés sur le Christ.

Situation à l'opposé que celle décrite par sainte Claire.

Et pourtant c'est le même état. Le Christ est à à la fois la vigne qui porte, celui qui porte l'univers, et en même temps son amour est tel qu'il se donne tout entier à chacun, chacune, qu'il remet sa vie entre les mains de chacun, de chacune, cette vie qui est plus grande que l'univers.

Aujourd'hui, la science nous fait entrevoir un univers inimaginable et notre foi nous dit que le Christ est plus grand que cet univers inimaginable. Les deux sont compatibles, à condition de ne pas demander à la scvience de se substituer à Dieu. Et de ne pas attendre de Dieu d'expliquer toute la science.

Nous rendons grâce à Dieu pour sainte Claire et son intuition, à l'image de la Vierge Marie, Celui qui a créé l'univers.

 


Mercredi 10 août 2022

Le grain de blé

Jn. 12, 24-26

 

C'est la saison des martyrs, la saison des moissons, la saison de la sécheresse. Un grain de blé qui tombe en terre, aujourd'hui a peu de chance de germer étant donné le manque d'eau.

Cette eau, si précieuse, donne vie à tout ce qu'elle touche. Une vie qui va croissant, mais pas n'importe quelle vie. Une vie qui donne souffle, espérance, audace, une vie qui est portée, générée par l'Esprit.

Ne nous laissons pas ravir cet Esprit . Lui seul peut conduire chaque homme vers le Seigneur. Nous n'en sommes que les relais, à l'image des relais hertziens. Ne nous trompons pas et gardons notre santé spirituelle intacte afin d'être les meilleurs relais possibles.


 

Mardi 9 août 2022

Veiller ou dormir

Mt. 25, 1-13

 

Pour la fête de Thérèse Bénédicte de la Crois (Edith Stein), l'Eglise nous propose l'évangile des vierges dites sages ou folles.

Sans nul doute, Thérèse Bénédicte, après avoir beauocup cherché, et peut-être s'être assoupie quelques instants, s'est féveillée ou a été réveillée par le Seigneur, est restée vigilante e, persévérante, amoureuse jusqu'à la fin. Mais de n'importe quel amour : Celui du Christ bien sûr mais cet amour est coloré de l'amour de la transmission, du passage de relais à d'autres. Un passage de relais qui s'est traduit par le martyre.

Qui de nous, aujourd'hui irait jusque là ? Et pourtant, oui, dans certains pays, les chrétiens sont assassinés pour leur foi. erestons donc en éveil pour témoigner jusqu'au bout et pour soutenir ceux qui vont jusqu'au martyre.

 


Lundi 8 août 2022

Accomplissement

Mt. 5, 13-19

 

Sel, lumière, iota, voilà le chemin par lequel Jésus nous fait passer.

Le sel, quelque chose qui disparaît.

La lumière, elle éclaire mais on ne peut pas la posséder ni la prendre dans sa main pour la capter.

L'iota, ce qu'il y a de plus petit.

Tout ceci pour nous inviter à être iota afin que chaque homme, chaque femme, puisse bénéficier du sel divin, de la lumière divine. C'est ainsi que nous pourrons participer à l'oeuvre de Dieu et à l'accomplissement de sa loi au bénéfice de tous puisqu'elle a été promulgué par Dieu pour tous, une loi qui ne contraint pas mais une loi qui fait grandir.

C'est ce qu'a fait saint Dominique toute sa vie et c'est encore aujourd'hui ce à quoi il nous invite.

Merci au Seigneur pour saint Dominique.

 


Dimanche 7 août 2022

 

Jésus vient

 

Lc 12, 32-48

 

Dire à un insomniaque

« T’inquiète, Jésus vient. » ne suffit peut-être pas à le guérir.

 

Vivre chaque instant comme une possibilité de rencontre

avec le Seigneur de nos vies nous met sur le qui-vive.

Avec une sorte de vigilance du cœur,

rien de moins qu’un goût d’Éternité est à notre portée.

Mais pour y arriver, il s’agit d’être tout simplement dans l’élan du don :

Œuvrer à ce qui nous est confié,

donner à nos tâches quotidiennes leur poids d’amour.

 Sainte Térésa de Calcutta disait à ses sœurs :

« Faites des petites choses avec un grand amour. »

 


 

 

Samedi 6 août 2022

Silence partagé et radieux

Lc 9, 28b-36

 

Se retrouver en silence tout en recueillement

avec des amies dans un haut lieu spirituel,

contempler un paysage, une œuvre d’art.

Dans cette situation, nous vivons une communion sans parole

où le mystère de chacun est respecté

et peut s’ouvrir à la louange de Dieu.

 

Dans l’Evangile de ce jour avec une transfiguration du Christ en plus,

la suggestion de « camping spirituel » proposée

par saint Pierre à Jésus donne à penser.

 

Puissent les éphémères instants de plénitude

vécus pendant nos vacances

engranger du silence et de l’amour de Dieu en nos vies,

stimuler notre écoute au quotidien du Verbe de vie.

 


endredi 5 août 2022

 

Connaître la mort

 

Mt 16, 24-28

 

De nombreux tableaux de peintre de la renaissance,

nous montrent de saints religieux ou religieuses,

en prière dans leur cellule avec un crâne sur leur table.

C’était paraît-il pour ne pas oublier que la mort nous attend,

qu’il s’agit de convertir nos vies à l’évangile.

De nos jours la mort des personnes est cachée ou nous voulons la précipiter.

« Le porter sa croix et se renoncer »

de la parole du jour ne cesse de nous appeler

à passer la mort pour la vie :

mourir à son égo pour un don de soi porteur de vie éternelle.

 

Trouver sa vie en Dieu, se passionner pour  la vie en Christ

pour ressusciter au quotidien et dans l’Eternité.

Contempler la croix du Christ pour vivre toujours,

N’est-ce pas plus porteur qu’un crâne sur son bureau ?

 


Jeudi 4 août 2022

 

Heureuse révélation

 

Mt 16, 13-23

 

Jésus compte sur ses plus proches

pour être confirmé dans son identité.

 

Est-ce que ma prière loue le Seigneur pour ce qu’il est ?

Oserais-je dire au Christ ce que je pense, aime de Lui ?

L’évangile nous aide à discerner

la justesse de nos paroles adressées au Christ :

  • laisser parler en nous l’Esprit de Dieu
  • devenir réceptacle des révélations du Père
  • rejeter les pensées de Satan, le diviseur qui trouble et remplit de peurs.

 


Mercredi 3 août 2022

 

Cris d’appel

 

Mt 15, 21-28

 

Les cris d’appel au secours d’une mère éplorée par la maladie de sa fille :

Cela se passe dans les hôpitaux, les caves d’Ukraine ou les camps du Tigré.

 

Qu’y pouvons-nous ?

Garder au cœur une compassion

qui voudrait se concrétiser par des aides ?

 

L’évangile de ce jour commence par une indifférence active (Renvoie-là),

se poursuit par une charité ciblée (Ma mission s’arrête à la frontière d’Israël) .

Il se conclut par l’écoute de la mère éplorée

et l’admiration pour sa confiance !

 

Aujourd’hui, quelle écoute fera grandir ma foi

en la compassion de Dieu ?

 


Mardi 2 août 2022

 

Cri de peur ou foi reconnaissante ?

 

Mt 14, 22-36

 

Que la barque Eglise coule dans ses dysfonctionnements structurels,

mis au jour par le rapport de la CIASE ,

nous pouvons le craindre.

Mais avec un peu de foi, nous pouvons discerner les réparations en cours

par la belle démarche synodale mise en œuvre.

Que la planète terre devienne de moins en moins habitable,

les canicules, les famines et les inondations

nous le font constater.

Avec un peu de prise de conscience de la merveille d’être vivants,

un chemin de conversion à l’écologie intégrale peut s’ouvrir.

 

Comment travailler nos peurs,

nous reconnaître déjà sauvés par le Christ, le Fils du Dieu vivant ?

Ne nous rend-il pas  aptes à marcher sur la mer de nos angoisses 

pour prendre soin de la terre des vivants ?

 


Lundi 1er août 2022

 

Disciples distributeurs de la grâce

 

Mt 14, 13-21

 

« Il n’y a qu’à les renvoyer et il faut qu’ils aillent ailleurs. »

Voilà les rumeurs teintées d’indifférence

qui trouvent la solution la plus inhumaine pour résoudre

le problème des réfugiés économiques, politiques ou climatiques

aux portes de notre Europe.

 

Compatir et devenir des disciples distributeurs du don de Dieu :

tels sont les maîtres mots de l’évangile de ce jour.

Observer une foule fatiguée et affamée,

ouvrir son coeur à une compassion active.

Jésus nous appelle-t-il aujourd’hui à donner nous-mêmes

à manger à tous les affamés de la terre ?

Et pourquoi pas ?

Se laisser entraîner par le don de Dieu à l’humanité,

celle qu’il a créée pour aimer et pour l’aimer.

Juste donner ce qui est à notre mesure là où nous sommes.

Et si tout le monde s’y mettait … ?

 


Dimanche 31 juillet 2022

 

Economie de profit ou de partage ?

 

Lc 12, 13-21

 

Selon le message évangélique, il n’y a pas de plus grand amour

que de donner sa vie pour ses amis.

Alors être riche en vue de Dieu

ce pourrait être entrer dans une économie circulaire et solidaire

grâce à une sobriété qui conduit à aimer toujours plus.

 

Accumuler pour soi dans des situations extrêmes,

signifie parfois tout simplement survivre.

Mais dans nos sociétés d’abondance,

se laisser happer par la spirale consumériste de la croissance

ne conduit pas au bonheur.

La parabole du riche insensé nous le donne à penser.

Puisse une sobriété choisie nous donner la grâce de voyager léger

sur le chemin de l’évangile, de l’amour de Dieu, de soi-même et d’autrui.

 

Les greniers remplis de blé du riche de la parabole

nous évoquent aujourd’hui les stocks de blé ukrainiens et russes

et la famine en Afrique.

Prions pour une juste négociation

entre pays producteurs et importateurs

afin que toute personne puisse se nourrir sur notre terre !

 


Samedi 30 juillet 2022

Mauvaise conscience ou conscience éclairée ?

 

Mt 14, 1-12

 

A qui se fier ? Sur quel conseils et paroles fonder ses choix, sa vie ?

« Dieu très haut et glorieux, viens éclairer les ténèbres de mon coeur,

donne-moi une foi droite, une espérance solide, une charité parfaite » priait saint François.

 

Dans la conscience d’Hérode tout est embrouillé :

L’ordre de décapiter Jean le Baptiste donné sous l’influence d’Hérodiade,

à cause d’une « parole en l’air » qu’il n’a pas voulu révoquer,

lui donne mauvaise conscience.

Les paroles de Jésus étaient-elles susceptibles de l’éclairer,

de le conduire sur le chemin du droit, de la justice et de la paix intérieure ?

Vraisemblablement, éclairer sa conscience, accueillir la miséricorde divine

et avancer d’un coeur léger sur le chemin de l’évangile

voilà peut être ce qui s’ouvrait devant l’inquiétude d’Hérode.

 


Vendredi 29 juillet

 

Ne jamais mourir

 

Jn 11, 19-27

 

Jacques Brel chantait « Mourir, la belle affaire mais vieillir, ô vieillir… !»

Le transhumanisme rêve de nous offrir l’immortalité de notre corps ou notre cerveau…

La parole d’évangile laisse entendre cette inouïe promesse du Christ :

«  Moi, je suis la résurrection et la vie.

Celui qui croit en moi, même s’il meurt, vivra ;

quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais. »

 

Bénie soit sainte Marthe, fêtée en ce jour,

qui nous valut cette transmission de la foi en la résurrection de la chair

comme nous le proclamons dans le credo.

Cette traversée de la mort ouvre à la vie en Dieu.

Pour saint François d’Assise, soeur notre mort corporelle,

à qui nul vivant ne peut échapper,

était la porte de la vie.

 


Jeudi 28 juillet 2022

Pêche vertueuse

Mt 13, 47-53

 

Pour préserver les ressources en nourriture,

il est nécessaire de pêcher seulement un certain quota de gros poissons,

et rejeter les petits pour qu’ils grandissent et garantissent la survie de l’espèce.

 

Choisir une sobriété de vie,

discerner ce qui nous nourrit spirituellement et humainement,

serait-ce l’appel à vivre selon le Règne de Dieu ?

Alors scrutons la parole comme les scribes

et du trésor de nos vies, nous pêcherons du neuf et de l’ancien.

Cette manière de faire gardera un fil rouge

qui donne sens à notre mission sur terre,

à ce que le seigneur attend de nous,

à la réponse personnelle que nous lui donnerons.

Joie de vivre en Dieu et pour Dieu.

 


 

Mercredi 27 juillet 2022

Gagner un invisible gros lot

Mt 13, 44-46

 

Il n’y a pas de soldes au paradis de Dieu.

C’est le sens de toute une vie qui peut se trouver

dans un trésor caché, non indiqué, tout intérieur.

Ce trésor caché dans le champ du monde et la profondeur du cœur humain

se découvre dans une relation au Christ à la fois absent visuellement,

lointain et proche .

Il se reçoit dans le cœur à cœur de la prière.

Si nous nous investissons dans cette vie de foi,

le monde de la consommation est bien relativisé,

la relation avec Dieu, soi-même les autres et toute la création

devient plus précieuse qu’une perle de grand prix !

 

Puissions-nous en ce jour gérer les biens qui ont valeur d’éternité.

 


 

Mardi 26 juillet 2022

Resplendir ou brûler ?

 

Mt 13, 36-43

 

Dans le royaume des cieux,

les justes resplendissent comme le soleil

et ceux qui font le mal brûlent dans la fournaise.

Nous voilà tous et toutes prévenus !

Quelle ligne de partage nous montre l’Évangile

entre les uns et les autres ?

Aurions-nous la possibilité de rayonner la lumière divine

comme Jésus-Christ, le soleil de justice,

dès lors que nous nous comportons comme des justes ?

Aurions-nous tout autant la possibilité de nous laisser aller à faire le mal ?

Dans ce cas, ce mal nous consumerait, nous brûlerait de l’intérieur !

Considérant ainsi ce qui pourrait nous arriver,

prions le seigneur de nous guider sur le chemin des justes !

 


 

Lundi 25 juillet 2022

Anti-compétition

 

Mt 20, 20-28

 

Dans une vie professionnelle, le but est souvent d’être promu,

De monter els échelons de la responsabilité.

Dans une communauté chrétienne, il s’agirait

de rechercher l’avant-dernière place,

la dernière étant déjà prise

« par le Fils de l’homme venu pour servir et donner sa vie . »

De même, les métiers essentiels sont aussi ceux qui

ous soignent, nourrissent, aident à trouver un emploi, une place dans la société.

 

L’Evangile de ce jour nous invite à déployer

notre aptitude à servir comme la seule ambition possible.

Quand servir le frère ou la sœur en humanité

devient servir le Christ pauvre et crucifié,

alors la joie naît en nous.

 


 

 

   

 

17e Dimanche C – 24 juillet 2022

La prière: tout un art!

Gen. 18,20-32/Col. 2,12-14 ; Lc. 11, 1-13

 

 

Nous nous interrogeons aujourd’hui sur la prière.

Abraham nous donne déjà un exemple d’intercession

pour la villes de Sodome.

Jésus apprend  à ses disciples à dire à Dieu : Père...

et il insiste : «  Demandez, on vous donnera ; cherchez,

vous trouverez ; frappez, on vous ouvrira. En effet,

quiconque demande reçoit ; qui cherche trouve ;

à qui frappe on ouvrira.

Si vous, qui êtes mauvais, vous savez donner de bonnes

choses à vos enfants, combien plus le Père du ciel donnera-t-il

l’Esprit Saint à ceux qui le lui demandent. »

 

Tout est là : Initiative, et confiance en la bonté de Dieu,

persérance éclairée, car le Don de Dieu par excellence,

son Esprit Saint, n’est pas forcément que ce que nous

attendions ou demandions. Mais c’est toujours de beaucoup

le meilleur. A nous  de savoir le reconnaître et nous en réjouir !

 


 

Samedi 23 juillet 2022

Sainte Brigitte

Ga. 2, 19-20/Jn. 15,1-8

 

Suédoise du XIVe siècle, femme mariée, mère de huit

enfants, puis fondatrice d’ordres religieux féminin et

masculin, on peut se demander :

Quelles sont les racines spirituelles de cette

patronne de l’Europe ?

La liturgie de ce jour nous apporte quelques réponses :

« Je vis, mais ce n’est plus moi, c’est le Christ qui vit en

moi. Ce que je vis aujourd’hui dans la chair, je le vis dans

la foi au Fils de Dieu qui m’a aimé et s’est livré lui-même

pur moi. »

« Je suis la vigne – dit Jésus – et vous les sarments. Celui

qui demeure en moi et en qui je demeure, porte beaucoup

 de fruit.

Si vous demeurez en moi et que mes paroles demeurent

en vous, demandez tout ce que vous voulez, et cela se réalisera

pour vous. Ce qui fait la gloire de mon Père, c’est que vous portiez

beaucoup de fruit et que vous soyez pour moi des disciples.

 

Bel exemple d’une femme de foi et de courage !

 


 

Vendredi 22 juillet 2022

Sainte Marie Madeleinze

2 Co. 5,14-17/Jean 20,1.11-18

 

 

« Marie Madeleine se tenait près du tombeau de Jésus,

toute en pleurs... Femme, pour quoi pleures-tu ?

On a enlevé mon Seigneur !

Marie !  Rabbouni ! 

Va trouver mes frères pour leur dire que je monte vers

mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu ! »

 

Expérience capitale de Marie Madeleine au matin de Pâques !

Rencontrant le Ressuscité.

 

Et Paul témoigne : « Désormais, nous ne regardons plus personne

d’une manière simplement humaine : si nous avons connu le

Christ de cette manière, maintenant nous ne le connaissons plus ainsi.

Si quelqu’un est dans le Christ, il est une créature nouvelle.

Le monde ancien s’en est allé, un monde nouveau est déjà né. »

 

Expérience de foi toujours neuve !

 


Jeudi 21 juillet 2022

Fidèles ou infidèles ?

Jérémie 2,1-13/Mat.13,10-17

 

 

« Paroles du Seigneur en Jérémie : Je me souviens

de la tendresse de tes jeunes années, lorsque tu me

suivais au désert... Je vous ai fait entrer dans une terre

plantureuse pour vous nourrir de tous ses fruits...

Mais vous avez profané ma terre. Oui, mon peuple

a commis un double méfait : Ils m’ont abandonné, moi

la source d’eau vive, et ils se sont creusé des citernes

fissurées qui ne retiennent pas l’eau ! »

 

Jésus connaît aussi cette épreuve :

« Si je leur parle en paraboles, c’est parce qu’ils regardent

sans regarder, et qu’ils écoutent sans écouter ni comprendre.

Mais vous, heureux vos yeux puisqu’ils voient, et vos oreilles

puisqu’elles entendent !

Beaucoup de prophètes et de justes ont désiré voir ce que

vous voyez, et ne l’ont pas vu, entendre ce que vous entendez,

et ne l’ont pas entendu ! »

 

Connaissons-nous notre chance de fréquenter Jésus ?

Le risque de nous en éloigner ?

 


Mercredi 20 juillet 2022

Messagers de Dieu

Jérémie 1,1-10/Mat.13,1-9

 

 

Mystérieuse vocation du prophète Jérémie :

« Avant même de te façonner dans le sein de ta mère,

je te connaissais ; avant que tu viennes au jour, je t’ai

consacré ; je fais de toi un prophète pour les nations...

Tu iras vers tous ceux à qui je t’enverrai... Je suis avec toi.

Je mets dans ta bouche mes paroles. »

 

« Jésus était sorti de la maison et il était assis au bord

de la mer. Auprès de lui se rassemblèrent des foules

si grandes qu’il monta dans une barque où il s’assit ;

toute la foule se tenait sur le rivage. Il leur dit beaucoup

de choses en paraboles : 

Voici que le semeur  sortit pour semer... Celui qui a des oreilles,

qu’il entende ! »

 

Nous qui connaissons depuis longtemps ces paraboles,

savons-nous encore nous émerveiller du Semeur ?

Ce Dieu-avec- nous qui nous parle de la vie,

de la Vie en Dieu ?

 


Mardi 19 juillet 2022

A l'écoute de Dieu

Michée 7, 14-20/Mat.12,46-50

 

 

Le prophète Michée nous parle de Dieu :

« Qui est Dieu comme toi, pour enlever le crime,

pour passer sur la révolte comme tu le fais à l’égard

du reste, ton héritage : un Dieu qui se plaît à manifester

sa faveur ?

De nouveau tu nous montreras ta miséricorde. »

 

Jésus, qui parle aux foules de la part de Dieu, ne veut pas

être récupéré par sa famille, mais il élargit sa vision :

« Étendant la main vers ses disciples, il dit : voici ma mère

et mes frères. Car celui qui fait la volonté de mon Père

qui est aux cieux, celui-là est pour moi un frère, une sœur,

une mère. »

 

Nous sommes invités à rester libres pour traduire à tous

le message de Dieu, aujourd’hui comme hier.

 


Lundi 18 juillet 2022

Quiprocos

Michée 6,1-8/Mat.12 ,38-42

 

 

« Le Seigneur est en procès avec son peuple : Mon peuple,

que t’ai-je fait ? En quoi t’ai-je fatigué ?

Et le peuple interroge : comment dois-je me présenter

devant le Seigneur ? Donnerai-je mon fils aîné pour prix

de ma révolte ?

La réponse du prophète Michée est simple :

Ce que le Seigneur réclame de toi : rien d’autre que

respecter le droit,  aimer la fidélité, et t’appliquer à marcher

avec ton Dieu. » 

 

Dans l’évangile :

« Maître, nous voulons voir un signe venant de toi ! »

Jésus répond : Cette génération mauvaise et adultère réclame

un signe, mais il ne lui sera donné que le signe de Jonas...

resté dans le ventre du monstre marin trois jours et trois nuits.

Ainsi en sera-t-il du fils de l’homme.

 

Proclamation de Jonas, Sagesse de Salomon...

« Et il y a ici bien plus que Jonas, bien plus que Salomon ! »

 


16e Dimanche C-17 juillet 2022

Hospitalité

Genèse 18,1-10/Col.1, 24-28/Luc 10, 38-42

 

 

L’hospitalité empressée d’Abraham au chêne de Mambré

est proverbiale : trois hommes... un voyageur... et une mystérieuse

annonce : «  Je reviendrai chez toi au temps fixé pour la naissance,

et à ce moment-là, Sara, ta femme, aura un fils ! » Et cela fut.

 

Jésus est reçu dans un village, chez deux sœurs, dont l’une, Marie,

qui s’étant assise aux pieds du Seigneur, écoutait sa Parole.

Reproches de Marthe, accaparée par le service, et réponse de Jésus :

« Tu te donnes du souci et tu t’agites pour bien des choses. Une

seule est nécessaire. Marie a choisi la meilleure part, elle ne lui

sera pas enlevée ! »

 

Paul nous livre la clef de cette énigme : « Dieu a bien voulu faire

connaître en quoi consiste la gloire sans prix de ce mystère parmi

toutes les nations : le Christ est parmi vous, lui, l’espérance de la

gloire ! »

 

Dans nos accueils, savons-nous aussi ouvrir la porte au mystère ?

 


Samedi 16 juillet 2022

Prophète à l'épreuve

Michée 2,1-3/Mat.12,14-21

 

 

Il est parfois décourageant de relire l’histoire, et de

constater que le mal sévit chez les hommes, époque

après époque.

Avec le prophète Michée, écoutons Dieu proclamer :

« Malheur à ceux qui préparent leur mauvais coup

du fond de leur lit, élabotrny lr mal ! Au point du jour,

ils l’exécutent. Ils convoitent des champs, ils s’en emparent .

Mais un malheur se prépare, où ils enfonceront jusqu’au cou.

Plus personne ne t’assurera une part dans l’assemblée du

Seigneur ! »

Au temps de Jésus, « les pharisiens se réunirent en conseil

contre Jésus pour voir comment le faire périr. L’ayant

appris, il se retira de là ; beaucoup de gens le suivirent,

et il les guérit tous. Mais il leur défendit vivement de parler

de lui... »

Belle et difficile mission du prophète : «Voici mon bien-aimé

en qui je trouve mon bonheur. Je ferai reposer sur lui mon Esprit.

Il n’éteindra pas la mèche qui faiblit, jusqu’à ce qu’il ait fait

triompher le jugement. La nations mettront en son nom leur 

espérance. »

 


Vendredi 15 juillet 2022

Fête de saint Bonaventure

Sagesse 7, 22-28/Mat.5,13-19

 

 

Jésus nous dit, à nous ses disciples d’hier et

d’aujourd’hui :

« Vous êtes le sel de la terre,

vous êtes la lumière du monde... »

Mais comment cela peut-il se faire ? sinon par cette

Sagesse donnée par Dieu :

« La Sagesse, en effet, pénètre et traverse toute chose

à cause de sa pureté. Car elle est la respiration de la

puissance de Dieu, le rayonnement limpide de sa gloire.

Elle est le reflet de lumière éternelle, le miroir sans tache

de l’activité de Dieu, l’image de sa bonté.

De génération en génération, elle se transmet à des âmes

saintes, pour en faire des prophètes et des amis de Dieu. »

 

Bonaventure, disciple de St François au XIIIe siècle,

fut l’un d’entre eux, et rayonne jusqu’à nous.

 


Jeudi 14 juillet 2022

Dieu de paix et de vie

Isaïe 26,7-19/Mat.11, 28-30

 

 

Le prophète Isaïe a sondé l’âme humaine et la justice

de Dieu : 

« Toi qui es droit, tu aplanis le chemin du juste.

Mon âme, la nuit, te désire, et mon esprit, au fond de moi,

te guette dès l’aurore... Seigneur, tu nous assures la paix :

dans la détresse, on a recours à toi... Nous n’avons enfanté

que du vent, nous n’apportons pas le salut à la terre...

Mais tes morts revivront. Ta rosée, Seigneur, est rosée

de lumière, et le pays des ombres redonnera la vie. »

 

Espérance qui ne trompera pas ! Jésus nous redit toujours :

« Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau,

et moi, je vous procurerai le repos... Devenez mes disciples :

mon joug est facile à porter, et mon fardeau léger. »

 

Quand oserons-nous lui faire confiance ?

 


Mercredi 13 juillet 2022

Maîtres du monde ?

Isaïe 10,5-7.13-16/Mat.11,25-27

 

 

Catastrophes successives : Assur a été envoyé par Dieu

contre son peuple devenu impie, infidèle à l’Alliance :

pillages, piétinement... Mais Assur est plein d’orgueil :

ce qu’il veut, c’est détruire, exterminer quantité de nations.

« J’ai déplacé les frontières des peuples, j’ai pillé leur

réserves ; fort entre les forts, j’ai mis la main sur les richesses

des peuples, j’ai ramassé toute la terre... 

Mais le Seigneur Dieu de l’univers fera dépérir les soldats

bien nourris du roi d’Assour, et au lieu de sa gloire,

s’allumera le brasier d’un incendIe. »

 

Terrible actualité d’envahisseurs sans scrupules. Un jour

viendra la justice... le renversement des valeurs :

 

« Père, ce que tu as caché aux sages et aux savants,

tu l’as révélé aux tout-petits » – dit Jésus

 


 

Mardi 12 juillet 2022

Croire et changer

Isaïe 7,1-9/Mat 11,20-24

 

 

Le Seigneur envoie son prophète Isaïe près

du roi Achaz assiégé à Jérusalem :

« Garde ton calme, ne crains pas, ne va pas perdre

cœur devant ces deux bouts de tisons fumants...

Mais si vous ne croyez pas, vous ne pourrez pas tenir ! »

 

Au temps de Jésus, des villes entendaient ses paroles,

voyaient ses miracles, mais ne se convertissaient pas !

Ce qui entraina ces durs reproches ;

« Malheureuse es-tu, Corazin ! Malheureuse es-tu, Bethsaïde !

Au jour du jugement, Tyr et Sidon seront traitées moins

sévèrement que vous... »

 

Savons-nous reconnaître le moment où Dieu nous visite

et nous appelle à changer de vie ? Ce serait notre chance !

 


 

Lundi 11 juillet 2022

Fête de saint Benoît

Proverbes 2,1-9/Mat.19,27-29

 

 

Jésus disait à ses disciples : « Qui aura quitté

à cause de mon nom des maisons, des frères,

des sœurs, un père, une mère, des enfants ou

une terre, recevra le centuple, et il aura en héritage

la vie éternelle. »

Benoit, père des moines d’Occident au VI° siècle, 

a pris à la lettre ces paroles de Jésus. Il a écouté

aussi l’auteur des Proverbes : « Si tu creuses comme

un chercheur de trésor, tu découvriras la connaissance

de Dieu. Car c’est le Seigneur qui donne la sagesse...

Alors tu comprendras la justice, le jugement, la droiture,

seuls sentiers qui mènent au bonheur. »

Devenu patron de l’Europe, puissent ces qualités

inspirer tous les européens !

 


 

Dimanche 10 juillet 2022

Exclure l'étrangeté ?

Luc 10, 25-37

 

On a souvent tendance à marquer une réserve, voire une méfiance vis à vis de l'étranger, celui, celle qui n'est pas des nôtres, que ce soit dans sa nationalité ou sa façon d'être, dans sa couleur de peau ou de pensée. Sa culture ou son monde intérieur se dérobent à nous. Son étrangeté nous déstabilise.
Alors, nous préférons nous sécuriser en apposant une étiquette : "ennemi potentiel", "menace pour notre civilisation, pour notre groupe".
Mais là, dans l'Evangile, devant un drame, un enjeu capital, chacun, chacune se révèle dans sa vérité.
Les gens bien établis, "bien de chez nous" et reconnus, estimés font semblant de ne pas voir et se soustraient à leur propre dignité humaine en abandonnant l'homme blessé.

Et c'est l'étranger qui lui porte secours en offrant son temps, son argent, ses trésors d'humanité.
Alors : bienvenue à celui, celle qui semble débarquer d'un autre pays, d'une autre planète ! Et si sa venue nous apportait un surcroît d'humanité ?!...

 


 

Samedi 9 juillet 2022

Quel challenge !

Mt 10, 24-33

 

Dans la même ligne que l'Evangile lu hier, le Christ nous entraîne encore plus loin, plus profond dans le cœur à cœur avec lui.

C'est la seule issue pour sortir des impasses !

Nous sommes démunis face à l'hostilité et l'agressivité. Mais ne nous laissons pas voler notre espérance, comme le dit le pape François.

Ne nous laissons pas piéger en tombant nous-même, dans cette agressivité, que ce soit contre autrui ou contre nous-même.

Réfugions-nous dans le Christ, notre Principe de vie, lui seul peut nous garder dans la dignité et l'intégrité humaine, dans la vraie liberté.

Abreuvons-nous, sans cesse, à la Source, à l'exemple des martyrs chinois dont nous faisons mémoire.

 


 

Vendredi 8 juillet 2022

Cap sur l'Esprit !

Mt 10, 16-23

 

Face à une attitude hostile, des propos agressifs, voire calomnieux, on se sent démuni, surtout lorsque cela vient de la part de personnes proches, avec qui on pensait partager l'essentiel.

Comment réagir ?!

Jésus nous dit :" Soyez prudents comme des serpents, et candides comme des colombes."

Cet équilibre semble tellement difficile à atteindre, et surtout à maintenir dans la durée !

Le Christ nous rassure en nous promettant le soutien inconditionnel de l'Esprit de notre Père.
Notre seul recours est donc de nous attacher sans relâche à lui.

"C'est l'Esprit de votre Père qui parlera en vous."

 


 

Jeudi 7 juillet 2022

Quel moral !

Mt 10, 7-15

 

On entend souvent des "experts" mesurer le moral des ménages à l'ausne de leur propention à consommer !

Le bonheur serait d'être un consommateur désireux de dépenser toujours plus son argent et d'acquérir toujours plus de biens !

Le discours de Jésus est aux antipodes de cet "idéal" !... On est totalement dans le registre de la gratuité, de la sobriété, de l'hospitalité mutuelle.
Et le Christ nous dit qu'au cœur de tout cela réside la paix.

Et que seuls ceux et celles qui entrent dans cette dynamique peuvent accueillir et témoigner de cette paix.

Ah, si nous pouvions découvrir et désirer ce bonheur-là !...

 


 

Mercredi 6 juillet 2022

La Foi de Dieu

Mt 10, 1-7

 

Encore une fois, nous voyons que Jésus n'est pas un de ces chefs qui s'accaparent le pouvoir !

Son bonheur, c'est que chacun, chacune de nous déploie toutes ses potentialités au service du Royaume de l'Amour.

Dieu croit en nous. Il nous sait capables d'expulser les esprits impurs hors de nous-même, hors de nos communautés de vie.
Il nous donne les talents médicaux et humains pour soigner, accompagner, écouter, soulager les malades, les personnes handicapées, toutes les personnes en souffrance, et vivre avec elles une véritable inclusion.

Oui, Dieu croit en nous, et nous-même, osons-nous croire en nous ?!...

 


 

Mardi 5 juillet 2022

Quelle parole ?!

Mt 9, 32-38

 

L'homme est sourd-muet à cause d'un démon ! En chassant celui-ci, Jésus lui donne la parole.

Quelle bénédiction que cette parole !

Les foules le perçoivent bien et se joignent à cette joie en exprimant leur admiration !

Par contre, les pharisiens manifestent que la parole peut devenir toute autre, être pervertie ! Il n'y a qu'à entendre les mots qu'ils prononcent : "démons", "expulse", et encore : "démons" ! Ils n'ont que ça à la bouche !

Jésus, lui, ne dit rien ! Ce sont ses actes qui parlent ! Et s'il parle, on ne nous rapporte pas le contenu de ses paroles.

Et seulement à la fin, après avoir agi longuement, on l'entend parler. Et ce sont des mots de vie : "moisson", abondante", ouvriers"...

 


 

Lundi 4 juillet 2022

Dans l'axe

Mt 9, 18-26

 

Quoiqu'il arrive, Jésus reste dans son axe. De là vient sa puissance.
Alors qu'il est en pleine conversation, il s'interrompt à la demande d'un homme en détresse. Car son axe, c'est une orientation fondamentale pour la vie.
Entendant que la fille de cet homme est morte, il se "lève", comme il se "lèvera" au matin de Pâques. La puissance de vie qui est en lui, se déploie et l'entraîne jusqu'à cette fille à qui il va la transmettre. Et elle aussi, se "lèvera".

Cette force qui le pousse va, au passage, se transmettre également à une femme qui se vide du sang de la vie.

Sa puissance de vie déborde tout autour de lui et nous entraîne dans son sillage.

Nous aussi, si nous restons dans notre axe, nous pouvons libérer  cette même puissance de vie en nous et autour de nous.

 


 

Dimanche 3 juillet 2022

Hôte autre

Luc 10, 1-2;17-20

 

Une belle manière d'apporter la paix à quelqu'un, ou plutôt, de partager avec lui la paix, c'est d'avoir besoin de lui.

Stimuler les trésors de générosité et d'altruisme qui sont en lui, rien de mieux pour l'éveiller à la paix qui demeure au plus profond de lui-même.

Demander l'hospitalité à quelqu'un, c'est accueillir avec gratitude tout ce qu'il veut nous offrir. Savoir apprécier ses coutumes, sa cuisine, l'intérieur de sa maison...
... et y discerner avec émerveillement, la présence de Dieu qui précède de loin le missionnaire.

C'est aussi respecter sa liberté et savoir se retirer sur la pointe des pieds si cette personne n'est pas encore prête à ce chemin de paix.

 


 

Samedi 2 juillet 2022

Le sens du sacré

Mt 9, 14-17

 

Paul nous l'a bien dit : quoique nous fassions, faisons-le pour le Seigneur !

L'important n'est pas de jeûner ou de manger, mais d'être avec le Christ.
Ce qui souligne d'une part la nécessité d'un équilibre dans nos pratiques religieuses comme dans toute notre existence.

Et d'autre part, l'exigence de sans cesse réinterroger nos pratiques religieuses. Elles peuvent être utiles à un moment et ne plus l'être ensuite, suivant les circonstances. On a vite fait de sacraliser des façons de prier, de pratiquer notre religion. On est parfois prêt à se battre pour ça.

Mais Dieu seul est Saint,

et seule la Vie est sacrée.

 


Vendredi 1er juillet 2022

Quelle collection !

Mt 9, 9-13

 

Moi aussi, je suis peut-être assise à mon bureau de collecteur d'impôts !

Et Jésus passe, me voit et m'appelle :"Suis-moi !".

Vais-je, moi aussi, me lever et le suivre comme Matthieu ?!...

Chacun, chacune de nous peut s'interroger sur ce qui peut ressembler parfois, dans sa vie, à "un bureau de collecteur d'impôts".
Et quand Jésus passe dans notre vie et nous voit assis là, on dirait qu'il y reconnait comme une attente plus profonde en nous.
Il saisit ce besoin et nous appelle à nous bouger, à sortir de ce "bureau"...
... à le suivre.

Oserons-nous lâcher ce bureau ? Lâcher cette position statique et cette attitude qui collecte, qui accapare, qui entasse ?

Matthieu l'a fait spontanément sans un seul regard pour ce qu'il abandonnait...

Son regard ne voyait plus que Jésus, sa puissance de vie attractive.

 


 

Jeudi 30 juin 2022

Puissance de la fraternité

Mt 9, 1-8

 

Quelle belle fraternité autour de l'homme paralysé !

Une fraternité unie, centrée sur le plus fragile.

Cette personne handicapée a fédéré autour d'elle une communion de frères.

Une communion active et solidaire, dans l'effort et dans l'espérance.

Une communion d'attention à l'autre, de soutien mutuel.

Sans l'aide de ses amis, cet homme paralysé n'aurait pu aller jusqu'au Christ.
Mais, sans lui, ses amis dévoués n'auraient peut-être pas pu, non plus, avoir accès au Christ, et attirer son attention.

Oui, nous avons besoin les uns des autres. Nous marchons ensemble sur le chemin de la vie. Nous suivons ensemble le Christ qui fait de nous des frères et sœurs.

Vivons la mondialisation de la fraternité !

 


 

Mercredi 29 juin 2022

Sondage

Mt 16, 13-19

 

Avant de confier à Pierre une mission, une responsabilité, Jésus ne demande pas son CV. Il ne lui fait pas non plus passer un examen, et encore moins un concours sélectif pour choisir le plus performant !

Il demande : "Pour toi, qui suis-je ?"

Il n'attend pas une réponse apprise par cœur ou du copié-collé, et encore moins une réponse du politiquement correct !

Il attend une réponse personnelle qui engage.
C'est l'unique garantie que Pierre sera un vrai envoyé du Christ, au service de ses frères et sœurs.

Et, d'ailleurs, cette réponse devra être renouvelée, affermie dans les épreuves. Sans quoi, le risque serait grand de ne plus servir Dieu, mais son propre ego !

Et quand le Christ entend cette réponse de Pierre, de chacun, chacune de nous, alors, il livre tout ! Il se livre !

 


 

Mardi 28 juin 2022

Dieu dort ?!...

Mt 8, 23-27

 

Notre monde, notre Eglise... nos propres vies sont parfois bien agités par des tempêtes de toutes sortes !

Et Dieu dort !

Il semble attendre que nous commencions par nous réveiller nous-mêmes.

Prenons l'exemple sur les disciples. Ils ne restent pas là à se croiser les bras en regardant le désastre ! Ils ne s'enfoncent pas non plus dans le fatalisme ou le désespoir !

Ils s'approchent du Christ, ils se font proches de lui... et l'appellent, le réveillent.

Ils ont conscience de leur impuissance, mais ils se bougent et font ce qui est en leur pouvoir, aussi dérisoire que cela semble. Et, en même temps, ils s'en remettent à Dieu.

... C'est alors que l'impossible surgit, devient possible :

"Il se fit un grand calme."

 


 

Lundi 27 juin 2022

Partout !

Mt 8, 18-22

 

Que signifie suivre Jésus ?!

Cet homme qui s'approche de Jésus et s'exclame :"Maître, je te suivrai partout où tu iras." manifeste un bel élan du cœur !

Mais il doit en connaître les implications :

- "partir vers l'autre rive" : se laisser déplacer vis à vis de ses habitudes, de ses certitudes, de ses sécurités, de ses frontières.

- "pas d'endroit où reposer sa tête." : être en chemin, pélerin-étranger en ce monde...

- "Laisse les morts enterrer les morts" : quitter ce qui embourbe dans la non-vie. Suivre le Vivant !

Voilà une belle et exigente aventure !

 


 

Dimanche 26 juin 2022

Regard d'avenir

Lc. 9, 51-62

 

Jésus marche vers Jérusalem et envoie des messagers devant lui pour préparer les rencontres et les invitations.

Aujourd'hui, on pourrait parler de meetings, de conférences, d'appels à écouter un langage nouveau.

Mais les gens ne sont pas encore prêts à envisager ce nouveau. Jésus est toujours en avance dans ses appels, en contradiction avec ce qui se vit. Tousd sont appelés, mais tous se récusent. Alors Jésus a une parole forte, presque violente : qui fait un pas en avant et deux pas en arrière n'aura pas de place auprès de moi. Ce qui équivaut à dire : La vie est une marche en avant. Si vous reculez ou vous asseyez par terre, c'est la mort qui vous guette.

Même si c'est dérangeant, inquiétant car l'inconnu fait toujours peur, ne nous laissons pas tenter par l'immobilisme et regardons résolument vers la vie, la vie des autres, la vie de l'Eglise, la Vie tout court.

 


Samedi 25 juin  2022

L'humilité de l'amour

Mt. 8, 5-17

 

Aujourd'hui, nous revoici avec notre ami le centurion, celui qui aime tant son serviteur qu'il n'hésite pas à venir trouver Jésus, alors qu'il ne partage pas la même foi, pour lui demander de le guérir.

Sa façon de s'adresser à Jésus est d'une huimilité exceptionnelle : il est "grand chef" dans l'armée romaine et il s'agenouille virtuellement devant Jésus pour sauver son serviteur. C'est ce que nous pouvons appeler l'humilité de l'amour.

Cette humilité de l'amour se transforme en humilité de la foi. Mais c'est toujurs l'humilité qui prime dans la relation aux autres, la relation à Jésus, la relation au Père ("mon Père, je m'abandonne à vous", nous dit Charles de Foucauld) : Même remise de sa vie que celle de la vie du serviteur entre les mains de Jésus. Même acceptation que tout ne dépend pas de nous, mais des autres, mais d'un Autre. Pour cela, l'humilité est notre socle avec l'amour pour Dieu et l'amour de Dieu pour nous. Merci Seigneur.

 


Vendredi 24 juin 2022

Réjouissez-vous

Lc. 15, 3-7

 

Abandonner 99 brebis au profit d'une seule, cela semble fou à notre mentalité rationnelle.

Et c'est fou !

Mais dans le cas de l'amour de Dieu ce n'est pas fou. Il aime autant les 99 que la toute seule. Simplement, les 99 ne se sont pas perdues, le Seigneur a donc confiance en elle et en leur capacité de se gérer, pour un temps, tout seules.

Quant à la brebis perdue, c'est elle qui est en danger, non seulement parce qu'elle s'est éloignée du troupeau mais surtout parce qu'elle ne connaît pas les dangers de l'isolement.

Une fois qu'elle est retrouvée et ramenée au bercail, le Seigneur nous appelle à nous réjouir. C'est très important : se réjouir parce qu'une seule brebis a été retrouvée.

Le salut d'un seul a autant de valeur et d'importance que le salut de 99. Alors, oui, réjouissons-nous.

 


Jeudi 23 juin 2022

Le nom

Lc. 1, 57-66

 

Cette année le précurseur est vraiment le précurseur puisqu'il arrive avec 24 heures d'avance. Il cède sa place au Sacré Coeur. Mais cela ne nous empêche pas de le fêter dans la joie.

Ainsi, à sa naissance, il lui est donné un nom qui ne relève pas de la traditiion familiale. C'est vraiment une innovation que les amis et proches ne comprennent pas réellement.

Que peut-on dire de ce nom, si ce n'est qu'il lui a été donné par Dieu lui-même en passant par la médiation de l'ange Gabriel. Même médiation et même mode opératoire que pour Marie.

Ce nom va l'accompagner tout au long de sa vie de précuseur et il devra en répondre devant Jésus lui-même, lorsqu'il dira : je ne suis pas digne de délier ses sandales".

Son nom, c'est sa carte d'identité de précurseur, sa vocation, sa mission. Il n'est pas sûr qu'Elisabeth ait pu discerner dès la naissance le choix privilégié du Seigneur pour son enfant, même si sa naissance était miraculeuse. Avec Marie, comme Marie, elle devra suivre son fils et non pas le précéder. C'est une belle vocation aussi.

 


Mercredi 22 juin 2022

Quel fruit

Mt. 7, 15-20

 

Est-ce judicieux de se posser la question : quel fruit est-ce que je porte ?

Mais plutôt, n'est-ce pas : l'arbre que je suis est-il suffisamment bon pour porter des fruits? ou, a-t-il trop de zone de ténèbres et ne peut donc pas porter de fruit ?

Car c'est clair, c'est Jésus qui nous le dit : un arbre bon ne porte pas de mauvais fruit et, vice-versa, un mauvais arbre ne peut pas porter de bons fruits.

Deuxième question à se poser : ce bon fruit que je peux porter, si je m'en donne la peine, à qui est-il destiné ? Est-ce pour moi afin d'être bien considéré ? est-ce pour nourrir celui qui n'a pas de fruit ? ou est-ce pour être greffé à un nouvel arbre afin que ce dernier porte beaucoup de très beaux fruits nourrisants ?

Mais être greffé signifie aussi disparaître au profit de l'autre. Suis-je prêt à mourir comme l'épi de blé ?

 


Mardi 21 juin 2022

La porte basse

Mt. 7, 12-14

 

On parle souvent de la porte étroite et de l'obligation que nous avons, si nous voulons passer par elle, de nous alléger, comme les chameaux aux portes des villes.

Mais j'aime à penser que cette porte est aussi basse, qu'elle nous oblige à nous baisser, à nous rapprocher de la terre, presqu'à nous mettre à genoux, à l'imitation de Jésus lorsqu'il lave les pieds de ses disciples.

Oui, la porte basse pour nous mettre au service du frère. C'est la meilleure place qui nous est réservée, et c'est le chemin qui nous est proposé car il mène à la vie. Rendons grâce au Seigneur pour toutes des merveilles qu'il nous offre, gratuitement.

 


Lundi 20 juin 2022

De la poutre à la paille

Mt. 7, 1-5

 

Comme c'est facile de juger l'autre, les autres !

Comme c'est difficile de se juger soi-même et de voir nos propres défaillances.

La poutre que nous avons dans l'oeil ne nous aveugle pas seulement, loin de là, dans notre regard sur les autres.  ette pourtre nous empêche de voir ce qu'il faudrait travailler en nous pour nous permettre de discerner clairement la pailel qui est dans l'oeil du voisin.

Seuls, nous ne pouvons pas y arriver. Alors, prions l'Espti Saint de nous accompagner dans cette démarche de faire la vérité sur nous-mêmes.

 


 

Dimanche 19 juin 2022

Donner le pain de Dieu

Lc. 9, 11-17

 

La multiplication des pains, en ce jour de la fête du Saint sacrement , cela peut ne pas étonner puisqu'il est question de nourriture.

Pourtant, dans ce récit, il me semble qu'il faut voir plusieurs choses : d'abord que tous ont accès à cette nourriture, sans acception des personnes. Pour Jésus, tout le monde a faim et donc tout le monde a le droit de recevoir de la nourriture pour ne pas défaillir en route. Même s'il s'agit de nourriture spirituelle : on a toujours le risque de désespérer et d'abandonner la foi.

Et puis, même si c'est Jésus qui consacre cette nourriture, ce sont les apôtres et les disciples qui la distribuent. C'est un point important, car il s'agit de médiation humaine. Jésus nous a dit "sans moi vous ne pouvez rien faire", mais il nous dit aussi : "sans vos frères vous ne pouvez rien faire" et "si vous ne mettez pas la main à la pâte, vous ne pouvez être mes disciples."

A nous d'aimer au point de tout donner.

 


 

Samedi 18 juin 2022

N'ayez pas peur

Mt. 6, 24-34

 

Aujourd'hui, nous sommes invités à une totale confiance dans le Père.

Cela me permet de rejoindre Charles de Foucauld, le nouveau sains dont la prière commençait ainsi : "Mon père, je m'abandonne à toi, fais de mois ce qu'il te plaira. Quoi que tu fasses de moi, je te remercie."

Et voilà, nous nous retrouvons dans la confiance totale, la confiance absolue et c'est ce que nous propose Jésus. Car il n'y a pas d'autre chemin pour rencontrer le Père que d'être abandonné dans ses bras et de se remettre entre ses mains sans meure "avec une infinie confiance".

 

 


Vendredi 17 juin 2022

Le coeur : un trésor

Mt. 6, 19-24

 

Jésus oppose les trésors bien humains que sont la richesse, la gloire, le pouvoir, tous ces trésors qui sont éphémères et sont détruits par ls mites de toutes sortes, au trésor qui habite notre coeur, au trésor qu'est notre coeur.

Oui, notre coeur est un trésor car il reçoit le Trésor qu'est l'Amour divin.

Et ce trésor, personne ne peut nous le prendre, mais en fait nous ne le connaissons pas vraiment. Nous le connaîtrons vraiment quand nous le verrons face à face. Belle espérance pour chacun des hommes

 

 


Jeudi 16 juin 2022

Quel pardon possible ?

Mt. 6, 7-15

 

Pardonner comme le Père pardonne.

Oui, mais comment le Père pardonne-t-il et est-ce possible pour nous pauvres humains ?

Une première réponse : si Jésus nous dit de pardonneer comme le Père pardonne, c'est que c'est possible pour nous. Jésus ne nous demandera jamais ce que nous ne pouvons pas faire ou donner.

Alors, qu'est-ce que le pardon ?

Ce n'est pas faire comme si la blessure n'avait pas existé car la personne blessée, même guérie, a été blessée.

Le pardon : continuer à aimer celui qui a blessé avec la blessure qu'il nous a infligée, en acceptant d'être diminué. Mais aucune blessure ne peut diminuer l'amour du Père. Et notre amour est à l'image de celui du Père.

Cependant, il faut bien préciser que le pardon que nous donnons n'enlève pas la souffrance.

 


Mercredi 15 juin 2022

Aumône, Jeûne et Discrétion

Mt. 6, 1-6;16-18

Ne pas fanfaronner parce qu'on fait le bien ! Voilà ce que nous propose Jésus aujourd'hui.

Donner sans que la main gauche sache ce que donne la main droite : voilà la façon d'aimer son prochain, son frère. Ne pas lui faire sentir qu'il dépend de vous, mais au contraire le remercier d'être votre frère.

Il ne s'agit pas d'un juste partage des richesses ou d'un juste retour à la vérité. Non, personne n'a rien, tout appartient à tous : "tout le monde est au Christ et le Christ est à Dieu". Voilà notre itinéraire pour la journée. Bonne route !

 


 

Mardi 14 juin 2022

Aimer ses ennemis

Jn. 5, 43-48

 

Comme c'est difficile et paradoxal d'aimer ses ennemis car, si on les aime, ils ne sont plus nos ennemis!

Alors à quoi nous appelle Jésus?

Tout simplement à ne faire aucune différence, aucun racisme car nous sommes tous frères, et surtout, tous fils, enfants de Dieu, non seulement par notre baptême mais aussi et surtout par notre naissance.

Alors, rendons grâce au Seigneur de pouvoir dire à chacun : tu es mon frère bien-aimé ; je mets en toi toute ma confiance.

 


Lundi 13 juin 2022

"Ce qui est donné n'est pas perdu"

Mt 5, 38-42

 

Il est de coutume d'invoquer l'aide de Saint Antoine de Padoue pour retrouver des objets perdus.

Eh bien, l'Evangile de ce jour nous propose une autre solution pour ne rien perdre : c'est de donner !

... et même au-delà de ce qu'on veut de nous !

Donner son manteau en plus de la tunique prise !

Laisser prendre... et donner en plus... et par-donner ... Jusqu'à même son amour propre, sa dignité...

Cela dépasse la mesure !!!...

C'est ce que François d'Assise avait compris : le meilleur moyen de ne rien perdre, c'est de rien s'approprier... et de n'avoir ainsi rien à défendre !...

Saint Antoine a suivi François dans sa prédication comme dans ses œuvres.

 


 

 

Dimanche 12 juin 2022

Fêter la Trinité

Jn 16, 12-15

 

Toute notre foi chrétienne se décline en relation

avec Dieu qui est Père, Fils et Esprit :

Passer du don au contre-don grâce à l’Esprit qui fait tout circuler.
Entrer dans cette danse d’amour entre les 3 personnes de la Trinité.

Ce mystère est si grand que nous sommes nombreux à appréhender

cette fête liturgique comme un affaire de théologiens patentés !

 

Pourtant, l’Evangile de ce jour nous rassure :

L’Esprit Saint va nous aider à connaître le Fils

qui connaît si bien le Père et est si bien connu de Lui.

Alors, comptons sur l’Esprit qui nous est donné

pour apprendre à aimer à la manière de Dieu Trinité.

 


 

 

Samedi 11 juin 2022

Semer la paix de Dieu

Mt 10, 7-13

 

La proclamation du Règne de Dieu tout proche rayonne

pour ceux et celles qui l’accueillent,

en santé de l’âme et du corps, en vie plus forte que la mort.

 

Avec la conviction de foi que nous, les disciples missionnaires,

avons reçu gratuitement,

nous pouvons, nous devons, nous aimons…donner gratuitement !

 

Donner comme « on sème à tout vent »,

sans calcul, en pure gratuité.

Il y a des réalités d’en haut qui s’accroissent en se répandant.

Ces graines de paix de Dieu,

qu’elles soient ou non accueillies,

demeurent en nous avec d’autant plus d’intensité

que nous n’en sommes pas avares !

 


Vendredi 10 juin 2022

Précieuse chasteté

Mt 5, 27-32

 

A l’heure où toutes les sortes de couples et de vies communes

se mettent en place dans nos sociétés sécularisées,

la relecture d’Amoris  laetitia peut être pertinente.

 

Pourquoi ne pas évoquer aussi la précieuse vertu de chasteté.

De quoi s’agit-il ?

Une manière de vivre nos relations affectives les plus proches

avec respect, refus d’intrusion, d’emprise, de possession.

Grandeur des relations d’amour ou d’amitié

où chaque partenaire désire avant tout que l’autre

soit lui-même en plénitude et liberté.

 

Evidemment, Jésus ne fait ni l’éloge des borgnes ni des manchots

mais nous invite à un regard chaste et non voyeur,

à des mains qui n’agrippent pas avec force

mais dont le toucher est respectueux.

 


Jeudi 9 juin 2022

Réconcilié

Mt 5, 20-26

 

Combien de temps et de négociations pour réconcilier l’Ukraine et la Russie ?

Comment être à la fois désarmé et désarmant

pour cheminer vers cette fraternité universelle

qui nous est connaturelle selon notre foi en Jésus-Christ ?

En effet, nous sommes tous frères et sœurs en Christ

et fils et filles d’un même Père des cieux.

 

Pour cette justice–là qui est justesse de nos relations,

Jésus, dans l’évangile de ce jour nous désigne

deux voies sans issues à ne pas prendre :

la première est celle des scribes et des pharisiens :

leur justice nous avons à la dépasser.

Peut-être que la relecture de Fratelli tutti pourrait nous y aider !

la seconde est la justice des tribunaux des humains :

il vaudrait mieux éviter d’en arriver là.

 

Quelle est donc la voie qui conduit à la vie ?

Celle du face à face avec Dieu dans la prière.

A partir de l’amour qu’il met en nous,

nous réajustons nos relations avec nos frères et sœurs en humanité

non seulement en pensées mais aussi en actes !

 


Mercredi 8 juin 2022

Ni légalistes, ni anarchistes, cohérents

Mt 5, 17-19

 

Il s’agit pour grandir selon le Règne de Dieu

à la fois d’enseigner, de partager la loi et de l’observer.

Soit accomplir sa vie dans la cohérence entre dire et faire.

 

Sur ce chemin de conversion permanente,

Jésus est le premier de cordée et n’en attend pas moins de nous !

Serait-ce utopique ?

Recevoir la vie pour l’accomplir selon l’orientation de la parole

qui nomme les impasses

tout en nous laissant cheminer au rythme

de notre propre créativité évangélique.

 


Mardi 7 juin 2022

Exhortation à l’estime de soi

Mt 5, 13-16

 

Etre sel de la terre et lumière du monde :

voilà bien des qualifications glorieuses que nous pourrions réfuter

en osant dire au Seigneur : n’en rajoute pas, trop c’est trop !

 

Pourtant cette glorieuse identité nous vient

de petites choses toutes simples du quotidien

mais qui comptent :

« Ce que vous faites de bien »

Ces actes bons donnent à ceux et celles qui nous voient

de rendre gloire à Dieu !

Or Dieu seul est bon et de lui nous viennent tous les biens,

disait saint François d’Assise.

 

Appuyons-nous donc sur la bonté de Dieu pour la communiquer

à partir de la saveur et la lumière divine qui font de nous

des personnes écoutées et rayonnantes de cette bonté de Dieu.

 


Lundi 6 juin 2022

 

Prendre Marie chez soi

 

Jn 19, 25-34

 

A l’écoute de l’Esprit Saint, qui prit Marie sous son ombre,

nous sommes tous et toutes invité.es,

en ce jour de mémoire de Marie, mère de l’Eglise

à la prendre chez nous.

 

A la chapelle de Notre-Dame du Haut,

la statue de la Vierge à l’enfant

nous surplombe à partir d’une petite fenêtre.

Ainsi, pour chaque célébration, elle veille sur nous,

nous présentant son Fils, le Christ, le Fils de Dieu et notre frère.

Ce Fils de Dieu, allons-nous l’accueillir pour marcher ensemble et faire Eglise ?

Nous avons une bonne guide et protectrice, Marie notre mère.

 


 

Dimanche 5 juin 2022

Spirituelle mémoire

Jn 14, 15-16.23-26b

 

Nous souffrons tous et toutes de trous de mémoire, de mémoire sélective,

voire de perte de mémoire immédiate.

Toutefois, des éclats de lucidité et de reconnaissance affective

Traversent les yeux et le cœur

de personnes atteintes de troubles cognitifs graves.

Quand nous rencontrons ces personnes,

la grâce d’une furtive présence nous est parfois donnée.

 

Cette furtive présence ressemble-t-elle à cette spirituelle mémoire

promise par Jésus en ce jour de célébration de la Pentecôte ?

 

Dans le silence du coeur,

se connecter à l’Esprit du Seigneur

qui murmure en nous : « Abba , Père » ;

ouvrir l’Evangile et, au souffle de l’Esprit,

aller à la rencontre de Jésus.

Quelle profondeur de la prière nous est ainsi donnée :

Viens, Esprit Saint, en nos cœurs.

A tous ceux et celles qui ont la foi

et qui en toi se confient,

donne la joie éternelle.

 


 

Samedi 4 juin 2022

Rêve de libraire

Jn 21, 20-25

 

Remplir le monde de livres, partager la culture à tous vents,

serait-ce le rêve de tous les passionnés de lecture ?

 

L’évangéliste saint Jean a la passion du témoignage «  de

ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux,

ce que nous avons contemplé et que nos mains ont touché du Verbe de vie,

nous écrivons cela, afin que notre joie soit parfaite. »  I Jn 1, 1.4

Il imagine remplir le monde de livres écrits sur Jésus !

 

Le feu de son amour pour le Christ habite le cœur de ce disciple « que Jésus aimait ».

Quand Jésus dit à Pierre « et si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne »,

je ne crois pas qu’il faut comprendre « cela ne te regarde pas ».

Il s’agirait plutôt d’un appel à accueillir pour soi-même, en son propre cœur ce Christ

qui demeure toujours avec nous, près de nous et en nous.

 

Laissons l’Esprit gémir en nous, murmurer le nom du Père

que Jésus nous a fait connaître,

peu importe le messager !

 


 

Vendredi 3 juin 2022

Fragilités

Jn 21, 15-19

 

Dans la Parole de ce jour, Pierre, premier pape et renégat pardonné

retrouve son Seigneur ressuscité sur le bord du lac.

Cette ultime rencontre a la densité

d’un émouvant passage de témoin.

Quand le Christ lui demande à trois reprises « M’aimes-tu ? »,

sa réponse a la modestie de celui qui se connaît fragile

mais se reconnaît profondément aimé.

 

La mission qui en découle va d’abord commencer par les plus fragiles :

être le berger des agneaux.

Puis il s’agira de se voir confier les adultes soit les brebis.

Enfin, l’évocation de l’ultime don de soi et preuve d’amour

se réalisera par le témoignage du martyre.

 

En ce temps qui précède la Pentecôte,

accueillons humblement l’Esprit

qui prend soin de nos fragilités

pour les faire muter en force d’aimer.

 


 

Jeudi 2 juin 2022

Portes ouvertes de la Trinité

Jn 17, 20-26

 

A la fin de l’année scolaire, différentes écoles et facultés

organisent des portes ouvertes pour faire connaître aux étudiants

les possibilités de formation qu’ils offrent.

 

Avec l’Evangile de ce jour, nous pouvons penser que la Trinité

est en permanence dans une opération portes ouvertes !

Dès lors que l’amour du Christ nous atteint et que nous y répondons,

nous avons accès à l’amour du Père

et en nous prie et demeure l’Esprit du père et du Fils.

D’où nous vient cet amour sinon de la Parole d’Evangile

qui nous est transmise par des témoins en Eglise ?

De cette Eglise dont le Christ fait l’unité, nous sommes

les heureux membres envoyés à notre tour.

 

En cette neuvaine de prière à l’Esprit Saint qui précède la Pentecôte,

puissions-nous transmettre par nos vies ou nos paroles,

l’amour qui nous unit !

 


 

Mercredi 1er juin 2022

Au nom de …

Jn 17, 11b-19

 

Sommes- nous des disciples gardés dans le nom de Dieu ?

Nous connaissons tous dans nos villes et nos villages

des noms de famille bien connus,

liés à des métiers, des entreprises, des propriétés agricoles.

Les membres de ces familles gardent le nom parfois dans une unité fragile.

 

Si chrétien est notre nom de famille,

alors nous sommes en tant que disciples du Christ

les fils et les filles bien-aimés du Père.

Reconnaître cette filiation ouvre nos esprits et nos cœurs

à l’accueil d’une parole de Dieu,

parole de vérité qui nous est adressée.

Méditer l’Evangile nous conduira sûrement

à faire des pas de côtés par rapport aux choix de nos sociétés

avec la force que le Père et le Fils nous donnent dans l’Esprit.

 


 

Mardi 31 mai 2022

Joie de Dieu

Lc 1, 39-56

 

Nous fêtons aujourd’hui une visitation.

Une jeune femme enceinte s’empresse d’aller visiter

une future mère déjà âgée.

Rencontre lumineuse entre le Premier et le Second testament,

entre la mère du Précurseur et celle du Messie.

 

Cette rencontre du passé a de possibles renouvellements

en chacun de nous :

prenons-nous conscience de la dimension divine

de nos rencontres quotidiennes ?

Dans l’humble joie de nos visites, nos accueils mutuels,

la joie de Dieu trouve en chacun de nous

des merveilles à faire vivre et à renouveler.

 

Une force des humbles est capable de renverser

les puissants de leur trône chante Marie !

Serait-ce la vie de leur enfant qui aujourd’hui encore

soutient l’espérance de tant de femmes et d’hommes

aux prises avec la dictature des puissants qui les oppriment, les agressent.

Prions pour que la joie de Dieu présente en chaque être humain

gagne le respect et la paix en nos sociétés traversées de tant de violences.

 


Lundi 30 mai 2022

Pas seul

Jn 16 , 29-33

 

Dès le premier livre de la bible, nous apprenons de Dieu :

« Il n’est pas bon que l’humain soit seul, je vais lui faire un secours ! » Gn 2, 18

 

Une solitude originelle nous constitue tous et toutes.

De façon plus ou moins heureuse, nos proches sont pour nous

ces secours qui nous évitent d’être seuls.

Ils promeuvent ce que nous sommes en profondeur :

des êtres uniques, avec une mission propre sur la terre,

dont le nom est marqué dans la paume des mains de Dieu. Es 49, 16

 

L’évangile de ce jour nous montre Jésus peu avant sa Passion

conscient qu’il sera laissé seul par ses disciples les plus proches

et confiant parce que le Père est avec lui.

 

Dès lors que Christ est ressuscité, nous pouvons être rassurés :

en lui nous avons la Paix, celle qui vient de son Père qui ne nous laisse jamais seul.

Sûrs de cette bonne compagnie puissions-nous assumer dans une joie profonde

cette présence de Dieu en nous plus intime à nous-mêmes que nous-mêmes.

 


 

Dimanche de Pâques-29 mai 2022

Paroles de feu

Actes 7,55-60/Apoc.22,12-20/Jean 17,20-26

 

 

Paroles sublimes qui ouvrent l’avenir en Dieu :

Étienne, premier diacre martyr s’écrie : « Voici que je contemple

les cieux ouverts, et le Fils de l’homme debout à la droite de Dieu ! »

 

Jean, à Patmos, entend : « Moi, Jésus, Je suis le Premier et le Dernier,

le commencement et la fin, l’étoile resplendissante du matin.

Oui, je viens sans tarder! »      - « O oui, viens, Seigneur Jésus ! »

 

Et Jésus prie ainsi : « Père, que tous soient un, comme Toi, Père, Tu es

en moi, et moi en Toi, afin que le monde sache que Tu m’as envoyé,

et que Tu les as aimés comme Tu m’as aimé... Je veux que là où je suis,

ils soient eux aussi avec moi, et qu’ils contemplent ma gloire, celle que

Tu m’as donnée, parce que Tu m’as aimé avant la fondation du monde. »

 


 

Samedi 28 mai 2022

Circuits d'amour

Actes 18,23-28/Jean 16,23b-28

 

 

Nous sommes sur des départs, et c’est là que se livrent

les paroles fondamentales.

« L’heure vient, dit Jésus, où je vous parlerai sans images,

et vous annoncerai ouvertement ce qui concerne le Père.

Le Père lui-même vous aime, parce que vous m’avez aimé,

et vous avez cru que c’est de Dieu que je suis sorti : Je suis

sorti du Père et je suis venu dans le monde. Maintenant je

quitte le monde, et je pars vers le Père...

Ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le

donnera. Demandez, et vous recevrez : ainsi votre joie sera

parfaite. »

 

Nous sommes dans un circuit d’amour total.

 

Quant à Paul, il quitte Antioche, parcourt le pays galate

et la Phrygie en affermissant tous les disciples.

Un juif, nommé Apollos, homme éloquent versé dans les

Écritures, dans la ferveur de l’Esprit, venait d’arriver à Éphèse.

Bien accueilli en Grèce, il rendit de grands services à ceux

qui étaient devenus croyants. Mais remarquons : il accepte de

se faire instruire avec plus de précision sur le chemin de Dieu

par le couple de laïcs, Priscille et Aquila ; et Paul, dans ses lettres,

se défendra de toute rivalité entre lui et Apollos, tous deux

prédicateurs de la Bonne Nouvelle... Autre circuit d’amour fraternel.

 


 

Vendredi 27 mai 2022

Jamais seuls

Actes 18,9-18/Jean 16,20-23

 

 

Jésus disait à ses disciples : « Vous allez pleurer et vous

lamenter, tandis que le monde se réjouira. Mais votre peine

se changera en joie. Je vous reverrai, et votre cœur se réjouira,

et votre joie, personne ne vous l’enlèvera. »

 

L’Apôtre en fait l’expérience : A Corinthe, une nuit, le Seigneur

dit à Paul dans une vision « Sois sans crainte, parle, ne garde pas

le silence. Je suis avec toi, et personne ne s’en prendra à toi pour

te maltraiter, car dans cette ville, j’ai pour moi un peuple nombreux. »

Paul y séjourna un an et demi, et il enseignait la Parole de Dieu.

Il y demeura même encore assez longtemps, puis il fit ses adieux

aux frères et s’embarqua pour la Syrie. 

 

Le Seigneur prend soin de nous, rassure et réconforte,

nous promet et nous donne sa joie, joie imprenable, intérieure.

 


Jeudi 26 mai 2022

Ascension du Seigneur

Actes 1,1-11/Hébreux 9,24-28.10,19-23/Luc 24,46-53

 

 

Jésus s’était présenté vivant à ses disciples après sa Passion.

Pendant 40 jours, il leur était apparu et leur avait parlé du

Royaume de Dieu. Au cours d’un repas qu’il prenait avec eux,

il leur donna l’ordre de ne pas quitter Jérusalem, mais d’y attendre

que s’accomplisse la promesse du Père :

«  C’est dans l’Esprit Saint que vous serez baptisé dans peu de jours...

vous serez alors mes témoins, à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie,

et  jusqu’aux extrémités de la terre. »

 

« Puis Jésus les emmena au dehors, jusque vers Béthanie, et levant

les mains, il les bénit. Il se sépara d’eux, et il était emporté au ciel... »

 

« Il est entré dans le ciel même, afin de se tenir maintenant

pour nous devant la face de Dieu. Continuons donc sans fléchir

d’affirmer notre espérance, car il est fidèle, Celui qui a promis . »

 

Telle est la foi de l’Église, notre foi !

 


Mercredi 25 mai 2022

Dans le jeu de l'Esprit

Actes 17,15 à 18,1/Jean 16,12-15

 

 

Paul, arrivé sur l’Aréopage d’Athènes, fait un grand effort

d’inculturation :

 « Le dieu inconnu que vous vénérez sans le connaître,

 je viens vous l’annoncer : C’est un homme que Dieu,

Seigneur du ciel et de la terre, en qui nous avons la vie,

le mouvement et l’être, a établi juge, en le ressuscitant

d’entre les morts ».

« Là-dessus, nous t’écouterons une autre fois ! »

 

Seuls  quelques uns, hommes ou femmes, devinrent croyants.

Et désormais, Paul prêchera d’abord Jésus, le Messie crucifié !

Scandale et folie pour le monde. Mais Sagesse de Dieu.

 

C’est L’Esprit qui conduit dans la vérité toute entière :

« Lui me glorifiera, dit Jésus. Car il recevra ce qui vient

de moi pour vous le faire connaître. Tout ce que possède

le Père est à moi... Ce qu’il aura entendu, il le dira, et ce qui

va venir, il vous le fera connaître. »

 


Mardi 24 mai 2022

La foi agissante dans l'épreuve

Actes 16,22-34/Jean 16,5-11

 

 

Les aventures missionnaires de Paul et Silas : un vrai roman !

La foule se déchaine contre eux. Après les avoir roués

de coups, on les jette en prison. Au milieu de la nuit, ils

prient et chantent les louanges de Dieu. Survient alors

un violent tremblement de terre : toutes les portes s’ouvrent.

Le geôlier veut se donner la mort. Paul lui crie : « nous sommes

tous là ! -  Que dois-je faire pour être sauvé, mes Seigneur ? -

Crois au Seigneur Jésus ! »

« A l’heure même, le geôlier les emmena pour laver leurs plaies,

il reçut le baptême avec tous les siens, et laissa déborder sa joie. »

 

Nous ne sommes pas à bout de surprises avec les paroles

de Jésus :« Il vaut mieux pour vous que je m’en aille. Si je pars,

je vous enverrai le Défenseur. Il établira la culpabilité du monde

en matière de péché, de justice et de jugement... Le Prince de ce

monde est déjà jugé. » 

 

Osons croire en Jésus, et nous verrons des choses étonnantes !

 


Lundi 23 mai 2022

La mission dans l'Esprit

Actes 16,11-15/Jean 15,26 à 16,4

 

 

Jésus prépare ses disciples à leur mission :

« Quand viendra le Défenseur, que je vous enverrai

d’auprès du Père, lui, l’Esprit de vérité, il rendra témoignage

en ma faveur, et vous aussi, vous allez rendre témoignage.

Je vous parle ainsi pour que vous ne soyez pas scandalisés :

On vous exclura des assemblées... Ceux qui vous tueront

s’imagineront qu’ils rendent un culte à Dieu... parce qu’ils

n’ont connu ni le Père ni moi. »

 Mais les apôtres font aussi d’heureuses rencontres :

« A Philippe, nous nous sommes assis au bord de la rivière

et nous avons parlé aux femmes qui s’étaient réunies.

L’une d’elles, Lydie, qui adorait le Dieu unique, écoutait.

Le Seigneur lui ouvrit l’esprit pour la rendre attentive à

ce que disait Paul. Elle fut baptisée, elle et tous les gens de

sa maison. »

 


6° Dimanche de Pâques -  22 mai 2022

Pour aujourd'hui et pour demain

Actes 15, 1-2.22-29/Apoc.21,10-14.22-23/Jean 14,23-29

 

 

Les paroles de Jésus, les paroles des apôtres, en ce temps

pascal, nous sont dites et redites pour qu’elles s’enracinent

en nous profondément et nous fassent vivre.

Comment découvrir le mystère de la Trinité, sinon à travers

ces derniers messages de Jésus ?

 

« Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole ; mon Père

l’aimera, nous viendrons vers lui et chez lui, nous nous

ferons une demeure. Je vous parle ainsi tant que je demeure

avec vous, mais l’Esprit Saint que le Père enverra en mon nom,

lui, vous enseignera tout, il vous fera souvenir de tout ce que

je vous ai dit.. 

Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Que votre cœur

ne soit pas bouleversé : Je m’en vais et je reviens vers vous...

 

Passé, présent, avenir... Jean, dans ses visions, nous fait contempler

« la Jérusalem céleste qui descendait du ciel, d’auprès de Dieu. Elle

avait en elle la gloire de Dieu... Son sanctuaire, c’est le Seigneur Dieu,

Souverain de l’univers, et l’Agneau. La gloire de Dieu l’illumine, son

luminaire, c’est l’Agneau. »

 

Réalisons-nous que là est notre avenir ?

 


Samedi 21 mai 2022

Être disponibles

Actes 16,1-10/Jean 15,18-21

 

 

Jésus a prévenu ses disciples :  « Si le monde  a de la haine

contre vous, sachez qu’il en a eu d’abord contre moi.

Vous n’appartenez pas au monde, puisque je vous ai choisis.

Si l’on m’a persécuté, on vous persécutera, vous aussi. Si l’on

a gardé ma parole, on gardera aussi la vôtre... »

 

Paul et ses compagnons poursuivent leur course apostolique.

Tantôt succès, tantôt refus, mais l’important est d’être disponible

au Saint Esprit.

« Pendant la nuit, Paul eût une vision : un Macédonien,

debout, lui faisait cette demande « Passe en Macédoine et viens à notre

secours ! » Aussitôt, ils cherchèrent à partir en Macédoine, où Dieu les

appelait à porter la Bonne Nouvelle. »

 


Vendredi 20 mai 2O22

L'Esprit à l'oeuvre dans l'Eglise

Actes 15,22-31/Jean 15,12-17

 

 

Avant de les quitter, Jésus recommandait à ses disciples :

« Aimez-vous les uns les autres  comme je vous ai aimés.

C’est moi qui vous ai choisis et établis afin que vous alliez,

que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure. »

 

Comment cela sera-t-il vécu ?

 

A l’issue du concile de Jérusalem, voici ce qui est décidé,

dans la confiance et l’amour mutuel : « Les Apôtres et les Anciens,

vos frères, aux frères issus des nations,  qui résident à Antioche,

en Syrie et en Cilicie. Nous avons pris la décision, à l’unanimité,

de choisir des hommes que nous vous envoyons, avec nos frères

bien-aimés Barnabé et Paul, qui ont fait don de leur vie pour le

nom de notre Seigneur Jésus Christ. Ils vous confirmeront de vive

voix ce qui suit :

« L’Esprit Saint et nous-mêmes avons décidé de ne pas faire peser

sur vous d’autres obligations que celles-ci, qui s’imposent... »

A  la lecture de cette lettre, la multitude des disciples se réjouit

du réconfort qu’elle apportait. »

 

Écoute, réflexion, prière, engagement, reconnaissance,

décision claire et sobre, bonne  communication, joie et

réconfort. Tels sont les fruits de l’Esprit à l’œuvre dans

cette expérience synodale.

 


 

Jeudi 19 mai 2022

Le premier concile

Actes 15,7-21/Jean 15,9-11

 

 

La conversion des païens provoquait dans l’Église de

Jérusalem une intense discussion...

Pierre, Barnabé, Jacques prennent successivement la

Parole : « Les païens ont entendu la parole de l’Évangile

et sont venus à la foi. Dieu qui connaît les cœurs, leur a

rendu témoignage en leur donnant l’Esprit Saint comme

à nous. Pourquoi donc mettez-vous Dieu à l’épreuve en

plaçant sur la nuque des disciples un joug que nous n’avons

pas eu la force de porter ? C’est par la grâce du Seigneur Jésus

que nous sommes sauvés »...

«  J’estime qu’il ne faut pas tracasser ceux qui,

venant des nations, se tournent vers Dieu ! ... »

 

Ainsi, nous rejoignons Jésus : « Comme le Père m’a aimé,

moi aussi je vous ai aimés. Demeurez dans mon amour.

Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez

dans mon amour... Que ma joie soit en vous, et qu’elle soit parfaite. »

 


Mercredi 18 mai 2022

Retour en arrière ?

Actes 15,1-6/Jean 15,1-8

 

 

Jésus avait bien dit : « Je suis la vraie vigne, et mon Père

est le vigneron. Demeurez en moi, comme moi en vous.

Celui qui demeure en moi et en qui je demeure, celui-là

porte beaucoup de fruit, car, en dehors de moi, vous ne

pouvez rien faire ! »

Cette parole est claire et simple. Pourquoi la compliquer ?

 

«  Pourtant, des gens venus de Judée à Antioche enseignaient

 les frères en disant :

Si vous n’acceptez pas la circoncision, vous ne pouvez pas

être sauvés ! Cela provoqua un affrontement ainsi qu’une

vive discussion engagée par Paul et Barnabé. »

Que faire ?

 

« On décida que Paul et Barnabé, avec quelques autres frères,

monteraient à Jérusalem auprès des Apôtres et des Anciens

pour discuter de cette question... »

 

Depuis les origines de l’Église, la concertation est nécessaire !

 


Mardi 17 mai 2022 

Une étonnante paix

Actes 14,19-28/Jean 14,17-31

 

 

Paul essuie une nouvelle lapidation (dont il se remet)

et continue, avec Barnabé, d’affermir le courage des

disciples ; « Il nous faut passer par bien des épreuves

pour entrer dans le Royaume de Dieu ! »

« Ils instituèrent des Anciens pour chacune de leurs Églises

et confièrent au Seigneur ces hommes qui avaient mis

leur foi en Lui.

Ils rapportèrent, à Antioche, tout ce que Dieu avait fait

avec eux, et comme ils avaient ouvert aux nations la

porte de la foi. »

Ils s’étaient appuyés en cela sur la parole de Jésus : 

« Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix.

Que votre cœur ne soit pas bouleversé ni effrayé... Je m’en

vais, et je reviens vers vous. Si vous m’aimiez, vous seriez

dans la joie puisque je pars vers le Père... »

 

Dans les aléas de la vie, de la mission, cette présence de Dieu,

de Jésus, peut toujours nous garder dans la paix, et même la joie.

 


Lundi 16 Mai 2022

La course de la Parole

Actes 14,5-18/Jean 14,21-26

 

 

Les paroles de Jésus sont un trésor de vie inépuisable,

à creuser spécialement en ce temps pascal :

« Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole ; mon Père

l’aimera, nous viendrons vers lui et, chez lui, nous nous

ferons une demeure... L’Esprit Saint, que le Père enverra

en mon nom, vous enseignera tout, et il vous fera souvenir

de tout ce que je vous ai dit. »

Les apôtre Paul et Barnabé ont mis en œuvre ces Paroles,

en annonçant La Bonne Nouvelle, à travers bien des péripéties :

Danger de lapidation, guérison d’un infirme de naissance,

danger d’être pris pour des dieux... Mais ils ont le courage

de rétablir la vérité : « Nous sommes des hommes pareils à vous !

et nous annonçons la Bonne Nouvelle... »

« Détournez-vous de ces vaines pratiques, et tournez-vous

vers le Dieu vivant, lui qui a fait le ciel, la terre, la mer, et

tout ce qu’il contiennent. »

 


Dimanche 15 mai 2022

Le cœur du cœur

Jn 13, 31...35

 

Jésus nous replonge encore et sans cesse au cœur du cœur de son message, de sa vie, de notre vie :"Aimez-vous les uns les autres."

Oh oui, on en parle beaucoup de l'amour !... mais on l'oublie vite dans la pratique de nos relations et de notre pastorale !

Jésus ne nous a rien dit sur l'organisation des paroisses, sur les méthodes de pastorale ou d'évangélisation, sur les styles de communautés ou de mouvements à promouvoir, à maintenir... etc...

Non par désintérêt, mais parce que tout cela n'a de sens et ne peut que découler que d'une connection sans cesse renouvelée et approfondie au cœur du cœur de notre Communauté-Eglise :

"A ceci, tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples : si vous avez de l'amour les uns pour les autres."

 


 

Samedi 14 mai 2022

CV du chrétien

Ac 1,15-17;20-26. Jn 15,9-17

 

Avant "l'embauche" d'un nouveau membre des Douze apôtres, Pierre dresse le CV qu'il doit avoir :

- Avoir accompagné le groupe de Jésus et des apôtres tout au long de son ministère public, depuis son baptême jusqu'à son Ascension.

et le cahier des charges :

- Devenir, avec les Douze, témoin de sa résurrection.

Voilà un DRH qui ne demande pas de compétences particulières,

mais une présence, une assiduité, un partage de l'itinérance du Christ qui a constitué une formation indispensable.

Cette embauche nous est adressée à nous aujourd'hui de la même manière. Jean, dans son Evangile, nous le confirme :" Demeurez dans mon amour."

"afin que vous alliez, que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure..."


 

Vendredi 13 mai 2022

Une place

Jn 14, 1-6

 

Jésus nous dit qu'il part nous préparer une place. Il y a de nombreuses demeures dans la maison de son Père.

Alors pourquoi y a-t-il tant de personnes qui semblent avoir bien du mal à trouver leur place ?!...

Trouver une place, sa place est bel et bien une aspiration universelle !

Le fait qu'il y ait de nombreuses demeures est une bonne chose. Ainsi chacun, chacune peut trouver quelque chose qui lui correspond. En même temps, ce peut être difficile de choisir !

Heureusement, on peut se faire aider, éclairer... tout en n'abdiquant pas de notre liberté, de notre originalité.
C'est bel et bien ce que Jésus fait pour nous. Avons-nous l'audace de le suivre lui qui est notre chemin ?!...

... Le suivre pour trouver notre propre place, et préparer, avec lui, une place pour et avec les autres.


 

Jeudi 12 mai 2022

Humble et jaillissante

Ac 13,13-25;Jn 13,16-20

 

Les auteurs de la Bible ne cherchent pas à enjoliver l'Histoire du peuple de Dieu. Le Livre "des actes des apôtres" est bien dans cette veine !

Que ce soient les méandres de la royauté en Israël... que ce soient les aléas de la vie missionnaire des premiers chrétiens...

C'est que le but n'est pas de nous présenter des figures idéales, admirables... Mais de témoigner comment Dieu se faufile à travers nos circoncolutions humaines...
... et comment progressivement, il se révèle le Messie humble et doux, au-delà de tous nos clichés de puissance et de grandeur.

... et comment il nous choisit tel que nous sommes, il nous envoie tel que nous sommes, appelés à témoigner que sa puissance est dans cette vie jaillissante. 


Mercredi 11 mai 2022

Toujours plus loin

Ac 12,24-13,5

 

L'Esprit pousse les disciples toujours plus loin dans leur aventure missionnaire.

"Mettez à part pour moi Barnabé et Saul en vue de l'oeuvre à laquelle je les ai appelés."

Nous avons prié, dimanche dernier, pour les vocations. On explique qu'une vocation de prêtre, de religieux(se)... est une mise à part de la personne pour Dieu ; comme on dit aussi que le peuple hébreu a été choisi et mis à part pour Dieu.

Il ne s'agit pas d'un privilège, et encore moins, d'un refuge !

C'est une "mise à part" "en vue de l'oeuvre à laquelle je les ai appelés".
Il s'agit de vivre dans l'intimité avec Dieu... pour aller plus loin, toujours plus loin vers nos frères et soeurs.
Chacun, chacune de nous est "mise à part", c'est-à-dire "unique" dans le coeur de Dieu...

... pour en rayonner... pour témoigner...


Mardi 10 mai 2022

Inculturation

Ac 11, 19-26

 

L'ouragan de l'Esprit poursuit sa course. Il rejoint à présent la culture grecque.

Et l'apôtre Barnabé, qui est "un homme rempli d'Esprit Saint et de Foi", y voit "la grâce de Dieu à l'oeuvre". Il en est transporté de joie !

Cette joie est, en elle-même, un signe, un fruit de l'Esprit.
A partir de là, l'Eglise va apprendre progressivement à inculturer l'Evangile pour qu'il puisse être entendu et vécu dans la culture grecque, puis dans toutes les cultures du monde tout au long de l'Histoire.
Les disciples de Jésus reçoivent dans cette ouverture culturelle, le nom de "chrétiens" enraciné dans la langue grecque.
Et nous aujoud'hui, comment allons-nous traduire l'Evangile pour les cultures actuelles ?...


Lundi 9 mai 2022

Le même don

Ac 11, 1-18

 

"Et si Dieu leur a fait le même don qu'à nous !..."

L'Esprit Saint bouscule nos habitudes et nos croyances.
Ne nous accrochons pas à nos certitudes et à nos rites ! Laissons-le ouvrir largement nos portes !

L'Esprit Saint ne connaît pas nos frontières, nos catégories. Il souffle où il veut.

Ouvrons les yeux de notre coeur pour apprendre à discerner l'action de Dieu en ceux qui nous semblent loin, ceux qui ne pensent pas comme nous, qui ne vivent pas comme nous.

N'empêchons pas l'oeuvre de Dieu !


Dimanche 8 mai 2022

Intimité

Jn 10, 27-30

 

Nous ne sommes pas seuls ! Le Christ nous invite à vivre une merveilleuse intimité avec lui.

Il est déjà là, au plus secret de notre coeur, au plus secret de nos peuples.

Prêtons l'oreille. Ecoutons sa voix. Il nous connaît mieux que quiconque. Il nous connaît de l'intérieur.
Le suivre nous donne une solidité et un horizon au-delà de ce que nous pouvons imaginer. Jamais nous ne périrons, personne ne pourra nous arracher de sa main, lui qui est vie et amour.

Nous sommes dans l'intimité du Père et du Fils et de l'Esprit. Dans le coeur de Dieu...

... C'est là que s'enracine toute paix.


Samedi 7 mai 2022

Dur ! Dur !

Jn 6, 60-69

 

"Cette parole est rude ! Qui peut l'entendre ?"

Eh oui ! Il ne faut pas croire que de croire en un Dieu d'amour est un truc de bisounours ! Une planque pour endormir les consciences ! en dehors de "la vraie vie" !...

Et le pire, c'est que face à la déroute de ses disciples, Jésus en rajoute une couche !

Plus déconcertant encore, il se tourne vers ses plus proches : " Voulez-vous partir vous aussi ?!"

C'est que Jésus est aux antipodes d'un leader séducteur ! Il ne veut pas faire de nous des larbins à ses basques, ni des fans électrisés !

Il veut que nous soyons libres, que notre adhésion soit pleinement libre. Sans liberté, il n'y a pas de véritable amour !

Mais être libre, devenir libre, c'est rude !...


Vendredi 6 mai 2022

semence de chrétien

Ac 9, 1-20

 

La conversion de Paul est un beau signe d'espérance.

La vie donnée d'Etienne et des premiers disciples de Jésus a porté fruit. Paul, le persécuteur, qui se mettait au service d'une idéologie totalitaire, a été précipité à terre. Il est descendu de son orgueil, de sa soif de toute puissance mortifère !

Il a pris conscience de son aveuglement. Il a consenti à se laisser prendre par la main et conduire par d'autres. Il a accueilli la lumière d'un membre de ce peuple qu'il persécutait.

Lui, qui voulait tuer au nom de Dieu; a été bouleversé par Jésus, le Fils de Dieu, celui qu'il persécutait dans ses frères et soeurs.

Il a été baptisé dans sa mort-résurrection. Et il est devenu l'un de ses plus fidèles disciples !


Jeudi 5 mai 2022

Message perso

Ac 8, 26-40

 

Avec cet Éthiopien baptisé par Philippe, la Bonne Nouvelle rejoint le continent africain… bien avant l’Europe !…
Mais si l’Évangile est universel, c’est parce qu’il parle à chaque être humain de façon personnelle. Cet Éthiopien est eunuque, et il est touché par une parole de la Bible qui parle de descendance impossible. Philippe va avoir le bonheur de lui annoncer la Bonne Nouvelle au cœur de sa stérilité ; de quelle manière sa vie ne sera pas « retranchée de la terre » ; de quelle manière la puissance du Christ mort et ressuscité va rendre féconde sa vie.
Chacun, chacune de nous est ainsi rejoint par l’Esprit de Jésus dans l’intimité de sa vie, de ses questions, de ses recherches…
… et peut voir son horizon s’élargir...

 


Mercredi 4 mai 2022

Migrants Chrétiens

Ac 8, 1-8

 

En quelques lignes, le récit du livre des actes des apôtres nous fait passer d'un "grand deuil" à une "grande joie".
Après l'assassinat d'Etienne, une violente persécution s'abat sur toute l'Eglise de Jérusalem. Les premiers chrétiens n'étaient pas meilleurs que nous, et encore moins des super héros !

Mais leur attitude peut nous stimuler. La plupart d'entre eux s'enfuient, se dispersent.

Serait-ce la fin ?!

Non, car la Bonne Nouvelle est plus puissante que les forces de destruction.
Et ils l'annoncent de plus belle, là où ils passent...

Le "grand deuil" de l'Eglise de Jérusalem est transfiguré en "grande joie" dans les campagnes de Judée et de Samarie !

N'est-ce pas ce que nous pouvons contempler chez ces migrants d'aujourd'hui ?!...

Ayant fui et traversé tant d'épreuves, une force de vie impressionnante les habite et les tourne vers l'avenir.

N'ayons pas peur d'eux, ils nous apportent la Bonne Nouvelle de la Vie !

C'est grâce aux premiers migrants chrétiens que nous avons connu le Christ !

 


Mardi 3 mai 2022

Tenez bon !

1Co 15, 1-8

 

Paul nous livre le secret d'Etienne : "Cet évangile, vous l'avez reçu;c'est en lui que vous tenez bon." Il professe le cœur de notre Foi chrétienne. Oui, tel est bien notre roc !

Le fait d'être chrétien ne nous met pas à l'abri des épreuves et des drames... et j'oserais dire :"heureusement !". Cela ne nous met pas sur un petit nuage au-dessus du monde !

Au contraire, nous sommes plongés en plein cœur !...

... à la suite de notre maître, Jésus Christ !

Mais, avec lui et en lui, nous savons que les épreuves débouchent sur la Résurrection.
... Mieux : que celle-ci est déjà présente et à l'œuvre au cœur de nos ténèbres.
Cette assurance de Foi est un appui pour tenir bon

... et pour desciller nos yeux afin de mieux voir, contempler les œuvres du Père, les œuvres de Vie, ici et maintenant.

 


Lundi 2 mai 2022

Visage de l'Esprit

Ac 6, 8-15

 

Les fake-news, ça ne date pas d'aujourd'hui !

"Ils ne pouvaient résister à la sagesse et à l'Esprit qui faisaient parler Etienne."

Alors l'arme la plus efficace, c'est le mensonge, la calomnie ! Comme celui qui dit la vérité dérange trop, on lui prête des paroles et des intentions afin de pouvoir le discréditer.

On s'appuie sur des mots qu'il a effectivement prononcé, mais en les tordant totalement. N'est-ce pas le mécanisme de toute forme de totalitarisme ?! N'est-ce pas le mécanisme des guerres d'image ?! Arme de destruction massive !...

... Mais voilà que cette guerre de mots et d'images trouve un étonnant dénouement dans cette image :"Ils virent que son visage était comme celui d'un ange."

Etienne ne se laisse pas entraîner dans la violence ni à l'égard de ceux qui le persécutent, ni en lui-même.

En silence, son visage ouvre un horizon sur un autre monde... Celui de l'Esprit...

 


Dimanche 1er mai 2022

Testament de Jésus

Jn. 21, 1-19

 

Dans cet évangile, trois lieux de contemplation et d'intériorisation : la pêche miraculeuse, le repas préparé par Jésus et l'institution de Pierre comme berger des brebis.

Faut-il choisir entre les trois ?

En fait, il y a une cohérence christique très forte : Jésus donne (ou redonne) confiance à ses disciples en leur disant : ne craignez pas, je suis avec vous et je vous donne de quoi vous nourrir et nourrir vos frères et soeurs.

Puis, il renouvelle la Cène du Jeudi saint en ayant déjà préparé le repas sur le bord de la place. Avec ce repas, et l'institution de l'Eucharistie, il envoie l'Esprit sur ses disciples.

Enfin, Jésus ouvre l'avenir en nommant Pierre comme Berger suprême. Ce qui signifie, en passant, que Jésus a  tout à fait confiance dans l'évangélisation des peuples puisqu'ils auront besoin d'un chef.

Voilà qui nous donne beaucoup d'espérance pour l'avenir, même si l'Eglise doit encore passer par des descentes encore plus drastiques que celles d'aujourd'hui.

 


Samedi 30 avril 2022

La nuit de la foi

Jn. 6, 16-21

 

Les disciples aujourd'hui se montrent audacieux, très audacieux : ils partent sans Jésus pour traverser la mer et se rendre à Capharnaüm.

Il arrive ce qui devait arriver : le vent se lève et ils prennent peur. Jésus se montre et ils prennent doublement peur.

Oser partir vers un but, sans doute quand même missionnés par Jésus, mais partir sans lui n'est pas une bonne audace. Oui, dans la foi, il faut de l'audace, beaucoup d'audace, mais jamais sans le Christ.

Nous sommes dans la période d'attente de l'Esprit Saint. A nouveau, par cette péricope, il nous est dit combien l'Esprit est important dans notre vie et combien nous ne devons pas l'oublier.

Les disciples partent de nuit, une nuit qui symbolise la témérité de se croire tellement fort qu'on peut faire abstraction de Jésus, de l'Esprit.

Heureusement pour les disciples, pour nous aujourd'hui, cette nuit sera transformée en lumière et en aboutissement par la seule action de la présence de Jésus. Cherchons Le, il saura nous trouver.

 


 

Vendredi 29 avril 2022

L'école de Jésus

Mt. 11, 25-30

 

Jésus exulte de joie dans son Père et le remercie d'avoir révélé aux plus humbles, aux plus petits le secret du Père.

Ainsi nous pouvons comprendre que Jésus, le premier à connaître les secrets du Père, est le premier parmi les petits, les humbles. Il nous ouvre la route et nous dit : "n'ayez pas peur d'être petits et humbles, car je le suis. Suivez mon chemin, c'est l'unique chemin du bonheur."

En cette fête de Catherine de Sienne, co-patronne de l'Europe, on peut se demander qui encore aujourd'hui entend ces paroles au regard des situations de guerre en Europe et ailleurs.

 


Jeudi 28 avril 2022

L'Esprit sans mesure

Jn. 3, 31-36

 

L'Esprit sans mesure nous est promis si nous croyons au témoignage de Celui que le Père envoyé, c'est-à-dire si nous avons foi en Jésus. Le Jésus homme et ressuscité.

Dans ce temps de préparation à la Pentecôte, nous promettre l'Esprit sans mesure est la plus belle promesse jamais reçue.

Car, sans cet Esprit, nous ne pouvons pas croire que Jésus est fils de Dieu et fils d'homme et qu'il est ressuscité pour nous permettre de ressusciter à notre tour dans l'amour de Dieu.

Cet Esprit nous est donné sans interruptin depuis la mort et la résurrection de Jésus . Rendons grâce à Dieu le Père pour sa patience et sa fidélité dans son amour pour nous.

 


Mercredi 27 avril 2022

Lumière salvatrice

Jn. 3, 16-21

 

Voilà un très beau passage d'évangile qui nous envoie au Prologue de ce même évangile. La lumière est venue dans le monde et le monde ne l'a pas accueillie.

Mais tout n'est pas perdu. Cette lumière n'est pas absorbée par les ténèbres, mais au contraire elle continue son chemin de vie vers la lumière éclatante de la résurrection. Ainsi nos ténèbres, personnelles ou collectives, ne pourront jamais étouffer la lumière. Quelle espérance de vie !

 


Mardi 26 avril 2022

Naître et renaître

Jn 3, 7b-15

 

Episode de Nicodème qui s'étonne qu'il faille naître d'en haut.

Réponse de Jésus : l'Esprit, comme le vent, souffle où il veut, comme il veut...

Ainsi, chaque fois que nous recevons l'Esprit, nous renaissons à la vie divine.

Ce qui veut dire, que rien n'est jamais perdu. Toute renaissance en entraîne une nouvelle, et une nouvelle, et une nouvelle.

Le Seigneur nous donne l'Esprit autant de fois que nous en avons besoin.

Soyons gourmands alors de cet Esprit.

 


Lundi 25 avril 2022

Bonne nouvelle pour tous

Mc. 16, 15-20

 

Aujourd'hui, fête de saint Marc, évangéliste et apôtre.

Ainsi, nous sommes en situation d'accueillir la bonne nouvelle qu'ils ont diffusée depuis des siècles.

Nous sommes aussi en situation de répandre cete même bonne nouvelle.

Mais il y a un mot dans l'évangile de ce jour qui a retenu mon attention : "Proclamez la bonne nouvelle à toute la création".

Ainsi, déjà du temps de Jésus ressuscité, la création est bénéficiaire, au même titre que l'homme, de l'annonce du salut. Ne l'oublions pas dans nos temps où l'écologie fait encore figure de deuxième zone.

 


Dimanche 24 avril 2022

Les marques de l'Esprit

Jn. 20, 19-21

 

Jésus, une nouvelle fois, apparaît à ses disciples. Un est absent: Thomas. A son retour, il ne prête pas foi aux dires de ses condisciples.

Pourtant les premiers, réunis avec Marie de Magdala, avaient bien bénéficié de l'appartion de Jésus.

Et même de beaucoup plus : pour prouver que c'est bien lui Jésus, il montre les plaies de ses mains, de ses pieds, de son côté. Mais il ne se contente pas d'une preuve physique. Son apparition va bien au-delà : Il leur donne l'Esprit Saint après s'être fait reconnaître. Ainsi on peut dire que le don de l'Esprit  est directement lié à la résurrection de Jésus crucifié. Il n'y a pas de supercherie, simplement une continuité, un accomplissement de la mission de Jésus : faire participer tous les hommes par la Résurrection à la vie du Père. Et là, Thomas n'a plus besoin de douter puisqu'il voit. Et nous, aujourd'hui, nous croyons sans voir, grâce aux témoignages de ces premiers disciples. Merci à eux et merci au Seigneur de les avoir suscités et confortés.

 


Samedi 23 avril 2022

De l'incrédulité à la foi

Mc. 16, 9-15

 

Il a fallu pas moins de quatre apparitions de Jésus à ses disciples ou aux témoins, pour que ceux-ci puissent croire à sa résurrectioin.

A leur décharge, il faut accepter que c'est la première fois et l'unique fois dans l'histoire des hommes qu'un homme apparaît après sa mort, une mort constatée par tous, en public.

Si Jésus leur reproche leur peu de foi, c'est tout simplement parce que Jésus ne les a pas pris par surprise. Depuis tout un temps, il les mettait en garde sur ce qui allait se passer, mais c'était trop incroyable pour être cru.

Aujourd'hui encore, c'est incroyable, et pourtant la foi ce n'est pas autre chose que de croire en l'indémontrable, de mettre sa confiance en quelqu'un que l'on dit mort et qui est  vivant.

Nous ne pouvons plus nous appuyer sur notre raison, mais uniquement sur les récits des témoins des premiers temps. Merci à eux et merci au Seigneur de les avoir suscités.

 


Vendredi 22 avril 2022

C'est le Seigneur!

Jn. 21, 1-14

 

Nouvelle apparition de Jésus à ses disciples, mais cette fois-ci en deux étapes : la première, Jésus est sur le bord du rivage et les invite à lancer les filets à droite de la barque. La deuxième, Jésus est toujours sur la plage, mais il se transforme en chef cuisinier et leur fait un bon poisson grillé.

Mais ce n'est pas que cela! Ce repas est la suite du repas de la Cène, c'est un nouveau repas de noces.

Les disciples en sont tout ébahis, presqu'effrayés. Heureusement que le disciple que Jésus aimait sauve la situation en reconnaissant Jésus et qu'il dit : "c'est le Seigneur".

Et nous aujourd'hui, demain et les autres jours, avons-nous cet oeil du coeur qui nous permet de reconnaître Jésus dans toutes situation?

 


Jeudi 21 avril 2022

Du doute au réel

Lc. 24, 35-48

 

Jésus apparaît aux disciples, toutes portes closes et leur dit : "paix à vous". Cependant, cette voix appelant la paix n'apaise pas les disciples qui se retrouvent tremblant de crainte et de doutes. Comment celui que nous avons vu mourir, que nous avons enterré, même si des femmes et des pèlerins nous ont raconté le contraire, comment peut-il être au milieu de nous? Ne serait-ce pas un fantôme?

Mais Jésus dissipe leurs doutes en montrant qu'il est bien réel, en chair et en os : tout d'abord il a les marques des clous aux mains et aux pieds, puis la blessure de la lance dans le côté. Cependant, ce n'est pas suffisant pour les disciples. Alors Jésus propose de manger avec eux, de partager de la nourriture bien solide : du poisson grillé.

A partir de ce réel, Jésus, comme aux pèlerins d'Emmaüs, leur ouvre l'intelligence aux Ecritures. Puis Jésus les institue comme témoins de la résurrection. Alléluia!

 


Mercredi 20 avril 2022

Revenir à Jerusalem

Lc. 24, 13-35

 

L'épisode des pèlerins d'Emmaüs est bien connu de tous et comment ils reconnurent le Christ à la fraction du pain.

Mais, aujourd'hui, j'ai envie de mettre l'accent sur le fait qu'après avoir reconnu le Christ, ils sont repartis en arrière, sur leur pas. Ils retournèrent à Jérusalemem, nous dit l'évangile. On peut s'en étonner : le matin ils en sont partis, effreayés, dans la crainte des représailles et le soir, à la nuit tombée, ils reviennent sur leurs pas. Pourquoi?

Le partage de l'Eucharistie, directement de la main du Christ, leur a redonné toute la force, la vie, la joie. Et tout heureux ils partirent annoncer la Résurrection à leurs frères et amis.

C'est grâce à eux, à Marie-Magdeleine, aux femmes, aux témoins de la Résurrection que nous avons la foi aujourd'hui. Nous en rencons grâce au Seigneur. Et n'hésitons pas, quand il le faut ou le faudra, de revenir en arrière pour annoncer à temps et à contre temps : Christ est ressuscité, alléluia!

 


Mardi 19 avril 2022

Pleurs et joie !

Jn 20, 11-18

 

Un simple mot a transformé Marie de Magdala et l'a fait passer des larmes à la joie.

Quel mot ?

Simplement son prénom.

Mais le timbre de la voix lui est aussi familier et c'est peut-être la chaleur de la voix qui a retourné Marie.

Ils se sont reconnus. Ou plutôt Marie a reconnu Jésus pour lui-même et non pas comme un fantôme. Mais cette reconnaissance mutuelle n'en reste pas là. Jésus l'envoie en mission auprès de ses frères et Marie y va. Jésus l'envoie en Galilée, c'est-à-dire au-delà des frontières du peuple juif. Et c'est le début de la Bonne Nouvelle qui se répand comme un raz de marée.

 


Lundi 18 avril 2022

Christ est ressuscité !

Mt. 28, 8-15

 

Alléluia ! Alléluia ! Alléluia !

 


 

Dimanche 17 avril 2022

 

Lingerie pascale

 

Jn 20, 1-9

 

Dans la Bonne Nouvelle de la résurrection de ce jour,

un petit mot attire trois fois notre attention : les linges.

 

L’Évangile commence à Noël avec Marie

qui emmaillote Jésus son fils premier-né (Lc 2, 7)

et s’achève dans un tombeau,vide du corps de Jésus, où demeurent des linges.

 

Dans les hôpitaux, les hôtels ou les monastères,

la lingerie est un lieu particulier :

tout propre avec des linges bien pliés et un bel ordre.

Il s’agit du soin des personnes !

Ce matin de la résurrection qui est celui de la nouvelle création,

le tombeau est bien rangé mais le corps du ressuscité brille par son absence.

A la création du monde,

l’ordre du cosmos surgit du chaos par la douce puissance de la parole du Créateur.

A l’aube de la Résurrection, un nouvel ordre du monde a surgi.

Il s’agit d’entendre en nous le doux murmure du Ressuscité,

vivant parmi nous.

 


Samedi 16 avril 2022

 

Tous vivants

 

Lc 24, 1-12

 

Les informations nous présentent parfois

un collectif de femmes mettant en place une transformation sociétale

qui prend soin des plus fragiles.

Cette nuit dans le silence du Samedi Saint

qui veille sur Jésus mort,

nous entendrons proclamer l’heureuse nouvelle de la Résurrection.

 

Des femmes disciples de Jésus, qui l’avaient accompagnées en sa Passion,

s’étaient mobilisées pour aller ensemble au tombeau

prendre soin du corps du défunt.

 

Face à la perte du corps résonne pour elles la question surprenante :

« Pourquoi cherchez-vous le Vivant parmi les morts ? »

Pour tous les chrétiens et les chrétiennes en cette nuit,

la même question est bien pertinente :

Ne plus chercher parmi les morts car ils sont vivants en Dieu.

Ne plus nous complaire

dans nos pertes et nos échecs qui ont goût de mort.

Ne plus nous lamenter sur les failles de nos sociétés.

Croire, espérer et considérer

la mystérieuse absence du Vivant ressuscité parmi nous.

« Ressuscité d’entre les morts, le Christ ne meurt plus…

Vous aussi, pensez que vous êtes morts au péché ,

Mais vivants pour Dieu en Jésus Christ. » (Rm 6, 9.11)

Belle fête du profond mystère de Pâques !

 


 

 

Vendredi 15 avril 2022

 

Près de la croix

 

Jn 18, 1-19, 42

 

Aujourd’hui, la Parole de Dieu, le Fils qui a pris chair

remet son Esprit dans les mains du Père.

Cet expir est vu et accompagné par celles et celui

qui se trouvent au pied de la croix.

Au disciple qu’il aime,

Jésus a confié sa mère et celui-ci la prend chez lui.

 

Cet appel convient à tous ceux et celles

qui ont choisi d’être disciples du Christ.

Une piéta, une mère recevant son Fils mort dans ses bras :

il n’y a rien de plus douloureux et de plus fort à la fois.

Accueillons en nos vies, Marie notre mère qui espère en la résurrection.

 

Au fond d’une église en Tunisie, une grand-mère d’origine italienne vient fleurir la piéta.

Le curé lui dit que le vendredi saint,

il faut retirer toutes les fleurs de l’église en mémoire de la mort de Jésus.

La vieille dame rétorque :

« C’est justement ce jour-là que Marie a le plus besoin de fleurs ! »

 


Jeudi 14 avril 2022

 

Servir Dieu les uns les autres

 

Jn 13, 1-17

 

En pratique, notre foi chrétienne comme la foi juive, où elle prit racine,

S’articule en trois directions :

Aimer son Dieu et son prochain comme soi-même.

 

Servons –nous Dieu en nous servant les uns les autres ?

Ce Jeudi saint, nous faisons mémoire de Jésus, le Christ

qui dans la pleine conscience  de venir de Dieu et d’aller vers lui

prit un bassin pour laver 24 pieds ,

ceux des premiers disciples missionnaires, les 12 apôtres.

Ce geste qui est son testament pour nous tous

porte le secret du bonheur :

« Heureux êtes-vous si vous le faites. » (Jn 13, 17)

dit le verset suivant oublié de la liturgie officielle.

 

Cet oubli nous conduit à mettre en pratique le service d’autrui,

qui est en même temps service de Dieu, pour découvrir

que nous nous rendons ainsi service à nous-mêmes

car nous en sommes heureux !

 


Mercredi 13 avril 2022

 

Tristesse et trahison

 

Mt 26, 14-25

 

Chacune et chacun à notre tour,

nous sommes capables de lâcheté.

Celles-ci nous attristent et nous ignorons bien souvent

quelle serait notre réaction en cas de danger pour nos vies.

 

Dans l’Évangile de ce jour, Jésus est profondément attristé lui aussi

par le fait d’être livré par l’un des siens.

Vis-à-vis de Judas, il éprouve une compassion telle qu’il pressent son avenir.

Profondément malheureux en effet sera Judas qui s’enlèvera la vie par regret.

Mais la miséricorde infinie de Celui, qui donne sa vie pour ses amis,

ne cesse de guetter son retour vers lui.

 

Puissions-nous en ce jour travailler à la lumière de cette miséricorde,

veiller au salut de nos âmes,

et croire à la dignité de chaque homme et femme de cette terre

toujours déjà pardonné en Christ.

 


Mardi 12 avril 2022

 

Agir de nuit

 

Jn 13, 21-33.36-38

 

Veiller auprès des malades ;

se terrer dans les abris pour échapper aux bombardements ;

emballer des colis pour des ventes en lignes

et leurs étonnantes exigences de rapidité ;

trahir, entrer dans la délation par des rencontres secrètes et nocturnes.

Voilà des perspectives de travail de nuit allant de l’essentiel à la faute morale

en passant par le futile de la surconsommation.

 

Face à la condamnation à mort qu’il pressent, Jésus apprécie

une dernière fois la compagnie de ses proches, nommés « petits enfants »

tout en étant lucide sur leurs fragilités

et la trahison, l’abandon, le reniement à venir.

En se reliant à son Père qui le glorifiera,

il peut affronter et se préparer à sa mort.

 

Puissions-nous en cette sainte semaine

grandir chacun et chacune « en force d’âme »

en nous confiant à notre Père qui glorifie !

 


Lundi 11 avril 2022

Laissez-la faire

 

Jn 12, 1-11

 

Dans notre Eglise se réformant une attention

à la place des femmes se manifeste de plus en plus.

La Parole de ce jour va bien en ce sens.

Face à un geste tout gratuit de parfum versé sur ses pieds,

Jésus prend la défense de Marie critiquée pour la dépense et l’oubli des pauvres.

Il s’agit d’honorer à l’avance le corps de Jésus « défunt ».

 

Dans la semaine de célébrations qui s’ouvre,

quel soin, quelle beauté apporterons-nous à nos liturgies

pour honorer notre Sauveur ?

Quelle part de beauté et de culture notre société offre-t-elle

aux plus économiquement défavorisés ?

 

Au-delà des besoins fondamentaux pour la vie de nos corps,

il y a une gratuité de la beauté qui n’a pas de prix.

En effet, cette beauté manifeste la joie du vivre ensemble,

du respect de chaque personne .

Quand tout ceci est à l ‘œuvre dans une célébration,

la joie de la fraternité circule entre nous par le Christ , notre Seigneur et notre frère.

 


Dimanche 10 avril 2022

Foule en liesse

Lc 19, 28-40

 

Les meetings électoraux donnent l’occasion

de rassemblements avec effet de masse :

une communion d’adhérents acclamant leur candidat.

 

En ce jour des rameaux, l’Evangile nous propose

une célébration du Christ Roi, Messie , Sauveur

et des louanges à Dieu pour les merveilles accomplies par son Fils.

Mais l’interprétation politique ne convient guère au dernier verset :

« Si eux se taisent, les pierres crieront ! »

 

Les disciples de Jésus sont dans une joie irrépressible

Mais au calvaire, ils ne seront plus là.

Seules les pierres crieront !

Puissions-nous cette sainte semaine,

accompagner le Christ en sa Passion

en communiant par la prière avec toutes les personnes

qui sont dans la détresse, enserrées par la mort, la maladie et la guerre.

 


Samedi 9 avril 2022

 

Avis de recherche

 

Jn 11, 45-57

 

Menacé de mort par un appel à délation,

Jésus va séjourner ailleurs avec ses disciples

jusqu’à ce qu’il revienne affronter la croix

« pour rassembler dans l’unité, les enfants de Dieu dispersés. »

 

Aujourd’hui, combien de personnes vont-elles 

mourir pour la vie de leur peuple ?

Pour nous chrétiens, il ne s’agit pas seulement

de se croire sauvés par la croix du Christ.

Pouvons-nous reconnaître cette Passion à l’œuvre dans notre monde.

Prierons-nous à temps et à contre-temps pour l’unité de l’humanité ?

Vivons en pensant au salut de tous et toutes

et avançons pas à pas vers notre Pâque.

 

Puissions-nous faire confiance

à celui qui ne se déplace pas ouvertement sur notre planète

mais est avec nous jusqu’à la fin des temps.

Cultivons grâce à lui,  l’espérance de toutes les résurrections possibles.

 


Vendredi 8 avril 2022

 

Croire aux œuvres

 

Jn 10, 31-42

 

Des pierres qui lapident ou de bonnes œuvres selon Dieu.

Voilà ce qui polarise l’évangile de ce jour.

Des bombardements qui tuent ou de bonnes oeuvres de paix :

Comment faire advenir la paix en temps de guerre ?

 

Proche de sa passion, Jésus avance sur un terrain miné :

Quoiqu’il dise peut provoquer sa lapidation ou la foi en sa parole.

Alors, pour sortir de l’impasse, il propose

d’écouter la Bible et de le juger, lui, sur ses oeuvres !

 

Puissions-nous en ce jour, reconnaître

les œuvres de Dieu en ce monde

et en tous ces hommes et femmes qui se conduisent en fils et filles de Dieu.

 


Jeudi 7 avril 2022

 

Menace de mort

 

Jn 8, 51-59

 

A l’horizon du drame de la Passion, l’évangile de ce jour

nous donne de rencontrer un Christ menacé de mort.

Un dialogue entre Jésus et les sceptiques par rapport à sa messianité

devient un débat très rude où chacun campe sur ses positions.

 

Aujourd’hui même, combien de prophètes

refusons-nous d’écouter et de reconnaître ?

Comme il est difficile de discerner l’authenticité

d’une parole humaine fut-elle inspirée !

 

De bons critères sont proposés dans la Parole de ce jour :

- Celui qui dit parler au nom de Dieu s’efface derrière elle car c’est Dieu qui l’envoie.
- Celui qui me dit une parole de la part de Dieu n’en est peut-être pas conscient

mais l’Esprit Saint qui agit en moi me donne de l’interpréter ainsi.

- La parole de Dieu qu’il prononce, il la pratique lui-même

 


Mercredi 6 avril 2022

 

Quel est notre Père ?

 

Jn 8, 31-42

 

Dans la tradition juive, entre le maître qui nous apprend la loi

et le père qui humanise la loi,

il s’agirait d’aimer plus le maître.

 

Dans notre tradition chrétienne, nous n’avons qu’un seul maître le Christ,

 nous dit l’évangéliste Matthieu.

Ce maître, si nous sommes ses disciples, nous conduit à la liberté.

Celle-ci, il nous la présente comme une relation qui rend libre.

Un beau devenir ? Un processus ?

Non, plutôt le chemin de l’amour du Fils et du Père,

l’entrée dans une démarche de fraternité et de filiation.

Voilà ce qui structure toute la vie des enfants de Dieu que nous sommes.

 

Chemin de conversion de carême :

devenir adultes dans notre foi,

aimer le Christ et le Père sous l’impulsion de l’Esprit

et grandir en liberté.

Le moyen pour y arriver : que la parole du Christ ait sa place en nous.

En ce jour, confions au père tous els opprimés de la terre et ceux qui les oppriment.

Puisent-ils tous devenir pleinement libres !

 


Mardi 5 avril 2022

 

Être ou ne pas être de ce monde

 

Jn 8, 21-30

 

Au-delà des angoisses suscitées, la crise écologique

invite à croire et inventer un autre monde possible.

En ce jour, Jésus le Christ n’est pas de ce monde

mais parce qu’il a été élevé de terre,

il est pour toujours avec son Père qui est notre Père.

Si d’aucuns pensent que les catholiques vivent sur une autre planète, c’est réussi !

 

Pourtant, tous nos chemins de carême,

toutes nos conversions passées et à venir,

ne visent-elles pas à sortir des péchés, de tous nos refus d’aimer,

à la manière de ce Fils de Dieu qui nous donne Vie pour toujours.

 

Puissent ces paroles méditées en ce jour,

nous conduire sur le chemin de la foi en Christ, Fils du Dieu vivant

venu en ce monde pour nous conduire vers le Père.

Ce monde du Père n’est pas hors monde

mais il est Royaume de paix et d’amour

à portée de notre foi et de nos actes ici et maintenant !

 


Lundi 4 avril 2022

 

Avoir la lumière de la vie

 

Jn 8, 12-20

 

Cachés dans des abris sous-terrain pendant des bombardements,

des ukrainiens n’ont plus qu’une lumière de vie en eux

pour résister et continuer d’espérer un avenir pour leur pays.

Rongées par la famine, des mères yéménites gardent encore

une petite lumière d’espoir tant que leurs petits respirent encore.

 

Face à ce tragique, comment Jésus le Christ est-il la lumière du monde ?

Laisser faire Dieu, avoir confiance en la puissance de résurrection

qui est le Fils de Dieu même.

Oser croire qu’un autre monde est possible,

si nous y mettons du nôtre avec la force de Dieu qui est en nous.

 

Que notre prière appelle et réalise cet éveil de notre humanité

à la lumière de la vie que nous avons :

«  Celui qui me suit aura la lumière de la vie. » nous dit Jésus !

 


 

 

5° DIMANCHE CARÊME C – 3 Avril 2022 –

Paroles d'espérance

Isaïe 43,16-21/Philippiens 3,8-14/Jean 8, 1-11

 

 

Tous les textes d’aujourd’hui nous plongent dans

le réalisme de l’espérance. Celle ouverte par Dieu,

au temps du prophète Isaïe : « Ne faites plus mémoire

des événements passés, voici que je fais une chose nouvelle :

elle germe déjà, ne la voyez-vous pas ? »

 

L’apôtre Paul écrit :  «Une seule chose compte : oubliant ce

qui est en arrière, et lancé vers l’avant, je cours vers le but,

en vue du prix auquel Dieu nous appelle là-haut, dans le

Christ Jésus. Il s’agit pour moi de connaître le Christ, d’éprouver

la puissance de sa résurrection et de communier aux souffrances

de sa Passion  en devenant semblable à lui. »

 

Comment va agir Jésus devant la femme présentée comme adultère ?

Déjà renvoyer ses accusateurs à leur propre chemin de vie, qui n’est

apparemment pas irréprochable... savoir se taire, attendre, et dire la

parole qui sauve :  « Personne ne t’a condamnée ? Moi non plus.

Va, et désormais, ne pèche plus ! »

Parole de libération, mais aussi d’exigence.  

 


 

Samedi 2 avril 2022

Paroles tranchantes, paroles creuses

Jérémie 11,18-20/Jean 7,40-53

 

 

Les adversaires du prophète disaient : « Coupons l’arbre

à la racine, retranchons-le de la terre des vivants,

afin qu’on oublie jusqu’à son nom ! »   Et lui priait ainsi :

« Seigneur de l’univers, toi qui juges avec justice, fais-moi

vois la revanche que tu leur infligeras, car c’est  à toi que

j’ai remis ma cause ! »

 

Jésus aussi est traqué, sans que ses détracteurs cherchent

vraiment la vérité. Savent-ils où il est né ? Même les gardes disent :

« Jamais un homme n’a parlé de la sorte ! »

Ils se font rabrouer. Nicodème, à son tour, émet-il un doute :  

«Notre Loi permet-elle de juger un homme

sans l’entendre d’abord pour savoir ce qu’il a fait ? »

Lui aussi se fait remettre en place :

«Aucun prophète ne surgit de Galilée ! »

Et ils s’en allèrent chacun chez soi.

 

Il n’est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre. 

 


 

Vendredi 1er avril 2022

Incompatibilités

Sg. 2,1-22/Jn. 7,1-30

 

 

Monologue de l’impie face au juste : « Il est un démenti

pour nos idées, sa seule présence nous pèse...

Soumettons-le à des outrages et des tourments,

condamnons-le à une mort infâme puisque, dit-il,

quelqu’un interviendra pour lui.

Mais ils s’égarent ; leur méchanceté les a rendus aveugles.

Ils ne connaissent pas les secrets de Dieu. »

 

Jésus, au milieu des juifs croyants, se trouve harcelé

de manière terrible. Tout, en sa vie, en son enseignement,

pose question. Et lui proclamait : « Je ne suis pas venu de

moi-même, mais il est véridique, Celui qui m’a envoyé, lui

que vous ne connaissez pas. Moi, je le connais, parce que

je viens d’auprès de lui, et c’est lui qui m’a envoyé ! »...

Personne ne mit la main sur lui, parce que son heure n’était

pas encore venue.  Et nous ? Que pensons-nous de lui ?

 


Jeudi 31 mars 2022

Face à la vérité

Exode 32,7-14/Jean 5, 31-47

 

 

« Le Seigneur parla à Moïse : Va, descends, car ton peuple

s’est corrompu, lui que tu as fait monter du pays d’Égypte.

Ils n’auront pas mis longtemps à s’écarter du chemin que

je leur avais ordonné de suivre. Ils se sont faits un veau en

métal fondu et se sont prosternés devant lui... ma colère va

s’enflammer contre eux !

Moïse apaisa le visage du Seigneur son Dieu : Souviens-toi

de tes serviteurs Abraham, Isaac et Jacob... Et le Seigneur

renonça au mal qu’il avait voulu faire à son peuple.

 

Jésus poursuit sa défense en vérité :  « C’est un autre qui me

rend témoignage, et je sais que le témoignage qu’il me rend

est vrai. J’ai pour moi un témoignage plus grand que celui de

Jean : ce sont les œuvres que le Père m’a donné d’accomplir.

Vous scrutez les Écritures, or, ce sont les Écritures qui me

rendent témoignage, et vous ne voulez pas venir à moi pour

avoir la vie. Vous n’avez pas en vous l’amour de Dieu !

Votre accusateur, c’est Moïse. Si vous croyiez Moïse, vous me

croiriez aussi, car c’est à mon sujet qu’il a écrit.. ».

 

Le choix nous est donné : regarder la vérité en face ou la trahir ?

 


Mercredi 30 mars 2022

Annonce - Réalité - Refus

Isaïe 49,8-15/Jean 7, 19-15

 

Dans sa grande tendresse pour son peuple, écrit Isaïe,

Dieu façonne son envoyé « Je t’ai établi pour que tu

sois l’alliance du peuple pour relever le pays, restituer

les héritages dévastés et dire aux prisonniers :sortez ! »

Jésus, à travers ses gestes de miséricorde, pouvait dire :

« Mon Père est toujours à l’œuvre, et moi aussi je suis

à l’œuvre ! »

Mais voici le drame qui se noue : « C’est pourquoi, de plus

en plus, les juifs cherchaient à le tuer, car non seulement

il ne respectait pas le sabbat, mais encore il disait que Dieu

était son propre Père, et il se faisait ainsi l’égal de Dieu. »

Jésus poursuivra avec force : « Comme le Père relève les morts

et les fait vivre, ainsi le Fils, lui aussi, fait vivre qui il veut...

Je ne cherche pas à faire ma volonté, mais la volonté de Celui

qui m’a envoyé. »

 

Paroles fondamentales... Le procès de Jésus est déjà commencé.

 


Mardi 29 mars 2022

Qui guérit ?

Ézéchiel 47,1-12/Jean 5,1-16

 

 

Vision du prophète Ézéchiel : « de l’eau sort du Temple.

Cette eau assainit tout ce qu’elle pénètre, et la vie apparaît

en tout lieu où arrive le torrent. »

La piscine de Bethzatha avait cette même vertu, mais un

paralysé ne pouvait s’y plonger seul.

« Veux-tu être guéri, lui dit Jésus ? » Il suffit d’un mot de Jésus

pour opérer cette guérison, discrètement, de façon anonyme.

 

L’homme marche, portant son brancard. Mais il s’en suit deux

attitudes étonnantes qui font réfléchir :

Jésus le retrouve dans le Temple et lui dit « ne pèche plus,

il pourrait t’arriver quelque chose de pire ! »

La paralysie spirituelle est-elle donc plus grave encore ?

 

« Les juifs, apprenant que c’était Jésus qui l’avait guéri,

persécutaient Jésus parce qu’il avait fait cela le jour du Sabbat. »

Quelle mesquinerie dans l’application de la Loi, quand un si

grand bienfait vient d’être accompli !

 

Où nous situons-nous ?

 


 

Lundi 28 mars 2022

Créateur de joie

Isaïe 65,17-21/Jean 4,43-54

 

 

Dieu rêve de joie pour son peuple : « on n’y entendra plus

de pleurs ni de cris. Plus de nourrisson emporté

en quelque jours, ni d’homme qui ne parvienne au bout

de sa vieillesse... »

Comment cela va-t-il se faire ?

Jésus, en Galilée, répond à la foi d’un fonctionnaire royal

qui le prie pour son fils mourant... « Va, ton fils est vivant ! »

L’homme crut à la parole de Jésus, et en constata la vérité.

Il crut, ainsi que tous les gens de sa maison.

 

Dieu passe aujourd’hui par beaucoup de médiateurs.

J’ai entendu un chirurgien me dire : « Je soigne,

mais c’est Dieu qui guérit. »

Belle collaboration, belle humilité, et quoiqu’il arrive,

la foi est toujours indispensable à la vie.

 


4° dimanche – 27 mars 2022

Réconciliés dans le Christ

Josué 5,9-12/2° Cor.5,17-21/Luc 15,1-3.11-32

 

 

Un cri nous est lancé en ce dimanche : 

« Nous le demandons au nom du Christ, laissez-vous

réconcilier avec Dieu. Celui qui n’a pas connu le péché,

Dieu l’a pour nous identifié au péché, afin qu’en lui, nous

devenions justes de la justice même de Dieu ! »

 

Comment cela peut-il se faire ?

 

« Si quelqu’un est dans le Christ, il est une créature nouvelle.

Tout cela vient de Dieu : il nous a réconciliés avec lui par le

Christ. »

La parabole de l’enfant prodigue permet bien de se reconnaître,

soit dans le fils tout fou qui jouit de sa liberté et plonge dans la

détresse, soit dans le fils aîné enfermé sur lui-même, incapable

d’aimer.   Laissés à nos seules forces, aucun avenir...

 

Mais le Christ est là pour nous accueillir, nous révéler l’amour

du Père, restaurer une communion brisée également entre frères.

Tous, nous pouvons venir à lui en toute confiance.

Il ne nous fera que du bien.

 


 

Samedi 26 mars 2022 

Fidélité durable? Fermée? ouverte?

Osée 6,1-6/Luc 18,9-14

 

 

« Venez, retournons au Seigneur : Il a blessé,

mais il nous guérira ; il a frappé, mais il nous

soignera. Après deux jours, il nous rendra la vie ! »

Ces paroles nous semblent belles, et sans doute

agréables à Dieu. Et pourtant...

Que dit-il par son prophète ? « Votre fidélité, une

brume du matin, une rosée d’aurore qui s’en va !

Je veux la fidélité, non le sacrifice, la connaissance

de Dieu, plus que les holocaustes... »

 

Jésus s’en fera un écho en décrivant deux types de prière :

celle du pharisien : « Mon Dieu je te rends grâce parce que

je ne suis pas comme les autres hommes... »

celle du publicain : « Mon Dieu, montre-toi favorable

au pécheur que je suis ! »

Je vous le déclare, dit Jésus : Quand ce dernier descendit

dans sa maison, c’est lui qui était devenu un homme juste,

plutôt que l’autre.

 


Vendredi 25 mars 2022

Annonciation du Seigneur

Isaïe 7,10-14 ;8,10/Hébreux 10,4-10/Luc 1,26-38

 

 

La lettre aux hébreux a des paroles très fortes

pour évoquer la mission du Christ, en s’appuyant

sur le psaume 39 : « En entrant dans le monde le

Christ dit :Tu n’as voulu ni sacrifice ni offrande, mais

tu m’as formé un corps. Tu n’as pas agréé les holocaustes

ni les sacrifices pour les péchés ; alors j’ai dit : Me voici,

je suis venu, mon Dieu, pour faire ta volonté, ainsi qu’il

est écrit de moi dans le Livre..

Et c’est grâce à cette volonté que nous sommes sanctifiés,

par l’offrande que Jésus Christ

a faite de son corps, une fois pour toutes. »

 

Il est  grand, le mystère de la foi auquel Marie a consenti

en accueillant les paroles de l’ange : « Je te salue, comblée

de grâce, le Seigneur est avec toi...

Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur,

 que tout m’advienne selon ta parole. »

 

Et nous est né l’Emmanuel, Dieu-avec-nous !

 


Jeudi 24 mars 2022

Mauvaise foi

Jérémie 7,23-28/Luc 11,14-23

 

« Ainsi parle le Seigneur : Vos pères n’ont pas écouté,

ils ont suivi les mauvais penchants de leur cœur endurci.

J’ai envoyé  vers vous, inlassablement, tous mes prophètes,

mais ils n’ont pas prêté l’oreille, ils ont raidi leur nuque. Ils

ont été pires que leurs pères... La vérité s’est perdue, elle a

disparu de leur bouche. »

 

Après le prophète Jérémie, voici Jésus... Que dit-on de lui ?

« C’est par le chef des démons qu’il expulse les démons ! »

Mais Jésus réplique « Tout royaume divisé contre lui-même

devient désert, ses maisons s’écroulent les unes sur les

autres. Mais si c’est par le doigt de Dieu que j’expulse les

démons, c’est donc que le règne de Dieu est venu jusqu’à vous.

Celui qui n’est pas avec moi est contre moi, celui qui ne

rassemble pas avec moi disperse. »

 

Il est plus facile d’accuser que de consentir à changer

de pensée, de conduite. C’est cet endurcissement que Jésus

condamne avec vigueur.

 


 

Mercredi 23 mars 2022

Fidélité à la vie

Dt 4,1-9/Mat.5,17-19

 

 

« Moïse disait au peuple : Maintenant, Israël,

écoute les décrets et les ordonnances que je

vous enseigne pour que vous les mettiez en pratique.

Ainsi, vous vivrez. Ils seront votre sagesse et votre

intelligence aux yeux de tous les peuples...

Quelle est la grande nation dont les dieux soient

aussi proches que le Seigneur notre Dieu est proche

de nous chaque fois que nous l’invoquons ?  Garde-toi

de jamais oublier ce que tes yeux ont vu. Ne le laisse

pas sortir de ton cœur un seul jour... »

 

« Et Jésus disait à ses disciples : Ne pensez pas que je

sois venu abolir la Loi et les Prophètes : Je ne suis pas

venu abolir, mais accomplir. Celui qui les observera et

enseignera sera déclaré grand dans le royaume des Cieux. »

 


Mardi 22 mars 2022

Supplication et pardon

Daniel 3, 25-43/Mat. 18,21-35

 

Azarias, au milieu du feu, priait ainsi :

« Avec nos cœurs brisés, nos esprits humiliés,

reçois-nous comme un holocauste. Que notre

sacrifice trouve grâce devant toi, car il n’est pas

de honte pour qui espère en toi... Et maintenant,

de tout cœur nous te suivons et nous cherchons

ta face... ne nous laisse pas dans la honte ! »

 

Une autre attitude essentielle sera développée

par Jésus : « Lors que mon frère commettra des

fautes contre moi, combien de fois dois-je lui pardonner ?

Jusqu’à 70 fois 7 fois !

C’est ainsi que mon Père du ciel vous traitera (sans pitié)

si chacun de vous ne pardonne pas à son frère du fond

du cœur. »

 


Lundi 21 mars 2022

Exigences d'ouverture

2 Rois 5,1-15/Luc 4,24-30

 

Être fidèle au Dieu d’Israël, pour Jésus, c’est

s’ouvrir aussi à l’étranger, comme déjà les prophètes

Élie et Élisée en avaient fait l’expérience avec Naaman,

le général syrien, et la veuve de Sarepta. Mais cela,

Les gens de Nazareth ne veulent pas l’accepter :

« Dans la synagogue, tous devinrent furieux. Ils

se levèrent, poussèrent Jésus hors de la ville... »

 

 Ce n’est pas plus facile pour le païen orgueilleux,

mais lépreux,  d’accepter un conseil qui l’humilie :

« Il se mit en colère en disant : Est-ce que les fleuves de Damas

 ne valent pas mieux que toutes les eaux d’Israël ? »

La raison lui viendra de ses serviteurs. 

S’étant plongé 7 fois dans le Jourdain

pour obéir à la parole de l’homme de Dieu,

sa chair redevint semblable à celle d’un petit enfant.

Et il pouvait témoigner :

« Désormais, je le sais, il n’y a pas d’autre Dieu

 sur toute la terre que celui d’Israël ! »

 


 

Dimanche 20 mars 2022

Autruche ou dépression ?

Luc 13, 1-9

 

Un accident ? Une catastrophe ? Et nous cherchons aussitôt le (les) coupable(s) !

Certes, il y a des responsabilités qu'il convient de tirer au clair.
Mais cette réaction instinctive est révélatrice que nous sommes loin d'être "ajustés", comme nous le notions hier de Saint Joseph !

Jésus nous rappelle que notre vie est fragile. Elle peut se "perdre". Il ne dit pas ça pour nous faire peur, mais pour nous réveiller, nous éveiller à notre responsabilité.
... A ne pas confondre avec une culpabilisation stérile et morbide !...

Devant les guerres ou les catastrophes, nous sommes démunis, déstabilisés...
Est-ce que nous ne pourrions pas y voir, là encore, un "lancement d'alerte" ?!...

... qui nous dit l'urgence d'une conversion.
Entre faire l'autruche et se désespérer, le Christ nous ouvre une autre voie...

 

 


Samedi 19 mars 2022

Ajusté

Mt 1, 16...24

 

"Joseph était un homme juste".
Qu'est-ce qu'être un homme, une femme juste ?

C'est davantage dans le sens de la justesse que de la justice -Même si ça ne l'exclue pas-

Etre ajusté(e) à Dieu, à la Vie.

Etre ajusté(e) à soi-même, à l'autre.

Grâce à cette disposition intérieure, Joseph a pu discerner ce qui était bon de faire pour Marie, pour leur foyer.

Il se trouvait pourtant face à un dilemne terrible, une impasse dramatique.
Cet homme juste a su se mettre à l'écoute d'une voix intérieure profonde, intime, ne voix au cœur de sa propre voix, une voix au-delà de sa propre voix...

... Et l'impasse a été transfigurée en chemin de Dieu...

 

 


Vendredi 18 mars 2022

Le Christ, lanceur d'alerte

Mt 21, 33...46

 

Dans cette parabole de la vigne, Jésus retrace toute l'histoire du peuple de Dieu, l'histoire de l'humanité, notre histoire, mon histoire.
Dieu a créé la terre, l'univers dont la vigne est l'image. Il l'entoure d'une clôture pour nous protéger des dangers extérieurs, mais aussi de notre propre avidité. Et puis, il nous (me) la confie afin de la faire fructifier.

Malheureusement, j'ai trop souvent la tentation de me l'approprier, m'approprier l'univers, m'approprier ma propre vie.

Il nous envoie ses serviteurs, les prophètes, les sages, les lanceurs d'alerte, ma propre conscience...
Vais-je la frapper ? La tuer ? La lapider, ma conscience ?!...

Il nous envoie son propre Fils.
Allons-nous le tuer pour nous approprier l'héritage, dilapider la terre ?!.. Si nous faisons cela, le Christ nous alerte que c'est notre propre destruction que nous signons.
Cette parabole, c'est le Christ, lanceur d'alerte qui nous crie :"Choisis la Vie !" pour porter du fruit.

 

 


Jeudi 17 mars 2022

Un grand abîme

Luc 16, 19-31

 

"Un grand abîme a été établi entre vous et nous."

Un grand abîme entre le riche et Lazare, le pauvre, qui se trouve auprès d'Abraham.
Ce grand abîme, c'est le riche lui-même qui l'a creusé durant sa vie.
Il n'a pourtant rien fait de mal à Lazare. Il l'a ignoré. Il a vécu sa vie perso, dans le confort et l'opulance, sans voir Lazare, le pauvre, qui était à sa porte, tout près de lui.
Le pape François ne cesse de nous alerter sur les méfaits de l'indifférence : "la mondialisation de l'indifférence."

Ecoutons-le ! Ecoutons le Christ !

Arrêtons de creuser des abîmes !

Osons quitter notre confort !

Choisissons la fraternité !

 

 


Mercredi 16 mars 2022

Le monde à l'envers

Mt 20, 17-28

 

Jésus ouvre son cœur à ses disciples, ses intimes. Il leur livre ce qui l'habite et le travaille au plus profond.

... Et voilà que la question qui lui est posée juste après sa confidence, est totalement aux antipodes de son état d'esprit !

Alors qu'il leur annonce le drame qui va se jouer, les disciples ne pensent qu'à leur gloriole, leur puissance perso ! Il y a les deux frères qui s'en remettent à leur maman pour faire cette demande incongrue et totalement décalée. Et il y a les autres qui s'indignent !...

Jésus répond à tous que la gloire, la puissance qu'il leur promet est celle de l'Amour livré, celle du Serviteur.

Le monde à l'envers !

Pas étonnant que 2000 ans après, on ait encore tant de mal à entrer dans cet état d'esprit boulerversant, révolutionnaire !...

 

 


Mardi 15 mars 2022

Recentrage

Mt 23, 1-12

 

Jésus nous donne encore une fois des points de repère précieux pour aujourd'hui !

De même qu'il dénonce les dérives des scribes et des pharisiens, il est nécessaire de repérer les abus de pouvoir et le cléricalisme dans l'Eglise.

Cependant, nous sommes responsables de notre propre foi et de notre pratique religieuse qui la nourrit.

François d'Assise n'était pas aveugle sur les dérives de certains clercs. Il les tenait pourtant en grande estime parce que, par eux, le Christ nous est offert dans son Eucharistie et sa Parole.
Les prêtres sont nos frères. Les mettre sur un piedestal les isole dangereusement. Les mépriser pour leurs travers, également.

D'autant plus que nous sommes, nous aussi, traversés par des tentations de domination.
Nous avons un seul Maître, le Christ, que nous suivons en Eglise, serviteurs les uns des autres.

 

 


Lundi 14 mars 2022

Vitalité vitale

Luc 6, 36-38

 

Les gestes d'amour, de don, de miséricorde auxquels Jésus nous invite, ne sont pas des actes que l'on pose à la force du poignet ou en serrant les dents !

C'est tout simplement le principe des vases communicants !

C'est parce que je reçois la miséricorde, le non-jugement, le don... que ça déborde de mon vase vers les autres.

Si je coupe le robinet en ne laissant pas déborder vers les autres, je ne peux plus moi-même recevoir, accueillir.

"Qu'as-tu que tu n'aies reçu ?!"

Prendre conscience que je reçois pour transmettre à mon tour.
C'est vital ! A l'image de la respiration.

 

 


Dimanche 13 mars 2022

Jésus seul

Luc 9, 28b-36

 

La Transfiguration de Jésus éclaire le sens du carême. Elle nous rappelle l'horizon de notre démarche.
Le temps du carême est une pédagogie de Dieu pour nous préparer à accueillir la solennité de la Vie. La Transfiguration en est un avant-goût.

notre marche à travers les ombres s'ouvre sur la lumière. Notre travresée du désert éveille notre soif pour boire à la Source jaillissante.
La Transfiguration nous recentre sur la personne du Christ, le Fils bien-aimé du Père, lui et lui seul que nous devons suivre.

 

 


Samedi 12 mars 2022

Ennemis frères

Mt 5, 43-48

 

La parole d'Evangile est vraiment très exigente !...

Trop ?!...

"Aimez vos ennemis, priez pour ceux qui vous persécutent".
C'est ce que Jésus lui-même a fait. C'est le seul moyen de casser l'engrenage de la haine et de la violence.
Quand on parle ici d'aimer, il ne s'agit pas d'un sentiment affectif. Il s'agit de lui vouloir du bien.

Aimer uniquement ceux qui nous aiment risque de conduire au communautarisme, à la secte, au repli identitaire.
Oser sortir de notre cercle de confort pour aller saluer l'ennemi, celui que nous considérons comme une menace, demande foi et courage. Bien plus que de prendre les armes !

C'est le seul chemin pour construire un monde de paix.
C'est le seul chemin pour aller vers notre Père, le leur et le nôtre.

 

 


Vendredi 11 mars 2022

Frères ennemis

Mt 5, 20-26

 

Dans les demandes auxquelles Jésus nous invitait hier, la demande de pardon est sans doute la plus difficile. Il s'agit de se montrer vulnérable en dévoilant ses failles d'une part, et en s'en remettant à l'autre d'autre part.

Pour pouvoir le vivre en vérité, un travail intérieur est nécessaire afin de se pardonner d'abord à soi-même. Prendre soin de l'être blessé en soi-même.

"Amour et Vérité se rencontrent" dit le psaume. Seule la tendresse et la compassion envers soi-même peuvent ouvrir nos yeux sur notre péché sans culpabilité morbide.

Le péché, c'est le fait d'avoir rompu la relation. En renouant la relation avec mon être profond, je deviens capable de renouer avec mon frère, ma sœur de façon ajustée.

 

 


Jeudi 10 mars 2022

S'il te plait

Mt 7, 7-12

 

Demander n'est pas une chose facile.

C'est reconnaître qu'il nous manque quelque chose, que ce soit un objet, un savoir, une compétence, une présence.

C'est reconnaître notre dépendance vis à vis de l'autre, des autres.
C'est se mettre en position de vulnérabiblité.

Demander nécessite confiance et humilité.

Sinon, soit on choisira de ne rien demander, de se suffir à nous-même, quitte à manquer, et à s'enfermer dans sa tour d'ivoire.

Soit notre demande aura une connotation d'exigence, de revendication, de réclamation d'un dû !

Le Christ présente le Père comme quelqu'un à qui nous pouvons demander sans crainte d'un refus, d'une humiliation, d'une tromperie.

Il est un Père qui nous aime. Nous pouvons lui demander en toute confiance.
... et entrer, nous aussi, dans son état d'esprit lorsque quelqu'un nous fait une demande.

 

 


Mercredi 9 mars 2022

Fais-moi signe !

Luc 11, 29-32

 

On cherche des signes, voire des preuves, des garanties, des assurances tout risques...

On multiplie les législations pour essayer de parer à toutes les éventualités de risque.
On recherche des signes de plus en plus spectaculaires. Si une vedette ou un beau parleur surgit, on s'accroche à elle, à lui comme à une bouée de sauvetage...

... Et on oublie que le bien ne fait pas de bruit,

que la puissance de la vie est secrète,

que l'amour ne se prouve pas.
On devient alors aveugle aux 1000 signes par lesquels Dieu nous révèle sa Présence de Vie qui traverse la mort.

Ouvrons nos yeux et avançons sans crainte.

 

 


Mardi 8 mars 2022

Inutile prière

Mt 6, 7-15

 

La prière ne se mesure pas selon nos logiciels de statistiques ! Dieu ne s'achète pas par des kilos de mots et des heures comptées ! Dieu ne sais pas compter !

Entre amis, on ne compte pas. Entre une mère, un père et ses enfants, on ne compte pas ! Tout est cadeau !

La prière n'entre pas dans le registre de l'utilité, de l'efficacité. Elle est gratuite. Elle est une rencontre, une alliance.

Etre avec Dieu. Se laisser emplir de son Nom de Père, Source de vie, de son règne et sa volonté d'amour. Recevoir le pain et le pardon pour la route... et les partager entre frères et sœurs.

Dieu ne sait pas compter, mais il compte sur nous.

 

 


Lundi 7 mars 2022

"Où est-il ton Dieu ?!"

Mt 25, 31-46

 

Ce texte est génial ! Si nous nous demandons où est Dieu, la réponse est claire : il est là dans celui qui est démuni. Il est là en chair et en os !

Si nous pensons qu'avec tous ces malheurs, Dieu pourrait bien nous aider, eh bien, c'est à nous de l'aider !

Si nous désirons faire une rencontre bouleversante de Dieu, allons à la rencontre de nos frères et sœurs dans le besoin, ceux qui sont proches ou lointains.

Oui, l'expérience mystique n'est pas un idéal abstrait réservé à une élite !

Et si je passe à côté, je me sentirai comme un "bouc" qui se défend avec ses cornes, alors que dans la vulnérabilité se trouve la perle du Royaume.

 

 


Dimanche 6 mars 2022

L'Esprit et le diable

Lc. 4, 1-13

 

Premier dimanche de carême : évangile des tentations de Jésus au désert.

Cependant, il me semble important d'entendre l'évangile nous dire que Jésus est rempli de l'Esprit Saint et qu'il est poussé par ce même Esprit.

Ainsi, on peut dire que Jésus est habité et habillé, dans un même mouvement, par l'Esprit Saint.

Ce n'est pas une présence plus grande, plus forte de l'Esprit. Mais une présence dans laquelle Jésus n'a laissé aucune faille possible pour laisser passer le diable. Celui-ci se donne beaucoup de mal pour faire chuter Jésus, mais rien ne passe.

Ce qui est étonnant, c'est que la bataille est perdue d'avance et pourtant le diable essaie. Ainsi, à la suite de Jésus, ne nous laissons pas emprisonner par celui qui veut notre chute pour mieux nous dominer, mais laissons-nous habiter et habiller par ce même Esprit qui, lui, veut notre liberté. Voilà qui nous donnera de la manne pour traverser le désert du carême.

 


Samedi 5 mars 2022

Espérer sans crainte

Jn. 14, 23-27

 

Pour la fête de sainte Colette, l'évangile choisi est celui de la paix. La paix entre les hommes, la paix du coeur, la paix de l'âme. C'est de circonstance étant les guerres qui se déroulent actuellement dans le monde.

Cet évangile de la paix débute avec cette phrase : "Si quelqu'un m'aime, il gardera ma parole". Qu'est-ce que garder la parole de Jésus?

Les paroles de Jésus sont toujours des paroles de confiance, confiance en l'autre, confiance en Dieu. A ce jour, pour faire confiance en l'homme, nous n'avons pas d'autres solutions que de faire confiance à Dieu et d'espérer sans crainte, d'espérer contre toute espérance. Espérer sans crainte parce que, grâce à cette confiance, le Seigneur viendra faire chez nous sa demeure. Si nous devenons, si nous sommes, si nous restons demeure de Dieu, nous pouvons alors devenir transmetteurs de paix, sans crainte et dans l'espérance.

 


Vendredi 4 mars 2022

L'appel des pécheurs

Mt. 9, 14-15

 

Une fois de plus, Jésus part "en guerre" contre l'hypocrisie : il y aurait d'un côté les purs et de l'autres, les pécheurs.

Et Jésus dit : si vous êtes purs, vous n'avez plus besoin de moi! J'appelle les pécheurs, je ne les laisse pas seuls. Ils sont accompagnés par mon amour, par ma compassion, ma miséricorde. Mais les purs, n'ayant pas besoin de moi, se retrouvent tout seuls, dans l'isolement le plus total. Vers qui peuvent-ils se tourner ?

Le Seigneur Jésus ne cherche pas la perfection superficielle, mais il cherche la perfection intérieure, celle qui ne se voit pas, bref celle qui aime ; la main droite ne sait pas ce que fait la main gauche nous disait-il hier.

 


Jeudi 3 mars 2022

Chemin d'espérance

Lc. 9, 22-25

 

Par cet évangile, nous pouvons constater que nous sommes vraiment entrer en carême et que Jésus nous prépare à sa passion et à sa croix.

Non seulement il nous prpare mais il nous invite à nous joindre à lui sur ce chemin.

Un chemin de souffrnces, oui, mais aussi un chemin d'attente et d'espérance. Un chemin qui peut sembler rude, amer, aux premeirs abords, mais un chemin sur lequel nous ne sommes jamais seuls puisque le Fils de Dieu nous ouvre ce chemin qui mène à la résurrection. Alors, ne lésinons pas sur notre espérance et marchons d'un pas allègre vers Pâques.

 


Mercredi 2 mars 2022

Gauche ou droite ?

Mt. 6, 1-6 ; 16-18

 

Aujourd'hui, mercredi des cendres, ouverture du carême, ouverture de ce temps liturgique privilégié qui nous est offert pour essayer de retrouver notre intériorité et notre humanité.

Ne laissons pas ce temps s'écouler hors de nous-mêmes.

C'est un temps de prière, de dons, de jeûne. Ne pas calculer ou se satisfaire de ce que nous faisons, nous donnons, nous prions. Car la prière, le jeûne, le don ne sont pas des buts en soi, ils sont des moyens.

Ces trois attitudes sont là pour nous libérer de tout ce qui a pris place en nous pendant un an et pour faire de l'espace à celui qui nous conduit à la résurrectioin, la sienne qui prendra la nôtre dans la sienne.

Alors, merci Seigneur, de nous donner le temps de nous préparer pour toi, avec toi.

 


Mardi 1er mars 2022

Quel centuple ?

Mc. 10, 28-31

 

Jésus est difficile à comprendre quand il nous dit que nous serons récompensés au centuple. Une centaine de pères, de mères, de frères et soeurs, de maisons, etc. Cela fait beaucoup et nous n'en demandons pas tant !

En plus, Jésus nous dit que les derniers seront les premiers et donc, par conséquent, les premiers seront les derniers. A quoi bon alors se donner du mal ?

Sans doute nous faut-il cesser de raisonner à taille humaine, selon une loi multi séculaire : donnant, donnant.

En fait, Jésus nous parle de la gratuité du Père.

Et le centuple, ce n'est pas en fonction de ce que nous aurons laisser, c'est implement en fonction de l'immensité de l'amour gratuit du Père pour les hommes.

Alors, cessons nos comparaisons bassement mercantiles et acceptons, non pas d'être récompensés au centuple,  mais de recevoir un centuple divin.

 


Lundi 28 février 2022

La vie éternelle en partage

Mc. 10, 17-27

 

Aujourd'hui, les disciples découvrent que suivre le Christ n'est pas de tout repos.

Tous les premiers commandements de la Loi ne suffisent pas. Il leur faut aller plus loin : partager tous ses biens pour pouvoir partager la vie éternelle.

Pourtant, combien de fois nous parlons de la gratuité de l'amour de Dieu. Et ici, il semble que cette gratuité soit battue en brèche.

Alors, que penser? En qui avons-nous mis notre foi?

En celui qui ne nous laissera pas tout seuls livrés à nos seules forces.

Oui, nous sommes incapables d'accéder à la vie éternelle par nos propres forces, qualités, bonnes actions, etc.

Mais ce qui nous est impossible est possible à Dieu : c'est lui qui nous donne en partage la vie éternelle, gratuitement. Ce qui ne veut pas dire qu'il ne faut pas s'occuper de nos voisins, amis, proches dans le dénuement. C'est le B.A. BA du chrétien, mais ce n'est pas cela qui nous ouvre la vie éternelle.

 


Dimanche 27 février 2022

Le coeur bon

Lc. 6, 39-45

 

Avant d'arriver au coeur bon, Jésus nous fait faire tout un détour par l'aveugle, le borgne, le fruit pourri, le bon arbre, la vigne, les ronces, les épines, le figuier, etc. Quel détour un peu essoufflant.

Mais Jésus ne nous abandonne pas à notre essoufflement. Il nous redonne la vie en parlant de la bonté qui habite le coeur de l'homme. Même si aujourd'hui les événements dramatiques de la guerre peuvent nous conduire à penser le contraire, Jésus nous dit : "ne désespérez pas du coeur de l'homme. Moi, Jésus, fils de Dieu, je ne désespère pas. C'est même le but de mon incarnation.

Mais il y va aussi de votre responsabilité que la bonté qui est en vous puisse s'exprimer et ne pas être étouffée."

Alors, ne préjugeons pas de nos forces et demandons au Seigneur de transformer notre coeur malade en coeur bon.

 


Samedi 26 février 2022

Le coeur d'un enfant

Mc. 10, 13-16

 

Le Royaume de Dieu est réservé aux enfants, nous dit Jésus.

Mais c'est qui un enfant ? Particulièrement dans l'esprit de Jésus?

C'est d'abord celui que Jésus peut bénir et à qui il peut imposer les mains sans crainte d'être trompé. La confiance de l'enfant est sans limite pour celui qui ne l'a jamais trompé.

 

Et puis c'est celui que nous devons imiter : non pas en retournant en enfance, cela n'est ni possible ni recommandé. Mais imiter un enfant, c'est laisser transformer son coeur à l'image et à la ressemblance d'un enfant qui attend tout de ses parents.

 

Et enfin le coeur d'un enfant, c'est le coeur qui n'aspire qu'à une chose : être une parcelle d'amour du Père pour l'humanité parce qu'il sait que sans l'amour du Père il ne peut pas aimer à son tour et à son niveau.

 


 

Vendredi 25 février 2022

Répudier

Mc. 10, 1-12

 

Cette histoire de divorce et, à nos jours, très désagréable à entendre. Le divorce étant devenu comme quelque chose de tout à fait normal dans notre société.

Alors, commment pouvons-nous nous situer en chrétien et en même temps être solidaire de nos concitoyens?

Plus que du côté de la morale, Jésus veut nous situer danns le registre du respect de l'autre. Nous sommes tous appelés à vivre et à faire vivre. Vivre en relation avec les autres. Alors que la relation est existentielle, indispensable à la vie de chacun, la rompre par le divorce (sauf circonstances exceptionnelles) revient à dévitaliser notre humanité. C'est pourquoi, le divorce ne peut pas être une option du mariage, simplement un risque selon les cifrconstances.

 


Jeudi 24 février 2022

La soif du pauvre

Mc. 9, 41-50

 

Début de l'évangile : si vous donnez à boire, vous aurez votre récompense.

Suite de l'évangile : si vous faites du mal, vous êes voués à la géhenne.

Est-ce que Jésus veut nous faire peur par ses paroles ,

Je ne crois pas. Je crois tout sipplement qu'il nous informe de ce qui peut nous arriver si nous ne somme pas ouvets aux besoins des autres. Ce n'est pas du chantage de la part de Jésus car nous avons toute liberté de faire ou de ne poas faire. Mais on peut y lire, n on pas un aveertissement mais une réalité : le refus d'être ouvert, de partager, d'aimer, nous plonge ipso facto dans l'enfer. Ne pas aimer est l'enfer. Et, effectivement, il vaut mieux avoir perdu ou donné une partie de ses biens au profit du déshérité plutôt que d'être étouffé par trop de richesses qui nous enferment sur nous-mêmes;

 


Mercredi 23 février 2022

Le sel universel

Mc. 9, 38-40

 

L'évangile de ce jour risque d'être un peu déstabilisant. En effet le Christ nous dit de manière très claire : vous n'avez pas besoin d'être de mes disciples pour réaliser de bonnes actions. Ainsi, nous pouvons aimer sans être parfaits. C'est rassurant et dynamisant.

Aimer, c'est être sel pour les autres et ainsi, disciples ou pas, nous povons être être sel universel pour tous. Belle ission même si on n'en est pas conscient. Merci Seigneur.

 


Mardi 22 février 2022

Fils du Dieu vivant

Mt. 16, 13-19

 

"Fils du Dieu vivant", quelle belle expression et quelle belle traduction pour dire la réalité du Christ : il est fils, donc il a un père ; ce père est Dieu, donc il est Dieu ; il est vivant, donc ce Dieu Père nous accompagne tous les jours de notre vie.

Le Christ, lieu de la rencontre, pour ne plus faire qu'un, de la Transcendance et de l'Immanence. Voilà la foi que Pierre et les apôtres nous ont transmise.

C'est le Dieu auquel nous croyons et, pour ce que tu es, Seigneur, et pour cette vie que tu nous donnes, nous te louons et nous te rendons grâce.

 


Lundi 21 février 2022

Si tu peux

Mc. 9, 14-29

 

Un père éploré vient à Jésus pour son fils épileptique. Sa demande ne le concerne pas lui, mais son fils. Cela nous renvoie à la Syro-phénicienne qui était venue la guérison pour sa fille, ou le centurion pour son serviteur.

Ainsi,les médiations humaines ont toute leur place dans la guérison de quelqu'un. Le père s'adresse à Jésus : "Si tu peux" et Jésus lui répond "as-tu la foi". Ce père aime tellement son fils qu'il est prêt à croire à 100 % en Jésus afin qu'il le guérisse. Mais ce qui est beau c'est que ce père passe du "si tu peux" (léger doute) au "je crois, viens en aide à mon peu de foi" (foi totale).

Ce passage nous révèle deux guérisons : celle, physique, de l'enfant, et celle, spirituelle, du père.

Et Jésus nous donne la recette : "seule la prière sera efficace". A nous d'avoir des oreilles pour entendre.

 


Dimanche 20 février 2022

Divine générosité

Lc 6, 27-38

 

« Aimez vos ennemis, faites du bien

et prêtez sans espérer en retour. »

 

Cette parole n’a rien d’une exigence doucereuse.

Elle est de l’ordre d’une invitation à une bonté illimitée, une miséricorde infinie

car « Dieu est bon pour les ingrats et les méchants ».

S’il s’agit de souhaiter à autrui le bon que nous voudrions pour nous,

c’est de l’ordre de la fraternité agissante

dès lors que la réciprocité est au rendez-vous.

Mais l’évangile va bien plus loin en parlant d’aimer ses ennemis

jusqu’à présenter l’autre joue à celui qui nous frappe.

Tout cela sans espérer de retour !

Quoique s’il arrête de frapper nous serions heureux !

En fait, l’amour des ennemis nous plonge

dans des stratégies de communication non violentes.

 

Aimer qui fait le mal mais non le mal

parce qu’au- delà des actes malfaisants,

il y a une personne pétrie de la même humanité que nous.

Voilà le défi du chemin de la miséricorde.

Il en vaut la peine puisque

« la mesure dont vous vous servez pour les autres

servira aussi pour vous. »

 


Samedi 19 février 2022

 

Silence face au mystère

Mc 9, 2-13

 

La Parole du jour révèle une injonction de Jésus

aux apôtres Pierre, Jacques et Jean de ne rien raconter.

Ils restent dans cette culture du secret tout en se posant des questions.

Dans une Eglise en train d’assumer le rapport de la CIASE,

il n’est pas opportun de parler de culture du secret.

mais dans l’Evangile, il ne s’agit pas de dysfonctionnement systémique

mais d’expérience de Dieu.

 

A certains moments de nos vies, en certains événements,

Dieu toujours plus grand lève pour nous un peu du voile sur son identité.

Un Fils de Dieu qui doit souffrir et ressusciter,

c’est beaucoup à intégrer pour Pierre, Jacques et Jean !

Ils viennent d’être éblouis au sens strict et symbolique par la divinité de Jésus,

son lien avec la loi et les prophètes via Moïse et Elie.

 

Gardons le secret de la beauté de notre relation au Christ

et nous continuerons au fil de nos vies

d’être surpris et de grandir dans la foi

jusqu’à la contemplation bienheureuse

de celui que nous aimons.

 


Vendredi 18 février 2022

Puissance de la croix

Mc 8,34-9,1

 

Don de soi et choix  de la non-violence,

voilà ce que manifeste humainement la croix du Christ.

C’est juste là qu’il veut entraîner ses disciples

afin qu’ils vivent toujours.

Comment cela peut-il se faire ?

Comment la contemplation de Jésus en croix

se retourne-t-elle en signe de vie,

non pas perdue mais offerte ?

Le clé serait peut-être ce dernier verset :

« Parmi ceux qui sont ici, certains ne connaîtront pas la mort

avant d’avoir vu le règne de Dieu venu avec puissance. »

 

La seule puissance de la croix est sa suite :

la résurrection, promesse du Dieu de vie de toujours à toujours.

 

La fécondité du sanctuaire de Lourdes, ne tient-elle pas

à la disponibilité de la petite Bernadette,

jeune fille maladive dont la vie fut un chemin de croix

si porteur de puissance de résurrection pour elle-même

et tous les malades d’hier et d’aujourd’hui ?

 


Jeudi 17 février 2022

Une question d’identité

Mc 8, 27-33

 

En orient, des chrétiens sont persécutés, des musulmans le sont aussi

et un antisémitisme latent demeure un peu partout.

Nos identités religieuses seraient-elles « tabou » ?

L’évangile donne à penser un secret trop lourd à taire

et en même temps si difficile à proclamer.

 

Comme saint Pierre nous ne savons plus quoi dire…

Après avoir reconnu en Jésus le Messie, le fougueux Pierre

reçoit l’injonction de ne parler de Jésus à personne.

Mais Jésus annonce ouvertement

sa mort violente à venir et sa résurrection.

Cette violence-là, Pierre la récuse.

Il ne veut pas qu’elle atteigne celui qu’il aime

et se fait alors traiter de Satan.

 

Il est bien délicat de discerner

quand nous déclarer disciples du Christ et quand ne pas le dire.

Mais c’est de Dieu même qu’il faut attendre ce discernement 

pour que nos pensées soient les siennes et non les nôtres.

 


Mercredi 16 février 2022

Des arbres qui marchent

Mc 8, 22-26

 

A l’échelle du temps, les arbres vivent aussi longtemps

que de nombreuses générations humaines.

Ils pourraient être nos maîtres dans la protection de la planète,

la sauvegarde de notre maison commune pour les générations futures !

 

L’arbre a ses racines dans la terre, il est ancré dans un territoire

où il puise l’eau et les sels minéraux.

Ses branches sont tournées vers le soleil

et ses feuilles reçoivent  l’énergie 

pour se nourrir et croître.

L’humain aussi est les pieds sur terre et la tête au ciel.

Il chemine sur terre en pèlerin vers la patrie céleste.

Guidé par le Fils, il s’en va vers le Père, marchant au souffle de l’Esprit.

Soyons en ce jour d’heureux pèlerins en chemin.

Allons vers la maison du Père,

 où il y a beaucoup de demeures…

 


Mardi 15 février 2022

Rappelez-vous

Mc 8, 14-21

 

De quoi convient-il de se rappeler pour comprendre ?

L’actualité politique nous dira de la shoah pour ne pas sombrer

dans le totalitarisme destructeur, le fascisme mortifère…

 

Dans l’évangile de ce jour, il s’agirait de se souvenir des merveilles

que Dieu a réalisé en nos vies,

de tous ces moments d’ouverture à l’altérité

à la rencontre de l’Autre et des autres.

Ces heures heureuses où nous fûmes guidés

là ou le pain du partage fut multiplié.

 

Quel manque pourrait aujourd’hui se retourner en don reçu ?

Quels signes du royaume de Dieu pourrions-nous voir et entendre

pour comprendre le monde à la lumière de l’évangile ?

 


Lundi 14 février 2022

 

Partir à deux à l’aventure

 

Lc 10, 1-9

 

Partir à deux à l’aventure :

Voilà un beau rêve d’adolescents ou de grands jeunes

à l’aube d’une vie professionnelle ou de couple.

Voyager à pieds, à vélo, en train et si possible pas trop d’avion !

 

La stratégie évangélisatrice du Seigneur

dans la parole de ce jour  garde le voyage à deux,

l’absence de sécurité sans sacs ni chaussures de marche

mais donne une orientation précise :

aller avant que j’y arrive dans toute localité.

 

Alors que notre pape invite à aller aux périphéries,

Croyons-nous que notre arrivée là-bas y précède celle du Christ ?

S’il en est ainsi, l’audace évangélisatrice des saints Cyrille et Méthode

Pourrait-elle nous habiter ?

En tout cas nous pouvons toujours placer l’aventure au niveau de la réception ou non.

Un beau risque pour annoncer la joie de Dieu qui nous habite.

 


Dimanche 13 février 2022

 

Béatitudes

 

Lc 6, 17.20-26

 

Il faut bien de la confiance en Jésus

pour entendre ses béatitudes et tressaillir de joie.

Dans toute situation de détresse, de manque, de rejet,

nous sommes déclarés heureux 

si pas ici et maintenant au moins au ciel

où une grande récompense nous attend.

 

Si un avenir plus radieux aide effectivement à traverser l’épreuve,

nous aspirons tous au bonheur dès maintenant.

Or, le Royaume de Dieu est à nous tout de suite,

si nous sommes pauvres, proclame Jésus.

Comment donc accueillir ce Royaume de Dieu que nous possédons déjà ?

Serait-ce dans une vie en ouverture,

assez consciente de ses attentes et de ses manques

pour recevoir au jour le jour, au goutte à goutte,

un peu de joie de Dieu,

avec gratitude pour la vie reçue et donnée


Samedi 12 février 2022

Partager la nourriture

Mc 8, 1-10

 

À l’écoute de l’évangile d’hier, nous priions pour les malades.

Aujourd’hui, nous sommes invités à nourrir les affamés !

Tous les affamés de la planète ?

Rien que d’y penser, nous voilà dépassés par les événements !

Mais s’il s’agit de commencer par la compassion,

le souci du partage pourra faire des miracles

juste à partir de ce que nous avons.

 

Si Jésus a nourri 4000 hommes, le chiffre 4, évoquant les 4 points cardinaux,

donne à penser qu’il est concerné par l’humanité entière.

Tous sauvés, notre espérance nous conduit à croire

à une distribution possible entre tous et toutes,

pas seulement de nos surplus

mais d’une nouvelle justice et économie mondiale.

 


 

Vendredi 11 février 2022

Bonne réputation

Mc 7, 31-37

 

Si nous ne pouvons ni prendre la parole ni entendre,

notre vie sociale est indigente.

En pays étranger, Jésus est supplié de guérir un sourd-muet

parce que sa bonne réputation l’a précédé.

Il est connu qu’«  il fait bien toutes choses ».

 

Quand pourrons-nous nous écouter et prononcer des paroles

qui ouvrent à la vie sociale en ce jour ?

Que ferons nous de bien à la suite du Christ dont nous sommes les disciples ?

 

En faisant mémoire de la Vierge Marie de Lourdes,

prions pour toutes les personnes qui y accompagnent les malades.

Puissent-ils les écouter et bien faire toutes choses,

les rencontrer de personne à personne,

grandir ensemble dans la foi

sous le regard de Marie, notre mère.

 


Jeudi 10 février 2022

À force d’insister

Mc 7, 24-30

 

C’est bien connu, une mère en détresse

a tous les culots pour faire soigner son enfant.

 

Voir aujourd’hui dans les médias

des mères afghanes portant des enfants sous-alimentés

relève de l’insoutenable.

Comment ne pas se dérober au soin de tous ces enfants

qui sont membres de notre humanité ?

Si petit soit-il le partage enclenche un chemin de solidarité.

 

La parole percutante de la syro-phénicienne ne dit que cela :

sa petite fille pourrait au moins recevoir des miettes.

A cause de cet appel Jésus guérit l’enfant.

Quand nous osons la compassion,

notre vie ne s’élargit-elle pas ?

 


Mercredi 9 février 2022

Pas de régime alimentaire

Mc 7, 14-23

 

Dans une culture où la pureté ou non des aliments

détermine une stricte façon de se nourrir,

Jésus déclare purs tout ce qui se mange.

Notre civilisation « hygiéniste » et sensible à la souffrance animale

pourrait s’en offusquer !

La dimension du pur et de l’impur ayant à voir avec le sacré,

il est possible que Jésus veuille nous sortir de là

pour nous éveiller à une autre dimension, celle du juste et de l’injuste.

La justice implique les intentions du coeur dans toutes nos relations :

à nous-même, aux autres humains, à Dieu et à toute la création,

tous les biens que la société de consommation met entre nos mains.

A partir « du dedans », pourrons-nous prendre soin

les uns des autres et de nos aliments ?

Notre nourriture est elle produite localement, achetée au juste prix,

respectueuse de normes environnementales ?

 


Mardi 8 février 2022

 

Attachés par tradition

 

Mc 7, 1-13

 

Par sa parole  et son comportement,

Jésus et ses disciples avec lui font éclater

des coutumes, des traditions qui se sont

trop éloignées de leur source :

les commandements de Dieu,

commandements d’amour.

Le rapport de la CIASE est venu rappeler à notre Eglise

combien compte la vie d’un seul de ces petits,

qui sont les frères de Jésus.

Les possibles dérives d’un certain cléricalisme ont ainsi éclaté au grand jour.

Puissions-nous agir en ce jour, toujours et partout,

à l’aulne des commandements d’un Dieu qui n’est qu’amour,

en cultivant respectueusement notre liberté et celle des autres.

 


Lundi 7 février 2022

Un toucher sauveur

Mc 6, 53-56

 

Au sens symbolique, toucher quelqu’un,

c’est le surprendre au niveau du cœur et de la pensée,

l’interpeller et l’appeler à une profondeur de relation insoupçonnée

ou bien à un service, une aide.

Serait-ce ce qui se passe

avec tous les malades cherchant  à tout prix,

un contact avec Jésus, même infime

comme de toucher la frange de son vêtement?

Cette frange fait signe

vers les commandements de Dieu, la loi de Moïse.

 

En ce jour, notre prière à Jésus le touchera-t-il ?

Recevrons-nous de lui de quoi être « sauf »,

la force de vivre selon le droit et la justice,

de vivre en santé physique, humaine

et relationnelle avec ceux et celles que nous rencontrerons ?

 


 

 

Dimanche 6 février 2022

Isaïe 6,1-8/1° Corinthiens 15,1-11/Luc 5,1-11

 

APPEL ET ENVOI

 

Le prophète isaïe décrit sa vision de la gloire du Seigneur.

Il entend sa voix: « Qui enverrai-je ? Qui sera notre

messager ? Il répond : Me voici ! Envie-moi ! »

 

Jésus s’invite dans la barque d’un pêcheur, pour

enseigner la foule. Puis il dit à Simon : Avance au large

et jetez vos filets...  Pêche surabondante qui suffoque

Simon et ses compagnons... Jésus lui dit alors :

« Sois sans crainte, désormais, ce sont des hommes que tu

prendras ! Alors, ils ramenèrent les barques au rivage, et

laissant tout, ils le suivirent. »

 

Quant à l’apôtre Paul, voici ce qu’il écrit : « Je vous rappelle

la Bonne Nouvelle que je vous ai annoncée ; cet Évangile,

vous l’avez reçu, c’est en lui que vous tenez bon, c’est par

lui que vus serez sauvés.

Ce que je suis, je le suis par la grâce de Dieu, et sa grâce,

venant en moi, n’a pas été stérile. Je me suis donné de la

peine... A vrai dire, c’est la grâce de Dieu avec moi. »

 


Samedi 5, février 2022

1° Rois 3,4-13/Marc 6, 30-34

PRENDRE SOIN

 

Quel est le souci du roi Salomon, sa prière ?

« Je suis un tout jeune homme, ne sachant

comment se comporter, et me voilà au milieu

d’un peuple nombreux. Donne à ton serviteur

un cœur attentif pour qu’il sache gouverner ton

peuple et discerner le bien et le mal... »

 

Souci de Jésus pour ses disciples :

« Venez à l’écart dans un endroit désert et reposez-vous

un peu... Ils partirent donc en barque pur un endroit désert.

Mais les gens les virent s’éloigner, et comprirent...

Alors à pied, de toutes les villes, ils coururent  et arrivèrent

avant eux. En débarquant, jésus vit une grande foule.

Il fut saisi de compassion envers eux, parce qu’ils étaient

comme des brebis sans berger.

Alors il se mit à les enseigner longuement. »

 

Attention à Dieu, attention aux autres, à tous les autres !

 


Vendredi 4 février 2022

Ben Sira 47,2-11/ Marc 6, 14-29

 

L’EXERCICE DE LA ROYAUTÉ

 

Le Sage fait l’éloge de David : courageux berger,

valeureux guerrier... « Dans tout ce qu’il a fait, il a

célébré la louange du Saint,  du Très-Haut, en proclamant

sa gloire. De tout son cœur, il s chanté les psaumes, il a

aimé son Créateur... Le Seigneur a enlevé les péchés de

David, il a pour toujours exalté sa force, il a fondé sur lui

l’Alliance avec sa dynastie, le trône de gloire d’Israël. »

 

Tout différent est le visage d’un autre roi : Hérode, celui

qui a fait décapiter le prophète Jean, pour plaire à une

jeune danseuse, à ses convives, et surtout à sa femme

qui l’avait en haine.

S’il s’interroge sur jésus, dont il entendait parler, c’est plus

par curiosité et par une certaine crainte religieuse : Qui est-il ?

Au moment de la Passion de Jésus, nous verrons bien sa

superficialité, désirant voir un faiseur de miracles, et, déçu,

n’hésitant pas à le livrer à la hargne de ses adversaires.

Quels souvenirs laissent derrière eux les dirigeants des peuples ?

 


Jeudi 3 février 2022

1° livre des Rois 2,1-12/Marc 6,7-13

 

ASSURER LE RELAIS

 

Le roi David va mourir et fait ses recommandations

à son fils Salomon, lui rappelant la promesse de Dieu :

« Si tes fils veillent à suivre leur chemin en marchant

devant moi avec loyauté, de tout leur cœur et de toute

leur âme, jamais tes descendants ne seront écartés du

trône d’Israël. »

 

« Jésus appela les douze et commença à les envoyer en

mission deux par deux. Il leur donnait autorité sur les

esprits impurs, et il leur prescrivit de ne rien prendre

pour la route...

Ils partirent, et proclamèrent qu’il fallait se convertir.

Ils expulsaient beaucoup de démons, faisaient des onctions

d’huile à de nombreux malades, et les guérissaient. »

 

Genres de vie bien différents entre un jeune roi et de jeunes

disciples de Jésus. Face à Dieu dans les deux cas, la suite

de leur comportement décidera de leur avenir.

 


Mercredi 2 février 2022

Lettre aux Hébreux 2,14-18/Luc 2, 22-40

 

PRÉSENTATION DE JÉSUS AU TEMPLE

 

« Jésus a partagé la condition des enfants des hommes.

Par sa mort, il a pu réduire à l’impuissance celui qui

possédait le pouvoir de la mort, le diable, et il a rendu

libres tous ceux qui, par crainte de la mort, passaient

toute leur vie dans une situation d’esclave... »

 

Le vieillard Siméon, poussé par l’Esprit, reçut dans ses bras

l’enfant jésus offert à Dieu au Temple, et bénit Dieu en disant :

« Maintenant, ô Maître souverain, tu peux laisser

 ton serviteur s’en aller en paix, selon ta parole,

car mes yeux ont vu le salut que tu préparais à la face

des peuples, lumière qui se révèle aux nations, et donne

gloire à ton peuple Israël. »

Anne, une femme prophète survenant à cette heure même,

proclamait les louanges de Dieu, et parlait de l’enfant

à tous ceux qui attendaient  la délivrance de Jérusalem.

 


Mardi 1° février 2022

2° Samuel 18,9 à 19,4/Marc 5, 21-43

LE CŒUR D’UN PÈRE

Absalon le fils du roi, en révolte contre son père,

a été vaincu et il est mort. Un messager, tout heureux,

vint l’annoncer à David. Celui-ci fut bouleversé, et se

mit à pleurer : « Mon fils Absalon, mon fils ! Pourquoi

ne suis-je pas mort à ta place, Absalon, mon fils ! »

 

Un autre père, chef de synagogue, tombe aux pieds de

Jésus et le supplie : « Ma fille, encore si jeune, est à la

dernière extrémité. Viens lui imposer les mains pour

qu’elle soit sauvée et qu’elle vive... Jésus partit avec lui.

« Ne crains pas, crois seulement ! »

Jésus met tout le monde dehors, prend avec lui le père

et la mère de l’enfant, saisit la main de l’enfant et lui dit :

« Jeune file, je te le dis, lève-toi ! » Aussitôt la jeune fille

se leva et se mit à marcher. Ils furent frappés d’une grande

stupeur...

Qui peut résister à l’amour d’un père ? Et peut-on réaliser

la douleur de Dieu, Père de Jésus, devant les souffrances et

la mort de son Fils ? Cela a été voulu pour l’amour de nous...

 


Lundi 31 janvier 2022

2° Samuel 15,13-30. 16,5-13/Marc 5,1-20

 

FACE AU MAL

Un messager vint annoncer à David : Le cœur

des hommes d’Israël a pris parti pour Absalon ton fils !

Il dit : debout, fuyons...

David montait la montée des oliviers en pleurant.

Il se faisait insulter. Vengeance possible ? Non : « Peut-être

le Seigneur considèrera ma misère et me rendra le bonheur ! »

Jésus, au pays des géraséniens, délivre un homme possédé

par une légion d’esprits impurs. Ceux-ci entrèrent dans un

troupeau de porcs qui se précipitèrent dans la mer.

Les gens supplient alors Jésus de quitter leur territoire.

L’ancien possédé suppliait Jésus de pouvoir être avec lui.

Mais il lui dit : Rentre auprès des tiens, annonce-leur

tout ce que le Seigneur a fait pour toi dans sa miséricorde.

Peur ? Action de grâce ? Admiration ? Quelle sera notre attitude ?

 


Dimanche 30 janvier 2022

Jérémie 1,4-19/1° Corinthiens12,31 à 13,13/Luc 4, 21-30

PROPHETE SANS EXCLUSIVE

Appel de Dieu à Jérémie : « Avant même de te façonner

dans le sein de ta mère, je te connaissais ; avant que tu

viennes au jour, je t’ai consacré ; je fais de toi un prophète

pour les nations... Tous, ils te combattront, mais ils ne pourront

rien contre toi, car je suis avec toi pour te délivrer. »

 

« Dans la synagogue de Nazareth, après la lecture du livre

d’Isaie : « l’esprit du Seigneur est sur moi »... Jésus déclara :

« Aujourd’hui s’accomplit ce passage de l’Écriture

que vous venez d’entendre. 

Tous lui rendaient témoignage, et s’étonnaient des paroles de grâce

qui sortaient de sa bouche. »

Mes les choses se gâtent quand Jésus ajoute :

« Aucun prophète ne trouve un accueil favorable dans son pays. »

Élie, Élisée, ont été envoyés à des étrangers...

« A ces mots, tous devinrent furieux...

mais lui, passant au milieu d’eux, allait son chemin. »

 

C’est bien à juste titre que Paul dit aux disciples :

J’aurais beau... faire des choses magnifiques...

s’il me manque l’amour, je ne suis rien !

« Ce qui demeure aujourd’hui, c’est la foi, l’espérance et la

charité. mais la plus grande des trois, c’est la charité. »

 


Samedi 29 janvier 2022

2° Samuel 12,1-17/Marc 4,35-41

 

AU SEIN DES TEMPÊTES

 

Que faire dans la tempête ? Crier vers Jésus qui dort  ?

« Maître, nous sommes perdus ! cela ne te fait rien ?

Réveillé, il menaça le vent et dit à la mer : Silence, tais-toi !

Le vent tomba et il se fit un grand calme »

 

Dieu n’est pas indifférent à la tempête qui a assailli David.

Il lui envoie le prophète Nathan, qui lui raconte une histoire

qui ressemble à David, et suscite sa réaction de justice :

« L’homme qui a fait cela mérite la mort ! »

« Cet homme, c’est toi ! » Et Nathan lui annonce pour l’avenir

les conséquences désastreuses de ses actes...

 

Repentir... pardon... mais tout de même conséquence immédiate :

« le fils que tu viens d’avoir mourra ! »

Imploration  et jeûne n’y feront rien.

 

L’homme libre et pécheur, même pardonné, doit assumer

les conséquences de ses actes mauvais.

 


Vendredi 28 janvier 2022

2° Samuel 11, 1-17/Marc 4,26-37

 

CONSCIENCE ET CHOIX

 

Jésus disait aux foules : 

« Il en est du règne de Dieu comme d’un homme

qui jette en terre la semence : Nuit et jour, qu’il

dorme ou qu’il se lève, la semence germe et grandit,

il ne sait comment. D’elle même, la terre produit

d’abord l’herbe, puis l’épis, enfin du blé plein l’épi...

 

Mais nous voyons aussi dans l’histoire de David, que

la passion non maîtrisée produit l’adultère, puis le

meurtre conscient et volontairement ordonné...

 

Si le règne de Dieu peut se propager pour la vie,

le mal est aussi contagieux, pour la mort...

 

Jésus le sait, il est au travail : « Par de nombreuses

paraboles, Jésus leur annonçait la Parole, dans la mesure

où ils étaient capables de l’entendre, mais il expliquait

tout à ses disciples en particulier. »

 


 

 

Jeudi 27 janvier 2022

2° Samuel 7,18-29/Marc 4,21-25

 

CROIRE AUX PROMESSES DE DIEU

 

David a reçu par le prophète Nathan les promesses

de Dieu. Aussi peut-il s’exclamer : « Qui suis-je donc,

Seigneur, et qu’est-ce que ma maison pour que tu lui

adresses une parole pour un avenir lointain ?

Maintenant, Seigneur, cette Parole, tiens-la pour toujours,

et agis selon ce que tu as dit. Daigne bénir la maison de ton

serviteur, afin qu’elle soit pour toujours en ta présence. »

 

Déjà David était en accord avec les paroles de Jésus :

« Rien n’est caché, sinon pour être manifesté ; rien n’a été

gardé secret, sinon pour venir à la clarté.

Si quelqu’un a des oreilles pour entendre, qu’il entende !

Faites attention à ce que vous entendez !

La mesure que vous utilisez sera utilisée aussi pour vous,

et il vous sera donné encore plus... »

 

Croyons-nous vraiment aux paroles de Jésus, à sa Bonne Nouvelle ?

 


 

 

Mercredi 26 janvier 2022

2° lettre à Timothée/Marc 4,1-20

 

LA COURSE DE LA PAROLE

 

« Jésus se mit de nouveau à enseigner au bord

de la mer de Galilée. Une foule très nombreuse

se rassembla auprès de lui... Il leur enseignait

beaucoup de choses en paraboles : Voici que le

semeur est sorti pour semer... »

Resté seul, les douze l’interrogeaient. Il leur disait :

« Le Semeur sème la Parole... »

Mais que va devenir cette Parole, selon le terrain

où elle a été semée ?

C’est pourquoi l’apôtre Paul dit à son disciple :

« J’ai souvenir de la foi sincère qui est en toi, comme

elle habitait d’abord ta grand-mère et ta mère.

Ravive le don gratuit de Dieu, ce don qui est en

toi depuis que je t’ai imposé les mains. Car ce n’est

pas un esprit de peur que Dieu nous a donné, mais

un esprit de force, d’amour et de pondération. N’aie

pas honte de rendre témoignage à notre Seigneur. »

 

Gardons mémoire, et osons vivre le présent !

 


Mardi 25 janvier 2022

Actes 22,3-16/Marc 16,15-18

 

CONVERSION DE SAINT PAUL

 

Paul de Tarse, persécuteur des disciples du Christ,

raconte sa conversion : Comme j’étais en route vers

Damas, une grande lumière venant du ciel m’enveloppa

de sa clarté. Je tombai sur le sol, et j’entendis une voix

me dire : Saul, Saul, pourquoi me persécuter ?

Qui es-tu, Seigneur ?

Je suis Jésus le Nazaréen, celui que tu persécutes...

Nuit... Venue d’Ananie... libération des ténèbres... mission...

Baptême au nom de Jésus, le Juste.

Ananie n’a fait que mettre en pratique la parole de jésus

ressuscité : « Proclamez l’évangile à toute la création.

Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé. Voici les signes

qui accompagneront ceux qui deviendront croyants... »

Heureux ceux qui ont cru !

 


Lundi 24 janvier 2022

2° Samuel 5, 1-10/Marc 3,22-30

 

CONTRASTES

 

Les tribus d’Israël ont fait la guerre à David

durant plus de sept ans. Et pourtant, elles viennent

le trouver pour faire alliance avec lui, rappelant cette

parole du Seigneur  : Tu seras le berger d’Israël mon

peuple, tu seras le chef d’Israël.  Et ils donnèrent

l’onction à David...

Mais devant la prédication et les miracles de Jésus, les

scribes disaient  : ce Jésus est possédé par  Béelzéboul,

le chef des démons. Jésus tâche de leur expliquer :

« Comment Satan peut-il expulser Satan ? Si un royaume

est divisé contre lui-même, il ne peut tenir... »

Mais que faire contre la mauvaise foi ?

« Tout sera pardonné aux enfants des hommes, mais si

quelqu’un blasphème contre l’Esprit, il n’aura jamais de

pardon ». 

Jésus parlait ainsi parce qu’ils avaient dit : Il est possédé

par un esprit impur. 

 

Dans les conflits que nous pouvons vivre, quelles sont

nos vraies motivations ?


 

 

Dimanche 23 janvier 2022

La bible : quel scoop !

Luc 1,1-4;4,14-21

 

"Aujourd'hui s'accomplit ce passage de l'Ecriture que vous avez entendu."

Oui, la bible nous vient de loin dans le passé, et pourtant elle est tellement actuelle !

Car, loin d'être un livre de morale ou de perfection, c'est un livre de chemins humains en quête de vie et d'amour, en quête de Dieu.

Si bien que toutes les caractéristiques des chemins sont évoquées, avec leurs approches diverses, avec leurs détours, leurs chûtes, leurs travers... et leurs avancées.

Tous les sentiments et émotions y ont leur place.
Et Dieu se faufile à travers tout ça. Sa présence devient plus lumineuse, plus incarnée, plus transcendante dans le visage du Christ.

 


 

Samedi 22 janvier 2022

Monde de "oufs" !

Mc 3, 20-21

 

Jésus continue d'attirer les foules !... Mais ses proches, eux, le connaissent et ils voient bien qu'il est devenu fou :"Il a perdu la tête !"...

Un argument infaillible pour faire taire le gêneur !

Il est bien vrai que Jésus est étrange ! Il se dérobe toujours de nos cases, de nos classifications !... de nos mains !...

Alors les "gens de chez lui viennent pour le saisir !" : Il est à nous, notre propriété ! Pas question qu'il échappe à notre contrôle !

... Comme il nous est difficile d'accueillir l'étrangeté de l'autre !

... Mais est-ce vraiment lui qui est fou ?!!!...

 


 

Vendredi 21 janvier 2022

Laboratoire d'Evangile

Mc 3, 13-19

 

La diversité que nous évoquions hier entre les peuples et entre les confessions chrétiennes, elle se trouve bel et bien déjà entre les douze disciples de Jésus, ses compagnons les plus proches, ses intimes, sa communauté de vie et de mission !

Une communauté de vie, c'est comme un concentré des diversités humaines. On a parfois utilisé l'expression de "fuite du monde " pour exprimer la démarche des moines.
Il s'agit plutôt de vie "au cœur du monde", car le monde est en nous.

Une communauté de vie chrétienne est comme un laboratoire où les défis humains ne se jouent pas dans des événements spectaculaires, à grande échelle, mais comme dans une éprouvette à la puissance +++.

C'est ce qu'on vécu les douze apôtres autour de Jésus. Et c'est ce qui leur a permis, malgré et à travers les conflits et les chûtes, d'être des semeurs d'évangile.

 


 

Jeudi 20 janvier 2022

Parcours d'obstacles

Mc 3, 7-12

 

C'est impressionnant, tous ces gens qui viennent de partout pour voir Jésus !

Dans leurs diversités, voire leurs antagonismes, ils sont tous attirés par lui. C'est lui qui fait leur unité.

Plus tard, ce seront ses disciples qui iront vers ces mêmes peuples, puis au-delà.

Il est frappant de constater que la persécution des premiers chrétiens a déclenché cette dispersion et a provoqué les disciples à aller vers des peuples plus divers, plus éloignés.

On peut, également, penser que les divisions entre les églises ont déclenché une diversité plus grande dans l'expression de la Foi, rejoignant ainsi davantage de cultures.
Nos chemins sont chaotiques, douloureux, mais la Bonne Nouvelle est que l'Esprit Saint aime tisser nos ombres et nos lumières pour que l'Evangile ne soit pas arrêté par les obstacles, et se déploie toujours davantage.

Et le Christ demeure notre unité. En nous attirant à lui, il nous rassemble entre nous.

 


 

Mercredi 19 janvier 2022

"A mains fortes et à bras étendus"

Mc 3, 1-6

 

Jésus entre dans une synagogue le jour du sabbat. Il voit un homme qui a la main atrophiée.
Comment est-ce possible ?! Dans le lieu privilégié de Dieu -la synagogue - et dans le temps privilégié de Dieu -le sabbat -, cet homme a la main atrophiée ?!...

Jésus opère sa guérison en disant : "Etends ta main !" = sois restauré à l'image de Dieu qui a sauvé son peuple "à bras étendus". A l'image du Christ qui a sauvé l'humanité et toute la création les bras étendus sur la croix !

La main de cet homme est re-créée pour pouvoir se déployer, et participer à la création et au salut.

 


 

Mardi 18 janvier 2022

Unis par le Meilleur !

Mc 2, 23-28

 

"Le sabbat a été fait pour l'homme et non l'homme pour le sabbat."

En cette semaine de prière pour l'unité des chrétiens, il est bon de se souvenir de cette parole de Jésus.

Tant de fois, nos divisions surgissent lorsque nous nous accrochons à la loi au détriment de l'être humain. Lorsque nous inversons l'échelle des valeurs. Lorsque nous durcissons des règles ou des façons de faire et que nous oublions l'essentiel !

Lorsque nous oublions que ce qui nous rassemble est infiniment plus grand, plus vital que ce qui nous divise.

Ce qui nous rassemble = notre Foi en Christ.

"C'est pourquoi, le Fils de l'homme est maître même du sabbat."

 


 

Lundi 17 janvier 2022

Et encore la fête !

Mc 2, 18-22

 

Hier, Jésus était invité à une noce. Aujourd'hui, c'est lui-même qui se présente comme l'Epoux !

Hier, l'eau changée en vin coulait à flot. Aujourd'hui, Jésus dit que les invités à la noce ne peuvent jeûner en présence de l'Epoux !

Nous sommes en alliance avec Dieu.

Nous sommes les invité(e)s à la noce.
Le Christ est Présent.

Nous sommes de la fête !

Si parfois, il nous arrive de jeûner, ce n'est pas une marque de deuil, de tristesse. C'est pour mieux nous préparer à la joie de la Fête, à la joie du Vin nouveau: l'Esprit Saint !

 


 

Dimanche 16 janvier 2022

Place à la fête !

Jn 2, 1-11

 

Avec les noces de Cana, quelle joie de voir Marie, Jésus et ses disciples prenant part à cette fête et contribuant à sa réussite !

Marie se montre attentive à chacun. Et elle intercède auprès de Jésus en faveur des convives. Jésus se laisse bousculer dans ses projets par Marie.
Avec ces noces, nous pensons à tous les couples qui se préparent au mariage. Qu'ils puissent découvrir et approfondir l'exigeante beauté de leur alliance.

... à l'image de l'alliance de Dieu avec son peuple, avec l'Eglise qui se reçoit de ce Mystère d'Amour, sans lequel ses paroles et ses rites n'ont pas de sens.

Alliance de Dieu avec chacun, chacune de nous. L'Esprit Saint purifie les jarres de nos existences par l'eau du Baptême, et transforme celle-ci en vin de communion avec le Christ.

 


 

Samedi 15 janvier 2022

Médecin généraliste

Mc 2, 13-17

 

Le Christ poursuit son job de médecin... toujours plus loin... toujours plus profond.
Personne n'est exclu de ses soins. Aucun tri parmi les patients ! Aucun tri parmi les pathologies !

Il soigne aussi les cœurs, les mal-êtres, les déviations ou addictions qui ruinent nos santés physiques, psychiques, spirituelles.
Ce n'est pas lui qui nous relève. Il ne fait pas les choses à notre place !

Il revigore en nous les énergies vitales.

Et, pour fêter notre guérison, il ne nous invite pas à sa table. Il nous laisse l'initiative de l'inviter chez nous...

... et, d'un cœur joyeux, il entre...

 


 

Vendredi 14 janvier 2022

Les petites mains de fées

Mc 2, 1-12

 

Aujourd'hui encore l'Evangile nous renvoie à l'actualité !

Ces quatre hommes portent le paralysé. Devant les obstacles, ils ne ménagent pas leur peine pour tout faire en vue de sa guérison.
Cela fait penser aux efforts inouïs déployés pour soigner les malades du covid !

... mais aussi à tous ces anonymes, aidants familiaux, auxiliaires de vie, aide-soignants, agents de service hospitalier... qui sont là au quotidien au plus près des personnes malades, handicapées, dépendantes. Qui font ce travail humble d'accompagnement, au corps à corps, au cœur à cœur, dans le parcours de soin.

Sans eux, le travail des médecins et infirmiers ne serait ni possible, ni fructueux.
Jésus est émerveillé de la foi de ces quatre hommes ! Grâce à eux, la relation entre le paralysé et Jésus a pu être régénéré.

Et il a pu retrouver la libération de son corps et de tout son être.

 


 

Jeudi 13 janvier 2022

Jésus, infirmier

Mc 1, 40-45

 

Comme tant de personnels soignants, Jésus est quelque peu débordé par l'affluence des patients ! Il se montre cependant disponible à l'égard de chacun d'eux.

... Et ils attendent beaucoup de lui !

Ils attendent un miracle du médecin, de l'infirmier, de l'hôpital...

Cela se comprend lorsque la maladie est invalidante, douloureuse, excluante.
L'infirmier est saisi de compassion. Il oublie totalement sa fatigue, ses limites... Il communie avec empathie et se donne sans réserve.
... Et le miracle arrive !

De nombreux miracles se produisent grâce à nos soignants qui se battent sans relâche contre les maladies et les blessures, sans faire de distinction entre les souffrants.

... Au risque, parfois, de partager leur exclusion, considérés, à leur tour, comme contagieux.

C'est ce qui arrive à Jésus !

 


 

Mercredi 12 janvier 2022

Posologie

Mc 1, 29-39

 

La belle-mère de Simon est malade. Comment Jésus s'y prend-il pour qu'elle guérisse ?

1- "Il s'approche" : il n'a pas peur du risque de contagion ni de l'aspect parfois rebutant d'une maladie. Il se fait proche, le prochain, de la personne en souffrance.

2- "Il la saisit par la main" : Tous ceux et celles qui soignent, savent l'importance du toucher, du contact physique. Lorsque les mots manquent ou sont maladroits, les gestes transmettent la tendresse, la compassion, l'énergie.

3- "Il la fait lever" : Etre debout est bien le signe de la vie, de la santé, de la grandeur de l'être humain !

4- "La fièvre la quitte et les sert" : La température s'apaise, le climat intérieur ne se situe plus dans les excès. La capacité, la joie de servir témoigne de la pleine guérison de l'être humain créé à l'image du Christ Serviteur.

 


 

Mardi 11 janvier 2022

Force et risque de la vérité

Mc 1, 21-28

 

Jésus "enseigne en homme qui a autorité". Il enseigne dans la vérité, sans non-dit, sans langue de bois, sans décalage entre ses paroles et ses actes.
C'est pourquoi "on était frappé par son enseignement".
... et pourtant cela dérange. La vérité dérange. Un "homme tourmenté par un esprit impur se met à crier".

Un esprit im-pur, non-pur comme une eau trouble, mélangée.

"Es-tu venu pour nous perdre ?"

Un tel esprit a peur de la vérité. Il veut le faire taire.

Mais la parole de Jésus est plus forte : "Tais-toi ! Sors de cet homme !"

... plus tard, cette parole de vérité coûtera cher à Jésus !...

 


 

Lundi 10 janvier 2022

Sortons

Mc 1, 14-20

 

Le temps de Noël est fini. Nous voici replongé(e)s dans la vie quotidienne. Nous sortons des festivités nous apparaîssant parfois, comme une sorte de cocon protecteur et chaud.

... nous recommençons le rythme ordinaire...

... avec ce qu'il peut avoir, parfois, d'inquiétant, puisqu'il est fait mention de l'arrestation de Jean-Baptiste.

Jésus reçoit cet événement comme un électrochoc qui le propulse à l'extérieur afin de prendre le relais.

Il sort donc résolument  pour aller à la rencontre des hommes et des femmes afin de leur annoncer la Bonne Nouvelle.

Il rejoint les hommes dans leur travail ordinaire et les appelle à sa suite. Eux aussi sortent de leur chez-eux pour participer à cette immense œuvre.
Pour nous aussi, il en va de même : le Christ nous rejoint là où nous sommes pour y faire jaillir l'inouï de sa Présence.

Soyons attentifs !

 


 

Dimanche 9 janvier 2022

La joie de Dieu

Lc. 3, 15-22

 

Evangile qui nous fait glisser naturellement du baptême de Jean, baptême de purification, au baptême de feu et d'Esprit, baptême qui fait de nous les enfants de Dieu.

C'est ce que nous annonce ce baptême du Fils unique, du Fils bien-aimé : son baptême entraîne dans le même mouvement le baptême de tous. Ainsi, nous devenons, à notre tour, dans le Christ, les enfants bien-aimés du Père.

La route des cieux est ouverte et l'Esprit peut nous envahir comme il a investi le Messie.

Soyons dans la joie de cette Bonne Nouvelle, à l'image du Père qui dit à Jésus, qui nous dit: "Tu es mon fils  ien-aimé en qui j'ai mis toute ma joie".

 


Samedi 8 janvier 2022

Joie baptismale

Jn. 3, 22-30

 

A la veille du baptême de Jésus, nous sommes plongés dans des eaux "abondantes", là où Jean Le baptise baptisait. Jésus y vient et provoque une discussion, pour ne pas dire un joute verbale entre les disciples de Jean et les disciples de Jésus : Qui a le droit de baptiser?

Cela donne l'occasion à Jean de rappeler que le Messie, ce n'est pas lui et que sa mission est d'être le précurseur de Jésus.

Ce qui est frappant dans ce passage c'est la joie de Jean. Oui, Jean dit que sa joie est parfaite. Pourquoi? Parce qu'en étant précurseur du Messie, cela signifie que le Messie est bien là, Celui qui était attendu depuis des siècles par Israël. 

Cette joie de Jean rejoint la joie parfaite de François d'Assise : l'essentiel, c'est l'autre, c'est l'Autre.

 


Vendredi 7 janvier 2022

Touche divine

Lc. 5, 12-16

 

Un lépreux supplie Jésus de le guérir.

Jésus le touche et cet homme est guéri.

On peut lire le miracle à plusieurs niveaux :

- D'abord le lépreux ose s'approcher de Jésus, ce qui est interdit par la loi. Et il n'est pas repoussé.

- Deuxièmemement : Jésus le touche, ce qui est doublement interdit par loi puisque cela rend Jésus impur.

- Troisièmement, le lépreux est guéri. C'est le miracle tel qu'on le comprend : la guérison.

 

Il a donc suffit à Jésus de toucher un lépreux et de désirer qu'il soit guéri pour que cela devienne efficient. N'ayons pas crainte d'appeler Jésus, de l'approcher et de le supplier de    nous guérir de toutes nos lèpres. Il nous donnera la main, sans peur d'être contaminé par nous et il nous guérira, peut-être de façon invisible, mais réelle. Alors, allons à sa rencontre.

 


Jeudi 6 janvier 2022

Accomplissement

Lc. 4, 14-22

 

Jésus est de retour dans son pays à Nazareth et, comme à l'habitude