MONASTÈRE SAINTE-CLAIRE

Les Clarisses à Ronchamp

 
 
 
 
 
 
 

Chronique hebdomadaire

RCF_LOGO_BESANCON_QUADRI

Chaque dimanche, à 9h00, soeur Brigitte de Singly,

vous invite à la retrouver pour sa chronique de la semaine

sur les ondes de RFC Besançon.

 

Fréquence 87.6

 

ÉMISSIONS ARCHIVÉES EN PODCAST

DSC05610

 

DSC05601 copie

Dimanche 28 février 2021

 

Bonjour,

De la part de la communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp qui vivent le désert et la solitude du carême en vérité et bien concrètement.

Oui, la colline est toujours fermée aux visiteurs.

 

Heureusement notre accueil est ouvert en respectant toutes les normes sanitaires. Ce qui nous a permis d’ouvrir nos portes à un retraitant pour une semaine de ressourcement, en mémoire de son épouse décédée il y a un an.

D’autres hôtes sont passés pour des séjours plus brefs et sont repartis réhydratés, spirituellement et en pleine forme pour continuer la route.

 

D’autres visites se préparent, telles qu’une rencontre avec les confirmands de Lure, les équipes de coordination du doyenné de Luxeuil, tout ceci en avril, si, bien sûr, les conditions sanitaires nous le permettent. Mais nous avons fait le choix de préparer, préparer, préparer et, s’il le faut, annuler. Nous pensons que si nous voulons rester en vie et garder le moral, il vaut mieux garder la dynamique du mouvement, plutôt que de se laisser atteindre par la neurasthénie et ne rien faire.

 

Plus proches de nous : une session sur Sophrologie et Bible a été mise en place pour ce week-end sous la houlette d’amies de la communauté et de sœur Marie-Laetitia à partir du livre d’Esther. Sœur Maggy, de son côté, a participé à une session sur « Les responsabilités chrétiennes dans la crise écologique ». Elle est revenue enthousiaste, tant pour les contenus que pour les moyens mis en œuvre en distanciel et la perspective oecuménique.

 

Du côté de la communauté, pour nous mettre en forme pour ces 40 jours, nous avons vécu une très belle célébration communautaire du pardon, avec des temps de méditation sur l’habitude, l’humilité, le don, etc. Bref, nous avons chaussé nos sandales de désert et c’est bien bon.

Des rencontres ont marqué cette semaine : tout d’abord le président de notre association est passé avec son épouse pour faire le point en ces temps de covid et prévoir la suite : prévoir la réparation pour les dégâts faits le gel et la neige, constater notre équilibre financier ou non, préparer notre assemblée générale en distanciel ou en présentiel ? etc.

 

Pendant ce temps, les bûcherons passaient à l’acte sur la colline et abattaient beaucoup d’arbres morts, débitaient ceux qui étaient tombés, etc. Leur travail ouvre un horizon exceptionnel et confirme l’expression de Le Corbusier quant aux Quatre Horizons.

Beaucoup de souffrances de par le monde en raison de cette pandémie, mais le covid n’est pas la cause de tous les maux. Elles sont aussi les conséquences du non partage des richesses de la terre, du goût de domination de certains, etc. Ensemble, supplions le Seigneur tout au long de ce carême de nous aider à ouvrir nos cœurs et nos intelligences largement au profit des plus démunis.

 

La communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp vous souhaite une belle deuxième semaine de carême, dans le respect des normes sanitaires, et vous dit à bientôt sur les ondes de RCF.

 

soeur Brigitte

 


 

DSC05576

 

DSC05595

Dimanche 21 février 2021

 

Bonjour,

De la part de la communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp, toujours isolées grâce à la pandémie, mais toujours sur le chemin de prière tel que nous en a parlé le père de Béthune au cours de notre retraite il y a quinze jours.

 

Dimanche dernier, contrairement à ce qui avait été annoncé, nous avons du nous replier dans notre oratoire pour l’eucharistie en raison des grands froids et du verglas sur lequel il était plus que dangereux de marcher. Peu de personne avait d’ailleurs risqué de monter sur la colline et donc pas de problème de distanciation. Ce dimanche, étant donné le temps printanier qui a déjà pris le relais et devrait se poursuivre pour quelques jours, l’eucharistie aura bien lieu à la chapelle Notre-Dame, ce qui permet à une plus grande assemblée de participer.

 

Bien qu’au milieu de l’hiver, le printemps semble vouloir montrer le bout de son nez avec le dégel ultra rapide des neiges, l’herbe bien verte qui renaît, les crocus et perce neiges qui font leur apparition. Bref, nous avons le sentiment de revivre.

 

Pour le mercredi des Cendres, étant donné les conditions sanitaires actuelles, nous avons modifié quelque peu le déroulement de la cérémonie. Sœur Maggy avait ramassé sur la colline beaucoup de petits morceaux d’écorce d’arbre, dans lesquels avaient été déposées des cendres. Au cours de la célébration, chacun a reçu une écorce des mains du prêtre, puis pouvait se signer lui-même. Le tout dans un oratoire décoré uniquement avec des branches de marronnier cassées portant déjà bourgeons. Depuis nous contemplons ces branches qui progressivement nous donnent de la vie. C’est très beau et très symbolique.

 

Quelques pèlerins ont posé leur sac pour 24, 48 heures ou même plus, cherchant les uns et les autres un lieu de silence, de paix, de ressourcement. Ils sont comblés par le silence et la paix que nous pouvons leur offrir. Quant au ressourcement, c’est l’affaire du Seigneur. En tous les cas leur participation aux offices semble répondre à leurs attentes.

Parmi nos hôtes, une chercheuse spécialiste en manuscrits médiévaux, est venue scruter des documents sur sainte Colette, tout ceci dans le cadre d’un doctorat.

 

Du côté de l’atelier couture, cela tourne bien et les sœurs font des prouesses de beau travail. Par contre le parc des ordinateurs, dont on a besoin même pour la couture, a du être renouvelé ou dépanné cette semaine. Bref beaucoup de temps passé chez les spécialistes numériques. Cela fait partie de la vie ordinaire.

La sainte Colette le 6 mars, des week-ends proches (tel celui sur sophrologie et bible) ou plus lointains, ou même pour après la pandémie, Musique aux Quatre Horizons fin juillet, les célébrations de nos dix ans, etc. tout ceci se prépare activement avec l’espérance au cœur que nous ne serons pas obligées de tout annuler, mais cela ne dépend pas de nous.

 

Dans l’espoir d’une résolution de la pandémie, nous vous invitons à prier avec nous pour que les scientifiques continuent à s’investir dans la recherche médicale, les économistes à trouver des solutions pour une juste répartition des moyens de soin et les croyants de toute religion pour que nous nous retrouvions solidaires de tous.

La communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp vous souhaite une belle première semaine de carême, dans le respect des normes sanitaires, et vous dit à bientôt sur les ondes de RCF.

 

soeur Brigitte

 


 

DSC05572

 

DSC05568

Dimanche 14 février 2021

Bonjour,

 

Nous sommes toujours sous la neige, qui tient bien sur la colline. L’accès en est parfois perturbé, quand le chasse-neige n’est pas passé ! Nos sœurs descendues mardi aux courses en  ont fait l’expérience : Impossible de remonter avec la voiture chargée ! Par bonheur, des amis complaisants, avertis par téléphone, sont venus à leur aide. Transfert accompli... Notre voiture est restée au repos quelques jours derrière la poste.  Père Frédéric étant parti  en « vacances de neige » dans le nord de la France, certains célébrants se sont risqués, d’autres ont renoncé momentanément à nous rejoindre. Ce sont les aléas des « sports d’hiver » en Haute Saône ! Mais le paysage est magnifique, sous ce manteau blanc, entre brume et soleil.

 

L’entreprise Albizzati a commencé de monter un échafaudage devant la face sud de la chapelle, bon signe que les travaux sont imminents. Avec l’accord de l’AONDH, et malgré la fraicheur ambiante, nous avons choisi de célébrer à nouveau la messe du dimanche à Notre-Dame du Haut, car notre oratoire, avec la distanciation, s’est révélé trop petit pour accueillir ceux qui arrivaient. Nous avons donc réintégré les lieux dimanche dernier, avec cette fois, une assemblée de 4 personnes... Mais on persévère ! Il suffit de sonner au portail entre 10 heures et demi et 11h moins cinq pour que l’on vous ouvre depuis le monastère. puisque la Porterie est toujours fermée. Les visiteurs sont très rares. Nous avons accueilli mercredi avec joie le responsable de la ciergerie bisontine , venu nous apporter des hosties et, signe d’espérance, le cierge pascal 2021. Puis est arrivée, venant du sud, la famille d’une sœur, nos hôtes pour quelques jours. La semaine prochaine, ce seront 4 retraitants... Sr Brigitte nous a quittées de lundi à vendredi pour participer à la visite canonique de nos sœurs de Paray le Monial, avec leur évêque.

 

En la fête de Notre-Dame de Lourdes, le 11 février, nous avons intensément prié avec et pour les malades, et ce dimanche nous amène l’heureuse visite du Père Éric Poinsot, tandis que le Jura accueille son nouvel évêque. Ce sont de beaux moments d’Église !

La semaine prochaine, nous entrons en carême, ce temps liturgique qui fortifie notre foi, dans une proximité plus grande avec le Christ et un souffle nouveau de vie intérieure. Dans cette communion, à tous, bonne semaine !

 

Sr Marie Claire

 


 

DSC05566

Dimanche 7 février 2021

 

Bonjour,

De la part de la communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp, transformées, nous l’espérons, par la semaine de retraite que nous venons de vivre aux couleurs de la prière grâce au père Pierre de Béthune.

Oui, le père de Béthune est un moine bénédictin de Clerlande, en Belgique, non loin de Louvain la Neuve. Il a accepté de prêcher notre retraite communautaire annuelle depuis son monastère, pandémie oblige. Nous avons donc fait l’expérience des visio conférences pendant six jours. Le son n’étant pas toujours au top, cela nous a obligées à être plus attentives et à bien prêter l’oreille. Comme quoi on peut toujours tirer du bien d’une situation un peu compliquée.

Le thème de cette retraite était : la prière. Sans doute serez-vous étonnés qu’un tel thème soit choisi pour des sœurs qui, normalement, dans l’imaginaire courant, passent leur vie en prière. Et bien, détrompez-vous. Comme tout le monde, nous avons besoin d’être remises en selle régulièrement.

Le père de Béthune choisit une image assez courante pour nous permettre de plonger au cœur de la prière : la bougie. Puis à partir des quatre éléments qui composent cette bougie, nous avons bénéficié de son expérience de la prière vécue comme autant de cadeaux du Seigneur. Ces quatre éléments sont : la cire, la mèche, l’oxygène et la flamme.

Ainsi, la cire est l’image de notre vie donnée, toute notre vie, peu importe la qualité de notre vie ; c’est Dieu qui y met le feu.

Puis la mèche, qui permet à la flamme de jaillir. La mèche, c’est la méthode pour prier : chant, silence, marche, activité, etc…

L’oxygène est aussi un composant de la bougie : la flamme a besoin d’air ; c’est la communion des saints, le gémissement de toute la création. Une prière isolée est une prière qui n’est pas complète.

Enfin la flamme, qui est allumée de l’extérieur. La cire ne s’enflamme jamais toute seule. Il n’y a pas d’auto-combustion. Il faut attendre que Dieu tombe sur nous. Regardez la Pentecôte, au Cénacle : les apôtres et la Vierge Marie étaient en prière mais l’Esprit est tombé sur eux sous l’image de flammes. Ils ne se sont pas donné l’Esprit. C’est le Seigneur qui fait jaillir la flamme, carrefour où le désir de Dieu rencontre le désir de l’homme.

Le père de Béthune nous rappelle que la prière n’est pas un but, mais un chemin, un chemin pour aimer, aimer de plus en plus et de mieux en mieux.

Un autre rappel : notre vie traverse des étapes multiples et différentes. Aussi la prière ne peut être identique à toutes les étapes. Accepter de changer de méthode comme lorsqu’on change de cheval pour continuer le chemin est vital pour chacun d’entre nous.

Fortes de cette nourriture, nous voilà reparties pour une année.

 

Cependant, certaines d’entre nous ont dû sortir quelques instants de leur retraite, silence, solitude, afin de participer à une réunion de travail sur l’emplacement de la base de vie des ouvriers qui vont bientôt s’installer sur la colline afin de restaurer la chapelle, l’abri du pèlerin et la maison du chapelain. Ce sera un énorme travail et un chantier de très longue haleine : 4 ans. Pas uniquement pour la beauté matérielle mais aussi pour permettre aux pèlerins de chanter la louange de Dieu dans une beauté renouvelée. Tout cela selon une sécurité très bien étudiée permettant aux visiteurs et pèlerins de continuer à visiter la chapelle.

 

La communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp vous invite à une prière en lien avec la communion des saints pour le monde entier, vous souhaite une belle semaine, dans le respect des normes sanitaires et vous dit à bientôt sur les ondes de RCF.

 

soeur Brigitte

 


 

DSC05552

Dimanche 31 janvier 2021

 

Bonjour,

De la part de la communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp, non plus environnée de neige mais sous la pluie et le vent et cependant bienheureuse de vous retrouver sur les ondes de RCF.

 

Quelle semaine avons-nous vécue ?

Une semaine comme les autres en ces temps de couvre-feu, confinement, etc. avec très peu de passage à l’accueil, quelques demandes de travaux de couture, mais ce n’est pas le plein rendement, loin de là !

Dimanche dernier, une délégation de deux sœurs est partie à Chauveroche, au prieuré Saint-Benoît, pour faire la connaissance des nouvelles sœurs ursulines qui prendront le relais des frères bénédictins, appelés à retourner à leur abbaye mère : La Pierre-Qui-Vire. Nous sommes tristes de voir partir les frères avec qui nous avons tissé des liens d’amitié spirituelle mais nous sommes vraiment heureuses que ce lieu intense de spiritualité continue sa mission avec les sœurs. Merci aux frères et aux sœurs.

Sur la colline Notre-Dame la neige a fait sa réapparition en force en début de semaine, ce qui a stoppé toutes velléités de sorties. Ces fermetures de site commencent à être vraiment éprouvantes car, hormis l’eucharistie dominicale, les passages sont pratiquement inexistants. Les seules personnes rencontrées sont les réparateurs ou autres artisans de l’art, ou les ouvriers qui ont posé les échafaudages autour de l’abri du pèlerin et de la maison du chapelain afin de réparer l’étanchéité, travaux nécessaires au maintien de ces bâtiments classés au patrimoine mondiale de l’humanité. Ensuite, ce sera le tour de la chapelle Notre-Dame de se refaire une beauté. Merci à ces ouvriers qui n’ont pas hésité à braver le neige et le froid.

Cependant, nous avons tenu à maintenir la réunion du Comité de Suivi, qui n’a pas pu avoir lieu depuis fin novembre. Ce comité a pour objectif de faire se rencontrer les différentes entités de la colline : AONDH, AASC, Porterie et monastère afin de coordonner nos différentes actions et de nous informer mutuellement.

Ce week-end, sœur Marie-Laetitia continue sa formation à l’accompagnement spirituel au Foyer Sainte-Anne tandis que sœur Marie-Thérèse, vaillamment, a brodé en urgence chasuble et étoles à la demande d’une paroisse du diocèse de Belfort pour dire merci à Mgr Blanchet nommé à Créteil.

Les rencontres fédérales et interfédérales sont, pour l’instant, aux abonnés absents, à l’image d’une bonne partie des activités. Nous n’avons pas encore instauré de visio conférences pour ces assemblées, mais peut-être devrons-nous y parvenir un jour ?

Cependant, c’est notre retraite annuelle communautaire qui aura lieu en visio conférence. En effet, le père de Béthune, bénédictin de Belgique, ne peut venir jusqu’à nous comme prévu. Après avoir repoussé cette retraite de plusieurs mois, nous avons décidé d‘épouser les méthodes modernes pour maintenir cette nourriture spirituelle dont nous avons tant besoin. Nous serons donc en retraite du 1er au 6 février, dans un climat de silence et de retrait.

Nous consacrerons ainsi plus de temps à la prière et à la méditation. Nous comptons sur vous par votre prière pour nous soutenir dans ces moments très forts de vie communautaire.

La communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp vous souhaite une belle semaine, dans le respect des normes sanitaires et vous dit à bientôt sur les ondes de RCF.

 

soeur Brigitte

 


 

 

Dimanche 24 janvier 2021

 

Bonjour,

De la part de la communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp, toujours aussi heureuse de vous retrouver sur les ondes de RCF.

Hormis la neige, les bourrasques, la pluie, il ne s’est pas passé grand-chose sur la colline. Mais les intempéries ont fait beaucoup de dégâts. La neige qui, par le gel, formait des stalactites, splendides, sur les arbres, a ravagé une partie de la forêt. C’est un vrai champ de bataille. Des arbres se sont aussi abattus sur la route. Conclusion, un trio de jeunes femmes monté pour la messe de dimanche dernier et qui avait prévu de faire de la luge à la Planche des Belles Filles, s’est retrouvé coincé sur le parking. Et donc, au lieu de luge, c’est un bonhomme de neige qui les a occupées en attendant l’intervention des hommes de l’art pour dégager la route. Elles se sont réchauffées dans nos locaux, mangé leur pique-nique, heureuses du changement de programme et ont finalement pu repartir mais adieu les projets, surtout avec le couvre-feu qui oblige à un retour à la maison pour 18h00.

Nos habitations troglodytes ont joué leur rôle à fond cette semaine dans deux domaines : tout d’abord les arbres tombés étaient stoppés par la terre et donc n’ont fait aucun dégât sur les toitures. Et puis, insérées dans la colline, nous avons vaillamment résisté au froid qui ne pouvait s’infiltrer chez nous car, bien entendu, c’est le moment qu’a choisi une pompe à chaleur pour tomber en panne. 4 jours sans chauffage dans l’oratoire, et une partie des pièces communes, c’est long, pour toutes mais surtout pour les sœurs frileuses. Pour lutter contre les 12° qui sévissaient dans ces pièces, une migration naturelle vers les pièces chauffées s’est faite avec bonheur.

Par ailleurs, comme c’est l’hiver, nous avons eu droit à des couchers de soleil rougeoyant, qui vous coupent le souffle et vous plongent spontanément dans une contemplation et une louange au Dieu créateur. Merci, Seigneur, pour tant de beauté !

Nous continuons également nos réunions communautaires : cette semaine, ce sont les comptes qui ont occupé une de nos soirées. A l’instar des économies du monde entier, la nôtre accuse le déficit dû à la fermeture de l’accueil pendant plusieurs mois. Cela ne devrait pas s’arranger en 2021 lorsque l’on considère les conditions sanitaires de la planète. Par bonheur, nous avons des conditions matérielles de vie qui nous permettent de continuer notre mission de prière sans trop d’obstacles. Nous avons également ré-ouvert, au compte-goutte, l’accueil, ce qui nous donne le sentiment que nous ne sommes pas abandonnées de tous ! Parallèlement, l’atelier couture tourne, mais pas tout à fait à sa vitesse de croisière. Par contre, nous sommes soumises au rythme de la société : tout tout de suite. Ainsi les commandes, doivent être honorées parfois dans des délais record, mais les sœurs ont des compétences hors normes et y réussissent. Merci aux soeurs couturières et brodeuses.

Enfin, cette semaine fut principalement tournée vers la prière pour l’unité des chrétiens, à partir de l’évangile selon saint Jean au chapitre 15. Mais notre prière se veut plus large et nous vous demandons de vous joindre à nous pour appeler l’Esprit Saint sur les gouvernements du monde entier, depuis les Etats Unis jusqu’à la Chine, en passant par l’Europe, l’Amérique latine et tous les autres, afin que des solutions de justice sociale, de partage et de lutte contre la précarité non seulement soient trouvées mais mises en œuvre.

La communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp vous souhaite une belle semaine, dans le respect des normes sanitaires et vous dit à bientôt sur les ondes de RCF.

 

soeur Brigitte


 

DSC05528

 

DSC05537

Dimanche 17 janvier 2021

 

Bonjour,

De la part de la communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp, tout heureuses de célébrer les 30 ans de RCF avec tous ses amis auditeurs.

Oui, ces trente ans nous renvoient aux tout débuts de RCF, quand elle s’appelait encore Radio Horizon. Nous avions eu le privilège de préparer la première prière diffusée sur ses ondes. Moment intense d’émotion de participer à ce lancement mais aussi parce que c’était le début de ce qu’on appelait la guerre du Golfe. Nous avions choisi comme parole de Dieu le fameux passage d’Isaïe au chapitre 55 : « Cherchez le Seigneur tant qu’il se laisse trouver, invoquez-le tant qu’il est proche… Vos pensées ne sont pas mes pensées et mes voies ne sont pas vos voies dit le Seigneur ». Prière en forme de supplication pour la paix dans le monde. Prière enregistrée chez nous avec les moyens de l’époque, dans le chœur de notre chapelle, et sœur Reine-Marie aux manettes. Aujourd’hui tout se fait par téléphone mais notre amitié et notre fidélité à RCF ne diminuent pas. Bon anniversaire RCF.

 

Du côté de la colline, nous avons vécu, à l’instar de tous, l’épisode neigeux de cette semaine. Beaucoup de neige, oui beaucoup de neige et comme la chapelle Notre Dame est fermée aux visiteurs, la route n’est pas dégagée. Conséquence : la voiture est restée à Ronchamp, remontée à pied et le lendemain descente à pied pour le ravitaillement. En attendant la prochaine grosse chute de neige.

Cependant, cela ne nous démoralise pas, bien au contraire. Nous poursuivons nos réunions communautaires intensives et nous commençons à voir clair sur les manifestations qui nous mettrons en œuvre pour les 10 ans de bénédiction de notre monastère et de notre oratoire.

 

L’année sera lancée le jour de la fête de sainte Colette, le samedi 6 mars, si les conditions sanitaires et météorologiques le permettent.

Parallèlement, nous mettons à jour toutes nos fiches de chants, et il y en a beaucoup. Une équipe de trois sœurs s’est attelée à ce travail ingrat et passionnant à la fois : ingrat car il faut manipuler du papier jauni et parfois poussiéreux et décider de garder ou de jeter ; passionnant car cela permet de revisiter à frais nouveaux notre répertoire et de redécouvrir (ou de découvrir) notre trésor hymnique oublié. Dans le même registre de musique liturgique, nous sommes au début d’une réflexion communautaire et d’un apprentissage d’harmonisation de nos richesses vocales afin de louer le Seigneur de la façon la plus belle possible.

Cette semaine s’achève et une nouvelle débute dans le froid et la neige. Nous ne pouvons pas ne pas supplier le Seigneur d’inspirer des solutions de solidarité envers tous afin que plus personne ne soit laissée dehors. Comme nous le dit le pape François dans Fratelli Tutti : la charité sociale vient aider la charité individuelle. Les deux sont indispensables et se complètent. Mais il y a aussi un autre domaine à prendre dans notre prière commune : il s’agit des lois bioéthiques. Que ceux que nous avons élus démocratiquement entendent et respectent les opinions de leurs électeurs et surtout respectent la vie humaine depuis ses premiers instants.

 

La communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp souhaite à RCF un bon anniversaire, dans le respect des normes sanitaires et vous dit à la semaine prochaine sur ces mêmes ondes.

 

soeur Brigitte

 


 

DSC05469

Dimanche 11 janvier 2021

 

Bonjour,

De la part de la communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp, des sœurs au septième ciel grâce à la neige qui est tombée et qui donne un spectacle à contempler et à méditer dans les conditions les meilleures.

 

Malheureusement, il n’en est pas tombé beaucoup, mais c’est quand même le temps que nous attendions et qui va nous permettre de passer l’hiver et les restrictions sanitaires dans une certaine sérénité.

Oui, la vie sur la colline continue, mais selon un rythme hors normes et hors sol : les seuls visages que nous rencontrons, les seules voix que nous entendons, sont ceux des facteurs, chapelain et célébrants, de quelques rares, très rares amis qui osent s’aventurer jusqu’à nous ; notre accueil monastique fonctionne au ralenti pour respecter toutes les normes. Bref, même si les jours commencent à rallonger, ce n’est pas encore la remontée spectaculaire d’un printemps bienheureux qui s’annonce.

Par chance, nous avons pu visiter sœur Jean-Marie à l’EHPAD Laurent V alzer, juste avant que le covid ne fasse une entrée fracassante dans cet établissement. Elle va bien et prend avec philosophie ce temps d’attente et d’isolement ; nous essayons de lui maintenir le moral à flots par le téléphone, mais elle n’a jamais été une grande fan de cet instrument et les conversations se limitent à : « tu vas bien ? la communauté va bien ? moi aussi » et plof, elle raccroche. Enfin, c’est toujours un lien.

 

La fête de l’Epiphanie a amené une belle petite assemblée dans notre oratoire. Lequel s’est avéré beaucoup trop petit, pour respecter les distances sanitaires. Il nous a fallu raccompagner quelques pèlerins à la grille. C’est une démarche difficile à faire, mais indispensable si nous voulons travailler solidairement à la non propagation de la maladie. Cela veut dire aussi que, pour l’instant, le nombre de participants à nos assemblées dominicales est limité à 15 personnes et que ce sont les 15 premiers arrivés qui peuvent entrer.

Du côté du travail, c’est aussi la marche au ralenti qui prédomine : l’atelier couture tourne à 20 %, l’accueil à 15 %. Cette relative non activité nous permet de revisiter nos habitudes déjà bien ancrées depuis 10 ans. Bien ancrées, et sans doute trop bien ancrées. Il nous faut repenser certaines façons de faire et nous avons de longues réunions communautaires pour remettre à plat et à frais nouveaux nos routines. Une fois ce travail terminé, nous n’allons pas nous reposer sur nos lauriers, nous aborderons sérieusement les manifestations de nos dix ans et, parallèlement nous mènerons des réflexions sur nos dix prochaines années et l’éventualité d’un nouveau travail communautaire. Bref, nous ne devrions pas être atteintes par l’oisiveté.

Quelques rencontres indispensables nous ont obligées à passer à la visio conférence. Nous en apprécions les bienfaits qui permettent de ne pas tout stopper radicalement, mais aussi les limites humaines car voir en vrai et dans la vraie vie, c’est quand même mieux !

Avec l’Epiphanie, et la fête du baptême du Seigneur ce dimanche, sans oublier les conditions atmosphériques terribles pour les sans abris et les migrants, nous insistons ardemment auprès de vous pour nous aider dans la prière en leur faveur, cette prière qui d’abord convertira nos cœurs et les ouvrira à la fraternité, cette fraternité voulue par Dieu et qui fait de nous tous des enfants aimés du Père au même titre et sans différence.

La communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp vous souhaite une belle fête du baptême du Seigneur, en vous rappelant les gestes d’amour fraternel : respecter les normes sanitaires. A la semaine prochaine sur les ondes de RCF.

 

soeur Brigitte

 


 

ooapin-1

 

ooapin-3

Dimanche 3 janvier 2021

 

Bonjour,

Nous voici à la charnière entre 2020 et 2021. Le passage se fait pour tous bien modeste cette année, mais tout de même, ces dates ont du sens.

Commençons par vous parler de Noël : Eh bien, la nuit à Notre-Dame du Haut fut simple, belle et joyeuse. La chapelle illuminée avait revêtu sa robe de blancheur, et si l’intérieur était sombre, la crèche, l’autel, Marie, en étaient bien le point central et lumineux. L’évocation du premier Noël de Greccio présentait quelques  ressemblances avec le nôtre... Nous avons écouté, chanté, proclamé, offert, communié de bien des façons en cette nuit sainte, célébrée avec une cinquantaine de personnes. La messe du jour, d’un tout autre style quant aux lectures, n’en est que plus riche en méditation spirituelle. Évangile et lettre de saint Jean sont d’une telle profondeur qu’on ne les épuise jamais. Bienheureux octave liturgique qui nous maintient dans le sillage de Noël !

Nous avançions ainsi pas à pas vers la fête de Marie Mère de Dieu, vers le 1° janvier, journée mondiale de prière pour la paix, vers l’Épiphanie, manifestation de l’amour de Dieu aux nations, signifiées par les mages.

Nous voici bien dans l’actualité et le mystère qui relie ciel et terre. Nous avons été soulagées de l’accord final qui adoucit un peu le Brexit, des mesures sociales enfin votées en Europe et aux États unis, mais toujours horrifiées par la situation des migrants ayant tout perdu, en proie au froid, à la neige, au désespoir, par les situations d’hommes, de femmes, d’enfants, ballotés d’un camp à l’autre ou relégués sur une ile déserte, par les morts de jeunes gendarmes ou soldats, et de tant d’inconnus dans les hôpitaux ou ailleurs... Les liturgies qui suivent Noël (St Étienne, les saints innocents, la fuite en Égypte) ne sont pas à l’eau de rose, ne nous éloignent pas des drames humains mais les ouvrent à la divine Présence, à l’espérance. Plus près de nous, n’oublions pas la bonne nouvelle des vaccins enfin mis en œuvre ! Ne méprisons pas ces fruits de tant de recherches et de solidarités !

Nous avons appris avec peine la mort de notre grand ami Pierre Tournier, connu depuis si longtemps. Il venait chaque année, durant une semaine, se reposer et nous aider à mieux chanter. Puisse-t-il maintenant vivre en plénitude la louange de Dieu !

Notre veillée de prière du 31 décembre aura été cette année moins tardive : 20h30, et seuls pouvaient y participer les hôtes du monastère, puisque le couvre-feu est de rigueur. Il n’y eut pas non plus de partage à minuit ! La pandémie invite à la sobriété, à l’intériorité. Mais cela n’empêche pas de se souhaiter entre tous une année féconde, courageuse, puisque, dans l’inconnu, Dieu nous ouvre toujours un avenir. Oui, bonne année 2021, et à la semaine prochaine.

Soeur Marie Claire

 


 

DSC05415

   Tapis vert espérance sur colline déserte

6cd63fac4a275c4943cdc938143b2b54

   Crèche de la chapelle

Dimanche 27 décembre 2020

 

Bonjour,

Cet enregistrement nous trouve au seuil de Noël. Que dire d’autre que la préparation de cette grande fête qui se résume pour nous dans l’accueil renouvelé de l’Enfant-Dieu, Jésus, né à Bethléem, toujours présent à nos vies pour les ouvrir à l’infini.

 

Cela se traduit, bien sûr, par la préparation de la chapelle Notre-Dame du Haut avec le Père Frédéric et quelques amis, par la préparation des crèches au monastère (mais pas trop tôt !) et de quelques signes de cette joie qui habite notre cœur au terme de cet Avent. Un beau cadeau sur notre table : un plant d’amaryllis qui, arrivé comme un germe, grandit et se déploie chaque jour sous nos yeux. Une même plante nous avait été offerte par un couple allemand (nos premiers hôtes) lors de notre premier Noël au monastère, alors que nous nous sentions bien seules et démunies. Gestes qui ne s’oublient pas !

 

La liturgie a été bien préparée, et un de nos amis, disponible, vient tenir l’orgue et soutenir nos chants, car nous ne serons peut-être pas très nombreux en cette nuit sainte.

Les courriers partent et nous arrivent, riches de nouvelles, de vœux, d’amitié. Les quelques hôtes arrivent, heureux de partager notre prière et de se ressourcer. De beaux travaux de couture et broderie sont en cours à l’atelier, et la cuisinière du jour fait les courses et réfléchit à quelque menu festif, qui la sort de ses dossiers.

 

Ce sont, bien sûr, les à côtés, mais qui concrétisent un climat de joie fraternelle, malgré la colline toujours déserte, dans la brume ou la pluie de saison hivernale ! Pas de neige, mais près des cloches un magnifique tapis vert de fine mousse, chatoyant sous un rayon de soleil fugace. Résultat étonnant de l’absence des visiteurs !

 

Journaux et informations quotidiennes nous tiennent en éveil pour partager les soucis du monde actuel qui, de manières diverses, aurait tant besoin d’un Sauveur, source d’amour, de paix, d’espérance. La grotte de Bethléem, sans doute pauvre, inconfortable, peut devenir comme notre demeure, où Dieu lui-même sera avec nous. Ce fut l’intuition de saint François en 1223, et cela reste vrai aujourd’hui.

Avec tous ceux qui travaillent au service des autres en ces jours de fête, ou partageront la précarité de l’Emmanuel, nous souhaitons Noël de joie profonde, celle que personne ne pourra nous ravir, mais toujours à découvrir.

Belle fête de la famille sainte en ce dimanche 27 décembre, et à la semaine prochaine.

Sr Marie Claire

 


 

DSC05421

   lever de soleil au monastère

 

 

DSC05423

 

Dimanche 20 décembre 2020

 

Bonjour,

De la part de la communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp, une communauté qui vit, à l’instar de tous les français, un déconfinement qui n’en est pas vraiment un, toujours isolée sur le haut de la colline de Bourlémont car la Porterie de la chapelle n’a pas encore rouvert ses portes.

Mais, heureusement, pour la nuit de Noël, étant donné que nous sommes d’abord un lieu de culte avant d’être un lieu culturel, la messe de la nuit pourra avoir lieu à la chapelle. Les membres de l’Association Œuvre Notre-Dame du Haut se chargent de l’ouverture et de la fermeture de la grille, ainsi que de toutes les normes de sécurité sanitaire etc. Jusqu’à présent, la colline et la chapelle ne sont pas des clusters et ne risquent pas de l’être en raison de l’absence de public et de l’air pur. Il faut vraiment le vouloir pour tomber malade. Alors vous pourrez venir vous joindre à notre prière qui débutera le 24 décembre par une veillée de Noël à 23h30 suivie de l’Eucharistie. Toute l’équipe de coordination pastorale de la chapelle Notre-Dame se mobilise depuis plusieurs jours pour vous offrir un très bel office de prières, à partir du Noël de saint François à Greccio en 1223. Merci à eux tous.

Par contre, le 25 décembre, la messe du jour aura lieu dans notre oratoire, à 11h00 comme d’habitude. Les mêmes règles sanitaires seront respectées. Jusqu’à présent cela n’a posé aucun problème particulier.

Nous avons terminé l’envoi de notre lettre « clarisses à Ronchamp ». Vous devriez la recevoir prochainement, en espérant que tout se passe au mieux car nous avons eu de gros ennuis d’adressage. Si, en recevant cette lettre, vous constatez des erreurs dans l’adresse, merci de nous les signaler.

Parallèlement à cet envoi, nous recevons par courrier postal ou électronique, des nouvelles des communautés de clarisses du monde entier (France, Suisse, Italie, Canada, Afrique, Vietnam, Etats-Unis, etc.). Cela garde et resserre, si besoin était, les liens,qui nous unissent, les liens de la famille franciscaine. Cette période de Noël est ainsi un très heureux moment pour nous.

Du côté de l’atelier couture, quelques rares commandes pour des vêtements liturgiques, mais il tourne vraiment au ralenti.

Notre accueil monastique a ouvert ses portes pour un ou deux hôtes, toujours dans le respect des limites et des normes sanitaires d’aujourd’hui. Et puis, comme pour tous, les visites en présentiel sont rares, pour ne pas dire inexistantes. Cela nous fait communier, dans la vraie vie comme disent les enfants, à la frustration et à la souffrance de toutes les familles. En même temps, notre prière se fait de plus en plus intense pour tous ceux pour qui Noël ne sera pas une fête, mais une nuit de solitude, de froid, de faim. Que Marie et Joseph qui ont vécu cet exil et ont donné naissance à leur enfant dans des conditions similaires à celles des migrants d’aujourd’hui, apportent réconfort et solutions au drame de leur vie en mettant dans nos cœurs toute la réalité du partage.

La communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp vous souhaite une belle et bonne quatrième semaine d’Avent et surtout, surtout, des fêtes de Noël dans la joie de la naissance de l’Enfant-Dieu, tout en continuant à respecter les gestes sanitaires. A la semaine prochaine sur les ondes de RCF.

 

soeur Brigitte

 


 

DSC05403

Dimanche 13 décembre 2020

 

Bonjour,

De la part de la communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp, qui vit toujours dans le confinement intégral et se prépare maintenant au déconfinement et au couvre-feu.

Il faut quand même reconnaître que, pour nous, le couvre-feu n’a pas un grand impact puisqu’il existe de toute éternité dans nos communautés contemplatives où nous essayons de le vivre dans le plus grand silence. Nous nous unirons chaque soir par la prière à tous ceux qui ne pourront pas sortir.

Les grands rangements dans notre communauté se poursuivent, et il faudrait même que nous mettions l’accélérateur car nous devons être fin prêtes après le 15 décembre. Ces rangements nous ont permis d’éliminer tout ce que nous avons accumulé en dix ans de présence et de sortir de la spirale religieuse : « cela peut toujours servir » qui, en fait ne sert jamais à rien si ce n’est à encombrer et à attraper la poussière ! Ce que nous éliminons n’est pas systématiquement jeté, mais trié en fonction d’un recyclage éventuel.

Puisque l’année 2021 sera celle des dix ans de bénédiction de notre oratoire et d’inauguration de notre monastère à Ronchamp, nous avons décidé de faire une démarche un peu particulière. Ainsi nous avons opté pour réunir en un même lieu les sœurs d’hier et d’aujourd’hui. Nous avons donc commencé à faire les démarches nécessaires pour que nos sœurs qui sont enterrées au cimetière des Chaprais à Besançon viennent établir leur nouvelle demeure éternelle au cimetière de Ronchamp. Des démarches un peu longues mais très symboliques : la réunification et l’unité de la communauté.

Ces rangements et démarches ne nous arrêtent pas dans la prière. Ainsi, dimanche dernier, nous avons fêté le deuxième dimanche de l’Avent tout en nous unissant à la fête du diocèse. L’après-midi, certaines ont pu écouter sur RCF la retransmission de la célébration à la cathédrale. Bref, quoiqu’il arrive, nous ne perdons pas les habitudes qui nous font vivre.

Ce jeudi 10 décembre, nous nous sommes réjouies avec les pradosiens et le père Dumas, jour anniversaire de l’ouverture de la première maison du Prado à Lyon par le père Chevrier il y a 160 ans. C’était une ancienne salle de bal plus ou moins mal famée, fermée par la police de l’époque. Nous étions ensuite heureuses de partager un repas bien pradosien avec lui.

La veille, notre prière s’était élargie à l’Europe puisque le 9 décembre est la fête de l’Europe et, bien sûr, le 8 décembre, nous avons célébré solennellement la fête de l’Immaculée.

Ainsi nous sommes donc allées de fête en fête durant cette semaine. Cela nous offre l’occasion d’être bien en communion avec tous ceux qui nous entourent et plus largement. Oui, plus largement, car les informations, lorsqu’elles ne tournent pas en boucle autour du covid, nous rappellent très fortement à notre mission de prière pour le monde : il y a toujours et toujours des gens à la rue, des migrants qui se noient, des martyrs pour leur foi, des injustices sociales et politiques. Avec votre prière, nous pouvons faire basculer le monde, mais sans votre participation nous ne pouvons rien. Alors, unissons-nous dans la prière.

La communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp vous souhaite une belle et bonne troisième semaine d’Avent en continuant à respecter les gestes sanitaires et vous dit à la semaine prochaine sur les ondes de RCF.

 

soeur Brigitte

 


 

DSC05389

Dimanche 6 décembre 2020

 

Bonjour,

De la part de la communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp, vivant toujours au rythme du confinement, c’est-à-dire dans l’intériorité, la contemplation, la fraternité et le travail.

Du côté travail, ce n’est pas l’accueil qui nous occupe le plus actuellement, vous devez bien vous en douter. Des ménages dans le reste de la maison ont pris le relais. D’autres travaux tels que la mise à jour des annales de la communauté, l’écriture d’article sur la croix de Saint Damien, des méditations d’Avent, la lecture approfondie d’un certain nombre de livres, des préparations de sessions, etc. Mais c’est vrai que nous avons hâte que les pèlerins et visiteurs reprennent le chemin de Notre-Dame du Haut. Déjà quelques-uns se sont inscrits pour la période après le 15 décembre, ou le temps de Noël et de début janvier, tout ceci en fonction des instructions gouvernementales.

 

Avec beaucoup d’optimisme, mais notre spécificité est quand même l’espérance, nous remplissons déjà le calendrier de printemps-été.

Certaines d’entre nous ont fait l’expérience du zoom pour des réunions ou assemblées. C’est pratique, il faut le dire, mais rien ne remplacera jamais la rencontre réelle. Nous espérons que ce moyen de communication ne devienne pas le seul moyen de communication, excluant une partie de la population, et excluant toute expression spontanée de fraternité, d’amitié.

 

Quelques pannes techniques sont venues mettre un peu de piment dans notre vie : ordinateurs, livebox, photocopieurs et, le point d’orgue, des ampoules à changer, mais qui, en fait ne sont pas des ampoules ! Heureusement nos amis Daniel et Gérard ont répondu présents et ont passé quelques trois heures pour changer quatre ampoules. Qui dit mieux ?

Ce temps de relative oisiveté nous permet de réfléchir sereinement à quelques modifications dans l’organisation de la communauté. Plusieurs réunions sur ce sujet se sont déroulées et se dérouleront. Nous sommes parties d’une réalité que nous voudrions mettre en place : l’autorité partagée, à partir de trois principes : collégialité, synodalité, responsabilité. Ces trois principes engendrent 9 pôles, dont je ne vous donne pas le détail car c’est encore un peu flou. Actuellement, nous en sommes au stade de qui veut faire quoi, ou plutôt de « comment je peux rendre service et faire vivre la communauté ? » Pour ce faire, réunions hebdomadaires d’importance pour la communauté précédées par la rencontre du conseil. Bref des chantiers vont s’ouvrir dans les prochains mois et nous avons besoin de votre prière pour que tout se déroule au mieux pour le service de l’Eglise, du Seigneur, du diocèse, de l’humanité et de l’ordre des clarisses.

Enfin, depuis dimanche dernier, nous avons repris l’ouverture des eucharisties à tous ceux qui le désirent, dans le plus strict respect des normes sanitaires et des possibilités d’accueil de notre oratoire. Pour cela, il suffit de sonner à la grille du monastère.

 

Aujourd’hui, le diocèse fête l’Immaculée Conception. Si les circonstances nous empêchent d’être présentes physiquement, nous le sommes par la communion dans la prière et l’amitié ecclésiale. A tous les chrétiens du diocèse, nous souhaitons une très belle et bonne fête. Sans doute l’eucharistie de 15h00 sera retransmise sur RCF et sur les réseaux sociaux.

A ce sujet, votre radio préférée, RCF, me signale que les messes sont retransmises sur ses ondes tous les jours, tous les dimanches à 11h00.

La communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp vous souhaite une belle et bonne deuxième semaine d’Avent en continuant à respecter les gestes sanitaires et contraintes du moment, et vous dit à la semaine prochaine sur les ondes de RCF.

 

soeur Brigitte

 


 

DSC05289 3

Dimanche 29 novembre 2020

 

Bonjour,

De la part de la communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp, une communauté dans les starting blocks du dé-confinement dès que cela sera possible.

Oui, toutes ces dernières semaines, nous avons mis à profit ce temps de non accueil en présentiel pour faire souffler une tornade d’énergie au service de la sécurité sanitaire. Maintenant tout est beau, propre et sent bon et nous attendons le signal du départ. Déjà des personnes se sont manifestées pour retenir un temps de retraite ou d’intériorisation dès après le 15 décembre. Nous avons tout fait et nous continuerons de tout faire pour assurer de bons moments de prière et de bonne santé.

Parallèlement, nos amis Gérard et Daniel ont repris cette semaine, sous un soleil radieux, le nettoyage des petites toitures de nos bâtiments. Cela fait du bien aux toitures et aux personnes. Travailler au grand air c’est toujours mieux que d’être enfermés face à un écran pour une ou des visio conférences. Mais il faut bien en passer là si on veut que ce compagnon importun qu’est le covid nous quitte pour toujours.

Cependant nous sommes en relation avec vous de façon très proche actuellement, puisque nous préparons notre lettre trimestrielle. Si tout va bien, vous devriez la recevoir dans le courant décembre. Vous verrez que l’oisiveté ne nous guette pas au détour de la pandémie.

Moment important de notre semaine : en présence de Mgr Bouilleret, les soeurs ont élu, par bulletins secrets et très démocratiquement, le conseil de la communauté qui officiera les trois prochaines années, si Dieu le veut. Des urnes sont sorties : sœur Brigitte, abbesse, sœur Maggy, vicaire et première conseillère, sœur Marie-Claire-Denys deuxième conseillère. Maintenant, nous comptons sur votre prière pour accompagner l’ensemble de la communauté et permettre à ce conseil international d’être à l’écoute active des désirs et besoins de l’Eglise universelle via les désirs et besoins de chacune des sœurs, et surtout en mettant le mieux possible en œuvre notre mission : celle d’être prière permanente et accueil spirituel auprès de Notre-Dame pour les visiteurs et pèlerins. Nous ne doutons pas, et c’est un cher désir, qu’ils reviendront un jour.

Depuis les annonces du président Macron, les eucharisties et célébrations liturgiques célébrées dans notre oratoire sont à nouveau ouvertes à tous, mais en nombre limité, comme partout. Si vous le désirez, n’hésitez pas à sonner au portail, nous vous ouvrirons et serons heureuses de partager ces temps de prière avec vous. Pour la nuit et le jour de Noël, c’est encore un peu tôt pour faire des projets, mais cela viendra en son temps et heure.

Aujourd’hui, porte d’entrée dans ce temps de l’Avent qui nous est proposé chaque année pour accueillir au mieux l’enfant Emmanuel. Ensemble, essayons de mettre à profit ce temps pour appeler le Seigneur à notre aide et lui demander de nous guider, de guider les responsables, afin de prendre les solutions de fraternité humaine, spirituelle, matérielle pour que migrants, isolés, indigents, malades et tous blessés de la vie retrouvent un sens à leur vie et soient heureux d’être frères et sœurs parmi des frères et sœurs.

La communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp vous souhaite un beau premier dimanche d’Avent, et une bonne semaine en continuant à respecter les gestes sanitaires et contraintes du moment, et vous dit à la semaine prochaine sur les ondes de RCF.

 

soeur Brigitte

 


 

DSC05351

   soin du charme

 

 

 

143_8274

   prière pour la paix

Dimanche 22 novembre 2020

 

Bonjour,

De la part de la communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp, toujours bien confinée à l’instar du reste de la France et du monde.

Cette pandémie nous conduit à revisiter tous nos choix, à confirmer et renforcer ceux qui nous font vivre en vérité et en profondeur, à discerner ceux qui sont venus s’ajouter au fil des années et qui ne sont pas essentiels à notre équilibre spirituel et humain. Bref un vrai temps de retraite offert par M. Covid, ce qui nous permet de nous préparer tranquillement, sereinement et en toute confiance au changement que nous allons vivre la semaine prochaine.

Oui, mardi 24 novembre, en présence de Mgr Bouilleret, auront lieu, comme déjà signalé, les élections communautaires. Soeur Marie-Claire arrivant au bout de son mandat et désirant passer le relais de ce service (elle a déjà beaucoup donné au fil des années), c’est un nouveau conseil qui sortira des urnes. Dans ce climat de retraite, nous appelons l’Esprit Saint tous les jours de nous éclairer au mieux.

Mais cela n’arrête pas la vie quotidienne. Deux amis de la communauté sont venus à notre secours, selon toutes les normes prescrites, pour dégager les toits de nos maisonnettes, des branchages, feuilles mortes et autres glands tombés des chênes centenaires et qui attaquent les revêtements des toitures. Ils doivent revenir car il y a une bonne longueur de petits toits chez nous. Merci à eux.

Grâce à la pandémie, nous avons eu la visite des gendarmes, une visite de courtoisie comme ils disent. En fait, ils venaient s’assurer que nous n’avions besoin de rien et que sur la colline tout était normal. Merci à eux car c’est vrai que nous sommes bien isolées. Heureusement, le père Dumas est lui aussi confiné et vient prier avec nous tous les jours.

Grâce à la pandémie également, la distribution du courrier et des journaux est très aléatoire. Parfois nous avons les informations avec 3 jours de retard, ce qui n’est pas terrible. Si nous le voulons, nous regardons les informations le soir pendant la détente, mais ce n’est pas très probant car les infos sur le covid tournent en boucle. Mais grâce aux journaux papiers, nous savons qu’il se passe beaucoup d’autres choses dans le monde, que beaucoup de personnes, de pays, espèrent et attendent notre prière car la faim, l’exil, la guerre, la pauvreté augmentent de jour en jour à travers la planète. Donc, nous vous invitons à vous joindre à notre appel vers le Seigneur pour qu’il suscite des ouvriers de la paix, des ouvriers du partage, des ouvriers de la justice sociale, bref des ouvriers fraternels qui sauront rééquilibrer toutes les richesses de notre monde.

Aujourd’hui, fête du Christ roi de l’univers. Le mot roi peut sembler peu approprié au Christ. S’il est écrit avec un petit r (comme nous y invitaient Christian de Villeneuve et Didier Rimaud) et non avec une majuscule, nous voyons déjà où se situe la royauté du Christ, non pas dans le registre des honneurs, mais dans celui de l’humilité. Puissions-nous être, à l’instar du Christ, les rois et reines du service de l’humanité.

La communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp vous souhaite donc une belle fête du Christ roi de l’univers, et une bonne semaine avec toutes les contraintes du moment, vous rappelant le respect de la vigilance sanitaire et vous disant à la semaine prochaine sur les ondes de RCF.

 

soeur Brigitte

 


 

DSC05348

Dimanche 15 novembre 2020

 

Bonjour,

De la part de la communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp, toujours confinée, confinée à la puissance 10, mais avec de l’air pur. Oui, en effet, sur la colline de Bourlémont, l’air particulièrement pur est un obstacle majeur à la contamination covidienne. Conclusion, pour l’instant, ici, personne n’est atteint et nous nous organisons le mieux possible pour continuer notre mission de prière et d’accueil spirituel en bonne santé.

Oh, bien sûr, l’accueil spirituel n’a plus la même forme. Il n’est plus en présentiel, comme on dit aujourd’hui. Mais je peux vous assurer que les visio conférences battent leur plein. Etant donné nos capacités limitées dans ce domaine, il nous faudrait maintenant faire un cahier d’inscriptions, à l’image de ce que nous faisons déjà pour l’utilisation de la voiture. Ainsi chacune pourra programmer le temps d’échange dont elle a besoin.

Pour être honnête, il faut dire aussi que parfois les visio conférences se transforment en conférences téléphoniques, pour des raisons techniques mais pas que. Il peut arriver que les utilisateurs ou utilisatrices ne soient pas au top. Mais on y arrive quand même.

Autre avantage du confinement : les rangements de printemps ont changé de date et sont devenus les rangements d’automne. Tout est briqué, dépoussiéré, lessivé, rangé ; cela sent bon le savon noir et le propre. Il y a encore un peu de boulot à faire de ce côté-là. Et nous espérons que les 15 prochains jours de confinement suffiront.

Enfin un troisième registre important de notre vie bénéficie de ce confinement : la liturgie. Elle nous façonne comme à l’ordinaire mais peut-être sommes-nous un peu plus disponibles pour la préparation des fêtes et des offices. Ainsi la parole de Dieu peut être savourée tranquillement, avec sérieux et joie.

Pour notre communauté nous entrons dans une semaine d’appel à l’Esprit Saint et d’un peu plus d’intériorisation. En effet, le 24 novembre, nous vivrons les élections communautaires qui, très démocratiquement, éliront le conseil de la communauté chargé de l’entraîner ces trois prochaines années. Il n’y a pas de campagne électorale, pas de séduction possible, pas de marchandage. Seul l’Esprit Saint guidera la main de chacune. Merci de vous joindre à nous dans cette prière très spécifique.

Mais il n’y a pas que nous qui avons besoin de votre prière. Même si le covid occupe la majeure partie des informations, il n’y a pas que cette pandémie : les migrants continuent à mourir en Méditerranée, la guerre au Moyen Orient ou aux portes de l’Europe n’a pas dit son dernier mot, les soifs de pouvoir conduisent à des révolutions sanglantes de par le monde, etc. Heureusement il y a aussi des bonnes nouvelles comme la solidarité qui s’est inventée un nouveau visage de proximité, la recherche médicale qui met tout en œuvre pour sauver et guérir, etc. Pour tout ceci, ensemble, supplions le Seigneur et rendons lui grâce.

La communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp vous souhaite une belle et bonne semaine avec les contraintes du moment, vous rappelle le respect de la vigilance sanitaire et vous dit à la semaine prochaine sur les ondes de RCF.

 

soeur Brigitte


 

ooapin

   Eucharistie de la Toussaint

DSC05293 2

Dimanche 8 novembre 2020

Bonjour,

 

Nous voici à nouveau confinées sur la colline... Notre-Dame du Haut à nouveau tournée vers l’horizon, attentive à tous les appels qui peuvent monter vers elle, en cette période de pandémie que nous espérions ne plus revivre... mais la réalité est là, il faut bien l’accepter !

 

Nous vivons dans le sillage de deux grands évènements : la célébration de la Pâque de sr Marie Céline, après plusieurs jours vécus en communauté autour d’elle dans la prière. Ce fut un beau moment de foi célébré à N-D du Haut avec sa famille venue du Haut-Doubs, mais en petit nombre, quelques amis de loin, de près. Célébration pleine de cœur et d’espérance, présidée par le Père Florent Belin, son petit-neveu. Puis, le cimetière où elle rejoignait déjà trois autres sœurs, grains tombés en terre ronchampoise, dans cet espace si beau de pleine nature, largement ouvert sur le ciel... Et dimanche, c’était la fête de tous les saints, dont l’évocation entraine dans un au-delà de joie promise et bien réelle pour beaucoup. Cette communion permet d’espérer pour tous nos frères et sœurs en humanité, dont la mort reste obscure, douloureuse, mais qui sont aussi présents au cœur de Dieu. Merci à tous ceux qui, avec nous, s’entraident ainsi à porter la vie, tous ceux et celles qui nous ont témoigné leur amitié en ce deuil récent.

 

Notre accueil s’est à nouveau vidé de ses hôtes, et c’est le temps des grands ménages, des rangements de dossiers, livres et papiers divers, du soin des fruits et du jardin, de la contemplation des arbres d’automne qui flamboient avant de se dépouiller, du silence et de la prière : l’eucharistie quotidienne célébrée par le Père Frédéric, confiné comme nous à quelques mètres, le chant des laudes et des vêpres, la méditation... Elle nous rend plus présentes encore aux drames et soucis actuels des divers pays du monde, de l’Église, de tous ceux pour qui la vie est très dure, de tous ceux qui essaient de faire face avec courage. Puisse la parole de Jésus nous fortifier : « Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos ! » Là est notre paix, en toute situation.

Sr Brigitte s’est absentée quelques jours pour soutenir une petite  communauté de clarisses dans la Drôme. Mais toutes ensemble nous vous disons :

A la semaine prochaine, sur les ondes de RCF.

 

Sr Marie Claire


 

ooapin-1

 

157_1525_sr-Marie-Céline

Dimanche 1er novembre 2020

 

Bonjour,

De la part de la communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp, dont la peine se mesure à la longévité de la vie de sœur Marie-Céline, qui vient de rencontrer le Père en direct dans sa 97e année dont 75 ans de vie religieuse.

Oui, vous avez bien entendu : 75 ans de vie religieuse et 96 ans d’âge civil.

Et voilà, mardi 27 octobre au matin, dans son sommeil, elle est venue rejoindre la foule de tous les saints qui se préparent à chanter leur louange au Christ franciscain, au Père de miséricorde et à l’Esprit qui les unit. C’est maintenant, au milieu d’eux, en ayant retrouvé sa famille, ses amis, ses sœurs clarisses, qu’elle continue à être un moteur pour la communauté de Ronchamp.

Son esprit, non pas révolutionnaire, mais visionnaire, lui avait permis de faire évoluer la communauté de Besançon au cours de ses nombreuses années d’abbesse ou de vicaire. Elle avait un caractère bien trempé, comme seuls les Saugets peuvent l’être, avec les pieds bien sur terre et la foi chevillée à l’âme et au cœur. Jamais elle ne se laissait surprendre par une spiritualité de pacotille ou de surface, et son enracinement en Christ incarné, pauvre et petit l’a conduite à travers beaucoup de joies, de déceptions, de souffrances jusqu’à ce dernier souffle qu’elle a tenu à remettre au Seigneur, seule.

Elle avait reçu le nom de Marie-Céline du Saint Esprit, c’était sa fierté, en même temps que celle de ses origines du Haut Doubs. Nous l’avons conduite vendredi matin au cimetière de Ronchamp. C’est la quatrième sœur de notre communauté qui trouve sa nouvelle demeure parmi les ronchampois de toujours. Merci au Seigneur et à sa famille de nous l’avoir donnée avec ce sourire dont beaucoup se souviennent.

Autre domaine : Grâce à notre nouveau compagnon de route, le COVID 19, les pèlerins et retraitants présents chez nous sont partis plus tôt que prévu. La vie va reprendre son cours dans notre communauté. Une vie à nouveau ébranlée par le reconfinement. Que sera-cette vie ? Impossible de le dire mais nous communions dans notre âme, notre cœur et notre vie quotidienne à la souffrance que l’humanité se voit obligée de traverser. Nous prions, vous priez avec nous, pour que les scientifiques trouvent le mieux et le plus vite possible l’antidote à ce virus. Au printemps, le confinement fut difficile mais la saison nous portait vers la vie, la lumière, la nature qui renaissait, les jours qui grandissaient. Aujourd’hui, c’est tout l’inverse et il nous faudra, il faudra à tous, beaucoup de force, de foi en l’homme et en Dieu pour traverser ces jours où la lumière décline de plus en plus, les arbres se défeuillent, la nature se revêt d’une couleur triste et sombre. Alors, regardons plus loin que le bout de nos chaussures et tournons-nous résolument vers le solstice d’hiver qui sera le point de départ d’une nouvelle vie.

La communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp vous souhaite une belle fête de la Toussaint malgré les contraintes, vous rappelle le respect de la vigilance sanitaire et vous dit à la semaine prochaine sur les ondes de RCF.

 

soeur Brigitte

 


 

DSC05272

 

Dimanche 25 octobre 2020

 

Bonjour,

De la part de la communauté des sœurs clarisses, bien abritées du vent d’automne dans leur monastère lové dans la colline de Notre-Dame du Haut à Ronchamp.

La semaine fut une semaine ordinaire, avec quelques hôtes, venus d’Alsace ou de Paris, qui ont tenu à se ressourcer malgré les intempéries. Ils ne furent pas très nombreux mais ont grandement apprécié le silence, la prière, le repos, au point que certains ont prolongé leur séjour. Cela provoque un peu de gymnastique cérébrale pour sœur Maggy qui s’occupe de gérer les entrées et les sorties. Mais tout se passe au mieux.

Notre amie Renée est venue nous visiter en sa qualité d’amie et d’infirmière pour renforcer pendant quelques jours la communauté. En effet sœur Marie-Claire et moi-même, nous nous sommes échappées trois jours dans le nord de la France. A Haubourdin très exactement, grande banlieue de Lille, pour visiter une communauté de sœurs clarisses. Cette toute petite communauté, quatre sœurs à ce jour après le décès de leur doyenne de 99 ans, se voit dans l’obligation de quitter son grand monastère, construit au siècle dernier selon les normes de l’époque, pour un lieu plus petit et plus accueillant pour quatre personnes. Elles ont eu le courage de faire le pas, et maintenant le chantier de remise en état d’une petite maison est en cours de réalisation. Mais c’est beaucoup de soucis pour suivre les travaux, imaginer des lieux de prière et de communauté dans des locaux qui n’étaient pas prévus pour cela. Elles avaient besoin d’être épaulées amicalement, spirituellement et concrètement car nous savons de quoi nous parlons. Le chantier avance, les relations entre nos deux communautés s’intensifient ; bref tout le monde fut enchanté par ces rencontres.

Nous y sommes allées en voiture et nous avons pu ainsi admirer le passage des couleurs d’été à celles de l’automne. Des paysages splendides à vous couper le souffle s’il n’avait pas fallu tenir le volant de la voiture. A côté, des champs d’éoliennes à perte de vue. C’est moins beau, beaucoup moins beau, mais nécessaire pour la planète. Alors, on se plie à la nécessité climatique.

Pendant ce temps, les sœurs restées au bercail tenaient la maison d’une main de maître, accueillaient donc les quelques hôtes et se tenaient disponibles pour les rares visiteurs de Notre Dame du Haut. Des visiteurs qui parfois se sentaient presque soulevés par les rafales de vent et de pluie. Les feuilles mortes tapissent le sol, sans oublier les glands des chênes qui viennent se fracasser sur nos petites toitures en faisant un bruit d’enfer. Bref un beau temps de saison.

C’est aussi le moment d’inclure dans notre prière tous les sans abris qui souffrent de ces intempéries et des difficultés de se soigner en raison de la pandémie. Demandons ensemble au Seigneur d’apprendre à mettre en œuvre Fratelli Tutti, l’encyclique du pape François, c’est-à-dire de ne pas oublier que nous sommes tous frères, que les ressources de la planète sont pour le bien de tous. Et donc que les recherches médicales et leurs résultats bénéficient à tous sans exception, sans acception d’âge, de rang social ou de moyens financiers.

La communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp vous souhaite une bonne semaine, vous rappelle le respect de la vigilance sanitaire et vous dit à la semaine prochaine sur les ondes de RCF.

 

soeur Brigitte

 


 

DSC05202

Dimanche 18 octobre 2020

 

Bonjour,

 

Samedi dernier, 10 octobre, fut pour sr Maggy un grand moment d’Église, grâce à sa participation au Conseil Diocésain de Pastorale. Tôt le matin, elle avait rejoint Besançon en covoiturage, et nous revenait le soir, juste à temps pour nous en donner un écho enthousiaste. Le synode se met en œuvre peu à peu... avec détermination.

Le dimanche 11, s’était jointe à nous une petite équipe de  catéchuménat de Luxeuil : Réflexion – prière – échanges – Notre accueil était un peu réduit ensuite, mais les quelques hôtes, italien, française, Luxembourgeois, ont bien sympathisé.  Le temps est favorable au recueillement, car si la lumière est belle, la nuit tombe vite, les visiteurs sont peu nombreux, et la Porterie a déjà adopté son horaire d’hiver (1Oh-17h). Nous braverons encore le froid de la chapelle pour l’eucharistie des dimanches jusqu’à la fête de tous les saints, mais le reste des liturgies se célèbre maintenant à l’oratoire de notre monastère.

 

Dieu sait qu’on ne s’ennuie pas entre nos murs !  Lundi matin, 12 octobre, c’était le Comité de Suivi et de Coordination qui se réunissait, avec beaucoup de sujets à étudier ensemble. L’après-midi, le travail se poursuivait pour la Commission pastorale, et le soir, notre communauté se penchait sur les propositions à mettre en œuvre pour l’année 2021. Belles collaborations en perspective, et beaucoup d’entraide fraternelle au quotidien,  surtout à la cuisine. Nous sommes émerveillées de tous les fruits et légumes qui nous arrivent si généreusement... et disons que nous avons des sœurs fort bonnes cuisinières !

Sr Marie Laetitia est partie jeudi 15 au Foyer Ste Anne où débutait la 3° session de formation à l’accompagnement, proposée par le diocèse. Beau travail d’approfondissement au service des personnes. Elle nous revient ce dimanche soir. Père Frédéric, lui, se consacre à ses cours sur la théologie du corps les jeudis et vendredis. Nous suivons attentivement l’évolution de la pandémie et les mesures à respecter, en esprit de solidarité, rappelé à tous.

Nous achevons aujourd’hui la grande semaine de prière pour la Mission, dimension essentielle de la vie en Église. Toute la liturgie a été un appel à l‘Esprit Saint qui seul peut toucher le cœur de chaque homme de chaque femme, et transformer en vrais témoins les baptisés. Nous pensons spécialement aux jeunes qui faisaient leur profession de foi ce samedi  à Champagney, aux directeurs d’écoles catholiques réunis à La Roche d’or... et à sainte Thérèse d’Avila, fêtée le 15, en qui brûlait tellement l’Esprit de Dieu ! Qu’elle nous accompagne tous et toutes !  A la semaine prochaine.

Soeur Marie-Claire

 


 

DSC05197

Dimanche 11 octobre 2020

 

Bonjour,

De la part de la communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp, tout heureuse de vous retrouver sur les ondes de RCF.

Tout d’abord, il faut vous dire que la pandémie Covid 19 n’a pas atteint la communauté, mais a des répercussions très importantes dans notre vie quotidienne. L’assemblée des clarisses qui devaient se tenir dans 15 jours a dû être annulée, beaucoup de communautés vivant dans la crainte d’être contaminées. L’éventualité de visio conférences n’a pas été retenue, non pour des raisons de contagion bien entendu, mais pour des raisons techniques : nous ne sommes pas à la pointe du progrès et cet instrument fait peur à beaucoup de sœurs. Nous sommes donc obligées de la reporter à l’an prochain, ce qui est vraiment dommage.

D’autres annulations ou restriction : ainsi nos sœurs de Cormontreuil qui fêtent les 800 ans de leur fondation ont dû se résigner, la mort dans l’âme, à tenir leur colloque à huis clos. Quelques invités et elles-mêmes bénéficieront des conférences et autres festivités organisées. Souhaitons qu’elles développent beaucoup d’imagination pour nous en partager le fruit ultérieurement.

Quelques pèlerins individuels se ressourcent, mais de ce côté-là aussi il y a des annulations, souvent parce que ce sont des personnes contact et qu’elles doivent donc s’isoler pendant un temps.

Par contre les réunions sur la colline se succèdent et ne se ressemblent pas. Tout d’abord une rencontre avec l’AONDH et Mme Oudin, de l’association « Bâtir la paix » dans le but de réfléchir au développement sur la colline du thème : « apprendre la paix et la vivre ensemble ». Belle perspective qui s’inscrit tout à fait dans l’identité de la colline : lieu de paix, de prière, de silence et de joie intérieure comme le définissait Le Corbusier.

Puis une réunion plus technique sur la rénovation de la cure de Ronchamp. Là aussi, un beau projet pour permettre un accueil plus large aux pèlerins de Notre Dame.

Enfin, pour soeur Maggy, rencontre avec le conseil diocésain de pastorale ce samedi à Besançon. Enregistrement oblige, je vous en dirai plus la semaine prochaine. De même pour ce qui concerne la venue ce dimanche de catéchumènes et de leurs accompagnateurs pour un temps spirituel.

L’automne, quant à lui, s’est bien installé sur la colline avec rafales de vent, pluie, etc, entraînant la chute de glands un peu partout. Espérons que nous ne nous retrouverons pas cernées par une forêt de chênes les années prochaines ! Et ce bruit climatique et naturel a été concurrencé par les passages assourdissants de mirages et autres avions de la base aérienne de Luxeuil, sans doute en pleine manœuvre. Mais nous devons le dire, entre les deux bruits, nos oreilles écologiques préfèrent de loin celui de la nature.

Bâtir la paix, c’est aussi un peu le thème de la lettre encyclique Fratelli Tutti que le pape François vient de faire parvenir au monde entier. Nous rappeler que nous sommes tous frères n’est pas une vaine suggestion. Ensemble prions pour que la fraternité universelle grandisse dans chacun de nos cœurs, permettant ainsi une meilleure justice et posant aussi les fondations d’une paix durable.

La communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp vous souhaite une bonne semaine, vous rappelle le respect de la vigilance sanitaire et vous dit à la semaine prochaine sur les ondes de RCF.

 

soeur Brigitte

 


 

 

Dimanche 4 octobre 2020

 

Bonjour,

 

Dimanche 27 septembre ? Un dimanche ordinaire magnifique, mis en musique avec une organiste de grand talent et deux violoncellistes hors pair. Nous les avions connus dès notre arrivée à Notre-Dame du Haut en 2009 : leur enfant était à naître, et ce dimanche, il servait la messe avec grand sérieux : beau visage d’enfant éclairé par la bougie qu’il portait durant la lecture de l’évangile.

 

Notre accueil était calme cette semaine : quatre priantes, dont certaines connaissaient déjà le monastère. Mais nous avons eu quelques émotions, avec un chauffe-eau qui lâchait à la cuisine, des problèmes d’yeux pour une sœur, etc. Nous avons appris avec tristesse la mort de plusieurs amis, dont le Père Jean-Pierre Beauté, connu depuis si longtemps ; il nous avait accueillies avec tant de gentillesse, alors qu’il était curé de Champagney-Ronchamp. Notre prière se trouve approfondie et élargie par tous ces deuils proches. La fête des archanges nous a stimulées dans l’espérance du Royaume de Dieu.

 

Avec la fête de la petite Thérèse, nous accueillions ce jeudi Mgr Bouilleret venu conclure avec nous la visite canonique des 1° et 2 septembre. Belle relecture de notre vie, questionnements, ouverture à de nouvelles étapes...

Déjà nous avons pris date pour le 2 octobre 2021, date de la bénédiction de notre oratoire en 2011.

 

Nous suivons avec tristesse et inquiétude les nombreux problèmes internationaux qui font monter la violence. Puisse l’esprit de paix développé par St François atténuer les conflits et créer des relations fécondes entre les hommes et les femmes de bonne volonté. Le 4 octobre devait être ici une grande fête des familles pour notre diocèse et les groupes franciscains. La pandémie ne le permet pas, mais plus modestement, nous nous laisserons imprégner par le message de St François et par l’encyclique « laudato si » dans cette conversion écologique intégrale que le pape François appelle de ses vœux. La messe de ce dimanche, exceptionnellement, aura cette coloration : « Loué sois-tu mon Seigneur, monte vers toi la louange de toute ta création, tu nous donnes de te chanter ! Loué sois-tu mon Seigneur, immense en magnificence, tu fais jaillir la beauté et l’homme sait qu’il est aimé. »   A la semaine prochaine.

 

Sr Marie Claire

 


 

 
Dernière modification : 01/03/2021