MONASTÈRE SAINTE-CLAIRE

Les Clarisses à Ronchamp

 
 
 
 
 
 
 

Chronique hebdomadaire

RCF_LOGO_BESANCON_QUADRI

 

Chaque dimanche, à 9h00, soeur Brigitte de Singly,

vous invite à la retrouver pour sa chronique de la semaine 

sur les ondes de RFC Besançon.

 

Fréquence 87.6

 

ÉMISSIONS ARCHIVÉES EN PODCAST

         

thumb_38e92bcf9db6073d9ef5eecd7cb11001_1024

   A l'ombre de la chapelle, notre monastère troglodyte, photographié par François Bresson le 6 février 2018 !

Dimanche 18 février 2018

 

Bonjour,

De la part de la communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp, à l’abri des intempéries, perchée sur la colline et encastrée comme des troglodytes, bien au chaud et au sec.

Dimanche dernier, nous étions absentes des ondes de RCF en raison de la journée mondiale de la santé et des malades. Absentes des ondes, mais bien présentes par la prière et l’amitié auprès de tous les malades et de leurs soignants.

Le point d’orgue de cette semaine fut le mercredi des Cendres, célébré avec le père Pawel, jeune prêtre polonais, curé de la paroisse du Pays de Champagney. La semaine prochaine, il reçoit de jeunes prêtres polonais de ses amis. Ils viendront ensemble concélébrer, accompagnés d’un diacre et d’un servant d’autel. Ainsi il nous a promis une eucharistie bilingue : franco-polonaise. Cela nous plaît bien.

Mais il n’y a pas que la Pologne qui est venue jusqu’à nous cette semaine. Il faut aussi noter la présence de deux hôtes flamands qui ont passé quelques jours dans notre accueil. Presque seuls sur la colline, ils ont apprécié la cuisine française et les promenades des environs. Trois jours pour se ressourcer à la beauté, à la nature, à la prière qu’ils ont consommées sans modération, dans une joie sereine.

Sans aller jusque dans les Flandres, ce sont les membres de l’équipe d’accompagnement de Musique aux Quatre Horizons qui se sont réunis pour préparer la semaine musicale 2018. Le thème de cette année : Equilibre. Concerts, promenades musicales, répétitions, conférences, etc. se relaieront pour illustrer ce thème.

Dans la foulée, un autre groupe arrive : celui de six architectes de l’agence Piano à Paris. Sans doute viennent-ils apprécier de visu le beau travail de leur confrère Paul Vincent.

Et aujourd’hui, ce sont la famille et les amis d’Yves Calais qui se réunissent chez nous pour une prière commune et un repas d’amitié. Nous sommes heureuses qu’ils aient choisi notre communauté car Yves et sa femme Françoise comptent beaucoup pour nous.

Quant au synode diocésain, il a toute sa place dans notre emploi du temps : du côté de la communauté, nous avons décidé de former une équipe composée exclusivement de sœurs. Deux réunions ont déjà eu lieu pour réfléchir ensemble sur la fiche Eglise (n°4). Les différentes cultures européennes qui constituent notre communauté apportent une brassée de richesses qui forment de beaux bouquets et font émerger de belles questions.

En même temps, nous ne quittons pas l’actualité. Après avoir vibré à l’annonce de la canonisation des 19 martyrs d’Algérie, nous avons été touchées par la guérison miraculeuse de cette sœur Bernadette à Lourdes. Comme nous voudrions que de tels miracles se produisent dans les cœurs de chaque français, dans nos cœurs afin de pouvoir accueillir les déplacés, les migrants comme des frères qui eux aussi nous enrichissent de leur particularités. Ne les oublions pas, comme nous n’oublions pas non plus de porter dans la prière les états généraux de la bioéthique, cette science au service de l’humanisation de l’homme qui devrait rejeter toute surpuissance mortifère.

La communauté des soeurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp vous souhaite une belle première semaine de carême, et vous dit : A la semaine prochaine sur les ondes de RCF.

Sœur Brigitte


 

         

thumb_DSC03593_1024

   Les invités au festin

thumb_DSC03594_1024

   Rencontre avec père Eric Poinsot

Dimanche 4 février 2018

Bonjour,

 

Ce week-end dernier a été bien mouvementé et joyeux, avec l’arrivée de nos amis « les invités au festin » : 4 résidents, 4 bénévoles, 2 animateurs. Leur désir de ressourcement spirituel a été concrétisé par leur participation à la prière liturgique, un approfondissement du « notre Père » avec sr Maggy, de l’évangile du dimanche, et enfin par la constitution d’une équipe synodale.

Le Père Éric Poinsot nous faisait la joie de célébrer l’eucharistie, et nous entretenait ensuite largement de la vie de notre diocèse. Beaucoup d’interrogations, des réalisations, mais une question clef surtout : quelle pastorale pour une société sécularisée ? et comment réfléchir avec d’autres aux questions bioéthiques ?

Lundi, frère Patrice, de retour pour quelques jours, était accompagné d’un frère en ermitage à Vézelay, et nous avons profité d’une concélébration eucharistique à trois ! Nos trois retraitants continuaient jusqu’à la fin de la semaine leur chemin intérieur silencieux, qui nous stimule toujours dans la prière.

La fête de la Présentation de Jésus au Temple, célébrée avec les amis d’Yves Calais, fête de la vie consacrée aussi, fut belle, lumineuse ; et samedi,  nous étions heureuses de retrouver sr Brigitte après son périple fédéral.

Une nouvelle fois, nous nous retrouvions à plusieurs le 1° février avec la responsable du grand rassemblement de jeunes des écoles catholiques de Belfort et environs, qui se fera à Ronchamp le 26 avril. Beaucoup de choses à penser ensemble pour que cette journée soit heureuse et féconde pour tous. Plus proche, l’équipe synodale qui se réunit chez nous a fait sa deuxième réunion, et toute une famille arrivait le soir du 3.

Nous ne sommes pas encore entrées en carême, mais déjà il faut prévoir les fêtes pascales (bel objectif !). Le Christ en sa Passion-Résurrection et Notre-Dame du Haut attirent toujours, comme aussi la présence de notre monastère où peut se vivre un ressourcement profond. Nous en avons tous besoin, pour assumer les difficultés qui ne cessent de s’accumuler pour beaucoup, et pour grandir dans la connaissance de Dieu et l’union avec le Christ.

Ainsi priait saint François :

« Que devienne toujours plus lumineuse la connaissance que nous avons de Toi,

afin que nous puissions mesurer la largeur de tes bienfaits, la longueur de tes promesses, la hauteur de ta majesté et la profondeur de tes jugements. »

C’est notre souhait fervent pour tous.  A la semaine prochaine.

Sr Marie Claire


 

         

119_8864c_pn_1600x1200

thumb_DSC03591_1024

Dimnache 28 janvier 2018

Bonjour,

Une bonne rencontre nous a réunies comme chaque année pour un moment de convivialité autour du feu avec les membres de l’AONDH, de la Porterie, et quelques amis de Ronchamp. Moments précieux de gratuité et d’amitié qui resserrent les liens.

 

En ce mois de janvier assez calme  à l’accueil du monastère, nous avons davantage développé le travail qui nous est demandé à l’atelier liturgique : écharpes de baptême et de profession de foi, nappes d’autel, étoles de prêtres, etc. Nous projetons de diversifier nos créations en confection-broderie. Nous en sommes encore à la phase de brain-storming : les bonnes idées fusent en tous sens, mais d’ici quelque temps, il faudra faire des choix, et passer ou non aux réalisations. L’enthousiasme ne manque pas, qui doit se concilier avec le réalisme.

 

Nos deux sœurs étudiantes travaillent dur leurs sujets : doctorat en interreligieux pour l’une, studium théologique inter monastique (STIM) pour l’autre. D’autres sœurs sont dans les comptes, préparation ou compte-rendus de réunions, liturgies, courriers, traductions, lavages et repassages, cuisine, etc. Pas de quoi s’ennuyer ! Les santés se maintiennent, et sr Marie Noël,  qui souffrait d’une sciatique, va heureusement beaucoup mieux.

La nature se repose ; voisinant encore avec de splendides roses de Noël,  les premières petites pâquerettes apparaissent dans l’herbe, ainsi que les crocus dans les copeaux et les perce-neige dans la terre nue, sous un timide soleil. Mais quelles détresses dues aux inondations nous sautent aux yeux le soir aux informations télévisées... Nous ne pouvons que les porter dans notre prière, en solidarité avec tous ceux qui aident les sinistrés.

 

Ce week-end, nous accueillons avec joie le groupe des « invités au festin » en quête spirituelle, tandis que sr Brigitte, accomplissant sa mission de présidente fédérale, visite deux monastères dans le sud de la France.

 

Le vendredi 2 février, fête de la présentation de Jésus au Temple, nous aurons une eucharistie à la mémoire de notre ami Yves Calais, rassemblant ses amis de nos deux associations qui n’ont pu se déplacer à Besançon samedi dernier. Fête de la lumière, fête de l’espérance universelle...

En toute cette diversité, nous restons en communion profonde et vous disons à la semaine prochaine.

 

 

Sr Marie Claire


 

         

thumb_097541c6b8b79a461b7af83d1ca671c2_1024

   Traces du passage d'Eléonore sur notre colline

 

thumb_DSC03058_1024 - copie

   Invitation à contempler la croix de saint Vincent Ferrier

Dimanche 21 janvier 2018

Bonjour,

 

Notre semaine a été largement occupée à préparer notre lettre trimestrielle : les clarisses à Ronchamp. Avec l’investissement  de nombreuses sœurs, tout a pu être envoyé ce vendredi ! Il faut dire que le temps file vite, et que le mois de janvier, temps des vœux, sera bientôt écoulé... Les clarisses de tous pays échangent aussi largement leurs nouvelles en cette période de l’année : heureuse inondation qui, elle, va cesser, tandis que les vraies tempêtes font toujours des dégâts un peu partout. La colline en porte encore les traces, mais ce sont surtout pluie et vent qui découragent les visiteurs, sauf les asiatiques, et surtout pas les retraitants, avides d’intériorité.

 

L’équipe de la Porterie prépare activement la prochaine exposition, qui va évoquer l’histoire du pèlerinage à Notre Dame du Haut... Si vous prenez cette route, vous pourrez continuer par l’oratoire du monastère, qui évoquera l’histoire de sainte Colette, avec ses reliques du XV° siècle, et notre belle croix d’autel, qui lui fut donnée en 1417 par saint Vincent Ferrier, venu prêcher à Besançon et la rencontrer. Une longue histoire également, qui se poursuit aujourd’hui. L’ancien et le nouveau se marient très bien en ce lieu.

 

Nous avons appris avec tristesse la mort de notre ami Yves Calais, qui savait si bien, avec sa femme Françoise, mettre ses nombreux talents au service de tous. Il fut un solide pilier de notre association des amis de sainte Colette, et était secrétaire de l’AONDH. Il fut un grand serviteur de l’Église en sa dimension œcuménique, un membre fervent des amitiés judéo-chrétiennes, et nous l’entendions souvent parler à RCF... Sa Pâque était célébrée pendant la semaine de prière pour l’unité des chrétiens : beau signe de foi, de communion et d’espérance pour tous, car nul ne peut mettre en doute son entrée, avec le Christ, dans le royaume de Dieu auquel il croyait, pour lequel il travaillait.

En cette fin de semaine, nous arrivaient dix stagiaires architectes de l’agence Piano, venus à la découverte de Ronchamp : des jeunes de tous pays, si désireux de toujours élargir leurs horizons. 

C’est ce à quoi nous invite toujours le pape François, récemment en visite pastorale au Chili et au Pérou. Que son courageux message évangélique trouve un écho dans nos cœurs. Nous portons avec vous dans notre prière tous ces visages d’hommes, de femmes, d’enfants, qui sont nos frères et sœurs en humanité. Bon courage à tous, spécialement aux équipes synodales, et à la semaine prochaine.

 

Sr Marie Claire. 


 

         

thumb_DSC03552_1024

   Dernières vêpres aux lueurs des bougies, retour de l'électricité au chant du Magnificat!

thumb_DSC03558_1024

   En attendant l'eau du robinet !

Dimanche 14 janvier 2018

 

Bonjour,

De la part de la communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp, bien désolée d’avoir raté le rendez-vous de dimanche dernier. Mais à l’impossible nul n’est tenu. Grâce à notre sœur la météo pas du tout clémente, nous avons été coupées des réalités de ce monde pendant quatre jours : en effet la tempête a sévi de façon extrêmement violente à Ronchamp, ses environs et sur la colline. Résultats : arbres déracinés coupant les routes, câbles électriques sectionnés, etc. Eleanor s’est montrée particulièrement généreuse à notre égard et nous a privées d’électricité pendant plusieurs jours. D’où, bien sûr, pas d’électricité et donc pas de chauffage, pas d’eau, pas de téléphone, pas d’internet. Impossible de prévenir qui que ce soit. Bref, la joie parfaite.

Nous avons ainsi testé, si j’ose dire, la qualité de la construction qui a résisté au vent, à la pluie et dont les murs bien enterrés ne se sont refroidis que progressivement et nous ont bien isolées des intempéries.

Nous n’étions pas seules à vivre ces moments difficiles : des maisons dans le village étaient inondées, ce qui n’est pas mieux. Quant à la Porterie, porte d’entrée de la chapelle, elle était à notre image et ressemblance. Mais la directrice et son adjointe ont bien compris notre détresse et spontanément sont rentrées chez elles le deuxième jour pour nous préparer un peu de soupe chaude (à rapporter en urgence avant qu’elle ne refroidisse) et des pâtes. Un système pour faire chauffer un peu d’eau à la bougie avait été imaginé par une sœur, ce qui nous a permis le deuxième matin, d’offrir un peu de thé ou café chauds au petit déjeuner.

Le troisième jour, nous commencions à bien nous organiser en faisant cuire des pommes de terre et du poisson en papillote sous la cendre du feu de bois de la Porterie. Bienheureux feu de bois. Puis achat d’un camping gaz (le dernier du magasin qui avait été dévalisé par tous les habitants de la région), d’eau, etc. Repas à la chandelle, et bougies aux quatre coins du monastère. Ce qui a fait dire aux ouvriers de RDF : cela fait fête. Nous devons reconnaître que ces techniciens (appelés en renfort depuis Valence) se sont dévoués pour essayer de dépanner le plus rapidement possible. Ne pouvant le faire, ils ont apporté un groupe électrogène qui, malheureusement, s’étant embourbé, n’a pas pu fonctionner. Trois heures de travail pour le sortir de là, sous la pluie, le vent, dans le noir, etc. Merci messieurs de RDF !

Enfin, juste après avoir été livrées par le syndicat des eaux, d’une palette complète d’eau minérale, la fée électricité est revenue. Avec elle, quelques heures plus tard, l’eau et nous avons pu reprendre le cours normal de la vie.

 

Tout ceci ne nous a pas empêchées de continuer notre mission de prière permanente, chaque sœur étant équipée d’une lampe frontale pour chanter l’office.

Comme lorsque nous étions réfugiées à l’abri du pèlerin, la solidarité entre les sœurs s’est mise en marche spontanément. A l’époque les conditions spartiates avaient soudé les sept sœurs. Aujourd’hui, d’autres conditions aussi difficiles ont soudé les douze sœurs. Ainsi notre communauté devient une, non seulement en désir, mais en réalité. Alors, comme on disait autrefois, tout malheur comporte une face de bon.

Notre prière s’est trouvée spontanément axée sur les migrants qui vivent des situations autrement plus rudes et difficiles. Je laisserai le mot de la fin à sœur Marie-Céline, 93 ans : Au moins nous avons un toit. Une vraie communion et compassion de sa part à l’égard de ce que vivent les migrants. C’est pourquoi aujourd’hui, journée du Réfugié et du Migrant, ensemble prions pour que de vraies solutions humaines soient trouvées afin de donner des conditions de vie correctes à tous ceux qui migrent par la force des événements.

La communauté des soeurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp vous souhaite une belle semaine, et vous dit : bonne année puisque nous n’avons pas eu l’occasion de le faire plus tôt. A la semaine prochaine sur les ondes de RCF.

 

Sœur Brigitte


 

         

thumb_DSC03526_1024

 

 

thumb_DSC03514_1024

  Lumière de Bethléem

thumb_7f65984cb96aa4fae8591c5bb158e18a_1024

 

Dimanche 31 décembre 2017 

Bonjour,

 

C’est dans le sillage de Noël, et sous une épaisse couche de neige que nous vous rejoignons en ces derniers jours de décembre. La fête commençait chez nous à l ‘oratoire par les premières vêpres de Noël, chantées avec nos hôtes auprès de la crèche, très simple mas belle, devant l’autel. Nous avions eu la joie, auparavant, de recevoir la lumière de Bethléem, qui nous éclaire longuement de sa flamme fragile et chaude. Beau lien de communion avec ce lieu d’origine si cher à notre cœur.

 

Notre-Dame du Haut était bien préparée à recevoir ses enfants de tous âges, une centaine cette année, pour la veillée de Noël qui commençait à 23h30 par un conte très évangélique de la poétesse Mare Noël. Chants et musique encadraient la célébration de la Parole et de l’Eucharistie. Moments très forts que l’annonce solennelle de la naissance du Christ, chantée dans la chaire, et la proclamation de l’évangile  par frère Patrice, suivie de l’homélie. Autre geste significatif à l’offertoire : l’assemblée jusqu’alors dans la pénombre, allumait ses lumignons et les portait à la crèche. Longue procession de lumière qui avait son pendant plus tard, lors de la procession de communion.

« O merveilleux échange... » chanterait la liturgie.

Belle ambiance de joie recueillie, de foi aux dimensions planétaires en cette nuit sainte, de prière ouverte au monde de Dieu, au monde des hommes.

Au monastère attendaient les boissons chaudes et la convivialité toujours appréciée entre proches et inconnus.

 

L’ambiance est joyeuse aussi en communauté, avec le partage des cadeaux fraternels, après la louange du matin, la préparation du repas, et la messe du jour qui nous fait davantage entrer dans le mystère de l’Incarnation.

 

La semaine s’est poursuivie dans la détente, les courriers reçus avec bonheur et envoyés avec cœur... Les liturgies quotidiennes, vécues avec nos hôtes, venus parfois de loin, et avec un frère franciscain qui goûte quelques jours d’ermitage.

Bientôt nous passerons le cap de 2018, au cours d’une veillée de prière qui s’écoulera de 22h30 à minuit, en notre oratoire.  A tous nous offrons nos vœux fervents, puisés à la Source de toute paix, force et confiance. Que le Dieu de l’espérance vous remplisse chaque jour de sa présence, puisqu’il est à jamais DIEU AVEC NOUS... A la semaine prochaine.

 

Sr Marie Claire

 


 

         

thumb_DSC03474_1024

   Répétition musicale

thumb_DSC03475_1024

   Crèche brodée sur une étole

 

Dimanche 24 décembre 2017

 

Bonjour,

De la part de la communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp, qui voudrait vous transmettre toute sa joie et sa communion pour la fête de Noël qui nous est offerte.

Oui la fête de Noël a occupé une grande partie de notre semaine :

Tout d’abord répétition à la chapelle : veillée, poèmes, chants ont essayé de réchauffer le plus possible les liturgies du moment. Malheureusement deux heures dans un froid glacial et humide sont venues à bout de tous les bonnets, gants, moufles, parkas, châles et autres moyens de se réchauffer. Et ce sont des sœurs transformées, non pas en bonhommes de neige, mais en glaçons ambulants qui ont vite réintégré le monastère pour une tisane. Mais, oh miracle, personne n’a été malade et nous pensons bien que cela tué les microbes avant qu’ils n’éclosent.

 

Cette année, nous avons la chance d’avoir parmi nous de bons conteurs, chanteurs et lecteurs sans oublier les musiciens, avec un chef de chœur hors paire en la personne de Christian. Nous n’ajouterons qu’une seule chose : le célébrant lui aussi est hors catégorie, c’est notre frère Patrice, franciscain et chapelain.

Ceci dit, ne vous inquiétez pas, la nuit de Noël sera chaleureuse car il fait déjà moins froid et une assemblée dense dégage de la chaleur très appréciable. Alors, n’hésitez pas à venir célébrer la naissance de l’enfant Dieu à Notre-Dame du Haut. Veillée à 23h30 suivie de l’eucharistie puis, pour tous, vin chaud ou jus de pomme chaud.

Hormis tous ces préparatifs liturgiques de Noël, Jour de l’an, Epiphanie, la communauté est entrée à fond dans la préparation du synode, en ayant déjà rassemblé une équipe qui devrait commencer à travailler dès le mois de janvier.

 

De plus, pour couronner le tout, les électriciens sont passés chez nous. Résultats : chemin lumineux fonctionnant, éclairage de notre oratoire en bel état de marche ; il manque encore 2/3 bricoles, mais il ne faut pas être trop gourmand. Ce sont déjà de beaux cadeaux de Noël.

 

Sur la colline, la vie va être riche et variée pour l’année 2018 : D’abord une exposition qui évoquera le pèlerinage à Notre-Dame du Haut depuis ses commencements, avec un petit détour pour sainte Colette dans notre oratoire (ceci de fin janvier à fin mai).

Puis ce seront les lieux saints partagés entre juifs, musulmans et chrétiens qui prendront le relais. C’est une exposition qui parcourt actuellement le monde et se tiendra de juin à décembre. Nous en sommes très heureuses car cela est tout à fait à l’unisson du dialogue inter-religieux que nous vivons en ce moment.

 

Du côté de notre accueil, avant le grand rush de Noël, quelques retraitantes heureuses de trouver, prière, silence et solitude : d’abord une jeune coopérante des Missions étrangères de Paris qui revient d’une année passée au Cambodge et qui voulait se ressourcer avant de démarrer sa vie professionnelle. Une autre, chargée des jeunes dans la communauté Fondacio. Bref beaucoup de variétés dans notre accueil, à l’image de notre communauté.

 

Grâce à ce bouquet de fleurs très différentes de notre communauté, notre prière est très variée en fonction des intérêts des unes et des autres. Mais, toujours au centre, le souci de l’isolé, du démuni. Avec vous, prions l’enfant Emmanuel, qui lui aussi a connu la migration, de nous réveiller en nous amour, force et inventivité pour donner un toit à chacun.

La communauté des soeurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp vous souhaite une très belle et heureuse fête de Noël, fête du partage, de la louange, de l’adoration. A la semaine prochaine sur les ondes de RCF.

Sœur Brigitte

 


 

 

 

       

thumb_DSC03438_1024

   Les bannières sont rassemblées

thumb_DSC03450_1024

   Nombreux prêtres et assemblée "chantante"

Dimanche 17 décembre 2017

 

Bonjour,

De la part de la communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp, au chaud dans leur monastère de haute qualité énergétique qui les met bien à l’abri du froid, de la neige, de la tempête comme celles qui soufflent régulièrement ces derniers jours.

 

Bien entendu, notre vie fut marquée au premier jour de la semaine par la fête du diocèse et l’ouverture du synode. Trois étapes pour la communauté : ce fut d’abord sœur Maggy qui partit en avant première, tôt le matin, pour représenter les contemplatives et notre communauté aux ateliers et à la célébration de la cathédrale. Partie avec deux membres de notre doyenné, elle arriva bien à l’heure et put remplir sa mission sans stress particulier.

 

Deuxième étape : quatre autres sœurs partirent rapidement en tout début d’après-midi pour suivre la procession du Centre diocésain jusqu’à la cathédrale. Les mauvaises conditions atmosphériques ont retardé quelque peu leur arrivée mais elles purent rejoindre la marche très facilement. Ce qu’elles dirent de la célébration : beaucoup de sens et de beauté, grand nombre de diacres et de prêtres ; elles furent très impressionnées par le nombre de groupes représentés. Que de forces vives chez tous ces laïcs et religieux engagés de façon très diverses dans la marche de notre Eglise diocésaine ! « On sentait vraiment une grande famille » nous a ensuite dit soeur Marie-Thérèse, notre sœur d’Outre-Manche non Brexit, touchée par la chaleur fraternelle de l’assemblée. Une telle appréciation est symbole de la réussite de la vie diocésaine. Carnets de route furent distribués et bénis. Sœur Maggy est déjà à l’œuvre pour constituer une équipe synodale mixte religieux/laïcs et cela a l’air de bien prendre. Joie aussi pour sœur Marie-Claire, et sans doute pour son compositeur musical, d’entendre chanter par la chorale et l’assemblée l’hymne du synode : « le feu crépite ». Oui, dit-elle, ce fut un beau feu de joie qui entraîne. Les soeurs notèrent aussi la présence de nos frères pasteurs au premier rang. Bref un bonheur spirituel et fraternel assuré pour tous.

 

Troisième étape : les sœurs restées à Ronchamp, il en fallait bien, ont suivi toute la célébration sur RCF et ont le sentiment d’y avoir participé réellement. Merci à RCF et à ses collaborateurs pour le travail accompli qui fut grandement apprécié.

Ceci dit, en passant, je vous signale que 5 sœurs parties, il en restait 6 : conclusion : la moitié de la communauté a participé in vivo à la célébration, l’autre par ondes hertziennes interposées. Qui dit mieux ?

 

Mais il fallut redescendre sur terre et, avec joie, accueillir nos frères franciscains des Buis venus vivre une journée de récollection à l’écart du brouhaha des villes.

Quelques personnes se succèdent actuellement à l’accueil, mais c’est assez calme. Cela nous permet de nous préparer intérieurement et sans trop d’agitation à la fête de l’incarnation.

 

D’ailleurs, sur la colline, les visiteurs se font rares. Quelques uns osent braver les intempéries et visitent les crèches. N’oubliez pas de venir les voir, elles sont vraiment originales et belles.

Cette nuit, la tempête a coupé l’électricité (rétablie maintenant), l’eau, etc. Cela nous fait communier, non de façon virtuelle mais dans la réalité du quotidien, à la précarité des tous ceux qui sont sur les routes sans un minimum d’essentiels pour vivre dignement. Ne soyons pas radins dans notre prière et supplions l’enfant qui va naître de nous inspirer les moyens à mettre en œuvre et de nous donner l’énergie de les mettre en œuvre.

Cette naissance, nous la célèbrerons à Notre-Dame du Haut par une veillée suivie de l’Eucharistie à 23h30 le 24 décembre. Venez nombreux, la chaleur fraternelle a toujours beaucoup de bon.

La communauté des soeurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp vous souhaite une belle troisième semaine d’Avent, et vous dit : dépêchez-vous, Noël est à la porte, ne fermez pas votre cœur. A la semaine prochaine sur les ondes de RCF.

Sœur Brigitte

 


 

         

thumb_DSC03433_1024

 

thumb_DSC03429_1024

Dimanche 10 décembre 2017

 

Bonjour,

De la part de la communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp, des sœurs bien installées dans un cocon de chaleur spirituelle.

 

Oui cette semaine fut, pour nous, entièrement dédiée au Seigneur : pas de visiteurs, pas d’accueil, pas de travail, sauf le strict minimum pour faire tourner une maison.

C’est Mgr Patenôtre, un ami des clarisses de longue date, qui nous a emmenées à la suite du Christ sur les chemins de l’évangile. Nous avons rencontré plusieurs compagnons : Jean-Baptiste, la Samaritaine, le Père prodigue et ses deux enfants, Nicodème, et les autres. Avec un compagnonnage particulier avec Marie, Pierre, les douze apôtres. Tous nous révélant quelque chose du Christ et lui-même nous révélant le visage du Père. Vous allez me dire : rien de bien nouveau ! Et bien détrompez-vous. Comme toujours, la parole de Dieu est nouvelle à chaque fois qu’on la lit, qu’on la médite, qu’on laisse son cœur habité et habillé par elle.

Pour ce faire, Mgr Patenôtre s’est beaucoup aidé de la traduction de sœur Jeanne d’Arc, dominicaine des Tourelles qui, en son temps, avait été la première à éditer une concordance de la bible (du temps où les ordinateurs n’existaient pas encore et que tout était fait, pensé à la main et avec son cerveau). Cette double édition, verset grec, verset français, de l’évangile de Jean nous a conduit à découvrir combien le mot grâce ne veut pas dire autre chose que don de Dieu ou, si vous préférez, Dieu donne. Ce ne sont pas des petites grâces qui s’accumuleraient dans notre escarcelle, non c’est Dieu qui donne et c’est Dieu qui se donne.

Nous avons perçu également la soif de Jésus auprès de la Samaritaine, une réelle soif physique parce que Jésus est fatigué. Mais aussi une soif de donner Dieu ; ce même mot est celui que Jésus emploiera sur la croix quand il dira : « j’ai soif », soif de se donner jusqu’au bout de l’amour, cet amour qui est l’unique identité du Père.

Bien sûr, nous avons rejoint le concile Vatican II, les papes du concile et d’après, avec une insistance particulière pour Paul VI et le pape François, celui qui a donné il y a peu un splendide texte aux religieux/religieuses : « A vin nouveau, outres neuves ». A l’instar de la samaritaine qui abandonne son ancienne jarre parce qu’elle n’en a plus besoin, à nous aussi religieux/religieuses, d’abandonner nos vieilles outres au profit de celles qui feront signe dans notre monde d’aujourd’hui. Car la réalité est là : nous ne sommes pas là pour faire signe de nous-mêmes, mais pour être signe d’un autre, de celui qu’on appelle Christ et qui est le chemin pour aller au Père. Le « on a toujours fait comme ça » est banni d’un revers de manche, mais il ne s’agit pas de faire n’importe quoi à la place. La fidélité à la source, l’unique source qu’est le Christ, est le balancier de l’équilibriste sur le fil de la vie de foi, depuis l’Ancienne Alliance jusqu’à la vie en Dieu en passant bien sûr, particulièrement en ce temps de l’Avent, par le mystère de l’incarnation et la Nouvelle Alliance, de l’alpha à l’oméga, tout simplement.

 

Cette plongée dans le don de Dieu ne nous a pas fait oublier, bien au contraire, tous ceux à qui l’amour manque et qui se retrouvent, seuls, sans logement, sans famille, sans amis, sans ressources. Ensemble, essayons de rassembler nos forces et notre prière pour trouver ce qu’il faut faire et être, avec des outres neuves.

La communauté des soeurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp vous souhaite de rencontrer Mgr Patenôtre et sa foi exultante de joie, de vivre une belle fête diocésaine et une heureuse ouverture de synode, et vous dit à la semaine prochaine sur les ondes de RCF.

Sœur Brigitte

 


 

         

thumb_DSC03425_1024

 

thumb_DSC03389_1024

   Rencontre "chantante" avec nos amis de La Lanterne

Dimanche 3 décembre 2017

 

Bonjour,

De la part de la communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp, bien emmitouflées et tout émerveillées du paysage de neige que le Seigneur lui offre. Oui, c’est vraiment très beau et cela met, non pas du froid, mais de la chaleur dans nos cœurs pour commencer la nouvelle année liturgique en ce premier dimanche de l’Avent.

 

Beaucoup de rencontres diverses et variées ont émaillé notre semaine.

Tout d’abord, nous avons passé une journée avec nos amis de la maison-relais La Lanterne de Pouilley les Vignes. Cela fait des années qu’une belle amitié s’est nouée entre nous. Malgré le temps maussade, la joie était au rendez-vous, aussi bien pour une belle prière de louanges et d’action de grâce, que pour un repas, véritable festin, préparé par leurs soins. Une fois que chacun s’était bien restauré et après la vaisselle, grand moment de chants soutenu par Dominique Frachebois et sa guitare. Cela a permis à tout le monde, et en particulier à sœur Marie-Claire, de découvrir la musique de l’hymne qu’elle a composé pour le synode.

Quelques uns ont profité d’un rayon de soleil furtif pour aller visiter l’exposition des crèches qui se déploie sur la colline comme chaque année. Crèches de tous pays et toutes aussi originales les unes que les autres. N’hésitez pas à faire le déplacement, ce ne sera pas du temps perdu.

Un groupe en chasse un autre et ce sont huit étudiants en architecture de St.-Etienne qui ont passé le week-end à étudier cm par cm aussi bien la chapelle Notre-Dame que notre monastère. Ils sont repartis heureux, leur panier à provision plein de découvertes architecturales. De leur part, merci à Monsieur Le Corbusier et merci à Monsieur Piano.

Et maintenant, c’est plus calme avec la présence de deux dames seules, bien décidées à vivre une retraite silencieuse en ce début d’année liturgique.

Une journée avec la fraternité séculière franciscaine St Damien qui n’a pas hésité à venir boire à la source sur les hauteurs de Bourlémont, malgré pluie et brouillard. Une fidélité sans pareil pour se ressourcer ensemble.

 

D’autres activités : Conseil diocésain de la vie religieuse, conseil régional de la Mutuelle St-Martin, participation à une session sur saint Bonaventure, petit séjour à Tamié, etc, sans oublier quelques jours à Marseille dans la communauté des clarisses qui devient communauté soeur. Bref, la météo peu clémente ne nous arrête pas.

 

Nous nous préparons également à notre semaine de retraite du 3 au 9 décembre. Elle sera prêchée par notre ami Mgr Patenôtre. Donc la semaine prochaine, grand silence pour nous et du coup, un peu pour vous aussi. Cette semaine de retraite nous donnera la possibilité d’accueillir intérieurement les nouvelles normes de la communauté que le nouveau conseil s’active à mettre en place, pas simple après 15 ans d’un conseil qui a contribué à la réalisation de la communauté à Ronchamp.

 

A l’unisson du diocèse, nous sommes dans la dernière ligne droite avant l’ouverture du synode. Ce sera sœur Maggy qui représentera la vie contemplative et les clarisses le 10 décembre. L’après-midi plusieurs sœurs la rejoindront pour la célébration et le lancement du synode à la cathédrale.

La prière du diocèse n’est pas qu’à la cathédrale. Elle est dans tous les cœurs, dans les nôtres, dans les vôtres. Ensemble crions vers le Seigneur pour que plus de solidarité, plus d’écoute, plus de partage puissent se faire et que moins de personnes soient laissées sur le bord de la route, particulièrement en ces temps de grands froids.

 

La communauté des soeurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp vous souhaite beaucoup de chaleur dans vos cœurs, une très belle entrée en Avent, une bonne semaine, et vous dit à la semaine prochaine sur les ondes de RCF.

 

Sœur Brigitte

 


 

         

thumb_DSC03365_1024

   Une séance de caté sur la vocation

thumb_DSC03372_1024

Dimanche 26 novembre 2017

Bonjour,

 

Les semaines passent encore très vite, malgré le calme environnant, dans l’alternance des journées de brume, de pluie et de soleil...

Samedi matin, 18 novembre, sr Aude et sr Maggy accueillaient un groupe de jeunes, l’aumônerie de Champagney animée par Gérard Enderlin et le Père Pawel. Bel échange et temps de prière à l’oratoire. Dimanche 19, c’était une quinzaine de louvettes, venues de Montbéliard, qui venaientt découvrir saine Claire, puis participaient avec nous à l’eucharistie, célébrée par le Père Maxime Roland, de Belfort.  Des petits bouts de femmes très déccidées à aller ensuite pique niquer dans les bois, autour d’un feu, malgré le temps maussade. L’humidité était telle qu’il n’y avait vraiment aucun risque d’incendie ! On reconnaît bien là le courageux savoir des scouts !

 

Nous avons accueilli un couple de mexicains désireux de faire retraite durant quelques jours. Et c’est vrai qu’ils se sont montrés très assidus à nos temps de prière. La jeune dame, Mariana, attend un enfant pour février, et nous l’avons confiée à sainte Colette. De vrais liens d’amitié se sont ainsi créés. Avant de partir, ils ont eu la délicatesse d’offrir une fleur pour chaque sœur. Joie de ce partage inattendu qui forme maintenant un beau bouquet à l’oratoire. Un autre couple a bénéficié aussi du silence et du calme de cette période.

Ces quelques jours où l’accueil est un peu en sommeil ont permis de s’investir dans un grand inventaire de tissus, nécessaires à la confection d’étoles, aubes, nappes d’autel, pour l’atelier de vêtements liturgiques qui reprend vigueur et couleurs, grâce à des talents cachés qui se révèlent.

Nous participons aussi à la préparation d’un grand rassemblement de jeunes des écoles catholiques du diocèse de Belfort-Montbéliard pour le 26 avril 2018 sur la colline. Plus proche de nous, la préparation de la nuit de Noël à Notre Dame du Haut nous mobilise encore avec Frère Patrice et quelques proches. Chaque année offre une surprise... L’exposition de crèches de tous pays est déjà en place partout sur la colline. Si c’est un peu tôt liturgiquement, il n’en reste pas moins que cet événement de la naissance du Christ Sauveur doit toujours nous interpeller, d’une manière ou d’une autre.

 

Autant de stimulants à une prière qui inclut, bien sûr, tous les grands problèmes qui secouent l’humanité, et que seul l’Esprit de Dieu peut orienter vers la concorde et la paix, si nécessaires. En cette fête du Christ Roi de l’univers, notre communion fraternelle vous est assurée.  A la semaine prochaine !  

Soeur Marie-Claire

 


 

         
thumb_DSC03348_1024

Dimanche 19 novembre 2017

 

Bonjour,

De la part de la communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp. Des sœurs encore tout ébouriffées du changement qui est en train de s’accomplir dans la communauté.

Oui, cette semaine nous avons vécu un moment important de notre vie. C’était l’élection de l’équipe qui devient responsable de la communauté. Il s’agissait en premier lieu d’élire l’abbesse : le sort démocratique à bulletins secrets en présence de Mgr Bouilleret, tomba sur sœur Marie-Claire. La charge n’est pas une première pour elle car déjà, à deux reprises, elle fut élue abbesse. Elle totalise plus de 12 ans d’expérience. Donc, même s’il y a eu de grands changements depuis 15 ans, elle n’est pas totalement dépaysée. Elle sera assistée de sœur Maggy, élue tout aussi démocratiquement. Sœur Maggy est, dans notre jargon clarien : vicaire et première conseillère. Cela signifie qu’elle assiste l’abbesse et la remplace quand cette dernière est empêchée ou absente. Ce duo ne reste pas duo et devient trio avec l’élection de sœur Marie-Claire-Denys comme 2e conseillère. Qui, elle aussi, assistera les deux sœurs ci-dessus nommées.

Comme vous pouvez le constater, la communauté dans son ensemble n’a pas hésité à entrer dans un mouvement de nouveauté tout en respectant une certaine continuité : une sœur venant de Besançon, et deux sœurs étant uniquement de Ronchamp sans être passées par la case Besançon. Voilà, maintenant vous n’avez plus qu’à souhaiter bon vent à la nouvelle équipe et à la communauté.

Pour cette journée, Mgr Bouilleret présidait l’Eucharistie. Le père Pavel, nouveau prêtre de Champagney, arrivé récemment de sa Pologne natale, est venu concélébrer avec lui. Cela nous a permis de faire sa connaissance. Il devrait une fois par semaine venir célébrer avec nous. Nous devrions bien nous entendre.

 

Mais notre vie ne s’est pas réduite à nos élections.

L’équipe de préparation de Musique aux Quatre Horizons s’est réunie pour mettre en forme la saison 2018. Le thème en sera : Équilibre, Équilibre sans article. Musique, conférences, parcours musical dérouleront ce thème dans toutes ses dimensions.

 

Quelques pèlerines, pour 24 heures ou plus, sont passées par notre accueil. Le silence automnal est très apprécié. La pluie et le vent n’arrêtant pas les amoureux de Notre-Dame ni les quelques touristes courageux que rien ne troublent.

 

Aujourd’hui, dimanche 19 novembre, notre prière se fera particulièrement proche de tous les blessés de la vie et de tous les pauvres, à la demande du pape François qui a instauré le dimanche des pauvres. Ensemble, vous et nous, essayons par notre prière et notre vie d’être le plus fraternels, et le plus solidaires possibles avec tous ceux à qui il manque le strict nécessaire pour vivre. Essayons d’ouvrir nos cœurs et nos mains à la dimension de leurs besoins.

La communauté, new look, des soeurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp vous souhaite une belle semaine, et vous dit à la semaine prochaine sur les ondes de RCF.

Sœur Brigitte


 

         

185_6866

   Campanile en plein brouillard

thumb_DSC03331_1024

   Amis de sainte Colette

Dimanche 12 novembre 2017

 

Bonjour,

De la part de la communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp qui, malgré brouillard, froid et pluie, nagent dans la joie de vous retrouver.

Que se passe-t-il actuellement sur la colline de Bourlémont ? Peu de visiteurs, beaucoup de gris maussade et des sœurs qui s’apprêtent à vivre de grands changements avec la journée élection du 15 novembre.

 

Cependant, nous ne sommes pas complètement isolées : En ce moment, au retour des vacances de la Toussaint, beaucoup de groupes de collégiens sont passés sur la colline, emmenés par des professeurs enthousiastes qui essaient de leur donner le goût du beau, de leur faire saisir le rapport entre architecture, art et sacré. Tâche ardue s’il en faut mais, avec beaucoup de patience et de persévérance, nous arrivons toujours à établir le dialogue, souvent grâce à une petite question originale qui libère tous les autres de leur mutisme et cela fuse.

 

Cette semaine, nous avons également reçu le conseil d’administration des Amis de Ste Colette, association dont le but est d’aider les clarisses dans leur tâche de prière, en tâchant de les libérer au maximum de beaucoup de tracasseries administratives, en inventant et en prenant en charge des actions pour les soutenir dans la partie financière. L’association des Amis de Sainte Colette est aussi en recherche d’adhérents. Donc, si vous avez envie d’être un soutien auprès des clarisses, n’hésitez pas à prendre contact, nous serons toujours heureuses de vous présenter qui sont les Amis de Sainte Colette.

Ce conseil d’administration fut suivi d’une rencontre avec les banquiers, ces messieurs qui surveillent de très près nos remboursements. Ils sont repartis satisfaits de l’état sain des bilans comptables.

Pour garder l’équilibre financier, comme tout un chacun, le travail est là. Actuellement, nous sommes plongées dans des travaux de couture et de broderie (étoles, écharpes de baptême ou de profession de foi, etc.), sans oublier le travail de l’accueil dont nous assumons entièrement la charge.

Mais le travail n’est pas notre unique occupation. Nous passons aussi du temps à la prière, ayant regagné totalement notre oratoire, lumineux et chaud, tant pour la semaine que pour le dimanche, la chapelle Notre-Dame étant mise en hibernation, trop froide et trop humide.

 

Nous préparons déjà l’été 2018 de Musique aux Quatre Horizons. Ce samedi, assemblée générale, bilans financiers, projets, etc.

A plus court terme, nous allons prochainement plonger dans la préparation de Noël avec ce temps liturgique de l’Avent que l’Eglise nous propose, temps liturgique que nous débuterons avec notre retraite annuelle. Bref, nous ne dérogeons pas à notre spécificité : être toujours tournées vers l’avenir, vers les autres, vers l’Autre.

Et c’est cet Autre qui vient habiter notre prière, notre prière commune avec la vôtre, en direction des grands événements du monde (guerres, COP 23, migrations, etc.), en direction des événements plus proches tels que l’assemblée des évêques à Lourdes, ou la préparation du synode diocésain. Mais surtout, notre prière et notre compassion s’alourdissent de douleurs en face de la barbarie des crimes odieux de ces derniers jours. Nous assurons les familles et les proches de notre soutien et de notre communion dans la prière.

La communauté des soeurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp vous souhaite une belle semaine, et vous dit à la semaine prochaine sur les ondes de RCF.

 

Sœur Brigitte


 

         

187_7171

  Eucharistie de la Toussaint

INTERNOVICIAT

   Internoviciat franc-comtois en visite guidée de la chapelle avec Jean-Jacques Virot

Dimanche 5 novembre 2017

 

Bonjour,

De la part de la communauté des sœurs clarisses de Notre Dame du Haut à Ronchamp.

C’est une belle semaine d’automne qui s’est déroulée avec des jeux de lumière fantastiques à travers les arbres et leurs feuilles rouge mordoré. Un temps qui ne ressemble en rien à un temps de Toussaint. Pour la célébration de tous les saints, la chapelle bénéficiait de la lumière de ses beaux jours. Le soleil était au rendez-vous grâce à la transparence des vitrages et venait éclairer l’autel. L’autel, quant à lui, resplendissait des volutes de l’encens répandu abondamment par frère Patrice et Gérard Enderlin son acolyte. Tous nos sens étaient sollicités, les yeux, l’odorat et l’écoute par l’homélie de frère Patrice qui nous rapportait la réflexion d’un enfant au catéchisme : « Un saint, c’est quelqu’un qui laisse passer la lumière ». Pas de meilleure définition. Nous savons ce qui nous reste à faire !

Tant de beauté tout en douceur descendait au plus intime de nous-mêmes et venait solliciter cette beauté indicible qui demeure aux tréfonds de nous et qui s’appelle Notre Seigneur. Notre vocation de contemplative pouvait se vivre dans une sorte de lumière obscure, une lumière non agressive qui nous réveille et nous ouvre au Tout Autre.

 

Nous n’avons pas dérogé à la tradition de la fête des défunts. Sœur Marie-Claude s’est transportée au cimetière des Chaprais où nos sœurs d’hier sont enterrées : nettoyage et fleurissement des tombes l’ont bien occupée pendant une matinée. Elle avait fait de même la veille au cimetière de Ronchamp pour les premières sœurs ronchampoises parties chez le Seigneur. Si vous passez par l’un ou l’autre cimetière pour faire une petite prière, n’oubliez pas d’aller saluer nos sœurs. Elles vous le rendront par la beauté du fleurissement.

 

L’eucharistie de Tous les Saints nous renvoie à celle de dimanche dernier où les confréries du terroir, une paroisse allemande de Fribourg, les chrétiens des environs et de plus loin, s’étaient rassemblés pour louer le Seigneur. Evangile en deux langues, instruments de musique variés, chants finals en latin, italien, allemand. Bref une assemblée universelle telle que les anges du ciel aiment à la présenter au Seigneur.

 

Pendant ce temps, notre accueil se mettait au repos pour quelques jours, puis reprenait ses activités ce vendredi en ouvrant pour deux jours ses portes à l’inter-noviciat franc-comtois qui réunit les cisterciens d’Acey, les carmélites de Saint-Maur, les dominicaines de Béthanie et les clarisses de Ronchamp. Tout ce petit monde étant emmené allègrement et studieusement par une de nos connaissances et ami Mgr Guénéley.

 

Notre communauté s’investit beaucoup dans la prière pour la paix au vu de tous les drames du monde. Avec nous, n’hésitez pas à solliciter notre Seigneur de nous aider à trouver les mots bienveillants, les attitudes justes, à laisser nos cœurs ouverts au passage de la lumière de Dieu, cette lumière qui est fondation indispensable à l’installation de la paix entre les hommes.

La communauté des soeurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp vous souhaite une belle semaine, et vous dit à la semaine prochaine sur les ondes de RCF.

Sœur Brigitte


 

         

thumb_109_2199_1024

   Les laudes du 8 septembre avec une assemblée très recueillie

 

thumb_109_2267_1024

   Engagement de soeur Aude 

 

thumb_109_2144_1024

   De l'ancienne à la plus jeune, la joie de Claire se transmet

Dimanche 10 septembre 2017

 

Bonjour,

De la part de la communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp, qui jubilent de façon toute particulière cette semaine en raison de deux événements de première importance :

Le premier, la profession temporaire de sœur Aude.

Le deuxième, le pèlerinage diocésain pour la nativité de la Vierge.

En ce qui concerne le pèlerinage, je vous en parlerai la semaine prochaine car il n’a pas encore eu lieu au moment où j’enregistre cette chronique.

 

Par contre, je peux vous parler de la profession de sœur Aude.

Tout d’abord, il s’agit de ce que nous appelons dans notre jargon : la profession temporaire, c’est-à-dire un engagement pour trois ans à vivre l’évangile en pauvreté, chasteté et obéissance.

Nous avons vécu cet engagement en deux temps : tout d’abord une veillée de prière jeudi soir, autour de la fête de la nativité de la Vierge. Des écrits de frère Christophe de Thibirine nous ont aidées sur le ou plutôt les chemins empruntés par Marie tout au long de sa vie, allant de naissance en naissance. Nous avons réécouté avec émotion les dernières volontés de saint François nous invitant à revitaliser notre désir de suivre le Christ, pauvre.

 

Puis ce fut l’engagement proprement dit, vendredi matin, jour de la nativité de la Vierge, au cours de la prière des Laudes dans une atmosphère d’action de grâces et de louange, dans la joie du chant des psaumes et l’écoute de la parole de Dieu reprise au début de la lettre aux Philippiens. Après le dialogue rappelant les piliers de la vie de clarisses, le Christ crucifié et vivant, la vie fraternelle et la pauvreté, Aude s’est engagée tout simplement dans la joie et l’émotion entre les mains de l’abbesse représentant la communauté. Notre-Dame, sainte Claire, la famille franciscaine étaient tous au rendez-vous pour remercier le Seigneur. Sa famille, des amis, d’Annecy ou de Lyon ou de Besançon et des environs, avaient fait le déplacement, malgré l’heure matinale, 7h15. Nous ne voulions pas interférer avec le pèlerinage diocésain.

Cette belle fête est l’occasion pour nous, pour vous, de demander au Seigneur d’autres serviteurs dédiés à la prière, cette prière qui parfois fait défaut au monde mais qui aussi, invisiblement et humblement, apporte un peu de l’oxygène du Christ à tous.

 

Cette prière, nous la mettons aussi au service des victimes des ouragans qui dévastent actuellement les Caraïbes et l’Amérique. Comment aider ? Peut-être tout simplement en vivant en harmonie avec la création, en luttant, là où nous sommes, contre le réchauffement climatique, origine de l’augmentation de la violence de ces ouragans. On nous dit que cela prendra des décennies. Il est donc temps de nous mettre au travail. Prière et vie écolo, voilà une feuille de route que nous pouvons suivre ensemble.

 

La communauté des soeurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp vous souhaite paix et joie, et vous dit à la semaine prochaine sur les ondes de RCF.

Sœur Brigitte


 

         
 
Dernière modification : 20/02/2018