MONASTÈRE SAINTE-CLAIRE

Les Clarisses à Ronchamp

 
 
 
 
 
 
 

Chronique hebdomadaire

RCF_LOGO_BESANCON_QUADRI

 

Chaque dimanche, à 9h00, soeur Brigitte de Singly,

vous invite à la retrouver pour sa chronique de la semaine 

sur les ondes de RFC Besançon.

 

Fréquence 87.6

 

ÉMISSIONS ARCHIVÉES EN PODCAST

       
thumb_DSC03703_1024

Dimanche 22 avril 2018

 

Bonjour,

De la part de la communauté des clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp, des sœurs tout à la joie de profiter du soleil, de la chaleur, des feuilles bien vertes, des jonquilles, tulipes, primevères, et autres symboles printaniers. et surtout du chant des oiseaux le matin à 6h00. Cet atmosphère de beauté et de légèreté nous porte tout naturellement à la louange et à l’action de grâces. Merci Seigneur.

Qu’avons-nous vécu cette semaine ?

Tout d’abord, les servantes de l’unité, après avoir passé quelques jours de réflexion et de préparation de l’année 2019, dans la lumière et la verdure, sont reparties enchantées, décidées à revenir. Pour resserrer les liens dans le dialogue inter religieux, elles nous ont invitées à participer à leur session à Grandchamp au mois de juillet. Nous y participerons, au moins par la prière.

Le jardin potager, quant à lui, a bénéficié des bras et de l’énergie de deux nouveaux amis de la communauté. Il fut ainsi bêché et retourné en grande largeur, permettant à sœur Marie-Claude de commencer ses plantations. Nous bénéficierons de belles salades le moment venu.

Du côté de l’accueil, beaucoup d’annulations en raison de la grève des trains. Nous sommes donc nous aussi impactées et cela nous donne de communier, à un tout petit niveau, à l’angoisse des petits entrepreneurs qui voient leur travail annihilé brutalement.

Cependant, une jeune femme, mère de famille a réussi à passer à travers les aléas des transports, et a posé son sac pour quelques jours en appréciant réellement de se retrouver seule. En partant, elle nous a dit : « En vingt ans de mariage, je n’ai jamais eu un jour de solitude. Ces temps où j’ai pu me retrouver avec moi même m’ont permis de prendre les décisions qu’il fallait. » Y a-t-il plus à demander ?

Une jeune veuve a aussi bu à la source du Christ et de Notre-Dame, en passant par la renaissance de la nature et la marche à pied. Ces services d’accueil et de prière ne font pas de bruit mais donnent sens à leur vie, à notre vie.

Avec l’association Notre-Dame du Haut, la paroisse, le diocèse, nous avons commencé une réflexion sur l’avenir de la cure de Ronchamp. Que faut-il faire ? Nous posons beaucoup d’interrogations, d’éventualités, mais pour l’instant peu, très peu de réponses. A suivre donc.

Du côté de la communauté, beaucoup de mouvements en raison de rendez-vous prévus de longue date. Les programmes ont dû être modifiés ainsi que des sessions, mais certaines d’entre nous ont quand même pu s’y rendre. Ce qui a conduit la communauté à être réduite, pour quelques jours. Cela nous a fait tout bizarre de nous retrouver en petit nombre, comme aux commencements. Avec un chant quelque peu anémié et une liturgie réduite à l’essentiel. Mais nous avons tenu le cap vaillamment, en braves sœurs de sainte Claire Maintenant, tout revient dans l’ordre et le bercail se remplit à nouveau. Il manque encore sœur Marie-Thérèse, bloquée pour quelques jours de l’autre côté de la Manche. Le Brexit n’y est pour rien, mais revenir de Paris à Ronchamp relève parfois de l’exploit. Tout comme sœur Brigitte qui, après avoir fait l’expérience de blablacar, a dû faire marcher le commerce de location de voiture si elle voulait retrouver Notre-Dame du Haut et la communauté.

Bioéthique, grèves, attentats, explosions, bombes, armes chimiques, frappes ciblées, etc… Beaucoup de mots, d’expressions, que nous entendons quotidiennement. Ensemble, prions le Seigneur de ne jamais nous y habituer et de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour que ces situations ne soient plus d’actualité.

La communauté des soeurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp vous souhaite un bon, très bon temps pascal. Et vous dit à la semaine prochaine sur les ondes de RCF.

 

Sœur Brigitte

 


 

       

thumb_DSC03683_1024

   Le nouvel arbre du patio donne ses premiers bourgeons

 

thumb_DSC03684_1024

L'équipe des Servantes de l'unité en prière

Dimanche 16 avril 2018

 

Bonjour,

Le temps passe très vite, le printemps est arrivé à grands pas : Soleil et pluie se conjuguent pour aider les premières feuilles des arbres et arbustes à s’épanoui dans leur vert tendre. Comme l’arrivée d’un nouveau-né, le réveil de la nature dans nos régions est toujours un émerveillement. Les buissons d’or, les magnolias roses, sont tous plus beaux les uns que les autres.

 

En ces week-ends, nombreux sont les visiteurs qui viennent respirer l’air pur de la colline. Dimanche dernier, c’était un groupe de jeunes architectes espagnols qui s’est glissé dans l’assemblée de l’eucharistie à Notre Dame du Haut. Les cars d’étudiants en architecture,  de lycéens en art plastique, d’écoles de design, venus de tous pays, sont fréquents. Les bûcherons font en hâte le nettoyage des branches cassées ou troncs d’arbre débités, vestiges de la tempête. 

 

Nous avons reçu cette semaine plusieurs couples de pèlerins : deux suisses reliant à pied, dans l’esprit de St Colomban, la ville de Saint-Gall à l’Irlande, via Luxeuil... Deux autres plus jeunes, à vélo, heureux de faire une halte au monastère. 

 

Quelques personnes de la région, désireuses de se joindre à notre association des « amis de sainte Colette », sont venus nous rencontrer et se familiariser avec le lieu, l’esprit qui nous anime, tandis que les partenaires de la colline réfléchissaient ensemble, comme chaque mois, au présent et à l’avenir. Durant ce week-end, grâce à notre ami le Père Axel Isabey, nous contemplons les vitraux de l’église du Sacré-Cœur à Audincourt, sur le thème de la Passion-Résurrection du Seigneur. Nous fraternisons aussi dans l’accueil et la prière, avec les responsables des servantes de l’unité venues de Grandchamp (Suisse) préparer leur programme d’année. 

 

Tout semblerait calme si les informations ne nous faisaient partager les fortes tensions qui existent dans le monde des cheminots, du personnel hospitalier, des étudiants, comme dans le monde international...

Puissent des voies justes s’ouvrir, pour que les populations dont la vie est encore plus difficile dans ce contexte, puissent un peu respirer... C’est une œuvre de longue haleine que cette paix reçue et transmise.

Dans cette espérance et dans la prière, gardons le cap ! 

A la semaine prochaine.

Sr Marie Claire

 


 

       

thumb_3defaa5b412fb92e67c1d0b26d190140_1024

   C'était vraiment la pleine lune

thumb_5c6e489ef59412c6d6d956773fbc028c_1024

 

thumb_2ae9b7844f147fd075a3efd5f483909f_1024

Dimanche 7 avril 2018

 

Bonjour,

 

Nous nous retrouvons dans la joie et l’action de grâce de cette semaine pascale, autre semaine sainte, illuminée par la résurrection du Christ. 

La grande Vigile à Notre Dame du Haut fut très belle, comme toujours, mais chaque année apporte sa note spécifique : La liturgie de la lumière, autour d’un feu magnifique, sous un ciel éclairé par la pleine lune, dans une douceur étonnante, et sans vent pour éteindre les cierges, permit un beau déploiement liturgique, pas toujours possible à cette époque. 

Les autres moments de la nuit, dans cette simple nudité de la chapelle fleurie, laissent toujours des souvenirs inoubliables.

L’eucharistie du jour a rassemblé beaucoup de monde. Paroles, musique et chants ont bien entrainé l’assemblée, et un peu plus tard, la salle à manger de notre accueil comptait 16 convives, joyeux de partager ce repas de fête, après le recueillement des jours passés.

Oui, nos hôtes ont été nombreux à vivre ces célébrations pascales et sont repartis lundi ou mardi régénérés en profondeur, remplis de gratitude et de désir de revenir. Voilà ce que l’un d’eux, venu du Nord, écrit sur notre livre d’or : « Ces quelques jours m’ont poussé à m’organiser pour accentuer dans la prière ma vie intérieure, selon St François. Mes enfants, mon épouse et mes amis sont tous très marqués... »

 

Belle rencontre en ce jour de Pâques avec le nouveau préfet de Haute Saône venu en famille faire connaissance avec ce haut-lieu spirituel. Après la chapelle, petit stop à notre oratoire, où ils ont pu se réchauffer, et échanger avec moi durant quelques instants.

La fraîcheur de Notre Dame du Haut peut surprendre

quand on y vient pour la première fois ! 

Quelques marcheurs se sont joints aussi à nous pour l’eucharistie du lundi de Pâques, et mercredi, c’étaient les tout jeunes enfants du groupe scolaire Jean XXIII de Mulhouse qui vivaient ici la journée du pardon : Accueil et rencontre toujours très vivante.

Un des jeunes membres de la Porterie, Sébastien, chargé des réservations, nous faisait ses adieux pour d’autres horizons, après 3 ans et demi de très bons services. Sr Brigitte, quant à elle, en périple fédéral, s’est trouvée en pleine grève des trains, et a pu quand même rejoindre Montbéliard en bla bla car, à son grand soulagement et au nôtre. Cela incite à prier plus ardemment pour la paix sociale en France et ailleurs. 

A la semaine prochaine.

Sr Marie Claire

 


 

       

thumb_DSC03644_1024

  Jeudi Saint

thumb_DSC03648_1024

   Vendredi Saint

 

Dimanche 1er avril 2018

 

Bonjour,

 

La semaine sainte s’achève. Elle fut marquée par le dernier attentat et ses victimes.

Mort subie, inattendue et inacceptable... Mort ouverte à l’autre que l’on sauve, à l’autre que l’on essaie aussi de traiter en homme... Peine perdue apparemment, mais jamais perdue en fait, car tout geste de courage, tout don de soi, touche profondément les cœurs. Nous nous sommes unies par la prière à ce deuil national, en lien, évidemment, avec ces jours saints de la Passion du Christ, que nous venons de célébrer. Chaque Pâque du Seigneur est unique et est en symbiose avec notre histoire. Cette nuit de la vigile pascale, ce jour de résurrection, donnent sens à nos vies marquées par la souffrance, et ouvre à une espérance infinie : la vie éternelle offerte à tous et toutes, dans l’immense amour de Dieu.

 

Le dimanche des Rameaux en notre oratoire, rassembla ce que l’on pourrait appeler une grande foule : Beaucoup de familles et d’enfants, les uns sages, d’autres plutôt agités. Mais tout le monde a prié, ce qui est l’essentiel.

 

Les 8 hollandais venus en retraite sont repartis très heureux de ce lieu de silence et de prière. Ils ont été sensibles au fait que nous leur avions traduit les psaumes ou textes en anglais ou néerlandais (beau service de notre sœur anglaise).

Après une pause, sont arrivés les amis connus ou inconnus, venus célébrer avec nous le triduum pascal, temps fort de notre vie chrétienne.

 

Jeudi Saint, Vendredi Saint... les liturgies en sont toujours prenantes. La nuit pascale à la chapelle ne laisse personne indifférent ou endormi (le froid de cette saison ne le permet  vraiment pas !) Et nous reprenons le chemin de Notre Dame du Haut pour tous les dimanches, dans le sillage du Ressuscité. Chemin de conversion toujours, aux dimensions du monde entier, présent sur cette colline.

Joie à tous, dans le Souffle printanier de Dieu lui-même.

 

A la semaine prochaine !

 

Sr Marie Claire

 


 

       

thumb_DSC03081_1024

   En chemin vers Pâques...

Dimanche 25 mars 2018

 

Bonjour,

De la part de la communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp, tout heureuses de célébrer avec vous aujourd’hui la fête des Rameaux. Acclamation du Seigneur Jésus et action de grâces pour tout ce que nous avons vécu cette semaine.

 

Avec le retour du printemps calendaire, les groupes se sont manifestés en nombre.

Tout d’abord un groupe de lycéens italiens venu découvrir la spiritualité de l’architecture moderne, tant celle de la chapelle que celle du monastère. Une soixantaine de jeunes bien accompagnés de leurs professeurs, l’un super traducteur et l’autre architecte ayant déjà visité la colline, a fait résonner les quatre horizons de son ambiance jeune et joyeuse.

Leur a succédé un groupe plus sage, petit groupe allemand de Stuttgart guidé par une sœur venue en repérage il y a quelques semaines. Prière, échange, repas, recueillement, etc. Bref tous les ingrédients pour repartir plein de force intérieure et avec un désir bien déterminé à revenir.

Un groupe peut en cacher un autre et ce sont sept passionnés d’enluminures qui ont posé leurs pinceaux, pigments, feuilles d’or, etc. pour une semaine sous la houlette de Marie-France Poitout.  Silence, recueillement, attention ont présidé à cette semaine mais, le soir, défoulement général et c’est joyeusement qu’ils prenaient leur repas. Nous avons été invitées à contempler le résultat de leur travail. Nous en sommes témoins, ce sont la même perfection et la même beauté que celles des enluminures réalisées par les moines bénédictins.

Les chambres à peine refaites, c’est un groupe hollandais qui prenait possession des lieux pour un temps de récollection et de ressourcement.

Dans le domaine du dialogue interreligieux, un couple évangélique, connu de notre communauté, est venu chercher des livres pour leur nouveau pasteur.

 

En finale, nous faisons la connaissance de la nouvelle équipe d’animation de La Porterie. Quelques uns s’en vont, d’autres arrivent, mais c’est toujours une équipe soudée et heureuse de promouvoir Notre-Dame du Haut, qui préside à l’accueil des visiteurs.

 

Et maintenant, les préparatifs liturgiques de la semaine sainte sont pratiquement au point. Il ne nous reste plus qu’à vivre cette semaine dans la confiance et l’abandon au Seigneur. Nous vous invitons à venir vous joindre à nous le Jeudi saint à 18h30 pour la Cène, le vendredi saint à 18h30 pour la célébration de la Passion et le samedi saint à 21h30 pour la veillée pascale.

Ces moments liturgiques que l’Eglise nous propose et que nous apprécions fortement, sont temps de communion avec le Christ et avec toute l’Eglise, temps de communion avec tous ceux qui vivent les épreuves de la violence, de la faim, de la dérision, de la calomnie, de la trahison, de la solitude, de l’abandon de leurs proches et amis et beaucoup d’autres épreuves. Ensemble, essayons par notre prière, de les accompagner et confions au Seigneur leur détresse.

 

La communauté des soeurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp vous souhaite une très belle fête des Rameaux et surtout une semaine sainte alimentée de prière et de solidarité pour ne laisser personne sur le bord du chemin de la Résurrection. A la semaine prochaine sur les ondes de RCF.

 

Sœur Brigitte


 

       

thumb_DSC03622_1024

   "Notre soeur Marie-Laetitia" auprès d'une aube qu'elle a confectionnée

 

 

 

 

 

thumb_DSC03629_1024

   Heureux insecte dans un crocus tout ouvert au soleil

Dimanche 18 mars 2018

Bonjour,

De la part de la communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp, tout heureuses de vous retrouver et de vous partager leurs joies et leurs peines de cette semaine.

 

Une première grande joie : celle d’avoir prié avec une quinzaine de personnes pendant les 24 heures pour Dieu, halte dans la vie surchargée et superspeed, totalement consacrée à Dieu, organisée par la famille franciscaine et qui a maintenant pris bonne place pendant les grands temps liturgiques : Avent et Carême.

 

Joie d’avoir partagé la prière avec un retraitant plutôt dans la catégorie des seniors + +, mais toujours en quête de foi et d’espérance pour continuer sereinement sa route, avec ou malgré ses épreuves.

 

Joie d’être au service de l’Eglise par la prière bien sûr, mais aussi par le travail, grâce à notre atelier de couture qui reprend des couleurs après quelques années de sommeil : écharpes, aubes, nappes d’autel, etc. sont à nouveau façonnées sur les grandes tables de l’atelier. Ceci nous est possible grâce à une autre joie : celle d’avoir accueilli parmi nous sœur Marie-Laetitia, clarisse ronchampoise depuis plus de six mois et qui a demandé à être membre de notre communauté.

 

Joie de préparer intensivement les liturgies pascales qui résonneront la nuit de Pâques à la chapelle Notre-Dame. Laquelle reprendra très prochainement ses habitudes printanières et estivales en nous accueillant à nouveau pour l’Eucharistie et les vêpres.

 

Joie de rencontrer les premiers groupes de jeunes qui repeuplent chaque jour la colline. Venus d’Allemagne, d’Italie, et bien sûr de France, avec des jours s’allongeant quotidiennement, et au milieu des jonquilles, primevères et autres fleurs, ils participent à la renaissance de la nature. Celle-ci étant quand même pas mal malmenée par les hordes de sangliers qui ne savent pas qu’ils sont sur un terrain sacré !

Mais ce ne sont pas les sangliers qui ont abattu des arbres, mais la tempête. Alors, bûcherons et forestiers font vibrer leurs tronçonneuses, allument de grands et beaux feux de bois (c’est le cas de le dire) pour en faire disparaître les vestiges. Un son pas très poétique certes, mais une odeur de feu de bois délicieuse se propage ainsi sur la colline.

Comme pour vous, giboulées de mars et soleil se succèdent à un rythme inhabituel, signes évidents du réchauffement climatique et donc de la nécessité de se mettre à l’œuvre pour la vie de la planète, mission qui nous a été confiée par Dieu il y a déjà pas mal d’années mais nous avons tendance à l’oublier parfois !

 

La vie de la planète concerne aussi bien la nature que l’humanité. Alors, avec nous, ensemble, prenons conscience qu’il est de notre devoir fraternel de prier et de demander à l’Esprit de nous éclairer sur ce que chacun, là où il est, peut faire pour aider à ce qu’il n’y ait plus un enfant qui meurt de faim sur notre terre, pour que les ressources soient partagées de manière équitable, qu’on trouve une nouvelle économie totalement désarmée. Le Carême touche à sa fin, mais il n’est jamais trop tard pour se mettre en route.

La communauté des soeurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp vous souhaite une belle semaine de carême avant les Rameaux de dimanche prochain, et vous dit : A la semaine prochaine sur les ondes de RCF.

Sœur Brigitte

 


 

       

thumb_DSC03609_1024

   Éveil à la foi et joies de la neige

 

ffee96d565f458fc6d3d3e9c81b6618c

   La fille de Charles Bueb présente les photos

 

3c8d0213751f4484fb0849f541c98ced

   Eucharistie de la fête de sainte Colette

Dimanche 11 mars 2018

Bonjour,

Quel bonheur de voir chaque matin, de plus en plus tôt, la lumière l’emporter sur la nuit ! Premiers signes du printemps qui s’annonce, à travers quelques fleurs et gazouillis d’oiseaux. Cela pourtant n’a pas empêché la neige de tout recouvrir durant plusieurs jours :

Bonheur, samedi dernier, pour les enfants de « l’éveil à la foi » (4 à 7 ans) qui montaient courageusement, avec leurs parents, le chemin de croix séculaire qui mène à la chapelle. Ils l’ont monté en méditant, ont prié encore en notre oratoire, avant d’aller se restaurer dans notre salle d’accueil, entourés aussi de quelques sœurs. Belle motivation de ceux et celles qui animent ce groupe de 17 enfants. Après avoir repris des forces, c’était une joie pour eux de gambader dans la neige, avant de retrouver les voitures, tout en bas de la colline.

 

La veille, c’était à la Porterie, l’ouverture officielle de l’exposition « parcours sur les lieux saints partagés » : déjà le pèlerinage à Notre-Dame du Haut, évoqué par de très belles  photos de Charles Rueb (prises dans les années 60). Lieu vivant avec un passé bien connu de nous, les sœurs bisontines, à travers les Pères Bolle-Reddat, Ledeur, Ferry... Un beau trait d’union entre passé, présent, avenir, qui sera encore davantage illustré dans les mois futurs, à partir du 16 juin.

 

Nous étions dans la même ligne en fêtant sainte Colette les 5 et 6 mars : Une belle assemblée priante et fraternelle nous a réjouies, et fait chaque année sentir combien les liens tissés sont forts et chaleureux. Plusieurs réunions de travail ont suivi, qui préparent l’avenir entre partenaires de notre association, de la colline, de l’interreligieux. Nous avons même eu la visite imprévue d’une horde de sangliers qui ont dévalé sur nos toits herbeux, d’une partie de la forêt à l’autre ! Étonnement pour l’un de nos hôtes qui, depuis sa chambre,  les a vus passer en trombe !  

 

Vendredi 9, nous retrouvions avec joie nos sœurs qui, à Tamié, ont baigné dans la philosophe, théologie, etc... sous une épaisse couche de neige.

 

Samedi nous fêtions l’anniversaire marquant de sr Jean-Marie (heureusement, nous sommes à la mi-carême), tout en accueillant les fraternités franciscaines rassemblées par frère Nicolas, sous l’intitulé « 24 heures pour Dieu ». Nous en profitons aussi, évidemment, car la prière est notre lot journalier.

 

Dernière nouvelle de joie : Nous venons de faire paraître un petit livre illustré, intitulé « De foi en foi, la vie quotidienne au monastère Sainte-Claire de Ronchamp » (découverte–événements- témoignages). Nous le tenons à votre disposition, heureuses de ce partage.

 

A la semaine prochaine.

Sr Marie Claire

 


 

       

thumb_DSC03425_1024

 

thumb_DSC03604_1024

Dimanche 4 mars 2018

 

Bonjour,

 

Il est triste de voir disparaître un arbre, surtout lorsqu’il s’agit du grand châtaignier tout proche de Notre-Dame du Haut. Il avait trois troncs, et une splendide ramure offrant de l’ombre et de belles châtaignes. Mais la récente tempête avait arraché un de ses énormes troncs, et par mesure de précaution, il fallait abattre les deux autres qui penchaient dangereusement. Les bûcherons ont bien fait leur travail, et il ne reste sur les lieux que des morceaux épars. D’ici quelque temps, peut-être aura-t-on oublié sa présence, et l’espace ainsi dégagé sera apprécié ! Mais heureusement, il reste encore de bien beaux marronniers, platanes ou autres arbres autour du campanile.

 

Nous avons à nouveau la joie d’accueillir des hôtes très divers : un couple venu préparer son mariage dans le recueillement, un prêtre aux responsabilités importantes, requérant un temps de retrait silencieux et priant, deux jeunes femmes, elles aussi en quête de ressourcement, quatre amis alsaciens parmi lesquels nous avons découvert un violoniste et des chanteurs hors pair, qui ont embelli nos liturgies. La fraternité franciscaine Saint-Damien toujours fidèle aux rendez-vous mensuels, et qui commence, elle aussi, une équipe synodale...  Belles rencontres pour tous !

 

Nous avons terminé en communauté notre travail synodal, très intéressant, et allons nous pencher bientôt sur les questions de bioéthique, si importantes pour l’avenir. Sr Aude (étudiante) et sr Brigitte (tutrice) participent, à l’abbaye de Tamié, à la session propédeutique du STIM (studium théologique inter monastique) et sr Marie Claire Denys est revenue au bercail après une semaine en Hongrie. Là-bas, elle a apprécié le froid – nous dit-elle - mais nous n’avons rien à envier en ce moment aux pays de l’est ! La neige est là, avec quelques routes glissantes et un vent glacial... Ne nous plaignons pas : le monastère garde bien la chaleur. Il en va autrement, hélas, pour ceux qui sont à la rue et vivent des situations dramatiques, dont nous sommes bien conscientes. La solidarité existe, heureusement.

 

Mardi 6 mars, nous fêterons sainte Colette, cette marcheuse infatigable pour la cause de Dieu, le rayonnement de l’évangile, le renouveau de la vie contemplative franciscaine. Rappelons l’eucharistie de 11h à notre oratoire

et la veillée de prière la veille à 20h15. Ensemble nous la prions instamment pour la paix dans le monde, la vigueur spirituelle de l’Église et la rénovation continue de notre pays aussi. C’est elle qui nous redit :  «  Je prie le Saint Esprit d’être toujours votre garde en l’âme et au corps. Qu’il vous donne la joie, la paix, le salut et la vie éternelle. » 

 

A la semaine prochaine.

Sr Marie Claire

 


 

       

thumb_DSC03597_1024

 

thumb_DSC03600_1024

   Eucharistie franco-polonaise

Dimanche 25 février 2018

 

Bonjour,

 

La semaine écoulée a été marquée de moments heureux, partagés avec d’autres.

Les jeunes architectes de l’agence Piano (espagnols, portugais, chilien, françaises) ont été enthousiasmés de leur court séjour sur la colline. et le dimanche rassemblait une famille meurtrie par un deuil récent. Elle a été réconfortée par l’eucharistie, célébrée par le Père Maxime Roland, par l’amitié chaleureuse qui les entourait, et par un beau soleil printanier qui ouvrait aussi à l’espérance.

 

La conférence de Carême à Notre Dame de Paris nous trouvait à l’écoute sur KTO,

avec grand intérêt pour le sujet (foi et culture), exposé avec brio et humour par Fabrice Hadjaj. Nous poursuivrons... comme nous poursuivons en communauté notre travail synodal sur l’Église, ainsi que le groupe de laïcs qui se réunit au monastère avec deux sœurs. Nous en sommes déjà au numéro 300 : bon signe que le dynamisme est enclenché !

 

Lundi, c’était la joie de revoir Anthony Chopard, ordonné prêtre en juin dernier, venu concélébrer avec son grand ami le Père Legain. Mercredi, c’était le Père Pawel qui nous amenait deux de ses amis, prêtres polonais comme lui, un couple et un jeune confirmé de sa paroisse, en séjour pour une semaine dans le doyenné. Belle concélébration encore, qui stimule dans l’amour de l’Église universelle.

 

Sr Marie Claire Denys nous quitte pour quelques jours de visite en Hongrie, sr Brigitte nous revient de son périple fédéral, de nouveaux hôtes nous arrivent, et nous serons bientôt en mars. Ce mois débutera avec la fête de sainte Colette le 6, bon guide pour le Carême avec le Christ.

 

Dans ce chemin évangélique ouvert avec toute l’Église, nous portons dans la prière tant de situations douloureuses, conflictuelles, tant de soucis d’avenir pour beaucoup. Avec vous, nous appelons l’Esprit de paix, de force, et de discernement, qui nous pousse toujours à espérer contre toute espérance.

 

 A  la semaine prochaine.                                            

Sr Marie Claire

 


 

       

thumb_38e92bcf9db6073d9ef5eecd7cb11001_1024

   A l'ombre de la chapelle, notre monastère troglodyte, photographié par François Bresson le 6 février 2018 !

Dimanche 18 février 2018

 

Bonjour,

De la part de la communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp, à l’abri des intempéries, perchée sur la colline et encastrée comme des troglodytes, bien au chaud et au sec.

Dimanche dernier, nous étions absentes des ondes de RCF en raison de la journée mondiale de la santé et des malades. Absentes des ondes, mais bien présentes par la prière et l’amitié auprès de tous les malades et de leurs soignants.

Le point d’orgue de cette semaine fut le mercredi des Cendres, célébré avec le père Pawel, jeune prêtre polonais, curé de la paroisse du Pays de Champagney. La semaine prochaine, il reçoit de jeunes prêtres polonais de ses amis. Ils viendront ensemble concélébrer, accompagnés d’un diacre et d’un servant d’autel. Ainsi il nous a promis une eucharistie bilingue : franco-polonaise. Cela nous plaît bien.

Mais il n’y a pas que la Pologne qui est venue jusqu’à nous cette semaine. Il faut aussi noter la présence de deux hôtes flamands qui ont passé quelques jours dans notre accueil. Presque seuls sur la colline, ils ont apprécié la cuisine française et les promenades des environs. Trois jours pour se ressourcer à la beauté, à la nature, à la prière qu’ils ont consommées sans modération, dans une joie sereine.

Sans aller jusque dans les Flandres, ce sont les membres de l’équipe d’accompagnement de Musique aux Quatre Horizons qui se sont réunis pour préparer la semaine musicale 2018. Le thème de cette année : Equilibre. Concerts, promenades musicales, répétitions, conférences, etc. se relaieront pour illustrer ce thème.

Dans la foulée, un autre groupe arrive : celui de six architectes de l’agence Piano à Paris. Sans doute viennent-ils apprécier de visu le beau travail de leur confrère Paul Vincent.

Et aujourd’hui, ce sont la famille et les amis d’Yves Calais qui se réunissent chez nous pour une prière commune et un repas d’amitié. Nous sommes heureuses qu’ils aient choisi notre communauté car Yves et sa femme Françoise comptent beaucoup pour nous.

Quant au synode diocésain, il a toute sa place dans notre emploi du temps : du côté de la communauté, nous avons décidé de former une équipe composée exclusivement de sœurs. Deux réunions ont déjà eu lieu pour réfléchir ensemble sur la fiche Eglise (n°4). Les différentes cultures européennes qui constituent notre communauté apportent une brassée de richesses qui forment de beaux bouquets et font émerger de belles questions.

En même temps, nous ne quittons pas l’actualité. Après avoir vibré à l’annonce de la canonisation des 19 martyrs d’Algérie, nous avons été touchées par la guérison miraculeuse de cette sœur Bernadette à Lourdes. Comme nous voudrions que de tels miracles se produisent dans les cœurs de chaque français, dans nos cœurs afin de pouvoir accueillir les déplacés, les migrants comme des frères qui eux aussi nous enrichissent de leur particularités. Ne les oublions pas, comme nous n’oublions pas non plus de porter dans la prière les états généraux de la bioéthique, cette science au service de l’humanisation de l’homme qui devrait rejeter toute surpuissance mortifère.

La communauté des soeurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp vous souhaite une belle première semaine de carême, et vous dit : A la semaine prochaine sur les ondes de RCF.

Sœur Brigitte


 

       

thumb_DSC03593_1024

   Les invités au festin

thumb_DSC03594_1024

   Rencontre avec père Eric Poinsot

Dimanche 4 février 2018

Bonjour,

 

Ce week-end dernier a été bien mouvementé et joyeux, avec l’arrivée de nos amis « les invités au festin » : 4 résidents, 4 bénévoles, 2 animateurs. Leur désir de ressourcement spirituel a été concrétisé par leur participation à la prière liturgique, un approfondissement du « notre Père » avec sr Maggy, de l’évangile du dimanche, et enfin par la constitution d’une équipe synodale.

Le Père Éric Poinsot nous faisait la joie de célébrer l’eucharistie, et nous entretenait ensuite largement de la vie de notre diocèse. Beaucoup d’interrogations, des réalisations, mais une question clef surtout : quelle pastorale pour une société sécularisée ? et comment réfléchir avec d’autres aux questions bioéthiques ?

Lundi, frère Patrice, de retour pour quelques jours, était accompagné d’un frère en ermitage à Vézelay, et nous avons profité d’une concélébration eucharistique à trois ! Nos trois retraitants continuaient jusqu’à la fin de la semaine leur chemin intérieur silencieux, qui nous stimule toujours dans la prière.

La fête de la Présentation de Jésus au Temple, célébrée avec les amis d’Yves Calais, fête de la vie consacrée aussi, fut belle, lumineuse ; et samedi,  nous étions heureuses de retrouver sr Brigitte après son périple fédéral.

Une nouvelle fois, nous nous retrouvions à plusieurs le 1° février avec la responsable du grand rassemblement de jeunes des écoles catholiques de Belfort et environs, qui se fera à Ronchamp le 26 avril. Beaucoup de choses à penser ensemble pour que cette journée soit heureuse et féconde pour tous. Plus proche, l’équipe synodale qui se réunit chez nous a fait sa deuxième réunion, et toute une famille arrivait le soir du 3.

Nous ne sommes pas encore entrées en carême, mais déjà il faut prévoir les fêtes pascales (bel objectif !). Le Christ en sa Passion-Résurrection et Notre-Dame du Haut attirent toujours, comme aussi la présence de notre monastère où peut se vivre un ressourcement profond. Nous en avons tous besoin, pour assumer les difficultés qui ne cessent de s’accumuler pour beaucoup, et pour grandir dans la connaissance de Dieu et l’union avec le Christ.

Ainsi priait saint François :

« Que devienne toujours plus lumineuse la connaissance que nous avons de Toi,

afin que nous puissions mesurer la largeur de tes bienfaits, la longueur de tes promesses, la hauteur de ta majesté et la profondeur de tes jugements. »

C’est notre souhait fervent pour tous.  A la semaine prochaine.

Sr Marie Claire


 

       

119_8864c_pn_1600x1200

thumb_DSC03591_1024

Dimnache 28 janvier 2018

Bonjour,

Une bonne rencontre nous a réunies comme chaque année pour un moment de convivialité autour du feu avec les membres de l’AONDH, de la Porterie, et quelques amis de Ronchamp. Moments précieux de gratuité et d’amitié qui resserrent les liens.

 

En ce mois de janvier assez calme  à l’accueil du monastère, nous avons davantage développé le travail qui nous est demandé à l’atelier liturgique : écharpes de baptême et de profession de foi, nappes d’autel, étoles de prêtres, etc. Nous projetons de diversifier nos créations en confection-broderie. Nous en sommes encore à la phase de brain-storming : les bonnes idées fusent en tous sens, mais d’ici quelque temps, il faudra faire des choix, et passer ou non aux réalisations. L’enthousiasme ne manque pas, qui doit se concilier avec le réalisme.

 

Nos deux sœurs étudiantes travaillent dur leurs sujets : doctorat en interreligieux pour l’une, studium théologique inter monastique (STIM) pour l’autre. D’autres sœurs sont dans les comptes, préparation ou compte-rendus de réunions, liturgies, courriers, traductions, lavages et repassages, cuisine, etc. Pas de quoi s’ennuyer ! Les santés se maintiennent, et sr Marie Noël,  qui souffrait d’une sciatique, va heureusement beaucoup mieux.

La nature se repose ; voisinant encore avec de splendides roses de Noël,  les premières petites pâquerettes apparaissent dans l’herbe, ainsi que les crocus dans les copeaux et les perce-neige dans la terre nue, sous un timide soleil. Mais quelles détresses dues aux inondations nous sautent aux yeux le soir aux informations télévisées... Nous ne pouvons que les porter dans notre prière, en solidarité avec tous ceux qui aident les sinistrés.

 

Ce week-end, nous accueillons avec joie le groupe des « invités au festin » en quête spirituelle, tandis que sr Brigitte, accomplissant sa mission de présidente fédérale, visite deux monastères dans le sud de la France.

 

Le vendredi 2 février, fête de la présentation de Jésus au Temple, nous aurons une eucharistie à la mémoire de notre ami Yves Calais, rassemblant ses amis de nos deux associations qui n’ont pu se déplacer à Besançon samedi dernier. Fête de la lumière, fête de l’espérance universelle...

En toute cette diversité, nous restons en communion profonde et vous disons à la semaine prochaine.

 

 

Sr Marie Claire


 

       

thumb_097541c6b8b79a461b7af83d1ca671c2_1024

   Traces du passage d'Eléonore sur notre colline

 

thumb_DSC03058_1024 - copie

   Invitation à contempler la croix de saint Vincent Ferrier

Dimanche 21 janvier 2018

Bonjour,

 

Notre semaine a été largement occupée à préparer notre lettre trimestrielle : les clarisses à Ronchamp. Avec l’investissement  de nombreuses sœurs, tout a pu être envoyé ce vendredi ! Il faut dire que le temps file vite, et que le mois de janvier, temps des vœux, sera bientôt écoulé... Les clarisses de tous pays échangent aussi largement leurs nouvelles en cette période de l’année : heureuse inondation qui, elle, va cesser, tandis que les vraies tempêtes font toujours des dégâts un peu partout. La colline en porte encore les traces, mais ce sont surtout pluie et vent qui découragent les visiteurs, sauf les asiatiques, et surtout pas les retraitants, avides d’intériorité.

 

L’équipe de la Porterie prépare activement la prochaine exposition, qui va évoquer l’histoire du pèlerinage à Notre Dame du Haut... Si vous prenez cette route, vous pourrez continuer par l’oratoire du monastère, qui évoquera l’histoire de sainte Colette, avec ses reliques du XV° siècle, et notre belle croix d’autel, qui lui fut donnée en 1417 par saint Vincent Ferrier, venu prêcher à Besançon et la rencontrer. Une longue histoire également, qui se poursuit aujourd’hui. L’ancien et le nouveau se marient très bien en ce lieu.

 

Nous avons appris avec tristesse la mort de notre ami Yves Calais, qui savait si bien, avec sa femme Françoise, mettre ses nombreux talents au service de tous. Il fut un solide pilier de notre association des amis de sainte Colette, et était secrétaire de l’AONDH. Il fut un grand serviteur de l’Église en sa dimension œcuménique, un membre fervent des amitiés judéo-chrétiennes, et nous l’entendions souvent parler à RCF... Sa Pâque était célébrée pendant la semaine de prière pour l’unité des chrétiens : beau signe de foi, de communion et d’espérance pour tous, car nul ne peut mettre en doute son entrée, avec le Christ, dans le royaume de Dieu auquel il croyait, pour lequel il travaillait.

En cette fin de semaine, nous arrivaient dix stagiaires architectes de l’agence Piano, venus à la découverte de Ronchamp : des jeunes de tous pays, si désireux de toujours élargir leurs horizons. 

C’est ce à quoi nous invite toujours le pape François, récemment en visite pastorale au Chili et au Pérou. Que son courageux message évangélique trouve un écho dans nos cœurs. Nous portons avec vous dans notre prière tous ces visages d’hommes, de femmes, d’enfants, qui sont nos frères et sœurs en humanité. Bon courage à tous, spécialement aux équipes synodales, et à la semaine prochaine.

 

Sr Marie Claire. 


 

       

thumb_DSC03552_1024

   Dernières vêpres aux lueurs des bougies, retour de l'électricité au chant du Magnificat!

thumb_DSC03558_1024

   En attendant l'eau du robinet !

Dimanche 14 janvier 2018

 

Bonjour,

De la part de la communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp, bien désolée d’avoir raté le rendez-vous de dimanche dernier. Mais à l’impossible nul n’est tenu. Grâce à notre sœur la météo pas du tout clémente, nous avons été coupées des réalités de ce monde pendant quatre jours : en effet la tempête a sévi de façon extrêmement violente à Ronchamp, ses environs et sur la colline. Résultats : arbres déracinés coupant les routes, câbles électriques sectionnés, etc. Eleanor s’est montrée particulièrement généreuse à notre égard et nous a privées d’électricité pendant plusieurs jours. D’où, bien sûr, pas d’électricité et donc pas de chauffage, pas d’eau, pas de téléphone, pas d’internet. Impossible de prévenir qui que ce soit. Bref, la joie parfaite.

Nous avons ainsi testé, si j’ose dire, la qualité de la construction qui a résisté au vent, à la pluie et dont les murs bien enterrés ne se sont refroidis que progressivement et nous ont bien isolées des intempéries.

Nous n’étions pas seules à vivre ces moments difficiles : des maisons dans le village étaient inondées, ce qui n’est pas mieux. Quant à la Porterie, porte d’entrée de la chapelle, elle était à notre image et ressemblance. Mais la directrice et son adjointe ont bien compris notre détresse et spontanément sont rentrées chez elles le deuxième jour pour nous préparer un peu de soupe chaude (à rapporter en urgence avant qu’elle ne refroidisse) et des pâtes. Un système pour faire chauffer un peu d’eau à la bougie avait été imaginé par une sœur, ce qui nous a permis le deuxième matin, d’offrir un peu de thé ou café chauds au petit déjeuner.

Le troisième jour, nous commencions à bien nous organiser en faisant cuire des pommes de terre et du poisson en papillote sous la cendre du feu de bois de la Porterie. Bienheureux feu de bois. Puis achat d’un camping gaz (le dernier du magasin qui avait été dévalisé par tous les habitants de la région), d’eau, etc. Repas à la chandelle, et bougies aux quatre coins du monastère. Ce qui a fait dire aux ouvriers de RDF : cela fait fête. Nous devons reconnaître que ces techniciens (appelés en renfort depuis Valence) se sont dévoués pour essayer de dépanner le plus rapidement possible. Ne pouvant le faire, ils ont apporté un groupe électrogène qui, malheureusement, s’étant embourbé, n’a pas pu fonctionner. Trois heures de travail pour le sortir de là, sous la pluie, le vent, dans le noir, etc. Merci messieurs de RDF !

Enfin, juste après avoir été livrées par le syndicat des eaux, d’une palette complète d’eau minérale, la fée électricité est revenue. Avec elle, quelques heures plus tard, l’eau et nous avons pu reprendre le cours normal de la vie.

 

Tout ceci ne nous a pas empêchées de continuer notre mission de prière permanente, chaque sœur étant équipée d’une lampe frontale pour chanter l’office.

Comme lorsque nous étions réfugiées à l’abri du pèlerin, la solidarité entre les sœurs s’est mise en marche spontanément. A l’époque les conditions spartiates avaient soudé les sept sœurs. Aujourd’hui, d’autres conditions aussi difficiles ont soudé les douze sœurs. Ainsi notre communauté devient une, non seulement en désir, mais en réalité. Alors, comme on disait autrefois, tout malheur comporte une face de bon.

Notre prière s’est trouvée spontanément axée sur les migrants qui vivent des situations autrement plus rudes et difficiles. Je laisserai le mot de la fin à sœur Marie-Céline, 93 ans : Au moins nous avons un toit. Une vraie communion et compassion de sa part à l’égard de ce que vivent les migrants. C’est pourquoi aujourd’hui, journée du Réfugié et du Migrant, ensemble prions pour que de vraies solutions humaines soient trouvées afin de donner des conditions de vie correctes à tous ceux qui migrent par la force des événements.

La communauté des soeurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp vous souhaite une belle semaine, et vous dit : bonne année puisque nous n’avons pas eu l’occasion de le faire plus tôt. A la semaine prochaine sur les ondes de RCF.

 

Sœur Brigitte


 

       
 
Dernière modification : 22/04/2018