MONASTÈRE SAINTE-CLAIRE

Les Clarisses à Ronchamp

 
 
 
 
 
 
 

Chronique hebdomadaire

RCF_LOGO_BESANCON_QUADRI

Chaque dimanche, à 9h00, soeur Brigitte de Singly,

vous invite à la retrouver pour sa chronique de la semaine

sur les ondes de RFC Besançon.

 

Fréquence 87.6

 

ÉMISSIONS ARCHIVÉES EN PODCAST

DSC04670

   Notre-Dame de délivrance prie pour nous, vers nous

DSC04689 (1)

   Notre chat blanc strictement confiné

 

DSC04682 (1)

   Traces du passage de sangliers non confinés!

Dimanche 22 mars 2020

 

Bonjour,

De la part de la communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp, confinées comme tout le monde dans son monastère.

Seulement, pas comme tout le monde, nous avons beaucoup de chance. Sur le haut de la colline, il fait beau et relativement chaud, les oiseaux chantent, les arbres se couvrent de bourgeons, les pervenches ont pris possession du sol, et le ciel le soir est couvert d’étoiles. C’est vrai, nous ne voyons pas âme qui vivent. Quelques chats errants passent devant nos fenêtres mais ne s’approchent pas trop des humains. Le matin, de bonne heure, vers 5h00, nous entendons les sangliers passer en meutes au bas du ravin. Bref, cela nous rappelle que ce n’est pas la fin du monde, mais un épisode sanitaire très grave, que nous prenons vraiment au sérieux : l’une d’entre nous a été déléguée aux courses, les autres restant à la maison, profitant du relatif calme (notre dernière hôte est partie précipitamment lundi matin avant la fermeture complète du pays) pour faire quelques ménages de printemps, jardiner, tailler des arbres, etc.

 

Dimanche dernier, après avoir voté aux élections municipales, nous avons eu notre première messe dominicale sans assemblée, notre chapelain, le père Dumas, étant comme nous, confiné sur la colline. Nous gardons ensemble et avec lui la fameuse distanciation sociale et prions ardemment.

 

Nous avons pris l’initiative d’associer Notre-Dame du Haut à notre prière. Ainsi, elle qui à l’ordinaire accueille les pèlerins dans la chapelle, a été tournée vers l’extérieur. Du haut de sa fenêtre, elle propose son fils au monde entier via les quatre horizons de Le Corbusier, et particulièrement vers les habitants de Haute-Saône et de Ronchamp puisque plus personne ne peut monter en pèlerinage sur la colline. C’est étrange, les rôles ont été inversés : habituellement ce sont les pèlerins qui vont à sa rencontre ; aujourd’hui, c’est elle qui va à la rencontre de toute l’humanité. N’oublions pas qu’elle est aussi appelée Notre-Dame de toute délivrance. Nous nous sentons en toute sécurité sous sa protection et celle de saint Joseph que nous avons fêté cette semaine, dans la plus stricte intimité.

 

Grâce aux journaux et aux informations radio ou télé, nous nous tenons informés de l’évolution de la pandémie. Volontairement, nous ne sommes pas branchées sur les réseaux sociaux, mais les fake news passent quand même à travers notre mur invisible, via le courrier électronique. Par bonheur, nous sommes encore capables de discerner le vrai du faux, mais nous sommes consternées par les agissements inconscients ou malhonnêtes d’un certain nombre de personnes.

 

En ce moment, deux vers de la fable de La Fontaine « les animaux malades de la peste » me reviennent à l’esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés » et puis la conclusion : « Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cours vous rendront blanc ou noir ». Ceci, pour que nous nous souvenions que beaucoup n’ont pas la chance de notre pays de pouvoir se prémunir ou se soigner. Restons solidaires en actes et en vérité des migrants, des réfugiés entassés dans des camps sans aucune hygiène, des gens de la rue qui n’ont pas de lieu de soin ou de confinement, etc. Notre sort est le meilleur et présentons au Seigneur, en toute communion et toute empathie, tous ceux qui n’ont personne pour les soutenir ou les aider.

 

La communauté des sœurs clarisses vous souhaite de vivre au mieux une deuxième semaine de confinement et de carême et vous dit à dimanche prochain sur les ondes de RCF.

soeur Brigitte


 

p0867s1w

 

The clock in Madame la Présidente’s sitting room plays the micronation’s national anthem

  pour lire l'article complet : consultez le site de la BBC

Dimanche 15 mars 2020        

Bonjour,

 

Tout en vivant sur un site non pollué et non contaminé par le coronavirus,

nous suivons par l’information toutes les évolutions de cette épidémie qui ravage le monde, et plus proche de nous, l’Italie. Sr Brigitte devait participer à Rome à une assemblée de clarisses, qui a été, heureusement, reportée. Le départ des évêques de notre région en visite au Vatican, est retardé, heureusement aussi... Nos sœurs de Senlis (département de l’Oise) vivent en huis clos, et pour nous, plusieurs groupes, de Belfort, Luxeuil, Mulhouse, se sont désistés. Précaution oblige !

Notre accueil est donc presque vide pour le moment, hormis quelques personnes venues faire retraite ces jours-ci, sans crainte particulière. Même notre chapelain, qui suit des cours à Lyon, est bloqué dans ses déplacements. Par bonheur, les médias fonctionnent et nous relient !

 

Chose amusante dans ce marasme actuel, notre sœur anglaise, tapotant sur son ordinateur, a découvert sur la BBC un reportage sur la République du Saugeais, « petite république originale au cœur de l’Europe, entre la France et la Suisse », peut-on lire, photos à l’appui. Ce fut une surprise pour nous qui comptons en notre communauté une illustre saugette, sr Marie Céline Bolle-Reddat. Elle n’était pas peu fière d’apprendre qu’au-delà des affres du Brexit, on s’intéressait Outre-Manche à son pays d’origine.

 

Notre sœur Jean-Marie, que nous nous apprêtions à visiter le 10 mars pour son anniversaire, est cloîtrée à l’Ehpad Laurent Valzer, Montferrand. Mais nous la savons bien entourée, et en assez bonne santé.

Du souci, par contre pour les mamans de sr Marie Thérèse et sr Maggy, qui sont en mauvais état... Bien sûr, nous avons suivi avec attention, jeudi soir, l’allocution du chef de l’état à la nation toute entière, dont nous sommes, pour faire le point sur la situation. Nous suivons les recommandations !

 

Notre prière quotidienne porte à Dieu, dans le Christ, toutes ces épreuves de partout qui marquent ce carême, aux dimensions bien imprévues de jeûne, partage, prière. Et nous ne parlons pas du sort dramatique des réfugiés de Syrie, et des migrants coincés entre Turquie et Grèce ! De quoi appeler intensément l’aide de l’Esprit Saint pour tous.

 

Ce dimanche 15 mars, est marqué par les élections municipales, autre round politique important pour la vie du pays. En soirée, sr Maggy animera une conférence de carême à Vesoul, à partir de l’évangile de Jésus et la samaritaine. (annulée le samedi soir! ) Le parcours catéchuménal de ces dimanches de carême nous met davantage en communion avec les futurs baptisés de Pâques, qui sont la joie de l’Église et signes que la Bonne Nouvelle continue de se propager et de transformer des vies.

 

Nous sommes tous cadeaux de Dieu les uns pour les autres. Dans cette certitude, à la semaine prochaine !

Soeur Marie Claire


 

ooapin_013

   Messe de la sainte Colette ce 6 mars

Dimanche 8 mars 2020

 

Bonjour,

De la part de la communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp, qui vit le carême bien au chaud, à l’abri des intempéries et loin du covid 19 : il ne passera pas sur la colline.

Nous sommes donc en bon état de marche.

Du côté de l’accueil, quelques pèlerins continuent à poser leur sac pour des temps d’intériorisation, heureux du silence et du retrait. En prime, des liens de sympathie se tissent entre eux. Mission accomplie.

Cela suscite des demandes d’accompagnement auxquelles nous essayons de répondre le mieux possible. Aussi, nous avons encouragé l’une d’entre nous à se former pour ce service d’Eglise, si spécifique et rigoureux.

Les ateliers couture, quant à eux, tournent à plein : premières demandes d’aube de profession de foi, les écharpes de baptême étant toujours d’actualité ; les étoles de prêtre ne sont pas de reste avec la commande, par les frères de Paris, de 15 étoles brodées du tau franciscain. Pour nous, la Providence prend le visage du travail, qui nous garde en lien avec le monde des salariés et nous fait communier à la dure réalité économique.

Une visite amicale et fraternelle nous a beaucoup marquées cette semaine, celle du père Eric Poinsot qui sillonne le diocèse avec Mgr Boulleret, lors des visites pastorales. Ainsi, grâce aux nouvelles et aux informations qu’il nous partage, nous sommes et restons partie prenante du diocèse et nous pouvons présenter au Seigneur les intentions de notre Eglise locale.

Le chapelain, le père Dumas, étant parti prêcher une retraite, ce sont les prêtres du secteur qui se sont relayés pour célébrer l’eucharistie. Joie et bonheur pour nous de bénéficier ainsi de la diversité de l’expression de la foi.

Le point d’orgue de cette semaine fut la fête de sainte Colette qui s’est ouverte sur une très belle veillée de prière : des paroles de sainte Colette mises en parallèle avec des parole du pape François. Ainsi nous constatons combien Colette était moderne et combien nous consonnons avec notre Pape. Puis Eucharistie festive, prêchée par notre ami et frère Jean-Baptiste venu spécialement de Strasbourg pour l’occasion. Bien sûr, le verre traditionnel de l’amitié a clos ces célébrations.

Ce dimanche, l’évangile de saint Matthieu nous invite à nous trouver parmi les disciples de Jésus, témoins de la Transfiguration. Cette lumière, nous en avons particulièrement besoin pour prier et agir dans le sens de la paix, la paix intérieure et principalement le silence des armes. Il ne faut pas que le covid 19, notre nouveau compagnon de route, nous fasse oublier tous ces réfugiés qui n’ont plus de maison, plus de patrie, plus de terre et qui vivent en permanence sous la menace des bombardements et des fusils. Quelle génération préparons-nous en laissant faire ces crimes ? Quelle incohérence de travailler à la sauvegarde et au renouvellement de la création si nous vidons notre sœur mère la Terre de ses habitants  ! Où est l’écologie intégrale que nous prêchons aux quatre vents ?

La communauté des sœurs clarisses vous souhaite une très belle et bonne deuxième semaine de carême et vous dit à dimanche prochain sur les ondes de RCF.

soeur Brigitte

 


 

DSC04651 - copie

   Rencontre avec père Éric Poinsot

Dimanche 1er mars 2020

 

Bonjour,

La semaine écoulée, ponctuée par de fortes giboulées, nous annonçait aussi le printemps par ses minuscules fleurs qui commençaient d’éclore : crocus, pervenches, jonquilles naines... et par les chants d’oiseaux, tôt le matin. Les jours grandissent à vue d’œil. Ce qui disparaît souvent en ville, toute cette vie du ciel et de la terre, nous enveloppe ici de toutes parts, et c’est un cadeau journalier, simple et gratuit.

 

La semaine a été ponctuée également de réunions diverses. Lundi : le comité interreligieux, qui élabore peu à peu, à travers les recherches des uns et des autres, et des rencontres positives, un beau programme « souffle et musiques sacrées » pour l’après-midi du 13 septembre 2020. Nous naviguerons par le son entre le monde chrétien d’Irak et d’Allemagne, le monde juif et le monde musulman, le monde chinois et peut-être bouddhiste. Notre Dame du Haut se prête si bien à cet accueil !

 

Réunion communautaire en ce jour aussi, qui renforce notre cohésion fraternelle. Mardi : Comité de suivi des partenaires de la colline, puis conseil de notre association des amis de sainte Colette.  Faire le point régulièrement est fort important pour tous.

Jeudi, c’était au tour de sr Brigitte de rejoindre pour quelques jours,  dans le nord de la France, la Commission JURICAN des clarisses, tandis que sr Maggy partait en Belgique visiter sa maman en grande faiblesse.

 

Même si le flux des visiteurs est ténu, les hôtes, venus se ressourcer au monastère, ne nous ont pas manqué. Nouveaux ou fidèles, heureux de goûter un peu la solitude, de se connaître ou se retrouver. Vendredi : arrivait un groupe important venu d’Évreux pour sillonner la colline, visiter la chapelle, demander notre témoignage et prier vêpres avec nous !

La richesse spirituelle était bien là avec cette belle célébration du mercredi des cendres qui marque l’entrée en carême pour l’Église universelle. Le Père Frédéric sait fort bien commenter la Parole de Dieu et introduire dans le mystère. Mais en son absence, nous apprécions toujours la diversité des prêtres qui acceptent de nourrir notre foi et de la partager : cadeau précieux dont nous sommes bien conscientes. Ce dimanche, c’est le Père Éric Poinsot qui est parmi nous, et nous nous réjouissons de sa présence.

 

Vendredi prochain, 6 mars, ce sera au tour de Ste Colette de nous entraîner sur les chemins de la foi, par une veillée de prière la veille au soir, et l’eucharistie à 11h. Elle sera présidée par Frère Jean-Baptiste Auberger, franciscain de Strasbourg, fidèle ami de notre communauté, et assistant de notre fédération. Cette messe sera, bien sûr, concélébrée, et suivie du verre de l’amitié. Vous êtes et serez toujours les bienvenus ! A la semaine prochaine.    

                                                                                            Sr Marie Claire

 


 

28f32792a815cb36d0e500e4308ea8d7

   Près d'un chêne déraciné pa rle vent...fleurissent les jonquilles...

Dimanche 23 février 2020

 

Bonjour,

De la part de la communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp, une communauté encore en état d’hibernation, à l’inverse des dérèglements climatiques.

Oui, notre rythme est toujours celui de l’hiver, c’est-à-dire avec un accueil monastique peu développé. Cependant, même si les hôtes se font rares, ils sont là. Ainsi nous avons accueilli cette semaine un prêtre spiritain venu depuis Paris respirer un bol d’air pur, de silence, de solitude. Au même moment, une dame aspirait également à un temps de retrait, de recul, de réflexion. Deux hôtes très différents mais dans une même démarche intérieure de recherche du visage de Dieu.

 

Et puis, en raison des vacances scolaires dans d’autres régions de France, les visiteurs de la chapelle Notre-Dame se font un peu plus nombreux, mais ce n’est pas encore la grande foule.

Ce peu d’activité du côté de l’accueil a permis à sœur Marie-Claire de s’échapper pour participer à la CFC. Qu’est-ce que la CFC ? C’est la Commission francophone cistercienne. Ciel, me direz-vous, l’abbesse des clarisses de Ronchamp aurait-elle changé de spiritualité ? Non, rassurez-vous, mais depuis de longues années elle participe à l’écriture et à la mise en musique d’hymnes liturgiques pour le bénéfice de toutes les communautés religieuses d’expression française. Comme elle écrit bien naturellement, avec une âme de poète, c’est pour elle, une joie de participer à cette commission. Cependant, ce n’est pas un travail de tout repos, c’est même éprouvant car tous les textes et créations sont passés à la moulinette des auteurs de la commission et c’est parfois très dur de remettre, entre guillemets, son « bébé poétique » entre des mains qui n’ont pas forcément la même sensibilité. Puis ces mêmes textes passent à la moulinette des musiciens et là encore, remise en question, remodelage, réécriture, etc. Bref c’est à la fois un travail de création et un travail de dépouillement, de renoncement, d’abandon, mais cela vaut le coup car ensuite ces hymnes vont venir scander la liturgie des communautés. Merci à tous les membres de la commission.

 

Du côté de l’atelier couture, cela bat son plein pour la confection d’étoles, de mouchoirs, etc. sans oublier la saison des baptêmes et professions de foi qui commence avec les premières commandes d’écharpes. Ce qui oblige sœur Marie-Claire Denys à sortir de sa tanière de doctorante. Cela lui fait du bien car cela lui aère un peu l’esprit et lui garde les pieds sur terre.

Quant à sœur Maggy, devenue franc-comtoise de chez franc-comtois, elle participe activement au conseil pastoral issu de l’assemblée synodale. Ainsi, elle a travaillé ardemment sur la question « comment mettre en œuvre la conversion écologique ? » Résultat : un très beau power point soumis au conseil de ce samedi dans une perspective de cohérence et de mise en application de l’appellation contrôlée « Eglise verte » de notre diocèse.

Grâce à la lecture communautaire du journal, nous suivons l’actualité française et internationale. Ainsi nous présentons au Seigneur beaucoup de ces situations dramatiques de par le monde ; nous les présentons mais aussi nous essayons d’y communier et d’en être solidaires en renouvelant et en re-choisissant quotidiennement la sobriété et la simplicité de notre vie. Joignez-vous à nous dans cette prière et dans cette démarche.

La communauté des sœurs clarisses vous souhaite une très belle et bonne semaine et vous dit à dimanche prochain sur les ondes de RCF.

soeur Brigitte

 


 

thumb_DSC04637_1024

Dimanche 16 février 2020

 

Bonjour,

 

De la part de la communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp, toujours aussi heureuse de vous retrouver sur les ondes de RCF.

Pour nous, les semaines se suivent et se ressemblent en cette saison de semi hibernation : peu de visiteurs sur la colline, peu d’hôtes à notre accueil monastique mais cependant quelques rencontres, attendues ou inattendues, qui nous ont fait très plaisir.

Tout d’abord, nos amis hollandais dont je vous parlais la semaine dernière nous ont bien accompagnées pendant les temps de prière en puisant dans le répertoire international de Taizé. Belle occasion d’expérimenter les chants en langue, si j’ose m’exprimer ainsi ! Ils sont repartis avec ces simples mots : la lumière de la chapelle, du monastère, des sœurs, merci.

 

Une rencontre inattendue, celle d’une famille accompagnée de leur nièce étudiante en architecture en Turquie, venue découvrir les grands architectes que sont Le Corbusier, Prouvé et Piano. Beaucoup de questions sur les clarisses, leur vie quotidienne, leur célibat, la vie monastique qu’ils ne soupçonnaient pas, etc. ; ils furent subjugués et exprimèrent une admiration sans borne en visitant l’oratoire.

Une rencontre prévue et attendue : celle d’une dame syrienne avec un couple irakien qui animent une chorale Moyen Orient à Belfort. Ils sont tout prêts à venir chanter à Notre-Dame du Haut le 13 septembre après-midi, avec des musiciens et chanteurs d’autres traditions. Retenez bien cette date, 13 septembre, ce sera très beau, mais nous en reparlerons.

 

Ces deux rencontres nous ont mis beaucoup de joie dans le cœur nous apportant la richesse et l’enthousiasme d’autres cultures, d’autres religions. Merci Seigneur.

Du côté de l’accueil monastique : un jeune belge fait une retraite de silence et jeûne, un petit groupe partage sur l’accompagnement. Un prêtre spiritain, originaire du diocèse, arrive de Paris via Taïwan, pour quelques jours de retraite. Nous l’avons connu par l’échange de courriers électroniques, nous sommes heureuses de faire sa connaissance de visu.

 

Le jour de la fête de Notre-Dame de Lourdes, l’eucharistie fut bien sûr célébrée aux intentions de tous nos amis et proches malades, parfois très jeunes. Un petit clin d’œil : lors de l’homélie, le chapelain nous a rappelé que Notre-Dame du Haut et Notre-Dame de Lourdes c’était la même, au cas où nous ne le saurions pas !

Notre-Dame de Lourdes est aussi une grande fête pour la communauté car c’est le jour de naissance de sœur Marie-Laetitia. Comme cette année, elle franchissait une dizaine, nous l’avons célébrée en grandes pompes, dans la joie et la bonne humeur.

 

Dans notre prière, à la suite de la Journée des malades, nous pensons à l’Asie et à tous ces pays touchés par le coronavirus. Prions ensemble pour que les chercheurs trouvent rapidement un moyen de sauver des vies. Mais n’oublions pas non plus tous ceux qui vivent de vrais cauchemars en fuyant leur pays, leur famille, les régimes politiques ou les dictatures. Eux aussi vivent des situations de désespérance.

 

La communauté des sœurs clarisses vous souhaite une très belle et bonne semaine et vous dit à dimanche prochain sur les ondes de RCF.

soeur Brigitte

 


 

IMG_6941

   Un de nos hôtes hollandais prie et s'émerveille

Dimanche 9 février 2020

 

Bonjour,

De la part de la communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp, tout émerveillées et en même temps inquiètes car tôt le matin les oiseaux chantent comme au printemps. C’est beau, très beau mais ce n’est pas la saison. Un rappel aux climatosceptiques qu’il faut prendre soin de la planète si nous voulons qu’elle vive et qu’elle soit accueillante pour l’ensemble de ses habitants : végétation, êtres humains, animaux, etc.

 

Cette inquiétude ne nous empêche pas de vivre à fond ce que l’Eglise nous propose. Ainsi, dimanche dernier, fête de la Présentation du Seigneur et fête de la Vie consacrée. Une très belle Eucharistie festive pour louer, bénir et offrir : procession de la lumière, danse, chants, musique, tout pour nous réjouir et réjouir l’assemblée ; tout pour rendre grâces au Seigneur. L’après-midi, nous avons continué nos réjouissances en recevant les sœurs de l’Alliance de Lure dans un partage très fraternel autour du verre de l’amitié traditionnel. Occasion de se connaître, de se reconnaître, de se revoir. Merci Seigneur.

 

L’accueil de la communauté ne fut pas totalement au chômage cette semaine, grâce au passage de quelques pèlerins. Etonnement de notre part : en ce moment c’est la « saison » masculine. En effet, ce sont quatre pèlerins venus de tous horizons en célibataires qui se sont succédés pour trouver silence, solitude, recueillement. Ils ont laissé leur famille à la maison pour se ressourcer.

Après eux arriveront quatre hommes hollandais, petit groupe fidèle qui revient chaque année pour goûter au silence et à la prière.

Enfin, c’est le groupe de la fraternité séculière franciscaine de Belfort qui vient réfléchir et prier auprès de Notre Dame.

 

Un passage inattendu : celui d’un jeune journaliste parisien qui travaille pour une revue américaine spécialisée dans l’architecture. Occasion, pour la sœur qu’il a rencontrée, de l’initier aux subtilités de la vie monastique, et même de la vie chrétienne et de la foi en général. La chapelle Notre-Dame et notre oratoire furent, pour lui, des lieux où la beauté et l’intériorité lui coupèrent le souffle.

 

Un autre passage, celui-ci attendu, de notre ami très cher François Pécheur qui, régulièrement vient bricoler chez nous car une maison a toujours mille petits travaux à faire. Lors de son dernier passage nous lui avions confié un ange sculpté par une sœur de Béthanie, mais réduit en mille miettes victime d’une mauvaise chute. Il a réussi à le reconstituer et personne ne peut voir les blessures de cet ange. Les chirurgiens esthétiques auraient de la graine à prendre chez François. Merci à lui. Et l’ange peut reprendre sa place auprès de Marie à l’Annonciation.

 

Du côté des clarisses francophones, nous avons accueilli pendant trois jours deux sœurs de la confédération pour travailler à la mise en conformité juridique de certains de nos textes législatifs. Travail de très grande haleine qui réclamera encore beaucoup de rencontres, mais travail passionnant car il s’agit d’harmoniser spiritualité et loi, deux dimensions très antinomiques.

 

Et voilà, nous arrivons à la fin de cette chronique avec l’espérance de partager avec vous tout au long de la semaine la prière quotidienne. Oui, élargissons l’espace de notre prière et supplions le Seigneur de nous aider dans une solidarité plus grande que les frontières de la France. Il y a tant de malheureux au-delà de nos frontières. Classons-les en premier dans nos priorités spirituelles. Et n’oublions qu’aujourd’hui c’est le dimanche de la santé.

La communauté des sœurs clarisses vous souhaite une très belle et bonne semaine et vous dit à dimanche prochain sur les ondes de RCF.

soeur Brigitte


 

DSC04625

 

DSC04619

 

DSC04628

   Rencontre avec nos soeurs de Lure

Dimanche 2 février 2020

 

Bonjour,

De la part de la communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp qui ont la joie et le privilège de se lever tôt le matin et ainsi de contempler avec émerveillement les levers du soleil. C’est indubitable, les jours rallongent et cela nous donne encore un peu plus d’énergie pour louer le Seigneur.

 

Nous avons débuté la semaine par une belle assemblée dominicale inhabituelle : des scouts et une famille proche de la communauté, avec ses cinq enfants, en partance pour le Togo en coopération. Leur premier projet était de partir en Haïti, mais la situation est trop aléatoire actuellement, surtout lorsqu’on est responsable d’une grande famille. Nous les accompagnons de notre amitié et de notre prière, leur souhaitant de vivre cette expérience avec bonheur, ne doutant pas que le Seigneur les accompagnera au jour le jour pendant ces deux années.

 

La rareté des visiteurs et des hôtes sur la colline nous donne du temps pour vivre à fond notre vie communautaire et notre vie spirituelle. Cependant l’accueil n’est jamais complètement vide. Ainsi deux retraitants, l’un finissant tout juste ses études, l’autre tout proche de la retraite. Le premier avait décidé de faire une semaine de retraite avant de plonger dans le monde du travail. Il est reparti en disant : « Je ne sais pas ce que je suis venu chercher, mais je sais ce que j’ai trouvé ». Emotion pour nous d’entendre de telles paroles. Le deuxième est venu confier au Seigneur sa prochaine vie de retraité et est reparti avec beaucoup d’enthousiasme au cœur.

 

Du côté de la vie de la communauté, nous avons passé une grande soirée comptable. Oui, tous les ans nous présentons les comptes annuels en détail, chaque poste étant scruté avec minutie. Connaître le prix des choses, des services, etc. permet aux sœurs d’être responsables de leur vie et de ne pas se laisser vivre au gré des fantaisies. Des questions pour comprendre comment fonctionnent CAVIMAC, Mutuelle, Retraites, travaux, accueil, etc. C’est un travail ardu mais avec le bénéfice de ne laisser personne en rade au bord de la route du quotidien.

Là aussi, pour ne pas être marginalisées par rapport à la vie du monde, nous lisons à table de grands articles du journal La Croix. Ainsi notre prière est habitée par les événements, heureux ou malheureux. C’est une prière concrète que nous présentons au Seigneur et non pas déconnectée dans une sorte d’idéologie. Et quand nous disons que nous communions aux joies et aux souffrances, cela est vrai car nous savons de quoi nous parlons.

 

Aujourd’hui, dimanche de la Présentation du Seigneur, dimanche de la vie consacrée. Belle eucharistie festive puis rencontre avec quelques sœurs du doyenné autour d’un verre de l’amitié et louange des vêpres.

Cette présentation, cette offrande de Jésus au Seigneur nous appelle à remettre toute notre vie entre les mains de Dieu, toute notre vie, oui, mais aussi toute la vie du monde, celle des petits comme celle des grands, celle des pauvres comme celle des riches, car tous nous avons besoin de la prière de tous. Merci de nous accompagner sur ce chemin de prière et d’intercession.

 

La communauté des sœurs clarisses vous souhaite une très belle et bonne semaine et vous dit à dimanche prochain sur les ondes de RCF.

soeur Brigitte


 

DSC04571 - copie

 

Dimanche 26 janvier 2020

 

Bonjour,

 

Cette seconde quinzaine de janvier nous fait expérimenter des réalités cosmiques, certes modestes, mais très différentes : brume parfois givrante et froide la matin, soleil très chaud l’après-midi, magnifiques couchers de soleil et ciels étoilés éblouissants, si l’on prend la peine de lever la tête dans la nuit, en descendant dans nos chambres. Blancheur du sommet de la colline se détachant sur la forêt noire à certains jours. Cette beauté de la nature, cette lumière hivernale illuminant la chapelle ou notre oratoire, fait aussi le bonheur de nos hôtes, venus goûter pour quelques jours silence et liberté intérieure, tellement nécessaires à des vies trépidantes.

 

Mais le calme n’est pas toujours de mise pour nous non plus, avec des voyages pour le service de certains monastères de clarisses (surtout pour sr Brigitte), ou divers rendez-vous médicaux indispensables. Les réunions au monastère même n’ont pas manqué : Comité de suivi entre les partenaires de la colline, commission pastorale de la chapelle, groupe interreligieux. Lors de cette dernière rencontre, nous venons de déterminer deux dates  et thèmes pour ces journées à Notre-Dame du Haut.

Dimanche 13 septembre 2020 après-midi : Souffle et musiques sacrées

Dimanche 6 juin 2021 : Le chant et l’espace.
Ces projets donnent l’occasion d’élargir nos horizons à d’autres traditions spirituelles, et de rencontrer de nouvelles personnes de qualité et de talent

Nous vous tiendrons au courant, bien sûr, pour de larges invitations.

 

Ce dimanche 26 janvier est intitulé par le pape François « dimanche de la Parole » Nous ne savons encore comment nous le traduirons dans la liturgie, mais nous avons déjà expérimenté en communauté la lecture suivie, une fois par mois, de l’évangile de Luc, chapitre par chapitre, suivie d’un partage contemplatif. Cela révèle bien des surprises et des découvertes, sur un texte que nous croyons bien connaître. Avez-vous déjà pratiqué ce genre de lecture ? Cela en vaut la peine !

 

Au-delà de ces belles réalités de vie, d’ailleurs pas toujours faciles, nous portons en souci, comme vous sans doute, l’issue des crises nationales, ecclésiales, internationales, qui provoquent tant de souffrances et d’angoisses, de transformations peut-être aussi, avec l’aide de l’Esprit Saint.

Nous vous souhaitons belle semaine, toujours nourrie de cette présence du Seigneur dont nous avons tous besoin ! A la semaine prochaine.

Sr Marie Claire


 

thumb_DSC04613_1024

   À la fin de l'eucharistie, frère Michel danse le "combat de Jacob"

Dimanche 19 janvier 2020

 

Bonjour,

De la part de la communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp, une communauté qui se prépare activement au printemps. En effet, les jardiniers sont passés par chez nous pour étaler la terre déposée depuis quelques semaines le long des plates-bandes.

Maintenant, encore quelques mois avant les semailles et la floraison, mais, avec les jours qui rallongent, c’est déjà la vie qui reprend et cela donne du tonus.

 

Du tonus, il nous en faut car après une semaine de vacances,

les activités ont repris en force :

Quelques retraitants et retraitantes ont goûté au silence et à la beauté du site. Et aussi des groupes : tout d’abord celui des frères franciscains des Buis venus passer une journée de récollection avec le provincial. Un provincial féru de danse qui a fait une démonstration super féérique de ses talents devant les sœurs. Joies de ces échanges fraternels.

 

Ces échanges qui se poursuivent en famille franciscaine avec les rencontres des responsables de fraternités séculières franciscaines, à Poligny. Là aussi, très beaux moments de vie en famille franciscaine.

Du côté de l’atelier Piano, le passage obligé par Ronchamp pour les stagiaires se poursuit : cette semaine cinq d’entre eux sont venus se familiariser d’un peu plus près avec le travail architectural de Renzo Piano et de Le Corbusier. Elles sont toujours aussi enthousiastes, non seulement de leurs découvertes architecturales mais aussi de la relation qui s’établit entre la nature et les bâtiments. Une façon de les faire goûter à l’écologie intégrale.

 

Malgré les grèves et quelques détournements de trains, sœur Marie-Thérèse nous est revenue de Grande Bretagne, fatiguée, mais heureuse d’avoir pu revoir ses parents, surtout sa maman bien malade.

 

En ce moment, nous vivons en communion avec tous ceux qui sont atteints par le réchauffement climatique : nous goûtons à la joie des coupures d’eau nombreuses et variées, ce qui nous demande une certaine gymnastique pour ne pas dire une gymnastique certaine d’organisation. Nous avions déjà assimilé la nécessité de l’écologie intégrale, mais maintenant nous pouvons constater avec raison que c’est le bon chemin si nous voulons que tout le monde puisse continuer à vivre dans des conditions décentes.

 

Nous débutons la semaine de prière pour l’unité des chrétiens dont les thèmes se déclinent en réconciliation, illumination, espérance, confiance, force, hospitalité, conversion, générosité.

Il n’y a pas d’autres mots à ajouter que de vous souhaiter de vivre à fond, dans la prière et dans la réalité et le concret de la vie, tous ces appels de Dieu.

Merci de votre présence par le cœur et la prière auprès de la communauté des clarisses, et à la semaine prochaine sur les ondes de RCF.

soeur Brigitte

 


 

thumb_DSC04606_1024

Dimanche 12 janvier 2020

 

Bonjour,

De la part de la communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp, des sœurs en pleine forme car en vacances depuis une semaine.

Et oui, nous aussi, nous prenons des vacances ! Certes pas comme tout le monde et pas sur la même durée : nous n’allons ni au ski ni à la campagne, ni à la mer et nous n’avons pas droit aux cinq semaines de congés payés. Mais enfin, nous relâchons le rythme du travail, pas celui de la prière.

Car la prière fait partie de nos gênes, de notre ADN. Simplement, il y a une certaine souplesse dans nos horaires habituellement très fixes. Certaines en profitent pour aller faire de grandes ballades à pied et apprendre ainsi l’histoire du pays et ses coutumes. Ou regarder un film, par exemple sur le volontariat aux MEP. Bref, des vacances oui, mais pas des vacances qui seraient du farniente.

 

Par contre des vacances où la mise en forme est de rigueur : un après-midi fut consacré à une séance de Qi Gong avec un professeur venu spécialement enseigner les premiers rudiments de cet art venu des fins fonds de l’Asie.

 

Parmi les hôtes qui ont posé leurs valises, le vicaire général du diocèse de Reims a passé la fin et le début des années chez nous, comme il le fait maintenant couramment. Un moment très précieux pour lui pour se recentrer sur l’essentiel et préparer calmement la vie de son diocèse. Pour nous c’est une grande joie car nous avons ainsi l’occasion de découvrir une autre vie diocésaine. Constat est fait que les démarches diocésaines sont parfois très différentes mais que les objectifs se retrouvent : annoncer Jésus Christ et Jésus Christ seulement, comme le dit le pape François, l’Eglise n’est pas une ONG, ce qui n’enlève rien à sa dimension sociale.

 

Puis ce sont des confirmands et jeunes d’aumônerie qui sont venus réfléchir sur le baptême au cours d’une journée à dimension spirituelle (prière et réflexion avec les sœurs) et culturelle (visite du monastère, de Notre-Dame, etc.). La journée s’est terminée dans une grande joie par une partie crêpes qu’ils ont confectionnées eux-mêmes, avec la gentillesse du partage : des crêpes ont été réalisées spécialement pour les sœurs et, en prime, ils nous ont fait le cadeau d’une très bonne odeur qui a bien imprégné l’atmosphère.

 

Notre insertion dans le village passe traditionnellement par notre participation aux vœux du maire, ce que nous n’avons pas manqué de faire, particulièrement cette année car M. le maire, après 12 ans de bons et loyaux services, a décidé de ne pas se représenter. C’est lui qui nous a accueillies sur la colline il y a dix ans, c’était la moindre des choses que nous le remercions en venant écouter le bilan de 12 années de travail communal.

 

Dimanche dernier, c’était la fête de l’Epiphanie. Aujourd’hui, c’est déjà le baptême du Seigneur et, avec lui, le retour au temps ordinaire de l’Eglise (et la fin de nos vacances !).

Cependant, soyez assurés que nous n’avons pas dérogé à notre mission d’intercession et de louange. Une mission que nous partageons avec vous. Ensemble, remercions le Seigneur pour tous les artisans de paix qui se démènent de par le monde pour éviter des déflagrations en tous genres. Demandons-lui qu’ils soient de plus en plus nombreux et que les dialogues internationaux, sociaux, inter-religieux deviennent la priorité de chacun

Merci de votre écoute et à la semaine prochaine sur les ondes de RCF.

soeur Brigitte

 


 

thumb_DSC04604_1024

Dimanche 5 janvier 2020

Bonjour,

De la part de la communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp, vraiment heureuses de vous souhaiter une belle, bonne et joyeuse année 2020.

L’année 2019 s’est terminée pour notre communauté dans la joie de fêter la Sainte Famille, dimanche dernier, avec la paroisse de Ronchamp-Champagney, montée spécialement pour célébrer l’eucharistie dans notre oratoire. Pour ce faire, nous avons un peu élargi l’espace de notre tente, mais tout le monde a trouvé une place et a pu chanter la louange du Seigneur.

 

L’après-midi même trois sœurs rendaient visite à sœur Jean-Marie à Montferrand-le-Château. Belle équipée qui a trouvé notre sœur en pleine forme, ayant retrouvé ses bonnes petites pommettes d’autrefois.

 

Puis très vite, nous sommes entrées dans la nouvelle année avec, comme porte de passage, une très belle veillée autour de Thomas Merton et de la Sagesse divine. Les hôtes, venus de près ou de loin, goûtèrent très profondément à ce moment de contemplation que nous avait préparé sœur Marie-Claire-Denys. En finale les embrassades et les vœux n’ont pas dérogé à la coutume. La Création aussi avait mis ses plus beaux atours et nous a fait un cadeau exceptionnel : en cette nuit, les étoiles ne s’étaient pas couchées pour apporter bonheur, paix, sérénité, fraternité, bref tout ce qu’il faut pour bien démarrer une année toute neuve.

 

Mais dès le 1er janvier, sœur Marie-Thérèse dût s’envoler pour la Grande Bretagne, non pas en raison du Brexit qui se profile à l’horizon, mais pour accompagner son papa bien seul devant la maladie de sa maman. D’autres soucis de santé dans nos familles éprouvent nos sœurs.

 

Il y a aussi de bonnes nouvelles : comme la naissance de petits neveux ou même arrière petits neveux, des améliorations de longues maladies, etc. Sans oublier, les cartes, lettres et petits mots apportant souhaits, amitiés, soutien, chaleur fraternelle dont les auteurs sont présents très largement dans notre prière quotidienne.

 

Ce que je ne vous ai pas encore dit, et qui a son importance : depuis avant Noël, notre oratoire a accueilli la famille de Dieu et sa crèche, une crèche spécialement conçue et réalisée par sœur Marie-Claire-Denys avec des plateaux de bois issus du grand châtaignier qui s’est abattu lors de la tempête de 2018, comme quoi rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme, mêlant mort et vie, douleur et joie. Maintenant cette crèche accueille les rois mages, qui ne sont rois que de nom, mais qui apportent à l’enfant Emmanuel, en notre nom, toutes nos forces et nos faiblesses afin qu’il les bénisse. C’est notre souhait pour la nouvelle année pour tous les habitants de la terre : « Que le Seigneur vous bénisse et vous garde, qu’il vous découvre sa face et vous donne sa paix ».

Belle année 2020. A la semaine prochaine sur les ondes de RCF.

soeur Brigitte

 


 

cffd50715a06e49ff6bff362c2c0dd65

La lumière de Bethléem arrive à la chapelle

 

4937e289b891e61c4ab795048951f8e8

Dimanche 29 décembre 2019

Bonjour,

De la part de la communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp qui, malgré la pluie et le temps très maussade, s’éclairent toujours à la lumière de Bethléem.

Cette lumière de Bethléem qui nous fut apportée par les scouts et qui a brûlé jusqu’à la nuit de Noël dans notre oratoire et dans la chapelle de Notre-Dame. Et puis, la lumière de la naissance de l’enfant Emmanuel a pris le relais. Ce fut une très belle, heureuse, joyeuse nuit : elle débuta par une veillée à 23h30 à laquelle de nombreux enfants ont participé. Pendant la lecture d’un conte, ils apportaient des lumières symbolisant la foi, la paix, l’amour, l’espérance. Depuis ces bougies brûlent jour et nuit et réchauffent l’enfant de la crèche et tous ceux qui viennent la contempler. Cette crèche avait été préparée avec beaucoup de soins par le chapelain aidée de sœur Marie-Laetitia. Une innovation cette année, un personnage que l’on rencontre rarement dans une crèche, est venu se joindre aux habitués : la samaritaine, celle qui avait si soif de vérité et d’amour. Elle fut l’inspiratrice de la nuit du père Dumas qui bâtit son homélie sur les femmes que Jésus a rencontrées durant sa vie et dont on peut tout à fait imaginer leur présence à la crèche auprès des bergers.

Puis la célébration se déroula dans une belle harmonie de chants, de silence, de musique, de gestes d’offrande, de lumières. Ainsi chacun put, selon sa propre lumière intérieure, se laisser revêtir et habiter par toute la grâce de Noël dans l’intégralité de son sens.

Le verre de l’amitié, joyeux, fraternel, prit aussi toute sa signification dans les salles du monastère, avec un jus d’orange ou un bon vin chauds pour se réchauffer. Puis, tout le monde s’en est allé rejoindre les siens et continuer la fête.

 

Le jour de Noël l’eucharistie eut lieu à l’oratoire, dans une très belle simplicité et sobriété. Les amis de Notre-Dame du Haut avaient répondu présents à l’appel des bergers et ce fut une assemblée joyeuse qui chanta le gloria.

Pour nous les sœurs, l’eucharistie avait été précédée du chant des Laudes et du partage fraternel habituel autour du petit déjeuner.

La fatigue se faisant sentir en raison d’une nuit un peu courte, l’après-midi fut recouverte d’un grand silence avant de laisser éclater avec vigueur et joie le chant des vêpres.

Au cours de ces moments communautaires, nous lisons avec bonheur tous les courriers qui nous parviennent et nous donnent des nouvelles des communautés, des amis, d’inconnus qui sont passés et remercient pour la beauté du lieu, pour l’accueil, etc.

Pendant cette semaine de préparation à Noël et avant le 31 décembre, plusieurs pèlerins ont déposé leurs cœurs devant la Lumière pour se ressourcer et remercier le Seigneur de leur re-naissance.

 

Aujourd’hui fête de la Sainte Famille, une famille non pas à imiter car nous ne le pouvons pas, mais une famille à suivre, dont le guide est un petit enfant qui nous dit : « mon Père vous aime gratuitement, aimez gratuitement. » C’est le souhait que la communauté des sœurs clarisses de Ronchamp formule pour vous tous, nos amis d’hier, d’aujourd’hui et, nous espérons, de demain.

 

Belle entrée en 2020, dans la joie fraternelle et/ou la prière

A la semaine prochaine sur les ondes de RCF.

soeur Brigitte

 


 

565eea70e3b44509a744a9563548ea63

  Vêpres du 17 décembre avec l'accueil de la lumière de Bethléem

c9d84297c60b54162e2d1661ae738aa4

Dimanche 22 décembre 2019

Bonjour,

De la part de la communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp, en pleine forme pour célébrer la naissance du Seigneur.

Oui, la fête de l’Incarnation se profile bien à l’horizon car les crèches commencent à fleurir aux quatre coins de la maison, la répétition de chants pour la nuit de Noël nous donne un avant-goût de la chaleur de la chapelle et nous permet d’apprivoiser un certain froid ! Les offices de cette semaine ont spécialement été bien soignés, grâce à sœur Marie-Laetitia qui a développé sa créativité artistique et liturgique pour nous permettre de prier intensément.

 

Notre ami Louis Mauvais est le centre de notre prière tous ces jours-ci et particulièrement au cours de l’eucharistie célébrée samedi dernier dans notre oratoire en sa mémoire. Une cinquantaine de personnes s’étaient rassemblées par amitié pour lui. Notre frère Patrice Kervyn avait fait spécialement le déplacement depuis Vézelay pour ce dernier adieu ronchampois. Puis certains d’entre nous sont venus dire ce qui les avait le plus marqués dans la vie de Louis ; et enfin le verre de l’amitié a permis des échanges plus informels et très fraternels. Merci à Louis de nous avoir ainsi aidés à tisser de nouveaux liens.

Dans la foulée, sœur Maggy accueillait un groupe de la fraternité franciscaine de Besançon tandis que sœur Marie-Laetitia accompagnait leurs enfants dans un parcours-découverte autour de la chapelle et un travail de confection d’oiseaux à déposer dans la crèche. Et tout ce petit monde est reparti heureux en fin de journée.

 

Puis les réunions, avant la treve des confiseurs, se sont succédées à un rythme accéléré : depuis ce que nous appelons dans notre jargon le comité de suivi qui sert à coordonner ce qui se passe sur la colline tant au niveau de la Porterie que du monastère, jusqu’au conseil d’administration de l’Association Œuvre Notre-Dame du Haut en passant par le conseil pastoral de la chapelle qui mène une réflexion de long terme sur l’avenir de la cure au bas de la colline. Toutes ces réunions devant se tenir avant la grande semaine de Noël qui permet une joyeuse pause familiale, amicale, spirituelle.

 

Il ne faut pas oublier non plus deux journées de formation sur la méthodologie d’appel aux dons et au mécénat car nous sommes à l’image de la société française dans sa totalité : l’argent se fait rare et les aides en tous genres sont les bienvenus.

Mais surtout nous voulons garder dans notre cœur que Noël c’est la fête du partage, la fête de l’enfant Dieu venu parmi les hommes pour leur donner la paix, pas une paix à la petite semaine, la vraie grande paix, celle où, comme le dit le prophète Isaïe : le loup mangera avec l’agneau, le bœuf et le lion auront même paturage, l’enfant pourra prendre dans sa main le serpent sans danger.

 

La communauté des soeurs clarisses de Notre-Dame du Haut vous souhaite donc de bien finir le temps de l’Avent et surtout de célébrer Noël dans la joie, la paix et la réconciliation. Et que les quatre sœurs jumelles : amour, vérité, justice, paix se retrouvent dans vos cœurs et s’embrassent. A la semaine prochaine sur les ondes de RCF.

soeur Brigitte

 


 

thumb_DSC04592_1024  

Dimanche 15 décembre 2019

Bonjour,

De la part de la communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp, tout heureuses de ce rendez-vous hebdomadaire sur les ondes de RCF.

En raison des grèves nationales, particulièrement celles du transport, notre vie est un peu chamboulée. Tout d’abord, à la fin de notre retraite dimanche dernier nous avons dû reconduire en Suisse, au-delà de la frontière, notre frère capucin qui venait de nous évangéliser pendant une semaine. Il lui fallait impérativement retourner dans sa Suisse natale en raison de ses obligations. Les trains suisses n’étant pas en grève, il n’y eut pas de long discernement à faire. Et ce fut fait en un tour de roue.

 

En ce moment la colline est très dénudée, calme et silencieuse avec quelques bonnes giboulées. Cela n’a pas arrêté certains pèlerins, mais en même temps d’autres n’ont pas pu venir en raison de leur éloignement. Nous aussi nous sommes donc impactées par ces grèves. Mais ceux qui ont pu planter leurs tentes pour quelques jours en sont bienheureux ; ils ont vraiment profité du silence, de la solitude et de la sérénité.

Cela n’a pas arrêté non plus une fraternité franciscaine de Besançon venue se ressourcer pour une journée, avec leurs enfants. Bien des découvertes et des jeux pour ces derniers sous la houlette de sœur Marie-Laetitia.

Profitant de cette relative oisiveté, une petite visite chez nos sœurs de Vandoeuvre (à côté de Nancy) fut organisée pour permettre à sœur Marie-Laetitia, qui en est originaire, de revoir les sœurs et de mettre un peu d’ordre dans des affaires laissées sur place. Le retour fut un peu épique en raison du grésil, de la neige et des trombes d’eau qui se sont abattus sur la route. Mais nous sommes arrivées à bon port avec une voiture et des cœurs remplis à ras bord de l’amitié des sœurs.

 

Après nous être réjouies et avoir prié de concert avec le diocèse pour sa fête le dimanche 8 décembre, nous avons célébré la fête de l’Immaculée le lundi 9, en accord avec l’ordo ; le père Frédéric Dumas, chapelain, et le vicaire général du diocèse d’Autun concélébrèrent. Ce dernier nous a dressé en quelques mots la silhouette de son diocèse et la façon dont ils récoltent les fruits de leur synode, deux ans plus tard : un camion/caravane circule de paroisse en paroisse et des rencontres s’organisent avec les communautés chrétiennes. L’âne et le chariot de sainte Colette ont été remplacés par une caravane mais c’est le même processus !

 

Notre semaine s’est déroulée principalement dans l’action de grâce pour la vie du père Louis Mauvais, un grand, très grand ami de la communauté. Deux sœurs furent déléguées pour prier en leur nom aux obsèques célébrées à la cathédrale ; une cérémonie à la hauteur de ce qu’il fut : un grand homme, un grand commis de l’Eglise, un grand serviteur de Dieu. Nos cœurs pleurent car Louis était vraiment un grand ami mais en même temps nous ne pouvons que remercier le Seigneur qu’il soit sorti de ses souffrances et qu’il puisse maintenant chanter éternellement, avec le père Daloz, l’évêque dont il fut pendant 22 ans le vicaire général, les louanges de Dieu.

 

Nous entrons dans la troisième semaine de l’Avent, presque la dernière ligne droite avant la fête de l’Incarnation. Ensemble, continuons à prier pour que nos cœurs deviennent de paix et puissent ainsi rencontrer le Seigneur de la paix.

La communauté des soeurs clarisses de Notre-Dame du Haut vous souhaite une heureuse troisième semaine d’Avent. Et vous dit à la semaine prochaine sur les ondes de RCF.

soeur Brigitte

 


 

DSC04584 - copie

Dimanche 8 décembre 2019

Bonjour,

De la part de la communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp, tout nimbées de spiritualité franciscaine grâce au frère Niklaus Kuster. En effet, ce frère capucin de Suisse alémanique a bravé tous les dangers des grèves pour venir nous prêcher la retraite annuelle.

 

Avec lui, nous avons plongé dans nos origines, c’est-à-dire que nous avons rencontré à frais nouveaux François et Claire d’Assise.

Nous avons commencé ce temps de retraite par une méditation éclairée devant le crucifix de saint Damien, ce crucifix devant lequel François d’Assise priait quand il reçut du Seigneur lui-même le chemin à suivre. Cette première étape pour nous mettre en condition et nous préparer à entrer dans ce temps de silence et de prière. Puis le lendemain, nous avons poursuivi notre méditation devant une icône de sainte Claire, laquelle icône a cette particularité de montrer les huit moments les plus importants de la vie de Claire. A sa lumière, nous avons été invitées à dessiner notre propre icône en nous remémorant huit moments essentiels de notre vie. Exercice dangereux car il peut réveiller des moments douloureux, mais exercice exaltant tout à la fois car il nous replonge dans la louange de Dieu.

 

Le premier jour, le frère Niklaus nous a fait une homélie forte à partir du texte d’Isaïe qui nous révèle Dieu en train de préparer un festin sur la montagne pour tous les peuples. Trois points sur lesquels il a insisté : d’abord le Seigneur invite pour un festin toutes les nations, sans exception ; ce qui signifie que l’amour de Dieu est un amour sans frontière ; que Dieu est un Dieu sans frontière ; et enfin ce festin a lieu sur une montagne. Pour un Suisse, la montagne cela parle. Alors, il nous a bien rappelé qu’une montagne n’a qu’un seul sommet, mais plusieurs chemins, tous différents, pour y arriver. Ainsi l’invitation du Seigneur à toutes les nations se retrouve dans ces chemins différents. En passant, avec un certain humour, il a signalé que le Seigneur invite à un festin et non pas à un repas ascétique, que donc le paradis sera un lieu de convivialité et de relations.

 

Puis, les jours suivants, nous avons plongé plus directement dans Claire, une femme suffisamment libre et de foi pour résister aux injonctions du pape lui-même et lui dire non lorsque ce dernier lui proposait de la relever de sa promesse de pauvreté, en lui demandant instamment d’accepter des possessions. On pourrait dire que le pape avait la bonne intention de la protéger elle-même et ses sœurs devant les difficultés de la vie. Mais le privilège de pauvreté est la clef de voûte de notre spiritualité. Il n’est pas question de le renier, sinon toute la construction de l’ordre s’écroule. Deux autres pierres sont ses fondations, la charité et la contemplation, dont il ne faut se séparer pour aucun motif si nous voulons que la maison clarienne tienne debout. A nous maintenant de prendre soin de notre clef de voûte et de nos pierres de fondations.

 

Aujourd’hui, 2e dimanche de l’Avent et, tout à la fois, fête du diocèse en la personne de Marie Immaculée Conception. Ensemble, confions à Marie l’avenir de l’ordre des clarisses en France afin qu’il ne perde pas son identité même s’il doit devenir plus pauvre encore. En même temps, ne gardons pas les yeux tournés sur nous-mêmes, gardons les mains ouvertes pour offrir notre foi et notre joie au Seigneur afin qu’il en fasse ce qu’il voudra.

La communauté des soeurs clarisses de Notre-Dame du Haut vous souhaite une belle fête de l’Immaculée Conception et une heureuse deuxième semaine d’Avent. Et vous dit à la semaine prochaine sur les ondes de RCF.

soeur Brigitte

 


 

thumb_DSC04576_1024

Dimanche 1er décembre 2019

Bonjour,

De la part de la communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp, toujours très heureuses de louer le Seigneur pour sœur la pluie et frère vent. En effet ces jours-ci nous avons été visitées par nos amis les éléments naturels de façon très prégnante. Cela nous fait penser que notre monastère est construit un peu comme l’arche de Noé, pouvant résister à toutes les intempéries et notre communauté toujours prête à revivre au moment des accalmies.

Mais cela n’empêche pas notre ami et président, Patrick Gillmann, de continuer son chantier de rénovation des abords du monastère. Après deux week-ends d’apport de la terre et de plantations, nous avons encore une journée pour finaliser et tout sera prêt pour l’hiver. Nous nous réjouissons à l’avance du beau printemps que nous aurons. 

 

Mais, comme on dit, la pluie n’arrête pas le pèlerin. Ainsi dimanche dernier, nous avons accueilli un groupe de dix jeunes professionnels de Luxeuil venus réfléchir à leur foi avec les traditionnels témoignages et rencontres de sœurs. C’était la fête du Christ, roi de l’univers, à laquelle ils ont donné un air de fête particulier par leur chant d’entrée et l’accompagnement à la guitare, à laquelle se sont jointes la cithare et la flûte de Pan. Très belle manière de célébrer le Christ roi.

 

Cette semaine, toujours dans le domaine des célébrations, nous avons eu la joie de revoir nos amis prêtres du secteur : les pères Legain, Pawel, Dartevelle et Simon se sont mobilisés pour venir célébrer chez nous en l’absence du p. Frédéric Dumas. Leur sollicitude eucharistique à notre égard nous touche beaucoup.

Un pèlerin peu ordinaire a posé sa valise chez nous : notre évêque Mgr Bouilleret, de retour de l’IREP au Mont Ste-Odile et avant de commencer la visite pastorale de la paroisse Ronchamp Champagney Melisey, est venu se refaire quelques forces le temps d’une soirée et d’une nuit, en goûtant au silence et à la sérénité de Notre-Dame du Haut.

Il ne fut pas le seul à poser son sac de pèlerin. Une dame parisienne a partagé notre prière et notre silence pendant quelques jours, le temps pour elle aussi de se refaire des forces. Au moment du départ, plus de batterie dans sa voiture et ce sont les jeunes guides de la Porterie qui ont poussé, poussé le véhicule et voilà, elle a pu regagner la capitale sans encombre. L’entraide et l’amitié fonctionnent bien sur la colline. Merci à eux.

 

La semaine prochaine nous serons en retraite communautaire avec un frère capucin de Suisse. Cela veut dire que nous entrerons, non pas en hibernation, mais en solitude et en temps fort spirituel pour refaire nos forces car nous aussi nous en avons besoin.

 

Et aujourd’hui, place au premier dimanche de l’Avent, premier jour de préparation à la naissance de l’enfant-Dieu. Ensemble, continuons à prier le Seigneur de nous garder ouvert à la vie, comme nous venons de le faire avec la veillée de prière proposée par le diocèse.

La communauté des soeurs clarisses de Notre-Dame du Haut vous souhaite une belle première semaine d’Avent. Et vous dit à la semaine prochaine sur les ondes de RCF.

soeur Brigitte

 


 

DSC04567

  À la pause de midi bénévoles et soeurs partagent le café et l'amitié

Dimanche 24 novembre 2019

Bonjour,

Dimanche dernier a été un bon jour de repos pour celles et ceux qui avaient, durant deux jours, manié pelles et râteaux, retourné la terre, planté des pervenches... Il y avait bien quelques courbatures, mais tous les volontaires, bien guidés pour aménager les abords du monastère, ont été superbes, y compris les enfants, très enthousiastes et efficaces. Nous avons remis en chantier et achevé cette opération ces jours derniers. La météo avait encore annoncé de belles journées ensoleillées, et sainte Claire veille, du haut du ciel !

 

Nous étions vraiment dans l’action de grâce pour le travail accompli, en voyant, dimanche dernier, brume, pluie et neige envahir la colline, alors que tout le monde était rentré au bercail. Ces intempéries ne furent pas aussi graves que dans d’autres régions de France, mais assez fortes cependant pour rendre impossible notre désir de prendre la route, tôt le matin, lundi, pour nous rende à Besançon comme prévu : des arbres étaient tombés sur la route et barraient le passage... Le dégagement et déneigement ne se firent que beaucoup plus tard. Donc, il fallait rester tranquilles. Mais à l’intérieur, les coupures de courant se succédaient, ainsi que les coupures de téléphone, qui ont duré une bonne partie de la journée. Cela nous rappelait la tempête de 2018 (3 jours sans électricité), et nous étions pleines de compassion pour les milliers de foyers ainsi éprouvés.

Cela semble de la petite histoire, mais ces réalités cosmiques colorent notre vie quotidienne !

 

Nous avons eu la joie d’une célébration eucharistique avec le Père Jean-Marie Larue, de passage pour une réunion, et le jeudi 21 a été bien rempli :

Je participais, au Foyer sainte Anne, à la journée diocésaine de réflexion sur les abus et la pédocriminalité, thème d’attention urgente, évoqué dans les textes du synode, et à mettre en œuvre aujourd’hui.                                                                                                                                                                                                                                     Grande et belle journée avec notre archevêque, les intervenants et tous les acteurs pastoraux présents.

En même temps, deux sœurs rendaient visite à Sr Jean-Marie, demeurant à l’Ehpad voisine, Laurent Valzer. Nous étions heureuses de la retrouver durant quelques heures, avant de rentrer ensemble.

 

Enfin, ce dimanche 24, une dizaine de jeunes professionnels de Luxeuil nous rejoignent pour une journée de récollection et d’échanges, bien programmée. La fête du Christ-Roi de l’univers annonce la fin d’un temps liturgique, mais c’est plutôt le point culminant, le sommet vers lequel nous marchons, les yeux fixés sur Celui qui transcende le temps. Tous les bouleversements qui nous font souffrir annoncent pourtant un début, un Avent, un mystérieux avènement qui se révèle peu à peu. Dans cette espérance qui ne trompe pas, à la semaine prochaine !

 

Soeur Marie-Claire

 

DSC04558

   Dans la bonne terre

DSC04564

   les pervenches plantées par les jeunes du MEJ

fleuriront

Dimanche 17 octobre 2019

 

Bonjour,

 

Le temps brouillasseux de novembre n’invite guère à la promenade. Tout est bien rangé pour l’hiver à la chapelle, toujours belle d’ailleurs dans sa sobriété, et l’eucharistie des dimanches dans notre oratoire, tout en étant plus intime, n’empêche pas une assemblée de se former, de façon imprévisible, ce qui est la caractéristique de notre colline. La nuit tombe vite maintenant, et les journées plus courtes sont bien occupées.

 

Lundi 11, fête de St Martin, anniversaire de l’armistice, tout était calme dans les parages. L’accueil s’est rempli l’après-midi du lendemain avec la réunion de la commission pastorale de la chapelle, à laquelle participe sr Maggy. Les sujets de discussion étant nombreux, elle a duré longtemps, et nous devions ensuite élaborer le programme de la nuit de Noël. Un nouveau chapelain apporte forcément des idées neuves, à conjuguer avec les propositions des sœurs et des laïcs. On y est arrivés, en mordant sur le temps des vêpres et du repas... Il faut dire que le Père Frédéric s’absente prochainement et un assez long temps pour prêcher une retraite dans son diocèse d’Autun et suivre ses cours à Lyon. Nos amis ont aussi des nécessités familiales, et nous, en décembre, aurons notre retraite. Mieux vaut donc prendre de l’avance pour cette grande fête, que nous débutons toujours à 23h30 à Notre-Dame du Haut.

 

Sans parler de la prière commune, chacune est dans les écritures, les ordinateurs, la couture, la cuisine, les ménages, etc. Vendredi, sr Brigitte était à Paris pour une réunion de travail, et plusieurs amis volontaires, et même une équipe de jeunes du MEJ, ont travaillé la terre, aux abords de notre monastère, qui prendra belle allure avec gazon et pervenches au printemps prochain. En attendant, quel labeur !

 

En même temps, un groupe arrivait d’Alsace pour consacrer ce week-end à la réflexion, l’échange, la prière avec nous. « Va vers toi-même »... telle était la Parole biblique à creuser dans toutes ses dimensions. Ce compagnonnage est un bon stimulant pour nous aussi.

 

Les arbres perdent leurs feuilles aux belles couleurs mordorées ; mais comme d’autres arbres toujours verts, nous ne perdons pas la foi, et la sève circule toujours, préparant une autre saison de la vie. Nous venons d’apprendre avec peine la mort de Françoise Calais, qui était une grande amie, et a tellement œuvré, discrètement,  pour notre diocèse avec Yves, son mari. Mais l’espérance est toujours la plus forte dans la communion des saints.

 

A la semaine prochaine !

Sr Marie-Claire

 


 

thumb_DSC04549_1024

   Contempler la splendeur des arbres en automne et méditer sur les âges de la vie...tout un programme

   

Dimanche 10 novembre 2019

Bonjour,

 

De la part de la communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp, bien au chaud dans leur monastère à haute qualité énergétique, pompes à chaleur et double vitrage obligent. Ainsi nous pouvons contempler et louer le Seigneur pour toutes les beautés de cette saison, en particulier les couleurs. L’arbre du patio qui éclaire le réfectoire a revêtu ses couleurs mordorées. C’est splendide, vraiment splendide. Nous sommes des privilégiées hors normes.

 

La colline et la chapelle accueillent moins de monde, mais il y a toujours un petit courant continu qui donne vie à l’espace, des visiteurs qui viennent se remettre entre les mains de Notre Dame, lui confiant peines et joies. Maintenant place aux étudiants, en particulier étrangers : espagnols, indiens, italiens, etc. Pour ces élèves architectes, c’est pain béni d’étudier sur le même lieu deux grands architectes tels que Corbusier et Renzo Piano. Et pour ceux qui le désirent, il y a toujours cet instant d’intimité avec le Seigneur quand ils passent la porte de la chapelle ou de l’oratoire.

 

Quelques retraitants individuels ont posé leurs soucis et leur valise à l’accueil monastique. Le silence et la solitude leur conviennent bien. C’est ce qu’ils viennent chercher.

Cette relative inactivité nous permet de reprendre souffle et de faire le point avec nous-mêmes, entre nous et avec le Seigneur. Ainsi, notre ami le père dominicain Bernard Durel nous a donné une session sur les étapes de la vie, prenant en considération l’enfance, l’adolescence, la maturité, le troisième âge, le quatrième âge, tout ceci étant confronté aux diverses cultures, spiritualités, tant occidentales qu’orientales. Bref, une réflexion qui ouvre l’avenir, qui ouvre aux autres.

 

Toujours grâce à cette saison moyennement calme, le comité de suivi, l’association sainte Colette, le comité interreligieux, Musique aux Quatre Horizons, etc .,  peuvent prendre le temps de se rencontrer, d’évoquer le passé, le présent et l’avenir. Bref, de tout mettre en ordre pour accueillir l’inconnu que Dieu nous proposera en cette fin d’année et au début de l’autre.

D’ici quelques semaines, vous recevrez notre lettre communautaire. Nous sommes toujours heureuses de la préparer car elle renforce ainsi le lien avec toutes nos connaissances. Merci d’être auprès de nous par l’amitié et la prière.

Patrick Gillmann, le nouveau président de l’association des Amis de Sainte-Colette a organisé deux week-ends les 15-16 et 22-23 novembre pour le nettoyage des abords du monastère, plantations, etc ; ainsi que pour des bricolages que nous, les sœurs, nous ne pouvons pas et ne savons pas faire. Si vous êtes partie prenante, il est encore temps de prendre contact avec nous et nous vous dirons tout sur ces journées d’amitié et de bénévolat.

 

La communauté des soeurs clarisses de Notre-Dame du Haut vous souhaite une belle semaine. Et vous dit à la semaine prochaine sur les ondes de RCF.

soeur Brigitte

 


 

thumb_DSC04547_1024

Dimanche 3 novembre 2019

Bonjour,

 

Nous vous quittions la semaine dernière en évoquant le colloque organisé à Paris, au centre Sèvres,  par la Famille Franciscaine pour creuser le sens de la Rencontre de François d’Assise et du Sultan Malik–al–Kamil en 1219 à Damiette (en Egypte) lors d’une trêve durant les féroces croisades. Cet acte de paix était alors révolutionnaire pour l’époque.  On pouvait aussi se poser la question : Quelle fécondité de cette rencontre pour nous aujourd’hui ?

Le public fut nombreux ; les intervenants, de haut niveau international ; les échanges très intéressants. Nos trois sœurs qui y étaient présentes : sr Maggy, sr Marie-Claire-Denys, sr Marie-Thérèse, ont beaucoup apprécié, sous des angles différents, l’ensemble de ces journées, et nous en ont fait profiter au retour. Beaucoup de Frères et Sœurs sont très engagés dans le dialogue islamo-chrétien, et assurent des présences évangéliques discrètes et fortes en pays musulmans (Algérie – Maroc – Turquie – etc.) Cette rencontre se prolongeait le dimanche par une célébration à Créteil... mais nous n’y étions pas !  Cependant cette réalité habitait notre prière, comme aussi l’achèvement du synode pour l’Amazonie à Rome, lors de l’eucharistie célébrée à Notre-Dame du Haut dimanche 27 octobre.

 

Pendant ce temps, le groupe franciscain Saint-Damien travaillait avec sr Brigitte sur le thème : pauvreté et argent... Discussions animées, prière, et du pain sur la planche pour continuer à cheminer à travers de nombreuses questions restées ouvertes.

En communauté, nous achevions également de donner écho à notre assemblée confédérale de la semaine dernière.

Tout le monde est à son travail. Le jardin se prépare au repos, mais donne encore des tomates, et les abords du monastère... des champignons.

Les tombes de nos sœurs aussi se parent de fleurs riches en couleurs qui évoquent la fête de tous les saints. Ce n’est pas une fête triste, mais au  contraire l’éclosion et l’épanouissement de notre vie croyante, ardente, sauvée.  Le ton est plus grave le 2 novembre, dans le souvenir de ceux qui sont morts, proches ou lointains, parfois seuls, mais tous remis à la miséricorde infinie de Dieu.

 

Ce début du mois de novembre invite à l’intériorité, nourrit notre espérance et notre communion, se traduit aussi en belles liturgies. Que ce chant intérieur, malgré les soucis multiples qui peuvent nous accabler, nous habite tous, et nous donne le courage d’avancer et de faire Église, toujours et partout.  A la semaine prochaine !

Sr Marie-Claire


 

20191018_103011 - copie

   Assemblée des abbesses et conseils fédéraux

Dimanche 27 octobre 2019

Bonjour,

De la part de la communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp, toujours aussi heureuse de vous retrouver sur les ondes de RCF.

 

Quelles nouvelles de la colline de Bourlémont ?

Tout d’abord, une semaine automnale, une vraie semaine d’automne avec ses pluies, ses vents, ses feuilles qui tombent, qui tombent, qui tombent. Nous trouvons qu’elles tombent vraiment vite et que nous n’avons pas le temps d’admirer, de profiter des couleurs. Mais nous n’avons pas à nous plaindre car la météo ne s’est pas déchaînée chez nous, contrairement au sud de la France.

Du côté de l’accueil, c’est le calme plat, avant l’arrivée pour le week-end du groupe Saint-Damien, fraternité séculière franciscaine qui vient chaque année pour deux jours de récollection.

 

Ce calme a permis à sœur Marie-Claire et sœur Brigitte, qui revenaient d’une semaine de session des abbesses clarisses de France et de plus loin, de se remettre à jour du quotidien. Cette semaine d’assemblée, consacrée principalement à la révision des statuts des clarisses de France, mais pas que, fut une semaine de travail intensif : échanges et écoute sur les perspectives d’avenir, pour les grandes comme pour les petites communautés, discernement communautaire, discernement personnel, bref beaucoup de thèmes joyeux ou douloureux ont été passés en revue.

Par chance, nous avons été aidées, à la fin de notre réflexion, par Mgr Jose Carballo, archevêque secrétaire de la CIVCSVA, terme barbare s’il en faut pour désigner la Congrégation pour les Instituts de Vie consacrée et les sociétés de vie apostolique, au Vatican. Nous sommes privilégiées car il est venu spécialement pour nous en France alors qu’il a un calendrier extrêmement chargé. On pourrait s’étonner de ce privilège qu’il a donné aux clarisses de France, mais il faut se souvenir qu’il est franciscain. Et c’est donc en tant que franciscain connaissant bien notre vie qu’il nous a soutenues dans nos interrogations. Beaucoup d’éclairages de sa part sur les nouvelles normes édictées par le Vatican pour la vie religieuse nous ont ouvertes un avenir moins juridique que ce que l’on pouvait penser à une première lecture.

 

Après avoir partagé en communauté ces richesses, trois sœurs sont parties à Paris pour trois jours de participation au colloque célébrant le 8e centenaire de la rencontre de François d’Assise et du sultan Malik Al Kamil à Damiette. Nous attendons leur retour pour vous donner quelques échos de la lecture actuelle de cette rencontre d’hommes de paix et d’hommes de Dieu.

 

Notre prière du mois d’octobre fut largement consacrée à la mission, comme le demandait le pape François. Nous avons aussi participé et soutenu le synode sur l’Amazonie par la prière. Nous en lisons les échos et les commentaires en communauté, ce qui élargit et nourrit notre intercession et notre louange. Ensemble, n’oublions pas les minorités qui, parce qu’elles sont mineures, ont tendance à être rejetées, exclues, alors que sans elles la planète ne tournerait pas rond.

La communauté des soeurs clarisses vous souhaite une bonne semaine, une très belle fête de la Toussaint, avec de beaux chrysanthèmes bien colorés. Et vous dit à la semaine prochaine sur les ondes de RCF.

soeur Brigitte

 


 

DSC04543

Dimanche 20 octobre 2019

 

Bonjour,

 

De la part de la communauté des clarisses qui vit un bel automne

sur la colline de Notre-Dame du Haut.

 

Dès dimanche sœur Marie-Claire et sr Brigitte, respectivement abbesse et présidente fédérale quittent la communauté pour une rencontre d’une semaine à Paris.  Avec d’autres clarisses de France et d’ailleurs, elles vont plancher sur la manière la plus appropriée de prendre en compte les documents reçus du pape François et de la congrégation pour les religieux. Comment mieux répondre aujourd’hui à notre appel à vivre l’Evangile sur les traces de sainte Claire et de toutes nos devancières au fil des siècles ? Belles perspectives d’échanges communautaires à leur retour pour renouveler nos vies.

 

Cette semaine, d’alternance entre journées pluvieuses et journées ensoleillées, nous avons goûté aux joies de la saison :

- Récolter ou recevoir,  puis cuisiner les champignons qui sortent de la terre en abondance.

 - S’activer à balayer les feuilles tombées de nos chênes vigoureux qui jettent bruyamment leurs glands sur nos toits et nos chemins.

- Retrouver notre oratoire pour les vêpres. En effet, la porterie passée à l’heure d’hiver …nous enferme sur la colline dès 17h. Un ami musicien en séjour au monastère nous a aidé à nous recueillir après l’office en faisant vibrer le silence de morceaux pour violon très intériorisants.  Merci à lui et à tous ceux et celles qui partagent leurs talents artistiques au service de la liturgie. Nous nous réjouissons par exemple de la bonne  équipe de bénévoles qui s’affaire chaque samedi pour le fleurissement de la chapelle.

 

Notre accueil reçoit cette semaine plusieurs personnes en retraites. Ce week-end quatre hollandais habitués de notre colline viennent se ressourcer en France ! La petite équipe synodale liée au monastère s’est réunie ce samedi pour  un partage d’évangile et concrétise ainsi le premier décret du synode diocésain : « s’enraciner dans le Christ en petites communautés fraternelles ». Une musicienne d’Edinburg vient travailler à une composition inspirée par la chapelle. Espérons que son inspiration ne sera pas influencée par les affres du Brexit. Notre hôte pourra échanger avec notre sœur britannique qui essaye en vain de nous enseigner le « brexit pour les nuls ». À l’heure où je vous parle,  nous demeurons dans l’expectative : « Wait and see »

 

Alors que la chapelle se veut un lieu de silence, de prière et de joie intérieure, le moyen orient est traversé de violences et de guerres. Confions à Notre-Dame du Haut la soif de paix de tous les civils en fuite et prions l’Esprit pour qu’il suscite dans notre monde des artisans de paix.

Bonne semaine et à dimanche prochain

Sr Maggy

 


 

40756713ab193c9fd2627886a833c6d3

 

2268c2f7c7e3cea9be4e91b7b6d8fd6b

 

DSC04524

Dimanche 13 octobre 2019

 

Bonjour 

 

de la part de la communauté des clarisses de Ronchamp,

qui a 10 ans depuis quelques jours !

 

Ce dimanche 6 octobre, avant l’eucharistie à la chapelle, deux sœurs quittent le monastère. En covoiturage avec  un délégué de la paroisse à l’assemblée synodale et son épouse, la pluie ne nous a pas arrêtés tant nous étions impatients de rejoindre notre cathédrale,  pour y vivre la promulgation des actes synodaux. 

C’était une célébration des grands jours où toute l’assemblée a pu chanter et prier avec ferveur grâce au groupe Adora. Les nombreux prêtres et diacres étaient vêtus de rouge car cet événement fut vécu sous le feu de l’Esprit. Dans le chœur prit aussi place le secrétariat du synode et tout le conseil synodal.

La présence de toutes les générations, l’attention aux moins de 15 ans et des salutations fraternelles entre délégués de tous les coins du diocèse formaient une joyeuse assemblée.  Tous baptisés, tous  disciples missionnaires, nous avons été envoyés dans  nos communautés de vie et aux périphéries par notre archevêque.

Sous une pluie battante nous retournons au parking sans entendre le concert pour rentrer sagement sur notre colline avant la nuit et partager cette expérience avec nos sœurs !

 

Le lendemain une veillée de prière réunit notre communauté à l’oratoire pour un beau et bon moment de recueillement et d’action de grâces. Nous voulions  faire mémoire de l’arrivée des sœurs à Ronchamp il y a 10 ans et « oser un nouvel élan » au rythme de la vie du diocèse. Nous entendrons un poème écrit par une ancienne, sœur Marie-Claire en octobre 2009 : Tohu-bohu et un autre écrit 10 ans plus tard par une nouvelle arrivée, soeur Marie-Laetitia : Communion de Pâques. 

 

À cette rencontre dans l’intimité de la communauté a succédé mardi matin une émouvante célébration eucharistique à la chapelle de Notre-Dame du haut. Nous étions accompagnées par des amis fidèles qui avaient activement participé au déménagement et par nos nouveaux amis ronchampois. 

Le célébrant principal était le père Mesnier.  Ce n’était pas un cadeau pour lui de célébrer la dernière messe de la communauté, rue du chapitre à Besançon. Dix ans plus tard,  il a célébré dans l’émerveillement notre présence à Ronchamp. Dans une homélie remarquable, il réussit à retracer tout notre parcours et à resituer notre mission dans le contexte actuel de notre société et de notre Église.  

Je le cite : « Vous êtes l’Église en mission quand vous accueillez des visiteurs, écoutez leurs soucis et les bruits du monde pour les confier à Dieu dans votre prière.  Vous êtes l’Église aux périphéries quand vous accueillez les gens de tous bords qui passent ici. Il y a bien des chances que Notre-Dame du Haut soit un des lieux source que certains groupes du diocèse choisiront pour un temps de silence et de ressourcement, temps conseillé dans les actes synodaux. »

Après l’eucharistie, le verre de l’amitié et le repas tiré du sac furent  partagés à « l’abri du pèlerin », là où les premières arrivantes vécurent 23 mois.

 

Alors que notre synode diocésain est clos, celui de l’Amazonie s’est ouvert pour l’Église universelle. Confions au Seigneur les peuples des forêts, leurs cultures, et leur accueil de l’Évangile.

 

Bonne semaine et à dimanche prochain ! 

Sr Maggy


 

DSC04256 (1)

   Fête de saint François faisant mémoire  de sa rencontre avec le sultan à Damiette en 1219

Dimanche 6 octobre 2019

Bonjour,

De la part de la communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp, en grande communion de prière et d’amitié avec le diocèse, les chrétiens et Mgr Bouilleret, en ce jour de publication des décrets du synode auquel ont participé activement deux sœurs.

Deux sœurs également seront présentes cet après-midi à la cathédrale pour parachever notre collaboration synodale. Nous sommes impatientes de recevoir les fruits de ce travail diocésain de presque deux ans.

 

Par ailleurs, que s’est-il passé sur la colline au cours de cette semaine ? Comme chaque année, aux mois de septembre et d’octobre, les groupes se succèdent. Lundi, c’est un groupe allemand de Nuremberg de plus de cinquante personnes qui sont venus rendre grâce à Notre Dame et lui présenter ses intentions. Nous nous sommes jointes à eux pour l’Eucharistie, ce qui nous a valu d’être particulièrement attentives car la messe était célébrée en allemand. Par bonheur nous avons su, grâce à l’intervention du père Dumas, le chapelain, que l’évangile était celui du Bon Berger.

Egalement, des retraitants ou des personnes en quête d’intériorité sont passés à notre accueil. Parmi eux, une femme écrivain s’est emparée de ses crayons ou de son ordinateur, ravie et reconnaissante des conditions idéales pour faire marcher son imagination créatrice.

Après le grand ménage de notre oratoire la semaine passée, il fallait vérifier les puits de lumière. Ce qui fut fait, mais tout n’est pas encore en ordre. La suite des remises en état aura lieu fin octobre, l’un des techniciens présents ne pouvant poursuivre en raison d’une très forte fièvre. Nous lui souhaitons bon rétablissement et l’attendons avec impatience pour la prochaine étape des travaux.

 

Du côté de la communauté, nous avons célébré saint François avec beaucoup de joie au cours d’offices magistralement préparés par sœur Maggy, et accompagnés à la flûte par sœur Laetitia et à la cithare par sœur Marie-Claire-Denys. Frère Nicolas, franciscain des Buis à Besançon, s’était déplacé spécialement pour l’occasion et a partagé le repas avec nous.

Une de nos amies de l’Eglise réformée à Besançon, est passée nous rendre visite. Comme à chaque fois, elle nous apporte beaucoup de documentation sur le monde protestant. C’est notre façon à nous de mettre en pratique l’œcuménisme et le dialogue inter-religieux.

 

Et bien sûr, avant de nous quitter, je vous rappelle que nous serons en liesse le mardi 8 octobre pour célébrer nos dix ans de présence sur la colline. Eucharistie et repas tiré du sac pour tous ceux qui le désirent. Il y a dix ans nous arrivions sous une pluie battante, à la tombée de la nuit, pour trouver refuge à l’abri du pèlerin pour quelques mois, ces quelques mois se transformèrent en 23 mois. Nous avons, non pas survécu, mais bien vécu et nous en rendons grâce au Seigneur car ces 23 mois furent une expérience spirituelle très forte. Merci Seigneur.

 

Cette situation précaire et, il faut le dire, spartiate,  n’a rien à voir avec ce que vivent les migrants. Et nous continuons aujourd’hui, comme hier, à prier l’Esprit d’inspirer à tous ceux qui dirigent les Etats, les sociétés, des mesures d’équité sociale et climatique, la Création étant confiée à l’ensemble de l’humanité et non pas à quelques privilégiés.

La communauté des soeurs clarisses vous souhaite une bonne semaine, avec de belles couleurs automnales. Et vous dit à la semaine prochaine sur les ondes de RCF.

soeur Brigitte

 


 

thumb_DSC04515_1024

    vers un mobilier bien propre ...

 

 

Dimanche 29 septembre 2019

Bonjour,

De la part de la communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp, tout enveloppées de brume et de pluie automnales, ce qui fait beaucoup de bien à la terre et nous emplit de joie.

 

Après les Journées du Patrimoine du week-end dernier qui ont vu plus de 1800 personnes monter sur la colline, l’activité n’a pas ralenti cette semaine. Nous avons commencé par accueillir deux couples tchèque et slovaque en pèlerinage vers différents lieux dédiés à la Vierge Marie. 48 heures chez nous pour se refaire des forces et apprécier l’architecture et la sérénité du lieu qui leur ont valu de grands moments de prière avec nous. Par bonheur, l’une d’entre eux parlait français et un autre anglais. De très bons échanges autour de la figure de saint François ont ainsi pu avoir lieu.

 

En même temps, un groupe allemand célébrait l’eucharistie à la chapelle, puis un groupe de résidents d’un EHPAD de Mulhouse célébrait dans notre oratoire, pique-niquait à l’abri du froid dans notre monastère. C’était leur sortie annuelle animée par un frère capucin que nous connaissons bien.

 

Et enfin, toujours le même jour, un groupe de jeunes confirmands protestants allemands, emmenés par leur pasteur, est venu confier à Notre Dame leur future confirmation.

 

Cette surabondance de visites et d’accueil ne nous a pas empêchées de préparer notre oratoire au grand nettoyage d’automne. Après 8 ans de bons et loyaux services, il fallait redonner un peu de fraîcheur aux murs et à la voûte. Une armée d’amis bénévoles, d’ouvriers de l’entreprise Albizzatti, d’aspirateurs comme on n’en a jamais vus, d’échafaudages, etc. prenaient possession de notre oratoire, ce qui nous a conduites à émigrer trois jours durant dans notre salle de communauté pour la prière. Pendant que tous ces amis s’activaient sur les murs et la voûte, les sœurs ne restaient pas les bras croisés et redonnaient leur lustre aux chaises de toute la maison à grand renfort de savon, d’eau et d’huile de coude. Pendant quelques heures, presqu’impossible de s’asseoir quelque part et même sœur Marie-Céline, 95 ans, dut rester confinée dans son fauteuil roulant.

 

Malgré cette activité intense, le Comité de suivi et de coordination des membres partenaires de la colline a pu se tenir. Même des sœurs alsaciennes ont réussi à trouver silence et sérénité pour leur rencontre régionale, et un jeune couple venait confier à Marie pour quelques jours leur avenir.

Pour célébrer nos dix ans sur la colline, nous aurons donc un oratoire et des chaises ultra propres. Merci à tous nos amis et merci aussi aux sœurs qui se sont donné bien du mal et se sont retrouvées le lendemain avec quelques courbatures.

 

Nous continuons à suivre intensément la saga du Brexit. Mais surtout nous n’oublions pas que notre prière est louange et intercession. Ensemble, vous et nous, interpellons le Seigneur et les personnes responsables des pays pour que l’amour et le développement de la Création soit à l’ordre du jour politique, social, économique. Sans oublier de rendre grâce au Seigneur de nous avoir donné saint François que nous célébrerons, cette semaine, le 4 octobre, avec veillée de prière en notre oratoire tout propre le 3 octobre à 20h15.

La communauté des soeurs clarisses vous souhaite une belle semaine. Et vous dit à la semaine prochaine sur les ondes de RCF.

soeur Brigitte

 


 

 

thumb_d4cce6e8d055a8da2a6572d7db15042f_1024

à l'écoute du professeur Shiraishi et de ses étudiants

 

thumb_904efb92fcce304eccfd0ebfc084df4c_1024

Dimanche 22 septembre 2019

Bonjour,

De la part de la communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp, des sœurs clarisses qui vous invitent, la journée n’est pas finie, à venir, pour la deuxième journée du Patrimoine, sur la colline de Bourlémont.

 

Le patrimoine de la chapelle Notre-Dame du Haut construite par Le Corbusier attire beaucoup de monde et de très loin.

Ainsi, en début de semaine, ce fut un groupe d’étudiants japonais de l’université de Tokyo, guidés par leur professeur M. Shiraishi, grand connaisseur et amateur de Le Corbusier, qui a investi la chapelle. Tous les ans, ils viennent spécialement du Japon pour faire des essais, soit de lumière, soit acoustique. Ou même iconographique puisqu’il y a deux ans ils ont restauré les fresques de l’abri du pèlerin datant du Corbusier. M. Shiraishi a présenté ce travail fait par ses étudiants et mis en place avec l’aide de Jean-Jacques Virot et Jean-François Mathey . Un travail passionnant et passionné qui fait l’admiration des nombreux visiteurs.

 

De l’inter-culturel, nous passons à l’inter-religieux avec une rencontre faisant le bilan des rencontres passées et pour mettre en œuvre celles à venir. Entre autres, à Paris, un colloque les 25 et 26 octobre de cette année sur la rencontre de François d’Assise et du sultan. Deux sœurs s’y rendront, en particulier sœur Marie-Thérèse qui a fait une thèse de master sur ce thème.

 

D’autres déplacements de sœurs se profilent à l’horizon : ainsi sr Maggy visite ses parents âgés, sr Marie-Claire et sr Brigitte seront en assemblée des clarisses en octobre à Orsay. Sœur Marie-Claire a participé à la rencontre des supérieures majeures avec le conseil épiscopal au Foyer Ste Anne. Elle en a profité pour visiter, avec deux sœurs, sœur Jean-Marie, en EHPAD à Laurent Valzer.

 

Cette semaine encore une dame retraitante a mis à profit sa solitude dans notre monastère et a fait une semaine prière-raisin. Oui, je dis bien : prière-raisin : son objectif : pendant une semaine ne s’alimenter que de raisin et d’intériorisation. Apparemment elle fait cela tous les ans et, dit-elle, cela lui fait le plus grand bien. Elle a beaucoup apprécié le silence et la solitude car ce n’est pas facile de faire un tel régime lorsqu’il y a du monde autour de vous. Mais ce n’est pas forcément une expérience que je conseillerais à tous. Il faut avoir un bon entraînement.

 

Le 8 octobre, nous célèbrerons dans la joie et l’action de grâce le 10e anniversaire de notre arrivée sur la colline. Nous vous en reparlerons, mais retenez déjà cette date.

Toute cette joie que nous portons dans le cœur, nous voudrions la communiquer à tous ceux qui n’en ont pas. Ensemble, prions le Seigneur d’aider les hommes et femmes responsables de la planète à garder le cap de la fraternité avec la Création. C’est indispensable si nous voulons être fidèles à la mission que le Seigneur nous a confiée et nous confie chaque jour : celle de prendre soin de ses créatures.

 

La communauté des soeurs clarisses vous souhaite une belle semaine. Et vous dit à la semaine prochaine sur les ondes de RCF.

soeur Brigitte 

 


 

0a54c29e4b28125db72daa40f3b9dc22

1a6c3f1e533dcafa350f52d753ffaa52

 

3e0c2a4ac2386d86f0d84e84b8e04391

Frère Patrice, notre archevêque et notre nouveau chapelain, père Frédéric Dumas

 

Dimanche 15 septembre 2019

Bonjour,

Nous avions promis de vous donner un écho du 8 septembre à Ronchamp : ce sera donc chose faite !

 

Nous espérions le soleil sur ce grand pèlerinage, mais ce fut la nuée... une nuée dense et persistante, ponctuée de fines averses. Que désirer de mieux que la nuée, signe biblique de la présence de Dieu ? Concrètement, nous avons fait contre mauvaise fortune bon cœur, et la brume s’est tout de même progressivement dissipée.

 

Autour de notre archevêque et d’une dizaine de prêtres, diacre et servants d’autel, Marie nous a rassemblés très nombreux en ce dimanche, venus du doyenné, et de bien d’autres lieux encore : Jussey-Faverney, Belfort, Le Creusot, Vézelay...

Quoi de plus beau que de voir réunis en plein air jeunes enfants du caté, confirmands, personnes âgées handicapées, hommes et femmes de tous âges en responsabilité, sœurs apostoliques et clarisses. Il faisait plutôt froid, mais des fleurs de diverses couleurs poussaient sous nos yeux devant l’autel, plantées par des bambins de toutes les paroisses, accompagnés de leurs catéchistes. Il pleuvait, mais les cœurs, les voix, les instruments chantaient, animés avec brio, avec entrain, par le Père Kita et la chorale. La foule bigarrée se laissait pénétrer d’allégresse !

 

A la fin de la célébration, c’était l’adieu bien senti à notre frère chapelain, partant vers d’autres cieux : l’ermitage franciscain de la Cordelle, à Vézelay ; des mercis à foison, portés dans la prière, et l’accueil du nouveau pasteur de ce sanctuaire, qui recevait de Mgr Bouilleret sa lettre de mission, un peu inquiet, mais confiant... Passage d’un « jardinier » à un « forestier », d’un franciscain à un pradosien. Même simplicité fervente et proche. Nous en avons besoin pour que passe l’Esprit.

 

Après les pique-nique et la prière mariale, le soleil discret put enfin se montrer. Sainte Claire a « tenu la pluie en l’air » (selon le proverbe) et les enfants se sont adonnés au grand jeu préparé pour aviver leur curiosité, les anciens ont su également partager ce jeu, grâce à ceux et celles qui les entouraient... La paroisse de Jussey a voulu connaître la vie des clarisses, le chemin particulier de deux sœurs témoins. Intérêt évident pour tous ces questionnants, ou pour d’autres amis qui ont surgi. Les flammes, en abondance, brillant dans la chapelle, disaient à leur manière les mercis à Marie de tout ce peuple heureux de ce jour en Église, dans la nature verdoyante, le flux et le reflux des nuages, menaçants ou lumineux. 

 

Le repas du soir au monastère fut animé, chacune voulant conter ce qui l’avait marquée. Joyeuse cacophonie parfois, mais ce plein d’enthousiasme ouvrait la voie pour d’autres rencontres : une jeune violoniste qui fit des duos avec notre sœur flûtiste, une journaliste allemande venue en découverte et apparemment enchantée par le lieu, et ce week-end, le groupe spirituel des invités au festin qui vient se ressourcer, approfondir avec une sœur la sainteté selon les béatitudes évangéliques. 

 

Bientôt, ce sera la grande fête de clôture du synode, le 6 octobre, et le 8, ce sera l’anniversaire de nos 10 ans d’arrivée sur la colline. Nous en ferons une petite fête dont nous vous reparlerons, car ce sont des tournants marquants dans une vie communautaire. En communion avec vous, nous vous redisons « à la semaine prochaine » sur les ondes de RCF.      

 

Sr Marie Claire

  


 

3cecbca1ee005140b4b576655fdf2f90

   Notre-Dame du Haut veille sur la colline et guette

l'arrivée des pèlerins... 

Dimanche 8 septembre 2019

Bonjour,

De la part de la communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp, dans la joie de célébrer avec vous la nativité de la Vierge Marie.

Oui, aujourd’hui, pèlerinage à Notre-Dame du Haut avec toutes ses festivités. Mais je vous en reparlerai la semaine prochaine car l’Eucharistie a lieu dans quelques instants à 10h30 ce matin.

 

La communauté est au grand complet pour ce pèlerinage. En effet, sœur Marie-Thérèse est revenue de Grande Bretagne après une visite à ses parents, trop âgés pour voyager. Elle en a profité pour prendre un grand bol d’air britannique au goût du Brexit or not Brexit. Atmosphère politique très anxiogène pour tous. Que faire ? Wait and see comme ils disent, attendre et voir. Bref, le brouillard britannique a changé de lieu. Il ne flotte plus au-dessus de Londres, mais au coeur la politique. 

 

La rentrée ne s’est pas faite que pour les sœurs, mais aussi pour les enfants. Nous le constatons sur la colline : pratiquement plus d’enfants ni de jeunes parents. Tout le monde a réintégré le rythme habituel, depuis l’école jusqu’au travail.

Notre accueil, lui aussi, commence à ralentir, hormis quelques individualités comme ce jeune prêtre luxembourgeois venu boire à la prière, au silence, à la beauté, à la création. Il fut servi car il était tout seul. Une idée originale : son séjour lui fut offert comme cadeau d’ordination il y a quelques mois. 

Et puis, ce week-end, des amis suisses font connaissance avec Le Corbusier en personne, incarné par Jean Winniger qui, pendant deux jours, les fait vivre au rythme de cet architecte génial. 

D’autres groupes s’annoncent pour les week-ends suivants. Donc nous ne sommes pas encore  menacées de chômage. Mais nous n’oublions pas que notre mission principale est la prière, la louange liturgique, l’action de grâce, l’intercession. Et là le chômage n’a pas sa place et, sans doute, ne l’aura jamais. 

 

Une visite surprise qui nous a fait très plaisir : les résidents de la maison de retraite de Ronchamp sont venus en grande nombre visiter la colline. L’histoire de la chapelle leur fut racontée par Jean-François Mathey, celle de la communauté par sœur Marie-Claire et, petit cadeau supplémentaire, sœur Marie Laetitia a réjoui leur cœur par un jeu de flûte traversière hors pair. Merci à tous.

 

Mais pour l’heure, place au pèlerinage, à l’Eucharistie au cours de laquelle Mgr Bouilleret dira au-revoir et merci à frère Patrice Kervyn et bienvenue au père Frédéric Dumas. Les enfants du doyenné ne seront pas de reste avec grand jeu, pic-nic et tout ce qu’il faut pour réussir une journée mariale. Restez avec nous par la prière et l’amitié et ensemble rendons grâce au Seigneur pour sa miséricorde et tant de beauté.

 

La communauté des soeurs clarisses vous souhaite une belle semaine. Et vous dit à la semaine prochaine sur les ondes de RCF.

soeur Brigitte

 


 

DSC04484

   Échange avec le "Tauteam" de suissse alémanique

Dimanche 1er septembre 2019

 

Bonjour,

De la part de la communauté des sœurs clarisses de Notre-Dame du Haut à Ronchamp, toujours aussi heureuses de vous retrouver sur les ondes de RCF.

 

Nous sentons que la fin de l’été approche. Ainsi notre vie reprend progressivement un rythme normal. Les visiteurs, et surtout les familles avec les jeunes enfants, se font plus rares sur la colline. Mais, pas de panique, il y en a toujours beaucoup qui déambule, appareils photo ou tablette à la main. Et, oh miracle, il y en a encore certains qui s’assoient, crayon et cahier à la main, comme au bon vieux temps, et qui dessinent parfaitement bien, avec un sens des mesures exceptionnel.

Du côté de l’accueil, un groupe de cinq visiteurs est venu poser ses valises pour quelques jours, tous membres responsables de fraternités séculières franciscaines en Suisse. Ils ont trouvé le lieu calme et serein pour leur permettre de prier, de réfléchir ensemble à l’année pastorale qui s’ouvre, et aussi rencontrer la communauté pour un partage réciproque sur nos missions respectives.

Comme elle le fait régulièrement, trois ou quatre fois par an, l’agence Piano a envoyé trois jeunes architectes visiter Ronchamp et particulièrement le monastère, avant de continuer leur route vers Bâle, Berlin et Gênes, tous des lieux emblématiques des créations de Renzo Piano.

Une jeune architecte qui prépare une thèse sur les constructions sous terre, est passée pour expérimenter concrètement la présence de la lumière dans des habitations dites troglodytes, et comment on peut y vivre aussi bien, et même peut-être mieux, que dans des habitations dites normales.

 

Du côté de la communauté stricto sensu, nous avons eu la joie du retour de sœur Marie-Laetitia qui nous est revenue en pleine forme semble-t-il après une semaine de ressourcement. Nous attendons aussi avec impatience le retour de sœur Marie-Thérèse qui a pris un bain et un bol d’air britanniques avant le Brexit, dur ou pas dur. Le reste de la communauté continue à pousser sa brouette spirituelle et fraternelle le mieux possible. Nous avons eu la chance d’accueillir pour l’eucharistie un prêtre du Burkina, en études à Belfort. Son partage sur les conditions de vie des chrétiens dans son pays nous a fortement touchées.

 

Les amis de la communauté continuent à se mobiliser pour garder notre environnement en bon état. Ainsi un couple a passé une journée autour de notre monastère pour débroussailler ces espaces qui prenaient un air de forêt vierge grâce à la chaleur et à la pluie.

 

Ce dimanche 1er septembre, ouverture du mois de prière pour la maison commune. Tout le mois, jusqu’au 4 octobre, les chrétiens du monde entier s’associent à la demande du pape François pour prendre conscience de leur responsabilité vis-à-vis de la création. Que nous en prenions conscience, oui, mais cela ne suffit pas. Le passage à l’acte, dans les toutes petites choses de la vie quotidiennes, posera les fondations d’une nouvelle révolution copernicienne dans notre façon d’envisager notre relation à la terre et aux merveilles de Dieu. Alors, soyez des nôtres et ensemble prenons les mesures nécessaires pour permettre à la création de se renouveler.

Un rappel : dimanche 8 septembre, pèlerinage diocésain à Notre Dame du Haut. Eucharistie à 10h30 et prière mariale à 14h30. Mgr Bouilleret en profitera pour dire au revoir et merci à frère Patrice Kervyn dans sa mission de chapelain, et pour accueillir père Frédéric Dumas, le nouveau chapelain de Notre-Dame.

La communauté des soeurs clarisses vous souhaite une belle rentrée, scolaire ou au travail, pleine d’énergie nouvelle. Et vous dit à la semaine prochaine sur les ondes de RCF.

soeur Brigitte

 


 

 
Dernière modification : 23/03/2020